Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

vendredi 13 janvier 2017

GREENPEACE et l'√©olien ūüė° ▭ (I)


Au cas o√Ļ nous douterions encore de leur position vis √† vis de l'√©olien.....

Suite à une question posée à Greenpeace concernant le massacre éolien tant pour l'homme que pour la faune, voici leur réponse (27/07/2017) :

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre message.

La position de Greenpeace sur l’√©olien est affich√©e sur le site internet. Nous travaillons √† la mise en place d’une n√©cessaire transition √©nerg√©tique et √† la sortie du nucl√©aire. L’√©olien est un mode de production d’√©lectricit√© que nous incluons dans notre sc√©nario de transition √©nerg√©tique.
Voici le détail de la position de Greenpeace sur le sujet :
« Greenpeace soutient l’√©olien tout comme les diff√©rentes √©nergies renouvelables qui nous
permettront de sortir du nucl√©aire ! L'√©olien est une source d’√©nergie propre (qui n’√©met pas de gaz √† effet de serre), qui fonctionne et qui n'est pas ch√®re.

Nous sommes cependant bien conscients que la seule énergie éolienne n'est pas suffisante, en regard des besoins actuels en énergie de notre société. Il est essentiel de développer en parallèle les autres énergies renouvelables (solaire, géothermie, petit hydroélectrique), en appliquant dans le même temps une véritable politique de sobriété énergétique afin de limiter nos besoins.

Par ailleurs, comme tout type de technologie, il convient d'être attentif à la façon dont l'éolien est implanté. Mais cela ne remet pas en cause son utilité pour autant ! Il n'est par exemple pas nécessaire de bétonner le sol pour installer une éolienne : les nouvelles générations sont totalement démontables et ne laissent alors aucune trace de leur présence.

L'aspect esth√©tique des √©oliennes est un crit√®re subjectif souvent mis en avant par les adversaires de l'√©olien. Greenpeace consid√®re que m√™me un champ d'√©oliennes est plus esth√©tique que des lignes haute tension, ou une chemin√©e de centrale nucl√©aire. »

Vous pourrez trouver plus d’informations sur l’√©olien en cliquant ici.
L'équipe des Relations Adhérents reste à votre disposition au 01 80 96 96 80 pour toute question sur nos campagnes ou sur Greenpeace en général.

Cordialement,

J......., pour l’√©quipe Relations Adh√©rents
Greenpeace France

info.fr@greenpeace.org


---------------------------------------------------------------

Voici quelques liens vers des articles indiquant clairement la position de Greenpeace vis √† vis de l'√©olien et des EnR en g√©n√©ral.ūüė°

+
articles
ūüĒļ R√©action de Paysage Libre – Freie Landschaft √† la propagande mensong√®re de Greenpeace
ūüĒļ Pourquoi le sc√©nario √©lectrique de Greenpeace n'est pas r√©aliste...  

 
- Lien facebook
https://www.facebook.com/greenpeacefrance/posts/10153648406382458

Septembre 2014
L’√ČNERGIE LA MOINS ON√ČREUSE DEMAIN? L’√ČOLIEN!
......... Concr√®tement, le sc√©nario pr√©voit une hausse consid√©rable des √©nergies solaires et √©oliennes. Pour l’√©nergie √©olienne terrestre, cela √©quivaut √† quelque 2500 moulins √† vent, r√©partis sur l’ensemble du territoire.................
http://www.greenpeace.org/belgium/fr/G-Mag/Gmag-12/Lenergie-la-moins-onereuse-demain--Leolien--/

11 février 2012
Des éoliennes en centre-ville : Greenpeace interpelle les citoyens
La transition √©nerg√©tique, c’est possible en France! Seule la volont√© politique fait clairement d√©faut. Le 11 f√©vrier, les militants de Greenpeace le rappellent en installant, de mani√®re symbolique, des champs d’ « √©oliennes de la transition » dans les centres-villes de 22 villes fran√ßaises. Une occasion de d√©battre avec les citoyens de ce sujet essentiel.
La transition √©nerg√©tique concerne directement les communes, d√©partements, intercommunalit√©s et conseils r√©gionaux. Les √©lus de ces collectivit√©s doivent r√©clamer et avoir les moyens de soutenir les fili√®res d’√©nergie renouvelable et de r√©novation thermique des b√Ętiments. Lib√©rons l’√©nergie !
http://energie-climat.greenpeace.fr/des-eoliennes-en-centre-ville-greenpeace-interpelle-les-citoyens

- 28 janvier 2012
Greenpeace et la transition énergétique
Dans le cadre d'une tourn√©e nationale, les √©cologistes de Greenpeace et une dizaine d'associations locales se mobilisent depuis hier √† Toulouse en faveur de la transition √©nerg√©tique et pour un mod√®le porteur de b√©n√©fices √©conomiques, sociaux et environnementaux. Hier apr√®s-midi, ils se sont d√©ploy√©s sur l'esplanade Fran√ßois Mitterrand, entre Place Wilson et m√©tro Jean-Jaur√®s avec des stands d'information, des animations et des d√©bats. Aujourd'hui, √† la prairie des Filtres, l'association a pr√©vu de dessiner une grande fresque humaine d√®s 14 h.» Ce rassemblement sera visuel et festif. Tous les citoyens sont invit√©s √† participer en nombre», assure les organisateurs. Des stands d'information seront aussi install√©s sur place de 10 h 30 √† 17 heures.
http://www.ladepeche.fr/article/2012/01/28/1272041-pourquoi-sont-ils-contre-les-eoliennes.html


03 février 2011
Les éoliennes manquent souvent de vent, Greenpeace jamais de souffle
Greenpeace vient de publier un rapport intitul√© « La bataille des r√©seaux », dans lequel il est affirm√© que les √©nergies renouvelables pourraient fournir en Europe 68% de l’√©lectricit√© en 2030 et 99,5% en 2050, pourvu que les gouvernements donnent leur donnent la priorit√© d’acc√®s au r√©seau √©lectrique. « Actuellement, dit le rapport, les √©oliennes sont souvent arr√™t√©es en p√©riode de pointe de production pour laisser un acc√®s prioritaire √† l'√©lectricit√© produite par les r√©acteurs nucl√©aires et les centrales aliment√©es au charbon, impossibles √† stopper ».
Nous reportons √† plus tard une critique approfondie de ce rapport, marqu√© par une surestimation √©vidente des potentialit√©s des renouvelables intermittentes. Nous nous contenterons ici de relever une inexactitude factuelle grossi√®re. Greenpeace semble en effet ignorer d√©lib√©r√©ment la proc√©dure d’obligation d’achat de la production √©olienne et solaire par les distributeurs historiques. Du fait de cette obligation l√©gale, ces √©nergies intermittentes et difficilement pr√©visibles b√©n√©ficient d'un droit d'acc√®s inconditionnel, y compris en France o√Ļ la part du nucl√©aire est la plus importante. Lorsque l'√©olien et le photovolta√Įque sont √† leur maximum de production, les productions hydro√©lectriques, nucl√©aires et fossiles sont ajust√©es pour leur faire place. L'Annexe (ci-dessous) au pr√©sent communiqu√© rappelle la position de l’Europe, constamment favorable au d√©veloppement des √©nergies renouvelables intermittentes. ..........
http://sauvonsleclimat.typepad.fr/le_blog_de_lassociation_s/2011/02/les-%C3%A9oliennes-manquent-souvent-de-vent-greenpeace-jamais-de-souffle.html

- septembre 2009
Greenpeace dénonce la manifestation anti-éolien organisée ce week-end au Mont
Saint-Michel et rappelle le r√īle essentiel que jouera l'√©olien dans les ann√©es √† venir

GREENPEACE APPELLE A UNE «REVOLUTION EOLIENNE» EN MER DU NORD
Greenpeace a lanc√© mercredi un appel √† une «r√©volution √©olienne» en mer du Nord, en se basant sur une √©tude indiquant qu'une mise en r√©seau de milliers de turbines encore √† construire permettrait √† terme d'approvisionner des millions de foyers en √©nergie propre et fiable
http://www.energiezoom.com/article-460.htm


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

LIRE : ūüėäūüĎá

R√©action de Paysage Libre – Freie Landschaft
à la propagande mensongère de Greenpeace


Production des √©oliennes : Greenpeace d√©sinforme la population 

D√®s le mois d'avril 2011, Greenpeace a fait para√ģtre dans la presse suisse des annonces pr√©tendant qu'une seule √©olienne peut fournir une quantit√© d'√©nergie √©lectrique correspondant √† la consommation de 6000 m√©nages. Ce chiffre totalement fantaisiste est exag√©r√© d'un facteur 10 si l'on tient compte de la consommation domestique des m√©nages et d'un facteur 30-35 si l'on tient compte de leur consommation finale.
Somm√© de rectifier publiquement, Greenpeace n'est pas entr√© en mati√®re et a seulement fini, apr√®s bien des tergiversations, par admettre qu'une erreur de calcul avait √©t√© commise et que les annonces incrimin√©es ne para√ģtraient plus. Or la d√©sinformation continue, comme l'atteste par exemple une annonce d'une demi-page parue dans L'Impartial du 23 mai 2011.



Greenpeace s'en prend ainsi ouvertement et violemment √† toutes les personnes et groupements qui s'efforcent depuis des ann√©es de diffuser une information v√©ridique, ind√©pendante du puissant lobby √©olien, sur la probl√©matique √©olienne en Suisse. Par son obstination √† d√©sinformer, en se fondant de plus sur son statut d'organisation importante et pr√©tendument s√©rieuse, Greenpeace est ainsi en train de commettre des dommages graves, notamment dans le canton de Neuch√Ętel, o√Ļ le peuple devrait √™tre appel√© prochainement √† se prononcer sur le concept √©olien cantonal.
Nous protestons énergiquement contre la désinformation colportée par Greenpeace et invitons les responsables des médias à publier des chiffres correspondant à la réalité lorsqu'ils traitent du sujet en question.

Rappel des réalités :

Puissance moyenne d'une √©olienne en Suisse aujourd'hui et pour les ann√©es √† venir : 2 MW
Production annuelle attendue d'une √©olienne, √† raison de 1500 heures de fonctionnement √† pleine charge : 3000 MWh
Consommation domestique annuelle d'un m√©nage : environ 5 MWh
Nombre de m√©nages « desservis » par une √©olienne : 3000 divis√© par 5, √©gale 600
La consommation domestique des m√©nages n'√©tant que le 30% environ de leur consommation finale, la production d'une √©olienne « couvre » ainsi les besoins finaux d'environ 200 m√©nages.
(Les verbes desservir et couvrir sont mis entre guillemets car les éoliennes, du fait de leur production discontinue et aléatoire, ne peuvent desservir quiconque en permanence et doivent donc être complétées par des sources de production permanentes.)
Paysage Libre – Freie Landschaft
Eplatures-Jaune 99
2300 La Chaux-de-Fonds
www.freie-landschaft.ch
Document à télécharger sur :
http://www.juracretes.ch/d2wfiles/document/6301/5019/0/Communiqu%C3%A9_d%C3%A9sinformation_Greenpeace_Paysage_Libre_25_05_2011.pdf

http://www.epaw.org/documents.php?lang=fr&article=in21

~~~~~~~~~~~~~~~~

jeudi 24 février 2011
Pourquoi le scénario électrique de Greenpeace n'est pas réaliste...
Greenpeace a expliqu√© dans un long rapport comment il voit l'√©lectricit√© europ√©enne en 2050 : 100% de renouvelables. Pas r√©aliste sans le nucl√©aire, r√©pond Herv√© Nifenecker, pr√©sident d'honneur de "Sauvons le climat". 
Greenpeace vient de publier une prospective pour la production d'électricité intitulée La bataille des réseaux.
Selon elle, l'Europe pourrait atteindre près de 70% en 2030 et quasiment 100% d'énergies renouvelables en 2050 et se débarrasser des énergies sales.



Notons d'abord que le rapport se concentre sur la production d'√©lectricit√© et ne dit pas un mot sur l'√©nergie d√©pens√©e dans les transports et le chauffage. Les chiffres annonc√©s ne sont donc pas si spectaculaires qu'ils paraissent : si l'on consid√®re les √©nergies non carbon√©es (renouvelables + nucl√©aire) dans la production d'√©lectricit√©, la France en est √† 90%, la Su√®de, d√©j√† √† 100%. 
Mais il est vrai que Greenpeace ne veut pas entendre parler du nucléaire. Son objectif principal n'est pas la réduction des émissions de CO2, mais bien d'exclure le nucléaire du mix énergétique....

Priorité au gaz naturel

Pour atteindre les objectifs vis√©s par Greenpeace, la puissance √©olienne serait, de 2007 √† 2050, multipli√©e par 12, la puissance photovolta√Įque par 195 (1). 

Les auteurs du sc√©nario se sont aper√ßu (enfin) que l'augmentation de la part de ces √©nergies renouvelables mais intermittentes allait poser des probl√®mes de s√©curit√© d'approvisionnement et de stabilit√© de r√©seau, et qu'il y a n√©cessit√© d'assurer une production fiable et pr√©visible.

Actuellement, celle-ci est assur√©e par l'hydro√©lectricit√©, les centrales fossiles et les centrales nucl√©aires. Greenpeace refuse √† la fois les centrales √† charbon et les centrales nucl√©aires. Le pr√©texte retenu pour ce double rejet est que ces centrales manquent de la souplesse n√©cessaire pour faire face aux variations rapides de la production des √©nergies intermittentes, en particulier de l'√©olien. Donc, pour sortir du charbon et du nucl√©aire, Greenpeace propose de recourir au gaz naturel (2), au moins jusqu'en 2030. 

0n doit aussi regretter que le rapport ne chiffre que les puissances install√©es et non les productions. Or, √† puissance √©gale, une centrale nucl√©aire (ou √† charbon) produit 6 √† 8 fois plus qu'un centrale photovolta√Įque. J'ai donc √©t√© contraint de faire des hypoth√®ses sur les facteurs de charge des diff√©rentes techniques de production (3).

Plus qu'un travail sérieux le rapport diffusé par Greenpeace est une habile propagande cherchant à contrer les projets de centrales nucléaires qui sont en train de voir le jour au Royaume Uni, en Italie, aux Pays Bas, dans les pays de l'Europe de l'Est, et les retards pris par les politiques de sortie du nucléaire en Allemagne, en Belgique, en Suède et en Espagne. Cette remontée du nucléaire étant, pour une part importante, liée à la volonté de diminuer les rejets de CO2, il fallait rapidement (et la qualité du travail se ressent de cette volonté d'aller vite) allumer un contre-feu.

Nous sommes parvenus √† cette conclusion en passant en revue de pr√®s les trois √©tapes retenues par Greenpeace. 

L'étape de 2020

La puissance install√©e des √©nergies renouvelables intermittentes augmente de plus d'un facteur 5. Celle des √©nergies renouvelables non intermittentes de 25%. Celle du nucl√©aire diminue de plus d'un facteur 2. La puissance des centrales √† charbon augmente de 30%, celle des centrales √† gaz de 16%. La premi√®re √©tape est donc de remplacer le nucl√©aire par les √©nergies renouvelables mais aussi fossiles!

Si, dans le scénario de Greenpeace, le nucléaire avait simplement gardé la même production qu'en 2007, il aurait pu remplacer des centrales à charbon et on aurait évité l'émission de plus de 900 millions de tonnes de CO2. Le problème du réchauffement est, à l'évidence, au second plan.

Au second plan, aussi, les besoins de financement: les investissements dans l'√©olien et le solaire atteindraient environ 1000 milliards d'euros (4), soit le co√Ľt de construction de 330 r√©acteurs qui pourraient produire 2500 TWh par an √† comparer aux 700 produits par les √©nergies intermittentes. Ces chiffres ne sont pas mentionn√©s dans le rapport qui se contente d'√©valuer l'investissement n√©cessaire pour les r√©seaux (98 G€ jusqu'en 2030). 

L'étape de 2030


La période de 2020 à 2030 prévoit, pratiquement, la fin du nucléaire, et, surtout, celle du charbon. La puissance nucléaire est ramenée à 17 GWe et celle du charbon à la même valeur, alors que, en 2020, la puissance des centrales à charbon devait atteindre 196 GWe. Cette décroissance du charbon et du nucléaire est compensée par la croissance continue des énergies renouvelables mais aussi par une augmentation de 90% de la puissance des centrales à gaz.

Les centrales √† gaz devraient √©mettre environ un milliard de tonnes de CO2. Ce chiffre serait divis√© par 2 par rapport √† celui de 2020 gr√Ęce au passage du charbon au gaz. Toutefois, ce calcul ne tient pas compte des fuites de m√©thane associ√©es √† l'utilisation du gaz. Une fuite de 2 √† 5% de m√©thane suffit √† doubler la contribution √† l'effet de serre de l'utilisation du gaz. Greenpeace est muette sur ce probl√®me. 

Rien n'est dit non plus sur l'√©volution probable du prix du gaz ni sur la d√©pendance absolue du syst√®me √©lectrique europ√©en vis √† vis du gaz import√©. A moins que ce gaz provienne du sous sol europ√©en gr√Ęce au gaz de schiste ! Mais Greenpeace est hostile √† l'exploitation de ce dernier...

 L'√©tape de 2050

De 2030 √† 2050 le rapport pr√©voit le remplacement du gaz naturel par le biogaz et la poursuite du d√©veloppement des autres √©nergies renouvelables. Cette √©tape pose de nombreuses questions. 

- Tout d'abord, la puissance intermittente (√©olien+ solaire) est consid√©rable, atteignant 1740 GW, √† comparer √† une puissance totale de 2401 GW. Sans pr√©juger le temps de 2050, il est probable qu'il existera des p√©riodes pendant lesquelles les productions √©olienne et solaire seront tr√®s faibles. Or la puissance non intermittente de 661 GW serait tout √† fait incapable de se substituer aux 1740 GW intermittents. 

- Une production g√©othermique d'une puissance de 96 GW est envisag√©e. Or le flux g√©othermique moyen est compris entre 0,05 et 0,13 W/m2 en France. Il faudrait √©quiper plus de 7 millions de km2 pour atteindre les objectifs fix√©s dans le rapport. Cela para√ģt √©videmment impossible. Il est vrai qu'il existe des gisements de roches s√®ches qui permettent d'obtenir de la vapeur √† quelques centaines de degr√©s (par exemple √† Soultz la For√™t). Mais, dans ces cas, c'est en r√©alit√© une r√©serve de chaleur qu'on exploite. Cette exploitation est possible pendant 20 √† 50 ans selon les cas. Sans compter les cons√©quences environnementales qu'aurait l'utilisation de la technique de fracture des roches √† grande profondeur. 

- Le dernier point d'interrogation et, sans doute, le plus important est de savoir comment fabriquer le bio-gaz en quantit√©s suffisantes. En supposant que les centrales √† bio-gaz fonctionnent la moiti√© du temps, leur production atteindrait 1344 TWh soit, environ, un besoin en biomasse de 260 millions de tep (tonnes √©quivalent p√©trole). Ces quantit√©s sont tr√®s largement sup√©rieures √† celles qu'on peut esp√©rer de la d√©composition des d√©chets organiques. Il sera donc n√©cessaire de les produire par thermolyse de la biomasse. Les meilleurs rendements de thermolyse sont de l'ordre de 50%. Il faudra donc disposer d'une ressource annuelle de biomasse de 500 millions de tep. Or selon la r√©cente √©tude « Vision 2050 » du groupe des Verts europ√©ens, les limites de productibilit√© √©nerg√©tiques des sols de l'Europe des 27 seraient de 238 Mtep. Et cette quantit√© regroupe tous les usages √©nerg√©tiques de la biomasse, chaleur, biocarburants et production d'√©lectricit√©. Il faudrait donc importer des quantit√©s consid√©rables de biomasse; sous quelle forme, par quels moyens, avec quelles cons√©quences environnementales? Silence du rapport...
  
Voir l'article complet d'Herv√© Nifenecker.

Notes
(1) Ces chiffres correspondent au sc√©nario « low grid » du rapport. L 'autre sc√©nario « high grid » se caract√©rise par une importante importation d'√©lectricit√© en provenance d'Afrique du Nord.
(2) Une √©nergie propre sans doute, parce que « naturelle » bien que responsables de dizaines de morts par an en Europe.
(3) Nous avons retenu les valeurs suivantes du nombre d'heures annuelles de fonctionnement √† pleine puissance:  Eolien: 2200 h. Solaire: 1000 h.; Hydro√©lectricit√©: 2500 heures.; Oc√©an: 4000h.; G√©othermie: 8000h.; Nucl√©aire:  8000h.; Charbon: 8000h.; pour le gaz et la biomasse des dur√©es de fonctionnement variables ont √©t√© retenues puisque ces √©nergies sont celles qui permettent d'ajuster l'offre √† la demande dans le cadre du d√©veloppement des √©nergies renouvelables
(4) J'ai suppos√© les co√Ľts d'investissement  suivants par GW : √©olien : 1,5 G€, solaire PV : 5 G€,  gaz : 0,5 G€, charbon : 1,5 G€, nucl√©aire : 3 G€