Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

samedi 30 juin 2018

Pays-de-la-Loire : EOLIEN : LA VENDÉE EN COLÈRE

Manifestation le mardi 3 juillet


Hauts-de-France : Et si le vent était en train de tourner?

http://www.courrier-picard.fr/120563/article/2018-06-29/et-si-le-vent-etait-en-train-de-tourner

La Région lance son observatoire de l’éolien. Un outil numérique qui permet de recenser tous les projets existants ou à venir. Édifiant.

L’histoire dira si dans cette affaire la Région a ramé à contre-courant ou si, au contraire, elle a eu raison avant tous les autres. Certitude : la guerre est bel et bien déclarée à l’éolien dans les Hauts-de-France. Et c’est la Région qui dégaine l’artillerie lourde pour soutenir sur le terrain les opérations de guérilla menées par des riverains exaspérés. Privée de moyens légaux – elle n’a pas son mot à dire en matière d’implantations – elle lance la bataille de l’opinion publique dans l’espoir de ramener à la raison un État qui délivre des autorisations d’installation à tour de bras.

Son arme : un observatoire de l’éolien, lancé officiellement ce vendredi. En fait, un outil informatique accessible sur le site internet de la Région Hauts-de-France (www.hautsdefrance.fr) qui recense de façon exhaustive les mâts en fonction, ceux qui ont été autorisés mais pas encore implantés, et ceux pour lesquels les dossiers sont à l’instruction. « Quand on a le nez dessus, on a du mal à imaginer ce que représentent les implantations d’éoliennes dans les Hauts-de-France, rappelle Xavier Bertrand venu présenter à Amiens ce dispositif aux associations qui luttent contre les implantations. L a carte montre qu’on a largement dépassé les limites du supportable. Il est temps de passer à autre chose et obtenir de l’État qu’il mette un terme à ces implantations au profit d’autres énergies renouvelables… »


Édifiant en effet : le nord de l’Aisne, la Somme, le Pas-de-Calais disparaissent littéralement sous les points représentant les implantations. Façon pour la Région d’informer une population qui découvre souvent les projets lorsqu’il est trop tard, et qui en subit ensuite les nuisances. Flashs lumineux la nuit, ronflements des pales, pollution visuelle…
Dans la salle, les représentants de plusieurs associations « d’antis ». « Cet observatoire, c’est plutôt une bonne nouvelle,estime Jean-Louis Doucy, président de l’association «Stop Éolienne 02». On aurait apprécié qu’il arrive plus tôt. En tout cas, c’est bien que quelqu’un ose enfin dénoncer cette imposture qui consiste, au nom de l’écologie, à détruire l’environnement. Comme si on allait remplacer les centrales nucléaires par des moulins à vent… »


« Un scandale d’État »
Beaucoup plus direct, Philippe Hutin, membre de l’association « SOS danger éoliennes », voit dans cet outil une vraie opportunité de réveiller une « opinion publique bernée par les discours environnementaux du lobby de l’éolien ». « Un véritable scandale d’État qui finira par éclater. On oblige EDF à racheter l’électricité très au-dessus de son coût réel, dans l’intérêt de grands groupes. Tout cela, pour une énergie dont la production reste aléatoire et qui détruit nos paysages de l’Aisne, alors qu’on parle d’y développer le tourisme… »


Venue observer sur place, la filière éolienne a regretté, un brin dépitée, le « côté partisan » de la démarche régionale. C’est la première fois en effet, qu’une Région s’en prend de manière frontale à l’invasion. Et si le vent était réellement en train de tourner ?



---------------------------------------------------------------------
Lire
Hauts-de-France : Un observatoire pour dire stop au développement des éoliennes dans la région : 

---------------------------------------------------------------------
Interview en vidéo de Xavier Bertrand, président de Région Hauts-de-France


« Je suis militant pour arrêter le développement de l’éolien dans la Région. Y’en a marre ! »


« Qu’ils viennent vivre ici, bon sang ! Il y en a partout, et en plus cela continue à se développer. Si on ne dit pas stop maintenant, cela va continuer, continuer, continuer... »

Nouvelle mobilisation contre des éoliennes dans le vignoble de l'Yonne

https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/nouvelle-mobilisation-contre-des-eoliennes-dans-le-vignoble-de-l-yonne-1530292326

La colère gronde dans plusieurs villages viticoles. Des habitants, des vignerons, des élus dénoncent l'implantation de neuf éoliennes sur la commune de Saint-Cyr-Les-Colons.

Alors que l'enquête publique vient de s'ouvrir (le 20 juin dernier), le collectif "vignoble à voir sans modération" et l'association "vents contre air" organisent une matinée d'ateliers et d'échanges, ce samedi 30 juin, à partir de 9h, devant la mairie de Saint Cyr les Colons

Déjà une centaine d'éoliennes
Il y a déjà plus de cent éoliennes dans tout le sud auxerrois et ils estiment que ça suffit ! Pour Olivier Heimbourger vigneron, membre de l'association "Vents Contre Air", ça devient inacceptable et il faut protéger les vignobles : 
" Non seulement il y a l'impact visuel mais il y aussi le phénomène de saturation du paysage qui devient cristallisant pour toute la profession viticole. L'accumulation fait que la saturation est complète. le soir il suffit de se promener sur tous les points de vue du département, celui d'Irancy, de Courgis, c'est Roissy Charles de Gaulle avec ses éclairages que l'ont voit tout autour de notre région. c'est vraiment un handicap pour le tourisme. On réclame un moratoire pour nos zones viticoles pour protéger ce trésor que l'on a dans l'Yonne."

"La saturation du paysage est complète"-Olivier Heimbourger - vigneron

Une opposition qui va au-delà de la commune. Car d'autres projets sont dans les cartons, dans d'autres secteurs viticoles souligne Olivier Heimbourger : "Deux gros syndicats ont adhéré à notre association, plus de quarante cinq domaines d'Irancy et la fédération du chablisien qui regroupe près de sept cents domaines et au-delà on a des partenariats avec Saint-Bris, côte d'Auxerre. Nous avons le soutien d'Epineuil, de Coulanges, _c'est tout le monde viticole qui résiste_. C'est comme une digue. Il faut qu'on la garde pour résister aussi derrière à d'autres projets en instruction comme Irancy, Jussy, Préhy."

Le collectif "vignoble à voir sans modération" et l'association "vents contre air" organisent donc des ateliers toute la matinée de ce samedi, à Saint Cyr Les Colons. Les habitants du secteur ont jusqu'à la fin du mois de juillet pour participer à l'enquête publique. 

Le commissaire enquêteur sera justement en mairie ce samedi matin entre 9h et 12h, mais aussi lundi après midi (de 14h à 18h), le jeudi 12 juillet de 14h à 17h et enfin le vendredi 20 juillet de 14h à 18h.



Autre article de presse :
30/06/18 : Yonne : Projet éolien à Saint-Cyr-les-Colons : la mobilisation des riverains et des vignerons en trois déclarations
https://www.lyonne.fr/saint-cyr-les-colons/environnement/2018/06/30/projet-eolien-a-saint-cyr-les-colons-la-mobilisation-des-riverains-et-des-vignerons-en-trois-declarations_12908118.html
Alors que la consultation publique relative au projet d'implantation de neuf éoliennes sur la commune de Saint-Cyr-les-Colons est ouverte depuis le 20 juin dernier, l'association Vents contre air et le collectif des Vignobles à voir sans modération se sont réunis pour une matinée d'échanges, ce samedi 30 juin.
Ce samedi matin, devant la mairie de Saint-Cyr-les-Colons, plusieurs membres des associations et collectifs Vents contre air et Vignobles à voir sans modération ont animé des ateliers, destinés notamment à argumenter "la nécessité de défense du patrimoine paysager". Protection des chiroptères, retentissement sur la santé, sauvegarde du patrimoine... Autour de quatre thématiques, ils étaient présents pour échanger sur le projet éolien en discussion sur la commune.
« Nous ne sommes pas un collectif contre les énergies renouvelables. Mais dans le pourtour local, il y a plus d'une centaine d'éoliennes et nous sommes face à une situation de saturation.»
OLIVIER HEIMBOURGER (Vigneron et membre de l'association Vents contre air)
Olivier Heimbourger est membre de l'association Vents contre air, et vigneron. Sur le stand dédié à la protection des chiroptères et l'impact des éoliennes sur cette espèce, il se charge d'informer. Sur l'usage des nichoirs dans les villages et vignobles pour permettre un contrôle des chauve-souris. Et plus globalement, aussi, sur l'impact paysager d'un nouveau projet d'implantation de neuf éoliennes à Saint-Cyr-les-Colons. "C'est gâcher le potentiel touristique de notre territoire. Et notre argument principal, c'est celui-là. Nous avons un petit bijou sous la main, que l'on se doit de préserver."
« Ce n'est pas que pour notre petit nombril de vigneron, ou de proximité à l'éolien que nous réagissons. Les projets se multiplient à vitesse grand V, et nous n'avons pas d'explications sur les tenants et les aboutissants.»
GUILHEM BOISOT (Vigneron et président du syndicat Bourgogne Côtes d'Auxerre)
Vigneron lui aussi, et président du Syndicat Bourgogne Côtes d'Auxerre, Guilhem Boisot ne cache pas sa rétissence quand au projet éolien en discussion sur la commune. "Nous sommes sensibles à notre environnement, à notre patrimoine paysager et habitat. On ne peut pas revenir sur l'existant, mais on peut avoir une réflexion sur demain. Dans 25 ans, comment va se dérouler le démentellement de ces éoliennes ? Et si bientôt, sur nos plaquettes, vous mettez des photos de nos grands crus de Chablis avec des mâts immenses juste à côté ? Le contexte éolien nous fait réagir, mais il y a aussi une volonté de notre part d'avoir une réflexion plus globale. De montrer qu'en contre partie, nous nous donnons aussi les moyens de réfléchir à d'autres solutions écologiques."
« Mon regard est clair : sur Chablis, je n'accepterai jamais l'installation d'un parc éolien. Il s'agit d'une vraie nuisance touristique alors qu'aujourd'hui toutes les volontés et projets sont en train de s'imbriquer, avec notamment l'implantation future de la cité du vin. »
MARIE-JOSÉE VAILLANT (Mairesse de Chablis)
D'abord avec son regard d'élue, la mairesse de la commune de Chablis Marie-Josée Vaillant accorde son discours à celui des riverains et vignerons présents. Pour sauvegarder un patrimoine existant, et donner au tourisme viticole toutes ses chances d'exister dans les vignobles de l'Yonne. Avec son regard d'élue, et, aussi, avec son "avis personnel. Que va t-on laisser à nos enfants, nos petits enfants ? Des cimetières d'acier et de béton ? La réflexion doit se faire à long terme, et pas seulement s'appuyer sur une éventuelle notion de gains à l'instant T"
Consultation publique. Elle est ouverte depuis le 20 juin dernier. Dans le cadre de cette dernière, un commissaire enquêteur est chargé de recueillir et restituer les doléances, avis et questionnements des riverains sur le projet. Ce samedi matin, l'association Vents contre air a profité de sa présence en mairie pour lui transmettre leur travail réalisé autour des ateliers, et les signatures de soutien des riverains reçues à l'occasion.

Archives :
Avril 2017 : Le syndicat des vignerons d’Irancy se bat contre le futur parc éolien (Yonne) : 

Juin 2017 : Yonne : Le vignoble refuse d’être « défiguré » par les éoliennes : 

Transition énergétique : inscrire les renouvelables dans le paysage pour éviter l'opposition

https://www.actu-environnement.com/ae/news/transition-energetique-renouvelables-paysage-integration-31567.php4#xtor=ES-6

La multiplication de petites installations de production d'électricité renouvelable modifie les paysages. Des collectivités s'emparent du sujet pour encadrer leur déploiement et planifier les zones d'implantation selon leur projet de territoire.

Qui dit décentralisation et transition énergétiques, dit également multiplication de petites unités de production. Ici et là fleurissent centrales photovoltaïques et parcs éoliens. Au risque de dénaturer les paysages. Certains projets font déjà l'objet de vives oppositions de la part de riverains. Pour faciliter leur acceptation et les inscrire dans le territoire, certaines collectivités s'emparent de la question et planchent sur la dimension paysagère de la transition énergétique. "Il ne s'agit pas de sacraliser le paysage. C'est utopique de vouloir le mettre sous cloche. Le paysage doit plutôt être un outil pour questionner la manière de mettre en œuvre la transition énergétique", explique Auréline Doreau, chef de projet de la chaire Paysage et Energie, à l'Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles.

"Le paysage doit plutôt être un outil pour questionner la manière de mettre en œuvre la transition énergétique." 
Auréline Doreau, Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles


Si, au premier abord, la rencontre entre paysagistes et énergéticiens n'est pas évidente, elle est finalement source de richesse : "Cela suppose de croiser les disciplines, mais aussi de questionner les activités sur le territoire : économie, loisirs, agriculture, mobilité, solidarité entre les territoires… Ce travail ouvre un champ de réflexion beaucoup plus large, au delà de la question initiale de la transition énergétique".

Anticiper l'arrivée des projets renouvelables

Le parc naturel régional des Préalpes d'Azur s'est saisi du sujet à l'occasion de l'installation d'un poste source électrique de 80 MW. Ce projet démultiplie les possibilités d'installer des énergies renouvelables sur ce territoire : environ 200 hectares de centrales photovoltaïques seront raccordables. Cette future infrastructure attire d'ores et déjà les porteurs de projets, au risque de conduire à des spéculations sur les terres, notamment agricoles. Le parc a donc souhaité anticiper, en élaborant des préconisations sur les futures centrales, voire en planifiant leur implantation. "L'idée est d'éviter de miter le territoire comme cela s'est fait avec les zones pavillonnaires. Il était donc nécessaire de prendre le projet très en amont", explique Joris Masafont, étudiant paysagiste chargé de mener la réflexion sur l'intégration paysagère des énergies renouvelables dans le parc. "En règle générale, les collectivités agissent en réaction à l'arrivée d'opérateurs privés. Il n'y a donc pas d'ambition paysagère. Nous souhaitions anticiper, afin d'éviter d'avoir une juxtaposition de centrales qui dénaturent le territoire", justifie Eric Mele, président du parc. D'autant qu'à terme, la capacité du poste source pourrait être triplée.

Des analyses cartographiques et des études de terrain ont permis de mieux connaître le territoire dans un périmètre de 15 km autour du futur poste source. Des critères paysagers, mais aussi des critères techniques, élaborés avec des énergéticiens, ont permis d'établir une grille de lecture du territoire.


Ce travail a permis d'identifier les lieux potentiels d'installation des parcs, en accord avec le projet de territoire. Ainsi, les plaines fertiles devraient être protégées des grands projets. Les zones ayant un intérêt patrimonial, écologique ou agricole ont été exclues d'office. En revanche, les plateaux calcaires, "lieux assez pauvres en termes de biodiversité, assez fermés, pourraient servir à la fois pour le pâturage et l'installation de centrales photovoltaïques", explique Joris Masafont. Et pourquoi pas multiplier les usages sur ces plateaux, en créant des réserves d'eau de pluie ? Au niveau des villages, des serres photovoltaïques pourraient être installées, en continuité de l'urbanisme actuel, pour alimenter les cantines ou les habitants.

Une démarche qui porte ses fruits

Ce travail, qui va être poursuivi, doit permettre au parc de se positionner sur les futurs projets. "L'avis du parc reste consultatif, mais c'est une aide à la décision pour les maires et le Préfet. Il s'agit d'inscrire ce travail d'expertise dans un ensemble d'enjeux", explique Eric Mele.

Le parc naturel régional du Verdon s'est lancé dans cette démarche il y a quelques années. Une charte, adoptée en 2010, définit des principes d'implantation pour les centrales solaires : éviter les terres agricoles, les zones naturelles à enjeux et privilégier le foncier communal afin de garantir l'intérêt général du projet. Les porteurs de projets doivent également présenter une simulation paysagère et privilégier les solutions qui optimisent l'emprise au sol.


Depuis 2007, le parc a émis 23 avis sur des projets photovoltaïques : cinq favorables, quatre avec réserves et 14 défavorables. Huit projets ont finalement été réalisés : quatre avaient reçu un avis favorable, deux un avis défavorable (car implantés sur des terrains privés) et deux des réserves. "Tous les projets sur des paysages emblématiques ont été abandonnés, souligne Dominique Imburgia, chargé de projet Energie du parc. Depuis 2011, il n'y a plus de projets en zone agricole et les deux-tiers sont sur des terrains publics".


Ce travail de longue haleine a permis d'ouvrir les discussions avec les élus et les opérateurs privés. Pour autant, la démarche se confronte parfois à des intérêts économiques : les communes sont tentées de donner leur feu vert à des projets qui dénaturent le paysage, afin de bénéficier de retombées économiques. Difficile de renoncer à une nouvelle manne financière en ces temps de disette budgétaire…


"Demain, avec le développement des intercommunalités, les projets de territoires seront plus facilement réalisables", espère Luc Courtil, chargé de mission Développement du parc. D'autant que l'objectif n'est pas de s'opposer à tous les projets mais de privilégier ceux qui s'inscrivent dans le paysage : "On engage les communes à s'approprier la question et à inverser les démarches, en utilisant les plans locaux d'urbanisme (PLU)", explique-t-il. Par exemple, la commune de Moissac-Bellevue a travaillé à l'élaboration d'un cahier des charges, avec le parc et Energie partagée. Une pré-étude environnementale a été réalisée sur le site identifié et le public a été consulté sur le projet d'implantation d'une centrale photovoltaïque. Ce n'est qu'après ces étapes qu'un opérateur a été retenu par appel d'offres pour mener à bien le projet, qui est encore en cours de montage.

A Manosque, l'hydrogène crée une bulle spéculative sur le foncier

Anticiper et s'approprier les projets, c'est également ce que comptent faire les élus de la communauté d'agglomération de Manosque (Durance-Luberon-Verdon agglomération). Un projet de production d'hydrogène, à partir de photovoltaïque, et de stockage dans les cavités salines du territoire, suscite des inquiétudes. "Ce projet nécessite l'installation de 1.500 hectares de panneaux photovoltaïques. Les opérateurs sont en train de se positionner. Nous devons être très vigilants. Ils proposent des loyers de 8.000 à 10.000€/an/ha aux propriétaires forestiers. Cela crée une bulle spéculative. Or, nous tenons à la carte postale de notre territoire, qui est très touristique", raconte le maire de Manosque, Bernard Jeanmet-Péralta. L'agglomération planche donc, avec le parc du Verdon, sur une cartographie de favorabilité ou d'exclusion des projets, en fonction des enjeux de biodiversité, de paysage, d'agriculture et de pastoralisme. Mais "il faut aller vite", prévient Luc Courtil.

Deux-Sèvres : Saint-Aubin-du-Plain : Un nouveau projet éolien autour de Bressuire

https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/saint-aubin-du-plain/un-nouveau-projet-eolien-autour-de-bressuire

Un mât de mesure va être installé par la société WKN France à Saint-Aubin-du-Plain dès mardi pour mesurer la pertinence d'un nouveau projet de parc éolien.


La société WKN France basée à Nantes vient d'annoncer qu'elle va poser mardi un mât de mesure à proximité de la route Bressuire-Argentonnay sur le territoire de la commune de Saint-Aubin-du-Plain pour y étudier la pertinence d'un projet de parc éolien.

"Au terme d’un travail de prospection croisant de nombreuses contraintes et données, une zone potentielle d’implantation a été identifiée sur la commune de Saint-Aubin-du-Plain. Suite à plusieurs rencontres avec la municipalité depuis 2015, le développement d’un projet éolien a été initié", annonce la société dans un communiqué.

Un mât de 100 m dès mardi
"La préfaisabilité ayant été vérifiée, il entre à présent en phase d’études pour concevoir un projet en adéquation avec son environnement. La première étape est la pose d’un mât de mesure d’une hauteur de 100 mètres ce mardi 3 juillet. Il a pour vocation de mesurer sur site vitesse et direction du vent, température et pression atmosphérique. Les riverains recevront un dépliant d’information dans leurs boîtes aux lettres lundi. Une année de mesures minimum est nécessaire pour couvrir les conditions météorologiques des quatre saisons."

"Cela m'étonnerait que la Ville de Bressuire donne un avis favorable"

Jean-Michel Bernier, président de l'Agglo2B et maire de Bressuire

Contacté au téléphone, le maire de Bressuire et président de l'Agglomération du Bocage bressuirais n'a pas caché sa surprise ni son opposition personnelle à ce projet qu'il découvrait. "L'Agglo2B sera consultée et la commune de Bressuire aussi puisqu'elle est riveraine", a réagi Jean-Michel Bernier. "Je ne peux pas préjuger de ce que va décider l'Agglomération mais cela m'étonnerait que la Ville de Bressuire donne un avis favorable."

5, c'est le nombre de parcs éoliens qui cerneraient le voisinage immédiat de Bressuire si ce projet aboutissait.
Jean-Michel Bernier a de bonnes raisons de s'avancer ainsi puisqu'un débat a déjà eu lieu au sein du conseil municipal à l'initiative de son opposition municipale. Lors de ce débat, une majorité dépassant les camps politiques avait déjà émis des doutes plus que prononcés sur la multiplication des projets autour de la ville. Car en plus du parc éolien de Noirterre-la Chapelle-Gaudin déjà existant, Bressuire est cernée par les projets. Les permis accordés à celui de Terves-Boismé n'ont pas été contestés devant la justice mais celui de Chiché fait déjà l'objet de recours et d'une forte opposition de la commune voisine de Faye-l'Abbesse et celui de Voulmentin est contesté devant le tribunal administratif.

Si tous ces projets éoliens aboutissaient, ce serait le cinquième parc éolien autour de Bressuire.

http://www.imag-in-air.com/aerial/ds79/79rz/slides/St_Aubin_du_Plain_003.jpg
Autres articles de presse
30/06/18 : Deux-Sèvres : Un nouveau projet éolien à Saint-Aubin-du-Plain
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/saint-aubin-du-plain/un-nouveau-projet-eolien-a-saint-aubin-du-plain
La société WKN France, basée à Nantes, vient d’annoncer qu’elle va poser mardi un mât de mesure à proximité de la route Bressuire-Argentonnay, sur le territoire de la commune de Saint-Aubin-du-Plain, pour y étudier la pertinence d’un projet de parc éolien.
« Une zone potentielle d’implantation a été identifiée à Saint-Aubin-du-Plain. Suite à plusieurs rencontres avec la municipalité depuis 2015, le développement d’un projet éolien a été initié », annonce la société dans un communiqué.
« La préfaisabilité ayant été vérifiée, il entre à présent en phase d’études pour concevoir un projet en adéquation avec son environnement. La première étape est la pose d’un mât de mesure d’une hauteur de 100 m ce mardi 3 juillet. Il a pour vocation de mesurer vitesse et direction du vent, température et pression atmosphérique. Les riverains recevront un dépliant d’information lundi. Une année de mesures minimum est nécessaire. »
Cinquième projet autour de Bressuire

Contacté au téléphone, le maire de Bressuire et président de l’Agglomération du Bocage bressuirais n’a pas caché sa surprise ni son opposition personnelle à ce projet qu’il découvrait. « L’Agglo2B sera consultée et la commune de Bressuire aussi puisqu’elle est riveraine », a réagi Jean-Michel Bernier. « Je ne peux pas préjuger de ce que va décider l’Agglomération mais cela m’étonnerait que la Ville de Bressuire donne un avis favorable. »
Jean-Michel Bernier a de bonnes raisons de s’avancer ainsi puisqu’un débat a déjà eu lieu au sein du conseil municipal à l’initiative de son opposition municipale. Lors de ce débat, une majorité dépassant les camps politiques avait déjà émis des doutes plus que prononcés sur la multiplication des projets autour de la ville. Car en plus du parc éolien de Noirterre-La Chapelle-Gaudin déjà existant, Bressuire est cernée par les projets. Les permis accordés à celui de Terves-Boismé n’ont pas été contestés devant la justice mais celui de Chiché fait déjà l’objet de recours et d’une forte opposition de la commune voisine de Faye-l’Abbesse et celui de Voulmentin est contesté devant le tribunal administratif.
Si tous ces projets éoliens aboutissaient, ce serait le cinquième parc éolien autour de Bressuire.

29/06/18 : Deux-Sèvres : Saint-Aubin-du-Plain : Eolien : un mât de mesure installé mardi
http://www.courrierdelouest.fr/actualite/saint-aubin-du-plain-eolien-un-mat-de-mesure-installe-mardi-29-06-2018-364703
La société WKN France installera, mardi prochain, un mât de mesure d'une hauteur de 100 mètres, à Saint-Aubin-du-Plain, dans l'optique d'un projet éolien.
Équipé d'instruments et capteurs, ce mât a pour vocation de mesurer sur site en continu vitesse et direction du vent, température, et pression atmosphérique. Les riverains recevront un dépliant d'information dans leurs boîtes aux lettres lundi. Une année de mesures minimum est nécessaire.
Le dépôt du dossier d'autorisation environnementale est programmé fin 2019. Les collectivités environnantes seront consultées. Localement, on connaît l'hostilité notamment bressuiraise à l'essor de l'éolien, dans les environs.


Stop Eole Collectif Auvergne

http://fr.friends-against-wind.org/realities/stop-eole

Stop Eole !

« Le développement aux coûts directs ou indirects exorbitants, en dépit de ses défaillances, de l’éolien terrestre dans le mélange électrique emportera une régression irréversible de l’environ-nement jusque là préservé des territoires. »
Point de vue n° 210 de l’association environnementale régionale Stop Eole Collectif Auvergne dans le débat sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) :
Notre association environnementale régionale entend faire valoir sur la Programmation Pluriannuelle de l’Energie actuellement soumise à consultation, un double constat :
  • l’argument climatique pour fractionner en France la production énergétique par moitié entre nucléaire et Enr est illusoire et incohérent : suivre sans le suivre l’exemple de l’Allemagne, qui prône le tout Enr et particulièrement l’éolien dont la production est incertaine, variable, aléatoire, tout en développant pour pallier ces handicaps l’exploitation de ses mines de charbon et partant, ses émissions de CO2, apparaît inadapté à la France ; la production énergétique de notre pays est déjà en majeure partie décarbonée et maîtrisable du fait de l’exploitation de nos centrales hydrauliques et nucléaires qui produisent en continu ou à volonté. Vouloir redonner à l’éolien industriel des couleurs en prônant comme vient de le faire Nicolas Hulot, en tant que ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, un plan «  hydrogène vert » issu des énergies renouvelables entretient l’illusion.
  • le développement aux coûts directs ou indirects exorbitants, en dépit de ses défaillances, de l’éolien terrestre dans le mélange électrique emportera une régression irréversible de l’environnement jusque là préservé des territoires ; d’où son inacceptabilité sociale, cause des recours contre la régression du droit de l’environnement.

I. les chiffres de production des Enr avancés camouflent le caractère marginal de la part de l’éolien comme le fait que son exploitation ne réduit pas la production de CO2.

La production d’électricité d’origine hydraulique et celles d’autres Enr ne sont pas mises en avant alors que :
  • l’éolien ne produit que 5 % de sa puissance installée, seule affichée bien qu’en réalité virtuelle ; les éoliennes ne fonctionnent que 20 % du temps ; la production d’électricité par les éoliennes est encore plus faible par rapport à la consommation d’énergie qui reste stable, soit à peine 2 % de celle-ci en 2015 ;
  • la production d’électricité d’origine éolienne, prioritaire sur le réseau de transport de l’électricité, bien qu’aléatoire, dispersée, brutalement variable, imprévisible, incontrôlable, est la majeure partie du temps décalée par rapport aux variations des besoins en énergie ; les heures de production ne correspondent que rarement aux heures de forte demande. En effet, les éoliennes ne produisent pas ou peu lorsque la demande d’énergie est forte, notamment en hiver, ou trop dans le cas contraire en emportant alors une surproduction au détriment des autres sources d’énergie, voire une perte d’électricité; elle menace la sécurité de l’approvisionnement sur le réseau de transport d’électricité;
  • le corollaire de l’exploitation de centrales éoliennes est celle de centrales thermiques au gaz  et à charbon, émettrices de gaz à effet de serre, pour pallier leur inefficacité face aux pointes de la demande d’électricité ; le développement de l’éolien implique le développement des centrales thermiques ; la contribution à la réduction du C02 mondial de l’éolien français, même si la programmation de son développement devait devenir une réalité, ne peut et ne pourra qu’être infime ; la désinformation des porteurs de la politique en faveur de l’éolien, notamment du SER, de l’ADEME, de certains élus de la mouvance de l’écologie politique et d’un grand nombre de médias doit être dénoncée : bien que la demande d’électricité reste stable, les émissions de C02 en France a augmenté avec le développement des Enr et notamment de l’éolien terrestre.
  • il n’apparaît pas que la multiplication d’éoliennes gigantesques sur tout le territoire français, tel que programmé, puisse changer cet état de fait, en l’absence de possibilité de stockage de sa production ; l’évocation à cet égard d’un recours à l’hydrogène «vert» issu des Enr fournissant de l’hydrogène par électrolyse est anecdotique tant les rendements ne peuvent qu’être dérisoires, déjà du fait du manque d’efficacité de l’éolien en France, et du fait que le prix de vente cumulé avec celui des énergies éolienne ou photovoltaïque insupportable. Seule l’hydraulique, énergie renouvelable, elle pilotable, n’a pas besoin d’être stockée en hydrogène puisqu’elle est déjà en stock dans des réservoirs d’eau. La France n’a pas actuellement besoin de l’éolien ;
  • le prix servi aux producteurs d’électricité éolienne est exorbitant compte tenu du manque de pertinence et d’efficacité de la production éolienne. Ce prix est supporté par l’État et les consommateurs finaux d’électricité, les entreprises comme les particuliers, générant pour nombreux de ces derniers et de nombreux ménages une situation de précarité énergétique.
Ainsi, compte tenu du bilan d’inefficacité qui précède, il est manifeste que ce n’est pas l’éolien qui permettra à la France , niant les services rendus par le nucléaire, d’en sortir. A ce point de vue, l’axiome «  50 % de nucléaire, 50 % d’Enr » apparaît même au regard des handicaps du nucléaire (sécurité et déchets) inadapté.

II. la politique envisagée en faveur massivement de l’éolien, notamment terrestre, aggravera la déstructuration du territoire français, aux dimensions somme toute modestes et en tous lieux habité, notamment en zone rurale ou montagnarde même si l’habitat y est dispersé :

  • le fait que la construction de centrales éoliennes jusqu’à six mâts ou d’une capacité installée de moins de 18 MW ne soit pas soumise à la concurrence conduit à faire bénéficier les promoteurs privés d’un prix au KWH subventionné au double du prix du marché, prix majoré garanti pendant vingt ans. Il s’ensuit une fragmentation des parcs par les filiales de mêmes sociétés et un mitage des territoires même en zones peu ventées, l’exploitation des centrales restant en ce cas toujours rentable.
  • le développement programmé de l’éolien emporte celui de pollutions sonores et visuelles en tous lieux, jour et nuit, pour des riverains toujours plus nombreux ; le fait que les centrales éoliennes puissent être construites à 500 mètres des habitations, possibilité dont usent et abusent les promoteurs par le biais d’étude d’impact stéréotypées dont ils ont la maîtrise, emporte une grave aggravation du cadre de vie des riverains en portant atteinte à leur bien-être physique, mental et social, partant à leur santé comme l’a souligné l’Académie de médecine dans un avis publié le 9 mai 2017.
  • le développement de l’éolien en territoire français se fait aux détriment de ses paysages, de son patrimoine naturel et bâti, de son économie touristique.
  • il se fait au détriment de la cohésion sociale dans les villages en créant des conflits d’usage entre exploitations éoliennes invasives mais profitables pour certains et habitations impactées.
Notre association plaide donc pour l’arrêt de l’éolien aléatoire sous perfusion publique qui induit de fortes pertes environnementales sans gain significatif  global. La destruction de l’environnement est par nature irréversible. L’industrialisation éolienne laissera un héritage dégradé aux générations futures : au regard du prix inabordable du démantèlement des éoliennes (plus de 400 000 euros par éolienne) et compte tenu de leurs massifs en béton abandonnés sur place, ne resteront plus que des friches industrielles et des lignes à très haute tension et à longue distance. La France comme première destination touristique au monde avec ses multiples emplois de la filière touristique ne sera plus.
Au regard des coûts fiscaux, environnementaux, sociaux du « Grand Bond en Avant » éolien, notre association ne peut que réfuter la Programmation Pluriannuelle de l’Energie » que le gouvernement s’apprête à valider.
Le 25 juin 2018,
Elisabeth PANTHOU-RENAR
Contribution PPE de Stop Eole Collectif Auvergne


Eolien : défaillances de l'Etat

de Jean-Louis Remouit
Juin 2018


Introduction
En matière de déploiement des énergies renouvelables et éoliennes en particulier, l'abondance des recours juridiques montre que le législateur n'a pas su, dans sa précipitation, adapter les règles et les bonnes pratiques.
Les directives européennes, contestables pour certains sur le fond, n'ont pas su être transcrites en droit français de façons adéquates et les régions ont improvisé des scénarios hasardeux et critiquables.
A l'heure où la PPE se termine et où le Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable présente plusieurs plans renouvelant le sujet, il n'est pas question des procédures, précautions, et usages mis en œuvre dans les politiques publiques de l'éolien qui présentent de nombreuses défaillances.
Voici, en résumé, les critiques qu'on peut leur opposer. Elles se placent dans toutes les zones du droit comme si la COP21 avait donné un objectif sans en fixer les moyens.
Ces critiques que nous qualifions ici de défaillances des autorités peuvent se classer en quatre groupes :

Les défauts de procédures nationales ou régionales Les défauts de transcription du droit européen Les défauts de vigilance L'absence de moyens à préserver le bien commun.
Ces critiques trouvent leur échos dansle récent APPEL de 'Sciences Techniques Actions' sur https://sciencetechaction.tumblr.com/politiqueenergetique .
[Appel solennel pour une commission scientifique pluridisciplinaire et indépendante.
En raison des principes fondamentaux et incontestables devant présider à toute politique énergétique, après avoir constaté :
l’atteinte à la Raison d’État que constitue la loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) ses conséquences sur notre industrie, le caractère irréaliste de ses objectifs, le manque de vraisemblance de son financement, l’échec de sa mise en œuvre au regard des avantages espérés, tant en termes de maîtrise des coûts, de sécurité d’approvisionnement que d’impact sur l’environnement, Le collectif Science Technologies Actions (STA) appelle solennellement Monsieur le Président de la République à mettre en œuvre une expertise scientifique pluridisciplinaire et indépendante chargée d’évaluer les coûts, avantages et inconvénients des dispositions de la LTECV.
Dans l’attente des conclusions de cette expertise, STA demande de décréter sans délai un moratoire visant à interdire l’implantation de nouvelles capacités de production d’énergie non pilotable (photovoltaïque et éolien) qui ne seraient pas couplées avec une nouvelle capacité de stockage équivalente lui permettant l’adéquation aux exigences du système électrique.
Ces capacités de stockage sont en effet nécessaires pour permettre à ces « énergies nouvelles » de remplacer quelque puissance pilotable que ce soit.
STA demande également d’exclure la fermeture de tout réacteur jugé sûr par l’Autorité de sureté nucléaire, et notamment de surseoir à la procédure de fermeture de la centrale de Fessenheim.
Cet appel est formulé, en raison du caractère pour le moins hypothétique des orientations actuellement choisies et de la gravité de la situation irréversible que ces orientations impliquent.
Le pire ne pouvant être évité que par la survenue providentielle de ruptures technologiques, notamment dans le domaine du stockage que, dans l’état actuel des connaissances, rien ne permet d’espérer.
Or une rupture technologique ne se décrète pas.]

Les objectifs contestables et contestés des Energies Renouvelables ce 3 juin 2018 dans Contrepoints
Prescriptions applicables à l'installation, à l'exploitation et au démantèlement des éoliennes :
Code de l'environnement Art. L. 553-2 et s., Art. R. 553-1 et s. Code de l'urbanisme Art. L. 421-5, Art. R. 421-8-1 Code de la construction et de l'habitation Art. R. 111-38(6°)
Résumé et Conclusions
La mise en œuvre de la politique des EnR se fait EN FORCE et laisse apparaître des anomalies de conduite classées en quatre chapitres que les citoyens éclairés ne sauraient laisser perdurer:
Les défauts de procédures nationales ou régionales Les défauts de transcription du droit européen Les défauts de vigilance L'absence de moyens à préserver la paix civile
Ces observations concernent la conduite de la politique des EnR à l'exclusion de ses objectifs qui sont par ailleurs tout autant critiquables (voir Contrepoints ci-dessus).
Ces éléments conduisent à poser 26 questions au gouvernement, concernées uniquement par la conduite forcenée de la politique des EnR. Le libellé des questions reste à débattre.
I Les défauts de procédures
1.1 [Q1] Le SRE n'est constitué que de listes
Les schémas régionaux éoliens (SRE) sont constitués de cartes et de listes de zones favorables au déploiement de parcs. Ces listes, librement consultables, permettent aux candidats promoteurs de s'intéresser à telle ou telle zone au seul motif qu'ils y trouvent un intérêt personnel. L'administration régionale, habituée à traiter avec des grands groupes raisonnés et raisonnables, n'a pas prévu des interlocuteurs chasseurs de sites s'arrogeant leur implantation ici ou là. Aucune stratégie dans l'espace ou dans le temps pour le déploiement au point de trouver des parcs en cours d'étude à l'intérieur d'autres, promus par des candidats différents et en général concurrents (par exemple en Haute-Marne, le projet de parc éolien de Vignes-la-Côte (développé par Global Wind Power mais finalement abandonné) est inclus géographiquement dans celui de Reynel-Roches (développé par Epuron).
1.2 [Q2] Absence de vote citoyen pour un parc éolien
Actuellement, l'implantation d'un parc éolien avec son volet ICPE est une pure affaire de municipalité souveraine qui obtient son quitus du Préfet via un commissaire enquêteur. L'implantation du parc éolien, étant une affaire privée entre un promoteur et des propriétaires ou des ayant-droits fonciers, ne doit obtenir l'autorisation de la municipalité qu'en raison du permis de construire indispensable. Mais, il est facile de comprendre que l'arrivée du parc va bouleverser tant les équilibres économiques de la commune que la qualité de vie des habitants. Il est donc raisonnable de penser que la municipalité élue pour gérer le quotidien ne saurait faire son affaire de projets et de décisions qui entraîne la commune sur une durée largement supérieure à son mandat sans faire appel à un vote spécifiques des habitants.
1.3 [Q3] Absence d'appel d'offre pour un parc éolien
Non seulement les parcs éoliens sont construits via l'autorisation d'une minorité sans l'approbation générale mais en plus, étant d'intérêt public mais de droit privé, la construction se fait sans appel d'offre. L'intérêt public résidant d'abord dans la qualité décarbonée de la production électrique, réside également dans la capacité de l'exploitant à produire de l'énergie à moindre coût préservant le consommateur des égarements d'un prix final librement défini par le marché. Nous y voyons, outre une source de corruption, une absence de règles du SRE qui s'impose pourtant dans d'autres domaines avec rigueur. Les candidats promoteurs viennent piocher dans le SRE les zones qui les intéressent où la qualité du vent n'est pas toujours la première motivation. Dans ces déploiements à caractère public, le SRE ne propose qu'un inventaire sans aucune stratégie de déploiement hormis les objectifs de capacité. Aucune idée sous-jacente d'aménagement du territoire : c'est une FAUTE
LOURDE. Pour un territoire donné, aucun appel d'offre n'est mis en œuvre afin de sélectionner le mieux disant. Les citoyens ou leurs représentants ne peuvent choisir entre une filiale d'EDF « rassurante » et la société d'un cow-boy de l'éolien sorti de nulle part.
1.4 [Q4] Défaillances dans l'aménagement du territoire
L'état ou les collectivités locales n'ont aucune idée d'associer un parc à une activité qui aurait besoin d'une ressource en énergie à prix « local »... Pour un lieu donné, il n'y a aucune coordination des parcs prévisibles ou en préparation. Ainsi le plan Hydrogène annoncé par M. Nicolas HULOT n'est pas connecté aux territoires dans ses expérimentations à venir.
1.5 [Q5] Défaillance de l'état dans l'association du régime d'exploitation des parcs éoliens avec des taxes ou dispositions déjà portées par d'autres activités.
La Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) est codifiée dans le code des douanes. http://www.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr Elle ne s'applique pas aux installations produisant de l'électricité (ICPE Installations Classées pour la Protection de l'Environnement). http://www.installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr/Arretes-declaration-et.html
Rien pourtant ne le justifie si ce n'est la fragilisation des grands équilibres avec la production électrique majoritaire des centrales nucléaires à qui on ne taxe pas la production des déchets radioactifs.
De même, les parcs éoliens ne paient pas de taxe sur l'usage de l'air. Si cela peut faire sourire, il n'en n'est pas de même pour les opérateurs de télécommunication qui achètent aux enchères le droit de pollution électromagnétique de l'espace (mais pas de l'air au demeurant) et des compagnies aériennes qui utilisent des routes aériennes en payant des droits de passage. De même avec l'eau, l'usage des rivières pour les moulins ou du rivage maritime pour les turbines sous-marines est soumis à taxe.
II Les contradictions avec le droit européen
2.1 [Q6] Mauvaise évaluation environnementale préalable
Nouvel épisode dans le combat qui oppose partisans et détracteurs de l'éolien. Dans un arrêt en date du 18 décembre 2017, le Conseil d'Etat a confirmé l'annulation définitive du schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie (SRCAE) et du Schéma Régional Eolien (SRE) de la région Lorraine et rejeté le pourvoi formé par l'ancienne ministre de l'Environnement, Ségolène Royal.
La plus haute juridiction administrative a motivé son arrêt en invoquant notamment un « défaut d'évaluation environnementale préalable, en violation du droit européen ».
2.2 [Q7] Projet de décret Lecornu sur la suppression des TGI du circuit juridique des recours
Le projet de décret de M. Sébastien LECORNU vise à supprimer un échelon juridique des recours contre les EnR afin d'accélerer leur déploiement. Il paraît difficile, voir non constitutionnel, de sélectionner les lois applicables en fonction d'un public particulier.
2.3 [Q8 ]Non application du droit européen de la concurrence
Lorsqu'un promoteur s'intéresse à un site éolien potentiel, il n'est pas mis en concurrence et il n'y a pas d'appel d'offre en contradiction avec le droit européen.
2.4 [Q9] Classement des ICPE de l'éolien terrestre et taxation
La France engluée dans le classement ICPE des aérogénérateurs terrestre outrageusement imposé par le législateur qui prétendait faire un grenelle de l’environnement et lui-même incapable de concevoir une planification réglementaire de l’éolien sécurisé. Il est maintenant question de réorienter cette manne de l’IFER des EPCI vers les communes pour relancer l’éolien en France. En effet lorsque ces communes appartiennent à un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité professionnelle unique ou à fiscalité éolienne unique, les communes d’implantation des parcs éoliens ne perçoivent plus aucune part de l’IFER. Elles sont dépendantes des règles internes à l’EPCI pour bénéficier d’une aléatoire redistribution, et ce malgré l’instauration depuis le 1er janvier 2016 de la procédure dite « de révision libre », procédure facultative qui permet au conseil communautaire de procéder à une révision libre des attributions de compensation afin de tenir compte le cas échéant de la dynamique de la fiscalité éolienne). « Or, quand le maire doit expliquer aux habitants qu’on ne touche rien directement pour la commune si on installe des éoliennes, ce n’est pas toujours simple », faisait valoir en fin d’année.
Sébastien Lecornu, en se disait favorable à une meilleure répartition de l’intéressement fiscal en donnant une part directement aux communes (le monde economie | 30.11.2017). Mais au final un amendement sénatorial en ce sens n’a pas été retenu dans la loi n° 2017-1837 du 30 décembre 2017 de finances pour 2018.
2.5 [Q10] La confusion en France de la transposition des objectifs européens
L’Union Européenne incite les Etats membres à réduire de 20% les émissions de gaz à effets de serre d’ici 2020, et à porter à 20% la part des ressources d’énergies renouvelables dans leur consommation d’énergie globale à l'horizon 2020. Cet engagement a été transposé dans le droit européen avec la nouvelle directive sur les énergies renouvelables de 2008, visant entre autre à pousser les Etats membres à développer un plan d’action spécifique. En 2017 les énergies renouvelables (hydraulique 10.1%, éolien 4.5%, solaire 1.7%, bioénergies 1.7%) ont représenté 18% du total produit soit à 2% près l’objectif 2020.
La production hydro-électrique (53,6 TWh en 2017) a en effet baissé de 16,3% l’an dernier en raison des précipitations moins fortes qu’en 2016. Sans cette baisse la part de l’hydraulique aurait été de 11.8% ce qui aurait donné un total de renouvelables de 19.8. La France rempli déjà en 2017 les objectifs de 2020.
La France étant neutre avec son énergie nucléaire, le premier objectif est donc caduc, la concernant, et seul le second s'applique, celui de la proportion des énergies renouvelables non hydrauliques à raison de 10% pour l'éolien et à 10% pour le reste (photovoltaïque et généré). Mais comme l'énergie éolienne est intermittente, il faudrait que sa capacité soit portée à 40 % pour que cet objectif soit atteignable avec l'hypothèse d'une production à 25 % du temps. Tout ceci est irréaliste.
2.6 [Q11] Participation du public à l'évaluation environnementale non respectée
La directive européenne sur les études d’incidences des parcs éoliens, impose une évaluation environnementale avec participation du public.
L’ordonnance du 3 août 2016 portant réforme des procédures destinées à assurer l'information et la participation du public à l'élaboration de certaines décisions susceptibles d'avoir une incidence sur l'environnement l’a ensuite adapté, notamment pour transposer la directive du 16 avril 2014 relative à l'évaluation des incidences de certains projets publics et privés sur l'environnement, dans le cadre du chantier de modernisation du droit de l’environnement, dans lequel le Gouvernement s’est engagé à simplifier le droit de l'environnement tout en maintenant un niveau de protection constant.
L'ordonnance de 2016 n'est pas appliquée et le public ne participe pas. Par ailleurs, même s'il participait, rien n'indique, dans l'ordonnance, la portée des remarques qu'il serait amené à faire pas plus que les droits qui s'y rattachent.
Un arrêté, publié le 21 janvier 2017, fixe le nouveau formulaire de demande d'examen au cas par cas permettant, pour certains projets, de savoir s'ils sont soumis ou non à étude d'impact.
Ce formulaire, obligatoire depuis le 22 janvier 2017 pour les projets concernés, prend la forme du document Cerfa 14734. Ce document est accompagné de la notice explicative Cerfa 51656.
Le formulaire de demande d'examen au cas par cas concerne les projets figurant dans la troisième colonne de l'annexe de l'article R. 122-2 du code de l'environnement. Le formulaire complété doit être adressé par le maître d'ouvrage à l'autorité environnementale qui décidera ou non de la réalisation d'une évaluation environnementale.
La refonte du formulaire existant vise à prendre en compte la réforme de l'étude d'impact intervenue durant l'été 2016 et qui bascule un grand nombre de projets de l'évaluation environnementale systématique vers la procédure du cas par cas.
III Les défauts de vigilance
3.1 [Q12] Pas de contrôle adapté sur les sociétés de promotion de parc
-empilement de holdings faisant diluer les excédents bruts d'exploitation le long de la chaîne.
-structures financières occultes : les SARL de parc ont souvent leurs comptes inaccessibles au greffe de leur siège au motif, permis par le code commerce, de cacher leurs modèles économiques, ce qui est un abus de droit car elles ont toute le même. De plus la société propriétaire du parc possède en général des filiales correspondant aux parcelles visant à diluer on ne sait quelle responsabilité.
3.2 [Q13] Pas de contrôle sur l'achat/revente de parc à caractère spéculatif
Les habitants de la zone d'un parc n'imaginent pas « leur » parc aussitôt construit par le promoteur sera immédiatement revendu à un tiers qui, spéculant au gré de ses intérêts ou de ses risques, le revendra à son tour. Que deviennent alors les promesses du promoteur ? Des paroles verbales ?
3.3 [Q14] Pas de contrôle sur les cautions de remise en état des sites
Il en est de même pour les précautions financières de remises en état des sites exigées par la loi sur les ICPE [1]. Il s'agit de cautions produites par le promoteur et non de réserves car elles n'apparaissent pas dans leurs bilans déposés. En dehors du fait qu'on ne contrôle pas le cautionnant, qu'en est-il de la transmission de la caution après la vente par le promoteur ? C’est ainsi que le décret du 4/11/2015 [2] permet en Rhénanie du Nord-Westphalie d’imposer une provision de 6,5 % du prix total de l’installation, soit 715 000 € pour une grosse Enercon E126 dont le coût est de 11 millions d’euros [3]. La pertinence de la somme exigée semble confirmée par les plus de 400 000 € évoqués pour le démantèlement à l’explosif de l’éolienne E10 du parc de la Thiérache [4] ou par la somme de 900 000 € HT, hors suppression des massifs en béton, concernant une éolienne de 3 MW, figurant sur un devis transmis à un commissaire enquêteur. Si ces sommes étaient avérées, elles représenteraient d’ailleurs un coût de démantèlement, par MWh produit, supérieur à celui du démantèlement nucléaire. La réglementation allemande, d’autre part, prévoit l’enlèvement de la totalité de l’installation, fondations comprises. En France, l’arrêté du 26 août 2011 se contente de l’obligation d’une garantie financière de 50 000 € par éolienne et n’impose l’excavation des fondations que sur une profondeur de 1 mètre dans le cas général et 2 mètres en milieu forestier. Les aires d'installation des grues et chemins d’accès devant être excavés sur une profondeur de 40 cm.
Le maintien des fondations, en dessous des profondeurs légales, accordé à des milliers d’éoliennes ne manqueront pas d’impacter les zones naturelles au sein desquelles ces machines sont généralement implantées, à la fois pour leur obstacle à l’infiltration de l’eau que pour celui à l’implantation des racines qui nécessite de bien plus grandes profondeurs. Mais surtout, le retour d’expérience évoque donc des sommes sans commune mesure avec le montant des provisions prévues. Ma question est donc : le maître d’œuvre dispose-t-il d’éléments permettant d’infirmer les sommes évoquées et a-t-il connaissance d’éléments chiffrés, reposant sur des opérations, d’une ampleur comparable et ayant réellement été effectuées, permettant de conforter la pertinence des provisions actuelles de 50 000 € ?
3. Regulatory framework for decommissioning wind turbines in France and Germany CGR Avocats OFATE DFBEW
3.4 [Q15] Pas de contrôle sur les municipalités
Les élus des municipalités concernées, élus pour 6 ans, votent en toute quiétude des projets s'étalant sur 20 ans avec reconduction facultative au choix du propriétaire-bailleur et du preneur.
3.5 [Q16] Les commissaires enquêteurs sont nommés par l’État mais payés par le promoteur du parc examiné
En effet, par l’article 7 de la Charte environnementale, la population concernée par une décision ayant un impact sur son environnement est en droit de participer à l’élaboration de la décision. Or, et on le voit avec cette affaire, le rôle des commissaires enquêteurs, sorte d’intermédiaires entre le peuple et l’administration, n’est plus d’être des auxiliaires de l’État au service de la population mais plutôt de se comporter comme des avocats des promoteurs au service de leurs intérêts financiers.
En effet, lorsqu’on sait que les indemnités des commissaires enquêteurs sont à la charge des porteurs de projets en vertu de l’article R123-10 du code de l’environnement, on ne peut pas être surpris de ce type d’attitude qui est très grave dans notre démocratie et insupportable pour les citoyens.
3.6 [Q17] Absence de contrôle budgétaire sur les dépenses des EnR
Cf Rapport de la Cour des Comptes sur les Energies Renouvelables du 20 avril 2018 p76
3.7 [Q18] Coordination défectueuse inter-ministérielle
Cf Rapport de la Cour des Comptes sur les Energies Renouvelables du 20 avril 2018 p80 et 85
IV Absence de moyens de préservation du bien commun
4.1 [Q19] Destruction objective des paysages et de l'environnement
-pas de limite fixée à la densité d'éoliennes au km2 -pas de référence aux chartes paysagères fixées par les départements
4.2 [Q20] Pas de préservation de la paix civile
-neutralité vis à vis des abus de droit -guerre froide des pro et anti-éoliens -guerre chaude dans les municipalités -guerre froide dans les départements (intra-préfecture, CAUE...) -guerre froide gouvernementale (Environnement/Intérieur)
4.3 [Q21] Mauvaise préservation des intérêts des citoyens
-faillite potentielle des détenteurs de baux -baisse des valeurs patrimoniales et locatives -pas de prise en compte de l'effet santé -refus de prise en compte des infra-sons -un principe de précaution jamais appliqué
4.4 [Q22] Mauvaise préservation des intérêts économiques
-pas d'activité économique associée aux parcs. -fuite de l'activité touristique. -dé-labellisation des centres d'intérêt reconnus (En Haute-Marne, perte du label UNESCO de la ville de Langres, problèmes de labellisation de Colombey)
-absence de projets économique, artisanal ou industriel avec les cagnottes récoltées par l'aumône des redevances aux municipalités (ex : le magot de Rouécourt (Haute-Marne).
4.5 [Q23] Pas de compte tenu de la convention d'Aarhus
Dans son article 7, la convention d'Aarhus précise les conditions de participation des citoyens aux décisions dans un but de subsidiarité.

4.6 [Q24] Pas de compte tenu du principe de précautions


Pensé à partir des années 1970 par le philosophe allemand Hans Jonas, le principe de précaution entre dans le droit international dans les années 1990. Il figure dans la déclaration du sommet de Rio de 1992 et dans le traité européen de Maastricht adopté la même année, qui prévoit une protection élevée pour l'environnement « fondée sur les principes de précaution et d'action préventive ". En France, il est inscrit dans la loi Barnier de 1995. Quand il monte dans la Constitution en 2005, il devient beaucoup plus précis : « Lorsque la réalisation d'un dommage, bien qu'incertaine en l'état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l'environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d'attribution, à la mise en oeuvre de procédures d'évaluation des risques et à l'adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. »

Si ce principe est par exemple appliqué dans le cas de la pollution ou du détournement des captages, il ne l'est pas dans de nombreuses occasions comme par exemple le sujet des infa-sons qui, faisant débat mondialement, est encore nié par les autorités à ce jour.
4.7 [Q25] Absence d'avis lié la Déclaration Universelle des Droits l'Humanité de Corinne Lepage
La déclaration téléchargeable sur le site internet de Corinne Lepage, précise 6 droits et 6 devoirs.
Parmi ces 6 droits, le premier d’entre eux défini à l’article 5, reconnaît à l’humanité comme à l’ensemble des espèces vivantes, le droit de vivre dans un environnement sain et écologiquement soutenable. Les autres droits concernent le développement, la protection et l’accès au patrimoine et aux biens communs, la transmission des biens communs, le droit, la paix et le droit au libre choix de déterminer son destin.
L'environnement proche des parcs éoliens, sans l'accord de la majorité de la population concernée et non consultée est donc contraire à l'article 5.
4.8 [Q26] Utilisation libre de l'espace et de l'air

L'espace libre et l'air ne sont pas habituellement libres de droit.

Cela est le cas des compagnies aériennes (taxes d'aéroport sur les routes aériennes) ou celui des Sociétés de téléphonie mobile (spectre mis aux enchères). C'est le cas pour l'eau, qu'il s'agisse des moulins de rivières ou des hydroliennes, ou pour l'air lui- même pour les éoliennes off-shore.

En revanche, ce n'est pas le cas pour les éoliennes industrielles dont les hauteurs à la nacelle vont bientôt atteindre 150 à 200 mètres qu'il faut bien distinguer des éoliennes domestiques.

ANNEXE A TITRE D'EXEMPLE : SITUATION DES TROIS VALLEES EN HAUTE-MARNE Rognon, Manoise, Sueurre
Fin 2017, la Haute-Marne comptait 220 éoliennes en activité pour une production de 500 Mégawatts. Les parcs déjà réalisés ou en projet représentent une menace sérieuse pour l'équilibre des sites remarquables qui s'y trouvent :
Densité de sites remarquables hors églises

Abbaye de la Crête
Abbaye de Septfontaines
Château de Signéville
Château de Rochefort
Château de Roches
Château de Reynel
La Porte fortifiée de Reynel
Etangs de Reynel Château de Rimaucourt
Maison forte de Morteau
Château d'Ecot-la-Combe
Etang d'Ecot-la-Combe
Maison forte d'Orquevaux
Site du Cul du Cerf
Glacières de Vignes
Château de Lafauche
Château de Donjeux
Densité de parcs dans un cercle de 15km autour de Rimaucourt
Darmannes (5 machines-Parc de Riaucourt/Darmannes-WKN/Quaero European Infrastructure Fund)
Puits des Mèzes (4 machines)
Mareilles-Darmannes (6 machines-La Vallée du Rognon-Engie)
Cirey-les-Mareilles I (5 machines-Les Dahlias-H2air)
Rochefort (10 machines-Les Limodores-H2air)
Busson (4 machines-Partie du parc des Hauts-Pays)
Epizon (15 machines-Le Haut Pays I-Erelia)
Epizon (11 machines-Le Haut Pays II-Erelia)
Epizon (13 machines-Le Haut Pays III-Erelia)
Reynel-Roches (14 machines-Parc de Reynel-Epuron)
Aillianville (8 machines-La grande Combe-Calyce Developpement/Les Vents Champenois)
Ageville (10 machines-Les Hauts Chemins I-RES) Ageville (13 machines-Les Hauts Chemins II-RES)
Soit 110 éoliennes présentes et à venir sur un rayon de 15 km soit 700 km2 (surface du cercle de 15 km de rayon). La France métropolitaine se montant à quelques 550 000 km2 et le nombre d'éoliennes à fin 2017 se montant à 7000 cela fait 1,3 éolienne/100 km2.
Source : http://www.statistiques.developpement- durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Datalab_essentiel/2017/datal ab-essentiel-90-tableau-bord-eolien-4t2016-fevrier-2017.pdf

Notre vallée du Rognon ayant ou devant avoir 110 éoliennes pour 700 km2 cela fait 1 éolienne pour 7 km2 soit 14 éoliennes pour 100 km2 . Tout ce calcul laborieux pour pouvoir affirmer que la vallée du Rognon possède déjà 10 fois plus d'éoliennes que le reste de la France.
Les prévisions de l'ADEME sont de 50 à 80 000 éoliennes en 2050 soit 1 éolienne pour 10 km2. Nous avons donc pratiquement déjà atteint notre quota national pour 2050 !!!!
Jean-Louis Rémouit – Défaillances de l’État et Politiques publiques de l'éolien – 6/2/2018