Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

jeudi 9 août 2018

Charente Maritime et Gironde : Des opposants vent debout contre un projet d'éoliennes le long de l'estuaire de la Gironde

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/des-opposants-vent-debout-contre-un-projet-d-eoliennes-le-long-de-l-estuaire-de-la-gironde-1533743598

Alors qu'une étude de faisabilité a été lancée pour construire un parc éolien dans le Blayais, et en Charente-Martitime, le long de l'estuaire de la Gironde, un groupe d'opposants tenait une conférence de presse, ce mercredi.


Le projet n'en est qu'à ses prémices, mais ses opposants dont déjà à couteaux tirés, et dénoncent un "massacre environnemental". Le projet ? Une trentaine d'éoliennes (30 à 35 selon les derniers chiffres communiqués par Energie Nouvelle) qui pourraient être installées le long de l'estuaire de la Gironde, tant en Gironde qu'en Charente-Maritime. Les études de faisabilité ont conclu que le terrain y était favorable, en fonction de plusieurs critères (force du vent, réseau électrique performant, peu d'habitations...). 

Huit communes potentiellement concernées 

Résultat, huit communes pourraient être concernées par l’implantation d'éoliennes. Quatre en Charente-Maritime (Saint-Bonnet-sur-Gironde, Saint-Dizant-du-Gua, Saint-Sorlin-de-Conac et Saint-Thomas-de-Conac), et quatre en Gironde (Anglade, Braud-et-Saint-Louis, Saint-Ciers-sur-Gironde, Saint-Androny). 

En face, le fer de lance de la contestation, c'est le collectif "Pour un estuaire sauvage sans éoliennes". Il revendique une dizaine d'associations en son sein, et certaines habituellement opposées, comme la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), ou le parti politique Chasse Pêche Nature et Traditions (CPNT). Le collectif revendique également le soutien de "tous les maires des communes concernées", assure Eddie Puyjalon, conseiller régional CPNT.
Leurs arguments sont autant écologiques, puisqu’ils dénoncent les conséquences sur les migrations des oiseaux, ou la bétonisation du territoire, que touristiques, puisque ces éoliennes dégraderont la beauté du paysage, estiment-ils. Ou encore le fait que le projet soit implanté dans une zone Natura 2000. Ils ont alerté de nombreuses institutions, des Préfectures aux présidents des Conseils départementaux, en passant par les députés et le ministre de l'écologie, Nicolas Hulot. Et affûtent leurs arguments, afin de déposer d'éventuels recours contre le projet, une fois qu'il sera précisé. 

Pas encore de lieux, ni de dates

Car EDF - Energies nouvelles l'assure, le projet est loin d'être fixé. On ne connaît ni le lieu précis d'implantation des éoliennes, ni leur taille, ni même la technologie qui va les construire. Il leur faudra ensuite rémunérer les propriétaires qui accepteront les éoliennes sur leur terrain. Et EDF, qui a lancé un site internet consacré au projet, promet que "des rencontres avec les acteurs locaux sont organisées", et que "le projet est à co-construire". Pas sûr que toutes ces réunions se passent dans la sérénité.

https://www.francebleu.fr/player/export/reecouter/extrait?content=36453f0a-f922-4815-925f-8a34d1890173


Autre article de presse
09/08/18 : Gironde - Charente-Maritime : Estuaire de la Gironde : l’opposition s’amplifie contre le projet de parc éolien
Élus, associations et chasseurs continuent à se mobiliser contre le projet éolien. Une trentaine d’éoliennes devraient être implantées sur la rive droite de l’estuaire, en Gironde et en Charente-Maritime.
Jeudi soir, lors d’une conférence de presse organisée à la mairie de Saint-Ciers-sur-Gironde, élus, écologistes et chasseurs de Gironde et de Charente-Maritime, réunis au sein du collectif 
Pour un estuaire sauvage sans éoliennes, ont une nouvelle fois exprimé leur ferme opposition au projet d’EDF Énergies Nouvelles d’implanter entre 30 et 35 éoliennes sur la rive droite de l’estuaire de la Gironde.
Un projet selon eux « dévastateur » qui saccagerait, entre autre, une zone exceptionnelle classée Natura 2000 (1) où de nombreux oiseaux transitent.
« Depuis les premières rumeurs, nous n’avons jamais arrêté d’alerter. C’est un projet dangereux pour l’environnement, pour les traditions, pour le tourisme, et nous continuons à structurer notre opposition », a indiqué le président de Chasse pêche nature et traditions (CPNT), Eddie Puyjalon, qui ne cesse d’adresser des courriers argumentés aux différentes personnalités départementales, régionales et nationales.
Lire :
Eoliennes : vent d’inquiétude sur l’estuaire de la Gironde
Gironde : pourquoi les éoliennes inquiètent les chasseurs ?
Une centaine de signatures
« Nous avons de nombreuses personnalités qui se sont exprimées contre ce projet, parmi lesquelles, le directeur général de la Ligue de protection des oiseaux, Yves Vérilhac, le directeur de l’association Biosphère environnement, Raphaël Musseau, le vice-président du conservatoire de l’estuaire, Alain Cotten, ou encore le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), Allan Sichen, se félicite-il. Aujourd’hui, le collectif détient ainsi la signature de 26 conseillers municipaux, de 14 maires et de 60 conseillers municipaux concernés par le projet. De nombreuses associations sont également engagées à nos côtés, comme les deux fédérations de chasse qui rassemblent 60 000
adhérents. »
Fin juin, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, réuni en séance plénière, a notamment adopté une motion visant à rejeter ce projet d’implantation d’éoliennes. La mobilisation gagne donc en puissance, même si le collectif attend aujourd’hui avec impatience les réponses du préfet de la Région, du préfet de Charente-Maritime, du président du département de la Gironde, Jean-Luc Gleyze, du secrétaire d’État, Sébastien Lecornu, ou encore du ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, lequel ne s’est toujours pas exprimé sur le sujet.
« Le ministre est certainement très embêté par la politique du gouvernement, mais le moment venu les consignes seront données, je ne suis pas inquiet là-dessus », confie Eddie Puyjalon.
« Ils vont devoir s’accrocher »
Une confiance partagée par Jacky Jonchère, vice-président des chasseurs de Gironde : « Quand on voit tout le travail de réglementation qui a été mis en place depuis des années avec la loi sur l’eau, le Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (Sage), je vois mal un ministre qui est plus vert que vert tout foutre en l’air. Alors je suis optimiste. Ceux qui veulent voir se dresser des éoliennes vont devoir s’accrocher face à la détermination de la population, des élus, des chasseurs. On a des troupes ! »
À Eddie Puyjalon de conclure : « Les porteurs de projets n’ont rien compris. Ces marais sont des lieux de vie, de tradition, de partage, c’est quelque chose de viscéral pour nous. On est tous réunis pour se battre, pour garder ça. »
(1) Avec le réseau Natura 2000, l’Union européenne s’engage à assurer la survie des habitats et espèces menacés.


-------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------

Photo José A.

Photo Anne-Marie V.

-------------------------------------------------------------------
Et aussi à Saint-Thomas de Conac