Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

vendredi 18 mai 2018

Somme (et Pas-de-Calais) : Le maire de Colincamps continue de se battre pour voir pousser des √©oliennes ūüė°ūüė°ūüí£

http://www.courrier-picard.fr/110257/article/2018-05-16/le-maire-de-colincamps-continue-de-se-battre-pour-voir-pousser-des-eoliennes

Le maire souhaite depuis une dizaine d’ann√©es l’implantation de quatre √©oliennes. Mais le projet se heurte √† la pr√©sence de lieux de m√©moire de la Grande Guerre.

LES FAITS
> Bruno de Bretagne, le maire de Colincamps, planche depuis une dizaine d’ann√©es sur un projet de parc √©olien.
> Trois communes, √† l’origine, √©taient concern√©es : Colincamps dans la Somme, Sailly-au-Bois et H√©buterne dans le Pas-de-Calais.
> De 11 √©oliennes au d√©part, le projet est pass√© √† quatre, car il se situe dans une zone de coordination d’un radar militaire.
> Le permis de construire a été accordé le 1er juillet 2013.
> L’enqu√™te publique, qui a eu lieu du 21 septembre au 21 octobre 2015, a rendu un avis favorable.
> Le 15 septembre 2017, un arr√™t√© interpr√©fectoral refuse l’autorisation d’exploiter le site.
> Dans un délibéré rendu le 27 mars, le tribunal administratif saisi du dossier a validé trois éoliennes sur quatre.
ūüė°ūüė°

************************************
Le maire de Colincamps, un village de moins de 100 habitants à la frontière avec le Pas-de-Calais, ne baisse pas les bras.

Il veut aller au bout du projet de parc √©olien qu’il porte depuis une dizaine d’ann√©es avec un op√©rateur priv√©, la soci√©t√© Parc √©olien des trois communes.
Largement remodel√©, car susceptible de d√©ranger les ondes d’un radar militaire, il est pass√© de 11 √† 4 machines. Leur taille, initialement de 150 m√®tres de haut, a aussi √©t√© revue √† la baisse avec les ann√©es.

Mais ces mesures n’ont pas √©t√© suffisantes aux yeux de l’√Čtat pour permettre au projet de se concr√©tiser.

Le 15 septembre 2017, un arr√™t√© interpr√©fectoral refuse √† l’entreprise d’exploiter les quatre machines, dont la construction n’a pas encore commenc√©.

Trop proches des sites de mémoire
« Je n’ai pas compris cette d√©cision », avoue Bruno de Bretagne, qui demande au tribunal administratif d’Amiens de statuer sur la question.

Quelques mois plus tard, le 27 mars, il lui donne partiellement raison, en approuvant la construction de trois éoliennes sur quatre (deux sur le territoire de Colincamps et une à Sailly-au-Bois).

« Le tribunal √©voque la protection des paysages et la conservation des sites de m√©moire », rel√®ve l’√©lu en relisant le d√©lib√©r√© de la juridiction.

Pour la justice administrative, le m√Ęt exclu du parc est trop proche de l’Euston Road Cimetery, le cimeti√®re militaire britannique de la Grande Guerre install√© sur le territoire de Colincamps. Le m√©morial terre-neuvien de Beaumont-Hamel et la tour d’Ulster de Thiepval sont aussi des sites historiques majeurs implant√©s √† proximit√©.

Le maire propose une concertation
Les photomontages pr√©sent√©s par le maire et l’entreprise charg√©e d’√©riger les √©oliennes n’ont convaincu qu’en partie les juges.

« On nous reproche de menacer l’esprit de ces lieux de m√©moire. Mais nous sommes pr√™ts √† tout mettre en Ňďuvre pour que ce ne soit pas le cas », plaide l’√©lu, qui pr√©f√©rerait que les quatre √©oliennes soient construites comme pr√©vu dans le projet.
« Je souhaite que nous allions plus loin en ouvrant une concertation avec les services de l’√Čtat », annonce-t-il.

Bruno de Bretagne envisage de proposer des am√©nagements paysagers pour r√©duire l’impact visuel de l’√©olienne ūüėŹūüėŹ qui sera la plus proche du cimeti√®re militaire de sa commune.

Une manne financière pour le bourg
Mais pourquoi l’√©lu de ce petit village est-il pr√™t √† faire autant d’effort pour concr√©tiser le projet complet ? Alors qu’il est exploitant agricole, aucune √©olienne ne sera install√©e sur l’une de ses parcelles. Il n’en tirera donc aucun b√©n√©fice personnel. Mais la commune, elle, pourrait se voir attribuer une nouvelle manne financi√®re.

Selon les estimations réalisées, la Communauté de communes du Pays du coquelicot pourrait reverser environ 6 000 euros par an et par éolienne dans les caisses municipales.

« Ce parc pourrait nous donner une plus grande ind√©pendance financi√®re, plaide Bruno de Bretagne, qui effectue son quatri√®me mandat √† Colincamps. Nous faisons face √† une baisse constante des dotations depuis plusieurs ann√©es. Nous n’avons pas d’argent pour r√©nover les chemins communaux qui sont tous goudronn√©s chez nous. »

Le vent tournera-t-il dans son sens ?

**********************
« Une atteinte √† l’esprit et √† la s√©r√©nit√© des lieux »
Dans l’arr√™t√© interpr√©fectoral du 15 septembre 2017, les services de l’√Čtat d√©taillent les raisons qui les poussent √† refuser de d√©livrer l’autorisation d’exploiter le site.
Le principal point soulev√© : « Une atteinte √† l’esprit et √† la s√©r√©nit√© des lieux de m√©moire », situ√©s √† une plus ou moins grande proximit√© du parc √©olien.
Un argument retenu par le tribunal administratif pour une seule des éoliennes. Si elle était construite, elle serait située à 600 mètres du cimetière britannique de Colincamps.
Le texte insiste √©galement sur le fait que l’exploitant ne propose qu’un traitement architectural sp√©cifique pour le poste de livraison de l’√©lectricit√© produite par les machines.
La perspective de voir plusieurs sites class√©s au Patrimoine mondial de l’Unesco ne devrait pas jouer en faveur de la quatri√®me √©olienne.