Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

Nouvelle Aquitaine (III) (du 20/08/2018 au ...)

 Nouvelle Aquitaine



Voir les articles précédents sur "Nouvelle Aquitaine" (I) et (II)


22/11/18 : Vienne : 
Motion du Département contre les éoliennes vers l’abbaye de Saint-Savin
Lors de sa commission permanente du 16 novembre dernier, le conseil départemental de la Vienne a voté à l’unanimité (moins une abstention) une motion pour le maintien de la valeur universelle de l’abbaye de Saint-Savin. Une motion votée afin de préserver le site (classé au patrimoine mondial de l’Unesco) de la Vallée de la Gartempe, à l’heure où se profile un projet d’implantation de six à neuf éoliennes sur la commune voisine de La Bussière.
Protéger le site et la vallée de la Gartempe
La motion du conseil départemental « s’alarme du risque d’atteinte à la valeur universelle du bien que pourrait avoir tout projet éolien situé à proximité de l’abbaye de Saint-Savin et dans une situation de covisibilité. Elle note que la préfecture de la Vienne a demandé une réactualisation des études paysagères qui avaient été produites par la DRAC pour la définition d’une zone tampon adaptée aux projets éoliens, afin de pouvoir la présenter aux élus de la communauté de communes Vienne et Gartempe. Elle demande à la Région Nouvelle-Aquitaine, dans le cadre de l’élaboration du Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) de prendre en considération, au titre du volet éolien, la protection de la Vallée de la Gartempe et du bien inscrit au patrimoine mondial. En conséquence, le Département s’engage à accompagner les différents acteurs concernés, pour la mise en place des dispositifs permettant d’atteindre l’objectif de préservation de la valeur remarquable de ce bien par la création soit d’un site patrimonial remarquable, soit d’un site classé au titre du code de l’environnement. »
https://www.lanouvellerepublique.fr/chauvigny/motion-du-departement-contre-les-eoliennes-vers-l-abbaye-de-saint-savin
21/11/18 : Lot-et-Garonne : Paulhiac : Protéger le secteur contre tout projet industriel polluant
On ne peut laisser dire que la réunion lancée et animée par le CCA47 n' a attiré «que» des soixante-huitards, non alors ! Car il y avait une majorité de nouvelles familles, de jeunes couples et personnes ayant déjà franchi le pas d'installations ne polluant pas, préconisées par bon nombre de structures associatives, d'installateurs s'étant formés aux nouveaux appareillages, et localement par TEPOS, une création de la communauté de communes du secteur en la personne de Glenn Viollet, le «monsieur énergies nouvelles» qui va de bourgs en villages et agglomérations plus importantes afin d'informer et de convaincre sur l'utilité, sur la nécessité pressante de protéger l'environnement et la santé. Cela presse, a-t-il été redit ! Jean-Dupré et Pierre Ciampi, coprésidents, rappelèrent que «l'action collective de l'asso avait permis de mettre fin aux velléités de la société Vent d'Oc d'installer des éoliennes industrielles géantes sur le territoire. À une mauvaise nouvelle, il y a souvent en même temps ou après, des choses positives puisque cette fois, cela a permis l'inspiration de projets liés à des énergies alternatives», expliquaient-ils. Divers participants à la réunion ont apporté témoignage, histoire d'étayer un peu les propos initiaux ; ce fut Guy Barbier qui narra dans le détail le choix fait de la rénovation de sa maison ancienne : double vitrage, isolation des combles et installation d'une chaudière à granulés de bois qui se consument à 95 %, ne laissant donc que peu de cendres ; Monique Guittenit précisa qu'elle ne paie plus rien à EDF puisqu'elle achète son électricité à Enercop (électricité verte). Elle revend même les surplus de son installation photovoltaïque à… EDF ! Bernard Boulangeot, architecte engagé pour l'écologie dans le sens «pur» du mot, a évoqué un plan d'action pour bâtiments communaux. Le conseiller départemental-maire local M. Calmette a rappelé l'avènement de TEPOS, parlé d'un dossier «bâtiments du futur» (voir Paulhiac) et présence de Glenn Violet aux manettes de TEPOS qui rappela la facture énergétique du territoire communautaire, soit : 48 millions d'euros, 3 400 € par ménage ; avec pour objectif 2050 de la réduire de moitié. Le bois-énergie étant actuellement la principale ressource du territoire. Tél. 05 53 36 42 27.
https://www.ladepeche.fr/article/2018/11/21/2910559-proteger-le-secteur-contre-tout-projet-industriel-polluant.html 17/11/18 : Vienne : Savigny-Lévescault : “ Ils ne reflètent pas l’ampleur des éoliennes ”
Autour d’un café et de viennoiseries, ils étaient une petite quinzaine de membres de l’association d’opposants au projet éolien « Savigny vent debout » à patienter, ce vendredi matin, pour apercevoir malgré l’épais brouillard les ballons mis en place par Sergies. « Nous n’avons été prévenus que lundi (le 12 novembre) de cette opération, et si certains ont eu plusieurs exemplaires du tract dans leur boîte aux lettres, d’autres n’en ont carrément pas eu, souligne Laurent Blot, tout nouveau président de l’association qui compte aujourd’hui 238 adhérents. Par ailleurs, programmer cette opération un samedi, où les habitants sont généralement plus disponibles aurait été beaucoup plus judicieux pour permettre à un plus grand nombre de personnes de “ situer le parc éolien ” ». Des doléances dont l’association s’est ouverte au maire, dans la semaine, par courrier.
La matinée s’étire et alors que peu à peu les nappes de brouillard disparaissent, tous s’accordent à dire que l’encombrement des ballons ne reflète certainement pas l’ampleur des éoliennes. Pour « Savigny vent debout » le « combat » continue…

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/savigny-levescault/ils-ne-refletent-pas-l-ampleur-des-eoliennes?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=12&pageId=57da5cf9459a4552008b4b2b

17/11/18 : Vienne : Chauvigny : Puits Gergil: des ballons pour simuler les éoliennes
Afin de matérialiser le parc éolien en projet à Savigny-Lévescault, des ballons gonflés à l'hélium ont été installés hier, de 9h à 18h, par Sergies.
Jusqu'à près de 11h30, hier matin, l'épais brouillard empêchait de les distinguer dans le ciel savignois. Mis en place dès 9h30 sur la zone du Bois Lambert, trois fois deux ballons, gonflés à l'hélium avaient pour vocation de matérialiser, pour la journée, le centre et les extrémités du futur parc éolien de Puits Gergil. Sur chacune des trois implantations, un premier ballon blanc fixé à 99 mètres de hauteur simule la nacelle d'un aérogénérateur tandis qu'un rouge flottant au dessus à 165 mètres (1) en indique le bout de la pale.
Une opération pour juger de la visibilité des éoliennes
« Ce n'est que la deuxième fois que nous avons recours à ce type d'opération en Nouvelle-Aquitaine, détaille Emmanuel Julien, président du directoire de Sergies, à l'origine de l'installation et qui avec la société Epuron (2), porte ce projet d'implantation de quatre éoliennes sur la commune de Savigny-Lévescault. Les habitants de la commune peuvent ainsi juger de la visibilité de ces éoliennes par rapport à leur lieu de vie. C'est un élément pratique de réponse. »
Une réponse qui fait suite aux nombreuses interrogations et oppositions que connaît le projet (lire nos éditions du 26 avril et du 14 juillet derniers). « Dans une démarche de transparence, c'est une façon de mettre le projet à nu, ajoute Simon Bordage, ingénieur en énergies renouvelables en charge du projet chez Sergies. C'est aussi pour nous, une nouvelle étape de concertation puisqu'elle se double d'une permanence d'information (3). »
Une opération ballons qui ne s'improvise pas. « C'est une intervention qui nécessite une autorisation de l'aviation civile, ainsi qu'une fenêtre météo favorable. La date en a donc été arrêtée seulement jeudi dernier (le 8 novembre NDLR). » Un timing qui ne satisfait pas les membres de l'association d'opposants au projet (lire ci-dessous) qui dénoncent le choix d'une date en semaine et une information trop tardive et pas toujours bien relayée. « Nous avions effectivement d'abord imaginé cette installation le samedi 17 novembre mais ça coïncidait avec l'opération "gilets jaunes", ce qui ne nous semblait pas judicieux. Quant à l'information, nous avons fait appel à un prestataire pour la distribution de 700 tracts dans les boîtes aux lettres de la commune, mais elle a également été diffusée dans la presse, ainsi que sur la page de la mairie. Elle était donc assez facilement accessible à tous. Nous n'avions aucun intérêt à mettre cette opération sur pied et à ne pas communiquer dessus » complètent tout à tour Clément Mione, chef de projet chez Epuron et Julien Mery, responsable développement chez Sergies.
Validé par une délibération favorable de principe de la communauté d'agglomération du Grand Poitiers en septembre 2017, le projet éolien du Puits Gergil est dans la phase de finalisation des études.
L'autorisation environnementale déposée début 2019
« Une réunion, ce lundi avec différentes associations, portant sur les évaluations d'impact va nous permettre d'ajuster totalement le projet et notamment l'implantation des aérogénérateurs, détaille Yvonik Guégan, chef du projet pour Epuron. L'autorisation environnementale qui combine permis de construire et autorisation pour les installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE), devrait être déposée en préfecture au premier trimestre 2019. Elle sera suivie vraisemblablement en septembre de l'enquête publique puis de la présentation du projet finalisé au conseil municipal et à la population sous forme de permanence d'information. Après construction, le parc devrait être opérationnel en 2022. Il représenterait alors 10% des objectifs du schéma directeur des énergies de Grand Poitiers. C'est un vrai pas dans la transition énergétique et le développement durable du territoire. »
(1) Mesures attestées par huissier.
(2) Epuron est une société française de développement de projets éoliens. Sergies est une filiale de la société d'économie mixte de Sorégies.
(3) Proposée le même jour, salle des Grassinières de 13h à 15h.

https://centre-presse.fr/article-639785-puits-gergil-des-ballons-pour-simuler-les-eoliennes.html

16/11/18 : Pyrénées-Atlantiques : Ger. Ger, la commune la plus impactée
Le communiqué de la société Vents d'Oc, productrice d'énergies renouvelables dont le projet est d'implanter deux nouvelles éoliennes sur la commune de Ger qui en possède déjà quatre, a littéralement omis la position de la mairesse Valérie Normand, "réservée" sur cette étude dès son origine. A Ger, le dossier est sensible. Explosif même. En effet, les retombées pour la commune ne seraient "pas si substantielles" selon l'édile, les terrains appartenant à des propriétaires privés. La majeure partie...

15/11/18 : Vienne : Savigny-Lévescault
Extrait : 
> Simulation du parc éolien du Puits Gergil. Vendredi 16 novembre, de 9h à 18h, six grands ballons gonflés à l'hélium planeront dans le ciel de Savigny-Lévescault. Ils seront placés de manière à représenter le centre et chaque extrémité du futur parc éolien de Puits Gergil. Ainsi, ils permettront à chacun de situer le parc dans son environnement et d'apprécier les dimensions en hauteur des futures éoliennes. Toutes les personnes qui le souhaitent sont invitées à venir échanger autour de ce projet lors d'une permanence d'information qui aura lieu le même jour, de 13h à 15h, dans la salle des Grassinières. Située au sud-ouest de la commune, la zone en cours d'études pourra accueillir un parc éolien d'au maximum 4 machines d'une puissance de 3 MW, d'une hauteur de 165 m.

https://www.centre-presse.fr/article-639475-savigny-levescault.html

12/11/18 : Charente : 
LE CONSEIL MUNICIPAL DONNE UN AVIS DÉFAVORABLE AU PROJET ÉOLIEN DE SAULGOND
Lors du conseil municipal du 25 octobre, le projet du parc éolien sur le territoire de Saulgond a été abordé, la commune de Montrollet se trouvant concernée puisque dans un périmètre des 6 kilomètres. Le maire a proposé de maintenir la position du conseil municipal prise...
http://www.charentelibre.fr/2018/11/10/le-conseil-municipal-donne-un-avis-defavorable-au-projet-eolien-de-saulgond,3340568.php

12/11/18 : Bressuire : 
Nord Deux-Sèvres : un arrêté préfectoral pointe les manquements d'un parc éolien 
Le parc éolien des Grandes Versennes, à cheval sur les communes de Bressuire, Argentonnay et Coulonges-Thouarsais a fait l'objet d'un arrêté préfectoral l'été dernier relatif aux impacts sonores et environnementaux.
Suite aux plaintes de l’association des riverains du parc des Grandes Versennes, au suivi de la mortalité avifaune et chiroptères et à la rencontre de représentants de l’association pour la protection de l’environnement des riverains du parc éolien des Grandes-Versennes (APERPE) avec le préfet des Deux-Sèvres l’année dernière, un arrêté préfectoral relatif aux impacts du parc éolien exploité par Boralex a été signé le 16 juillet dernier. Après un recours en référé de l’exploitant, rejeté mi-août, celui-ci à fait appel devant le tribunal administratif. Cet appel n’étant suspensif de l’arrêté préfectoral.
Plusieurs manquements soulevés
Cet arrêté n° 5992 consultable sur le site de la préfecture, comprend trois points importants : la réduction et le contrôle de l’impact sonore, celui-ci n’ayant jamais fait l’objet d’une étude acoustique complète depuis la mise en service d’un logiciel de bridage lors du début d’activité du parc ; des dispositions de protection des chiroptères par bridages ou arrêts des éoliennes à certaines périodes de l’année ainsi qu’un nouveau suivi naturaliste sur les trois prochaines années ; la création d’un comité de concertation et de suivi présidé par le préfet avec les riverains, les maires d’Argentonnay, Coulonges-Thouarsais et Bressuire et des associations ornithologiques des Deux-Sèvres.
" Cet arrêté préfectoral est une reconnaissance des nuisances provoquées par ce parc éolien, dénoncées depuis longtemps par les riverains. Il montre aussi l’absurdité d’installer un parc éolien en milieu bocager et aussi près d’habitations. Il montre aussi la légèreté et la négligence des décideurs de l’époque et devrait faire réfléchir ceux d’aujourd’hui. Il ne reste plus qu’à le faire appliquer ! ", a commenté Christian Gaufreteau, président de l’APERPE.
https://www.lanouvellerepublique.fr/bressuire/nord-deux-sevres-un-arrete-prefectoral-pointe-les-manquements-d-un-parc-eolien?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=0&pageId=57da5cf9459a4552008b4b33
Arrêté préfectoral n° 5992 du 16/07/2018  : http://www.deux-sevres.gouv.fr/content/download/26337/209719/file/APC%20Coulonges%2016.7.18.pdf

10/11/18 : Vienne : Loudun - Craon : 
Conseil: des éoliennes à l'étude
Extrait : 
Fait exceptionnel pour ce conseil municipal de Craon, le public était nombreux au point qu'il manquait de chaises dans la salle. Et pour cause: la société Valorem présentait les conclusions du projet d'étude d'implantation d'éoliennes sur la commune. L'étude a été lancée après validation en conseil municipal en juin. Au départ, l'entreprise « d'énergie verte » avait planché pour étudier l'implantation de panneaux photovoltaïques sur les terrains de la carrière (pour un privé) mais le projet n'était pas rentable. Il s'est avéré que la commune était bien située pour l'implantation d'éoliennes. Valorem a donc sollicité la municipalité.
Pas plus de quatre éoliennes
La zone sud-ouest de Craon, préconisée au départ, a été abandonnée en raison de la présence du radar de Météo France situé à Cherves. Une deuxième zone a été choisie, située au Nord Est du bourg. Les deux représentants de Valorem ont présenté les différentes phases et délais que prendrait l'étude, le dépôt du dossier et son acceptation. « La construction pourrait avoir lieu en 2022 si tout se passe bien: les enjeux forts que sont la zone Natura 2000 et la présence d'outardes canepetières ne sont pas rédhibitoires et peuvent être accompagnées de mesures compensatoires ». Il ne pourra pas y avoir plus de quatre éoliennes en raison des contraintes imposées par Météo France. Ils ont ensuite présenté les avantages économiques dont pourrait bénéficier la commune en cas d'accord pour continuer dans le projet avec promesse de bail: « La commune recevra 39.000€ dont 8.000€ de convention pour l'utilisation des chemins », ont-ils estimé, ajoutant que l'entreprise avait la volonté d'intégrer les citoyens via une plateforme participative ou l'insertion professionnelle de locaux dans la phase de construction.
Le conseil a pris note de tous ces éléments et prendra sa décision lors d'une prochaine réunion.

https://www.centre-presse.fr/article-638293-conseil-des-eoliennes-a-l-etude.html

10/11/18 : Vienne : Availles-Limouzine : Le conseil vote ...
Extrait : > Projet éolien de Mauprévoir. Avec 7 voix contre, 2 abstentions et 3 voix pour, le conseil se prononce défavorablement à ce projet.
https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/availles-limouzine/le-conseil-vote-les-tarifs-2019?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=8&pageId=57da5cf9459a4552008b4b1f

08/11/18Le sénateur de la Vienne monte au créneau pour sauver la planète
Le sénateur Alain Fouché : « Je suis pour une politique d’énergie verte mais que l’on ne badigeonne pas la France d’éoliennes, on détruit les paysages. » 
Le sénateur monte au créneau pour défendre la planète et demande au chef de l’État d’arrêter cette fiscalité que subissent les plus défavorisés.
Inscrit dans le groupe des Indépendants République et territoires, le sénateur Alain Fouché, à l’occasion de son bilan annuel, dénonce avec fermeté, dans un ton inhabituel, la politique d’Emmanuel Macron et les mesures prises par le gouvernement. Premier scud envoyé à l’adresse du Premier ministre, Édouard Philippe : « Avec la mise en place des 80 km/h, il devait y avoir une baisse de la mortalité, or nous avons une hausse de 7 % de morts sur la route. » Autre contradiction relevée par le parlementaire de la Vienne : « On interdit le moteur diesel partout alors qu’aujourd’hui on a sorti un nouveau type de moteur diesel. »
“ Une proximité ” avec Ségolène Royal
Dans ce contexte inflammable, le parlementaire prend la défense des gens démunis, s’appuyant sur un sondage qu’il a lancé sur Facebook en posant cette question : « Êtes-vous pour ou contre cette politique qui consiste à prendre les automobilistes pour des vaches à lait ? ». Sur 1.000 réponses, 95 % des gens ont répondu non ? « Qui trinque ? dit-il, ce sont les smicards, les ouvriers, la classe moyenne ». Il sera du côté des manifestants le 17 novembre.
Mais si seulement cette nouvelle manne financière était fléchée pour le sauvetage de la planète, ce serait un mal pour un bien « mais non, s’indigne l’élu, une importante partie de cette somme est consacrée au budget ». Et l’élu de pointer du doigt les ministres du gouvernement « qui prennent l’avion pour un oui ou pour un non », « Ils doivent donner l’exemple ». En colère, le parlementaire de la Vienne qualifie « d’erreur majeure » de ne pas taxer le kérosène dans le cadre des accords internationaux. Le sénateur interpelle le chef de l’État en lui demandant « de mettre fin à ce racket qui pénalise les plus défavorisés, ce n’est plus possible. Le président de la République ne s’en rend pas compte. Qu’il arrête de pressuriser les plus défavorisés. Macron n’a pas l’expérience de terrain, du territoire ».
Plus dramatique, le sénateur de la Vienne alerte les citoyens : « Le plus important au monde, ce ne sont pas les guerres régionales mais le réchauffement climatique et la couche d’ozone. » A ce titre, le défenseur des territoires ruraux, ne cache pas une « certaine proximité » avec les propositions de Ségolène Royal. « Je la rejoins sur ce point-là. »
https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/le-senateur-de-la-vienne-monte-au-creneau-pour-sauver-la-planete?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=7&pageId=57da5cf9459a4552008b4b2b

08/11/18 : Vienne : Dans la Vienne, la multiplication des projets d'éoliennes dérange
La Vienne est le département le plus privilégié de Nouvelle-Aquitaine par les promoteurs d'éoliennes. Face à la multiplication des projets, la contestation s'organise et de nombreuses voix d'élus s'élèvent.
Depuis quelques semaines, les habitants de la commune de Liglet ont pu constater la présence de curieux panneaux plantés à quelques mètres du prieuré de Villesalem.
Sur les affiches, on peut lire un avis d'enquête publique ouverte depuis le 9 octobre 2018 et ce pour 32 jours, afin étudier la possibilité de l'implantation d'un parc éolien. Dans la commune, le projet divise. Les 319 habitants ne soutiennent pas tous le projet.
Quand il y a quelque chose qui se met en route, il y en a toujours qui sont pour et qui se contre. Cela a toujours existé
Une commune partagée
Les premiers contacts avec la mairie de Lenglet ont été effectués en septembre 2014. Une proposition qui a tout de suite séduit Gérard Argenton, le maire de la commune. "Le principal, c'est que je crois en l'éolien. En tant que maire, cela m'intéresserait d'avoir des revenus supplémentaires", concède-il. Le projet prévoit d'implanter 10 éoliennes d'une hauteur de 117 mètres avec des pales de 63 mètres de longueur. La production de ces géants pourraient atteindre 95 millions de kilowatts et rapporter 50 000 euros par an à la municipalité.
Une association s'est créée pour lutter contre ce projet. Les divisions existent au sein même de la mairie. "On a une campagne qui est très préservée. Et c'est vrai qu'un projet de 10 éoliennes de 180 mètres de haut, cela va impacter gravement tout un paysage", déplore Alain Giraud, premier adjoint au maire de Liglet.
La Vienne attire les éoliennes
Dans le nord de la Nouvelle-Aquitaine, les projets se multiplient et plus particulièrement dans la Vienne. A Chaunay, plus à l'Ouest, un parc est actuellement en construction. 9 éoliennes vont être installés et les premiers mâts ont déjà été montés. C'est Sergies, le premier producteur d'énergie verte dans la région qui en est à l'origine.
La société possède 47 éoliennes en Poitou-Charentes. "Il se présente un certain nombre de caractéristiques favorables. Des habitations qui sont assez regroupées et qui laissent des espaces favorables au développement de l'éolien", explique Emmanuel Julien, président du directoire de Sergies
Sergies s'est aussi lancé dans un projet dans la commune de Mauprévoir avec cinq éoliennes. Ce projet vient s'ajouter à celui d'un autre promoteur pour un total de dix éoliennes. A nouveau, l'hyptohèse d'un parc éolien de cette ampleur n'est pas du goût de tout le monde. L'association Mauprévoir environnement rassemble une quarantaine de membres dont une Anglaise installée en France depuis 15 ans et propriétaire d'un château qui pourrait être impacté par l'implantation de mâts.
Miser sur les monuments historiques
Leur stratégie vise à miser sur la présence de monuments classés dans la zone du parc éolien. "On a fait une photo aérienne de Mauprévoir et la même avec les éoliennes. On a envie de se battre pour Mauprévoir, pour la château et le monde du tourisme", assure Michelle Manselon, présidente de l'association Mauprévoir environnement.
A Saint-Savin, les éoliennes ne sont pas autorisés dans le plan d'urbanisme de la ville. "Il est important de préserver le label Unesco. Pour nous et pour le territoire c'est nécessaire sur le plan touristique. Et par rapport à la région, peut-être qu'on a protégé un peu plus les vignobles bordelais et toutes les villes côtières et on nous a pris pour des gens un peu dans le désert", analyse Jean-Marie Rousse, maire de saint-Savin.
L'ex-Aquitaine, épargnée
En Nouvelle-Aquitaine, certains élus ont pointent du doigt l'ex-Aquitaine. Aucune structure n'y est implantée et les projets y sont rares. "Il y a une espèce d'histoire avec l'ex-Aquitaine avec quelques légendes : il n'y a pas de vent en ex-Aquitaine. On a aussi beaucoup de territoire de l'armée qui sont préservés. L'ex-Aquitaine doit aussi prendre sa part comme l'a pris l'ex-Poitou-Charentes et comme l'ex-Limousin est en train de le faire", raconte Françoise Coutant, conseillère régionale Europe écologie les verts.
Le sud de la Vienne continue d'attiser les convoitises. Face à l'appétit des professionnels, les élus locaux avouent leur impuissance."L'avis des municipalités ne compte pas, le ministère s'est engagé dans une transition écologique essentiellement éolienne pour notre territoire et il y a une dérégulation totale. Ce sont les entreprises portant les projets qui sont dominantes", affirme Gisèle Jean, maire de Queaux et vice-présidente de la communauté de communes Vienne et Gartempe.
Impliquer les habitants
A Saint-Secondin, un parc éolien est déjà implanté mais un projet d'extension est dans les tablettes. La mairie compte bien capitaliser sur cet agrandissement. "En conseil municipal, On a considéré qu'un parc existant n'apportait pas de nuisances visuelles comme certains disent. Et qu'il était intéressant que la commune de Saint-Secondin puisse en avoir un certain bénéfice", explique Jean Saumur, maire de Saint-Secondin.
Une campagne de financement participatif a ainsi été lancé pour intégrer les habitants au projet. "Cela permet d'impliquer et de fédérer les gens autour du projet, afin qu'ils se sentent un peu propriétaire de ce parc pour lequel ils vont être riverains", souligne Florian Fillon, chef de projet Valorem.
En 2012, le schéma régional éolien avait identifié plus de 200 communes favorables à l'implantation d'un parc éolien. Plusieurs centaines d'éoliennes devraient apparaître dans le paysage poitevin ces prochaines années malgré la contestation.

07/11/18 : Charente : LES SIOUX DE SAINT-CLAUD S’OPPOSENT AUX "NAVARROS"
L’enquête publique pour l’implantation de cinq éoliennes au lieu-dit Les Navarros à Saint-Claud a débuté hier. Sur fond de tensions avec les Sioux anti-éoliens.
Une guerre de tranchées qui se joue dans les airs. Loin du centenaire de l’armistice de la Grande Guerre, c’est schématiquement le résumé de l’histoire qui se joue depuis près de trois ans à Saint-Claud autour de l’implantation du parc éolien des Navarros - nom du lieu-dit où Valeco a l’intention d’installer cinq éoliennes - pour laquelle l’enquête...

http://www.charentelibre.fr/2018/11/07/les-sioux-de-saint-claud-s-opposent-aux-navarros-cela-pourrait-s-apparenter-a-une-tentative-de-pression,3338483.php

07/11/18 : Nouvelle-Aquitaine : Disputandum#7 : éoliennes, énergie du futur ou un danger pour nos paysages ?
Les parcs et les projets se multiplient dans l'ex-Poitou-Charentes, et notamment dans le sud de la Vienne, alors qu'il n'y a pas la moindre éolienne sur le territoire de l'ex-Aquitaine, et encore assez peu en Limousin. Certains maires y sont très favorables, car la présence des parcs éoliens représentent des recettes financières importantes. Mais le plus souvent, les projets déclenchent l'opposition des riverains.
Alors, que la planète doit lutter contre le réchauffement climatique et développer les énergies durables, l'éolien est-il l'énergie du futur ou un danger pour nos paysages ?
Pour en parler, Marie-Ange Cristofari recevra :
- Raymond Gallet, maire de Coulonges dans la Vienne, partisan de cette énergie,
- Bertrand Vincent, vice-président de Stop éolien 17, qui rassemble 30 associations (500 à 600 adhérents),
- Vincent Vignon, représentant régional de France énergie éolienne, qui fédère les entreprises du secteur,
- Laure Veraeghe co-fondatrice de la société Lendosphère, organisme de financement participatif dédié aux énergies renouvelables
- Françoise Coutant, vice-présidente du Conseil Régional, chargée de la transition énergétique
Sur Twitter #NoA ou #Disputandum
Sur nos pages Facebook :
France 3 Limousin
France 3 Aquitaine
France 3 Poitou-Charentes
Nos invités répondront en direct à vos réactions.
Diffusion en direct le mercredi 7 novembre 2018 à partir de 21h sur NoA.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/disputandum7-eoliennes-energie-du-futur-danger-nos-paysages-1570288.html

07/11/18 : Vienne : SAINT PIERRE DE MAILLE : Un apéritif citoyen contre le projet éolien
Réunis sous le slogan de « Fermer les yeux aujourd'hui c'est prendre le risque de les rouvrir demain pour pleurer », ce sont plus de 170 personnes qui ont fait le déplacement pour venir s'informer, samedi 3 novembre, à la salle de fêtes de Saint-Pierre-de-Maillé, sur le projet éolien de La Bussière. Une salle prêtée pour l'occasion par la mairie, qui a permis à Yolande Maigret, présidente de l'ADEPA de rappeler aux participants, qu'il reste jusqu'au 26 novembre pour donner son avis, via l'enquête publique, au sujet de l'implantation de six éoliennes de 180 m, sur les hauteurs de la Puye. Un avis à inscrire sur le registre situé à l'étage de la mairie de La Bussière (accès inaccessible aux personnes à mobilité réduite) ou à défaut à adresser par courrier recommandé au Commissaire enquêteur (1).
Saluant la présence de membres de Vent d'Ozon et de l'APEP, deux associations opposées aux projets éoliens de Monthoiron (86) et du Petit Pressigny (37), les présidents des associations organisatrices de cet apéritif citoyen (2) ont également remercié les maires des 16 communes environnantes s'étant prononcées depuis déjà de longs mois contre ce projet, et dont certains étaient présents.
(1) En mairie de La Bussière.
(2) Yolande Maigret - ADEPA (la Bussière), Patrick Kawala - APEPS (Saint-Pierre-de-Maillé), Francis Picard - SOL'H (la Puye) et Jean-Pierre Duteuil du collectif bussiérois.

https://www.centre-presse.fr/article-637631-un-aperitif-citoyen-contre-le-projet-eolien.html

06/11/18 : Deux-Sèvres : Glénay : Avis favorable au projet de parc éolien
Extrait : Voici les décisions prises par les élus lors du dernier conseil municipal. Eoliennes. Une enquête publique est ouverte sur une demande d’autorisation environnementale présentée par la SAS Ferme éolienne du Pâtis aux Chevaux, relative à un projet d’exploitation d’un parc éolien comportant six éoliennes et un poste de livraison sur les communes de Glénay, Airvault et Tessonnière. Le commissaire enquêteur s’est tenu à la disposition du public pour recevoir ses observations. Le conseil municipal est appelé à donner son avis, qui est favorable. La SAS ferme éolienne du Pâtis aux chevaux propose de financer la plantation de haies pour compenser au double de l’arrachage de haies existantes. Le maire est autorisé à signer la convention. Plusieurs parcelles seraient concernées pour une longueur d’environ 295 m.
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/glenay/avis-favorable-au-projet-de-parc-eolien

03/11/18 : Vienne : Vers un feu vert aux éoliennes de Plaisance😠
Initialement refusé par la préfète de la Vienne, le projet de la Ferme éolienne de Plaisance (cinq aérogénérateurs de 180 mètres de haut) va finalement voir le jour. Une première requête contre le refus de permis de construire a été admise par le tribunal administratif de Poitiers, ce qui a conduit la préfète à délivrer le permis demandé.
Reste l’autorisation d’exploiter, elle aussi refusée. D’où le dépôt d’une seconde requête, examinée mardi dernier. Sans surprise, le rapporteur public a conclu à l’annulation de cette seconde décision préfectorale, rappelant qu’il a déjà été jugé que le projet ne prote atteinte ni au site classé de la Gartempe, ni à l’avifaune remarquable (pratiquement inexistante à cet endroit-là), ni aux chauve-souris, qui volent très en dessous des pales des éoliennes. La décision donnant le feu vert au projet doit être rendue le 15 novembre.

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/plaisance/vers-un-feu-vert-aux-eoliennes-de-plaisance?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=4&pageId=57da5cf9459a4552008b4b1f

02/11/18Vienne : Mauprévoir, si joli village… et ses éoliennes
Michel Grémillon nous a écrit son amour pour son village et sa crainte de voir les éoliennes modifier son aspect paysager.
Oui, Mauprévoir est un joli village, un très joli village même, bien entretenu où il faut bon vivre, à tel point que certains, la retraite venue, y reviennent parfois et ne le regrettent jamais.
Les municipalités locales successives ont fait et font de leur mieux, dans un contexte de plus en plus difficile, pour que ceux qui y résident ne manquent de rien ou du moins possible. Il faut leur en être reconnaissant.
Tout irait donc pour les mieux dans le meilleur des mondes si des « perturbateurs », ô combien intéressés, ne venaient ou voulaient venir semer la zizanie en promettant monts et merveilles pour les années qui viennent à ceux qui veulent bien les croire, et en versant à d’autres des sommes rondelettes pour implanter sur leurs terrains d’abominables monstres d’acier et de béton, ces pylônes qui vous défigurent en un rien de temps le plus beau des paysages. Les amoureux de la nature, dont je fais partie, ne comprennent pas et sont choqués. Eole, le Dieu du vent dans la mythologie grecque, doit se retourner dans sa tombe.
Alors vous devez comprendre et vite, combien votre avis est aussi important qu’indispensable. Bien évidemment, l’accord des propriétaires terriens est respectable et compréhensible. Après des années et des années de labeur, ils trouvent l’aubaine de pouvoir améliorer une retraite plus que modeste bien souvent, bien trop souvent, et je crois qu’en ce domaine la tendance n’est, hélas, pas à l’amélioration mais ceci est une autre histoire.
Personnellement, bien sûr que je respecte leur choix, comme j’ai toujours respecté la liberté de pensée. Je n’appartiens en ce domaine, à aucune association, ni pour ni contre. J’ai un avis, c’est tout, sans aucune animosité envers qui que ce soit.
Je dis seulement, gens de Mauprévoir, que c’est vous qui devez décider de l’avenir de votre village, de notre village, et non pas seulement les élus. Qui organisera un jour un vote où, en ce domaine, ce serait à vous de décider, à vous seuls. C’est ça la démocratie, non ? Car enfin, il faut quand même bien réfléchir. Cette nouvelle perspective va-t-elle créer des emplois dans nos campagnes ? J’en doute. Va-t-elle inciter les anciens à revenir finir leurs vieux jours à l’ombre des fameux pylônes ? J’en doute encore. Vos enfants et petits enfants accepteront-ils le bel héritage que vous leur laisseriez ? J’en doute toujours.
Alors, les maires, réfléchissez bien mais vite, car après il sera trop tard. »

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/mauprevoir/mauprevoir-si-joli-village-et-ses-eoliennes?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=18&pageId=57da5cf9459a4552008b4b2b

02/11/18 : Vienne : Millac : Quatre éoliennes de plus en projet😭
Une enquête publique se déroule actuellement en vue de l’implantation de quatre éoliennes à Millac, après l’autorisation en février dernier d’un premier parc de quatre machines.
Le parc de la Croix de la Mérotte pourrait compléter, espèrent ses promoteurs JP Energie et Sergies, le parc de la Croix de Chalais et former à terme un ensemble de huit éoliennes au nord est de la commune, entre l’Isle-Jourdain et Mouterre-sur-Blourde.
Les habitants peuvent s’exprimer jusqu’au 9 novembre sur le registre proposé en mairie de Millac, où la documentation est consultable, par courrier et courriel (pref-enquetes-publiques@vienne.gouv.fr.)
Dans un courrier à ses administrés, le maire Danielle Maytraud a invité les Millacois à soutenir ce projet, « pensé pour s’inscrire au mieux dans son environnement et cohérent dans sa composition avec le projet de la Croix de Chalais. Ce projet global s’inscrit dans le respect de la trame bocagère existante et des lieux de vie. Il permettra de produire environ 27.000.000 kWh d’électricité par an et permettra à la commune de percevoir 84.400 € par an (1). »
Le projet ne fait bien sûr pas l’unanimité : « Je suis choquée qu’on nous demande notre soutien, quand on voit le peu d’électricité et les nuisances que cela va apporter, témoigne Catherine Ranger, habitante de Millac. Depuis le village de Saint-Paixent, l’horizon est déjà recouvert la nuit de lumières rouges. Les éoliennes et les poubelles corses (2) sont contradictoires avec l’image qu’on veut donner de notre territoire et le développement touristique. »
(1) Auxquels s’ajouteraient 129.000 € pour la communauté de communes et 101.000 € pour le département selon le promoteur. (2) Projet d’enfouissement de déchets issus de Corse par la société Séché environnement au Vigeant.

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/millac/quatre-eoliennes-de-plus-en-projet

01/11/18 : Creuse : Rémy Prud’homme donnait une conférence dernièrement
Invité par le Collectif, « SOS Éole 23 », Rémy Prud'homme, professeur d'économie émérite à Paris XII, a délivré son approche d'ordre économique sur les énergies renouvelables, « le miroir aux alouettes éolien. »'
La grande salle de l'IRFJS-Grancher de Guéret a fait le plein pour la venue de professeur d'économie, Rémy Prud'homme, qui a aussi été directeur adjoint de l'environnement à l'OCDE, consultant à la Banque Mondiale et auteur de l'ouvrage « Le mythe des énergies renouvelables ». Il a attiré plus d'une centaine d'auditeurs. Beaucoup étaient des riverains membres des six associations hostiles à l'installation d'éoliennes sur leur territoire, regroupées au sein du collectif.
« Intermittente, coûteuse, juteuse »
D'entrée, le conférencier tacle les dommages environnementaux de l'éolien : pollution visuelle, sonore, atteinte à la biodiversité, bétonnage. Le corps de son exposé a concerné l'aspect économique. « C'est une électricité inutile, intermittente, coûteuse et juteuse. »
Électricité inutile, car le parc actuel est suffisant sous réserve de maintenance sous l'autorité de l'Autorité de sécurité nucléaire : nucléaire 72 %, thermique fossile 10 %, hydraulique 10 %, éolien 4 %, solaire 2 %, bioénergies 2 %. Pour l'intermittence, on apprend que la production est rare avec 25 % des heures de l'année, et surtout imprévisible, aléatoire. Coûteuse par les coûts indirects de raccordement et extensions des réseaux, absorption des chocs, stockage même si les coûts directs de l'industrie des turbines allemandes, danoises sont en baisse. Pour finir, l'intervenant dévoile l'aspect juteux de l'éolien. « C'est une activité très capitalistique, dominée par des fonds d'investissement et des banques », conclut Rémy Prud'homme. Lors du débat qui a suivi, certains ont émis leurs fortes craintes sur le nucléaire.
https://www.lamontagne.fr/gueret/2018/10/01/remy-prudhomme-donnait-une-conference-dernierement_12999906.html?fbclid=IwAR14QF5Y6YbRdC4Q-7BDFDsMfXbFae6XDTJjJX7UOI3v9sXgHBG1HysSoaU#refresh
31/10/18 : Deux-Sèvres : Airvault : Eoliennes : avis favorable unanime des élus
Les conseillers municipaux réunis à la mairie d’Airvault ont délibéré sur de nombreux points.Extrait : 
Un avis favorable a également été donné à l’unanimité pour le projet d’exploitation d’un parc éolien de six nouvelles éoliennes et un poste de livraison sur les communes de Glénay (une éolienne), Airvault (quatre éoliennes) et Tessonnière (une éolienne).
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/airvault/eoliennes-avis-favorable-unanime-des-elus

31/10/18 : Charente : Cellefrouin : le conseil municipal vote en faveur du projet éolien
Les élus se sont prononcés mardi en début d’après-midi. L’association d’opposants est "déçue, mais pas surprise"
Le conseil municipal de Cellefrouin s’est réuni ce mardi en début d’après-midi, à huis clos, et s’est prononcé en faveur du projet éolien (9 voix pour, 4 contre). Les opposants estiment toutefois ce vote n’a "aucune portée ni aucune légitimité". Il est en "opposition totale avec ce que les habitants de Cellefrouin ont exprimé à la fois au travers de notre pétition mais également grâce à leur participation massive à l’enquête publique", estime Nicolas de Lafond, de l’association Sonnette d’alarme. Les conclusions de cette l’enquête publique devraient être connues d’ici un mois.

Neuf voix pour, quatre voix contre. C’est le résultat de la délibération votée hier à huis clos par le conseil municipal de Cellefrouin sur le projet éolien porté par EDF Énergies Nouvelles. Soit quatre éoliennes, situées entre Valence et Cellefrouin, au sud de la D 739, contestées énergiquement par l’association Sonnette d’alarme (lire CL du 29 septembre). "D’où le choix d’un huis clos: pour que les élus votent en toute sérénité, sans être perturbés", défend Jean Damerose, le maire de Cellefrouin, qui avait déjà réuni un conseil à huis clos une semaine avant sur d’autres sujets. Une habitude ? "Ce n’est pas rare. C’est comme ça", répond Jean Damerose, alors que l’association Sonnette d’alarme a remis la semaine dernière au commissaire-enquêteur une pétition de 717 personnes opposées au projet, dont 269 sur la commune de Cellefrouin. "On est déçus mais pas surpris par le résultat du vote", avoue Nicolas de Lafond, le président de l’association, jugeant que "les élus n’ont pas véritablement été informés sur le projet. Le vote ne reflète pas l’avis de la population qui s’est exprimée à travers l’enquête publique, alors que toutes les autres communes périphériques au projet ont voté contre: Beaulieu-sur-Sonnette, Ventouse, Valence, La Tâche et Saint-Front." Mais aussi d’autres plus lointaines, comme Saint-Sulpice-de-Ruffec qui a voté contre jeudi dernier. A noter que le commissaire-enquêteur doit rendre son avis d’ici le 22 novembre et que la décision finale sera de toute façon prise par les services de l’Etat.

31/10/18 : Vienne : Saint-Pierre-de-Maillé
Extrait :
> Discussion: projet éolien. Avec les associations locales de défense du patrimoine et de l'environnement (ADEPA La Bussière, APEPS Saint-Pierre-de-Maillé, Collectif Bussièrois, SOL'H La Puye), samedi 3 novembre, 11h, salle des fêtes. Pendant l'enquête publique sur le projet éolien de La Bussière, qui concerne autant La Puye et Saint-Pierre-de-Maillé, venez discuter et vous informez autour d'un apéro. Quel que soit votre point de vue, vous serez les bienvenues!

https://www.centre-presse.fr/article-636279-saint-pierre-de-maille.html

30/10/18 : Charente : LA FAYE ET VILLEGATS: UN NOUVEAU SITE ÉOLIEN S'ESQUISSE AUX PLANS
ABO Wind développe depuis plus d'un an un projet de parc éolien dit «Les Plans» sur les communes de la Faye et Villegats. Une réunion publique d'information s'est tenue à la mairie de la Faye le vendredi 19 octobre pour présenter son projet éolien des Plans. Le projet concerne l'implantation de trois éoliennes, deux sur le territoire de la commune de La Faye, une sur celui de Villegats. Le site campe dans une plaine agricole, au niveau du «champ des Grêles», au nord-est du village des Plans. Il est proche, au sud de Ruffec de la déviation de la RN10. Il poussera au nord du massif boisé de Villegats. La distance minimale de toute habitation est de 650 mètres.
«Des études de terrain depuis juillet 2017 visent à s’assurer de la faisabilité de ce projet éolien, explique Sophie Breuzin, responsable de projet. Ces études portent sur le gisement de vent, la biodiversité, la cohérence paysagère et les enjeux acoustiques. En octobre 2017, un mât de mesure de vent de 124 m a été posé près des Plans afin de connaître les directions et vitesses des vents à chaque instant durant 2 ans au moins. Il donne des informations sur les populations de chauves-souris du secteur grâce à des micros d’écoute sur le mât afin d'identifier les espèces, le nombre, et les altitudes de vols sur le site. Cette étude a pour but de connaître l’ensemble des enjeux environnementaux sur le site et à proximité. Elle dure une année, soit un cycle biologique complet, et permet de définir les zones où l’implantation d’éoliennes est à proscrire au regard de l’environnement. Durant 3 semaines, les mesures pour l’étude acoustique ont été réalisées au niveau de 6 habitations situées autour de la zone d’étude. Ces habitations ont été choisies en raison de leur proximité avec la zone d’étude et leurs représentativités locales acoustiques.»
La société Abo Wind utilisera trois éoliennes NORDEX N149 de 4,5 MW. La puissance totale est de 13,5 MW et la production annuelle envisagée de 38 000 MW. La hauteur du mât est comprise entre 105 et 125 mètres. Le diamètre du rotor est de 149 mètres, la hauteur en bout de pales de 180 m. Ces éoliennes fabriquées en Allemagne sont de plus en plus silencieuses, les bruits mécaniques des rouages sont réduits, des pales avec des serrations (peignes placés sur les extrémités des pales tel les ailes des rapaces). Le calendrier esquissé débute par le dépôt d'une demande d'autorisation environnementale auprès du département de la Charente à la fin de l'année. La validation définitive (et le permis de construire) est espérée pour le début de l'année 2020 et la construction pourrait se faire en 2021. Le site complète l'arc qui débute par le site de la Faye qu'il prolonge vers l'est, et relie à ceux de Villegats (à construire) et Salles de Villefagnan. Le raccordement au réseau électrique se ferait par le nouveau poste source en cours de construction à Villegats.

http://www.charentelibre.fr/2018/10/30/la-faye-et-villegats-un-nouveau-site-eolien-s-esquisse-aux-plans,3334995.php

30/10/18 : Charente : Cellefrouin : ambiance électrique autour des éoliennes
Le conseil municipal doit voter aujourd’hui à propos du projet éolien. Les opposants dénoncent une manœuvre politique.
Cela fait des années que le projet empoisonne la vie politique de la commune de Cellefrouin, dans le nord-est du département. Le maire, Jean Damerose, est favorable à l’installation de quatre éoliennes et deux générateurs. Mais il doit faire face à l’opposition farouche d’une association de riverains, menée par Nicolas De Lafond, qui réside à environ un kilomètre de l’un des sites choisis par le promoteur EDF énergies nouvelles. Les passes d’armes se multiplient ainsi entre les deux camps. Et les tensions vont crescendo à l’approche du vote de ce projet au conseil municipal, aujourd’hui.
Quorum
Jean Damerose affirme que sa majorité a déjà entériné le projet par un vote en 2014, ce que réfute l’association Sonnette d’Alarme, qui estime que le vote, à l’époque, concernait uniquement les chemins d’accès aux parcelles concernées.
Or, une enquête publique vient d’être menée à ce sujet, et un arrêté préfectoral précise queles avis des communes devront avoir été exprimés avant le 6 novembre. Après un conseil municipal la semaine dernière, à huis clos, où la question n’a pas été abordée, la municipalité reconvoque aujourd’hui ses élus, à 14 heures. Avec un seul point à l’ordre du jour : « délibération pour la clôture de l’enquête publique ».
« J’y vois une manœuvre pour gagner du temps, soupire Nicolas De Lafond. Un jour en semaine, pendant les vacances, à 14 heures… Je doute que le quorum soit atteint, ce qui repousserait encore ce vote, mais après la date limite fixée par la préfecture. Je pense que le maire espère ainsi éviter un camouflet. »
« Ceux qui ne pourront pas venir auront une procuration, répond Jean Damerose. Ce n’est pas une manœuvre, nous sommes dans la légalité. Et je n’ai pas d’inquiétude, je suis plutôt confiant sur l’issue de ce vote. » La semaine dernière, la commune voisine de La Tache a toutefois voté contre ce projet.

https://www.sudouest.fr/2018/10/30/ambiance-electrique-autour-des-eoliennes-5522692-856.php

30/10/18 : Deux-Sèvres : Faye-l'Abbesse : Nouvel avis défavorable à l’éolien
Extrait : Les élus donnent un avis défavorable au projet éolien du Patis aux Chevaux à l’unanimité.
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/faye-l-abbesse/nouvel-avis-defavorable-a-l-eolien

29/10/18 : Vienne : Saint-Sauveur : Conseil municipal: au fil des dossiers
Au cours de la réunion du 25 octobre, le conseil municipal a étudié les points suivants.
Extrait : - Projet éolien des Brandes de l'Ozon. Pour collecter diverses mesures un mât de 120 m a été implanté aux Fauchis voici un an. Aujourd'hui il « rend sa copie ». L'étude va permettre d'évaluer le potentiel éolien du site. Le journal d'infos Au fil du Chaudet à paraître en décembre 2018 exposera les données aux habitants.

27/10/18 : Deux-Sèvres : Luzay : Thouars. La progression de l'éolien à Glénay fait réagir ses voisins
La construction de nouvelles éoliennes fait réagir un amoureux du patrimoine qui craint une activité touristique en danger avec la pollution des paysages.L’implantation d’éoliennes fait réagir au-delà des frontières communales. C’est actuellement le cas à Glénay (567 habitants) où la SAS Ferme éolienne au Pâtis-aux-Chevaux demande l’agrandissement du parc existant avec l’installation de six nouvelles machines ainsi qu’un poste de livraison.
Le conseil municipal (NR du 13 octobre) a donné un avis favorable. Malgré tout, au sein de ce conseil, quelques voix se sont élevées contre le projet, dont une qui a fait remarquer que le « Thouarsais commençait à être saturé en éoliennes ».
“ Il nous faut concilier protection des paysages et monuments historiques ”

Un avis qui rejoint celui de Patrick Lallemand, le propriétaire du Logis de Barroux. Celui-ci demeure dans une commune, Soulièvres, désormais rattachée à Airvault, quelques kilomètres plus loin. Il s’oppose fermement à l’implantation de nouvelles éoliennes dans son secteur.
« Il nous faut concilier la protection des paysages, écrit-il, et les abords des monuments historiques. Ces derniers constituent des acteurs de développement économique, grâce au tourisme qu’ils engendrent, grâce à leur restauration et à leur entretien. Or ces éoliennes dévastent les paysages et du même coup notre patrimoine. Chaque année, plus d’une centaine de visiteurs viennent découvrir le Logis de Barroux. Cette année encore, ils m’ont interrogé sur ce paysage gâché par ces parcs d’éoliennes. »
Pour donner plus de force à son opposition à toute nouvelle implantation, cet amoureux du patrimoine local énumère le nombre désormais important de parcs en tant que voisin des habitants de Barroux, Airvault, Tessonnière et Glénay. « Notre commune est entourée, presque encerclée, de champs d’éoliennes en exploitation ou en construction. » Et de conclure sur toutes autres sources de pollutions qui font de plus en plus débat à propos de ces nouveaux mastodontes.
Ce message fait écho aux conseillers municipaux de la commune de Luzay, dans laquelle la grande majorité des élus ont rejeté un projet présenté par la SARL Les Pâtis Longs (NR du 22 février).
L’enquête publique se poursuit sur le secteur de Glénay, Airvaut et Tessonnière dans les mairies desquelles il est possible de consulter les pièces du dossier. Il est aussi possible d’envoyer ses avis et remarques vers l’adresse : pref-contact-enquetespubliques@deux-sevres.gouv.fr


26/10/18 : Deux-Sèvres : L'Absie 
Extrait : 
Projet de parc éolien. Une première réunion avec la société Global Winpower, aura lieu courant novembre.
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/l-absie/l-immeuble-artisanal-sera-vendu

26/10/18 : Vienne : Journet : Éoliennes : une concertation publique sur le projet de parc
La société Voltalia va réaliser une « concertation préalable volontaire » à Journet, où elle envisage la construction d’un parc éolien. Pendant deux semaines, du 5 au 18 novembre, les habitants pourront consulter la documentation sur le projet éolien des Grands buissons (à la mairie et sur le site internet http://parc-eolien-grands-buissons.fr) et déposer des avis, à la manière d’une enquête publique (sur un registre en mairie, via le site internet, à l’adresse contact@agencetact.fr ou par courrier à Agence Tact, 8 rue Saint-Domingue, 44200 Nantes).
« Un bilan de cette période de concertation sera mis en ligne par la suite », indique la société, qui tiendra également une permanence en mairie le 16 novembre (après-midi).
Le mât de mesures qui avait été détruit accidentellement en septembre lors de travaux agricoles a été remonté la semaine dernière. Le projet de Voltalia a suscité contre lui la création de l’association Journet Bocage.

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/journet/eoliennes-une-concertation-publique-sur-le-projet-de-parc?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=2&pageId=57da5cf9459a4552008b4b1f

25/10/18 : Vienne : Éolien: Vent d'Ozon monte au créneau
Dans un communiqué, l'association Vent d'Ozon, qui milite contre le projet éolien « Les Brandes de l'Ozon » sur Senillé-Saint-Sauveur, Monthoiron et Chenevelles, revient sur les réunions organisées les 10 et 11 octobre par les promoteurs, les sociétés Valeco et Jpee.
« Sur la forme, nous désapprouvons la formule "atelier sur inscription", qui a découragé certains habitants. [...] Sur le fond, la volonté des promoteurs de cacher la réalité de l'ampleur du projet (hauteur, nombre) est manifeste. [...]
Aux questions posées par les riverains, les promoteurs répondent que les aérogénérateurs n'entraînent aucune nuisance. [...] Alors pourquoi toutes ces associations de défense de riverains? [...] Les promoteurs éoliens se moquent bien de la biodiversité. [...] La Fédération des chasseurs et la Ligue de protection des oiseaux n'ont pas été consultées.
Installer des éoliennes en bordure du bois des Forts est irresponsable: une éolienne qui prend feu, cela arrive assez souvent et les pompiers ne peuvent pas toujours intervenir. [...]
L'impact sur le tourisme n'est pas pris en compte alors que le territoire compte de nombreux gîtes et chambres d'hôtes qui vont perdre leur label de qualité. Plusieurs monuments historiques se trouveront en co-visibilité avec ces éoliennes. [...]
Par ailleurs, quel est le but de cet "Avis de concertation préalable du public" entre le 1 et le 15 novembre, affiché en mairie, que personne ne voit si ce n'est par hasard. De surcroît, qui ira se connecter sur le site mentionné (*)? [...] Et pourquoi nos élus ne nous tiennent-ils pas informés?
Vent d'Ozon ne s'arrêtera pas là. La mobilisation grandit et l'association entend bien s'opposer à cette multiplication incohérente et anarchique d'éoliennes. »
(*) Projeteoliendesbrandesdelozon.fr

https://www.centre-presse.fr/article-635195-eolien-vent-d-ozon-monte-au-creneau.html
24/10/18 : Charente-Maritime : La Rochelle : conférence des anti-éoliens ce mercredi soir
La réunion publique qui vise à faire le point sur la situation et les projets en Charente-Maritime, mais aussi sur "l’économie des éoliennes", se tiendra à la salle de l’Oratoire, à 20 heures.
"La dramatique invasion des éoliennes en Charente-Maritime", tel est l’intitulé de la conférence organisée ce mercredi, à 20 heures, à la salle de l’Oratoire de La Rochelle, par l’association Stop éolien 17. "Créée il y a un an, elle regroupe 30 associations et collectifs de tout le département, soit entre 800 et 1 000 personnes", indique Michel Broncard, un des administrateurs de cette structure.
Ce même homme, retraité de chez Saint-Gobain, est aussi un des militants anti-éoliens le plus connu du département et, par ailleurs mais toujours dans le même combat, vice-président de la Fédération environnement durable, FED, "qui regroupe 1300 associations, fédérations régionales dans toute la France, soit entre 15 000 et 20 000 personnes".

Dominique Bussereau, "allié de poids"
Le rapport de force avec les promoteurs de l’énergie éolienne ne semble pas à l’avantage de la FED et associés mais Michel Broncard affirme, lui, que la prise de conscience est grandissante, tant en France que dans le département. Pour preuve, et non pas comme prise de guerre, Michel Broncard considère que Dominique Bussereau, président du conseil départemental, mais aussi président de l’Association des départements de France, est devenu "un allié de poids" dès lors qu’il s’est dit favorable à ce que le Département se dote d’un Observatoire départemental de l’éolien.
La rédaction vous conseille
Charente-Maritime : pour eux, l’énergie éolienne ce n’est que du vent
Charente-Maritime : "Attention à ne pas ridiculiser les Vals de Saintonge"
Surtout, le vice-président de la FED souligne la convergence d’analyse entre l’homme politique de premier plan et Stop éolien 17 quant au fait que la poursuite d’implantation d’éoliennes "mettrait en en danger l’activité touristique". Le projet le long de l’estuaire de la Gironde est ainsi stigmatisé tout comme d’ailleurs celui off-shore au large de l’île d’Oléron.
Côté alliés, Michel Broncard parle aussi de la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux), opposée aux éoliennes en zone Natura 2000, "de nos amis chasseurs" mais aussi "de maires qui reconnaissent qu’ils sont dépassés par ces projets".
Ce mercredi soir, lors de la conférence, un bilan départemental sur la présence des "machines" mais aussi sur les projets dans les cinq-dix ans sur le département, "et pas seulement en Aunis et Val de Saintonge mais aussi dans le sud qui commence à être impacté", sera fait par Bernard Vincent, président de l’association Don Quichotte 17 460 – Non aux éoliennes à Varzay.
Les arguments de fond sur l’économie des éoliennes seront développés par Rémy Prud’homme, ancien directeur adjoint de l’environnement à l’OCDE, professeur à Paris XII et auteur de "Le Mythe des énergies renouvelables". Bernard Durand, ancien directeur de l’Ecole nationale supérieure de géologie, interviendra sur le projet "d’une centrale éolienne industrielle dans le parc naturel marin de l’île d’Oléron".
https://www.sudouest.fr/2018/10/24/la-rochelle-conference-des-anti-eoliens-ce-mercredi-soir-5508226-1391.php
24/10/18 : La Charente-Maritime veut surveiller le développement de l’éolien
En marge de son débat d’orientation budgétaire, le département de Charente-Maritime doit voter la création d’un Observatoire de l’éolien ce vendredi. Il serait composé d’élus et de représentants d’associations de riverains et de défense de l’environnement. Une initiative destinée à encadrer davantage le développement de l’éolien et qui rappelle la cartographie lancée dans les Hauts-de-France en juin dernier par Xavier Bertrand (ex-LR), hostile aux éoliennes. « Nous reprenons ce qui a été fait dans les Hauts-de-France, confirme Lionel Quillet, Premier vice-Président du Département en charge de la mise en place de l’observatoire. Le problème de la Charente-Maritime, ...
https://www.greenunivers.com/2018/10/la-charente-maritime-veut-surveiller-le-developpement-de-leolien-190233/

23/10/18 : Charente : LA FAYE: VOLTALIA AJOUTE TROIS ÉOLIENNES À SON CHAMP ÉOLIEN
Le champ éolien de La Faye compte six éoliennes réparties par groupes de deux. Voltalia projette de renforcer le parc actuel par 3 éoliennes glissées ente celles existantes. Le site «La Faye Energies» se compose de six éoliennes de puissance unitaire de 2 MW, soit 12 MW au total. La hauteur du moyeu du rotor est de 80 mètres, celui-ci mesure 90 m de diamètre. Cinq machines furent implantées à La Faye, une à La Chèvrerie. VALOREM et VOLTALIA ont signé en 2006 des accords de co-développement, pour ce projet entre autres. VALOREM s’est chargé du développement du projet, le relais est assuré par VOLTALIA depuis la maîtrise d’ouvrage, jusqu'à l’exploitation du parc en juillet 2010.
Mardi 9 octobre, Nicolas Chapellon, chef de projet éolien, s'est installé à la mairie de La Faye pour présenter un nouveau projet consistant à insérer trois nouvelles éoliennes dans le parc actuel sur le territoire de La Faye. «Les nouvelles éoliennes, des NORDEX en principe, seront plus puissantes, 2,4 MW au lieu de 2 MW, dit-il. Le moyeu du rotor est posé à 117 m, le diamètre du rotor est de 117 m, le bout des pales monte à 150 m.»
Deux éoliennes s'intercaleront entre les éoliennes actuelles E2 et E3 (qui sont éloignées de 830 m et se situent à l'est, côté Ruffec), la troisième éolienne s'intercalera côté ouest entre les éoliennes E4 et E5 (espacées de 580 m à cheval de part et d'autre de la RD180). L'espace séparant les nouvelles éoliennes des anciennes, et la distance entre elles, sera de 290 m. Les modalités du raccordement au réseau électrique ne sont pas arrêtées. «C'est Enedis qui nous précisera comment et où nous raccorder» indique Nicolas Chapellon. Les éoliennes actuelles sont raccordées au poste source de Longchamp qui semble en limite de possibilité. Les études d'implantation et environnementales seront finalisées à la fin de l'année. «Il faut compter ensuite une année pour que les services de la préfecture instruisent le dossier. Une réponse favorable sera possible fin 2019 ou début 2020. On débuterait de suite les travaux pour livrer ces éoliennes au début de l'année 2021.»
Le champ éolien augmenté à 9 éoliennes délivrerait alors une puissance de 19,2 MW. En comparaison, Salles-de-Villefagnan avec neuf éoliennes produit 18 MW, le champ de 12 éoliennes au Nord de Villefagnan délivre 30 MW.
Le maire de La Faye, Eric Cornuaud, se dit hautement favorable à cet ajout d'éoliennes sur sa commune: «Nous avons débuté la réflexion dès 2001 convaincus de l'intérêt des énergies nouvelles, à l'époque nous sommes allés visiter le site de Bouin en Vendée. Notre site éolien devait être le premier à produire en Charente mais le projet a été retardé». ...

http://www.charentelibre.fr/2018/10/23/la-faye-voltalia-ajoute-trois-eoliennes-a-son-champ-eolien,3331610.php

23/10/18 : Charente : 
FEUILLADE- SOUFFRIGNAC: LES HABITANTS VENT DEBOUT CONTRE LES ÉOLIENNES
L’enquête publique sur la ferme éolienne de Feuillade et Souffrignac s’est terminée hier. Les opposants au projet ont été nombreux à consigner leurs remarques. Au préfet de trancher.
«On préférerait vivre un jour par semaine sans électricité que d’avoir ces éoliennes» . La remarque est signée Jacques Lang, 11 ans. Il l’a consignée de son écriture d’écolier dans le registre d’enquête publique sur la ferme éolienne de Feuillade et Souffrignac.

Hier, il accompagnait Sébastien, son petit frère de 9 ans, qui avait lui aussi une lettre à remettre à Patrice Lamant, le commissaire enquêteur. «Je ne veux pas que les oiseaux meurent à cause des éoliennes» . Ils habitent au Grand Coutillas, à Feuillade. A 800 mètres des futures éoliennes. La société allemande Abo Wind veut en implanter trois, d’une hauteur inédite de 200 mètres en bout de pâle. Le projet est dans les tuyaux depuis 2011. «On a acheté la maison en 2012, la mairie ne nous a jamais rien dit» , s’agace Marc Lang, leur papa, «on n’a pas non plus été invité à participer à la consultation populaire» (lire encadré).
«L’impact paysager sera terrible»
Ils étaient une quinzaine comme eux a s’être rendu en mairie de Feuillade hier pour le dernier jour de l’enquête publique. «La participation a été très bonne, j’ai plus de 150 contributions. Tout s’est passé dans la plus grande courtoisie» , rapporte Patrice Lamant.
Dans la salle voisine, Sandrine Blot feuillette les pages d’un dossier qu’elle connaît par cœur. Elle est éleveuse de chevaux d’endurance à Feuillade avec son mari. Leurs prés, leur maison et leurs gîtes sont à 700 mètres du futur parc.
«Nous avons peur de l’impact sur nos chevaux. Ils seront exposés aux infrasons et aux vibrations dans le sol. La lactation des juments sera perturbée, comme ça a déjà été démontré sur des élevages bovins. Ça fait vingt qu’on est installé là et qu’on vit de notre élevage» , relate la cavalière, «l’impact paysager sera terrible alors qu’on promeut le tourisme vert» .
En face d’elle, emmitouflée dans son gilet vert, Catherine Griffaut opine. Elle a fait la route depuis la Dordogne pour consigner son opposition au projet. «Ça fait dix ans qu’on se bat contre ces projets autour de chez nous. On se rend compte que tout est une question de sous et de subventions, alors même que les éoliennes sont néfastes pour l’environnement. Pourquoi ne pas explorer d’autres pistes comme le solaire ou la méthanisation ?» . Tous craignent que si ces trois éoliennes sortent de terre, d’autres suivent immanquablement.
Guillaume Mangeon, président de l’association Eole et moi basée à Charras, photographie chaque commentaire du dossier. Pour garder une trace. «Abo Wind avait un projet similaire à Charras, à 4 kilomètres d’ici. Ils l’ont abandonné l’an dernier, car ce n’était pas rentable faute de vent. Pourquoi maintiennent-ils celui-ci alors qu’il est dans la même zone?» .
Le commissaire enquêteur rendra son avis au préfet d’ici fin novembre. Ce dernier aura ensuite trois mois pour valider, ou non, le projet.
Les élus divisés sur le sujet
Cinq voix pour et cinq voix contre à Feuillade. Quatre voix pour et cinq voix contre à Souffrignac. Le projet de parc éolien a été soumis au vote - à bulletin secret- des deux conseils municipaux la semaine dernière. Le résultat est plus que mitigé. À Feuillade, le maire Michel Delage, n’a pas pris part au scrutin, un de ses terrains étant concerné par le projet. «Ça reflète l’avis global de la population. Les élus aussi sont partagés», commente François Desvaud, premier adjoint. Une consultation populaire l’an dernier montrait la même hésitation: 85 habitants étaient pour, 82 contre. A Souffrignac, la maire Violette Fioleau est du même avis. «Le sentiment général penche du côté du non, c’est comme ça. Moi j’étais plutôt pour, puisqu’il faut bien trouver des solutions pour palier l’énergie fossile. Mais il faut bien reconnaître que c’est gênant pour les gens qui habitent à côté».
http://www.charentelibre.fr/2018/10/22/feuillade-souffrignac-les-habitants-vent-debout-contre-les-eoliennes,3331134.php

23/10/18 : Deux-Sèvres : Saint-Martin-de-Bernegoue : Les travaux au menu du conseil municipal
Extrait : 
> Eolien. Un consultant en énergies renouvelables souhaite présenter une étude de faisabilité de potentiel éolien sur la commune. Après contacts pris avec l’agglo du niortais et l’Etat, il apparaît qu’il existe deux sortes d’éoliennes. Les plus de 50 mètres de haut sont gérées par la préfecture et la Dreal, et la commune n’a pas de droit de regard ; les autres sont gérées par les collectivités avec évaluation des incidences sur la commune qui se situe sur un site Natura 2000. Le conseil attend de connaître le type de projet envisagé.
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/saint-martin-de-bernegoue/les-travaux-au-menu-du-conseil-municipal-2

22/10/18 : Deux-Sèvres : Marigny : Les éoliennes oui, mais…
Extrait : 
Le conseil municipal était réuni ce jeudi. A l’ordre du jour figurait la présentation du potentiel éolien de la commune par M. Fleury de la société Ventelys. Les conseillers municipaux susceptibles d’être concernés par l’emprise du projet éolien n’ont pas participé au débat et ont quitté la salle.
Après les échanges et les explications, M. Fleury a quitté l’assemblée. Les conseillers présents se sont donc prononcés à bulletin secret. Le principe de l’éolien a été accepté avec cinq voix pour et trois contre. Ensuite six voix se sont prononcées pour une implantation des éoliennes à mille mètres minimum des habitations et deux voix à plus de huit cents mètres.
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/marigny/les-eoliennes-oui-mais


22/10/18Charente-Maritime : Eolien : les opposants satisfaits du projet d’Observatoire départemental
Un Observatoire départemental de l’éolien verra bientôt le jour en Charente-Maritime. Il a été présentée ce matin à La Rochelle par le président du Département Dominique Bussereau, en ouverture de la session d’automne de l’Assemblée départementale. L’objectif est de limiter les projets sur le territoire, notamment sur l’Aunis, l’estuaire de la Gironde et au large d’Oléron. Une nouvelle qui a de quoi satisfaire les anti-éolien qui craignent un mitage du département. On parle de 400 éoliennes d’ici 5 à 10 ans. Ecoutez Michel Broncard, président de Vents de contraste en Pays d’Aunis et en Vals de Saintonge et membre de la Fédération Stop éolien 17 : en ligne
Stop éolien 17 qui organise ce mercredi à La Rochelle une conférence-débat sur le thème « Stop à l’invasion des éoliennes en Charente-Maritime ». Michel Broncard espère que cette réunion aura un fort impact : en ligne
Rendez-vous à 20h30 à la salle de l’oratoire. L’entrée est libre et gratuite.
http://www.helenefm.com/?p=31292&fbclid=IwAR0PAH1N_qg8255Yhe95N_tIVmsoq5yXJGqaEf9XSrOsRcwFnvnu6UlASF022/10/18Vidéo. Charente-Maritime : un Observatoire de l’éolien très critique
Dominique Bussereau a présenté, ce lundi matin, son projet de création d’Observatoire départemental de l’éolien. Le président départemental a la dent dure contre les éoliennes.
A l’occasion de la séance d’ouverture de la session d’automne du Conseil départemental, Dominique Bussereau a, ce lundi matin, présenté son projet de création d’un observatoire départemental de l’éolien.
"Un seuil inacceptable a été franchi dans le département. Parfois des maires découvrent des projets avancés dont personne ne leur a parlé", s’emporte-t-il
Pour le président (ex-LR) du Département, la multitude de ces projets éoliens place "la Charente-Maritime en danger de mort touristique". Il conçoit donc clairement cet observatoire comme un outil d’information et d’action pour combattre les projets éoliens qui lui paraissent "inacceptables". Dans son viseur, il cible notamment les projets qui existent le long de l’estuaire de la Gironde.

Une hostilité à l’éolien que ne goûte pas Guy Denier (maire de Périgny et conseiller départemental sur le canton d’Aytré). "Certes, certains maires peuvent parfois être démunis sur ces questions-là mais beaucoup agissent en conscience", pointe l’élu de l’Agglo rochelaise qui estime que la création de cet observatoire "n’est pas une sage décision. Nous n’adressons pas le meilleur message pour développer les énergies renouvelables". Guy Denier précise sa pensée en détail dans cette vidéo :
https://www.sudouest.fr/2018/10/22/video-charente-maritime-un-observatoire-de-l-eolien-tres-critique-5501837-1391.php
22/10/18 : Vienne : Éolien: "Protégeons-nous la vallée de la Gartempe?"
Des élus demandent à la communauté de communes de bloquer l'implantation d'éoliennes dans la vallée de la Gartempe. Reste à trouver le moyen juridique.

Alors qu'une enquête publique vient de démarrer à la Bussière pour l'installation de six à neuf éoliennes (lire en page Chauvigny du 19 octobre), la question du développement éolien a été évoquée jeudi par les élus lors du conseil communautaire Vienne et Gartempe.
« On nous présente ce soir un projet touristique (1) pour l'abbaye de Saint-Savin, mais avant d'y mettre de l'argent, je voudrais savoir ce que pensent les élus des éoliennes: protégeons-nous la vallée de la Gartempe? », a lancé le maire de Saint-Savin Jean-Marie Rousse.
« Les éoliennes sont un motif de déclassement à l'Unesco », a enchaîné la maire de Jouhet, Annie Brugier-Thoreau. Argument contesté par le maire de La Bussière, Éric Viaud, qui estime que « ce sont les fresques qui sont classées au patrimoine mondial » et non l'édifice dans son ensemble. « Le patrimoine est une fausse excuse pour empêcher les projets de certains », estime Aurélien Tabuteau, maire de Plaisance, citant l'exemple de Carcassonne.
« Sommes-nous prêts à sacrifier le seul monument emblématique de notre communauté de communes à des intérêts privés?, résume le maire de Paizay-le-Sec, Jacques de Crémiers. Un jour nous serons punis pour avoir laissé faire des entreprises agressives trop près de l'abbaye ».
Ce point de vue a emporté l'adhésion de la présidente Annie Lagrange: « Nous devons travailler sur le plan local d'urbanisme intercommunal (PLUI) pour voir ce qu'il est possible ou pas d'inscrire. » « On peut imposer des limitations sur les hauteurs, mais sur la base d'études argumentées pour ne pas prendre le risque que le document soit attaqué », a précisé le directeur du service urbanisme Olivier Colin. Reste à faire vite pour boucler cette opération très complexe: « Le PLUI sera opposable fin 2019 ou début 2020, ce sera trop tard », s'inquiète le maire de Béthines, Yves Jeanneau.
(1) En l'occurrence un assistant de visite numérique.

https://www.centre-presse.fr/article-634511-eolien-protegeons-nous-la-vallee-de-la-gartempe.html

21/10/18 : Charente : LE PARC ÉOLIEN DE SALLES-DE-VILLEFAGNAN FÊTE SES 10 ANS 😠
150 personnes ont participé samedi aux festivités organisées par Abo Wind pour les 10 ans de l’éolien en Charente. Des joueurs du SA XV sont venus partager un moment avec les visiteurs (vidéo). Les anti-éolien s’est invitée à la fête.
Dix ans maintenant que l’éolien est arrivé en Charente. En 2008, c’est à Salles-de-Villefagnan que la société Abo Wind installait le premier parc, de 9 éoliennes, «qui est toujours en activité et fonctionne très bien», se félicite Patrick Bessière, le gérant d’Abo Wind France, 

qui était sur le site samedi toute la journée, pour une grande journée anniversaire qui a rassemblé environ 150 personnes. Un déjeuner sous chapiteau, un concert du groupe saintais de jazz festif Zeus Opus Compagnie, du moto-cross électrique, des jeux gonflables sur le thème du rugby... Abo Wind proposait de nombreuses animations «pour marquer le coup». Quatre joueurs du SA XV, dont Abo Wind est partenaire, sont même venus partager un moment avec les visiteurs.
Ici, en vidéo, Saki Bureitakiyaca et Romain Mareuil s'affrontent dans un exercice original.
«L’éolien est une bonne chose, il faut qu’on réussisse à réfléchir dans ce sens-là» , assure Isabelle Ploquin, 40 ans, une habitante du village voisin de Lonnes, venue profiter en famille des animations et soutenir le principe de l’éolien. «Après il faut que ce soit bien étudié et qu’il n’y en ait pas de trop, car ça impacte nos paysages, mais celui de Villefagnan est une belle réussite», estime-t-elle, en regardant son fils se mesurer à Saki Bureitakiyaca, joueur fidjien du SA XV au jeu de l’élastique. Certains ne sont pas de cet avis, et avaient décidé de s’inviter à la fête samedi. Une trentaine d’anti-éolien, membres de différentes associations charentaises, sont venus scander leur opposition aux alentours de midi. Vêtus de tee-shirts blancs flanqués de messages, ils ont fait irruption sous le chapiteau au moment du déjeuner espérant se faire entendre auprès des quelques maires et présidents de communautés de communes présents.
«Une chance incroyable d’avoir pu monter»
Après un échange qui a coupé court avec les membres d’Abo Wind, «j’étais prêt à discuter mais pas face à des insultes» , explique le gérant national, les anti-éoliens ont finalement pris la parole. Ils ont clamé leur opposition «à l’encerclement éolien et à la destruction des espèces» , évoquant «les lourdes nuisances que subissent les habitants vivant à proximité des éoliennes industrielles du Nord Charente». Repartis vers 13h, les «manifestants» ont laissé place à la suite des festivités. Les visiteurs qui le souhaitaient ont pu monter au sommet de l’une des éoliennes du parc, arrêtée pour l’occasion. Après avoir été harnachés et avoir écouté les quelques consignes de sécurité, ils ont pu embarquer avec l’un des techniciens d’Abo Wind dans le petit monte-charge qui mène à la tête de l’éolienne. 90 m d’ascension en près de 6 minutes, puis quelques pas sur une échelle donnent accès à une vue imprenable sur la campagne charentaise et les différents parcs éoliens. «C’est une chance incroyable de pouvoir monter dans une éolienne, découvrir comment c’est à l’intérieur, comment les techniciens travaillent, se réjouit Bernard, 42 ans, en retirant son harnais de sécurité. Et, avec ce beau temps, la vue est grandiose !» Le parc éolien de Salles-de-Villefagnan, d’une puissance de 20,7 MW, produit un peu plus de 326 000 Mégawatts heure d’électricité par an, soit l’équivalent de la consommation de 148 000 foyers. 10 ans après son installation, la Charente compte 133 MW de puissance éolienne, dont 58 % ont été mis en place par Abo Wind.

http://www.charentelibre.fr/2018/10/21/le-parc-eolien-de-salles-de-villefagnan-fete-ses-10-ans,3330458.php

19/10/18 : Vienne : Projet éolien de La Bussière : le temps de l’enquête publique
Les avis de l’enquête publique qui s’ouvre pour 36 jours à compter du lundi 22 octobre ont été placardés dans la commune.
Profiter de l’ouverture de l’enquête publique, pour mobiliser, c’est ce qu’ont rappelé les associations opposées au projet de La Bussière lors d’une réunion.

Par arrêté préfectoral du 20 septembre dernier, une enquête publique (1) est ouverte pendant 36 jours du lundi 22 octobre au lundi 26 novembre dans la commune de La Bussière en vue de l’installation et l’exploitation d’un parc éolien (lire ci-dessous et nos éditions du 16 février 2017 et du 21 septembre 2018). Un rendez-vous important pour les opposants historiques au projet que sont les associations Apeps de Saint-Pierre-de-Maillé, Sortir des ornières de l’histoire (Sol’h) de La Puye, le collectif de défense bussiérois de La Bussière et Adepa de Paizay-le-Sec, qui, lors d’une réunion publique en fin de semaine dernière à l’invitation de Yolande Maigret, présidente de l’Adepa et en présence de Jean-Marie Rousse, maire de saint-Savin, Jacques de Crémiers, maire de Paizay-le-Sec et Alain Martin, maire de Lauthiers, ont rappelé « l’urgence à mobiliser la population autour de cette enquête publique. »
“ Un flou sur le périmètre de la zone tampon autour de l’abbaye de Saint-Savin ”
« Mais aussi de sensibiliser les participants sur le dossier en cours, mais aussi sur les travaux annexes aux conséquences trop souvent occultées, comme le raccordement des éoliennes au réseau national à 18 km de là entre autres, qui prévoit la traversée de la Puye par une ligne de 20.000 volts enterrée sous la voie publique le long de l’école du village », souligne Jean-Pierre Duteuil, président du collectif Bussiérois.
Interpellant les élus présents sur la nécessité de « renforcer la coopération entre les communes et sites touristiques situés au cœur du Triangle d’or historique de la Vienne (2) pour proposer une alternative crédible face aux études actuellement menées par les promoteurs », Francis Picard, président de Sol’h et par ailleurs conseiller municipal à la Puye, rappelle « le flou régnant sur l’étendue de la zone tampon protégeant l’abbatiale de Saint-Savin, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, réduite à 500 m alors qu’un rapport (3) validé par le conservateur régional des monuments historiques de l’ancienne région Poitou-Charentes, préconisait d’étendre le périmètre d’interdiction total de tout projet éolien jusqu’à la Puye ».
Un apéritif citoyen pour informer
Après un dernier tour de table offrant à chacun la possibilité de s’exprimer et aux quatre présidents d’associations l’opportunité d’annoncer l’organisation prochaine d’un apéritif citoyen pour informer la population de la Bussière, la Puye, Saint Pierre de Maillé […] sur les modalités de l’enquête publique (lire ci-dessous), Patrick Kawala, président de l’APEPS a conclu en dénonçant « un projet hommage du vice à la vertu, cachant derrière un semblant de label écologique un projet nuisible pour l’environnement naturel, patrimonial ou humain, et inefficace dans la lutte contre le réchauffement climatique ».
(1) Une enquête publique est une procédure codifiée, préalable aux décisions relativement importantes ou réalisations d’opérations d’aménagement du territoire, ayant une incidence potentielle sur les risques, l’environnement, qu’elles soient d’origine publique ou privée, ou encore demandant des procédures d’expropriation. (2) Périmètre compris entre l’Abbatiale de Saint Savin classée au Patrimoine mondial, le roc aux sorciers d’Angles sur l’Anglin avec ses sculptures pariétales et la cité médiévale de Chauvigny. (3) Copie disponible sur : sortirdesornieresdelhistoire.fr/etude.
https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/la-bussiere/projet-eolien-de-la-bussiere-le-temps-de-l-enquete-publique
https://www.centre-presse.fr/article-633873-projet-eolien-le-temps-de-l-enquete-publique.html

18/10/18 : Deux-Sèvres : Saint-Léger-de-Montbrun : Pour la continuité du parc éolien
Extrait : 
Lors du dernier conseil municipal, un point de l’ordre du jour a porté sur les modalités financières et diverses autorisations concernant la continuité d’installations de nouvelles éoliennes sur le territoire. En effet, dans le cadre du prolongement du projet Tiper éolien, quatre nouveaux mâts s’élèveront entre Le Bouchet, Meulle, Tillé, Chenne, Vrères, Rigny et la commune frontalière Saint-Martin-de-Mâcon. Cinq élus concernés par les emplacements des nouveaux engins n’ont pas participé au vote. Sur les dix votants, trois abstentions, un vote contre et cinq pour.
Rappelons que les élus ont voté principalement les dédommagements financiers liés à ces infrastructures, avec notamment la rétribution de 3.500 € par an et par mégawatt produit sur le bien où est installée l’éolienne et 500 € par an sur le bien accueillant le poste de livraison et pour le survol d’une parcelle cela rapporte 200 € par an et 300 € pour l’utilisation d’une voie communale.

https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/saint-leger-de-montbrun/pour-la-continuite-du-parc-eolien

16/10/18 : Charente : LA FAYE : PRÉSENTATION DU PROJET ÉOLIEN LES PLANS-VILLEGATS LE 19 OCTOBRE
Dans le cadre du projet éolien La Faye et Villegats, la société ABO Wind organise une permanence d'information sur la centrale de production d'énergie éolienne des Plans, à la salle de réunion de la mairie de La Faye, le vendredi 19 octobre de 16h à 20h. Les représentants d'ABOWIND, Sophie Breuzin et Valentin Pineau, se tiendront disponibles pour répondre aux questions sur l'énergie éolienne et présenter par le biais d'une exposition les résultats des études environnementales, techniques et paysagères menées depuis mars 2017.
http://www.charentelibre.fr/2018/10/16/la-faye-presentation-du-projet-eolien-les-plans-villegats-le-19-octobre,3328245.php


16/10/18 : Charente-Maritime : Dominique Bussereau veut un observatoire de l’éolien
Le projet d’observatoire de l’éolien va être mis au vote lors de la session d’automne.
La session d’automne du Département de Charente-Maritime se tiendra du 22 au 26 octobre. Si le débat d’orientation budgétaire devrait occuper une bonne partie du conseil, un autre sujet devrait provoquer le débat : le vote de la création d’un Observatoire de l’éolien. Présidé par le vice-président du Département Lionel Quillet, il sera composé d’élus, d’associations de riverains ou environnementales et tout protagoniste susceptible d’apporter une expertise en la matière.
Un observatoire qui ne se contentera pas d’observer, prévient Dominique Bussereau : « Ce sera un observatoire pour s’opposer […] Nous passerons au crible chaque projet et nous nous y opposerons à chaque fois que cela sera nécessaire ». Cette création survient suite au projet d’EDF d’implanter un parc éolien s’étendant sur 120 km de Saint-Sorlin en Charente-Maritime à Blaye en Gironde. 30 à 40 éoliennes de 180 mètres de haut pourraient ainsi s’égrener le long de l’estuaire (lire nos éditions précédentes). « Il est hors de question pour le Département de Charente-Maritime d’accepter ce projet », martèle Dominique Bussereau, « EDF m’a demandé si nous acceptions de leur prêter des cartes, des documents… j’ai dit non ». Le président de la Charente-Maritime a déjà encouragé son homologue girondin Jean-Luc Gleyze a également créer un observatoire de son côté.
Au-delà de l’aspect esthétique, Dominique Bussereau refuse de voir mettre à mal la campagne de préservation de l’environnement mené sur la rive droite. « Ca fait vingt ans qu’on essaye de protéger l’estuaire […] Cinq cent hectares de prairies ont été préemptés par le Département ces dernières années pour laisser les prairies. On n’a pas fait ce retour à la nature pour voir des éoliennes se dresser ici », explique l’élu, rappelant que ce territoire est également un couloir de passage des oiseaux migrateurs, en plus de servir de zone tampon dans le cadre des protections contre les submersions marines. La faible densité de population, les grands espaces et le vent font en effet partie des arguments avancés par EDF pour implanter son projet sur ce bassin de vie, proche de la centrale nucléaire de Blaye.
« Nous ne sommes pas vent debout contre l’éolien en général, mais normalement l’éolien doit être un projet environnemental. Le problème ici, c’est qu’il est incompatible avec les particularités du site. On peut trouver de la place ailleurs, on peut en discuter », tempère Dominique Bussereau, qui se dit pourtant prêt à se battre ailleurs en Charente-Maritime contre des projets similaires, notamment en Aunis, au Nord-Est du département, où les éoliennes sont déjà nombreuses.
Un nouveau schéma des espaces naturels sensibles
Parmi les autres sujets abordés lors de cette session, on retrouvera le vote de la création du syndicat mixte du Chef de Baie (port de La Rochelle). Les élus devront également se pencher sur les caractéristiques d’un nouveau schéma départemental des espaces naturels sensibles à établir pour les dix prochaines années. Il sera également question d’acquérir des drones pour équiper les pompiers de Charente-Maritime. Autre point mis au vote : la création d’un poste de médiateur du Département, en charge de trouver des solutions à l’amiable aux éventuels litiges entre la collectivité et les usagers, voire les collaborateurs extérieurs (DSP, marchés publics, etc.). Un débat sera également ouvert pour trouver une solution aux chômeurs touchant le RSA de pouvoir cumuler leurs allocations avec un job saisonnier, alors qu’actuellement accepter un emploi temporaire à temps partiel riment souvent avec perte de l’aide et baisse du niveau de vie, tandis que des filières en tension cherchent désespérément de la main d’œuvre…
Il devrait également être question de la rencontre ce 16 octobre entre Dominique Bussereau et Emmanuel Macron à L'Elysée, en présence du président du Sénat Gérard Larcher. Objectif du président de l'Association des Départements de France : négocier une revolarisation de la dotation globale de fonctionnement versée par l'Etat et la reprise en charge par le pouvoir central d'un certain nombre de sujets comme la gestion des mineurs étrangers isolés... Gageons qu'au vue des thématiques abordées, le cas du projet de "Métropolisation" du département de la Gironde devrait se glisser dans l'échange...
http://www.aqui.fr/environnements/dominique-bussereau-veut-un-observatoire-de-l-eolien,17592.html

16/10/18 : Vienne : Saint-Sauvant : Un projet éolien en vue
Le conseil municipal de Saint-Sauvant s'est réuni dernièrement et a pris notamment les décisions suivantes:
Extrait

> Projet d'implantation d'un parc éolien. EnergieTEAM propose d'étudier la faisabilité d'un projet éolien à l'échelle de la commune. L'analyse des critères fonciers, techniques et économiques permet d'orienter les choix d'implantation des éoliennes et de leurs équipements. Le conseil approuve et donne son accord au lancement du projet.
Totalité et détails des délibérations consultables en mairie et sur le site www.saintsauvant-86.fr

https://www.centre-presse.fr/article-633094-un-projet-eolien-en-vue.html

15/10/18 : Deux-Sèvres : Lezay : Les travaux à l’ordre du jour du conseil
Extrait : Eoliennes. Une réunion est prévue mercredi 17 octobre à la mairie de Lezay, qui réunira les conseils municipaux de Lezay et Sqint-Vincent. RES y présentera son projet (implantation de 6 à 8 éoliennes, impact sur l’environnement).
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/lezay/les-travaux-a-l-ordre-du-jour-du-conseil-2

15/10/18 : Deux-Sèvres : La Crèche : Réflexions autour d’un projet éolien
Extrait : L’un des premiers points présentés, a été la présentation par la société Volkswind France, représentée par Nicolas Bechet, chargé de développement et Alexis Juge, responsable régional de développement, du projet d’énergie éolienne sur le territoire. Le maire a rappelé : « Cette société, en contact avec la commune depuis octobre 2017, a été autorisée à présenter son projet, parmi huit autres entreprises qui avaient pris également contact. »Dans le cadre des objectifs liés à la loi de transition énergétique, il s’agirait de la construction de 4 à 5 éoliennes (hauteur du moyeu de 100 à 120 m, 136 à 150 m de diamètre de rotor, puissance unitaire de 4,2 MW) sur le territoire des communes de La Crèche et Sainte-Néomaye, à proximité de l’autoroute A10, distantes de 600 m des habitations, pour une production d’environ 16.000 foyers et des retombées fiscales pour les collectivités locales estimées à 178.000 € an avec 11.000 € MW installé par an.
Les élus devaient donc se positionner sur le principe du projet éolien de Volkswind, qui de toute façon ne serait mis en service que dans un délai d’au moins 8 ans, après étude de faisabilité, enquête publique et création d’un comité de suivi intégrant un élu créchois. Neuf élus se sont prononcés contre, dont six de la liste d’opposition « Un cœur pour La Crèche ».
Serge Giraud a demandé pourquoi ce territoire avait été choisi par la société. Les responsables ont répondu : « C’est une zone sans contraintes, avec des propriétaires fonciers qui seraient d’accord et une zone avec un vent moyen à plus… » La présence dans le public de plusieurs personnes appartenant à un collectif de citoyens contre ce projet, a eu toute son importance à la fin du conseil municipal à l’occasion du quart d’heure citoyen. Ces personnes se sont exprimées sur les côtés négatifs pour les riverains, de telles installations, en obtenant du maire la tenue d’une réunion ultérieure permettant aux citoyens et aux conseillers municipaux d’avoir d’autres points de vue que les sociétés privées sur le sujet.

14/10/18 : Vienne : Vent debout contre les projets éoliens
Vendredi soir à Loudun, 200 personnes ont assisté à une réunion publique animée par six associations opposées aux projets éoliens dans le Loudunais.

Vendredi soir, six présidents d'associations du Loudunais, réfractaires à l'éolien sur leur territoire, ont animé une réunion publique à la mairie de Loudun sur les projets d'installation « d'éoliennes géantes » sur le Loudunais.
Près de 200 personnes étaient présentes. « Nous étions 80 à Messemé et 120 à Ceaux-en-Loudun, affirme Bruno Chanetz. Et nous n'étions que deux associations: à présent nous sommes six. » Six pour se battre et s'opposer à l'installation de « fermes éoliennes »: Apache (Nueil-sous-Faye) et Vol au Vent (Ceaux-en-Loudun) ont été rejointes par Ade-Asla (Arçay), A.D.CI.E.L. (Mouterre-Silly), Para-Vent (La Grimaudière) et A ContreVent (Angliers-Martaizé).
Si la réunion était ouverte à tous les habitants du Loudunais et aux élus de toutes tendances, les promoteurs et autres « malfaiteurs » n'étaient pas les bienvenus.
Le journaliste trimoustérien, Gérard Leclerc, a annoncé en guise d'introduction qu'il était « clairement hostile aux éoliennes ici. Car ici, on a un patrimoine formidable que l'on va massacrer en installant ces mâts de 200 mètres de haut. Il y a des alternatives: le solaire, les éoliennes en mer, la méthanisation ».
Il a laissé la parole à Bruno Chanetz (Vol au Vent) et Pascal Wion (Apache) qui ont fait un exposé détaillé des projets connus sur le Loudunais. « Et nous insistons sur le terme "connus" car les promoteurs agissent en secret », affirment-ils.
"Je suis en colère contre cette culture du secret"
Ils ont listé les « faux arguments » donnés par les constructeurs, les problèmes environnementaux, les nuisances sur la santé. Ils ont systématiquement contré les idées reçues: « Ce n'est pas une énergie gratuite; ce n'est pas une énergie propre; elle n'est pas compétitive et ne fera pas face à la demande globale en électricité; elle n'est pas créatrice d'emplois, au contraire... »
De nombreux intervenants ont témoigné, notamment des artisans qui affirment avoir perdu des clients, ou des propriétaires affectés par la dévaluation de leurs biens immobiliers.
Les exemples d'abandon de l'éolien dans les pays voisins ont été mis en avant. Le patrimoine et le tourisme sont en danger. « Je suis en colère contre cette culture du secret, mais surtout de cette façon qu'ils ont de nous monter les uns contre les autres (en faisant référence aux agriculteurs) », a asséné Élisabeth Soulassol, propriétaire à Mouterre-Silly d'un gîte classé "5 épis" par Gîtes de France.
"Il faut bloquer la 347"
De nombreux participants ont pris la parole. « Quels moyens avons-nous pour éviter ça? » ont questionné des habitants.
Les animateurs de la soirée ont proposé: « Rejoignez nos associations, signez la pétition » (500 signatures recueillies). Ils ont aussi soutenu des positions plus radicales: « Il faut faire le Scot à marche forcée, se rassembler et bloquer la 347. »
ils ont dit : En amont de la réunion, nous avons demandé à Bruno Belin (président du Département) et à Nicolas Turquois (député) leur avis sur l'éolien.
> Bruno Belin: « Si je ne suis pas défavorable au principe, il est hors de question qu'il y ait un développement anarchique des installations comme ça a l'air de se dessiner. C'est pour cela qu'on espère un schéma de l'éolien de la part de l'État, pour bannir le cas par cas. Il faut que l'État soit très clair avec les maires: les rentrées fiscales iront aux intercommunalités, pas aux communes. D'ailleurs, je prône la concertation entre les communes. Enfin, j'ai une opposition totale aux éoliennes si elles sont en covisibilité avec un monument historique ou un élément de patrimoine. »
> Nicolas Turquois: « Les énergies renouvelables constituent un enjeu crucial. Il est temps que chaque territoire prenne sa part dans la production de ces énergies. Le gouvernement veut s'appuyer sur le duo éoliennes-méthanisation. Le premier est le plus puissant mais fonctionne par intermittence, alors que le second permet le stockage d'énergie sous forme de gaz. Chaque communauté de communes ou agglo doit se saisir de cet enjeu pour organiser une implantation la plus optimale possible et éviter l'effet de dissémination. »

https://centre-presse.fr/article-632794-vent-debout-contre-les-projets-eoliens.html

13/10/18 : Deux-Sèvres : Pamproux : La commune adhère à l’agence technique départementale
Extrait : 
Le conseil municipal de Pamproux a pris les délibérations suivantes :
Projet de parc éolien à Jazeneuil. La commune de Jazeneuil étant située à moins de 6 km de la limite de la commune de Pamproux, un avis du conseil est nécessaire quant à l’implantation d’un parc éolien. Avis purement consultatif : accord du conseil à l’unanimité.

https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/pamproux/la-commune-adhere-a-l-agence-technique-departementale

13/10/18 : Deux-Sèvres : Saint-Varent : Eoliennes : vote favorable, élus partagés 😠😠
Extrait :
Voici les délibérations prises par les élus saint-varentais lors du dernier conseil municipal.
Eoliennes. La commune a donné un avis favorable (3 contre et deux abstentions sur 13 élus présents) sur la demande d’autorisation relative à l’exploitation d’un parc éolien à Glénay, Airvault et Tessonière.
Pour Glénay, il s’agit d’une extension du parc existant. La demande d’autorisation est présentée par SAS ferme éoliennes du Pâtis aux chevaux pour l’exploitation d’un parc éolien de six machines et d’un poste de livraison.
Des élus ont fait remarquer que « le Thouarsais commence à être saturé en éoliennes » mais un autre a expliqué que « le couloir de vent était hyperporteur » et du coup « le rendement par éolienne est bon ».

https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/saint-varent/eoliennes-vote-favorable-elus-partages

13/10/18 : Deux-Sèvres : Thouars : Éoliennes : un opposant se fait entendre
L’enquête publique se poursuit concernant le projet de parc éolien du Pâtis aux chevaux, qui prévoit l’implantation de six machines de 180 m de haut, le long de la D738, sur les communes d’Airvault, Glénay et Tessonnière. Un projet loin de faire l’unanimité, comme le montre la contribution apportée dans le cadre de l’enquête publique par l’Airvaudais Patrick Lallemand, qui s’oppose « avec force » à ce projet.
Airvault “ encerclée ”

« Je suis concerné par ce projet à plusieurs titres : en tant que propriétaire du Logis de Barroux (classé aux Monuments historiques par un arrêté de 1984), en tant que contribuable Seolis-EDF et en tant que voisin et ami de plusieurs habitants, agriculteurs ou non […] Les monuments historiques sont des acteurs de développement économique d’une commune par le tourisme et les travaux de restauration et d’entretien, selon Patrick Lallemand. Or l’implantation des éoliennes est dévastatrice des paysages et du patrimoine. Plus d’une centaine de visiteurs viennent chaque année découvrir le Logis de Barroux et plusieurs m’ont encore récemment interrogé sur ce paysage voisin, gâché par ces parcs d’éoliennes »…
Un premier argument esthétique, donc forcément subjectif, qui n’est cependant pas le seul développé par le propriétaire : « Il faudrait 1.600 éoliennes de 3 mégawatts (MW) pour égaler la production d’une centrale nucléaire de 1.300 MW, soit 200 parcs de huit éoliennes ! En effet, une éolienne n’est productive que 25 % du temps, selon la force du vent. »
Enfin selon Patrick Lallemand, outre « les pollutions sonore, visuelle et économique avec la baisse de la valeur des biens immobiliers », la commune d’Airvault est déjà « entourée, presque encerclée, d’éoliennes : dix à Saint-Varent, dix à Availles-Thouarsais, neuf à Glénay, neuf à Saint-Généroux, cinq à Maisontiers et Tessonnière »… Et de conclure en demandant au maire d’Airvault « de refuser dorénavant l’implantation d’éoliennes sur le territoire de la commune ».
à suivre
L’enquête publique s’achève le 2 novembre
Lancée début octobre, l’enquête publique se poursuit jusqu’au vendredi 2 novembre. Elle offre à tous les citoyens la possibilité de s’exprimer sur ce projet éolien porté par le groupe Volkswind, l’un des poids lourds du secteur. Il prévoit six éoliennes de 180 m de hauteur, pour une production électrique annuelle équivalente à la consommation de 25.000 habitants (NR du 3 octobre). Les documents sont consultables dans les mairies concernées et sur le site internet www.deux-sevres.gouv.fr. Le commissaire-enquêteur assurera des permanences en mairie à Airvault les mercredi 17 octobre et vendredi 2 novembre de 14 h 30 à 17 h 30, et à Glénay le jeudi 25 octobre de 14 h à 17 h.
https://www.lanouvellerepublique.fr/thouars/eoliennes-un-opposant-se-fait-entendre
13/10/18 : Vienne : Chatellerault - Monthoiron : Le projet éolien fait salle comble
Jeudi soir, à la mairie de Monthoiron, les sociétés Valeco et JPEE ont présenté le projet éolien des Brandes d'Ozon aux riverains concernés. Une salle comble les attendait. Après avoir présenté les sociétés, le responsable a rappelé les objectifs de la loi du Grenelle de l'environnement.
7 éoliennes prévues
Il a ensuite expliqué le choix du lieu d'implantation qui prend en compte la qualité de la ressource en vent, les sites naturels protégés ou d'intérêt, le patrimoine protégé, les servitudes techniques et un éloignement d'au moins 500 mètres des zones d'habitations. Les élus municipaux avaient délibéré favorablement pour l'étude du projet, Monthoiron en 2015, Senillé en 2016 et Chenevelles en 2017.
Les études d'impacts sur la biodiversité ont été réalisées avec un inventaire des espèces animales et végétales ainsi que les études paysagères et les études acoustiques. « Il ne doit pas y avoir une augmentation de plus de 5 décibels le jour et trois la nuit », a-t-il précisé. Cinq variantes ont été présentées. « L'implantation que nous avons choisie est celle qui a le plus de chance d'être retenue par les services de l'État. » Les éoliennes seraient implantées en deux groupes de deux et un groupe de trois. « Le problème est l'aérodrome de Leigné-les-Bois qui a dû voir sa ligne de vol avion modifiée. La ligne de vol ULM, quant à elle, reste inchangée. » La distance aux maisons est de 700 mètres et 800 mètres. L'instruction par les services de l'État durera huit mois et sera suivie d'une enquête publique d'un mois. La décision du préfet interviendra fin 2019/début 2020. La fin du chantier, construction et mise en service, est prévue pour fin 2021. L'exploitation durera entre 20 et 40 ans.
https://www.centre-presse.fr/article-632706-le-projet-eolien-fait-salle-comble.html


12/10/18 : Vienne : Montmorillon : Éoliennes: le Rassemblement national demande des référendums
Arnaud Fage, responsable de la Première circonscription de la Vienne pour le Rassemblement national (ex-Front national) a pris position hier contre l'implantation d'éoliennes à Liglet (lire notre article de mercredi): « Ce projet suscite une opposition qui s'est traduite par la création de l'association Sauvegarde de l'Environnement de Liglet et de La Trimouille. Ces oppositions populaires et citoyennes témoignent de la prise de conscience de la France rurale qui refuse le saccage organisé des campagnes, sans la moindre concertation ou consultation des habitants. Fidèle à son engagement en faveur de la sauvegarde et de la transmission de notre patrimoine visuel inestimable, le Rassemblement national de la Vienne apporte tout son soutien aux associations et collectifs qui se mobilisent avec succès pour préserver notre bien commun. Il demande un moratoire immédiat sur l'éolien et l'organisation obligatoire de référendums locaux pour tous les projets existants. »
https://www.centre-presse.fr/article-632416-eoliennes-le-rassemblement-national-demande-des-referendums.html


11/10/18 : Vienne : Monthoiron : Sud-Châtelleraudais : ils ne veulent pas d'éoliennes si près de chez eux
Un parc éolien est prévu dans le sud-Châtelleraudais. Une association dénonce le manque de concertation. Ce soir, le projet est présenté aux riverains.
Senillé-Saint-Sauveur, Monthoiron et Chenevelles. Ce sont les trois communes qui sont concernées par un projet d’un parc éolien voulu par deux sociétés françaises, Valeco et JPee, à la fois développeurs et producteurs d’énergies renouvelables.
Ce projet, baptisé projet éolien des Brandes de l’Ozon, prévoit l’implantation de 5 à 9 éoliennes à cheval sur les communes précitées du sud-Châtelleraudais, plus exactement dans un périmètre non défini autour du « Bois des Forts ».
“ Des centaines de familles vont vivre à 500 m des éoliennes ! ”

Ce projet, certains riverains n’en veulent pas. Du moins ceux qui habitent à proximité. Christiane Feuilly-Garrigue-Guyonnaud est la présidente de l’association « Vent d’Ozon » qui revendique une centaine d’adhérents mobilisés contre le choix d’implantation de ce projet éolien près de chez eux. « Nous ne sommes pas contre les énergies renouvelables mais on ne veut pas que ce soit si près de chez nous. Des centaines de familles vont, si ça se fait, vivre à 500 m de ces éoliennes ! » (1)
La présidente de « Vent d’Ozon » égrène les risques de nuisances. D’abord, elle craint une dévalorisation immobilière. « Les maisons vont perdre de leur valeur, de l’ordre de 40 %, et encore faut-il arriver à les vendre… »
La présidente de « Vent d’Ozon » parle également de « nuisances sonores », de l’impact sur l’environnement (« une zone Natura 2000 avec ses chauves-souris chiroptères », « une faune riche avec du gibier et des oiseaux », « 1.600 m3 de béton prévus par éolienne ») ou encore de la « présence proche de la Tour Forteresse de Monthoiron » attribuée à Léonard de Vinci.
L’association doute également de l’efficacité des éoliennes à cet endroit. « Il faudrait un vent de 45 km/h constant pour que les éoliennes produisent de l’électricité sinon ça ne marche pas », croit savoir la présidente qui, « dans l’idéal », préférerait des « panneaux solaires ».
Autre grief pointé, le défaut de concertation : « Ce qui nous met en colère, c’est que c’est fait en catimini sans demander aux riverains. »
Ce soir, les riverains auront l’occasion de prendre la parole et de dire ce qu’ils pensent du projet puisqu’une réunion, organisée par ses promoteurs et baptisée « Atelier de travail sur l’éolien », est prévue ce soir (19 h), salle des fêtes de Monthoiron. (2)
(1) La distance minimale entre une éolienne et les premières habitations doit être de 500 m, selon la loi française. (2) Hier soir, une première réunion sur le sujet avait lieu à Senillé-Saint-Sauveur. Contact : Association « Vent d’Ozon », La Pingoderie, 86100 Senillé ou 06.35.45.55.11.
repères
Où en est le projet ?
Les promoteurs du projet ont obtenu l’accord préalable des conseils municipaux (Monthoiron en 2015, Senillé-Saint-Sauveur en 2016 et Chenevelles en 2017). Ils ont obtenu des promesses de bail avec plusieurs dizaines de propriétaires fonciers du secteur. À l’automne 2017, l’étude d’impact a été lancée (environnemental et acoustique). Les deux sociétés doivent déposer une demande d’autorisation d’exploiter avant la fin de l’année. Prochaine étape : l’ouverture d’une enquête publique avec la consultation de la population. In fine, c’est le préfet qui donnera ou non son feu vert.
https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/monthoiron/sud-chatelleraudais-ils-ne-veulent-pas-d-eoliennes-pres-de-chez-eux

10/10/18 : Charente : SALLES-DE-VILLEFAGNAN ET XAMBES-VERVANT: ANNIVERSAIRE DES DIX ANS DES PARCS ÉOLIENS LE 20 OCTOBRE 😡
Dix ans d’éolien en Charente ! La société ABO Wind célèbre le samedi 20 octobre sur le parc éolien de Salles-de-Villefagnan ses 10 ans de production d'électricité d'origine éolienne en Charente. A cette occasion elle propose une journée festive rythmée par de nombreuses activités (1). Le parc éolien de Salles-de-Villefagnan fut le premier lancé en Charente à partir de février 2008 et mis en service le 18 août suivant. C'est la société Abo Wind donneur d'ordre qui a réalisé ce projet. Neuf éoliennes de 2,3 MW produisent au total plus de 18 MW. Elles ont une masse de 252 tonnes. La hauteur du moyeu du mât est de 87 mètres, les pales ont une longueur de 43 mètres.
Le parc de Xambes-Vervant a été lancé la même année et mis en service en octobre. Il regroupe sur Xambes 5 éoliennes de 2,3 MW, avec un rotor de 90 m de diamètre dont l'axe du moyeu est à la hauteur de 85 m. Une 6e éolienne, identique aux 5 de Xambes, a été érigée sur la commune de Vervant.
(1) Programme de la journée
12h: repas convivial en musique (inscription en mairies de Salles-de-Villefagnan, Xambes et Vervant ou par mail: cristina.robin@abo-wind.fr)
14h à 17h30 diverses animations seront proposées:
- Initiation au rugby avec la présence du SA XV
- Château gonflable pour enfant
- Ateliers autour de l’énergie éolienne
http://www.charentelibre.fr/2018/10/10/salles-de-villefagnan-et-xambes-vervant-anniversaire-des-dix-ans-des-parcs-eoliens-le-20-octobre,3325279.php
10/10/18 : Vienne : Adriers : Deux villages en guerre ouverte contre Volkswind
A Adriers et Usson-du-Poitou, des éoliennes sont déjà en service mais les villages s’opposent à la construction de nouvelles machines et à une société en particulier : Volkswind, qui maintient ses projets contre l’avis des conseils municipaux.
« Ils nous ont contactés à plusieurs reprises. On s’est fâché. Ils nous ont répondu qu’ils peuvent faire sans nous, a témoigné le maire d’Usson, Michel Jarassier, lors du dernier conseil communautaire. Ils m’ont même dit que je suis un mauvais élu car je ne suis pas les directives de l’Etat sur le développement durable. ». La société souhaite implanter quatre éoliennes. « Nous en avons déjà huit, on a contribué à l’effort ! », s’agace le maire.
Volkswind n’a pas donné suite à nos demandes d’interview concernant Usson-du-Poitou. Elle n’avait pas non plus réagi à nos précédentes sollicitations sur Adriers, où elle a engagé un bras de fer avec la municipalité, opposée à son projet de parc de 10 éoliennes. Cette attitude est contradictoire avec la charte éthique de France énergie éolienne, association professionnelle dont elle est membre.
« L’exécutif de la communauté de communes soutient les deux communes face à cette société, a indiqué la vice-présidente en charge de l’environnement, Gisèle Jean, qui annonce justement un recours auprès de la commission éthique. On en a fait part à la sous-préfète avec le député. »

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/adriers/deux-villages-en-guerre-ouverte-contre-volkswind

10/10/18 : Vienne : Montmorillon : Le constat d'impuissance des élus
Au-delà des cas particuliers d'Usson et Adriers, c'est la répartition des parcs éoliens dans le sud est de la Vienne qui pose question aux élus de la communauté de communes Vienne et Gartempe: « On a des implantations à tout va, déplore Gisèle Jean (Queaux), vice-présidente en charge de l'environnement. On doit revoir la carte avec le souci entre autres, de protéger l'abbaye de Saint-Savin. Il faut intervenir rapidement auprès du préfet de région » « Mais le préfet ne prend pas conscience des points sensibles » regrette le maire de Saint-Savin Jean-Marie Rousse.
« Le ministère a donné consigne aux préfets d'accepter tous les projets dans les normes, indique Jean-Pierre Melon (l'Isle-Jourdain), à quoi bon siéger dans la commission départementale de la nature des sites et des paysages? »
Pour Yves Jeanneau (Béthines), la faute revient aussi à la grande région « qui met toutes les éoliennes ici et aucune au bord de la mer ». « Les trois anciens schémas régionaux éoliens ont été annulés par l'Etat pour que l'éolien se développe comme on le voit aujourd'hui, rétorque Reine-Marie Waszak, conseillère régionale. La région n'a pas la main. Le secteur a été libéralisé avec des gens qui font du business. »
« Donc personne n'est responsable de rien! », s'agace Enguerrand Delannoy (Saint-Pierre de Maillé). Le futur Schéma de cohérence territoriale (SCoT) devait mettre de l'ordre mais « il se retire de toute préconisation sur l'éolien, on n'a pas le droit de faire un zonage éolien » indique Nathalie Tabuteau (Moulismes). « On nous endort avec le SCoT et le projet de territoire mais nous n'avons en fait aucune maîtrise, on se fait balader et on en a la preuve flagrante », se désole Philippe Dolin (Bouresse).
« Sommes-nous un dépotoir à éoliennes? poursuit le sénateur Yves Bouloux, les forêts d'éoliennes qui arrivent vont anéantir l'action touristique. » Un des rares élus ouvertement pro-éolien, Raymond Gallet (Coulonges), glisse avec malice qu'il aimerait « voir autant de hargne dans les propos pour améliorer la téléphonie et l'internet à haut débit. »

https://www.centre-presse.fr/article-631703-bull-bull-bull-le-constat-d-impuissance-des-elus.html

10/10/18 : Deux-Sèvres : Pamplie : Un parc éolien à l’étude
Le conseil municipal de Pamplie a étudié les dossiers suivants.
Extrait : 
Parc éolien. Mise à disposition de voirie dans le cadre d’un projet d’implantation de parc éolien sur le territoire de la commune. Suite au dépôt de ce projet par la société Ventelys Energies Partages, accord est donné à la signature de Promesse avec la société et à effectuer toutes les démarches y afférant.
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/pamplie/un-parc-eolien-a-l-etude-4

10/10/18 : Deux-Sèvres : BEAUVOIR- SUR-NIORT : Projet éolien : la justice ordonne à la préfecture des Deux-Sèvres de dire oui
Le tribunal administratif de Poitiers, dans la Vienne, vient d’annuler un arrêté préfectoral pris dans le département des Deux-Sèvres qui avait refusé à la société Vents de Courance l’autorisation d’exploiter quatre éoliennes et deux postes de livraison sur la commune de Beauvoir-sur-Niort. Les magistrats ont pourtant accordé cette autorisation à la société, désormais dénommée Engie green La Minée et Les Fougères. La préfecture des Deux-Sèvres devra l’assortir de prescriptions particulières concernant la protection d’espèces d’oiseaux locales. Au passage, le tribunal administratif de Poitiers a également annulé le refus préfectoral de délivrer les permis de construire liés à ce projet.

10/10/18 : Gironde : Libournais : un parc éolien contre vents et mairies à Maransin
Entre la longue instruction et les recours judiciaires, le projet prend du temps. Peut-être verra-t-il le jour en 2022… Pas si sûr
Il n’est pas encore certain de voir fleurir, un jour, des éoliennes du côté de Maransin. Le projet, initié en 2012 par la société AboWind, est toujours en phase d’instruction. Sur le parc de la petite Valade, l’entreprise ambitionne ainsi d’installer cinq éoliennes (ainsi qu’un poste de livraison) et vise la production de plus de 30 millions de kilowattheures…

https://www.sudouest.fr/2018/10/09/libournais-un-parc-eolien-contre-vents-et-mairies-a-maransin-5463985-10414.php

10/10/18Vienne : Éoliennes : la tension monte maintenant à Liglet
Jeudi soir dans la salle des fêtes de Liglet. 85 personnes réunies pour parler de l’ouverture de l’enquête publique et des moyens de faire échec au projet de parc éolien.
Une enquête publique a été ouverte hier à Liglet sur l’implantation de dix éoliennes. Les opposants se sont réunis en nombre pour organiser la riposte.
Allez voir le commissaire enquêteur, dîtes lui pourquoi vous ne voulez pas de ces éoliennes à Liglet. Une réunion publique a rassemblé jeudi soir 85 personnes dans la salle des fêtes de Liglet, 300 habitants, en prélude à l’ouverture de l’enquête publique, mardi, sur l’implantation d’un parc éolien. La société Volkswind prévoit d’installer dix éoliennes entre les bourgs de Liglet et Béthines dans le secteur du lieu-dit les Brousses.
Le maire en minorité
Le projet suscite une opposition qui s’est traduite par la création de l’association Sauvegarde de l’Environnement de Liglet et de la Trimouille et du sud Vienne (SELT), en lien avec les autres associations du secteur. Il a aussi suscité une division au conseil municipal qui s’est prononcé contre les éoliennes par six voix contre quatre. Le maire Gérard Argenton se retrouve en minorité face à un de ses adjoints, Alain Giraud, à la pointe du mouvement anti-éolien.
Jeudi soir, il a dénoncé les impacts de la « centrale éolienne » (1) sur le paysage - « les photomontages de Volkswind sont trompeurs » - le tourisme, le patrimoine (Prieuré de Villesalem à 1.500 mètres) la valeur des maisons et la biodiversité. « Des milliers d’oiseaux migrateurs, grues et cigognes, se posent autour de l’étang des Brousses chaque année, les éoliennes tuent aussi les rapaces et les chauves-souris. »
Alain Giraud a alerté sur la multiplication des éoliennes à proximité : 19 autorisées à Coulonges et Thollet, cinq autorisées à Brigueil-le-Chantre, deux projets en cours à Journet. « Et lorsqu’un parc est autorisé, les promoteurs demandent ensuite des extensions, comme à Adriers et Usson du Poitou » (voir encadré). Un débat a porté sur les autres arguments à faire valoir, comme les effets pour la santé des riverains et des animaux d’élevage ainsi que le coût de l’énergie éolienne sur les factures électriques.
« Je respecte leurs positions mais ils n’ont que des arguments qui font peur, regrette le maire Gérard Argenton : Dix éoliennes à cet endroit, ça ne gêne pas. Elles vont apporter des recettes de l’ordre de 50.000 € par an pour la commune : c’est de l’argent qui permettra d’améliorer le bien être des habitants. A la construction de la centrale de Civaux et des pylônes haute tension, tout le monde était contre mais on est bien content aujourd’hui d’en avoir les dividendes. Les éoliennes, c’est une énergie propre et toute l’installation peut être démontée en une semaine. Il faut faire confiance aux études. L’état, l’Europe et la COP21 savent quand même ce qu’ils font. »
(1) Volkswind utilise le terme « ferme éolienne ».


09/10/18 : Deux-Sèvres : Bessines : Une société présente un projet d’éoliennes
Extrait : 
Jeudi soir, avant le conseil municipal de Bessines qui avait lieu à la salle de Noisy pour la première fois, deux salariés chefs de projets sont venus présenter leur société Volkswind, spécialisée dans l’installation et la commercialisation d’éoliennes. Créée en 1993 en Allemagne, elle s’est implantée en France en 2001 et a ouvert un bureau à Benet l’an passé.
Elle a déjà réalisé 39 parcs éoliens en France, dont plusieurs dans les Deux-Sèvres et est en train de faire une étude pour une éventuelle implantation d’éoliennes sur la commune. De nombreuses études seront réalisées car toutes les conditions doivent être réunies avant l’implantation finale. Toutes ces recherches approfondies vont prendre beaucoup de temps et nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet.

https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/bessines/une-societe-presente-un-projet-d-eoliennes

08/10/18 : Vienne : Doussay : Projet éolien : les élus sont furieux
Extrait :
Le conseil municipal de Doussay s’est réuni le vendredi 5 octobre. En préambule, le 1er adjoint Jacky Fournier a donné la parole à Élise Kebaili qui suit le projet éolien depuis son début, en 2007, pour présenter les dernières évolutions. Déposé en 2010 après les premiers contacts avec Maïa Eolis en 2007, le projet de six éoliennes de 2 mégawatts chacune a connu depuis de nombreuses péripéties.
Contesté par des opposants, le projet a été refusé par le préfet pour motif environnemental (présence d’outardes canepetières), puis débouté par le tribunal administratif et repris par MSE La Couturelle puis par Engie. Une nouvelle autorisation de permis de construire a été acceptée en juillet 2017, suivie d’un nouveau recours en septembre 2017.
Un nouveau permis de construire

Sans nouvelles depuis 2012, le conseil municipal a cru le projet définitivement enterré. Or, dernièrement, des affiches informant du dépôt d’un nouveau permis de construire ont été placardées sur zone sans en avertir le conseil municipal. Une réunion d’information a eu lieu en préambule du conseil du 5 octobre. Les conseillers municipaux sont furieux d’avoir été écartés de l’information d’autant plus qu’en vertu de la nouvelle loi NOTRe, les prétendues retombées économiques pour la commune ne sont plus que des miettes avec 5.000 € par an contre 83.000 € par an à la communauté d’agglomération de Grand Châtellerault.
Selon Engie, parmi les prochaines étapes figurent le transfert du permis de construire à Engie Green Doussay, la mise à jour du foncier, l’obtention d’arrêté du permis d’exploiter en décembre, puis la construction et la mise en service à l’horizon 2020-2021. « A moins que de nouvelles péripéties… », avertissent les deux opposants présents à la réunion.

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/doussay/projet-eolien-les-elus-sont-furieux

08/10/18 : Vienne : Mirebeau : Où en est le projet de parc éolien ?
Mercredi, l’entreprise Nordex est allée au-devant des Mirebalais pour faire un état des lieux du projet éolien à l’étude sur Thurageau et Mirebeau. La société Alter & Go, chargée de la communication, et Adrien Loiselet, chef de projet ont accueilli et répondu aux interrogations d’une cinquantaine de personnes sur un stand d’information installé toute la matinée sur le marché. C’est une communication importante pour Nordex, qui avait déjà procédé à ce genre d’échange sur Thurageau en juin.
Neuf éoliennes prévues

Les conseils municipaux de Thurageau et Mirebeau ont délibéré en juin 2016 et accepté de mettre en route l’étude sur ce projet éolien. En 2017, Nordex a donc mis en place un programme de concertation, proposant divers modes d’information et de rencontres avec les acteurs locaux, sous forme d’ateliers pédagogiques favorisant l’échange d’informations, de lettres d’information, de visites. Ces rencontres ont permis de revoir certains points concernant la biodiversité ou l’acoustique. Deux visites ont été organisées : sur le parc de Champigny-en-Rochereau, géré par Sergies et sur un parc du Saumurois géré par Nordex. Quinze personnes ont fait le déplacement et ont pu visiter et entrer dans un mât.
Le process d’étude vient donc de se terminer et un nouveau planning se met en place. D’ici à la fin de l’année, le projet sera soumis à la préfecture. Une enquête publique suivra (probablement à la mi-2019), la réponse préfectorale étant attendue pour fin 2019. Si la réponse est positive, le démarrage du chantier aura lieu en 2021 pour une mise en service opérationnelle en 2022. Le projet du Mirebalais comptera un parc de 9 éoliennes : 7 sur Thurageau et 2 sur Mirebeau. Aucune éolienne ne sera installée à moins de 600 mètres des habitations.
Toute question peut être posée sur la plateforme participative du projet : http://www.projeteolien- mirebalais.alterconcerto.fr/ projet

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/mirebeau/ou-en-est-le-projet-de-parc-eolien

06/10/18 : Deux-Sèvres : Louin : Opposition à l’extension du parc éolien
Extrait : Parc éolien. Les élus s’opposent par 8 voix contre, 5 voix pour et une abstention au projet d’exploitation d’un parc éolien sur les communes de Glenay, Airvault et Tessonnière.https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/louin/opposition-a-l-extension-du-parc-eolien

04/10/18 : Deux-Sèvres : Echiré : Un point sur les grands travaux
Extrait :  le projet de parc éolien le long de l’autoroute est toujours à l’étude. Le maire précise à ce sujet : « A Echiré nous avons toujours été favorables aux énergies renouvelables, nous pensons que l’intérêt environnemental est primordial et nous tenons à ce que ce projet de parc éolien soit porté par une structure publique. »
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/echire/un-point-sur-les-grands-travaux

04/10/18 : Gironde et Charente-Maritime : Projet d'éoliennes le long de l'estuaire de la Gironde : EDF promet une concertation
Braud-et-Saint-Louis :
EDF-Energies Nouvelles, qui veut implanter une trentaine d'éoliennes aux bords de l'estuaire, en Gironde et en Charente-Maritime, organisera une concertation début 2019 autour du projet. Mais les opposants (élus, chasseurs, riverains et défenseurs de l'environnement) n'entendent pas capituler.
Véronique Hammerer est ce vendredi matin l'invitée de Vendredi Politique, sur France Bleu Gironde, entre 8h et 8h30. La députée La République en Marche de Haute-Gironde, a pris position dernièrement contre le projet d'installation , sur la rive droite de l'Estuaire , de trente à quarante éoliennes. Des éoliennes que EDF -Energies Nouvelles veut implanter dans les marais, le long de l'Estuaire, dans quatre communes de Gironde et quatre autres de Charente-Maritime.
Sur place, l'opposition à ce projet est quasi-général : les associations de défense de l'environnement, comme la Ligue de Protection des oiseaux, les chasseurs , les riverains et les élus locaux. Leurs arguments sont nombreux : ces éoliennes risqueraient de défigurer le paysage; elles seraient situées en pleine zone pourtant classée Natura deux mille, dans un lieu de passage pour les oiseaux migrateurs. Enfin, certains contestent le choix de l'éolien comme énergie d'avenir, remettant en cause son efficacité.
Une consultation de la population début 2019
"Rien n'est fait, des études sont en cours, répond EDF-Energies Nouvelles qui promet de jouer la carte de la concertation. Cette concertation n'est pas obligatoire, précise le promoteur, mais le code de l'Environnement nous permet de la mettre en place, et elle nous paraît nécessaire pour bien expliquer le projet". Reste encore à en définir les modalités . Comme pour une enquête publique, des registres pourraient être déposés dans les 8 mairies concernées, et des réunions publiques organisées début 2019. "La population pourra ainsi donner son avis, en toute transparence" conclut EDF Energies Nouvelles.
Une position qui a le don d'irriter les opposants. "C'est une fumisterie", rétorque Daniel Ardouin, le président de l'association Vigiéole, une des nombreux associations qui se bat sur le terrain contre ces éoliennes. "Depuis 2014, les promoteurs ont littéralement harcelé les propriétaires des terrains qu'ils convoitent pour leur faire signer des promesses de bail. Et ensuite, ils font les études d'impact, et la soit-disante concertation arrive après."
"On fait les choses à l'envers, ont met les gens devant le fait accompli" - Daniel Ardouin, le président de l'association Vigiéole 
Un projet qui fédère les oppositions
Lors d'une réunion publique vendredi dernier à Braud-et-Saint-Louis, la députée Véronique Hammerer s'est élevée "contre la méthode d'imposer des projets sur le territoire sans demander l'avis de ses habitants". L'opposition prend aussi une tournure politique, puisque le mouvement Debout la France, de Nicolas Dupont-Aignan, a également pris position contre le projet. Pour son secrétaire départemental, Rémi Berthonneau, "ce sont des réalisations inefficaces, coûteuses et anti-démocratiques. Coûteuses, car des subventions considérables sont accordées par l'Etat aux producteurs d'éoliennes, et cela participe à l'augmentation de notre facture d'électricité. Inefficaces car le volume d'électricité produit ainsi est faible, et anti-démocratiques, car souvent , il n'y a pas de consultation de la population concernée."

François De Rugy, le nouveau ministre de la Transition Ecologique, n'a pas encore pris position pour ou contre l'installation d'éoliennes le long de l'Estuaire de la Gironde. Son prédécesseur, Nicolas Hulot, était également resté muet sur le sujet. 
https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/projet-d-eoliennes-le-long-de-l-estuaire-de-la-gironde-edf-promet-une-concertation-1538578118
04/10/18 : Charente : COURCÔME ET VILLEGATS: TROIS ÉOLIENNES GÉANTES EN ATTENTE DE POSER AUX GALACÉES 😡
Le projet éolien des Galacées érigera 3 éoliennes sur les communes de Courcôme et Villegats, dans le secteur des Galacies. Deux éoliennes pousseront sur le territoire de Courcôme, une sur celle de Villegats. Une permanence s'est tenue mardi 18 septembre dans la socioculturelle de Courcôme pour présenter le projet. Aux manettes, ABO Wind et NORDEX qui œuvrent de concert. «ABOWIND exploite les éoliennes, NORDEX les construit» indique Jules Fournier ingénieur chez NORDEX. «Après la ferme éolienne de Salles-de-Villefagnan en 2008 et ses 9 éoliennes, ABO Wind, développe actuellement 3 nouveaux projets de parc éolien sur les communes de Courcôme, Villegats et La Faye» relaie Maxime Le Dain responsable de projets chez ABOWIND.
Le projet éolien des Galacées a été initié en 2016. Le parc de 3 éoliennes se situe dans un axe Nord-Sud parallèle à la RD 180 qui relie Tuzie à La Faye, au nord immédiat de Tuzie, à l'est des hameaux de la Touche et des Ouillères. Ces éoliennes seront situées à plus de 600 m des habitations. «Toutes les études ont démontré la faisabilité du projet, expose Maxime Le Dain. Le nouveau poste source de Villegats sera à 2 km du site éolien. Nous avons alignées ce champ éolien avec celui de Villegats. Nous les avons implantées de façon à créer le moins possible de chemins.» Elles ne pourront entrer en service,outre l'obtention du permis de construire, qu'après la livraison du poste source de Villegats en 2020. Il en sera de même pour le parc de 5 éoliennes prêt à être construit au nord de Courcôme. Ou celui de Villegats-La Faye. «Les 3 éoliennes des Galacées seront d'un nouveau type (1)» décrit Jules Fournier. «La puissance du parc sera de 13,5 MW, contre 9,6 MW pour celui de Villegats (4 éoliennes)» souligne-t-il. Pour mémoire les 9 éoliennes de Salles-de-Villefagnan turbinent à plus de 18 MW et les 6 de La Faye à 12 MW.
Ces éoliennes NORDEX N149 ont une puissance de 4,5 MW. L'axe du rotor tourne à la hauteur de 149 m (87 mètres à Salles-de-Villefagnan). Chaque pale mesure 74,50 m (43 mètres à Salles-de-Villefagnan). La nacelle est posée sur un mât en acier à 105 m d'altitude. La hauteur en bout de pales est de 180 m. «Ces éoliennes sont fabriquées en Allemagne surtout, dit Jules Fournier. Elles sont de plus en plus silencieuses, les bruits mécaniques des rouages sont réduits, des pales avec des serrations pour réduire l’impact sonore dans les fréquences audibles par l'homme. Ces «peignes» placés sur les extrémités des pales s'inspirent des ailes des rapaces, tel l’aigle qui ne fait aucun bruit en vol. «Nous expérimenterons ici des bridages à certaines périodes de l'année pour la protection des chauve-souris, et en fonction du passage des grues cendrées» dit Maxime Le Dain.
Le public disposait de photo-montages lui permettant d'observer la situation des éoliennes par rapport à son lieu de résidence. Et obtenir des réponses à ses questions.
Le site éolien de Salles-de-Villefagnan a été inauguré en 2008. «C'est le premier site éolien de Charente, annonce Maxime Le Dain. Le samedi 20 octobre, nous fêterons cet anniversaire avec de nombreuses animations.»

http://www.charentelibre.fr/2018/10/04/courcome-et-villegats-trois-eoliennes-geantes-en-attente-de-poser-aux-galacees,3322162.php
03/10/18Deux-Sèvres : Airvault : Thouarsais. Six éoliennes dans les cartons à Airvault, Glénay et Tessonnière
L’enquête publique est lancée depuis lundi et va s’étirer jusqu’au vendredi 2 novembre prochain pour offrir à chacun la possibilité de s’exprimer sur le projet éolien porté par le groupe Volkswind, l’un des poids lourds du secteur : ce projet prévoit dans quelques années l’implantation de six éoliennes en enfilade, le long de la D 938 – sur la droite en venant de Thouars – au lieu-dit « le Pâtis aux chevaux », sur les territoires d’Airvault, de Glénay et de Tessonnière. Les machines, de type Vestas V136, s’élèveraient à 180 m de hauteur et produiraient chacune 4,2 MW, soit 25,2 MW pour l’ensemble du parc. Selon les données fournies par Volkswind dans le cadre de l’enquête publique, la production électrique pourrait ainsi atteindre environ 63.130 MWh par an, soit la consommation de plus de 25.000 personnes.
Tout le monde peut venir faire part de ses observations sur le projet durant l’enquête publique. Les documents sont consultables dans les mairies concernées et sur le site internet www.deux-sevres.gouv.fr ; par ailleurs, le commissaire-enquêteur assurera des permanences en mairie à Tessonnière le mardi 9 octobre de 9 h à 12 h, à Airvault les mercredi 17 octobre et vendredi 2 novembre de 14 h 30 à 17 h 30, et à Glénay le jeudi 25 octobre de 14 h à 17 h.
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/airvault/thouarsais-six-eoliennes-dans-les-cartons-a-airvault-glenay-et-tessonniere?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=4&pageId=57da5cf9459a4552008b4b33

03/10/18 : Vienne : Liglet : Contre les éoliennes : réunion d’information à Liglet jeudi soir
L’association « Sauvegarde de l’Environnement de Liglet et de la Trimouille et du sud Vienne » (SELT) organise une réunion d’information suivie d’un débat sur le projet de parc éolien de dix machines à Liglet, jeudi 4 octobre à 18 h, à la salle des associations de Liglet. Une enquête publique commencera le 9 octobre sur ce projet. « Pour le seul ex-canton de La Trimouille, 10 éoliennes sont prévues à Liglet, souligne SELT, 19 à Thollet-Coulonges, huit à Brigueil-le-Chantre, sept à neuf à Journet. Toutes ces centrales éoliennes (dont deux viennent d’être autorisées) pourront faire ultérieurement l’objet d’extension comme on vient de le voir à Adriers et Saint-Pierre -de-Maillé. »
https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/liglet/contre-les-eoliennes-reunion-d-information-a-liglet-jeudi-soir

02/10/18 : Vienne : Loudun : Les opposants aux parcs éoliens font front commun

Les dirigeants de six associations opposées à l’implantation de parcs éoliens en Loudunais étaient réunis, vendredi soir, à la salle des fêtes de Messemé.
Alors que les dossiers d’implantation de parcs éoliens sur les communes de Nueil-sous-Faye et Ceaux-en-Loudun sont déjà bien avancés, d’autres projets émergent du côté d’Angliers-Martaizé, de La Grimaudière, de Mouterre-Silly ou en lisière du département de la Vienne.
“ Pas systématiquement opposés aux éoliennes”Les adhérents des associations Vol au vent en Loudunais, Apache, Contre-vent, Para-vent, Ade-Asla ou Adciel n’en veulent pas. Ils invitent les habitants du Loudunais à une réunion publique, à la salle des fêtes de l’hôtel de ville de Loudun, vendredi 12 octobre à 20 h. Cette soirée sera animée par le journaliste Gérard Leclerc. Lors de la réunion de préparation, Pascal Wion, président d’Apache, précise : « Nous ne sommes pas systématiquement opposés aux éoliennes, nous le sommes pour le Loudunais qui a fait le pari du développement touristique il y a quelques années et dont les élus, au sein de la Communauté de communes, ont alors adopté une position défavorable claire aux projets éoliens sur le territoire. » Le 12 octobre, le risque pour la santé des riverains ou pour celle des animaux, les divisions engendrées dans la population, le saccage des paysages, la dévaluation immobilière, la destruction des oiseaux et des chiroptères, la chute de la fréquentation touristique ou la pollution des sols, dangers liés à l’implantation de parcs éoliens selon les associations, seront présentés au public. Des artisans qui voient leur activité baisser, des professionnels de l’immobilier ou des propriétaires dont les ventes chutent ou sont annulées et des représentants de sociétés qui ont renoncé à des investissements touristiques dans le loudunais seront invités à prendre la parole. De même que les élus du secteur qui le souhaitent.
Les modes d’actionLes modes d’action des associations d’opposants seront également présentés. « Dans toutes les communes démarchées par les promoteurs de l’éolien apparaissent des associations d’opposants. Une pétition en cours a déjà recueilli des centaines de signatures. Des manifestations plus visibles ne sont pas exclues », indique la porte-parole de l’une des associations. 
https://www.lanouvellerepublique.fr/loudun/les-opposants-aux-parcs-eoliens-font-front-commun?queryId%5Bquery1%5D=57cd2206459a452f008b4594&queryId%5Bquery2%5D=57c95b34479a452f008b459d&page=1&pageId=57da5cf9459a4552008b4b1b
02/10/18 : Charente-Maritime : Braud-et-Saint-Louis : Un nouveau débat tendu sur la question de l’éolien
Un débat public sur la place de l’éolien dans la transition énergétique, s’est tenu vendredi soir à Braud-et-Saint-Louis, en Gironde, non sans accroc .
Il fallait s’y attendre. Le débat public sur la place de l’éolien dans la transition énergétique organisé vendredi soir par la députée La République en marche (LREM) de la 11e circonscription de Gironde, Véronique Hammerer, et son homologue de Charente-Maritime, Raphaël Gérard, s’est déroulé dans un contexte tendu. Environ 300 personnes, citoyens, élus, chasseurs, mais surtout membres d’associations anti-éolien…
https://www.sudouest.fr/2018/10/02/un-nouveau-debat-tendu-sur-la-question-de-l-eolien-5442075-1368.php


01/10/18 : Gironde : Blayais : un nouveau débat tendu sur la question de l’éolien
Un débat public sur la place de l’éolien dans la transition énergétique, s’est tenu vendredi soir à Braud-et-Saint-Louis, non sans accroc.
Il fallait s’y attendre. Le débat public sur la place de l’éolien dans la transition énergétique organisé vendredi soir par la députée La République en marche (LREM) de la 11e circonscription de Gironde, Véronique Hammerer, et son homologue de Charente-Maritime, Raphaël Gérard, s’est déroulé dans un contexte tendu. Environ 300 personnes, citoyens, élus, chasseurs, mais surtout membres d’associations anti-éolien, ont fait le déplacement pour exprimer une…
https://www.sudouest.fr/2018/10/01/un-nouveau-debat-tendu-sur-la-question-de-l-eolien-5438724-1510.php

01/10/18 : Gironde : Estuaire de la Gironde : pourquoi le projet éolien fait débat
Le débat public sur la place de l’éolien dans la transition énergétique organisé vendredi soir à Braud-et-Saint-Louis, en Gironde, s’est déroulé dans un contexte tendu.
Environ 300 personnes ont assisté au débat public organisé par la députée En Marche de la 11e circonscription de Gironde, Véronique Hammerer, et son homologue de Charente-Maritime, Raphaël Gérard. Voici ce qu’il faut en retenir.
1. Des éoliennes dans les marais
Pour rappel, un parc éolien d’envergure est en projet sur la rive droite de l’estuaire de la Gironde. EDF Énergies nouvelles envisage en effet d’ériger une trentaine d’éoliennes dans les marais de Gironde et Charente-Maritime. Une étude de faisabilité a déjà été menée et validée. Depuis, de nombreux opposants au projet se mobilisent sur le territoire, et des réunions, débats sur le sujet sont régulièrement organisés.

2. Véronique Hammerer se prononce contre le projet
La députée de la Gironde, qui ne s’était encore pas clairement positionnée sur ce projet éolien de l’estuaire, a profité de ce débat vendredi soir pour exprimer clairement son point de vue : « Je suis contre ce projet éolien, contre cette méthode d’imposer des projets sur notre territoire sans nous demander notre avis », a-t-elle déclaré sous les applaudissements de la salle.
"Il y a d’autres énergies renouvelables peut-être plus adaptées à notre territoire. Il faut établir un diagnostic avant de se lancer dans quoi que ce soit, trouver du lien, de la cohérence."
Elle souhaite pour cela mettre en place un contrat de transition écologique, dispositif mis en place par l’État pour aider les collectivités.
3. Élus, chasseurs et associations vent debout
Le débat organisé vendredi soir n’en était finalement pas vraiment un, puisqu’il rassemblait presque exclusivement des personnes vivement opposées au projet. Les représentants d’associations d’environnement et anti-éolien tels que Nature Environnement 17, Stop éolien 17, Vigieole, association de défense des marais de l’estuaire, Ligue pour la protection des oiseaux, ont rappelé les dangers d’installer un tel site dans une zone classée Natura 2000.
Les représentants des fédérations de chasse de Gironde et Charente-Maritime ont de leur côté dénoncé à nouveau un « projet destructeur », tout comme les représentants du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux, inquiets de la « pollution visuelle » des éoliennes et de l’impact sur le tourisme. Les élus ont enfin expliqué subir cela comme une véritable « agression » et ont dénoncé la vitrine du mix énergétique qu’EDF veut mettre en place sans penser aux habitants du territoire.
4. Une concertation publique en fin d’année
Véronique Hammerer a toutefois rappelé que le dossier de ce projet n’avait pas encore été déposé en préfecture. EDF Énergies nouvelles doit organiser en fin d’année une grande concertation publique afin de recueillir l’avis de la population. « Ça sera à vous, citoyens, de vous prononcer, et nous serons également là pour porter votre voix », a-t-elle indiqué.

https://www.sudouest.fr/2018/10/01/l-eolien-au-bord-de-l-estuaire-5438208-2780.php

29/09/18 : Vendée : Des écolos contre les éoliennes
En France, les oppositions aux projets éoliens se multiplient. Associations, recours juridiques, manifestations… La guerre est déclarée entre les pro et les anti. Parmi ces derniers, on compte beaucoup d'écologistes ! Reportage à Noirmoutier et à l'île d'Yeu, où la bataille fait rage.
Les entrepôts sont impeccablement rangés et les vastes bureaux, lumineux, offrent une vue magnifique. La mer est partout, comme sur ces postes de manœuvre où il a passé le plus clair de sa vie professionnelle. Philippe Gendron ne part plus au large. Vingt ans dans le golfe de Gascogne, le dos cassé, et des frissons dans la voix quand il parle de son métier, des nuits à traquer le poisson et à « pisser dans une bouteille » quand il faut manœuvrer et remonter les filets en même temps. Il était en mer deux cents jours par an, et cela lui manque. Il n'embarque plus, mais ses bateaux, l'un de 21 m et l'autre de 23, continuent. L'entreprise qu'il dirige avec sa femme Nathalie marche bien, et même très bien. « I l ne faut pas grand-chose pour qu'un port disparaisse », dit-il. Les éoliennes ne le concernent pas.
Ses bateaux pêchent loin, à deux jours de mer de Noirmoutier. Mais ceux de ses collègues qui « font la côte » prendront l'arrivée du parc éolien des îles d'Yeu-Noirmoutier de plein fouet. Soixante-deux machines de 209 m de haut, sur une surface de 13 km sur 7, en pleine zone de pêche : « Le Bad Boy et l'Entêté vont là-bas tous les jours. Il y a du homard, du congre, de la raie, du bar, de la dorade, un peu de “ jaune”. Durant toute la période d' installation, on sait qu' il y aura des nuisances, que le poisson sera chassé. Le promoteur promet des compensations, mais les pêcheurs ne sont pas des mendiants, ils veulent travailler. »La filière éolienne, pourvoyeuse d'emplois ? Pourquoi pas, mais ici l'emploi n'est pas vraiment un problème, et l'installation du parc suscite de nombreuses craintes. Philippe...

https://www.marianne.net/societe/des-ecolos-contre-les-eoliennes

29/09/18 : Vienne : Civray : Availles Limouzine : Le conseil municipal a fait sa rentrée
Extrait :
> Projet éolien de La Benétière à Pressac : par vote à bulletins secrets, le conseil émet un avis défavorable (1 abstention, 2 pour et 8 contre).

28/09/18 : Deux-Sèvres : Saint-Loup-Lamairé : 
Extrait : Une autre enquête, concernant l’extension du parc éolien de Glénay, Airvault et Tessonnière par six machines sera effectuée du 1er octobre au 2 novembre.
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/saint-loup-lamaire/les-elus-opposes-au-rapport-du-smvt

27/09/18 : Charente : Saulgond : RASSEMBLEMENT ANTI ÉOLIEN À SAULGOND
Il n'y avait pas foule hier jeudi sur la place de la mairie de Saulgond pour le rassemblement organisé par l'association "Brisevent", une association qui milite contre l'implantation des éoliennes sur le secteur...
http://www.charentelibre.fr/2018/09/27/rassemblement-anti-eolien-a-saulgond,3318784.php

27/09/18 : Deux-Sèvres : Exoudun : Opinions partagées sur les éoliennes
Lors du conseil municipal d’Exoudun, réuni le 25 septembre, le maire a ouvert la réunion en demandant aux participants une minute de silence en souvenir de Claude Longeau, maire d’Exoudun pendant 27 ans, récemment décédé.
Eolien. Le maire rappelle la réunion avec la société JP Energies sur l’éolien. Un avis consultatif est demandé au conseil municipal d’Exoudun quant à l’installation de quatre éoliennes sur le territoire de La Couarde et de trois sur le territoire de la commune d’Exoudun. Le maire affirme son opposition à la présence de ces équipements sur le territoire communal et après avoir précisé que JP Energies refusait de participer à tout débat public, demande leur avis aux conseillers. Le vote se fait à bulletin secret. Le maire fait valoir que de toute façon, il y aura enquête publique et qu’il ne s’agit que d’un avis. Neuf votants (les propriétaires concernés par les implantations éventuelles d’éoliennes ne prennent pas part au vote). Pour l’implantation : 6 contre 3.

https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/commune/exoudun/opinions-partagees-sur-les-eoliennes

26/09/18Solylend et Valorem font appel à l'épargne citoyenne pour un parc éolien dans la Vienne 😡😡😡
Ce modèle de financement permet à tous les particuliers d'investir sur des projets à impact positif.
Depuis plus d'un an maintenant, la plateforme bordelaise Solylend aide des entreprises à financer des projets d'impact grâce au prêt participatif (crowdlending)... Ce modèle de financement permet à tous les particuliers d'investir sur des projets à impact positif sur Solylend, puis d'être remboursés chaque mois avec un taux d'intérêt de 3 à 7% en fonction des projets.
Aujourd'hui, après 7 campagnes de financement réussies et 800.000 euros collectés pour des projets d'accès à l'énergie, d'agriculture durable, ou d'accès à l'eau, c'est un parc éolien à Saint Secondin dans la Vienne qui va faire l'objet d'un appel au prêt sur la plateforme.
Valorem est un producteur d'énergies renouvelables, pionnier en France. Le groupe se positionne comme un "tout-en-un" des énergies renouvelables, en maîtrisant l'ensemble de la chaîne de développement d'unités de production d'énergies vertes. Après 24 ans d'activité, le groupe a atteint en 2017 un chiffre d'affaires de 74 millions d'euros et plus de 780 MégaWatt d'énergie éolienne développé en France...
Contraintes environnementales
Débuté en 2015, le projet éolien de Saint Secondin vient en continuité des 10 éoliennes implantées à Usson-du-Poitou et Bouresse, dont la construction a commencé en septembre 2016 pour une mise en service en septembre 2017... Après 2 ans d'études de faisabilité afin d'estimer le potentiel de vent ainsi que les contraintes environnementales, Valorem a finalement déposé les autorisations nécessaires à la construction des éoliennes en décembre 2016.
"La prochaine étape que nous venons d'engager va permettra de recueillir l'avis des citoyens, et nous proposons à tous ceux et toutes celles qui le souhaitent de participer au financement du projet pour un montant total de 50.000 euros" précise Florian Fillon, ingénieur en charge du projet chez Valorem.
Zone adaptée
Le projet validé par tous les acteurs locaux (élus, propriétaires fonciers et exploitants agricoles) profitera d'une zone adaptée à l'accueil d'un parc éolien... Celle-ci disposant d'un potentiel éolien particulièrement favorable ainsi que d'une absence de contraintes environnementales, techniques et réglementaires majeures (aucune proximité avec des habitations et raccordement au système électrique).
L'installation de 4 nouvelles éoliennes produira l'équivalent de la consommation d'environ 8.900 foyers de 4 personnes, soit un total de 356.000 personnes (hors chauffage et eau chaude). Et évitera ainsi l'équivalent de 11.500 tonnes de CO2, si cette même électricité était produite par un combustible fossile. Prévu pour durer 20 ans, le site sera ensuite démantelé et remis dans son état initial...
Nicolas Pereira, Président de Solylend a déclaré : “Notre planète aura vécu cet été un des étés les plus chaud depuis 1900. Il y a donc une urgence absolue à accélérer la transition énergétique en France. C'est pour cela que Solylend, après avoir financé plusieurs projets d'énergies renouvelables en Afrique, souhaite également être un acteur de cette transition dans nos territoires. Et le projet de parc éolien de Valorem va dans ce sens. Le territoire Français présente toutes les caractéristiques pour développer efficacement et durablement le secteur des énergies renouvelables. Il s'agit donc d'une bonne opportunité pour les particuliers de devenir acteur de ce changement”.
https://www.boursier.com/actualites/economie/solylend-et-valorem-font-appel-a-l-epargne-citoyenne-pour-un-parc-eolien-dans-la-vienne-39743.html?rss

26/09/18Les Bordelais Solylend et Valorem invitent les citoyens à financer un parc éolien dans la Vienne 😡😡😡
C’est un curieux paradoxe, les Français épargnent beaucoup, mais essentiellement sur des produits à faible rentabilité, comme le livret A. C’est pourquoi de nouveaux entrepreneurs leur proposent de financer des projets à "impact positif" et à plus forte rentabilité.
Depuis plus d’un an maintenant, la plateforme bordelaise Solylend aide des entreprises à financer des projets à impact positif pour la société grâce au prêt participatif (crowdlending).
Un nouveau modèle économique, qui commence à prendre son envol, car ce financement permet à tous les particuliers d’investir sur des projets ayant du "sens", en étant remboursés chaque mois avec un taux d’intérêt de 3 à 7%.
Déjà 800 000 euros collectés pour des projets d’accès à l’énergie
Aujourd’hui, après 7 campagnes de financement réussies et 800 000 euros collectés pour des projets d’accès à l’énergie, d’agriculture durable, ou d’accès à l’eau, Solylend propose au grand public de financer un parc éolien à Saint-Secondin dans la Vienne. Il va faire l’objet d’un appel au prêt sur la plateforme.
Débuté en 2015, ce projet, qui sera construit loin des habitations, vient en continuité des 10 éoliennes implantées à Usson-du-Poitou et Bouresse, dont la construction a commencé en septembre 2016 pour une mise en service en septembre 2017. Un projet, mené par le Bordelais Valorem, un pionnier des producteurs d’énergies renouvelables en France, qui maîtrise l’ensemble de la chaîne de production. Après 24 ans d’activité, le groupe a atteint en 2017 un chiffre d’affaires de 74 millions d’euros et développé plus de 780 mégawatts d’énergie éolienne en France.
"La prochaine étape que nous venons d’engager va permettra de recueillir l’avis des citoyens, et nous proposons à tous ceux et toutes celles qui le souhaitent de participer au financement du projet pour un montant total de 50 000 euros", précise Florian Fillon, ingénieur en charge du projet chez Valorem.
Un projet, qui évitera l’émission de 11 500 tonnes de CO2
L’installation de 4 nouvelles éoliennes produira l’équivalent de la consommation d’environ 8 900 foyers de 4 personnes, soit un total de 35 600 personnes (hors chauffage et eau chaude). Et évitera ainsi l’équivalent de 11 500 tonnes de CO2, si cette même électricité était produite par un combustible fossile. Prévu pour durer 20 ans, le site sera ensuite démantelé et remis dans son état initial.
“Notre planète aura vécu cet été un des étés les plus chauds depuis 1900. Il y a une urgence absolue à accélérer la transition énergétique en France. C’est pour cela que Solylend, après avoir financé plusieurs projets d’énergies renouvelables en Afrique, souhaite également être un acteur de cette transition dans nos territoires. Et le projet de parc éolien de Valorem va dans ce sens. Il s’agit donc d’une bonne opportunité pour les particuliers de devenir acteur de ce changement", souligne Nicolas Pereira, président de Solylend.


26/09/18Solylend et Valorem font appel à l'épargne citoyenne pour le financement d'un parc éolien dans la Vienne 😠
Ce modèle de financement permet à tous les particuliers d'investir sur des projets à impact positif.
Depuis plus d'un an maintenant, la plateforme bordelaise Solylend aide des entreprises à financer des projets d'impact grâce au prêt participatif (crowdlending)... Ce modèle de financement permet à tous les particuliers d'investir sur des projets à impact positif sur Solylend, puis d'être remboursés chaque mois avec un taux d'intérêt de 3 à 7% en fonction des projets.
Aujourd'hui, après 7 campagnes de financement réussies et 800.000 euros collectés pour des projets d'accès à l'énergie, d'agriculture durable, ou d'accès à l'eau, c'est un parc éolien à Saint Secondin dans la Vienne qui va faire l'objet d'un appel au prêt sur la plateforme.
Valorem est un producteur d'énergies renouvelables, pionnier en France. Le groupe se positionne comme un "tout-en-un" des énergies renouvelables, en maîtrisant l'ensemble de la chaîne de développement d'unités de production d'énergies vertes. Après 24 ans d'activité, le groupe a atteint en 2017 un chiffre d'affaires de 74 millions d'euros et plus de 780 MégaWatt d'énergie éolienne développé en France...
Contraintes environnementales
Débuté en 2015, le projet éolien de Saint Secondin vient en continuité des 10 éoliennes implantées à Usson-du-Poitou et Bouresse, dont la construction a commencé en septembre 2016 pour une mise en service en septembre 2017... Après 2 ans d'études de faisabilité afin d'estimer le potentiel de vent ainsi que les contraintes environnementales, Valorem a finalement déposé les autorisations nécessaires à la construction des éoliennes en décembre 2016.
"La prochaine étape que nous venons d'engager va permettra de recueillir l'avis des citoyens, et nous proposons à tous ceux et toutes celles qui le souhaitent de participer au financement du projet pour un montant total de 50.000 euros" précise Florian Fillon, ingénieur en charge du projet chez Valorem.
Zone adaptée
Le projet validé par tous les acteurs locaux (élus, propriétaires fonciers et exploitants agricoles) profitera d'une zone adaptée à l'accueil d'un parc éolien... Celle-ci disposant d'un potentiel éolien particulièrement favorable ainsi que d'une absence de contraintes environnementales, techniques et réglementaires majeures (aucune proximité avec des habitations et raccordement au système électrique).
L'installation de 4 nouvelles éoliennes produira l'équivalent de la consommation d'environ 8.900 foyers de 4 personnes, soit un total de 356.000 personnes (hors chauffage et eau chaude). Et évitera ainsi l'équivalent de 11.500 tonnes de CO2, si cette même électricité était produite par un combustible fossile. Prévu pour durer 20 ans, le site sera ensuite démantelé et remis dans son état initial...
Nicolas Pereira, Président de Solylend a déclaré : “Notre planète aura vécu cet été un des étés les plus chaud depuis 1900. Il y a donc une urgence absolue à accélérer la transition énergétique en France. C'est pour cela que Solylend, après avoir financé plusieurs projets d'énergies renouvelables en Afrique, souhaite également être un acteur de cette transition dans nos territoires. Et le projet de parc éolien de Valorem va dans ce sens. Le territoire Français présente toutes les caractéristiques pour développer efficacement et durablement le secteur des énergies renouvelables. Il s'agit donc d'une bonne opportunité pour les particuliers de devenir acteur de ce changement”.
https://www.boursier.com/actualites/economie/solylend-et-valorem-font-appel-a-l-epargne-citoyenne-pour-le-financement-d-un-parc-eolien-dans-la-vienne-39743.html
21/09/18 : Vienne : Mauprévoir environnement ne désarme pas
Du haut de sa jeunesse, l'association Mauprévoir environnement ne chôme pas. Après une réunion-débat d'information, des distributions de flyers avec photos-montage montrant l'impact des éoliennes suite à la mise en place de ballons par Sergies, elle récidive, alors que l'enquête publique approche.
En effet, ses membres procèdent actuellement à de nouvelles distributions de tracts dans les boîtes à lettres pour inciter les citoyens à se déplacer afin de donner leur avis sur le projet éolien au cours de l'enquête publique qui aura lieu du 1 octobre au 3 novembre, à la mairie de Mauprévoir.
Des banderoles seront aussi mises en place en différents endroits de la commune et une pétition circule.

https://www.centre-presse.fr/article-627684-mauprevoir-environnement-ne-desarme-pas.html

21/09/18 : Vienne : La Puye, carrefour des énergies renouvelables ?
Trois projets verts s’imaginent sur le territoire podien à plus ou moins long terme : une unité de méthanisation, une ferme solaire et un projet éolien.
La commune de La Puye deviendrait-elle le carrefour des énergies renouvelables ? C’est la question qui se pose aujourd’hui alors que les projets d’une unité de méthanisation, d’une ferme solaire et de l’implantation d’éoliennes s’imaginent sur les terres ou aux proches alentours de la commune. Revue de détails.
Une unité de méthanisation
L’avant-projet prévoyait l’installation de l’unité dans une bande de 100 mètres séparant la maison de retraite et le cimetière sur la route de Paizay-le-Sec. Il a finalement été abandonné, au profit d’une installation à l’entrée du bourg sur la route de Lauthiers. « Un cabinet d’études s’intéresse effectivement à différents gisements dans la région et en tant qu’agriculteur, j’ai moi-même été sollicité, confie Olivier Brossard, 1er adjoint de La Puye. Il permettrait notamment de chauffer la maison de retraite mais à ce jour, il ne s’agit que d’une ébauche de projet, aucun permis n’ayant été déposé. La municipalité a émis des réserves notamment par rapport aux accès qui étaient initialement envisagés via une voie communale. Or, la mairie n’envisage pas de supporter les coûts et l’entretien dus au passage de nombreux transports. »
Une ferme solaire
Évoqué dernièrement en conseil municipal, le projet prévoirait l’installation de panneaux photovoltaïques sur 200 hectares répartis entre les communes de La Puye, Archigny et Saint-Pierre-de-Maillé, sur des terres appartenant à des propriétaires privés. « Là encore, ce ne sont que les balbutiements d’un projet. Dans l’immédiat, les propriétaires ont demandé le déclassement de leurs terrains, ce qui impose de déclencher un nouveau Plan local d’urbanisme (PLU), ce que la municipalité ne souhaite pas, et qui ne pourra se faire qu’au cours du prochain mandat (1). C’est un projet, qui ne pourra éventuellement voir le jour qu’à moyen ou long terme. »
Le projet éolien de La Bussière
Porté par la société Valeco et La Bussière, l’implantation de 6 à 9 éoliennes à l’ouest de la commune, impacterait directement (au moins visuellement, voir notre photo) La Puye. « Cette installation s’explique par les différents schémas éoliens qui privilégient les zones de faible densité de population, ce qui est le cas de notre territoire, reprend Olivier Brossard. Toutefois, face à la totale absence d’informations concernant ce projet bussiérois, le conseil a émis un avis négatif. »
(1) Le PLU deviendra alors intercommunal (PLUI), La Puye ayant intégré Grand Poitiers au 1er janvier 2017.
à chaud
Alors qu’un collectif d’associations (1) s’oppose farouchement depuis près de deux ans au projet éolien de La Bussière, par la voix de son président Francis Picard, l’association podienne Sol’h (Sortir des ornières de l’histoire) n’émet pas de réserve particulière quant au projet de ferme solaire, mais entend mettre en garde sur celui de l’unité de méthanisation. « Avec un trafic estimé de 80 semi-remorques par mois, il est préférable de réfléchir en amont aux aménagements souhaitables à propos de l’itinéraire emprunté par ceux-ci, mais aussi aux nuisances olfactives que ce projet engendrerait, du fait que le centre bourg soit placé sous les vents dominants. »
(1) Regroupant l’Adepa de La Bussière, Sol’h (Sortir des ornières de l’histoire) de La Puye ou encore l’Apeps de Saint-Pierre-de-Maillé.

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/la-puye/la-puye-carrefour-des-energies-renouvelables

20/09/18 : Gironde : Lesparre-Médoc : De Fournas contre le projet éolien
Grégoire de Fournas, conseiller départemental RN du Nord Médoc, fait sa rentrée en dénonçant le projet de parc éolien.
Benoit Simian, le député LREM du Médoc, et Bernard Guiraud, le maire divers gauche de Lesparre, ne sont pas les seuls à vouloir marquer de leur sceau ce que l’on appelle « la rentrée politique ». Après les vacances d’été, l’actualité locale retrouve aussi de son allant. Et la perspective des prochaines élections municipales, qui se dérouleront en 2020, n’est évidemment pas étrangère à cette animation. Grégoire de Fournas, le conseiller départemental RN du canton Nord Médoc, qui avait déjà réuni ses sympathisants samedi 8 septembre à Saint-Germain-d’Esteuil, monte aujourd’hui au « front » sur le dossier du projet de parc éolien à Lesparre.
L’élu RN vient de dévoiler une affiche dont le message est assez clair. « Non aux éoliennes à Lesparre ! ». Pour Grégoire de Fournas, « cette affiche a pour but d’alerter la population locale sur un dossier qui passe des étapes sans que l’on s’en rende compte. On en parle peu. Pour ceux qui sont hostiles à ce type d’implantation, c’est le moment de se mobiliser. Le dossier est entre les mains du préfet ».
Une rencontre avec le maire
Afin de dire son opposition au projet – un parc comprenant douze éoliennes de 220 mètres de haut positionné sur le secteur forestier des Vignes Oudides, au sud de la commune -, Grégoire de Fournas confie avoir rencontré Bernard Guiraud au début de l’été. « Le maire estime que, sur le plan économique et touristique, ce sera bon pour la commune. En ce qui me concerne, je vois des nuisances pour l’habitat, le tourisme. Et je me demande aussi si des retombées financières espérées peuvent justifier que l’on accepte de défigurer un territoire. »
Contacté par « Sud Ouest », Bernard Guiraud confirme cet entretien avec Grégoire de Fournas. Le maire de préciser : « J’ai avancé que ce projet allait aussi être source d’emplois. La société Epsilon devrait être sollicitée pour la fabrication de pièces. Il ne faut pas non plus négliger les retombées financières pour un territoire qui a des projets. Sur le plan esthétique, j’ai pu voir des éoliennes dans d’autres régions perchées sur des reliefs. Il n’y a rien de choquant. »
Pas compatible avec le PNR ?
Enfin, rappelons que dans ce dossier, la commune de Saint-Germain-d’Esteuil, qui était impliquée dans le projet de parc éolien avec Lesparre, avait donné un avis négatif. En juillet 2016, le conseil municipal avait voté non par onze voix contre trois. Les élus avaient notamment évoqué l’atteinte paysagère, l’impact environnemental des socles en béton, ou encore les nuisances acoustiques. La société Valorem, qui conduit le projet, avait alors pris acte en dénonçant « l’influence politique du réseau des chasseurs ».
Pour Grégoire de Fournas, il existe aussi une « incompatibilité » avec le projet de parc naturel régional du Médoc. L‘élu, qui dit avoir étudié les cartes délimitant « les zones de contraintes et de vigilance pour le développement d’équipements éoliens », fait observer que le projet de parc éolien à Lesparre est situé dans un couloir migratoire et au cœur d’une zone de biodiversité avec ses lagunes.
« Je ne comprends pas pourquoi ce point n’a pas été relevé lorsque les élus ont validé la charte du PNR » lance le conseiller départemental. Dans un entretien accordé à « Sud Ouest », le 12 septembre dernier, Aurélie Hocheux, la directrice du Syndicat mixte du Pays Médoc (structure qui accompagne la mise en place du PNR), indiquait que « le projet de PNR du Médoc passera une nouvelle fois devant le Conseil national de protection de la nature (CNPN). Une échéance prévue en décembre. Selon la directrice, il ne devrait s’agir que d’une formalité. La charte ne devrait pas être modifiée ».
Alors que le projet de parc éolien et le projet de PNR du Médoc sont bien avancés, il apparaît peu probable que les cartes puissent avoir échappé à une « synchronisation ». Toutefois, dans un passé assez récent concernant un autre projet éolien engagé sur la commune de Naujac-sur-Mer, l’argument d’un couloir aérien réservé aux avions de chasse avait fait capoter un dossier qui était pourtant proche d’aboutir.
https://www.sudouest.fr/2018/09/20/de-fournas-contre-le-projet-eolien-5406683-2964.php


19/09/18 : Charente-Maritime : Nouvelle fronde contre l’éolien industriel en Aunis
Des riverains s’élèvent contre un nouveau projet d’implantation de 8 éoliennes à Puyrolland, Bernay-Saint-Martin et Breuil-la-Réorte. Trois communes situées près de Surgères. Directement concernée, la maison d’Alain Gauguery, sise au lieu-dit Courdeau à Puyrolland, se trouvera à 500 mètres du premier aérogénérateur. Son propriétaire est inquiet et remet en cause la responsabilité de la municipalité. Ecoutez : en ligne
Alain Gauguery invite les habitants de ces trois communes à remettre leurs cartes d’électeurs à la mairie en signe de mécontentement. Il a également distribué des tracts pour alerter la population qui, selon lui, a manqué d’informations sur un projet déjà bien avancé : écoutez en ligne
Alain Gauguery qui précise que dans le passé, il y a eu beaucoup de moulins dans la région Ouest. Et désormais ce sont les éoliennes. « Toujours une histoire de blé », ironise-t-il, dénonçant la pression des lobbies éoliens sur les petites communes.

http://www.helenefm.com/?p=30675

17/09/18 : Haute-Vienne : Quatre éoliennes: enquête publique à Saint-BarbantUn projet de parc de quatre éoliennes, porté par la société WPD, arrive au stade de l'enquête publique à Saint-Barbant, commune de Haute-Vienne limitrophe d'Asnières-sur-Blour, Luchapt, Mouterre-sur-Blourde, Adriers et voisine de Lathus-Saint-Rémy. L'enquête publique se déroule du 17 septembre au 17 octobre, période au cours de laquelle les habitants sont invités à donner leur avis. Le projet comprend quatre éoliennes
de 180 mètres qui seraient implantées au nord de la commune, près de la limite avec Adriers.
La documentation complète est consultable sur le site internet de la préfecture
de Haute-Vienne.

https://www.centre-presse.fr/article-626739-quatre-eoliennes-enquete-publique-a-saint-barbant.html

16/09/18 : Charente : CELLEFROUIN: SONNETTE D'ALARME DIT NON AU "TROP PLEIN D'ÉOLIENNES"
Sonnette d’alarme, association opposée au parc éolien de Cellefrouin, a réuni environ quatre-vingt personnes samedi. Ils disent non à «trop d’éolien» et invitent à participer à l’enquête publique qui débute le 20 septembre.
Des vents contraires soufflent contre le projet éolien de Cellefrouin, commune de 530 habitants entre Saint-Claud et Mansle. Environ quatre-vingt personnes ont répondu ce samedi à l’appel de l’association Sonnette d’alarme qui depuis 2015 s’oppose à l’implantation de quatre éoliennes de 180 mètres sur la commune de Cellefrouin...

http://www.charentelibre.fr/2018/09/16/cellefrouin-sonnette-d-alarme-dit-non-au-trop-plein-d-eoliennes,3313117.php

13/09/18 : Vienne : Éolien: les opposants font leur rentrée
Réunis la semaine dernière, les Présidents des associations Adepa de La Bussière, Sol'h de La Puye et l'Apeps de Saint-Pierre-de-Maillé, qui luttent contre de nouvelles implantations d'usines éoliennes, font leur rentrée et lancent une campagne d'informations sur le projet de La Bussière et ses impacts sur le triangle d'or historique de la Vienne situé entre « Saint-Savin, Angles sur l'Anglin et Chauvigny ».
Elle est destinée à sensibiliser les habitants du territoire sur toutes les retombées réelles qui en découleraient si ce projet inutile aboutissait: santé, environnement, tourisme, faune...sans oublier la répercussion sur les finances publiques.
Contacts: adepa86@ yahoo.fr ou contact@ sortirdes
ornieresdelhistoire.fr

https://www.centre-presse.fr/article-626212-eolien-les-opposants-font-leur-rentree.html

12/09/18 : Vienne : Éolien : effondrement accidentel d'un mât
Journet
Le conducteur d'une moissonneuse-batteuse a eu la frayeur de sa vie, lundi après-midi, à Journet, lors de la récolte du maïs. Alors qu'il manoeuvrait à proximité d'un mât de mesure du vent, son engin a accroché un des haubans, provoquant la chute de la structure métallique haute de 100 mètres.
« Il n'a rien heureusement mais ce n'est pas passé loin de sa cabine » indiquait hier le propriétaire de la parcelle, tandis que les éléments tordus et brisés du mât gisaient au milieu du maïs non récolté. Aucun service de secours n'avait été prévenu à la suite de l'accident lundi. La gendarmerie a procédé à des constatations sur place hier après-midi. Ce mât de mesure avait été érigé début juin, sur un terrain situé entre Journet et la Trimouille, par la société Voltalia. Elle y envisage la construction d'un parc de six éoliennes.
« C'est un accident malencontreux et peu courant, indiquait-on hier chez Voltalia. Nous sommes en train de nous organiser avec les assurances et les experts. Ce type de mât a une valeur d'environ 60.000 €. Notre objectif est bien sûr de le reconstruire, cet incident ne remet pas en cause le projet. »
Le projet suscite localement une forte opposition, qui s'est traduite notamment par la création d'une association.

https://www.centre-presse.fr/article-625718-eolien-effondrement-accidentel-d-un-mat.html

11/09/18Vienne : une moissonneuse fait tomber un mât de 100 mètres à Journet
A Journet, dans la Vienne, le mât de mesure haut de 100 mètres, érigé dans le cadre d'un projet de parc éolien, s'est effondré lundi après-midi. Une moissonneuse-batteuse a accidentellement heurté un de ses haubans.
Le conducteur d'une moissonneuse-batteuse a eu la frayeur de sa vie, lundi après-midi, à Journet dans la Vienne, alors qu'il récoltait du maïs dans une parcelle où se trouvait un mât de mesure du vent.
Lors d'une manoeuvre en marche arrière, l'engin a accroché un des haubans de la structure métallique, haute de 100 mètres. Elle s'est effondrée et une des sections est tombée près de la cabine. 
Ce mât avait été installé en juin sur ce terrain, situé entre le bourg de Journet et La Trimouille. La société Voltalia envisage d'installer six éoliennes à cet endroit. Le projet rencontre une forte opposition localement, avec la formation d'une association opposée aux éoliennes.
https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/une-moissonneuse-fait-tomber-un-mat-de-100-metres-a-journet

11/09/18 : Vienne : Laurence Carval nouvelle sous-préfète de Montmorillon
Extrait : Le président délégué du Département a aussi parlé des éoliennes « qu’on ne doit pas implanter n’importe où n’importe comment, sous prétexte que notre territoire n’est pas très riche. »
https://www.lanouvellerepublique.fr/montmorillon/laurence-carval-nouvelle-sous-prefete

10/09/18 : Vienne - Montmorillon : Deux associations soutiennent la préfète contre un projet éolien
Dans un communiqué commun, les associations pour la Sauvegarde de la Gartempe et Journet Bocage « apportent leur soutien à la préfète contre le projet d'Eole-Res », qui porte sur l'érection de sept éoliennes au nord de Montmorillon, sur les communes de Montmorillon, Jouhet et Journet.
En juillet 2017, la Préfète avait rejeté la demande d'autorisation unique, considérant les atteintes du projet au patrimoine naturel et architectural.
« Mais la société Eole-RES n'a pas pour autant abandonné son projet,regrettent les associations. Le 20 septembre 2017, elle a saisi le tribunal administratif de Poitiers par une requête demandant l'annulation de l'arrêté de refus de la préfète de la Vienne. »
Les deux associations, qui avaient pris position dès 2016, avec Le Vent Tourne à Jouhet, indiquent avoir « conjointement déposé au tribunal administratif un mémoire d'intervention volontaire pour obtenir le maintien de l'arrêté de refus. »

https://www.centre-presse.fr/article-625163-deux-associations-soutiennent-la-prefete-contre-un-projet-eolien.html

09/09/18 : Charente : BAIGNES : L'ÉOLIEN AU MENU DU CONSEIL MUNICIPAL
Ce vendredi soir, après une pause estivale, à l'invitation du maire Gérard Delétoile, le conseil municipal tient sa séance de rentrée. Le premier magistrat détaille l'arrêté préfectoral du 19 juillet 2018 qui fixe les prescriptions applicables à l'autorisation...
http://www.charentelibre.fr/2018/09/09/baignes-l-eolien-au-menu-du-conseil-municipal,3309466.php

07/09/18À Adriers dans la Vienne, le projet de 3ème parc éolien ne ravit pas les habitants
Les habitants et les élus d'Adriers ne sont pas particulièrement emballés par ce nouveau projet d'éoliennes sur la commune. Ils en ont déjà 10, dont ils sont très contents. Ils estiment que c'est assez.
En 2015, la commune d'Adriers qui compte 730 habitants accueillait ses premières éoliennes. 10 installations plutôt bien accueillies. Mais depuis quelques mois, l'entreprise Volkswind souhaite en installer 10 de plus. Ce secteur du sud de la Vienne est assez peu peuplé, c'est sans doute l'une des raisons de ce choix.
Sauf que les habitants, dans l'ensemble, ne sont pas vraiment emballés. Le conseil municipal non plus. Tous estiment que 10 éoliennes, c'est bien, mais c'est aussi suffisant.
Mais l'entreprise allemande a passé outre le refus du conseil municipal et poursuit son projet. L'enquête publique a d'ailleurs rendu un avis favorable.
Mais le maire ne veut pas s'arrêter là, il en appelle maintenant à la préfète du département. La société Volkswind que nous avons sollicitée n'a pas souhaité nous répondre.
Reportage de François Bombard, Thomas Chapuzot et Nicolas colombeau. Intervenants : Philippe Rose, Maire d'Adriers. Jean Mesmin, agriculteur retraité à Adriers. Jean-Louis Bringer, président du réseau radioamateur 86.
https://youtu.be/pnKuRUz8yg4
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/poitiers/adriers-vienne-projet-3eme-parc-eolien-ne-ravit-pas-habitants-1537206.html

06/09/18 : Charente : LE CONSEIL MUNICIPAL FAIT SA RENTRÉE EN EXAMINANT PLUSIEURS DOSSIERS
Extrait. Parc éolien de Cellefrouin. Les élus ont donné leur aval pour l'implantation d'un parc éolien sur la commune de Cellefrouin (3 voix contre V. Denis, M. Terrade, F. Point)
http://www.charentelibre.fr/2018/09/06/le-conseil-municipal-fait-sa-rentree-en-examinant-plusieurs-dossiers,3308443.php

06/09/18 : Charente : LES ÉOLIENNES AU CŒUR DU DÉBAT À FEUILLADE ET SOUFFRIGNAC
L’enquête publique sur la ferme éolienne de Feuillade et Souffrignac débute jeudi 20 septembre. Une étape décisive après des premières réunions houleuses.
Patrice Lamant, le commissaire-enquêteur chargé de mener l’enquête publique sur la ferme éolienne de Feuillade et Souffrignac, risque de se faire souffler dans les bronches à partir du jeudi 20 septembre.
Initié en 2011, le projet d’édification de trois éoliennes en arrive enfin au stade de l’enquête publique. Abo Wind, la société allemande porteuse du parc, veut installer deux...

05/09/18 : Vienne : "De Rugy à l'écologie, le nucléaire c'est fini !"
Alain Fouché, Sénateur de la Vienne et Vice-président de la commission du développement durable, se dit «très inquiet de la nomination de l'ex-écologiste Francois de Rugy, très hostile à la filière nucléaire, en remplacement de Nicolas Hulot. Ses propos agressifs récents à l'égard du PDG d'EDF au sujet de l'avenir énergétique de notre pays sont graves. La France doit travailler sur des énergies nouvelles sans défigurer le paysage et pas à n'importe quel prix, mais elle ne peut se passer du nucléaire, qui reste une énergie propre et garante de notre indépendance énergétique.»
https://www.centre-presse.fr/article-624202-de-rugy-a-l-ecologie-le-nucleaire-c-est-fini.html

02/09/18 : Haute-Saintonge : 




02/09/18 : Vienne : Millac : Quatre éoliennes, peut-être huit
Une enquête publique débutera à Millac le 8 octobre concernant l'implantation de quatre éoliennes au lieu-dit la Croix de la Mérotte. Ce projet, présenté SAS Millac Énergie (JP2E et Sergies), est « complémentaire » du parc de la Croix de Chalais, pour lequel la même société a déjà obtenu l'autorisation de la préfecture le 19 février.
« Il n'y a pas eu de recours contre cette décision, mais nous ne savons pas quand les travaux vont commencer, tout cela prend beaucoup de temps, indiquait cette semaine le maire Danielle Maytraud, ce projet remonte à 2013, le conseil municipal y est favorable. »
Le parc autorisé à la Croix de Chalais comprendra quatre éoliennes hautes de 180 m (en bout de pale). L'exploitant devra prendre des mesures pour limiter son impact sur les oiseaux et les chauves-souris ainsi que les nuisances sonores. Le projet voisin de la Croix de la Mérotte concerne une zone située à la pointe nord est de la commune de Millac, entre l'Isle-Jourdain et Mouterre-sur-Blourde, qui avait été classée favorable dans le Schéma régional éolien. Il prévoit quatre éoliennes de 180 m « pourvues de "peignes" sur les bords de fuite des pales afin de réduire le bruit aérodynamique », précise le résumé non technique de l'étude d'impact, disponible sur le site internet de la préfecture. Les promoteurs tablent sur une production annuelle de 27.520 MWh, « la consommation domestique de 8.600 personnes hors chauffage et production d'eau chaude. »
Les habitants sont appelés à donner leur avis du 8 octobre au 9 novembre en mairie ou par courriel à l'adresse pref-enquetes-publiques@ vienne.gouv.fr.

https://www.centre-presse.fr/article-623509-quatre-eoliennes-peut-etre-huit.html

31/08/18 : Haute-Vienne : Les oppositions au projet d’éoliennes autour du lac de Saint-Pardoux se multiplient
Un projet encore à l'étude prévoirait d'implanter des éoliennes autour du Lac de Saint-Pardoux. Aucune décision n'a encore été prise des voix commencent à s'élever. Une association opposée au parc éolien compte déjà 150 adhérents et des banderoles ont été installées autour du site.
La contestation se fait de plus en plus forte autour du projet de parc éolien dont une partie serait implantée au lac de Saint-Pardoux. Il prévoit d'installer une quinzaine d'éoliennes sur les communes de Roussac, Saint Symphorien sur Couze et de Saint Pardoux.
Les dispositifs permettraient aux mairies d'avoir une rentrée financière importante. Ce que conteste l'association ALTESSE87 mobilisée contre le projet. "Les revenus effectivement touchés par les communes sont environ quatre fois moindre que ce qu'annoncent les promoteurs éoliens", affirme Vincent Malige, son président.
Des photomontages réalisés par une association
Pour défendre leur point de vue, l'association ALTESSE87 a réalisé une série de photomontages où l'on voit les éoliennes dans le paysage du lac de Saint-Pardoux. Cette association compte déjà 150 adhérents tous opposés à l'idée de voir apparaître des mâts de 180 mètres de haut.
Derrière la contestation, une menace pour le tourisme selon Vincent Malige. "On est sur une région qui a besoin absolument du tourisme pour vivre, qui est tout doucement en train de se reconstruire", explique-t-il.
Dégradations et banderoles 
La colère se transforme parfois en actes de vandalisme. Les tourelles de 90 mètres de haut, qui devaient servir à effectuer les mesures pour les futures éoliennes, ont été endommagées par les opposants. Des banderoles et des inscriptions ont fleuri un peu partout autour du lac. "Non aux éoliennes" taggé sur les routes et sur une banderole géante accrochée sur des bottes de foin empilées.
"Sur 10 jours, les éoliennes tournent et produisent de l'électricité pendant deux jours. Et le reste du temps, on est amené à démarrer des centrales pour faire le petit complément assure", Jean-Marc Legay, maire (PS) de Razes, lui aussi fermement opposé au projet.
Toujours à l'étude, l'idée de voir apparaître des éoliennes dans le ciel de Saint-Pardoux commence de plus en plus à faire sa place mais rien n'a encore été formellement décidé.

https://youtu.be/QZC_Q4TiK1c


31/08/18 : Vienne : Adriers, pionnière échaudée de l'éolien
La commune d'Adriers a été pionnière de l'éolien dans le Montmorillonnais. Elle est particulièrement bien placée puisque c'est sur son territoire que se trouve le point culminant du département, 231 m. Dix éoliennes réparties en deux parcs y ont été mises en service en 2016, après plus de dix ans de gestation, à la grande satisfaction des élus.
Mais l'enthousiasme est retombé depuis: « Nous ne sommes pas contre l'éolien, prévient le maire Philippe Rose, nous ne regrettons pas la construction des deux premiers parcs, mais nous souhaitons attendre d'avoir un retour complet sur leurs effets avant d'en construire un troisième. D'autant que les futures éoliennes feraient 180 m, 30 m de plus que les premières. Nous avons une très forte mortalité de chauves-souris au pied de certaines éoliennes, qui ont dû être bridées. Beaucoup de haies ont par ailleurs été arrachées dans le secteur où Volkswind veut construire le nouveau parc. Nous souhaitons donc attendre. D'autres promoteurs éoliens qui nous avaient sollicités ont respecté notre voeu. Volkswind, en revanche, est passé en force et nous l'avons en travers de la gorge. »


31/08/18 : Vienne : Adriers : soutien ministériel aux éoliennes de la discorde
Adriers compte déjà dix éoliennes. La commune souhaite attendre quelques années avant d’envisager un nouveau parc. Mais la société Volkswind avance plus rapidement.
Adriers. Le projet controversé de parc éolien reçoit un avis favorable du commissaire enquêteur. Le ministère de l’Écologie pèse dans la balance.
En conflit ouvert avec les élus d’Adriers sur l’implantation d’un parc de dix éoliennes, ce serait le troisième dans la commune qui compte déjà dix aérogénérateurs, la société Volkswind vient de marquer un point : le commissaire enquêteur a rendu un avis favorable au projet, à l’issue de l’enquête publique.
« C’est une très mauvaise surprise, fulmine le maire Philippe Rose. Une très large majorité des habitants était contre : 27 sur 29 avis. Les deux favorables étant les propriétaires des terrains, dont un n’habite pas ici. Tous les autres avis favorables émanent de personnes ou d’entreprises qui ont un intérêt à trouver, comme un fabricant de ciment de Loire-Atlantique ! A quoi sert une enquête publique si on ne tient pas compte des avis des habitants et des élus locaux ? »
Contradiction avec la charte éthique

Dans son rapport, le commissaire enquêteur mentionne 47 avis favorables et 62 défavorables, estimant cependant que « la consultation publique […] n’a pas suscité de réelle dynamique d’opposition. »
Les représentants de Volkswind n’étant pas les bienvenus à la mairie d’Adriers, le commissaire enquêteur les a rencontrés « dans les locaux d’une commune voisine », constatant la « situation d’incompréhension et de blocage avec les élus ».
La charte éthique de France énergie éolienne, association professionnelle à laquelle adhère Volkswind,« engage » ses membres, « à concevoir, construire et exploiter [leurs] parcs éoliens en concertation avec l’ensemble des acteurs locaux concernés […] : élus, administrations, associations, […], etc. » (1) Le commissaire enquêteur relève bien la contradiction dans le cas d’Adriers mais estime que « cette préconisation » « n’est pas rédhibitoire pour élaborer et conduire les projets privés. »
Avantage financier du ministère de l’Écologie

Un élément pèse bien plus lourdement en faveur du parc de Tageau : il a été retenu, en février, parmi 22 lauréats d’un appel d’offre du ministère de la Transition écologique et solidaire pour le développement de l’éolien terrestre.
Le futur parc d’Adriers, s’il voit le jour (2), se verra attribuer « un contrat de complément de rémunération d’une durée de vingt ans. » On comprend mieux pourquoi la société Volkswind refuse d’abandonner ce projet, en terrain hostile certes, mais dont la rentabilité apparaît garantie par l’État.
Nous avons sollicité hier les responsables de l’agence Volkswind de Limoges : ils ne « souhaitent pas communiquer pendant la période d’instruction du projet ».
“ On ne veut aucun contact ”
A Adriers, on ne souhaite pas non plus communiquer avec Volkswind : « Nous refusons tous leurs courriers recommandés, indique Philippe Rose. La semaine dernière, ils nous ont envoyé un huissier de justice déposer une demande pour l’installation d’un mât de mesure. Il est reparti avec. Ils peuvent nous envoyer la garde républicaine ou une compagnie de CRS si ça leur chante ! On ne veut aucun contact avec eux. Je perds un temps fou avec cette affaire, je préférerais le passer à trouver un nouveau boulanger. Les habitants sont derrière nous, c’est notre force. Mais si nous, élus, ne pouvons plus rien, je rends mon tablier. »
(1) Texte complet sur le site www.fee.asso.fr. (2) La décision préfectorale est attendue dans les prochains mois.


23/08/18 : Vienne : Loudun : Éolien: le point sur les projets avec l'association Para Vent
Où en sont les dossiers d'éoliennes sur le Loudunais? Le point avec Para Vent, une nouvelle association de La Grimaudière créée par des habitants.

Une nouvelle association est née à La Grimaudière: Para Vent. « Elle n'a d'autres soucis que d'avertir les gens sur les inconvénients que peut apporter la construction d'éoliennes sur le territoire, en particulier sur la commune », explique sa présidente, Lydie Moine, également conseillère municipale. Elle est farouchement opposée à l'arrivée d'éoliennes sur la commune. « Pour l'instant rien n'est fait », avait affirmé le maire, Claude Sergent, en décembre, puis en janvier lors des voeux à la population.
Mais l'association veut des garanties et une réunion publique si les choses devaient aller plus loin. L'objet de l'association est la protection de l'environnement et du patrimoine bâti ou non, la défense du cadre de vie et de la sécurité des habitants et évidemment de « lutter contre tout projet d'installation nuisible, susceptible d'impacter la qualité de vie, voire la santé des riverains et contre la dépréciation du patrimoine immobilier ».
Plusieurs sociétés ont démarché
Elle veut en complément s'assurer qu'un dialogue existe entre les élus, les habitants et les différents acteurs potentiels. « Il faut impérativement favoriser l'échange d'informations en cas de projet, éolien ou autre, ayant un impact environnemental ».
Plusieurs sociétés sont intervenues sur le secteur (ex-canton) de Moncontour (Valorem, Eurocap Energie) pour solliciter l'accord des communes sur la mise en place d'une étude puisqu'il faut l'accord du conseil municipal avant toute chose.
À ce jour, Moncontour a voté non pour l'étude; Mazeuil n'a pas été sollicitée; La Chaussée et La Grimaudière ont été approchées mais n'ont pas encore mis en délibération; les communes d'Angliers, Aulnay, Craon, Martaizé et Saint-Jean-de-Sauves ont accepté d'engager l'étude.
Cette étude peut durer plusieurs années. Des démarches sur le foncier auprès des propriétaires sont en cours pour certaines communes ayant accepté l'étude. Des appareils de mesure du vent vont être installés.
Il faut noter que la DRAC (Direction régionale des Affaires culturelles) aura aussi son mot à dire. Certaines communes sont également situées en zones protégées au niveau environnemental, faune et flore, notamment avec l'outarde canepetière (certaines communes sont en zone Zico ou Znief); l'hélistation de La Chaussée - répertoriée par la DGAC (Direction générale de l'aviation civile) pourrait également peser dans la balance.
ils ont dit
> Le président du Département, Bruno Belin, lors de sa visite
à La Grimaudière en juillet, a rappelé sa position: « Je ne suis pas contre les éoliennes mais pas dans n'importe quelles conditions. »
> Joël Dazas, président de la communauté de communes du Pays loudunais (CCPL), a déjà été interpellé. La fiscalité unique implique que les revenus d'une implantation reviendraient à la CCPL. « Le sujet des énergies renouvelables est important et sera débattu en conseil communautaire, de même que la décision de redonner ou non un pourcentage aux communes. Cela mérite une grande réflexion et ça se fera dans les mois à venir. »


22/08/18Le Top 6 des investissements industriels en Nouvelle-Aquitaine au premier semestre 2018Extrait : 😠Quadran Groupe Direct Energie - 23 millions pour le premier parc éolien de Haute-Vienne
Initié en 2010 par les élus de la communauté de communes du Lussacois, le projet aura mis sept ans pour aboutir avec une mise en service fin 2017 par Quadran Groupe Direct Energie dont le siège social est à Béziers (Hérault). "Trois recours en contentieux ont mis en sommeil le projet à partir de 2011, explique Laurent Albuisson, directeur régional de Quadran. Les études de construction ont démarré en 2016 pour aboutir à mise en service en fin d'année. Le parc éolien va dégager un chiffre d'affaires annuel de trois millions d'euros." Erigées à Lussac-les-Eglises (Haute-Vienne), au nord de la Haute-Vienne, ces six éoliennes qui développent une puissance de 18 MW ont nécessité un investissement de 23 millions d'euros.

22/08/18 : Deux-Sèvres : Eolien : financement participatif à Londigny-Montalembert😡
BayWa r.e. France lancera, le 27 août prochain, un financement participatif pour le développement du projet éolien de Londigny-Montalembert, situé sur les communes éponymes situées respectivement en Charente et dans les Deux-Sèvres. Cette opération sera réservée aux habitants de la Nouvelle-Aquitaine, qui pourront financer ce projet jusqu’à 50.000 euros et bénéficier de conditions préférentielles. L’opération sera en ligne pendant trente et un jours sur www.lendosphere.com/londigny-montalembert
Pour accompagner le lancement de cette opération et informer les riverains du projet, plusieurs permanences d’information sont organisées : jeudi 23 août et mardi 25 septembre de 15 h à 19 h, mairie de Montalembert ; mercredi 29 août et mercredi 26 septembre de 15 h à 19 h, mairie de Londigny.
https://www.lanouvellerepublique.fr/deux-sevres/eolien-financement-participatif-a-londigny-montalembert

20/08/18 : Vienne : A SAVIGNY-L’EVESCAULT, ON NE VEUT PAS D’ÉOLIENNES
Un vent de contestation monte à Savigny-L’Evescault contre le projet d’implantation d’un parc éolien. La phase d’études est toujours en cours, mais l’association « Savigny vent debout » fourbit ses armes. A la manœuvre, Sergies se veut rassurant.
Mi-juillet, le Sénat a examiné deux amendements déposés par Alain Fouché. Le premier vise à faire en sorte que la distance minimale entre éoliennes et habitations passe de 500m à 1km. Le second vise à interdire les mâts dans un rayon de 10km autour d’un monument historique ou d’un site protégé(*). « Sachant que dans la Vienne, vous avez des monuments historiques partout, cela reviendrait à abandonner tous les projets », coupe Emmanuel Julien, directeur de Sergies. La filiale d’Energies Vienne exploite aujourd’hui quatre parcs au Rochereau, à Lusignan, La Chapelle-Montreuil et dans le Civraisien. Un cinquième sera mis en service « fin 2018 » à Chaunay. Au-delà, cinq projets sont à l’étude à des stades plus ou moins avancés, dont l’un à Savigny-L’Evescault, près de Mignaloux-Beauvoir. Et dans cette commune de 1 200 habitants, l’émergence de quatre à cinq mâts de«150 à 160m » -2 à 3MW chacune- passe mal, très mal même.
Une association baptisée « Savigny vent debout » a vu le jour mi-juin et compte 230 membres. « Notre pétition papier a réuni 550 signatures », revendiquent Laurent Blot, Jean- Pierre Rivaux et Freddy Geffard, à l’origine de la contestation. Ils redoutent en vrac « une perte de valeur sur l’immobilier », des « nuisances sonores et visuelles »... En outre, les Savignois dénoncent le manque de transparence du maire, Guy Andrault. Son conseil municipal a pourtant donné son feu vert, fin 2015, pour autoriser des études. Grand Poitiers lui a emboîté le pas en septembre 2017.
« Que ce soit chez le voisin... »
«Je comprends les craintes,embraie Emmanuel Julien, mais les études ont justement vocation à répondre à toutes les questions. Nous ne portons aucun projet sans le soutien des collectivités locales. Dans le cas de Savigny-L’Evescault, nous comptons aller au-delà de la réglementation, en installant les éoliennes à 600 voire 700m des premières habitations... » Le bureau d’études Epuron doit rendre une copie finalisée à la fin du second semestre 2018. D’ici là, les opposants annoncent une mobilisation qui ira crescendo. « Les six mois à venir seront cruciaux ! » Ils ont créé un blog intitulé savignyventdebout.blogspot.com et veulent absolument obtenir une entrevue avec l’ensemble du conseil municipal.
Par le passé, d’autres projets -à Saint-Julien-l’Ars- ont provoqué des levées de boucliers, jusque sur le terrain juridique. Il faut ainsi en moyenne « une dizaine d’années » (Emmanuel Julien) pour qu’un parc sorte de terre, entre les premières études et la mise en service. « Dont trois à quatre années liées aux recours, prolonge le patron de Sergies. Les énergies renouvelables, tout le monde est d’accord sur le papier. Après, les gens veulent surtout que ce soit chez le voisin... »
(*) Amendements déposés dans le cadre de l’examen de la loi sur l’Evolution du logement, de l’aménagement et du numérique (Elan).