Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

dimanche 25 février 2018

Archives 2014 : "Parcs éoliens et de la santé"

http://cochondingue.telequebec.tv
/media/eolienne.gif
http://www.epaw.org/documents/Parcs%20%E9oliens%20et%20de%20la%20sant%E9.pdf

par Alun Evans Professeur émérite Belfast 
http://principia-scientific.org/wind-farms-and-health.html/?utm_campaign=newsletter_april_3_2014&utm_medium=email&utm_source=newsletter

ARCHIVES du 06/04/14 : 

Recommandations ( traduction rapide J.L. Butré EPAW)

Il y a des effets néfastes graves liés à la pollution de bruit généré par les éoliennes. Il est essentiel que les distances de séparation entre l'habitat humain et éoliennes soient augmentées. Il y a un consensus international pour une distance de séparation de 2 km, en effet certains pays optent pour 3 km. La recommandation actuelle sur la distance de séparation est basée sur ETSU -R- 97 et est manifestement périmée. Elle ne concerne que les petites turbines de cette époque. La taille considérablement accrue des turbines d'aujourd'hui signifie que la recommandation actuelle sur la séparation de la turbine est nettement insuffisante.

Selon le récent rapport de l'Organisation mondiale de la Santé, «Lignes directrices pour l'Europe concernant le bruit durant la nuit» [ 1 ] , le bruit ambiant est en train de devenir l'un des principaux problèmes de santé publique du XXIe siècle. Il est constaté que, «Beaucoup de gens doivent adapter leurs vies pour faire face au bruit nocturne», et les jeunes et les personnes âgées sont particulièrement vulnérables.

Cas d’une éolienne 

C'est parce que l'audition chez les jeunes est plus aiguë et que, chez les personnes âgées, la perte d'audition de fréquences sonores les plus hautes, ils sont rendus plus sensibles aux effets des sons de basse fréquence. C'est une caractéristique particulièrement gênante du bruit généré par les éoliennes en raison de sa nature impulsionnelle, intrusive et incessante. Une étude récente de cas-témoins menée autour de deux parcs éoliens en Nouvelle-Angleterre a montré [ 2 ] que les sujets vivant à 1,4 km d’une éolienne industrielle avaient un sommeil moins bon, restaient somnolents pendant la journée, et ont obtenu des résultats inferieurs au « test SF36 « qui mesure la composante mentale, par rapport à ceux qui vivent à plus de 1,4 km.

L'étude a démontré une corrélation fortement significative entre les troubles du sommeil et les problèmes de santé rapportés dans ceux qui résident à proximité des éoliennes industrielles. Les principaux effets néfastes sur la santé causés semble être due aux troubles résultant à la privation de sommeil avec comme principaux coupables identifiés le bruit élevé dans le champ auditif, et le bruit des basse fréquences, en particulier des infrasons. 
Ceux-ci sont inaudible dans le sens conventionnel, et ils se propagent à de grandes distances et pénètrent à l’intérieur même des maisons ou ils peuvent être amplifiés. Il s'agit d'un problème particulier la nuit, dans les milieux ruraux tranquilles les plus favorables pour l’installation de parcs car les infrasons persistent longtemps après que les fréquences les plus élevées aient été dissipées. 

Le sommeil est une nécessité physiologique et ceux qui en sont privés sont vulnérables à une variété de problèmes de santé [ 2,3 ]. Les maladies cardiovasculaires en particulier dans laquelle le bruit nocturne est un facteur important [ 4 ] . La privation de sommeil chez les enfants est associée à une augmentation de poids corporel [ 3,5] , qui est connu pour continuer plus tard dans la vie, et qui les prédispose aux maladies des adultes. C'est pourquoi «Encourager plus de sommeil " pour prévenir l'obésité chez les enfants est un objectif intéressant dans la campagne actuelle de l'Agence de la santé publique. 

La privation de sommeil provoque aussi des troubles de la mémoire parce que les souvenirs sont normalement renforcés dans la phase de sommeil tardif (lors du mouvement rapide des yeux) ; encore une fois, ce sont les jeunes et les vieux qui sont les plus touchés. La privation de sommeil est associée à un risque accru de développer une gamme de maladies chroniques, notamment le diabète de type II , le cancer (par exemple des poumons avec le travail posté [ 6 ] ) ,les maladies [ 7,8 ] et les insuffisance cardiaques [ 9 ] . Bien que la qualité de ces données soient diverses , celles concernant l'insuffisance cardiaque rapportées récemment dans l'étude HUNT [ 9 ] sont assez robustes car elles ont comme base 54 279 Norvégiens qui étaient indemnes de cette maladie (hommes et femmes âgés de 20-89 ans) . Un total de 1412 cas d’insuffisance cardiaque se sont développés sur un suivi moyen de 11,3 ans. Une relation liée à la quantité a été observée entre le risque de maladie et le nombre des symptômes de l'insomnie signalés : 
i) une difficulté à initier le sommeil ; ii ) La difficulté de maintien du sommeil ; et iii ) le manque de sommeil réparateur. 

Les ratios concernant les risques sont : '0 ' pour aucun d'entre eux ; '0 .96 ' Pour un ; 0,35 '1 ' pour deux ; et, '4 .53 ' pour trois; cette atteinte réalisée au niveau de 2%. Cela signifie qu'un tel résultat pourrait avoir lieu une fois par hasard si l'étude devait être répétée 50 fois, l'importance est classiquement admise au niveau de 5%. 

Une autre étude récente importante est celle de MORGEN qui a suivi près de 18 000 hommes et femmes néerlandaises, au départ de plus de 10-14 ans, sans maladie cardiovasculaire [ 8 ] . Dans la période suivie, il y a eu t 607 événements: Infarctus fatal, infarctus du myocarde non fatal et AVC. Un sommeil adéquat, défini comme au moins de sept heures, était un facteur de protection qui a augmenté les avantages conférés par l'absence de quatre facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels. Par exemple un de sommeil suffisant est équivalent protège autant que de pas de fumer de cigarettes. Étant donné que le tabagisme est le facteur de risque pour les maladies cardiovasculaires, ce résultat est frappant. Les conclusions sont construites sur les études précédant l'étude MORGEN [ 7 ] . Il semble qu’un sommeil adéquat est important pour la protection contre une gamme de maladies cardio-vasculaires qui surviennent lorsque les artères de différentes tailles sont compromises : les grandes, (les cérébrales et les coronaires) les artères de en cause dans les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, et les petites artères (artérioles) dans l'insuffisance cardiaque.

Toutes ces études partagent la même faiblesse que celles qui sont « d'observation » par opposition à celles qui sont «expérimentale» et, à ce titre, leurs résultats ne constituent pas une «preuve ». Nous avons maintenant la preuve par étude expérimentale menée chez des volontaires humains qui montre que la structure d'un large éventail de gènes est affectée par la privation de sommeil d'assez courte durée [ 10 ] . Ceci pourrait être la clé pour comprendre pourquoi les effets sur la santé de la privation de sommeil sont si diverses. Cela pourrait également faire la lumière sur le « syndrome des aérogénérateurs, « un ensemble de symptômes qui incluent des troubles du sommeil, fatigue, maux de tête, des étourdissements, des nausées, des changements d'humeur et incapacité à se concentrer [ 11 ] . Dans cette condition, les infrasons sont un agent causal probable.

Ce groupe a maintenant montré dans une autre étude de petite taille que le sommeil de mauvaise qualité désynchronisé de l'horloge circadienne centrale, a un effet beaucoup plus important sur la régulation circadienne du « transcriptome » humain (c’est à dire, une réduction du nombre de transcriptions circadiens de 6,4% à 1 % et des changements au cours du temps de 34% des transcriptions) [ 12 ] . Cela peut expliquer les raisons du grand excès d'événements cardiovasculaires associés au travail par quarts trouvé dans une méta-analyse de plus de 2 millions de sujets dans 34 études [13]. Les résultats démontrent que toute ingérence dans les habitudes normales de sommeil est nocive pour la santé cardio-vasculaire. 
Le vieux dicton « Ce que vous ne pouvez pas entendre ne vous nuira pas, " n'est malheureusement pas vrai. Il est maintenant reconnu que l'organe de Corti dans la cochlée (oreille interne) contient deux types de cellules sensorielles : une rangée de cellules ciliées internes qui sont responsables de l'ouïe ; et, trois rangées de cellules ciliées externes qui sont plus sensibles aux sons de basse fréquence [ 14 ] . Les infrasons produits par les éoliennes sont transportés par les cellules ciliées externes et transmis au cerveau par les fibres le type II, afférentes. Leur but n'est pas clair car cela entraîne une perturbation du sommeil. Peut-être ont –elles servi une fonction vitale dans notre passé évolutif qui a persisté à notre détriment aujourd'hui? En fait, de nombreux animaux utilisent les infrasons pour la communication et la navigation. Cela pourrait bien avoir une base génétique car c'est seulement une minorité, même si elle est importante, qui en est affecté. 
Cela pourrait bien être le groupe qui est également sensible au mal des transports. 
Schomer et al » ont avancé la théorie que les éoliennes qui augmentent en taille, émettent de plus en plus des infrasons avec une fréquence inferieure à 1 Hz ci-dessous ( CPS ) [ 15 ] . En dessous de cette fréquence, les otolithes dans l'oreille interne réagissent de façon exagérée pour à une minorité de personnes vulnérables qui vont souffrir des symptômes du syndrome des parcs éoliens. Auparavant, on pensait que le cerveau n'était que sous le contrôle des stimuli électriques et biochimiques, mais c’est est une nouvelle preuve qu'il est sensible, en outre, à des stimuli mécaniques [16].

Le problème du bruit des infrasons et de basse fréquence a été bien reconnu dans un rapport par Casella Stanger [ 17 ] , commandé par le DEFRA en 2001, et depuis ignoré : " Pour les personnes à l'intérieur des bâtiments avec les fenêtres fermées, cet effet est exacerbé par les propriétés d'isolation acoustique de l'enveloppe du bâtiment. Les Fréquences moyennes et hautes sont beaucoup plus atténuées que les basses fréquences " et il a poursuivi : «Comme le réseau d'Apondération atténue des fréquences basses en grande quantité, n'importe quelles mesures faites concernant le bruit devraient être avec une ensemble d'instrumentation à linéaire " Il s'est fortement inspiré du rapport Batho DOE de 1990 [ 18 ] . En fait, ces problèmes avaient déjà été élucidés, et les problèmes de mesure abordées dans trois documents par Kelley ( et al) dans les années 1980 [ 19-21 ]. Cette recherche a de nouveau été ignorée ou oubliée et le problème continu à 'être gravement sous-estimé. Lorsque, mesurés à l'aide d'un outil qui peut les détecter, les niveaux d'infrasons et du bruit de basse fréquence perturbent hautement, avec des « niveaux de pression acoustique » plus qu'on ne le pensait possible [ 22 ] .

Il existe un certain nombre d'autres effets indésirables associés à la privation de sommeil. Les Individus fatigués sont plus susceptibles d'avoir des accidents de la route et de se blesser lors de l'utilisation de machines. En outre, les éoliennes peuvent et font causer des accidents par effondrement, rupture de pale, projection de glace, et même incendie. Elles induisent le stress et les troubles psychologiques de d’effet stroboscopique, qui a également des implications pour certains types d'épilepsie et l’autisme. Même le processus de planification actuelle, avec son quasi-absence de consultation, induit du stress, car c’est la confrontation entre les propriétaires fonciers qui souhaitent profiter de la construction des turbines, et leurs voisins qui en redoutent les effets. Enfin, les éoliennes réduisent considérablement la valeur des logements situés à proximité, ce qui a un effet négatif à long terme sur la santé sur leurs propriétaires et de leurs familles [ 23 ] . En plus de cela, un nombre croissant de familles deviennent de plus en plus pauvres par l’augmentation du prix du prix du fuel et par l'escalade des coûts de l'électricité dus aux subventions de l'énergie éolienne. Il est exaspérant que des campagnes de publicité séduisantes actuelles de SSE (Energy Saving Programme) soient soutenues par ces sources. 

« Le bruit des éoliennes » a été publié dans un éditorial du British Médical Journal en 2012 [ 24 ] . Les auteurs ont conclu que « Un grand nombre de preuves existent maintenant pour suggérer que les éoliennes perturbent le sommeil et nuisent à la santé, à des distances et des niveaux de bruit qui sont permises par la plupart des juridictions. " C'est encore le cas aujourd'hui. L’Agence de la santé publique a rejeté cet éditorial comme insuffisant pour un " examen systématique ", ce qui est assez vrai, compte tenu des contraintes du format, mais elle ne tient pas compte au moins d’une excellente, étude systématique récente [ 23 ] . Fait intéressant, cet examen enregistre le fait qu’en 1978, le gouvernement britannique a été reconnu coupable dans une plainte devant l’Europe déposée par le gouvernement irlandais pour avoir 'appliqué cinq techniques, y compris l'imposition de bruit et la privation de sommeil. Ces techniques avaient été utilisée en l'Ulster pour «encourager» les aveux et d'obtenir des informations sur des prisonniers et des détenus. Ces techniques font parti des traitements humiliants et dégradants, à savoir la torture [ 23 ] . 

Au Royaume –Uni, les organismes de santé publique Royaume-Uni s'appuient actuellement sur un document publié en Avril 2013 [ 25 ] . Il a été rédigé par un groupe d’acousticiens de l'Université de Salford , ce qui pose la question de savoir pourquoi un tel groupe a été choisi pour donner des conseils sur les questions de santé. Depuis que acousticiens tirent une part importante de leurs revenus de l'industrie éolienne, leur objectivité scientifique peut être remise en question .ce serait la même chose si l’on demandait à une profession, qui a travaillé en étroite collaboration avec l'industrie du tabac de faire rapport sur la santé.

L'industrie éolienne a parfois agi d'une manière qui n'est pas sans rappeler celle de l'industrie du tabac dans le passé. Récemment, une présentation Powerpoint de Vestas de 2004 a refait surface [ 26 ] démontrant que Vestas savait il y a une dizaine d'années que zones tampons plus sures étaient nécessaires pour protéger les riverains du bruit de l’éolienne. Ils savaient que leurs modèles de bruit d’avant m’implantation étaient inexactes et que et indiquait : « nous savons que le bruit des éoliennes agace parfois les gens, même si le bruit est en dessous des limites de bruit. " Une partie de cela est dû aux méthodes que nous utilisons pour mesurer le bruit. La présentation des données d'amplitude moyenne signifie que 50 % du bruit de crête est déguisé. En 2011, le PDG de Vestas a écrit [ 27 ] à la ministre danoise de l'Environnement en admettant qu'il n'était pas techniquement possible de fabriquer des éoliennes qui produisent moins de bruit. Pourtant, on nous répète que les éoliennes modernes sont plus silencieuses et produisent moins de ILFN or en réalité c’est l’inverse qui se produit [ 28 ] .

Le rapport Salford conclut qu'il existe « des preuves de troubles du sommeil pour des cas assez nombreux, mais pas pour tous. Le poids croissant des preuves associant la privation de sommeil à plusieurs maladies chroniques est totalement ignoré. Les auteurs du rapport ont du mal à nier les effets «directs» de la santé. En termes de prévention la différenciation entre «directe» et «indirecte» n'est pas pertinente : l'introduction d’additifs à bas d’iode pour les vaches laitières pour améliorer leur " performance de reproduction " dans les années 1960 a indirectement conduit à une réduction du goitre endémique chez les humains. Ce fut grâce à la diffusion imprévue de l'iode dans le lait et les produits laitiers [ 29 ] . En 2008, des ingénieurs acoustiques américains émérites, George Kamperman et Richard James ont posé la question [ 30 ] , " Quelles sont les options techniques pour réduire les émissions sonores des éoliennes dans les résidences ? " Ils ont observé qu'il n'y avait que deux options: i ) augmenter la distance entre la source et le récepteur ; ou , ii ) réduire la source de son émission de puissance. Il est généralement admis que plus grandes sont les éoliennes plus les problèmes de bruit sont aggravés [ 29 ] . Ils ont ajouté [ 30 ] qu’aucune des deux solutions n’est compatible avec l'objectif des développeurs de parc éolien qui ont pour objectif de maximiser la production d’électricité d’éolienne dans les terrains disponibles.

Bien que l’association entre la pollution par le bruit et les problèmes de santé peuvent trouver des arguments contraires, et il ya des lacunes dans nos connaissances, la preuve est suffisante pour causer de sérieux doutes quant à sa sécurité. De plus amples recherches, soutenues par un financement adéquat, restent nécessaires. Un gouvernement sage et bienveillant gouvernement devrait s’engager avec une plus grande prudence si sa politique est susceptible ce mettre en péril les droits de son peuple et la santé humaines. Il est essentiel que le « Primum non nocere » , ou «principe de précaution » soit appliqué.

En conclusion, il y a des effets néfastes graves liés à la pollution de bruit généré par les éoliennes. Il est essentiel que les distances de séparation entre l'habitat humain et éoliennes soient augmentées. Il ya un consensus international pour une distance de séparation de 2 km, en effet certains pays optent pour 3 km. La recommandation actuelle sur la distance de séparation est basée sur ETSU -R- 97 et est manifestement périmée. Elle ne concerne que les petites turbines de cette époque. La taille considérablement accrue des turbines d'aujourd'hui signifie que la recommandation actuelle sur la séparation de la turbine est nettement insuffisante.

Références
[1] World Health Organisation. Night noise guidelines for Europe. Copenhagen. 2009. 
[2] Nissenbaum MA, Aramini JJ, Hanning CD. Effects of industrial wind turbine noise on sleep and health. Noise & Health 2012;14: 237-43. 
[3] Basner M, Babisch W, Davis A et al. Auditory and non-auditory effects of noise and health. Lancet 2013, dx.doi.org/10.1016 
[4] Hume KI, Brink M, Basner M. Effects of environmental noise on sleep. Noise & Health 2013:IP 193.171.77.1 
[5] Carter PJ, Taylor BJ, Williams SM, Taylor RW. Longitudinal analysis of sleep in relation to BMI and body fat in children: the FLAME study. BMJ 2011;342:d2712 
[6] Chung SA, Wolf TK, Shapiro CM. Sleep and health consequences of shift work in women. J Women’s Health 2009;18:965-77. 
[7] Hoevenaar-Blom MP, Annemieke MW, Spijkerman AMW, Kromhout D, van den Berg JF, Verschuren WMM. Sleep Duration and Sleep Quality in Relation to 12-Year Cardiovascular Disease Incidence: The MORGEN Study. SLEEP 2011;34:1487-92. 
[8] Hoevenaar-Blom MP, Annemieke MW, Spijkerman AMW, Kromhout D, Verschuren WMM. Sufficient sleep duration contributes to lower cardiovascular disease risk in addition to four traditional lifestyle factors: the MORGEN study. Eur J Prevent Cardiol 2013; doi: 10.1177/2047487313493057. 
[9] Laugsand LE, Strand LB, Platou C, Vatten LJ, Janszky I. Insomnia and the risk of incident heart failure: a population study. Eur Heart J 2013 doi:10.1093/eurheartj/eht019. 
[10] Möller-Levet CS, Archer SN, Bucca G, et al. Effects of insufficient sleep on circadian rhythmicity and expression amplitude of the human blood transcriptome. PNAS 2013; doi/10.1073/pnas.1217154110. 
[11] Pierpont N. Wind Turbine Syndrome: A Report on a Natural Experiment. K Selected Publications, Santa Fe, New Mexico 2009. 
[12] Archer NA, Laing EE, Möller-Levet CS et al. Mistimed sleep disrupts circadian regulation of the human transcriptome. PNAS 2014; www.pnas.org/cgi/doi/10.1073/pnas.1316335111 
[13] Vyas MV, Garg AX, Iansavichus AV et al. Shift work and vascular events: systematic review and meta-analysis. BMJ 2012;345:e4800 doi. 
[14] Salt AN, Lichtenhan JT. Responses of the inner ear to infrasound. IVth International Meeting on Wind Turbine Noise, Rome, Italy April 2011.
[15] Schomer PD, Edreich J, Boyle J, Pamidighantam P. A proposed theory to explain some adverse physiological effects of the infrasonic emissions at some wind farm sites. 5th International Conference on Wind Turbine Noise Denver 28-30 August 2013 
[16] Ananthaswamy A. Like clockwork. New Scientist, 31st August 2013 Pp 32-5. 
[17] Casella Stanger. Report on Low Frequency Noise Technical Research Support for DEFRA Noise Programme (on behalf of DEFRA, Department of the Environment, Northern Ireland, Scottish Executive, National Assembly for Wales). 2001. 
[18] Noise Review Working Party Report (Batho WJS, Chair). HMSO, London 1990. 
[19] Kelley ND, Hemphill RR, Mckenna HE. A methodology for assessment of wind turbine noise generation. Trans ASME 1982;104:112-20. 
[20] Kelley ND, McKenna HE, Hemphill RR, Etter CI, Garrelts RI, Linn NC. Acoustic noise associated with the MOD .. 1 wind turbine: its source, impact, and control. Solar Energy Research Institute, A Division of Midwest Research Institute, 1617 Cole Boulevard, Golden, Colorado USA. February 1985 
[21] Kelley ND. A proposed metric for assessing the potential of community annoyance from wind turbine low-frequency noise emissions. Presented at the Windpower ’87 Conference and Exposition San Francisco, California, October 5-8, 1987. Solar Energy Research Institute. A Division of Midwest Research Institute 1617 Cole Boulevard Golden, Colorado USA, November 1987 
[22] Bray W, James R. Dynamic measurements of wind turbine acoustic signals, employing sound quality engineering methods considering the time and frequency sensitivities of human perception. Proceedings of Noise-Con; 2011, July 25-7;Portland, Oregon. 
[23] Frey BJ, Hadden PJ. Wind turbines and proximity to homes: the impact of wind turbine noise on health (a review of the literature & discussion of the issues). January 2012. http://www.windturbinesyndrome.com/wpcontent/uploads/2012/03/Frey_Hadden_WT_noise_health_01Jan2012.pdf 
[24] Hanning CD, Evans A. Wind Turbine Noise. BMJ 2012: 344 e 1527 
[25] von Hünerbein S, Moorhouse A, Fiumicelli D, Baguley D. Report on health impacts of wind turbines (Prepared for Scottish Government by Acoustics Research Centre, University of Salford), 10th April 2013. 
[27] See attachment to covering email message. 
[28] Møller H, Pedersen CS. Low-frequency noise from large wind turbines. J Acoust Soc Am 2011;129:3727-44. 
[29] Phillips DJW. Iodine, milk, and the elimination of epidemic goitre in Britain: the story of an accidental public health triumph. JECH 1997;51:391-3.
[30] Kamperman GW, James R. The “How To” guide to siting wind turbines to prevent health risks from sound (P 8): http://www.windturbinesyndrome.com/wpcontent/uploads/2008/10/kamperman-james-8-26-08-report-43-pp.pdf


Lire
Comment tester les effets du bruit de turbine à basse fréquence (14 février 2014)*** Dr Mariana Alves-Pereira de l'université lusófona au Portugal, est diplômé en physique, l'ingénierie biomédicale et un doctorat en sciences de l'environnement. Son équipe a fait des recherches sur la maladie de vibro-acoustique depuis 1980-initialement axé sur le bruit à basse fréquence (lfn) ayant un impact sur les techniciens en aéronautique. À la fin de 2013, le Dr Alves-Pereira a présenté une étude de cas du Portugal où une famille a été trouvé à être exposés à lfn causé par le fonctionnement d'éoliennes (2006-2013).
http://stopthesethings.com/2014/02/14/dr-mariana-alves-pereira-how-to-test-for-the-effects-of-low-frequency-turbine-noise

Vidéo