Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

Bretagne (IV) (du 03/07/2019 au ... )

Bretagne


Voir les articles précédents sur "Bretagne" (I)(II) et (III)


11/10/19 : Finistère : Lannéanou. Un nouveau projet de parc éolien se profile
La maire, Michèle Beuzit, a informé le conseil municipal sur un nouveau projet éolien. Il s’agirait de trois éoliennes dont le lieu d’implantation se situe dans le secteur de Grand Hugen et Quistillic. C’est la société BayWa r.e, entreprise spécialisée dans les énergies renouvelables, qui est porteuse du projet.
Des premières études de faisabilité ont été effectuées. Pour les poursuivre et développer le projet, l’avis du conseil municipal est demandé. Les élus se sont penchés sur le projet, lequel n’est pas le premier à être proposé. En 2015, cinq éoliennes ont été installées à Kermadeen, par la société Quadran, de part et d’autre de la voie communale qui mène à Plouigneau.
Pour ce nouveau projet, l’emplacement pourrait éventuellement poser problème. Le site retenu se trouve en zone Natura 2 000 des Monts d’Arrée. Lors du vote à main levée, trois conseillers ont choisi l’abstention, deux ont voté « contre l’implantation dans la zone concernée » et quatre ont approuvé le projet.
Michèle Beuzit a précisé que « les retombées économiques génèrent des produits de fiscalité ». Pour la commune cela se concrétise par la taxe foncière sur les propriétés privées. Le maire informe également « qu’un nouveau dispositif permet à la commune de bénéficier du versement de la répartition IFER, imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux, à hauteur de 25 % ». Le Département et Morlaix communauté recevront également des contributions. Une réunion dont la date reste à fixer est prévue prochainement entre les élus et l’entreprise BayWa r.e. Pour l’heure, les études se poursuivent.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/lanneanou-29640/lanneanou-un-nouveau-projet-de-parc-eolien-se-profile-6560107

11/10/19 : Côtes d'Armor : Saint-Mayeux. Le conseil municipal en bref

Extrait : Enquête publique parc éolien de Kerrouault
Deux personnes impliquées dans le projet n’ont pas participé pas au vote. (Édith Tilly et Élodie Boscher). Le reste du conseil vote favorablement à l’unanimité
https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-mayeux-22320/saint-mayeux-le-conseil-municipal-en-bref-6558553


10/10/19 : Ille -et-Vilaine : Pléchâtel. Le conseil municipal rejette le projet éolien
Extrait :
Lundi soir, les élus de Pléchâtel, au sud de Rennes, ont voté une motion de refus pour dire « non » à l’implantation de nouvelles éoliennes. 

Inscrit à l’ordre du jour lors de l’assemblée municipale, le projet d’implantation de trois ou quatre nouvelles éoliennes dans la commune n’a pas enchanté la grande majorité des dix-neuf élus municipaux présents.
En effet, une étude de faisabilité est actuellement engagée par la société privée Salvéo, sur la ligne de crête entre la Faroulais et Saint-Saturnin.
Cette initiative « isolée, sans information préalable » est « une affaire privée, dont le permis sera accordé directement par le préfet, si l’étude est favorable », informe le maire Éric Bourasseau.
Quatre éoliennes
Pour rappel, Pléchâtel possède déjà quatre éoliennes, d’une hauteur de 100 mètres. Si le projet se réalisait, ces éoliennes nouvelle génération culmineraient à 180-220 mètres de hauteur ! Toutefois, pour que ce projet soit validé, « l’étude devra apporter des réponses positives à de nombreux points, comme celui d’obtenir l’accord de dégrader le paysage d’un site naturel classé comme celui du Tertre Gris ! », avertit d’emblée, le maire.
Après évocation de nombreuses considérations « saturation du paysage avec trois à quatre éoliennes supplémentaires ; gigantisme des nouvelles générations d’éoliennes ; proximité des villages ; perte des valeurs immobilières… », et proposition au vote, un avis défavorable a donc été voté, à la quasi-unanimité, contre le nouveau projet éolien.
« Il n’est pas envisageable de diviser nos concitoyens et d’aller à l’encontre du bien vivre ensemble », conclut Éric Bourasseau.

08/10/19 : Côtes d'Armor : 70 000 euros récoltés en 10 jours auprès des habitants pour un parc éolien près de Dinan
Une campagne de financement participatif pour un parc éolien sur la commune de Trédias a été bouclé en 10 jours. 70 000 euros ont été récoltés. Explications.
Lancée il y a seulement 10 jours sur la plateforme Lendosphère, la campagne de financement participatif visant à accompagner un projet d’installation de trois éoliennes sur la commune de Trédias, entre Dinan et Lamballe, a été bouclée en un temps record.
70 000 euros récoltés en 10 jours
Le plafond initial, fixé à 50 000 euros, a été débloqué à 70 000 euros tant la demande des particuliers désirant participer à la campagne a dépassé les espérances.
Bloqué par un recours
Développé par la société Valorem pour le compte de la multinationale BayWa r.e., spécialisée dans les énergies renouvelables, ce projet de petit parc éolien a obtenu une autorisation préfectorale en 2017, mais il est aujourd’hui bloqué par un recours.
Ce qui ne va pas empêcher les particuliers ayant participé à cette campagne de financement de retrouver leurs petits, comme l’explique Sébastien Kerbart, chef de projet chez Valorem.
"L’argent récolté ne va pas servir directement à la construction du parc, dont le coût est estimé entre 9 et 10 millions d’euros. L’idée est de permettre aux riverains de bénéficier des retombées du projet, même avant qu’il ne voit le jour ".
Ainsi, chacune des 49 personnes ayant participé à la campagne de financement va récupérer, sur 2 ans à partir de 2020, un intérêt de 5,5 à 6% des sommes qu’elle a investi, comprises entre 50 et 3000 euros.
Le taux annuel de 5,5% est réservé aux habitants des Côtes d’Armor, et celui de 6% aux personnes davantage concernées par l’impact du projet, résidant sur les agglomérations de Dinan ou de Lamballe Terre et Mer.
Ce mode de participation pour le moins original permet ainsi d’impliquer les habitants dans le projet, sans qu’ils soient dépendants de sa réalisation.
Le projet de Trédias
Ce projet de parc éolien de Trédias a obtenu son arrêté d’autorisation unique en 2017. Un recours ayant été déposé, une audience devant le tribunal administratif est attendue pour trancher sur son avenir.
SI le parc voit le jour, les 3 éoliennes produiront 16.800 MWh d’électricité par an, soit l’équivalent de la consommation d’environ 6.000 foyers (hors chauffage et eau chaude électrique).
« Si cette quantité d’électricité était produite par des centrales à combustible fossile comme le gaz, elle émettrait plus de 7.730 tonnes de CO2 dans l’atmosphère (source RTE) », indiquent les porteurs du projet.
85% de l’électricité en Bretagne est importée
Ce parc participera ainsi à la réalisation des objectifs fixés dans le pacte électrique breton.
Signé en 2010 par les acteurs régionaux de l’énergie, il vise à réduire la dépendance énergétique de la Bretagne qui importe encore 85% de son électricité. Ce pacte s’organise autour de 3 axes : la maîtrise de la demande en électricité, le développement des énergies renouvelables et la sécurisation de l’approvisionnement électrique.
https://actu.fr/bretagne/tredias_22348/70-000-euros-recoltes-10-jours-aupres-habitants-un-parc-eolien-pres-dinan_28259666.html


06/10/19 : Finistère : Lannéanou : Conseil municipal. Un nouveau parc éolien ?

Extrait : 
Jeudi 3 octobre, le conseil municipal s’est réuni autour de Michèle Beuzit, afin de traiter différents sujets.
La société Bay Wa.r.e a fait une étude concernant l’implantation de trois éoliennes dans la commune, au niveau de Grand Hugen et Quistillic. Le site retenu se trouve dans une zone Natura 200, près de la voie romaine et dans le Parc d’Armorique. La société concernée souhaiterait rencontrer les élus et les conseillers afin de développer et d’expliquer son projet. Quatre votes pour, trois abstentions et deux contre l’implantation dans la zone concernée. Le maire précise que les indemnités sont reversées à Morlaix communauté, mais qu’un nouveau dispositif permettrait à la commune d’en bénéficier à hauteur de 25 %, avec effet rétroactif. Cinq éoliennes ont déjà été installées par le groupe Quadran dans le secteur de Kerlosser-La Boissière-Kermadéen.

06/10/19Ille-et-Vilaine : Pays de Vitré. Un projet éolien souffle à Châtillon-en-Vendelais
Un projet de parc éolien est en train devoir le jour aux confins des communes de Châtillon-en--Vendelais, Princé et Montautour. Un projet conduit par Vitré Communauté.
Le projet de création d’un parc éolien au lieu-dit Harault, aux confins des communes de Châtillon-en--Vendelais, Princé et Montautour, conduit par Vitré Communauté et l’entreprise privée Vol-V, est entré dans sa phase d’études en début d’année.
Le mât, implanté sur la zone choisie et destiné à « mesurer le vent », vient d’être démonté. Les données enregistrées sont en cours d’analyse. De même, les résultats des études écologiques, paysagères, acoustiques seront connus dans les prochaines semaines.
Un géobiologue a été mandaté. Son rôle est de repérer les zones de failles telluriques éventuellement présentes sur le site. Si cette recherche ne fait pas partie des obligations imposées aux promoteurs de parcs éoliens, les retours d’expérience montrent que la présence d’éoliennes à proximité d’une faille peut amplifier les émissions d’ondes électromagnétiques naturelles.
À l’issue de ces études, il sera alors possible de définir la configuration du parc éolien et de rédiger le dossier de demande d’autorisation auprès des pouvoirs publics. Le souhait des élus du territoire est de permettre aux riverains et des habitants des communes concernées d’intégrer, à terme, la société qui exploitera le parc aux côtés de la société Vol-V et des collectivités.
C’est pour en débattre qu’une réunion est organisée mardi 22 octobre, à 20 h 30 à Chatillon-en Vendelais, salle annexe de la mairie.
https://redon.maville.com/actu/actudet_-pays-de-vitre.-un-projet-eolien-souffle-a-chatillon-en-vendelais_54135-3862113_actu.Htm


05/10/19 : Morbihan : Crédin. Les projets de déchetterie et d’éolienne validés
Extrait : Projet éolien par la société Eolfi
La société Eolfi projette d’installer 3 éoliennes à Réguiny et une dans le secteur du Teil, à Crédin. Le conseil, favorable au projet, autorise la société...


04/10/19 : Morbihan : Crédin : Conseil municipal
Extrait : Les élus ont donné un avis favorable au plan de la future déchetterie, au projet d’une éolienne sur la commune de Crédin.
https://www.letelegramme.fr/morbihan/credin/conseil-municipal-le-projet-de-la-nouvelle-salle-des-fetes-valide-04-10-2019-12399864.php

04/10/19 : Côtes-d'Armor : Boquého : Conseil municipal. Deux entreprises en concurrence pour implanter d’autres éoliennes

Le conseil municipal qui s’est tenu le mercredi 2 octobre a été consacré quasi exclusivement à l’audition de représentants de deux entreprises souhaitant implanter des éoliennes supplémentaires sur Boquého. Chacune a eu 45 minutes pour présenter son projet, à commencer par « JP énergie environnement ». Issue du groupe familial caennais Nass, cette entreprise s’est développée sur tout le territoire français au fil de ses 15 ans d’expérience. Elle dispose d’une agence à Nantes d’où sont venus Théo Bouckaert et Louis Gachenot, tous deux chefs de projets.
Après avoir vanté entre autres la qualité de ses matériaux, les représentants ont dit leur souci d’associer systématiquement les riverains aux projets éoliens (73 éoliennes à leur actif) et de leur faire surtout profiter de retombées sonnantes et trébuchantes en leur permettant de devenir « éco-épargnants » avec des taux d’intérêt de 4 à 6 %.
En lisière du Bois Meur
Il s’agirait d’implanter trois « et peut-être quatre machines » en lisière du Bois Meur. Les techniciens ont évoqué les contraintes aéronautiques à respecter (hauteur de pale limitée en raison de l’aérodrome), mais aussi environnementales (avec des pales qui devraient aussi épargner les chauves-souris). Ils ont également indiqué que l’implantation de trois éoliennes produisant 3 MW chacune par an pourrait générer un revenu annuel de 57 529 € pour la commune, un montant qui a laissé l’assemblée quelque peu dubitative.
Même une centrale solaire
Concernant l’autre société - EDP renewables - (200 machines en fonction) celle-ci a de nombreux tours de pales d’avance car elle a déjà implanté quatre éoliennes sur le Marc’halla. Elle souhaiterait une cinquième et trois autres (« peut-être quatre ») dans le secteur convoité par leurs concurrents. À cela s’ajouterait même une « centrale solaire » constituée de panneaux au sol. Si cette société a l’avantage d’avoir déjà implanté quatre éoliennes, une adjointe à la mairie habitant non loin d’elles ne voudrait pas avoir les oreilles bercées par une cinquième. « Il y a des jours où cela est très gênant. Au bout de deux ans, on ne s’y habitue pas », confie-t-elle. Éric L’Hotelier, un des représentants à l’origine de la première implantation, indique : « C’est quelque chose qui nous a toujours préoccupés. On y travaille ». Les éoliennes pourraient être inaugurées en septembre 2025 pour EDP. Même laps de temps minimum pour « JP énergie », « mais plutôt sept ans ». La réflexion des élus est en cours.

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/boqueho/conseil-municipal-deux-entreprises-en-concurrence-pour-implanter-d-autres-eoliennes-04-10-2019-12399940.php 

03/10/19 : Côtes d'Armor : Corlay. Le conseil municipal en bref
Extrait : Enquêtes publiques
L’assemblée donne un avis favorable au projet d’implantation de cinq éoliennes dans les communes de Saint-Mayeux et Saint-Gilles-Vieux-Marché ainsi qu’au projet de l’EARL de Poulglas, à Canihuel, pour l’extension d’un élevage avicole

https://www.ouest-france.fr/bretagne/corlay-22320/corlay-le-conseil-municipal-en-bref-6547849

01/10/19 : Côtes d'Armor : Corlay : conseil municipal
Extrait : Projet éolien : avis favorables. Deux enquêtes publiques sont actuellement ouvertes. La première concerne un projet de cinq éoliennes et un poste de livraison, dans les communes de Saint-Mayeux et de Saint-Gilles-Vieux-Marché.
 La seconde est relative au projet d’extension d’élevage avicole à Poulglas, à Canihuel. Le conseil, après en avoir débattu, a donné un avis favorable aux deux dossiers.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/corlay/conseil-municipal-travaux-a-l-eglise-les-marches-attribues-01-10-2019-12397577.php


01/10/19 : Ille -et-Vilaine : Rennes. L’éolien offshore, un débouché pour les entreprises régionales 😏
Cent-vingt entreprises bretonnes sont venues rencontrer les sept porteurs de projets de parcs éoliens offshore français, mardi, à Rennes. Cette meilleure connaissance des projets et besoins en sous-traitance leur permettra de prendre part à la filière naissante.
Un jour peut-être la France pourra se targuer d’être l’un des leaders mondiaux dans l’éolien offshore. Mais ce n’est pas pour demain car le pays part de zéro. Et les choses se construisent à tout petits pas. Il y a quinze jours, la société Ailes marines chargée de la construction du parc éolien offshore de Saint-Brieuc a redonné espoir à la future filière. Mi-septembre, elle a annoncé qu’elle confiait la construction des fondations des 62 éoliennes à Navantia. Pour cela, le groupe public espagnol créera une unité d’assemblage sur le polder de Brest. « Nous ne démarrerons la construction des jackets à trois pieds qu’en juillet août 2020, pour une mise en service du parc de Saint-Brieuc en 2023. Avant, nous devons installer le site et préparer le polder », a expliqué Antonio Sanchez, directeur de Navantia.

Nouvelle filière
« Tout cela prend du temps et coûte beaucoup d’argent, a ajouté Antonio Sanchez. Nous sommes en train de créer une nouvelle filière industrielle. Nous recherchons en ce moment des sous-traitants qui ont des compétences en métallurgie, en soudure. » Afin de faciliter la prise de contacts, ce mardi, l’association Bretagne Océan Power a réuni à la Chambre de commerce et d’industrie de Rennes, les sept porteurs de projets français d’éolien offshore (Saint-Brieuc, îles d’Yeu-Noirmoutier, Dieppe-Le Tréport, Saint-Nazaire, Fécamp, Courseulles, Dunkerque) et 120 entreprises bretonnes.

Objectif : comprendre les besoins industriels des donneurs d’ordre afin de pouvoir devenir à terme des sous-traitants qualifiés. « Pour ces entreprises, cela peut-être l’occasion de se positionner sur le futur marché français de l’éolien offshore mais aussi pourquoi pas, d’accéder à des marchés plus matures comme ceux d’Espagne, d’Angleterre ou ailleurs », a expliqué Gaël Le Saout, présidente de Bretagne Océan Power et conseillère régionale en charge de la commission économie.
https://www.letelegramme.fr/economie/rennes-l-eolien-offshore-un-debouche-pour-les-entreprises-regionales-01-10-2019-12397549.php

01/10/19 : Côtes d'Armor : Laurenan. Vent Debout fait une mise au point
L’association Vent Debout à Plémet a été surprise d’avoir été citée en séance du conseil municipal du 20 septembre, concernant le projet éolien participatif (Voir notre édition du 23 septembre). Valérie Poilâne, maire, et son adjoint Eric Godin ont informé les élus qu’ils avaient rencontré l’association Vent debout et affirmé : « Il n’y a pas d’opposition annoncée sur ce projet ».
L’association Vent Debout à Plémet a souhaité faire la mise au point suivante : « Une rencontre entre deux membres de Vent Debout a bien eu lieu en décembre 2018 avec trois des porteurs du projet : il s’agissait donc d’une rencontre informelle. Ce qui a été dit exactement est la chose suivante : la dimension financière du projet, en l’occurrence un financement participatif, était plus acceptable que le financement habituel par des industriels. Mais, il a aussi explicitement été dit que participative ou non, l’implantation d’éoliennes reste une implantation d’éoliennes sur un secteur déjà trop encombré. Bref, Vent Debout ne soutient pas ce projet éolien en tant que tel. Pour imputer un jugement à l’association Vent debout, il aurait été de bonne méthode que l’association ait été invitée dans une réunion formelle, par exemple lors de la réunion du conseil municipal dont l’article rend compte, et puisse donner publiquement son avis sur le projet éolien participatif des Landes du Mené. L’association Vent Debout se serait exprimée, toujours contre les nouveaux projets éoliens sur notre territoire. L’association Vent debout à Plémet sera toujours le relais des citoyens qui affirment : trop c’est trop ! ».
https://www.ouest-france.fr/bretagne/laurenan-22230/laurenan-vent-debout-fait-une-mise-au-point-6544757

30/09/19 : Finistère : En presqu’île de Crozon, les énergies renouvelables ont le vent en poupe

C’est la semaine pour le climat et la biodiversité en presqu’île de Crozon (Finistère). Jusqu’au vendredi 4 octobre 2019, veille de l’inauguration du réseau électrique intelligent de la communauté de communes, tour d’horizon des initiatives locales.
1klmn
Plusieurs actions sont orientées vers la protection de l’environnement et la transition énergétique : usine de compostage, filière complète bois-énergie locale et chaudières bois, centrale solaire au sol, élaboration d’un Plan climat-air-énergie territorial (PCAET), programme...

30/09/19 : Côtes d'Armor : Industrie. Le port de Lézardrieux, base de maintenance temporaire des éoliennes
Ailes marines, société qui porte le projet de réalisation et d’exploitation d’un parc éolien en baie de Saint-Brieuc, sollicite l’occupation temporaire d’emprises sur le port.
En 2012, l’État a attribué à la société Ailes marines la réalisation et l’exploitation d’un parc éolien en baie de Saint-Brieuc. Le projet était envisagé à l’horizon 2017-2018. Le port de Saint-Qua-Portrieux avait été retenu comme port de maintenance des éoliennes. Cependant, après divers événements, notamment des recours engagés par des opérateurs concurrents, le projet est resté en attente.
Les recours venant d’être rejetés, le projet est relancé depuis quelques semaines. Dans ce contexte, Ailes marines a sollicité par courriers du 26 juillet 2019, l’occupation d’emprise sur deux ports : celui de Saint-Quay et celui de Lézardrieux.
80 emplois à la clé
L’exploitation et la maintenance des éoliennes sont programmées à partir du 1er janvier 2021. « Mais le port de Saint-Quay ne pouvant répondre actuellement à ces exigences, Ailes marines s’est tournée vers Lézardrieux pour assurer ces services en attendant la disponibilité de Saint-Quay », explique Thierry Buzulier, adjoint responsable du port de plaisance.
« Ce sera une base technique légère, car les fondations des éoliennes sont construites à Brest et transportées sur le site de la baie directement. Mais le service nécessitera quand même la présence de 80 employés sur le site lézardrivien », précise Thierry Buzulier. La base lézardrivienne sera terrestre (démolition d’un ancien chantier naval et construction d’un bâtiment sur le domaine public maritime, à son emplacement), et maritime avec le projet d’aménagement d’un ponton lourd et l’utilisation du quai du port de commerce, l’activité sablière du port devant prendre fin le 31 décembre prochain.
Financièrement, Ailes marines prendrait à sa charge la moitié du coût du ponton lourd (100 m de long), dont elle n’utiliserait que la moitié, et la totalité du coût de la construction du bâtiment terrestre. « C’est une aventure industrielle. Mais nous ne sommes pas seuls. Le département (propriétaire du port), et Lannion-Trégor-communauté sont très actifs dans cette affaire », rassure l’adjoint au port. Le conseil portuaire a déjà émis un avis favorable, et le Département délibérera sur ce sujet le 7 octobre.
Vendredi soir, le conseil municipal a approuvé le projet à l’unanimité ainsi qu’un appel à manifestation d’intérêt en direction d’éventuels opérateurs concurrents.

28/09/19 : Côtes d'Armor : Loguivy-Plougras : conseil municipal
Le conseil a pris connaissance du projet d’implantation de trois éoliennes dans le secteur de Parc ar Hoat.

28/09/19 : Morbihan : Noyal-Muzillac
Extrait : Le conseil se refuse de prendre toutes décisions concernant le projet éolien de la route de Marzan avant les prochaines élections municipales
https://www.ouest-france.fr/bretagne/noyal-muzillac-56190/noyal-muzillac-les-panneaux-d-information-font-debat-6540389

26/09/19 : Côtes d'Armor : Energie éolienne. Lancement d’une campagne de financement participatif pour le futur parc à Trédias
Autorisé depuis juin 2017, un parc éolien va être construit prochainement à Trédias (Côtes-d’Armor). Afin de sensibiliser la population du territoire à la question écologique, une campagne de financement participatif a été lancée ce jeudi 26 septembre.
Quel est le projet du parc éolien de Trédias ?
Il a été initié par la société Valorem, qui a obtenu l’autorisation de l’installer sur un terrain de la commune en juin 2017. Durant son développement, le plan éolien a été vendu à l’entreprise BayWa, mais Valorem demeure le concepteur.
Raccordé au réseau électrique national, ses capacités d’alimentation seront assurées par trois éoliennes de 2,4 mégawatts, avec une production estimée à 16 800 MW/h par an, soit la consommation annuelle d’environ 6 000 foyers. La date du début des travaux devrait être connue en fin d’année.
Comment se présente la campagne de financement participatif lié au parc éolien ?
Lancée par BayWA et Valorem, elle a commencé ce jeudi 26 septembre 2019. Pendant 30 jours, chacun pourra se rendre sur lendosphere.com (la plateforme sur laquelle sont versés les fonds et qui appartient à la société éponyme) pour prêter la somme de son choix. Pour le moment, le plafond est fixé à 50 000 €
Quel est l’intérêt pour les prêteurs ? Payer le parc ?
Le futur parc éolien devrait coûter environ 10 millions d’euros et le financement participatif ne servira pas à rembourser cette somme.
L’intérêt pour le prêteur est de verser la somme de son choix à un taux d’intérêt bonifié de 5 % (pour les habitants de Lamballe Terre et Mer et de Dinan Agglomération) et de 6 % pour les riverains.
À partir du 31 janvier 2020, le capital investi et les bénéfices seront reversés, par BayWa, durant deux ans, tous les trimestres. C’est le moyen d’avoir un peu plus de rentabilité sur son épargne par rapport à un livret A classique.
Pourquoi lier une campagne de financement participatif au futur parc éolien ?
C’est une demande qui émane du territoire. L’idée étant de profiter de ce projet éolien pour permettre le développement de la transition énergétique en Bretagne et faire profiter les riverains du développement éolien dans ce territoire, tout en les sensibilisant aux questions écologiques.
Quelle somme a été versée jusqu’à présent ?
Plus de 31 000 € ont déjà été versés, mais il est possible que ce montant soit déplafonné, si un nombre important de prêteurs se manifestent.
https://saint-brieuc.maville.com/actu/actudet_-tredias.-lancement-d-une-campagne-de-financement-participatif-pour-le-futur-parc-eolien_dep-3851258_actu.Htm
23/09/19 : Côtes d'Armor : Laurenan. Le conseil municipal en bref
Extrait :
Réussite du projet éolien participatif
Le projet éolien participatif a remporté un beau succès. Valérie Poilâne, maire, a expliqué l’avancée du projet lors de la séance municipale du 19 septembre : « Il fallait récolter 900 000 €, ce qui représentait 40 % du capital. C’est une réussite car un million d’euros a été récolté, dont 20 000 € à Laurenan et 50 000 € au Mené. La société est en phase de création et pourra lancer les appels d’offres. Les éoliennes devraient voir le jour en 2022. »
Les porteurs de projet ont rencontré les membres de l’association Vent Debout, à Plémet : « Il n’y a pas d’opposition annoncée sur ce projet », a précisé Eric Godin, adjoint.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/laurenan-22230/laurenan-le-conseil-municipal-en-bref-6531710

19/09/19 : Morbihan :
Lanouée. Les incendiaires du parc éolien condamnés à six mois avec sursis
Six jeunes hommes et une jeune femme étaient jugés, ce jeudi 19 septembre 2019, par le tribunal correctionnel de Vannes. Au tout début de l’année, ils avaient incendié un transformateur d’éoliennes, à Lanouée.
C’est un « renseignement anonyme » qui a mis les gendarmes sur leur piste. Six hommes et une femme, âgés de 24 à 39 ans, étaient convoqués, ce jeudi 19 septembre, devant le tribunal correctionnel de Vannes, pour avoir incendié le transformateur d’un parc éolien, à Lanouée, près de Ploërmel.
Les faits remontent à la nuit du 3 au 4 janvier 2019. Dans la soirée, la petite bande, qui s’est connue sur les ronds points des Gilets jaunes, se retrouve dans une ferme où chacun laisse son téléphone portable pour ne pas être localisé. Le groupe se rend alors en voiture, jusqu’aux éoliennes, au lieu-dit Rouvray. Dans leurs coffres, un pied-de-biche, des pneus usagés et de la paille.

Tous les prévenus – sauf un (pourtant mis en cause par les autres) – ont reconnu leur présence sur les lieux. Tous disent regretter un acte « pas fin », parlent d’une « belle connerie » et assurent, devant le tribunal, n’avoir pas prévu mettre le feu au transformateur. « On voulait juste couper le courant », assure l’un d’eux. Quant au pneu, qui a été incendié, il était destiné à « bloquer la porte, pour empêcher l’accès ».
La seule fille du groupe, dont chacun reconnaît qu’elle n’a pas pris part à la destruction, indique être allée sur place pour tenter de « dissuader le groupe de faire une connerie ». Sans succès.
Des dégâts chiffrés à plus de 575 000€
« Ce n’est pas un simple transformateur électrique qui a été incendié ce soir-là, souligne l’avocat de Steag New énergie, la société qui exploite les éoliennes. C’est le poste de livraison, le cœur du parc, le nœud de raccordement de toutes les éoliennes. » Et le préjudice est « extrêmement important » : plus de 575 000 €, comprenant le matériel détruit et la perte d’exploitation.
Pour la procureure, Magali Pauthier, « le projet était tout à fait échafaudé. D es repérages avaient été faits la veille. » Dans leurs déclarations devant les enquêteurs, rappelle-t-elle, les prévenus avaient indiqué avoir « eu l’idée de brûler alors qu’(ils) étaient tous à la ferme. Il était même question de faire une autre éolienne derrière. » Elle requiert une peine d’un an de prison dont huit mois avec sursis.
Une peine très importante, pour les différents avocats des prévenus, d’autant que la plupart des prévenus sont « inconnus de la justice », que le feu n’a « mis en danger aucune personne ». L’un d’eux, qui défend trois jeunes frères, des « braves gars qui rendent service dans leur commune », ne voudrait pas que ce procès soit l’occasion d’« écraser une espèce de jacquerie, réelle ou supposée ».
Après délibéré, le tribunal condamne les sept prévenus à la même peine : six mois de prison avec sursis. L’aspect financier des dégâts sera évoqué lors d’une prochaine audience.
https://pontivy.maville.com/actu/actudet_-lanouee.-les-incendiaires-du-parc-eolien-condamnes-a-six-mois-avec-sursis_dep-3843007_actu.Htm


19/09/19 : Morbihan : Éoliennes à Lanouée. Sept opposants incendiaires condamnés
Issus des gilets jaunes, des opposants à un parc éolien en forêt de Lanouée avaient brûlé un transformateur électrique en janvier dernier. Ce jeudi, le tribunal de Vannes a condamné les sept prévenus à six mois de prison avec sursis.
En pleine nuit le 4 janvier dernier, un générateur implanté dans un parc éolien à Lanouée avait été détruit par un incendie, allumé à l’aide de paille et de pneus. La piste criminelle a été rapidement retenue car les gendarmes ont constaté que les portes donnant accès au générateur avaient été forcées au pied de biche. Outre le vol de deux onduleurs, le préjudice avait été évalué à 375 000 € de dégâts et 200 000 € de perte d’activité puisque toutes les éoliennes ne pouvaient alors plus fonctionner.

Paille et pneus apportés
C’est à partir d’un témoignage d’un habitant de Lanouée, ayant entendu un jeune s’être vanté d’avoir commis cet acte de vandalisme, que six hommes et une femme ont été interpellés. Poursuivis ce jeudi devant le tribunal à Vannes, ils sont âgés de 20 à 39 ans, vivent dans la région de Ploërmel, travaillent dans des métiers liés à l’environnement et sont enfants d’agriculteurs pour certains. Après avoir fait des repérages, munis de gants et de cagoules, les prévenus n’avaient pas tous l’intention de mettre le feu, selon leurs dires.
« Il s’agissait d’abord d’exprimer notre hostilité à ce parc éolien, en y coupant l’électricité sans mettre le feu car son fonctionnement provoque des mammites sur les vaches qu’élève mon père. Il y avait aussi cette volonté de lutter contre ce projet de créer un grand parc éolien en pleine forêt de Lanouée. L’idée de mettre le feu a germé à notre arrivée sur le site. Il y a eu un effet de groupe », explique l’un des plus jeunes. Néanmoins la paille et les pneus avaient été apportés dans les voitures et tous avaient laissé leurs téléphones dans une ferme afin de ne pas être géolocalisés.
« Fonctionnement illégal »
« À l’origine, nous étions tous des gilets jaunes. Mais notre groupe s’est scindé en deux : certains étaient pour des actions fortes », précise le seul à ne pas reconnaître sa participation. « Notre action a été débile. Il y avait d’autres moyens pour marquer notre hostilité à la destruction de la forêt pour l’implantation d’éoliennes », poursuit un autre. « J’ai tenté de les dissuader. En vain », raconte la jeune femme. Pour leurs avocats, « ils ont agi sur un coup de tête. Pour eux, ces éoliennes sont des nuisances qui les impactent. Au moment des faits, ces éoliennes étaient d’ailleurs dans l’illégalité puisque le tribunal administratif avait suspendu leur fonctionnement. »
Pour le ministère public, « les prévenus minimisent aujourd’hui leur intention mais tous ont pris une part active à cette dégradation avec préméditation, après une réunion préparatoire et des repérages ». Alors qu’a été requise une peine d’un an de prison dont huit mois avec sursis, le tribunal décide de condamner chacun des coupables à six mois de prison avec sursis.

https://www.letelegramme.fr/morbihan/eoliennes-a-lanouee-sept-opposants-incendiaires-condamnes-19-09-2019-12387512.php


19/09/19 : Côtes d'Armor : Trévé : Parc éolien du Ménec. Avis favorable du conseil
Extrait : 
Le conseil municipal a fait sa rentrée jeudi dernier. En premier lieu, le maire a fait part des conclusions du commissaire enquêteur concernant l’implantation d’éoliennes au Ménec : « un avis favorable sans restrictions tant sur le choix d’implantation, les aspects paysagers et écologiques, les enjeux environnementaux, l’insertion paysagère, la santé humaine, les nuisances et l’immobilier a été donné. Les communes concernées par cette implantation ont également donné un avis favorable ».
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/treve/parc-eolien-du-menec-avis-favorable-du-conseil-18-09-2019-12386324.php

19/09/19 : Côtes d'Armor : Trévé. Conseil municipal
Extrait : Parc éolien du Ménec
Le rapport du commissaire-enquêteur donne un avis favorable sans restriction sur le choix d’exploitation, les aspects paysagers et écologiques, les enjeux environnementaux, l’insertion paysagère, la santé humaine, les nuisances et l’immobilier. Le rapport des communes concernées est également favorable.
https://saint-brieuc.maville.com/actu/actudet_-treve.-le-conseil-municipal-en-bref_dep-3841062_actu.Htm

15/09/19 : Côtes d'Armor : Bréhand : conseil municipal
Extrait : Exploitation d’un parc éolien, de 6 éoliennes sur la commune de Trébry : le conseil émet un avis favorable.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/brehand/conseil-harmonisation-du-programme-local-d-habitat-avec-la-communaute-15-09-2019-12383021.php

15/09/19 : Morbihan : De Gâvres à Quiberon. « Le Grand site, c’est toucher à l’âme des lieux »
Extrait : 
Le projet, bien avancé, d’installer des éoliennes flottantes entre Groix et Belle-Ile, face au Grand site, vous a un peu inquiété, non ?
C’est vrai, nous avons eu quelques inquiétudes. En particulier sur l’aspect visuel depuis la côte. Mais nous avons été associés dès le départ du projet. Une projection virtuelle de ce que représenteront les éoliennes à 25 km au large a permis de dissiper les craintes. L’impact sera minime. J’ai été interrogé sur cette question par la commission d’attribution du label. Et en même temps, on ne peut pas être pour la défense de l’environnement et les énergies alternatives et être opposé à un projet comme celui des éoliennes en mer.
Et le câble de raccordement qui arrivera à Kerhillio, à Erdeven. Il n’aura pas d’impact non plus ?
Non. Le câble sera enfoui et sera directement connecté au poste électrique.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/lorient-56100/de-gavres-quiberon-le-grand-site-c-est-toucher-l-ame-des-lieux-6520476

09/09/19 : Côtes d'Armor : Le Haut-Corlay : conseil municipal
Extrait : 
Le conseil a émis un avis favorable au projet d’installation classée, en l’occurrence l’implantation de cinq éoliennes, sur le territoire de Saint-Mayeux et de Saint-Gilles-Vieux-Marché.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/le-haut-corlay/conseil-le-point-sur-les-chantiers-09-09-2019-12377970.php

08/09/19 : Côtes d'Armor : Boquého : Conseil municipal.

Extrait :
Peut-être quatre éoliennes de plus
Le projet d’ajouter une 5e éolienne aux quatre qui existent sur le Marc’halla avance. Mais la société qui les exploite n’est pas la seule à vouloir étoffer son parc puisqu’une autre société voudrait en implanter trois vers le Bois Meur, projet qu’avait évoqué Béatrice Tanguy lors du conseil municipal du 5 juin dernier.
Les sociétés présenteront donc leur projet à tour de rôle le 2 octobre lors d’un conseil municipal.

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/boqueho/conseil-municipal-nouveau-cuistot-terres-a-exploiter-eoliennes-et-legumerie-au-menu-08-09-2019-12376994.php

06/09/19 : Côtes d'Armor : Plestan : Conseil municipal. Renouvellement du parc éolien
Extrait : 
Le conseil municipal de Plestan s’est réuni jeudi. En préambule, Damien Le Piouffle, de VSB Énergies Nouvelles, Pierre Colliot et Solène Demonet, de l’entreprise EDF Renouvelables (filiale à 100 % du groupe EDF), ont présenté le projet de renouvellement du parc éolien « Éoliennes de Bel-Air et du Plateau ».

Ce parc, mis en service en décembre 2006, est l’un des plus anciens de Bretagne. Ses propriétaires souhaitent le renouveler. Les éoliennes actuelles seront démontées, elles sont recyclables à 90 %. Les fondations seront décaissées sur un 1 m minimum sous la surface du sol (disposition légale) et remplacées par de la terre identique à la terre voisine. À ce sujet, Pascal Briens, adjoint, a remarqué que lors de la création de ce parc, il avait été annoncé que lors de la déconstruction, le terrain serait remis à l’état naturel. Damien Le Piouffle a précisé que la disposition légale est un minimum obligatoire mais que le propriétaire peut demander que tout soit retiré.
Afin de répondre aux nouvelles règles de construction, les nouvelles éoliennes seront déplacées d’environ 20 m vers Quercy. Elles seront de gabarit cohérent avec celles qui sont en cours de construction sur le parc de Coat-Jégu et celles en projet en bordure du bois de Boudan, entre la voie ferrée et la RN12.
Christèle Vétil, conseillère municipale, a demandé ce qui motive le renouvellement de ces éoliennes, ce matériel étant censé durer. Les porteurs du projet ont expliqué que le contrat d’achat (de l’électricité par EDF) va expirer fin 2021. En outre, les nouvelles machines sont plus performantes et auront un impact moindre sur l’environnement.
Après le départ des porteurs du projet, le conseil a émis un avis favorable à cette démarche de renouvellement.

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plestan/conseil-municipal-renouvellement-du-parc-eolien-06-09-2019-12376170.php

06/09/19 : Morbihan : Forêt de Lanouée. La vente opérée en toute discrétion

Au cœur de la bataille judiciaire concernant le projet de parc éolien en forêt de Lanouée, l’opérateur canadien Boralex a décidé de revendre son massif. Le rachat par la Caisse des dépôts n’est « pas officialisé ». Dans les faits, la réalité semble toute autre. C’est ce que révèle le Mensuel du Morbihan dans son numéro à paraître ce vendredi.
Si le secret n’en était plus un depuis bien longtemps, la discrétion reste de rigueur. Les arbres de la forêt de Lanouée ont changé de propriétaire. Spécialisée dans l’exploitation éolienne, la firme canadienne Boralex, avait révélé ses intentions depuis plus d’un an.

L’entreprise souhaitait vendre le deuxième massif forestier breton. L’identité de l’acheteur avait filtré : la Caisse des dépôts et consignations (CDC). En pleine procédure judiciaire, aucun des deux acteurs ne souhaitait communiquer sur le sujet.
Projet de 16 éoliennes
Les 16 éoliennes prévues n’ont toujours pas vu le jour. Pourtant initié en 2010 par le groupe Dreyfus, le projet peine à aboutir. Avant que la forêt ne passe sous le giron de Boralex en 2015, l’industriel avait même obtenu les permis de défrichement et de construire nécessaires. Confiante, l’entreprise canadienne investit 68 M€ et entame les travaux.
C’était sans compter sur les recours portés par des défenseurs de la biodiversité et des paysages. En juillet 2017, le tribunal administratif de Rennes suspend le chantier. Mais le bras de fer ne s’arrête pas là. La forêt est laissée clairsemée par des socles d’éoliennes bétonnés. Boralex souhaite alors revendre le massif, sans pour autant abandonner son projet d’y implanter des éoliennes de 186 m de haut.
Les détails de la vente restent flous
De l’aveu de la CDC comme de Boralex, la vente du massif forestier était toujours « en cours d’officialisation » depuis octobre 2018. Étonnant alors de voir que sur place, plus une trace de Boralex ni de sa société gestionnaire Les Moulins du Lohan. Le site internet de celle-ci n’existe plus et son siège a déménagé à Blendecques, dans le Pas-de-Calais, où se situent déjà des bureaux de la maison mère. Les différents services qu’abritait la Maison forestière des Forges, ont tous changé de coordonnées.
En appelant les anciens numéros, un répondeur nous apprend que « suite à la cession de la forêt les coordonnées ont changé ». C’est depuis décembre 2018 que la forêt de Lanouée appartient à la CDC. Les tensions subsistent. Les différents services de gestion n’ont pas souhaité répondre à nos questions, parfois en les repoussant de manière hostile. À l’heure où nous écrivons ces lignes, Boralex et la CDC n’ont pas souhaité non plus donner suite à nos sollicitations. Les détails de la vente restent flous.
Le Conseil d’État saisi
L’entretien de la forêt est dorénavant confié à la Société forestière de la CDC, experte de la gestion sylvicole. Une reprise en main qui a de quoi rassurer Xavier Grenié responsable morbihannais du Centre régional de la propriété forestière. « Les moyens et objectifs ont été mis en place pour assurer le reboisement d’ici à deux ans », se satisfait-il.
Du côté du projet éolien la situation semble figée. En mars, la cour d’appel de Nantes avait autorisé Boralex à reprendre les travaux. Le chantier reste vide. Dernier recours possible : les opposants au projet éolien ont saisi le Conseil d’État. En attendant le fin mot de l’histoire, l’entreprise canadienne semble se montrer prudente.

https://www.letelegramme.fr/bretagne/foret-de-lanouee-la-vente-operee-en-toute-discretion-06-09-2019-12375725.php

03/09/19 : Morbihan : 
Groix : Ils mesurent l'impact du futur parc éolien flottant
Une nouvelle étude a été lancé, en fin de semaine dernière, au large de Belle-Île et de Groix. Objectif : mesurer, de manière intégrée, l'impact des parcs éoliens flottants.
D'ici 2021 Le Morbihan devrait accueillir une ferme pilote d'éoliennes flottantes. 4 machines seront installées au large de Belle-Île et Groix. Pour mesurer l'impact sur le milieu, une nouvelle opération en mer a débuté en fin de semaine dernière. Nouvelle étape du projet Apeal ( coordonné par France Energies Marines et piloté scientifiquement par L'Université de Bretagne Occidentale). Les explications de François Le Loc'h, le chef de mission de cette campagne océanographique.
https://rcf.fr/actualite/groix-ils-mesurent-l-impact-du-futur-parc-eolien-flottant

02/09/19 : Côtes d'Armor : Plémy : 
Parc éolien. 5 600 foyers potentiellement alimentés
Mardi 27 août a eu lieu à Plémy l’inauguration officielle du parc éolien de Plémy : six éoliennes ont été construites entre la route départementale 768 et les villages de Carfort, Avaleuc, Gatinée. Ces éoliennes ont été inaugurées de Gabriel Rebourcet, directeur général du groupe Aalto Power (à gauche sur la photo) en compagnie de propriétaires de terrains concernés par le projet, de Jean Hervé, maire de Plémy avec son écharpe, et de Jean Luc Barbo, à droite, vice président à l’Environnement et au Développement durable à Lamballe Terre et Mer. Avec une production estimée à 9,3 MW, les six éoliennes du parc éolien plémytain représentent l’équivalent d’une consommation annuelle de 5 600 foyers. Les éoliennes, d’une hauteur totale de 90 m environ, fonctionnent dès que le vent souffle à 10 km/h ; à cette vitesse, certaines éoliennes tournent et d’autres sont à l’arrêt, selon les fluctuations de vitesse d’une éolienne à l’autre. Le groupe Aalto Power a été créé en 2006 et produit des parcs éoliens partout en France.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plemy/parc-eolien-5-600-foyers-potentiellement-alimentes-02-09-2019-12372116.php

31/08/19 : Morbihan : Moréac. Une mobilisation contre le projet d’éoliennes à Buléon
La Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF) a récemment saisi la cour administrative d’appel de Nantes pour tenter de stopper la construction de six éoliennes à la Vachegare, à Buléon.
La Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF) a récemment saisi la cour administrative d’appel de Nantes pour tenter de stopper la construction de six éoliennes à la Vachegare, dans la commune de Buléon (après le rejet de son recours par le tribunal administratif de Rennes le 8 mai 2019).
L’association d’opposants et de riverains Vent de Panique 56 a décidé de se joindre à ce nouveau recours juridique. "Nous avons un intérêt à agir, du fait de notre situation dans la zone de visibilité. D’ailleurs, la commune de Moréac a été consultée lors de l’enquête publique à Buléon" soulignent les membres de l’association. "À ce jour, dans un rayon de 20 km autour de l’église de Moréac, nous comptons 42 machines : huit à Moréac, deux à Bignan, quatre à Réguiny, onze à Crédin-Pleugriffet, quatre à Radenac, quatre à Saint-Allouestre, trois à Guéhenno, et les six dernières de Buléon, Guéhenno et Bignan. Plus une dizaine en projet ! Les Moréacois souffrent déjà bien assez avec leurs huit éoliennes, ça suffit."
Et de renchérir : "À Buléon, la saturation de l’éolien est largement dépassée. C’est une injure à nos paysages, au patrimoine, à la qualité de vie des riverains et à leur dignité."
https://www.ouest-france.fr/bretagne/moreac-56500/moreac-une-mobilisation-contre-le-projet-d-eoliennes-buleon-6498122


30/08/19 : Côtes d'Armor : Plémy. Le parc éolien de Carfort a le vent en poupe

Elles tournent depuis fin 2018. Les six éoliennes du parc de Carfort ont été inaugurées mardi 27 août, par Jean Hervé, maire de Plémy (Côtes-d’Armor), et Gabriel Rebourcet.
Dans le beau panorama plongeant sur le bourg de Plémy, ont maintenant poussé six drôles de fleurs de près de 90 m de haut, avec trois pâles tournantes, plantées entre la vallée du Dreny et le hameau de la Gatinée.
C’est en fin de matinée, mardi, que les maires des communes voisines étaient présents, avec les élus locaux et intercommunautaires, Jean-Luc Barbo, vice-président à l’environnement et au développement durable, Thierry Andrieux, vice-président pour Lamballe Terre et Mer, et le voisinage pour la présentation du parc éolien du Carfort. Une construction qui s’est faite discrète, initiée par le précédent maire, Alain Français.
15 gigawatts par heure d’électricité
Gabriel Rebourcet, directeur Général du Groupe Aalto Power, explique : « Fin 2018, les six éoliennes ont été installées pour une puissance totale de 9,3 mégawatts. Après une phase de tests divers et de vérifications techniques, les machines injectent de l’électricité sur le réseau depuis le 7 mars dernier. Ce projet, initié au milieu des années 2000, a été repris par le Groupe Aalto Power en 2016, mené en 3 ans, en concertation avec les services de l’État, la commune ainsi que les propriétaires et les exploitants agricoles ».
La même production que quatorze communes comme Plémy
« On fabrique en France tous les composants électriques et électroniques, environ 30 % de l’ensemble », répond Thibault Rebourcet, responsable développement, sollicité par de nombreuses questions. La structure des nacelles est de fabrication allemande et les plus petites pales viennent de Turquie.
Les trois premières éoliennes à l’est ont une puissance de 1,1 mégawatt et les trois autres de 2 mégawatts. « La production attendue est de 15 gigawatts/h. Ce qui équivaudrait à quatorze communes comme Plémy. Les câbles sont enterrés et rejoignent le réseau EDF. Les éoliennes sont garanties 25 ans, elles peuvent aller jusqu’à 40 ans si elles sont correctement entretenues. Mais d’ici là, la technique aura évolué. »
https://www.ouest-france.fr/bretagne/plemy-22150/plemy-le-parc-eolien-de-carfort-le-vent-en-poupe-6497128


29/08/19 : Finistère : CARTE. Porspoder. L’emplacement des trois futures éoliennes dévoilé
Le parc de trois éoliennes sera implanté dans la commune de Porspoder, à 25 km de Brest (Finistère), entre les lieux-dits Penfrat et Larret. Elles produiront, d’après les premières estimations du groupe ERG (porteur du projet), environ 30 000 MWh par an.
Le projet d’éoliennes à Porspoder (à 25 km au nord-ouest de Brest) se précise. Cet été, la société Epuron, qui porte le projet, a publié une carte dévoilant l’implantation des futures machines.
Trois éoliennes seront construites, contre quatre initialement envisagées. Elles seront implantées sur des parcelles entre les lieux-dits Penfrat et Larret. Leur hauteur définitive sera de 140 m, en bout de pale.
« Les plus hautes de la zone »
« Elles deviendront les éoliennes les plus hautes de la zone », s’alarment les militants du collectif « Non aux éoliennes à Porspoder ». Ils dénoncent un projet qui entacherait le paysage de Porspoder et des communes limitrophes (Plourin, Lanildut, Brélès et Landunvez). « En 2004, un même projet avait été écarté car le préfet estimait que la zone devait être préservée. Pourquoi le remettre sur la table ? », interroge le collectif.
Autres sources d’inquiétudes, la proximité du futur parc éolien avec des menhirs classés et les habitations. « Pour les populations à 500 m des machines, il peut y avoir un effet stroboscopique dû à la rotation des palmes et des infrasons gênants. Et les biens immobiliers risquent de perdre de leur valeur… », d’après les militants.
« Nous avons écouté les habitants »
De son côté, l’entreprise Epuron rappelle que le projet définitif a été élaboré en concertation avec les habitants. « Ils demandaient un nombre limité d’éoliennes. Nous les avons écoutés », justifie Yvonik Guegan.
Le chef du projet indique que les variables paysagère et économique ont été respectées, malgré les contraintes : « Les photomontages réalisés ont montré que le parc éolien s’intégrait bien dans l’environnement […] On aurait pu réduire la hauteur des éoliennes, mais il aurait fallu augmenter le nombre de machines, pour que la voilure et les retombées économiques soient suffisantes. »
Selon Epuron, les études d’impacts réalisées – rendues publiques prochainement – ont montré que la société était en mesure de maîtriser les gênes occasionnées.
Une pétition lancée
Reste au préfet de trancher la validité du dossier. Epuron devrait déposer le projet sur son bureau en septembre.
D’ici là, le collectif « Non aux éoliennes à Porspoder » espère encore faire bouger les choses. Il a d’ailleurs lancé une pétition il y a deux ans. Mi-août, elle recueillait 3 100 signatures.
Un second crowdfunding ?
Epuron réfléchit quant à lui à lancer un second financement participatif, après le succès du premier (59 prêteurs et 81 000 € collectés, alors que la barre avait été fixée à 50 000 €). Il pourrait être lancé au début de l’année 2020.
Le parc devrait produire 30 000 MWh par an, selon les estimations du porteur de projet. Ce qui représente la consommation électrique annuelle de 6 400 foyers (12 800 personnes) et évite l’émission de 13 700 tonnes de CO2 par an.

Extrait : 
Le projet éolien accepté
En juin, les représentants de la société JP énergie étaient venus expliquer leur projet d’implantation d’éoliennes devant les élus, qui leur avaient donné un accord de principe pour la réalisation de leurs études.
Mais mardi, c’est Néoen, une autre entreprise, qui a été invitée à présenter son offre, suscitant un peu d’émoi autour de la table du conseil. Ce ne sont plus deux ou trois éoliennes qui seraient prévues, mais six ou neuf, plus petites mais plus proches des habitations (270 m). Les secteurs concernés sont le nord et le sud de Ty Fléhan.
« Un groupe d’agriculteurs s’est déjà positionné sur cette offre, nous sommes consultés par principe, a précisé le maire, Jean-Paul Cozien, qui a rappelé la pertinence de cette forme d’énergie renouvelable dans la commune. Nous pourrions être énergétiquement autonomes. » En outre, la commune aurait des retombées fiscales à hauteur de 21 000 € par an.
Fabien Lebreton, chef de projet chez Néoen, a défendu son projet, tout en minimisant le travail d’un comité qui dénonçait une énergie pas si verte, dans un rapport remis aux élus. L’un des auteurs de ce rapport, venu en observateur, a fini par s’exprimer, regrettant qu’il n’y ait pas de débat sur le sujet et ajoutant que la critique était facile quand on ne pouvait pas y répondre. Les élus ont cependant accepté que la société puisse entamer ses études de faisabilité.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/edern-29510/le-bourg-d-edern-sera-mieux-desservi-par-la-qub-6496153


28/08/19 : Finistère : Edern : Conseil. Le nouveau projet éolien présenté
Extrait : 
Le 19 juin dernier, des représentants de la société JP Énergie étaient venus présenter un projet d’implantation de trois à quatre éoliennes, à cheval sur les communes d’Edern et de Gouezec. À l’issue de cette présentation, il avait été convenu que le conseil se déterminerait sur la pertinence du projet lors de sa séance du 27 août. Si mardi l’éolien figurait bien à l’ordre du jour, il ne s’agissait plus du même projet mais d’une nouvelle proposition émanant de la société Neoen. Ce qui n’a pas manqué d’étonner plus d’un conseiller, où certains n’avaient pas été informés en amont de cette nouvelle offre.
Le maire, Jean-Paul Cozien, a rappelé que la consommation annuelle de la commune se situait pratiquement autour de 8 000 mégawatts tout en ne produisant en propre que 630, et que ce projet affichait donc toute sa pertinence. Dans l’hypothèse de la concrétisation du projet Neoen, le maire précisait que, dans une estimation de 30 000 mégawatts de consommation, l’ex-Pays Glazik deviendrait autonome énergétiquement.
Six à neuf éoliennes
Fabien Le Breton, chef de projet, après avoir présenté la société Neoen, s’est appliqué à exposer en détail l’offre d’implantation. Il s’agirait d’installer six à neuf éoliennes d’un gabarit de 76 m (comprenant un mat de 45 m et des pales de 31 m) et d’une puissance unitaire maximale de 1,5 mégawatt, au nord de la commune, vers le secteur de Ty Flean. Installées à 270 m de toute habitation, selon le chef de projet, elles seront en deçà des normes acoustiques réglementaires. Le raccordement en liaison souterraine vers le réseau RTE se ferait à Briec. Du côté des retombées économiques, la commune percevrait annuellement 21 000 € et Quimper Bretagne occidentale 56 000 € pour six éoliennes installées.
Après en avoir délibéré, le conseil a décidé d’apporter son soutien à la société Neoen dans la poursuite de son projet.

22/08/19 : Finistère : Kergloff : Éoliennes. Le Conseil d’État valide le permis de construire
Extrait : Le Conseil d’État a rejeté, mardi, le pourvoi des riverains opposés à la construction de trois éoliennes à proximité de la butte du Mogoarem, à Kergloff. À noter que deux des trois riverains ayant engagé cette ultime contestation ont fait part de leur désistement entre-temps.
Pour ces opposants au projet porté par la société des Énergies du Poher, propriétaire d’un terrain, la construction de ces trois éoliennes de 150 mètres est une atteinte au « paysage emblématique du Finistère » et constitue une menace pour la santé en général et pour la faune en particulier. Soutenus par les élus locaux lors de leur première requête devant le tribunal administratif de Rennes, où ils avaient été déboutés, les requérants avaient également vu leurs arguments rejetés par la cour administrative d’appel de Nantes. ...
https://www.letelegramme.fr/finistere/kergloff/eoliennes-le-conseil-d-etat-valide-le-permis-de-construire-22-08-2019-12365466.php

21/08/19 : Finistère : Justice. Feu vert pour les éoliennes de Kergloff
Le Conseil d’État rejette le dernier recours des opposants à l’implantation de trois éoliennes dans la commune de Kergloff (Finistère).
Après douze ans d’opposition et cinq ans de procédure, le Conseil d’État a validé mercredi 21 août 2019, l’arrêté du 2 juin 2014 par lequel le préfet du Finistère a délivré à la société Les énergies du Poher un permis de construire trois éoliennes et un poste de livraison au lieu-dit Magoarem, à Kergloff.
Depuis l’origine du projet...
Justice. Feu vert pour les éoliennes de Kergloff
https://www.ouest-france.fr/bretagne/kergloff-29270/justice-feu-vert-pour-les-eoliennes-de-kergloff-6487363
16/08/19 : Morbihan : Projet éolien à Guern : les opposants demandent un moratoire
L'Association contre le projet éolien de Guern (Morbihan) demande un moratoire au conseil municipal, concernant l'implantation de trois éoliennes sur le territoire.
L’Association contre le projet éolien de Guern, près de Pontivy (Morbihan) demande un moratoire au conseil municipal, concernant l’implantation de trois éoliennes sur le territoire. Une précédente implantation d’éoliennes dans la vallée de la Sarre fait toujours polémique.
Impacts sur le patrimoine naturel et architectural
Les opposants aux éoliennes sur la commune de Guern demandent un moratoire au conseil municipal. C’est dans une lettre ouverte, que Jean-Jacques Pechard, président de l’Association contre le projet éolien de Guern (ACPEG), formule sa demande et pointe du doigt le projet d’implantation de trois éoliennes, voté en décembre 2018 par les conseillers municipaux de Guern.
"Les sites pressentis pour le nouveau projet impacteraient encore davantage le patrimoine naturel, architectural et humain."
L’ACPEG insiste : « d’un point de vue juridique, vous le savez, l’ACPEG est sortie victorieuse de tous ses combats. Tous les jugements ont été en notre faveur, du référé au Conseil d’Etat. La commune n’aurait aucun intérêt à se voir engagée dans une nouvelle bataille juridique perdue d’avance ».
Et de rappeler, entre autres : « d’un point de vue environnemental et écologique, dois-je vous rappeler que les trois éoliennes géantes implantées dans la vallée de la Sarre dénaturent le paysage, sont bruyantes et dangereuses, trop proches des habitations et de la voie publique et qu’elles ne profitent qu’à 3 propriétaires. Et nous, nous subissons les inconvénients. Ce n’est pas équitable ! »
L’ensemble de la lettre ouverte de l’Association contre le projet éolien de Guern : (voir en ligne)

15/08/19 : Morbihan : Le sous-préfet porteur de bonnes nouvelles à Guéhenno
Extrait : Des nuisances sonores
Le projet avancé du changement des trois premières éoliennes de la commune a été présenté en alertant sur les nuisances de plus en plus fortes pour les riverains sur le long terme et non plus seulement à l’implantation et la mise en service. « Les nuisances sont quotidiennes et demandent un accompagnement plus soutenu », estiment les élus.

https://actu.fr/bretagne/guehenno_56071/le-sous-prefet-porteur-bonnes-nouvelles-guehenno_26551323.html

12/08/19 :
Côtes-d’Armor : deux journées autour des phénomènes électromagnétiques étranges d’une ferme d’Allineuc
"La faille est dans le pré" : une trentaine d'intervenants les 16 et 17 août 2019 à Allineuc (Côtes-d'Armor) pour un événement dédié aux phénomènes électromagnétiques.
https://actu.fr/bretagne/allineuc_22001/cotes-darmor-deux-journees-autour-phenomenes-electromagnetiques-etranges-dune-ferme-dallineuc_26250594.html?fbclid=IwAR1InM-8BkX0p31Fzc-een3YegTlTVMJb5ZBxgH8z0GtL7RdgBV84FIvB-g

08/08/19 : Côtes d'Armor : 
Projet éolien en baie de Saint-Brieuc. Gardez Les Caps reste optimiste
L’assemblée générale de Gardez Les Caps s’est tenue jeudi 8 août, à Plurien (Côtes-d’Armor) L’association costarmoricaine lutte contre le projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc, porté par l’entreprise Iberola-RES.
« Nous avons les moyens de retarder le projet de trois ou quatre ans. Plus on gagne du temps, plus les choses seront éclairées face à cette opacité », énonce Katherine Poujoul, présidente de l’association Gardez Les Caps. L’association se bat pour que le projet éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) ne voie pas le jour.
Après plusieurs recours devant la justice française, qui n’ont pas abouti et un toujours en attente pour une requête en cassation, l’association avait saisi la justice européenne en 2017. Une plainte devant la Commission européenne pour six infractions au droit communautaire qui a été close en juillet dernier. Gardez Les Caps envisage maintenant de saisir la Cour des comptes d’une plainte pour « s’assurer du bon emploi de l’argent public et en informer les citoyens ».
« Dans ce flot de mauvaises nouvelles, il y en a quand même une bonne », se rassure la présidente. L’association vient d’être reconnue par l’État comme « un organisme d’intérêt général concourant à la défense de l’environnement naturel ».

06/08/19 : Morbihan : BULEON. PROJET DE 6 ÉOLIENNES: UN RECOURS DEVANT LA COUR D’APPEL
La Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF) qui s’oppose au projet de 6 éoliennes de la Vachegare à Buléon vient de saisir la Cour d’Appel de Nantes:
« Le 8 mai dernier, le tribunal administratif de Rennes rejetait le recours de la SPPEF et de 8 riverains contre le projet éolien de la Vachegare. Ces derniers ayant jeté l’éponge, la SPPEF continue seule le combat contre cette densification intolérable de l’éolien à Buléon et dans ses abords.
Elle entend donner un coup d’arrêt au projet des 6 éoliennes de 150 m à implanter de chaque côté de la RN24, déjà fortement impactée par les 8 machines de Radenac et de Saint-Allouestre, sachant qu’une 5e éolienne devrait s’ajouter prochainement au parc existant à Radenac, en zone humide et boisée.
Le projet de VSB pour 6 aérogénérateurs sur les Landes de la Vachegare à Buléon, impacterait plusieurs hameaux très proches et 70% des maisons du bourg situées à moins de 1,5 km de la zone d’implantation. Le patrimoine emblématique de la commune serait dénaturé : le château de La Ferrière et le coeur du bourg, avec ses maisons anciennes, son église et sa croix inscrite à l’inventaire des monuments historiques. Sur le site de la chapelle et de la fontaine Sainte-Anne de Buléon, ces nouvelles machines achèveraient l’encerclement de ce patrimoine protégé par les monuments historiques en s’ajoutant aux 6 récemment implantées par la même société VSB sur les Landes de la Forêt, à quelques centaines de mètres de la chapelle, non loin des 3 machines déjà en place depuis plus de 10 ans.
Le bilan est lourd : environnement dégradé, population riveraine indignée et abandonnée par l’Etat, dans un climat local de délitement moral et financier indescriptible. S’il en est encore besoin, l’exemple de Buléon montre combien, dans nos communes, le business de l’éolien divise et pervertit, pour un bénéfice énergétique quasi nul, connu de tous », indique la SPPEF dans un communiqué.


05/08/19 : Morbihan : Pontivy : Nouveau recours contre le projet d’éoliennes à Buléon
La Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France (SPPEF) a saisi la Cour d'Appel de Nantes contre le projet de six éoliennes à Buléon.
Le 8 mai dernier, le tribunal administratif de Rennes rejetait le recours de la SPPEF et de huit riverains contre le projet éolien de la Vachegare (Buléon).
Les riverains ont jeté l’éponge. La SPPEF continue donc seule le combat « contre cette densification intolérable de l’éolien à Buléon et dans ses abords. Elle entend donner un coup d’arrêt au projet des six éoliennes de 150 m à implanter de chaque côté de la Route nationale 24, déjà fortement impactée par les huit machines de Radenac et de Saint-Allouestre, sachant qu’une 5e éolienne devrait s’ajouter prochainement au parc existant à Radenac, en zone humide et boisée. »
La société VSB, porteuse du projet, n’a pas encore reçu notification de ce recours. « Nous sommes très déçus qu’une association, notoirement connue pour être une association anti-éoliennes, persiste. Et ce, malgré le premier jugement et alors que l’ensemble des riverains se sont désistés », regrette Stéphane Michaut, directeur du développement de VSB.
Le recours ne remet pas en question le projet, sur lequel travaille l’entreprise depuis 2010, « mais il ne fait que retarder son avancement. »

05/08/19 : Côtes d'Armor : La Harmoye. Le conseil municipal 
Extrait : 
Un avis favorable a été émis concernant la construction et l’exploitation de six éoliennes dans la commune de Lanfains
https://www.ouest-france.fr/bretagne/la-harmoye-22320/la-harmoye-le-conseil-municipal-en-bref-6469936

02/08/19 : Morbihan : Pontivy : Nouveau recours contre le projet d’éoliennes à Buléon

La Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF) vient de saisir la cour administrative d’appel de Nantes pour tenter de stopper la construction de six éoliennes dans un lieu-dit de Buléon.
La Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF) ne lâche pas le morceau. Après le rejet de son recours par le tribunal administratif de Rennes le 8 mai 2019, elle vient de saisir la Cour administrative d’appel de Nantes pour empêcher la construction de six éoliennes à la Vachegare, dans la commune de Buléon.
Les huit riverains qui s’étaient associés au recours ont « jeté l’éponge, la SPPEF continue seule le combat contre cette densification intolérable de l’éolien à Buléon et dans ses abords. Elle entend donner un coup d’arrêt au projet des six éoliennes de 150 m à implanter de chaque côté de la RN24, déjà fortement impactée par les huit machines de Radenac et de Saint-Allouestre […] » Selon l’association, le projet de la société VSB énergies nouvelles« impacterait plusieurs hameaux très proches et 70 % des maisons du bourg situées à moins de 1,5 km de la zone d’implantation. »
Contactée, la société VSB n’a pas pu être jointe.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/pontivy-56300/nouveau-recours-contre-le-projet-d-eoliennes-buleon-6467954


02/08/19 : Morbihan : Questembert : Parc éolien de Malansac. Les opposants s’adressent au procureur de la République
L’association Bien vivre à la campagne du pays de Questembert reste mobilisée pendant la période estivale contre le projet de parc éolien du Moulin Neuf. Elle conteste l’autorisation unique accordée par le préfet du Morbihan par un arrêté du 8 octobre 2018. Leur avocat, Me Sébastien Collet, a déposé une requête à la Cour administrative d’appel de Nantes. Les membres du bureau, réunis jeudi 1er août, ont également procédé un signalement au procureur de la République concernant le non-respect de la sécurité.
À LIRE SUR LE SUJET Pays de Questembert. Une association s’oppose au projet éolien
Joseph Roudaut, président de l’association, explique : « Parmi les points que nous contestons figure la distance à respecter entre les éoliennes et la RD 775. Depuis, nous avons souhaité solliciter un géomètre certifié afin d’y vérifier. Il nous indique que l’éolienne n° 2 est située à une distance de 112 m, nettement moins que la distance réglementaire de 125 m. Il convient de rappeler que la RD 775 supporte un trafic important (4 732 véhicules par jour) et qu’elle permet le transport de matières dangereuses. Nous savons aujourd’hui que les éoliennes peuvent s’effondrer (tornades, tempête…) et que les générateurs peuvent aussi prendre feu (incendie d’une éolienne récemment sur le parc d’Ambon). Le danger est donc réel de laisser une éolienne s’installer à une distance non réglementaire ».
Les membres de l’association ont également décidé de prévenir chacun des huit maires concernés. L’association semble bien décidée à ne rien lâcher et espère que ce signalement ne restera pas sans suite.
À LIRE SUR LE SUJET Parc éolien. L’association Bien vivre à la campagne saisit le tribunal
https://www.letelegramme.fr/morbihan/questembert/parc-eolien-de-malansac-les-opposants-s-adressent-au-procureur-de-la-republique-02-08-2019-12353021.php

26/07/19 : Côtes d'Armor : Saint-Adrien : conseil municipal
Extrait : 

Une lecture du collectif Avell Fall (mauvais vent) a été faite, concernant le projet éolien sur les communes de Saint-Adrien et Bourbriac. Une rencontre est proposée, le 19 septembre, à la mairie de Bourbriac.


26/07/19 : Côtes d'Armor : Le parc éolien en baie de Saint-Brieuc devant la justice 
Le Conseil d'État a rejeté mercredi 24 juillet deux recours déposés contre le projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc mais a cependant condamné l'État à indemniser à hauteur de 2,5 millions d'euros une société "irrégulièrement évincée" de l'appel d'offres, selon l'institution. Le Conseil d'État avait été saisi de deux litiges après un appel d'offres organisé pour la sélection des opérateurs en vue de la création de ce parc éolien d'une capacité totale de 500 MW. Cet appel d'offres avait sélectionné la société Ailes Marines pour la création de ce parc et pour son exploitation.
"Le Conseil d'État a jugé que la procédure de sélection avait été irrégulière, dans la mesure où le choix de l'opérateur pour ce parc éolien avait été fondé sur un critère tenant à ce que la réalisation des cinq parcs éoliens, alors simultanément envisagés sur la Manche et l'Atlantique, ne soit attribués à la même entreprise et que ce critère n'était pas prévu dans l'appel d'offres".
En conséquence, le Conseil d'État a "condamné l'État à indemniser la société Nass § Wind à hauteur de 2,5 millions d'euros en réparation du préjudice causé par l'irrégularité de la procédure d'appel d'offres", précise le texte.
Basée à Lorient, Nass § Wind est une PME spécialisée dans les énergies renouvelables. Cette société, de même qu'une association de protection de l'environnement "Gardez les caps", contestaient devant le Conseil d'État deux décisions gouvernementales portant sur la sélection d'Ailes marines pour créer ce parc et l'exploiter ensuite.
Concernant" Gardez les caps", le Conseil d'État a considéré que l'association, "qui n'est pas directement concernée par la décision de sélectionner la société Ailes Marines plutôt qu'une autre entreprise, ne pouvait demander l'annulation de cette décision de sélection".
Ce parc éolien sera situé à environ 16 km des côtes les plus proches. Il comportera 62 éoliennes de 216 mètres de haut.

25/07/19 : Côtes d'Armor : Éolien en mer : le Conseil d'État rejette deux recours contre le projet de la baie de Saint-Brieuc
Le Conseil d'État a rejeté mercredi deux recours déposés contre le projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc, mais il a cependant condamné l'État à indemniser à hauteur de 2,5 millions d'euros la société Nass § Wind "irrégulièrement évincée" de l'appel d'offres. ...
https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/cotes-d-armor/saint-brieuc/eolien-mer-conseil-etat-rejette-deux-recours-contre-projet-baie-saint-brieuc-1703514.html

24/07/19 : Côtes d'Armor : Éolien en baie de Saint-Brieuc. L’association Gardez les Caps va saisir la justice européenne
Le Conseil d’État rejette les recours formés contre la création du parc éolien en mer en baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Voici les réactions après cette décision.
Le Conseil d’État a rendu publique sa décision ce mercredi 24 juillet 2019 : il rejette les recours formés contre la création du parc éolien en mer en baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Voici les réactions après cette décision.
« La France est dans l’illégalité », dénonce Gardez les Caps
« C’est fou, c’est complètement dingue », réagit Katherine Poujol, présidente de l’association Gardez les Caps, après le rejet de la requête de l’association. Le Conseil d’État a bien joué juridiquement, mais il a été obligé de reconnaître les irrégularités dans l’appel d’offres. Elles ne sont pas contestables. »
L’association costarmoricaine ne dit pas son dernier mot puisqu’elle annonce, ce mercredi soir, qu’elle va saisir la Cour de justice européenne. Le projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc étant subventionné par l’État, « la France a été obligée de notifier cette aide à l’Union européenne. Aujourd’hui, la commission n’a toujours pas rendu sa décision. Le Conseil d’État aurait dû poser une question préjudicielle à la Cour de justice de l’Union européenne. La France est dans l’illégalité. »
Gardez les Caps dénonce toujours l’absence de transparence de l’État sur le prix de rachat de l’électricité. « On connaît les tarifs pour l’éolien flottant et pour le projet de Dunkerque, mais pas pour les cinq projets éoliens offshore issus du premier appel d’offres en 2011. »
La « grande satisfaction » d’Ailes Marines
Ailes Marines, porteur du projet, et ses actionnaires, ont accueilli « avec une grande satisfaction la décision du Conseil d’État. Cette excellente nouvelle pour la filière industrielle renforce la solidité du projet, dont le développement se poursuit suivant le planning annoncé. »
« Une surprise » pour les pêcheurs
« C’est une grande surprise que l’avis du rapporteur public n’ait pas été suivi par le Conseil d’État, s’étonne Alain Coudray, président du comité départemental des pêches maritimes. Le représentant des marins-pêcheurs, qui compte parmi les opposants au projet de parc éolien, attend maintenant « les résultats des études scientifiques en cours. Elles vont dans le sens de la pêche, croit-il savoir. Elles montreront que pas mal d’espèces seront dérangées pendant la période des travaux. Par ailleurs, nous sommes toujours opposés au port de maintenance à Saint-Quay-Portrieux. »
« Une bonne nouvelle » selon Loïg Chesnais-Girard
Pour Loïg Chesnais-Girard, président de la Région, « c’est une bonne nouvelle pour la Bretagne, pour les énergies marines renouvelables, pour la lutte pour le climat. Il est temps maintenant de réaliser ce projet. » Rappelons que la Région a investi une somme colossale pour construire un nouveau polder au port de Brest (220 millions d’euros). Cette plateforme dédiée aux énergies marines doit notamment accueillir l’usine qui fabriquera les fondations des éoliennes pour le projet d’Ailes Marines.

24/07/19 : Côtes d'Armor : Éolien. Le projet en baie de Saint-Brieuc confirmé, mais l’État devra verser 2,5 millions d’euros
Le Conseil d’État rejette les recours formés contre la création du parc éolien en mer en baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Il souligne néanmoins l’irrégularité de la procédure d’appel d’offres. Et condamne l’État à verser 2,5 millions d’euros à l’entreprise qui n’avait pas été retenue.
Le Conseil d’État a rendu publique ce mercredi 24 juillet 2019 sa décision concernant le parc éolien en baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). Ce parc de 62 éoliennes, dont la construction est prévue entre 2021 et 2023, était remis en cause par deux recours contre les décisions prises par le gouvernement en 2012, lors de l’attribution à la société Ailes Marines.
Ces recours, demandant une annulation pour excès de pouvoir, avaient été déposés par l’association de protection de l’environnement Gardez les caps et l’entreprise Nass & Wind, candidate malheureuse de l’appel d’offres.
Les recours rejetés
Dans sa décision, le Conseil d’État juge que la procédure de sélection a bien été irrégulière, le choix de l’opérateur ayant été fondé sur un critère non prévu dans l’appel d’offres (le souci que la réalisation des cinq parcs éoliens, simultanément envisagés en Manche et Atlantique, ne soit pas attribuée à la même entreprise).
Mais la juridiction considère que cette « irrégularité de procédure n’a pas d’incidence sur le projet en lui-même ». La création et l’autorisation d’exploiter le parc éolien sont donc validées.
L’État lourdement condamné
S’il ne remet pas en cause le parc éolien attribué à Ailes Marines, le Conseil condamne en revanche l’État à indemniser la société Nass & Wind « en réparation du préjudice causé par l’irrégularité de la procédure d’appel d’offres ». Il devra verser 2,5 millions d’euros à l’entreprise. La requête de l’association « Gardez les caps » a été rejetée. Le Conseil d’Etat estime qu’elle «n’est pas directement concernée par la décision de sélectionner la société Ailes Marines plutôt qu’une autre entreprise, ne pouvait demander l’annulation de cette décision de sélection ».
Ailes Marines soulagé
«Ailes Marines et ses actionnaires (Iberdrola, RES et la Caisse des Dépôts) ont accueilli avec une grande satisfaction la décision du Conseil d'Etat concernant le projet de parc éolien en mer de la Baie de Saint-Brieuc, réagit le promoteur dans un communiqué. Cette excellente nouvelle pour la filière industrielle renforce la solidité du projet, dont le développement se poursuit suivant le planning annoncé, avec un début de construction en 2021 et une mise en service en 2023.»
https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/eolien-le-projet-en-baie-de-saint-brieuc-est-confirme-6457470

22/07/19 : Morbihan : Guern : conseil municipal
Extrait : Projet éolien de la Sarre. Le maire, Joseph Le Boedec, a présenté le projet d'implantation de quatre éoliennes, par l'entreprise Vol V Biomasse. 
https://www.ouest-france.fr/bretagne/guern-56310/guern-les-travaux-de-la-mairie-seront-en-deux-etapes-6454064

17/07/19 : Côtes d'Armor : Trévé : conseil municipal
Extrait : Parc éolien. Les élus ont donné un avis favorable au projet de parc éolien du Ménec par onze voix pour et sept contre.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/treve/conseil-aide-financiere-pour-passer-le-bafa-17-07-2019-12341302.php


15/07/19 : Côtes d'Armor : Le Quillio : Conseil municipal
Extrait : 
Création d’un parc éolien à Loudéac et Trévé. La municipalité émet un avis favorable au projet SAS Parc Eolien Le Ménec
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/le-quillio/conseil-municipal-travaux-en-perspective-15-07-2019-12338981.php

13/07/19 : Côtes d'Armor : Le Haut-Corlay : conseil municipal
Eolien : Projet éolien de Lanfains. Suite à l’enquête publique, les élus ont donné un avis favorable au projet de construction et d’exploitation de six éoliennes sur le territoire de Lanfains.

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/le-haut-corlay/conseil-les-travaux-a-l-ordre-du-jour-12-07-2019-12337736.php

11/07/19 : Finistère : Kergloff. L’ultime recours des opposants aux éoliennes
Douze ans après le début du projet, les trois éoliennes de la butte du Magoarem, à Kergloff (29), attendent encore l’ultime feu vert… Le dossier a été examiné ce jeudi, à Paris, par le Conseil d’État.
Une nuance de regret était perceptible ce jeudi dans la voix du rapporteur public du Conseil d’État quand il a évoqué les paysages des Montagnes noires et des Monts d’Arrée. La haute juridiction administrative a examiné le pourvoi des riverains opposés à la construction de trois éoliennes sur ces sites « emblématiques du Finistère » connus pour leurs immensités. Le projet porté par la société des Énergies du Poher, propriétaire d’un terrain, prévoit ainsi la construction à 3,5 kilomètres de la butte du Magoarem, à Kergloff (29). La société a demandé et obtenu du préfet du Finistère un permis de construire ces trois éoliennes, d’une altitude moyenne de 150 mètres et d’un poste de livraison électrique. Depuis 2009, les riverains contestent cette décision et « l’opacité de l’initiative ». Ils redoutent à la fois un impact sur le paysage, sur la santé et sur la faune. Les élus locaux les avaient soutenus lors de leur première requête devant le tribunal administratif de Rennes, mais ne sont pas allés en appel où les opposants ont également été déboutés.

« Construction permise et encouragée par les pouvoirs publics »
L’étude d’impact est pour eux « largement insuffisante ». Elle omet ainsi de « signaler que certaines maisons des hameaux voisins se trouvent à seulement 481 mètres du projet de parc alors que la loi exige une distance de plus de 500 mètres des maisons ». D’où leur volonté de mener ce combat judiciaire jusqu’au bout.
Lors de l’audience, le rapporteur public chargé de l’instruction du dossier a confirmé l’importance de cette règle des 500 mètres sans nier la proximité des maisons. Toutefois, a-t-il signalé, « un écart de 20 m n’est pas susceptible d’entraîner la cassation de l’arrêt ». Quant à la grande inquiétude concernant l’impact sur le paysage, le rapporteur public l’a bien relevée. « L’insertion dans le paysage est un débat difficile et douloureux pour les requérants, la construction des éoliennes – certes immenses — est permise et encouragée par les pouvoirs publics pour développer les énergies renouvelables », a-t-il ajouté, avant de proposer aux juges le rejet du pourvoi des opposants. Le Conseil d’État rendra sa décision dans les prochaines semaines.

https://www.letelegramme.fr/bretagne/kergloff-l-ultime-recours-des-opposants-aux-eoliennes-11-07-2019-12336694.php

11/07/19 : Finistère : Éoliennes de Kergloff. Les vents sont favorables
Les nombreux opposants à l’implantation de trois éoliennes au lieu-dit Magoarem, à Kergloff (Finistère), tentaient, ce jeudi 11 juillet, un dernier recours contre le projet. Le rapporteur public a balayé leurs arguments. Le Conseil d’État rendra sa décision dans les prochaines semaines.
La butte du Magoarem, à Kergloff, se situe à mi-chemin entre deux sites emblématiques du Finistère, les Montagnes Noires, au sud, et les monts d’Arrée, au nord. La limite de ces derniers est à 3,5 kilomètres du Magoarem.
Une quinzaine d’opposants et de voisins s’inquiètent fortement des répercussions du projet d’implantation d’éoliennes sur ce site, tant pour le paysage que pour les espèces animales, notamment les chauves-souris, pipistrelles et grands rhinolophes, qui prospèrent autour de l’Aulne, cours d’eau voisin.
Ils attaquent, depuis l’origine, l’arrêté du 2 juin 2014 par lequel le préfet du Finistère a délivré à la société des Énergies du Poher, propriétaire d’un terrain situé sur la butte, un permis de construire trois éoliennes, d’une altitude moyenne de 150 m, et un poste de livraison électrique.
Étude d’impact jugée insuffisante
Leurs premières demandes ont été rejetées, en 2017 et 2018, par le tribunal administratif de Rennes et la cour administrative d’appel de Nantes. Tous revenaient, hier encore, devant le Conseil d’État.
Selon eux, l’étude d’impact est largement insuffisante. La loi exige en effet que les projets de parcs soient situés à plus de 500 m des maisons, or celui-ci se trouve à 481 m. Ils rapportaient également à nouveau leurs grandes inquiétudes concernant l’impact sur le paysage.
Le rapporteur public en charge de l’affaire a démenti leurs inquiétudes. « Un écart de 20 m n’est pas susceptible d’entraîner la cassation de l’arrêt , a-t-il affirmé à propos de la règle des 500 mètres. Il y a toujours des incertitudes à la marge. On n’annule qu’en cas d’erreur importante. »
Le délicat débat de l’insertion dans le paysage
Par ailleurs, « si l’insertion dans le paysage est un débat difficile et douloureux pour les requérants, car des éoliennes ne s’insèrent jamais bien dans un paysage. Leur construcion est permise et encouragée par les pouvoirs publics pour développer les énergies renouvelables », a ajouté le rapporteur, avant de proposer aux juges le rejet du pourvoi des opposants.
Décision du Conseil d’État dans les prochaines semaines.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/kergloff-29270/eoliennes-de-kergloff-les-vents-sont-favorables-6440833

11/07/19 : Côtes d'Armor : Éoliennes en baie de Saint-Brieuc. Un nouveau pourvoi devant le Conseil d’État

Nouvelle attaque contre l’attribution à Ailes Marines, filiale de l’espagnol Iberdrola, du projet de parc éolien en baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor). L’affaire était à nouveau au menu du Conseil d’État ce jeudi 11 juillet 2019.
De chaque côté, les opposants et les partisans retiennent leur souffle. Pour la première fois depuis que les batailles font rage autour des futurs parcs éoliens en mer, l’attribution de l’un des lots est remise en question.
Tout juste huit jours après le recours déposé par l’association Gardez les Caps et la société Nass et Wind Smart Services contre Ailes Marines, le Conseil d’État examinait une nouvelle requête des mêmes acteurs concernant cette fois la convention de concession d’utilisation du domaine public maritime. Une convention conclue le 18 avril 2017 pour une durée de 40 ans.
Ce projet d’implantation de 62 éoliennes à 16 kilomètres au large du cap d’Erquy pour un investissement de 2,4 milliards d’euros interpelle en effet les juges quant aux motifs qui ont conduit le gouvernement alors en place l’attribuer non pas le gagnant de l’appel d’offres, mais le second sur la liste, à savoir Ailes Marines.
« Des points d’irrégularité »
Le rapporteur public en charge du dossier, Louis Dutheillet de Lamothe, a rappelé les étrangetés de cette convention qui « pour ce qui concerne l’environnement, regarde uniquement de ce qui est au-dessus de la mer, c’est-à-dire les oiseaux. »
Il a rappelé que la cour administrative d’appel de Nantes a décidé d’annuler, le 3 avril, l’arrêté approuvant la convention d’utilisation du domaine public maritime délivré à Ailes marines en raison de « l’incompétence du signataire de l’avis conforme », le capitaine de vaisseau Jean-Louis Fournier, agissant « au nom du commandant de la zone maritime de la Manche et de la mer du Nord ».
Le code général de la propriété des personnes publiques prévoit que l’autorité compétente est le commandant de la zone maritime lui-même. « Le pourvoi soulève donc, note le rapporteur public, des points d’irrégularités qui semblent fondés ». Ces moyens devraient, selon lui, être entendus.
Le rapporteur public conclut de façon assez floue, admettant que l’arrêt devrait être annulé car la cour n’a pas répondu à ces points litigieux, mais que dans un souci de frais, la solution la plus appropriée revient à attendre le jugement des affaires étudiées le 3 juillet dernier. À savoir l’annulation ou non des deux arrêtés d’attribution du parc à Ailes Marines. Le suspense reste donc entier…
https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/eoliennes-en-baie-de-saint-brieuc-un-nouveau-pourvoi-devant-le-conseil-d-etat-6440917


10/07/19 : Côtes d'Armor : Kerien : Conseil municipal
Extrait : Lundi, le conseil municipal de Kerien s’est réuni sous la présidence de Claude Salomon, maire de la commune. La réunion était précédée d’une rencontre avec les représentants de Aalto Power, venus présenter leur projet éolien. Ce dossier devrait venir alimenter l’ordre du jour d’un prochain conseil.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/kerien/conseil-deux-subventions-attribuees-10-07-2019-12335719.php


10/07/19 : Côtes d'Armor : Merléac : Conseil municipal. Avis favorable aux projets éoliens
Extrait : Le conseil municipal de Merléac s’est réuni vendredi 5 juillet.
Joël Carrée, maire, a rappelé que deux certificats d’urbanisme opérationnels ont été déposés par la société Locogen, agence de Rennes, concernant l’installation de deux parcs éoliens. L’un sur le secteur du Rohello et l’autre sur le secteur de la butte Saint-Michel. Après en avoir délibéré, le conseil municipal, à l’unanimité, donne un avis favorable à cette demande. Les membres donnent également un avis favorable au projet éolien de Lanfains.

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/merleac/conseil-municipal-avis-favorable-aux-projets-eoliens-10-07-2019-12335913.php



09/07/19 : Côtes d'Armor : Saint-Quay-Portrieux : Conseil municipal. Le Plu sera modifié pour la base de maintenance des éoliennes
Ce lundi 8 juillet, si les élus quinocéens ont débattu sur le projet hôtelier au Gerbot d’avoine, ils se sont également penchés sur celui de la base de maintenance des éoliennes. Là encore, une mise en compatibilité du Plu est nécessaire.
L’implantation envisagée de la base, sur le Port d’Armor, entraîne une modification du règlement de la zone UP, notamment avec l’apport de précisions sur les activités pour lesquelles les constructions et installations sont autorisées. Et avec l’ajout de la mention : « Activités liées aux énergies marines renouvelables » et, en autorisant explicitement les zones de stockage.
Des avis favorables
La direction départementale des Territoires et de la Mer, la direction du patrimoine du département des Côtes-d’Armor, l’unité départementale de l’architecture et du patrimoine des Côtes-d’Armor de la direction régional des affaires culturelles de Bretagne ont émis un avis sans observation. Les communes de Tréveneuc et de Plourhan ont également émis un avis favorable.
Concernant les remarques des habitants, aucune observation n’a été consignée sur les registres durant la mise à disposition au public.
Les conseillers municipaux ont donc émis, à l’unanimité, un avis favorable à l’approbation du dossier de modification simplifiée n°1 du Plan local d’urbanisme.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/saint-quay-portrieux/conseil-municipal-le-plu-sera-modifie-pour-la-base-de-maintenance-des-eoliennes-09-07-2019-12334446.php

09/07/19 : Côtes d'Armor : Bon-Repos-sur-Blavet : conseil municipal : Un parc éolien à l’étude 😡
Extrait : Le conseil municipal s’est réuni lundi 8 juillet. En début de conseil, la société Engie Green a présenté le projet éolien d’un parc éolien de quatre à dix éoliennes de 150 m de haut maxi. Le nombre n’est pas défini pour le moment. L’étude est en cours. Le site principal retenu sera au nord de Bon-Repos-sur-Blavet, à la limite avec Plussulien. La zone compte 117 parcelles et 47 propriétaires. Le loyer payé aux propriétaires avoisinerait les 3 500 € et une redevance de servitude de 5 000 €. Un avis favorable a été émis pour la poursuite de l’étude de faisabilité technique avec six abstentions et quatre votes contre.
https://www.letelegramme.fr/cotes-d-armor/bon-repos-sur-blavet/conseil-un-parc-eolien-a-l-etude-09-07-2019-12334673.php


09/07/19 : Côtes d'Armor : Saint-Caradec : conseil municipal

Extrait : Installation classée. Accord du conseil sur la demande présentée par la SAS parc éolien Le Ménec en vue de la création d’un parc de six éoliennes à Loudéac et Trévé.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/saint-caradec/conseil-municipal-une-enveloppe-de-601-000-eur-09-07-2019-12334259.php

07/07/19 : Morbihan : Noyal-Muzillac. Vent de Discorde continue son combat contre les éoliennes
Jeudi 4 juillet a eu lieu l’assemblée générale de l’association Vent de Discorde. L’occasion d’informer les adhérents des procédures et actions en cours contre le projet éolien de Cambocaire.
La première partie de l’assemblée générale de l’association a été consacrée à la lecture des comptes financiers, sachant que les seules rentrées proviennent des cotisations annuelles. Le bilan est satisfaisant, le nombre d’adhérents toujours stable.
La composition du bureau reste inchangée. Mais, il est à noter la démission de Bernard Stimec du conseil d’administration et le départ d’Yves Luton.
Les requérants dénoncent toujours un projet éolien qui « ignore totalement le grand nombre d’habitations et leur proximité immédiate avec les éoliennes. Outre la perte de valeur du bien de chacun, la création du parc éolien va entraîner de nombreuses problématiques, notamment de sécurité. »
Les adhérents se posent des questions après l’incendie d’une éolienne à Ambon. Rentrent aussi en compte le bruit, les flashs nocturnes ou l’effet stroboscopique. L’association a évoqué une récente enquête qui aurait démontré que les pales des éoliennes sont responsables de la forte mortalité de colonies de chauve-souris vivant à proximité.
L’association a noté que la dernière enquête publique a été faite sans prendre en considération les avis négatifs, « en produisant des photos montages réalisées dans une période où la floraison est assez intense, minimisant ainsi l’impact visuel ».
Pour l’heure, l’association continue de revendiquer son « non aux éoliennes de Cambocaire.Nous nous battons depuis dix ans, et nous irons jusqu’au bout », a martelé la présidente, Raymonde Le Bars, soulignant que « les différentes pièces et mémoires sont en possession des autorités compétentes, pour une réponse probable vers le premier semestre 2020 ».
https://www.ouest-france.fr/bretagne/noyal-muzillac-56190/noyal-muzillac-vent-de-discorde-continue-son-combat-contre-les-eoliennes-6434354


05/07/19 : Morbihan : Crédin : Un projet d’éolien au sud de la commune
Lundi soir, le début de séance du conseil municipal de Crédin a été consacré à la présentation, par la société Eolfi, du projet d’extension du parc éolien, dans les communes de Crédin et de Réguiny, entre les hameaux de Locmalo, Coetmeur et le Teil. « L’implantation d’une seule éolienne, d’une puissance minimum de 3 mégawatts, est envisagée à Crédin », annonçait Anne-Sophie Grenet, cheffe de projet éolien. Avant la demande d’autorisation environnementale, plusieurs études seront réalisées et « les 500 mètres seront respectés au minimum entre les éoliennes et les habitations ». Ce projet ne se poursuivra pas sans l’aval du conseil municipal. Un comité de suivi composé d’élus, de riverains et de membres d’associations sera mis en place.
« Lors de l’élaboration du projet, deux ou trois réunions et une exposition seront organisées, afin de répondre aux questions du grand public ». Un financement participatif local intégrant des particuliers est en projet. Eolfi proposera des mesures d’accompagnements : préservation de la biodiversité (installation de ruches, mise en place de cultures spécifiques, partenariats associatifs…), environnement humain (aménagement de sentier, de parcours de santé, d’implantation de haies…).
Si la réalisation du projet ne subit pas de contretemps, la construction du parc pourrait être effective en 2020. Les retombées financières pour la commune de Crédin sont estimées à environ 5 150 € par an pour une éolienne, s’y ajoutant les droits de passage sur les chemins communaux.

https://www.letelegramme.fr/morbihan/credin/un-projet-d-eolien-au-sud-de-la-commune-05-07-2019-12331495.php


04/07/19 : Côtes d'Armor : Erquy : le parc éolien a de nouveau du plomb dans l’aile
Nouveau rebondissement dans l'attribution du marché éolien au large du cap d'Erquy à la société Ailes Marines. Le conseil d'Etat pourrait relancer toute la procédure.
Le parc éolien qui doit voir le jour à l’horizon 2021-2023 dans la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), à 16 km au large du cap d’Erquy, est une nouvelle fois contrarié. Les recours déposés par l’association de protection de l’environnement, Gardez les Caps, et la société Nass & Wind, provoquent des remous au conseil d’Etat.
Verdict d’ici la fin de l’été
Nass & Wind a toujours contesté les conditions d’attribution de ce marché à l’entreprise Ailes Marines, placée en seconde position selon les critères de l’appel d’offres, faisant front commun avec les défenseurs de l’environnement pour contrecarrer une procédure qui prend des airs de serpent de mer.
Le rapporteur public s’en est en tout cas fait le porte-voix mercredi 3 juillet 2019 devant le conseil d’Etat qui rendra sa décision d’ici la fin de l’été. Une décision qui pourrait entraîner l’annulation des arrêtés d’attribution et relancer tout le dossier. Ce qui contredirait les déclarations du président de la République, Emmanuel Macron, lors de sa visite dans les Côtes-d’Armor en juin 2018.
Pour mémoire : ce projet porte sur 62 éoliennes de 200 mètres de hauteur et d’une puissance de 8MW. L’investissement prévu pour Ailes Marines est supérieur à deux milliards d’euros.
Au-delà de la polémique qui porte sur la protection des fonds marins, de la ressource pêche et des aspects paysagers, les enjeux sont très importants : ce parc, qui s’intègre au pacte électrique breton, doit alimenter à terme 800 000 personnes en électricité et induit plusieurs centaines d’emplois (éoliennes fabriquées au Havre, fondations fabriquées à Brest…).

https://actu.fr/bretagne/erquy_22054/erquy-parc-eolien-de-nouveau-plomb-dans-laile_25673836.html


03/07/19 : Morbihan : Crédin. Une éolienne en projet au sud de la commune
Lundi 1er juillet, le conseil municipal s’est réuni avec, pour principal point à l’ordre du jour, la présentation d’un projet d’extension d’un parc d’éoliennes.
La société Eolfi souhaite entamer une étude sur la possibilité d’extension du parc d’éoliennes implantées entre Crédin et Réguiny, entre les hameaux de Locmalo, Coëtmeur et Le Teil.
Une puissance de 3 mégawatts
Deux de ses représentants ont présenté le projet devant le conseil municipal, lundi 1er juillet. « Au...
https://www.ouest-france.fr/bretagne/credin-56580/credin-une-eolienne-en-projet-au-sud-de-la-commune-6428335