Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

Bretagne (III) (du 26/09/2018 au ... )

Bretagne


Voir les articles précédents sur "Bretagne" (I) et (II)

21/11/18Côtes-d'Armor : Moustéru : Réunion Conseil Municipal
Extrait :
Projet de parc éolien à Gurunhuel. Dans le cadre de ce projet, les communes avoisinantes doivent être consultées. Une enquête publique est en cours (jusqu’au 6 décembre). Là encore le conseil a prononcé un avis défavorable : la liaison entre le point de livraison et le poste source n’étant pas définie dans le projet, il est sans doute possible que la liaison passe par Moustéru, pouvant occasionner des dégâts de voirie.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/mousteru/conseil-cinq-votes-contre-les-modifications-des-statuts-de-gp3a-21-11-2018-12140713.php?vptoken=de22f1903beb8ce270fbdde5548e6729d7a703d9


21/11/18 : Finistère : Porspoder. Un projet d’éoliennes prend forme
Un projet d’éoliennes prend de la consistance à la pointe bretonne, à Porspoder, pour alimenter l’équivalent de 6 400 foyers. Les promoteurs lancent une campagne de financement participatif pour les études.
Trois ou quatre éoliennes, selon le diamètre du rotor retenu, à proximité de l’océan, à Porspoder (29), en face d’Ouessant ; une production estimée à près de 30 000 MWh par an, soit la consommation (chauffage compris) annuelle de 6 400 foyers (environ 12 800 personnes), soit l’équivalent de 30 % de la population de la Communauté de communes du Pays d’Iroise. C’est ainsi qu’Epuron Erg Group décrit son projet. Sur place, pour estimer le potentiel éolien, un mât de mesure a été installé en avril, pour un an. Ce projet nécessiterait naturellement un permis de construire (de la part du préfet) et d’exploitation, à la suite d’une enquête publique. Une consultation, des ...
https://www.letelegramme.fr/bretagne/porspoder-un-projet-d-eoliennes-prend-forme-21-11-2018-12139798.php

21/11/18 : Côtes d'Armor : Lamballe. Projet éolien : le financement participatif reconduit😠
Un financement participatif pour le projet éolien Lamballe II (Côtes-d'Armor), avec l’installation de deux éoliennes a été lancé. Fort de son succès, une nouvelle collecte est ouverte.
La société IEL (Initiatives et énergies locales) de Saint-Brieuc avait lancé en septembre, un financement participatif sur deux éoliennes, non loin du parc d’activités des Noës à Saint-Aaron, Lamballe.
D’abord destinée en priorité aux habitants de Lamballe Terre et Mer, la collecte citoyenne est désormais ouverte à toute la région Bretagne. Rendez-vous jusqu’en janvier sur la plateforme Web Lendopolis.
Le succès du financement participatif
Le plafond souhaité était de 100 000 €. Il a été atteint. « C’est un succès. Nous ouvrons donc une nouvelle collecte à 50 000 €, explique Florian Epiard, chargé de projet pour IEL. Les habitants de Lamballe Terre et Mer peuvent bien sûr toujours y prendre part. »
Denis Michelet, adjoint à l’urbanisme à Lamballe souligne « l’intérêt de la population pour cette production d’énergie vertueuse et le travail avec des entreprises locales ».
Chantier jusqu'à fin mars
Les travaux se poursuivent donc aux Noës. Le socle béton d’une éolienne est déjà coulé. Il nécessite 570 m3 de béton, équivalents à 80 toupies. Le treillis en ferraille de l’autre est installé. Le béton y sera coulé jeudi.
Ensuite viendront la voirie, la pose des réseaux, la partie électrique. Les premiers éléments des éoliennes arriveront en janvier. Le montage durera jusqu’à fin mars. Le site sera ensuite aménagé durablement.

19/11/18Côtes-d'Armor : Plouisy : Conseil municipal.
Extrait : Parc éolien de Gurunhuel. La commune de Plouisy faisant partie du périmètre concerné par le projet d’un parc de deux éoliennes et poste de livraison sur la commune de Gurunhuel, l’avis du conseil municipal a été demandé. Ce dernier a validé, à l’unanimité, cette installation sous réserve, en l’absence de la connaissance du cheminement du raccordement du poste de livraison sur le réseau et de son éventuel passage sur Plouisy.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plouisy/conseil-municipal-les-tarifs-municipaux-reevalues-19-11-2018-12138697.php?vptoken=627258f0370c3799eb6e750d163425be1e901eda

17/11/18Côtes-d'Armor : Plestan. Les nouvelles éoliennes rapporteront 5 700 € par an
Les trois éoliennes qui doivent être installées à Plestan seront nettement plus hautes que les six actuelles. Elles seront situées à 550 mètres de l’habitation la plus proche.
Après l’enquête publique, qui s’est achevée le 26 octobre 2018, sans qu’aucun habitant ne se soit manifesté en mairie (un seul a écrit), le projet d’édification de trois nouvelles éoliennes dans l’actuel parc éolien de Plestan (Côtes-d'Armor) suit son cours.
Lors du dernier conseil ...
https://saint-brieuc.maville.com/actu/actudet_-plestan.-les-nouvelles-eoliennes-rapporteront-5-700-e-par-an_une-3578732_actu.Htm

15/11/18 : Côtes-d'Armor : Loguivy-Plougras : Projet éolien. La concertation a démarré
Le projet de parc éolien à Parc Ar Hoat sur les communes de Loguivy-Plougras et Plougonver a avancé et devrait être déposé à la préfecture début 2019. Ce projet est porté par la société Engie Green France.
Auparavant, une phase de concertation préalable a débuté depuis lundi. Elle s’achèvera le lundi 26 novembre. La société a affiché l’avis en pièce jointe dans plusieurs mairies du secteur. Élise Kebaili tiendra, durant cette période, deux permanences dans la salle de réunion du gîte du Dresnay, le jeudi 22 novembre, de 16 h à 19 h et le vendredi 23 novembre, de 11 h à 14 h.
Le dossier de concertation est disponible au public dans les mairies directement concernées par le projet. Le public peut consigner ses observations sur le registre prévu à cet effet. Il peut également formuler ses remarques par courriel à parc-ar-hoat.egn@engie.com

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/loguivy-plougras/projet-eolien-la-concertation-a-demarre-15-11-2018-12134070.php?vptoken=267ccb919650860a4231df2269b69413fdd8ac03

10/11/18 : Côtes-d'Armor : Entre Loudéac et Saint-Barnabé le projet de parc éolien revu et corrigé dans les tuyaux
Un projet de parc de quatre éoliennes entre Loudéac et Saint-Barnabé pourrait se concrétiser à partir de 2020.
Les flèches bleues correspondent aux éoliennes déjà existantes dans le secteur. Les flèches jaunes indiquent, approximativement, les lieux d’implantation envisagés. (©Google maps)
La société Engie Green a déposé une demande d’autorisation pour construire un parc éolien le long de la vallée du Larhon, entre Loudéac et Saint-Barnabé. 

Le futur parc de « la Vallée du Larhon » comprendrait 4 éoliennes de 150 m de haut en bout de pale (95 m pour la hauteur du mat) et d’une puissance de 2 MW chacune.
Trois serait seraient implantées sur le territoire de Saint-Barnabé, s’inscrivant dans la continuité du construit du parc déjà existant au Bocaudrain (six éoliennes). La quatrième éolienne se situerait sur le territoire de Loudéac, près du village du Diffault, en retrait de la D41.
Engie Green avait engagé des démarches dès 2016 en vue de construire un parc plus étoffé (six éoliennes). Le dossier ayant été « recalé » pour des raisons de contraintes foncières il a dû être revu à la baisse avant un nouveau dépôt à la préfecture des Côtes-d’Armor, cette année. Il est en cours d’instruction.
Une enquête publique sera lancée l’année prochaine et la société espère obtenir les autorisations administratives en 2020 pour pouvoir lancer le chantier.
Il faudra auparavant que les autorisations soient purgées de tout recours, toujours possibles durant quatre mois à compter de la date officielle des autorisations par toute personne ayant un intérêt personnel à agir.
Engie Green assure que, par rapport aux premiers modèles d’aérogénérateurs, les nuisances sonores engendrées par la rotation des pâles sont aujourd’hui très réduites, notamment grâce à des pales reprenant « le design d’une aile de hibou ». La réglementation oblige aussi à un suivi acoustique des installations, une fois celles-ci réalisées.
Le groupe Engie, premier producteur éolien en France (1 833 MW installés), a prévu de doubler ses capacités d’ici 2021.


09/11/18 : Morbihan : Langonnet : Les études du projet autorisées
La Société Nordex France a pour projet d’implanter et d’exploiter une ou plusieurs éoliennes sur la commune de Langonnet.
Dans ce contexte, l’opérateur souhaite pouvoir réaliser ou faire réaliser toutes les études de terrain nécessaires à la réalisation du projet. Le secteur concerné se situe entre les villages de Kerbeskontès et Drouloué.
Les représentants de la société Nordex ont été invités à présenter, lors du conseil de mardi, leur projet aux élus.
Pour rappel, le conseil municipal a adopté un soutien à l’unanimité à l' « Appel pour un Pacte Climat-Finance européen » afin d’engager et financer au plus vite la transition énergétique. C’est dans ce contexte que la municipalité soutient régulièrement toutes les initiatives favorisant les énergies renouvelables.
Le conseil municipal a donc émis un avis favorable (16 voix pour, 2 voix contre, 1 abstention) à la poursuite de ces études de terrain, la société Nordex s’engageant à informer régulièrement la commune des avancées de son projet.

https://www.letelegramme.fr/morbihan/langonnet/eolien-les-etudes-du-projet-autorisees-09-11-2018-12128680.php

09/11/18 : Finistère : Goulien : Conseil municipal
ExtraitLa société Quadran, qui gère les éoliennes, offre à la commune une somme de 15 000 € à utiliser pour des dépenses afférentes à la maîtrise de l’énergie, au patrimoine bâti ou au développement de l’attrait touristique local. Cette somme sera affectée aux travaux d’isolation du commerce communal, à ceux de la charpente et de la toiture de l’église, ainsi qu’à diverses installations à la Maison du vent (pale, nacelle, panneaux de photos…).
https://www.letelegramme.fr/finistere/goulien/conseil-la-commune-va-acquerir-l-appartement-au-dessus-du-daiquiri-09-11-2018-12128500.php?vptoken=9d17a711ae733b3ef90b7274897ea92bd56b4ed3

09/11/18 : Côtes d'Armor : Plestan : Conseil municipal.
Extrait : Parc éolien Plestan 2
Dans le cadre de l’implantation de ce parc éolien, une enquête publique était ouverte du 24 septembre au 26 octobre. Jean-Yves Rondel, commissaire enquêteur, a tenu cinq permanences à la mairie. Aucune observation n’a été présentée. En conséquence, et dans le but d’accroître l’autonomie énergétique de la commune et de conforter le parc existant ainsi que de contribuer à réduire le déficit énergétique de la Bretagne, le conseil émet un avis favorable à ce projet. Côté financier, cette implantation produira une recette de 5 700 € annuels pour la commune et de 39 000 € pour LTM, entre autres (Département, Région).

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plestan/conseil-municipal-tarifs-de-l-assainissement-collectif-09-11-2018-12128422.php


07/11/18 : Finistère : Peumerit : Conseil. L’éolienne de Kerguellou fait parler d’elle
ExtraitMardi soir, le conseil municipal a retardé l’ouverture de sa séance afin de donner la parole à une habitante de la commune venue se plaindre des nuisances (insomnies, maux de tête, etc.) qui pourraient être occasionnées par l’éolienne de Kerguellou, à Plonéour-Lanvern. Ces désagréments seraient liés aux infrasons émis par ce type de structure. Une lettre a été adressée à François De Rugy, actuel ministre de la Transition écologique et solidaire afin de solliciter une étude scientifique indépendante, lancée dès que possible. Et ce, afin d’identifier les risques éventuels liés à cette technologie.
https://www.letelegramme.fr/finistere/peumerit/conseil-l-eolienne-de-kerguellou-fait-parler-d-elle-07-11-2018-12127011.php

01/11/18 : Morbihan : Forêt de Lanouée. Sa vente à la Caisse des dépôts n’enterre pas le projet d’éoliennes
Dans le Morbihan, la forêt de Lanouée a été revendue par Boralex à la Caisse des dépôts. Ce nouveau changement de propriétaire ne met cependant pas un terme au vaste projet de champs d’éoliennes, au cœur du deuxième massif forestier breton.
L’épisode éolien est loin d’être révolu en forêt de Lanouée. Le deuxième massif forestier de Bretagne est pourtant en train d’être racheté par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) au groupe canadien Boralex. Pour autant, cette vente n’enterre pas les ambitions de l’entreprise canadienne, qui espère toujours une décision de justice favorable lui permettant d’installer ses éoliennes, révèle Le Mensuel du Morbihan dans son édition de novembre.
Ce projet d’implantation de seize turbines, culminant à 186 m de haut, a été lancé en 2010. Il est prévu sur près de 331 ha, soit 8,7 % de la superficie du massif. Très vite, le groupe Dreyfus, alors propriétaire de la forêt, se confronte aux défenseurs de la biodiversité et du paysage. L’industriel obtient pourtant ses permis de construire, d’exploitation et de défrichement par la préfecture.
Chantier suspendu en 2017
En 2015, il revend le massif à Boralex, un spécialiste des énergies renouvelables. Quelque 68 millions d’euros investis et un an de travaux plus tard, les recours des opposants sont entendus par le tribunal administratif de Rennes. Le chantier est suspendu le 11 juillet 2017. Ils laissent une partie de la forêt clairsemée. Boralex fait appel de la décision. Un an plus tard, l’entreprise canadienne met sa propriété forestière en vente. En juillet 2018, Frédéric Duvernay, chef de projet de Boralex, confie que des « négociations avancées » sont menées avec « un institutionnel » (Le Télégramme 6 juillet 2018).
Aujourd’hui, le rachat est en train d’être finalisé par la Caisse des dépôts. Preuve des tensions autour de l’affaire, rares sont les acteurs se risquant à toute réaction avant l’officialisation de la vente qui est imminente. « La rumeur circulait depuis un petit moment », concède Gérard Granvalet, maire de Lanouée, s’empressant de préciser qu’il n’est pas dans la confidence d’un rachat par la CDC.
L’institution financière publique, via sa société forestière, capitalise près de 300 000 ha en France. La CDC est donc devenue experte dans la gestion de ses propriétés forestières. Elles lui assurent un placement financier pérenne. Cette cession constituera-t-elle un nouvel élan pour la situation écologique de la forêt ? L’espoir est permis, selon Xavier Grenié, responsable morbihannais du Centre régional de la propriété forestière. « Il y avait un retard dans le reboisement, je ne m’inquiète pas sur le fait que la CDC prendra les mesures qu’il faut ».
Dans l’attente de la signature du contrat, contactés, ni Boralex ni la CDC ne souhaitent effectuer de commentaires. La firme précise toutefois qu’elle « n’abandonne pas le projet » de parc éolien mais « attend simplement la décision de la cour d’appel ». Boralex n’a pas fait une croix sur son investissement. La firme utilisera tous les recours en sa possession. L’avenir du projet éolien en forêt de Lanouée reste lié à la décision que prendra la cour d’appel de Nantes début 2019.

https://www.letelegramme.fr/bretagne/foret-de-lanouee-sa-vente-a-la-caisse-des-depots-n-enterre-pas-le-projet-d-eoliennes-01-11-2018-12122384.php


29/10/18 : Parc éolien en baie de Saint-Brieuc : Saint-Quay-Portrieux devra trouver de la place
La baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) devrait accueillir un parc éolien en 2023. Pour cela, il faudra repenser l’espace portuaire, notamment à Saint-Quay-Portrieux. Comme l’a fait le port de Sassnitz, au large des côtes allemandes, où un parc éolien offshore a été inauguré, ce lundi 29 octobre.
En Allemagne, Winkinger est le deuxième parc éolien inauguré en mer Baltique, ce lundi. Un troisième, nommé Arkona, vient tout juste d’être construit par l’entreprise E.ON. Ses 60 éoliennes sont dans la continuité de celles d’Iberdrola, la société espagnole qui mettra en service le par éolien en baie de Saint-Brieuc. L’ensemble des 130 mâts forme un véritable mur dans la mer entre l’Allemagne et le Danemark.
Dans le nord de l’Allemagne, cette grande usine sur l’eau n’est qu’une parmi d’autres. Alors qu’en France, aucun des six projets de parcs éoliens lancés par un appel d’offres en 2011 n’a encore vu le jour.
L’éolien offshore, l’activité principale du port
Sur l’île de Rügen, c’est le port de Mukran, à Sassnitz (Allemagne), qui abrite les centres de maintenance des parcs d’Iberdrola et de ses concurrents. Historiquement, Mukran est un terminal ferry. Le port s’est étendu et a désormais fait de l’éolien offshore son activité principale. « Les éoliennes font travailler 350 personnes ici, dont 150 pour Iberdrola, explique Frank Kracht, maire de Sassnitz. Cela engendre 500 emplois indirects dans notre ville qui compte 10 500 habitants. »
« Il y a une activité touristique l’été, mais l’hiver, il n’y a rien d’autre », confie un salarié de 50Hertz, gestionnaire de l’électricité en Allemagne. En cette fin octobre, la ville voisine de Binz, qui compte de nombreux hôtels, était en effet quasi-déserte. « Le parc a été très bien accepté », poursuit-il.
« Ici, il n’y a pas le même lobby de la pêche »
Le poids économique de la pêche n’a rien de comparable à celui des côtes de la Manche et de l’Atlantique. Cette zone de la Baltique est moins poissonneuse. « C’est sûr qu’ici, il n’y a pas le même lobby que chez vous », poursuit le technicien allemand. « Les pêcheurs ont accepté l’implantation des parcs éoliens », confirme le maire.
Dans les Côtes-d’Armor, c’est Saint-Quay-Portrieux qui devrait être le port d’attache du parc éolien, même si rien ne semble encore officiellement acté selon Ailes Marines. Le contexte local n’est pas du tout le même. Iberdrola devra cohabiter avec des centaines de plaisanciers et de pêcheurs.
« Il y aura des bâtiments, des magasins, des bureaux… La seule différence, c’est qu’à Sassnitz il y a beaucoup de place, le port est vaste, indique Emmanuel Rollin (Ailes Marines). En baie de Saint-Brieuc, il faudra optimiser les espaces. »
Des tractations sont en cours avec les différents partenaires à Saint-Quay-Portrieux. Elles devraient s’achever avant la fin de l’année.

29/10/18 : Côtes d'Armor : Gurunhuel. Une enquête publique sur le projet éolien
Le projet d'installation de deux éoliennes sur la route de Bourbriac, à Gurunhuel, va être soumis à une enquête publique, du 5 novembre au 6 décembre 2018. La mise en service des éoliennes n'interviendra pas avant juillet 2020.
Gaël Millet, responsable de projet d’Abowind, maître d’ouvrage du projet éolien sur la route de Bourbriac, à Gurunhuel (Côtes-d'Armor) est revenu sur son avancement.

Ce projet, estimé à près de 13 millions d’euros, concerne deux éoliennes, d’une hauteur de 150 m pour l’une, 176 m pour l’autre, avec un diamètre de rotor de 114 m.
Une délibération favorable du conseil, en 2014, a été suivie par une phase d’études de deux ans. Une demande de permis de construire et d’autorisation d’exploiter a été déposée en préfecture.
Un parc rentable
Le dossier va être soumis à une enquête publique. La mise en service est envisageable en juillet 2020 au plus tôt, pour vingt ou vingt-cinq ans, avant démantèlement obligatoire.
Gaël Millet a rappelé que le site d’installation est fait « de parcelles agricoles, hors zones humides. Les éoliennes se trouveront à 500 m des plus proches habitations, et même à 700 m de celles situées au nord-est ».
Les mesures ont montré « un vent très correct, qui permet d’avoir un parc rentable avec seulement deux éoliennes. Au-delà de 90 km/h de vent, les éoliennes sont de toute façon bloquées ».
Limiter l'impact visuel
104 000 € de mesures accompagneront le parc éolien : des suivis écologiques et acoustiques, et la plantation de haies pour limiter l’impact visuel. L’architecte des Bâtiments de France a ainsi demandé d’éviter qu’elles soient visibles du calvaire classé du cimetière.
Abowind a aussi pris contact avec le Département pour l’aménagement du carrefour de Kerambellec, dangereux et inadapté au convoyage des éléments du chantier.
Du 5 novembre au 6 décembre, dossier consultable en mairie ou sur www.cotes-darmor.gouv.fr. Permanences de la commissaire-enquêtrice les 5 et 24 novembre, de 9 h à 12 h, et les 16 novembre et 6 décembre, de 13 h 45 à 17 h 15.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/gurunhuel-22390/gurunhuel-une-enquete-publique-sur-le-projet-eolien-6041645

27/10/18Côtes-d'Armor : Gurunhuel : Projet éolien. Enquête publique en novembre

Le projet éolien en étude depuis quelques années devrait voir le jour en 2019, l’enquête publique liée à l’autorisation environnementale aura lieu du 5 novembre au 6 décembre. Le projet consiste à construire deux éoliennes sur un secteur situé au Nord de Saint-Jean. Les éoliennes d’une puissance unitaire de 3,4 MW auront des hauteurs de mats de 93 m et 119 m, avec des pales d’une longueur de 57 m. La différence d’altitude d’implantation de chacune explique la différence de hauteur de chacune afin de moins marquer le paysage. La production annuelle estimée d’électricité est de 18 millions de kilowattheures. À la clôture de l’enquête publique, le commissaire enquêteur aura 30 jours pour émettre son avis, ensuite le Préfet pourra délivrer son autorisation. Après avoir laissé écouler le délai de recours les travaux devraient être lancés à l’automne 2019.
Le commissaire enquêteur tiendra des permanences
Le commissaire enquêteur nommé est Martine Viart, elle assurera des permanences en mairie de Gurunhuel les mardi 5 novembre de 9 h à 12 h 30, vendredi 16 novembre de 13 h 45 à 16 h 45, samedi 24 novembre de 9 h à 12 h et jeudi 6 décembre de 13 h 45 à 17 h 15. Les observations peuvent se faire par consignation sur le registre d’enquête, par courrier à l’adresse commissaire enquêteur, projet éolien de gurunhuel, 1 rue de la mairie 22 390 gurunhuel, ou par courriel à l’adresse : pref-enquetes-publiques@cotes-darmor.gouv.fr
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/gurunhuel/projet-eolien-enquete-publique-en-novembre-27-10-2018-12118392.php


26/10/18 : Finistère : Brest veut conquérir les énergies marines renouvelables
Le port de Brest construit un quai 100 % dédié aux énergies renouvelables, qui ouvrira ses portes aux industriels du secteur en 2019. L’investissement doit permettre à la Bretagne d’atteindre 35 % d’énergie marines propres d’ici à 2030.
Sur la rade de Brest, les pelleteuses s’activent toujours. Démarré en 2017, le chantier tourne à plein régime. Le renouveau du port, qui aura au total coûté 220 millions d’euros, est un enjeu de taille pour la capitale du Finistère, qui mise sur cette nouvelle infrastructure pour devenir un champion des énergies renouvelables marines.
Avec 2 730 kilomètres de côtes exposées aux vents et aux courants marins, la Bretagne a des atouts pour assurer sa transition énergétique. La région prévoit que 35 % de sa consommation d’énergie soit assurée par les énergies marines renouvelables (EMR en 2035).
Un pari sur l’avenir, alors que le développement de ces énergies marines propres se fait attendre en France : lenteur des procédures administratives et multiplication des recours en justice contre les projets sont autant d’obstacles.
Cet article fait partie de l’édition spéciale L’UE mise sur le développement durable à la bretonne.
Énergies renouvelables marines
« On ne se rend pas compte de la taille d’une éolienne. Il faut énormément d’espace, une portance au sol hors-norme, ce que ne possède pas un port classique », explique Sophie Lannuzel, assistante du projet à la région Bretagne. Une éolienne pèse plusieurs milliers de tonnes, et mesure 140 mètres de haut.
L’extension d’un polder, une avancée artificielle de terre gagnée sur l’eau qui fera en tout 40 ha, et la construction d’un quai « poids lourd » – c’est-à-dire équipé pour manipuler les gigantesques éoliennes – seront le fer-de-lance de ce projet. Elles doivent permettre l’accueil des activités liées aux énergies marines renouvelables, telles que le stockage, l’assemblage, le déplacement.
La construction d’une première partie du quai énergies marines renouvelables sera achevée en 2020. La seconde devrait voir le jour en 2024. Une fois terminé, le quai de 300 mètres de longueur sera attenant à un espace de 40 ha répondant aux contraintes de la filière EMR. Le quai a bénéficié d’un coup de pouce du Fonds européen de développement régional de 15 millions d’euros.
Premier à emménager, l’entreprise Aile Marine pilotera depuis le port de Brest l’installation des 62 éoliennes offshore du port de Saint-Brieuc, dont la partie immergée sera assemblée à Brest. Ce projet devrait occuper le quai EMR jusqu’en 2022, et fournir l’équivalent de la consommation électrique de 850 000 habitants.
Lire la suite sur Euractiv.fr
https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-veut-conquerir-les-energies-marines-renouvelables-6038685

24/10/18 : Morbihan : Le conseil municipal de Réminiac dit "non" aux éoliennes
Le conseil municipal de Réminiac a tranché, mardi 23 octobre 2018. Il est venu entériner le programme éolien dans la commune.
Par un vote à bulletins secrets, 8 voix contre et 2 voix pour, le conseil municipal, réuni mardi soir, "a entériné le fait que, pour l’instant, le programme éolien est arrêté à Réminiac"selon les termes exacts du maire Michel Martin. Pour mémoire, les éoliennes auraient dû voir le jour du côté de Branla et du Soleil d’une part et au nord-ouest de Tréblanc, en bordure du bois de la Grée d’autre part.
Le 10 septembre dernier, la société Vol-V, basée à Rennes, avait présenté son projet d’installer trois éoliennes de 180 mètres de haut sur la commune. Depuis cette date, l’exécutif municipal n’a pas eu de nouvelles de la société.
"J’ai appelé le propriétaire du château de Monteneuf, près duquel les éoliennes auraient dû s’installer. Il n’en veut pas. Quant à la Défense Nationale, je n’ai pas de réponse (NDLR des contraintes liées aux servitudes de l’aviation civile et militaire sont à prendre en compte)”, explique le maire Michel Martin.
"La société Vol-V a fait le forcing pour obtenir l’accord d’un propriétaire”, ajoute Michel Martin.
Le maire a rappelé que c’était la société qui avait sollicité la municipalité et non l’inverse.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/ploermel-56800/morbihan-le-conseil-municipal-de-reminiac-dit-non-aux-eoliennes-6034781


23/10/18 : Finistère : Plouarzel : Conseil municipal. Vers un renouvellement du parc éolien
Extrait : 
La présentation du projet de renouvellement et d’extension du parc éolien était au menu du conseil municipal, lundi soir, en mairie. Hélène Dersoir et Frédéric Pezet, tous deux chefs de projet éolien et Vincent Cueff, responsable d’exploitation, étaient présents pour la présentation de ce dossier. Les intervenants travaillent pour Engie Grenn, société ayant repris à son compte les parcs éoliens de Plouarzel, suite à sa fusion avec la Compagnie du vent (soit les cinq turbines installées en octobre 2010 et les quatre nouvelles installées quelques années plus tard).
Le nouveau projet demande cinq à six ans d’étude. Il consiste à remplacer les neuf éoliennes actuelles (vieille génération) par six nouvelles dans le même secteur (pas obligatoirement au même emplacement) et l’installation de deux autres sur le secteur de Kérabec. Les nouvelles éoliennes sont nettement plus performantes et moins bruyantes et les retombées économiques pour la commune importantes. Le conseil approuve la continuité du projet.
Était présent également au conseil, Louis -Julien De La Bouere, consultant. L’intervenant a fait la synthèse sur la présentation des résultats de la consultation publique sur la création d’un nouveau lieu de vie par la municipalité. Deux pôles devraient être créés : un pôle, maison des associations dans l’actuelle médiathèque, un autre pôle, culturel et touristique dans l’ancienne école Sts-Anges. Les études vont continuer. Chacun devra réfléchir sur le nom du nouveau pôle.
https://www.letelegramme.fr/finistere/plouarzel/conseil-le-parc-eolien-sera-peut-etre-renouvele-23-10-2018-12114445.php


21/10/18 : Morbihan : Gourin. Projet éolien. Feu vert du conseil pour les études
L’ordre du jour du conseil municipal de vendredi soir était particulièrement copieux et il était près de 1 h du matin lorsque le maire, David Le Solliec, a levé la séance.
Parmi les nombreux bordereaux, les élus se sont attardés sur un projet éolien, émettant un avis favorable pour la poursuite des études. La société Quenea’ch, par l’intermédiaire de son bureau d’étude Quénéa énergies renouvelables, situé à Carhaix, a pour projet d’implanter et d’exploiter une ou plusieurs éoliennes sur un secteur situé au Nord-Est de la commune de Gourin. Dans ce cadre, la société d''exploitation souhaite pouvoir réaliser toutes les études de terrain nécessaires à l’accomplissement du projet. Deux représentants de la société, François Gendre, responsable de projet, et Laure Loiseau, chargée de prospection, sont intervenus vendredi pour présenter le projet et répondre aux questions. « C’est avant tout une démarche écologique et il y a aussi la possibilité pour les communes qui ont des éoliennes sur leur territoire de récupérer de l’argent. Quénéa considère que nous avons des sites intéressants. Ou on les arrête ce soir, ou on décide de donner une chance au projet. Et si nous validons, ce n’est qu’une ouverture d’un droit à l’étude », a déclaré le maire en préambule.

Un bon accueil des propriétaires
« Notre travail est de nous adapter au terrain, terrain humain y compris », veut rassurer Laure Loiseau.
Ce projet dit du Ster Lair est situé grosso modo à l’Est de la société Ardo et au Sud des carrières de Conveau. « Au niveau du paysage, nous devons faire quelque chose de cohérent. Nous allons éviter les zones Natura 2000, nous ne toucherons pas aux zones humides et on ne verra pas les éoliennes de la chapelle de Saint-Hervé », promet Laure Loiseau qui a réalisé plusieurs photomontages et a déjà rencontré des propriétaires et des exploitants agricoles situés dans la zone d’étude. « J’ai reçu un accueil 100 % positif et j’ai senti des gens vraiment motivés ». François Gendre ajoute qu’il est aujourd’hui bien trop tôt pour définir l’endroit précis où seraient implantées les éoliennes si le projet allait au bout. Ce projet concernerait trois ou quatre éoliennes. La hauteur totale envisagée est de 150 m à 180 m en bout de pales.
Vendredi, à l’unanimité de personnes présentes, le conseil municipal a émis un avis favorable à la poursuite des études par Quénéa énergies renouvelables.
https://www.letelegramme.fr/morbihan/gourin/projet-eolien-feu-vert-du-conseil-pour-les-etudes-21-10-2018-12112690.php


21/10/18 : Morbihan : Gourin. Le conseil municipal accepte l’étude d’un projet éolien
Une étude préalable à un projet éolien a été présentée et acceptée, vendredi 19 octobre, au conseil municipal. Propriétaires et exploitants agricoles concernés ont été rencontrés.
La société carhaisienne Quénéac’h a pour projet d’implanter et exploiter un parc éolien dans la commune.

Entre Saint-Hervé et Saint-Nicolas
Son bureau d’études Quénéa Énergies Renouvelables a, d’ores et déjà, réalisé une prospection préalable, qui a abouti à délimiter une surface d’implantation entre Saint-Hervé et Saint-Nicolas, et rencontré les propriétaires et exploitants agricoles concernés.
Rendez-vous dans quatre ans
Le conseil a approuvé à l’unanimité la poursuite des études de faisabilité. Au premier trimestre 2019 démarreront les études naturaliste, paysagère et acoustique. Au moins quatre années sont nécessaires à l’aboutissement de ce projet.

20/10/18 : Finistère : Justice à Kergloff. Vents porteurs pour les éoliennes
La Cour administrative d'appel de Nantes examinait, vendredi, une requête formulée par des opposants à un projet éolien à Kergloff. Le verdict est attendu dans trois semaines.
Le déploiement des éoliennes est une course de fond. Promoteurs et opposants s’arment de patience. Il faut compter entre six et huit ans de l’avant-projet à sa réalisation (ou pas) sur le terrain.

Un combat qui commence par les joutes administratives. Hier, la cour administrative d’appel de Nantes examinait la requête formulée par seize opposants à l’implantation de trois éoliennes et un poste de livraison à Kergloff. Sur quatre parcelles, au lieu-dit Magoarem, la société Les Énergies du Poher avait obtenu du préfet du Finistère un permis de construire, le 2 juin 2014, contesté par les opposants, déboutés en première instance.
Verdict dans trois semaines
Le rapporteur public a repris leur argumentaire point par point : la proximité d’un chemin du poste de livraison, mais situé « à 6,8 m, soit plus que les 5 m requis », et « le risque acoustique très faible (3,2 décibels), compensé par un arrêt de l’éolienne 3 en cas de vent supérieur à 7 m par seconde ».
Selon lui, la butte « façonnée par l’agriculture » ne sera pas défigurée par le projet et la seule co-visibilité avec l’église de Poullaouën, à 6 km, n’a pas retenu l’attention de l’architecte des Bâtiments de France. Quant à la présence d’un autre parc éolien à proximité, « elle ne crée pas un effet de saturation ».
Seul présent à l’audience, l’avocat du promoteur éolien s’est réjoui d’une analyse qui « s’inscrit dans un contexte environnemental qui impose progressivement le recours aux énergies durables ». Verdict dans trois semaines.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/carhaix-plouguer-29270/justice-kergloff-vents-porteurs-pour-les-eoliennes-6028697

19/10/18 : Ille-et-Vilaine : Pleugueneuc. Le château de la Bourbansais ne veut d'éolien
Olivier de Lorgeril, le propriétaire du château de la Bourbansais, classé Monument historique, à Pleugueneuc, refuse le projet d’un parc de quatre éoliennes, à 1,7 km de son domaine. Les riverains aussi.
Le projet, porté par le promoteur KDE Energy France, a surgi en 2018 et l'enquête publique vient de se terminer. « Il prévoit l’implantation de quatre mâts d’une hauteur de 145 m, dont deux à seulement 1,7 km du monument historique. »

"Les éoliennes se verront"
Le château de la Bourbansais, ses jardins "à la française", son potager et une grande partie du parc sont en effet classés depuis 1959 et attirent 130 000 visiteurs par an. « Depuis 10 ans, l’État aurait investi plus de 1,5 million d’euros, et moi 500 000 €, dans l’entretien de ce bâtiment et la beauté du site, pour le voir demain « souillé » par des éoliennes si proches. »
Pour le prouver, Olivier de Lorgeril a installé un ballon gonflé à l’hélium à 150 m de hauteur aux quatre emplacements prévus, pour vérifier leur impact visuel du château, sous contrôle d’un huissier. « Son constat est très clair. Les éoliennes se verront très clairement, non seulement du Monument historique, mais aussi de ses jardins. »Le domaine emploie également 18 salariés à l’année et le double en saison, grâce notamment au zoo et son spectacle de rapaces, « unique en Bretagne. Avec des espèces rares, en voie de disparition. Comme les aigles, les gypaètes… Ces oiseaux, totalement libres, risquent d’être broyés, hachés par les pales des éoliennes. »
Une association de riverains
Les éoliennes 1 et 2 seraient aussi implantées à 150 m environ de la lisière du Bois du Rouvre. « Or l’étang du Rouvre est classé en zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique. Je ne suis pas contre les éoliennes, mais pas n’importe où. » 
Des riverains, inquiets des nuisances et de l’impact sur la valeur mobilière ont monté une association. Face à ce projet, les communes ont aussi donné leur avis. Meillac, qui aurait deux éoliennes dans sa commune a dit « non ». Pleugueneuc, avec deux autres éoliennes, a dit « oui ». Comme la communauté de communes. Il faudra maintenant attendre plusieurs semaines, pour connaître la décision du préfet.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-malo-35400/pleugueneuc-le-chateau-de-la-bourbansais-ne-veut-pas-d-eolien-6027131
19/10/18 : Côtes d'Armor : Plounévez-Quintin : Conseil.
Extrait : 
Parc éolien du Petit-Doré. Le projet éolien se compose de sept éoliennes (une à Rostrenen, deux à Kergrist-Moëlou, deux à Plounévez-Quintin et deux à Plouguernével) et six postes de livraison. Le conseil, qui s’est prononcé favorablement sur le projet, autorise le maire à signer la promesse de constitution de servitudes de la société Energie des Noyers sur le chemin rural cadastré YV N°5. Autorisation est donnée également pour la signature de la convention d’autorisation de survol, de passage de câbles et d’utilisation des voies communales et chemins ruraux en vue de la réalisation d’un parc éolien.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plounevez-quintin/conseil-tarifs-de-la-salle-de-la-culture-et-des-loisirs-19-10-2018-12111032.php

17/10/18 : Morbihan : Béganne : Visite de Bégawatts, parc éolien citoyen😠😠
L’association Eoliennes en Pays de Vilaine a inauguré en 2014 : Bégawatts, le 1er parc éolien 100 % citoyen de France. Constitué de quatre éoliennes de 2 MW chacune, il produit la consommation annuelle de 6 250 foyers, soit 18 000 Mégawatts heure.
Situé à Béganne, le parc éolien est né en 2002 de la volonté d’un couple d’installer une éolienne dans leur jardin. Découvrant que la démarche serait très complexe à engager, ils décident de voir plus loin et réussissent rapidement à mobiliser de nombreux adhérents autour d’un projet plus ambitieux.
Ce sont ainsi plus de 1 000 habitants qui ont contribué au financement du parc éolien (12 millions d’euros) et en maîtrisent aujourd’hui l’exploitation.
L’association Eoliennes en Pays de Vilaine a par la suite soutenu la création de deux autres parcs éoliens : La Ferme Eolienne d’Avessac en 2017 et Isac-Watts, le parc éolien de Sévérac-Guenrouët en 2016.
Elle poursuit aujourd’hui sa démarche d’accompagnement au développement de parcs éoliens citoyens. Elle a ainsi présenté vendredi dernier le site de Béganne à Philippe Louet, maire de Saint Ganton en Ille-et-Vilaine.

https://abp.bzh/beganne-visite-de-begawatts-parc-eolien-citoyen-45989

17/10/18Politique. Les priorités du Rassemblement national en Bretagne
Extrait : 
Et puis, je suis très sensible à la colère des habitants des campagnes qui se voient imposer des champs d’éoliennes de moins en moins acceptés. Pour ces éoliennes, il y a des financements de la Région. On est en train de massacrer les campagnes bretonnes au nom d’une écologie que je ne nie pas. Mais on choisit une mauvaise solution. On voit partout se créer des collectifs contre ces monstres d’acier dans les campagnes. On ne tient pas compte des populations. Nous ne sommes pas le seul groupe au conseil régional à le dire.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/politique-les-priorites-du-rassemblement-national-en-bretagne-6020802

17/10/18 : Morbihan : Environnement : la Caisse des Dépôts rachète la forêt de Lanouée
Le groupe Boralex a abandonné son projet de 16 éoliennes dans la forêt de Lanouée (Morbihan). Mise en vente, c’est l’État, via la Caisse des Dépôts, qui va en devenir le propriétaire.
En achetant les 4 000 ha de la forêt de Lanouée en 2007, la multinationale Louis-Dreyfus devient le premier propriétaire forestier privé en Bretagne. Pour asseoir sa stratégie de développement des énergies renouvelables, elle demande, à l’époque, à sa filiale Ressources Forestières, de monter un projet.
C’est la société Les Moulins de Lohan, filiale du groupe canadien Boralex, qui va alors construire 16 éoliennes d’une emprise au sol de 16 ha pour un périmètre total de 331 ha et une puissance installée de 50 MW.
Vent debout contre ce projet, des associations attaquent le groupe canadien en justice. Mais en 2016, le groupe Boralex rachète la forêt à la multinationale Louis-Dreyfus et dirige les travaux du futur parc éolien.
Jusqu’en juillet 2017, les bûcherons travaillent sur le site et défrichent des centaines et des centaines d’arbres, construisent des bâtiments et fabriquent même les socles qui accueilleront les futures éoliennes.
De l’argent de l’État investit
Le 11 juillet 2017, les travaux sont suspendus par la justice. La juridiction a cassé les autorisations délivrées, en 2014, par la préfecture. Le groupe Boralex abandonne son projet et met la forêt en vente. « Boralex ne souhaite pas commenter le sujet que vous évoquez »,indique le service communication du groupe.
La Caisse des Dépôts (CDC), via la Société forestière, va devenir le nouveau propriétaire. Selon nos informations, un compromis de vente a même déjà été signé.
Mais que vient faire la « vieille dame » dans cette histoire de forêt ? La CDC, ce n’est pas qu’une banque publique qui paie la retraite des Français. C’est aussi un groupe puissant qui, avec l’argent que lui confient l’État et les Français, investit dans des activités qu’elle dit « être utile au quotidien des citoyens ».
Aujourd’hui, la Caisse gère 55 000 ha de forêt en France. De son côté, la Société forestière propose des services d’investissement, de gestion et d’expertise des forêts pour une clientèle institutionnelle et de particuliers.
Mais plusieurs questions restent sans réponse : Que deviendront les salariés qui travaillent sur le site ainsi que le matériel ? Le projet des éoliennes de Lanouée est-il définitivement enterré ?
Pour Anne-Marie Robic, déléguée de Sites & Monuments pour le Morbihan, association qui avait demandé l’arrêt des travaux devant le tribunal, cette vente ne change rien aux actions en justice engagées. « Il n’y a qu’un arbitre, c’est le tribunal administratif. Si la cour d’appel dit « non », le projet ne se fera pas. »
Contactées, ni la Caisse des Dépôts, ni la Société forestière n’ont souhaité donner après nos demandes d’interview.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/lanouee-56120/environnement-la-caisse-des-depots-rachete-la-foret-de-lanouee-6022334

16/10/18 : Côtes d'Armor : Plumieux : Conseil municipal. Non au projet éolien
Le conseil municipal de Plumieux s’est réuni jeudi 11 octobre. Pour le projet de création, par la SARL Keranna Énergies, d’un parc éolien de cinq éoliennes et d’un poste de livraison dans les communes de Plumieux et Saint-Étienne-du-Gué-de-l’Isle, par une voix pour, huit voix contre et une abstention, le conseil a émis un avis défavorable. Auparavant, le maire avait demandé aux conseillers municipaux concernés par l’un des projets éoliens en cours dans la commune de ne pas assister au débat.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plumieux/conseil-municipal-non-au-projet-eolien-16-10-2018-12108561.php

16/10/18 : Côtes d'Armor : Plouguernével. Le conseil valide le projet éolien du Petit-Doré
Extrait : 

Réunis mercredi 10 octobre, les conseillers municipaux de Plouguernével (Côtes-d'Armor) ont encouragé la société Énergie des Noyers à effectuer toutes les démarches nécessaires à l'exécution du projet.
Projet éolien du Petit-Doré
La société Énergie des Noyers développe un projet de parc éolien, sur les territoires de la commune, de Kergrist-Moëlou et de Plounévez-Quintin (NDLR : ce projet est autre que celui développé entre Plouguernével et Gouarec).
Le conseil municipal s'est prononcé en faveur du parc, mercredi. De plus, il encourage le porteur de projet à poursuivre les démarches nécessaires à sa réalisation (observations de terrain, études d'urbanisme, réservation foncière, étude d'impact environnemental, consultation des services de l'État, analyse des possibilités de raccordement, etc.), en vue de l'élaboration des dossiers de demandes d'autorisations, notamment environnementale.


15/10/18 : Ille-et-vilaine : A Meillac, les éoliennes animent le conseil municipal
Après des échanges parfois techniques, le conseil municipal de Meillac, près de Combourg, donne un avis défavorable au projet de parc éolien de la société Quadran énergies libres.
Vendredi, le conseil municipal devait donner un avis sur l'implantation de quatre éoliennes dont deux dans la commune. Georges Dumas, le maire, a choisi de faire ce vote après la clôture de l'enquête publique qui a pris fin le 8 octobre. La société Quadran énergies libres, de Villeneuves-les-Béziers, souhaite obtenir l'autorisation d'exploiter un parc de quatre éoliennes dans les communes de Meillac et de Pleugueneuc.
Beaucoup de doutes
Le débat va durer près d'une heure et la grande majorité des conseillers et conseillères se sont exprimés. Georges Dumas plante rapidement le climat des échanges : « On a besoin d'énergies renouvelables, mais plusieurs points me gênent dans ce dossier, et surtout l'emplacement d'une éolienne. »
Sarah Denisot, adjointe, se place dans la même réflexion : « Je suis favorable sur le principe, mais j'ai des doutes. » Éric Goron, conseiller, tient à apporter les éléments pour permettre à chacun de se prononcer en connaissance de cause : « Sur le fond, les éoliennes sont une des solutions au problème des énergies, mais je ne suis pas d'accord sur la forme qu'a pris ce dossier. Il n'inspire pas confiance. Les rapports ne paraissent pas vraiment sincères. »
Les photos en questions
Les photos montages qui figurent dans le dossier du projet sont douteuses pour beaucoup de conseillers. « Sur ces photos, je soupçonne une tricherie. Cela est gênant, car notre avis peut impacter la vie des hameaux », continue Éric Goron. Un autre conseiller exprime son sentiment : « On nous a menti dès le départ. D'ailleurs on a appris presque par hasard que la hauteur des éoliennes était portée de 120 à 145 m. »
L'impact écologique soucie le conseil qui note que le sujet est traité légèrement dans ce projet. Dans un premier temps, la zone humide n'était pas repérée par les promoteurs. « Des doutes existent sur le comptage des oiseaux. Il a été fait sur une période où plusieurs espèces ne sont pas présentes. L'étude sur les chauves-souris ne me satisfait pas, » déclare Éric Goron.
Des risques financiers
Éric Goron aborde aussi l'impact de la construction des quatre éoliennes sur les infrastructures routières : « La construction d'une seule éolienne nécessite le passage de mille toupies sur la route. » Un autre conseiller ajoute: « Si cela se fait, Il faudra faire un état des lieux des routes concernées. »
Éric Goron met de doigt sur un autre aspect. « Les conséquences écologiques peuvent aussi avoir un coût pour la commune. En cas de mort d'animaux d'espèces sauvages, la commune est responsable. Il peut y avoir des plaintes. La jurisprudence accorde des pénalités pouvant atteindre dix mille euros. Il y a un risque financier pour la commune. »
Georges Dumas demande que le vote se fasse à bulletins secrets. Avec treize voix contre, une voix pour et trois votes blancs, un avis défavorable est donné au projet de parc éolien.
https://redon.maville.com/actu/actudet_-a-meillac-les-eoliennes-animent-le-conseil-municipal_dep-3553457_actu.Htm

15/10/18 : Côtes d'Armor : Projet éolien de Ty Nevez Mouric. Nouvelle levée de fonds😠😠
L’opération de financement participatif consacrée au projet éolien de Ty Nevez Mouric, à Bourbriac et Pont-Melvez, a été couronnée de succès, atteignant ses deux premiers objectifs en un temps record. Une nouvelle levée de fonds, réservée aux riverains du projet, a été lancée.
La société d’énergie renouvelable EDPR France, cinquième opérateur éolien français, a lancé le 5 octobre dernier, sur le site de crowdfunding Lendosphere (*), un appel au financement participatif pour agrandir le parc éolien de Ty Nevez Mouric, à cheval sur les communes de Bourbriac et Pont-Melvez. Destinée à couvrir les frais des études complémentaires nécessaires au développement de ce parc et réservée aux Bretons, l’opération avait pour objectif initial la somme de 40 000 €, qui a été atteinte quelques heures seulement après le lancement de la collecte. Pour continuer sur cette belle dynamique, EDPR avait fixé un nouvel objectif de 80 000 €, qui a été atteint en moins de deux jours grâce à plus de 100 prêteurs.
Réservée aux riverains et plafonnée à 120 000 €
Face à ce succès, l’opération a été déplafonnée et une troisième levée de fonds a été lancée, réservée, cette fois, aux habitants de la communauté d’agglomération Guingamp-Paimpol (GP3A) et aux riverains des autres parcs éoliens d’EDPR de la région (Boquého, Plouagat, Saint-Alban, Saint-Barnabé, Calanhel, Hénansal, Lohuec, Bourbriac, Pont-Melvez, Plouvien, Gueltas et Noyal-Pontivy), dans la limite de 120 000 €. L’objectif est à nouveau de 40 000 €. Il reste actuellement 51 jours pour y participer.
À noter que la durée du prêt est de trois ans. Les prêteurs seront remboursés tous les trimestres, intérêts et capital, et tenus informés des avancées du projet.
Le futur parc éolien, qui devrait entrer en service en 2020, sera composé de cinq éoliennes, pour une puissance totale maximale installée de 17,5 MW. Il devrait produire 36 GWh par an, ce qui correspond à la consommation électrique annuelle moyenne de 14 400 habitants. En 20 ans d’exploitation, ces cinq éoliennes devraient éviter l’émission d’environ de 2 millions de tonnes de CO2.
* Site de financement participatif exclusivement dédié aux projets de développement durable.
Huit nouvelles éoliennes, plus puissantes et plus silencieuses, viennent d’être installées à Goulien, en remplacement de structures plus anciennes. Une installation inaugurée vendredi, sous un vent fort.
Le vent était au rendez-vous vendredi, pour l’inauguration du nouveau parc éolien de Goulien. Les invités ont donc pu découvrir les nouvelles machines lancées à pleine puissance. En présence de Pascal Lelarge, préfet du Finistère, de Graziella Melchior, députée, des représentants des sociétés Direct Énergie, Enedis et Quadran et de plusieurs maires des communes du Cap-Sizun, Henri Goardon, maire de Goulien, a coupé le ruban tricolore, avant un repli général vers la salle communale.

Lancé l’an dernier, le chantier a permis de démonter les huit éoliennes présentes et de les remplacer à l’identique. Hautes de 49 m, munies de pales de 24 m, elles sont toutefois légèrement plus puissantes, passant de 6 à 6,4 mégawatts, et sont plus silencieuses. Loi littoral oblige, il n’a pas été possible d’installer des machines plus importantes. « Si les éoliennes n’avaient pas déjà été là, il n’aurait pas été possible d’en installer à cet endroit aujourd’hui », a précisé à cette occasion Henri Goardon. L’élu en a également profité pour rappeler l’historique de l’installation : un projet esquissé dès 1996 et une première inauguration en juin 2000. « Vous avez été pionniers et cohérents dès le début », a souligné Laurent Albuisson. Directeur régional de la société Quadran, il s’est félicité de voir que les 9 M€ affectés au remplacement du parc éolien avaient aussi profité aux entreprises locales qui ont travaillé sur le site.
« La Loi littoral étouffe le Cap-Sizun »
Tout en se réjouissant de la réussite de ce projet, Henri Goardon a souhaité évoquer les incohérences de la Loi littoral : « C’est sur la côte qu’il y a le plus de vent et de soleil et on nous refuse le droit d’y installer des éoliennes et des panneaux photovoltaïques, s’est-il insurgé. Les gens ne peuvent plus construire dans les villages, la population diminue, la Loi littoral étouffe le Cap-Sizun ! ». « Avec quelques modifications administratives, on arrivera à donner un peu d’air à tout ça, a temporisé le préfet, rappelant que le Cap-Sizun est un territoire exceptionnel, emblématique de la Bretagne et où il règne un esprit d’entreprise ».
L’ensemble des participants a ensuite pu visionner le film tourné par Mathieu Jonneaux lors du démontage et de la reconstruction du parc éolien.
https://www.letelegramme.fr/finistere/capsizun/eolien-le-nouveau-parc-de-goulien-inaugure-14-10-2018-12106044.php


14/10/18 : Côtes-d'Armor : Plémet : Pas d’avis pour le parc éolien
Extrait :
Le conseil municipal s’est réuni jeudi soir sous la présidence de Romain Boutron, maire. Pour la création d’un parc éolien de cinq éoliennes et d’un poste de livraison sur les communes de Plumieux et Saint-Étienne-du-Gué-de-l’Isle, à l’unanimité, les élus ont décidé de ne pas se prononcer. Ils ont considéré « qu’ils n’ont pas à donner un avis sur un projet éolien pour lequel ils ne sont pas directement concernés ».
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plemet/conseil-municipal-pas-d-avis-pour-le-parc-eolien-14-10-2018-12105769.php

13/10/18 : Finistère : EN IMAGES. Le parc éolien de Goulien resurgit de terre
Les huit éoliennes de la commune du Cap-Sizun (Finistère) ont été intégralement renouvelées au terme d’un chantier d’un an. Elles sont désormais à la pointe de la technologie.
Vendredi 12 octobre, au matin, un vent à décorner les bœufs balaye le plateau de la commune de Goulien, en Cap-Sizun (Finistère). Le soleil tente avec difficulté de se défaire du voile laiteux qui l’enveloppe depuis l’aube. Des conditions météorologiques qui permettent néanmoins aux huit nouvelles éoliennes du parc de déployer tout leur potentiel. Pile pour le jour de leur inauguration.
Car ces grandes « pâquerettes » viennent tout juste de ressortir de terre au terme d’un chantier d’un an. « Elles ont été démantelées puis intégralement reconstruites à l’identique », précise Florian Vaillier, chef de projet à Quadran, filiale de Direct Énergie, le propriétaire du parc. Un premier lifting bienvenu depuis la mise en service du site en mars 2000.
Mises en service en mars 2000, les éoliennes de 750 kilowatts (kW) ont été remplacées par des unités de 800 kW. 
Plus puissantes, moins bruyantes
Les huit machines de 49 mètres de hauteur, aux pales longues de 24 mètres tournent le dos à la baie de Douarnenez. Modernisées, elles sont désormais à la pointe de la technologie. « Les éoliennes ont gagné en puissance, poursuit Florian Vaillier. Elles passent de 6 à 6,4 Mégawatt. Ce n’est pas énorme mais cela permet toutefois une augmentation de la production énergétique de 20 %. Elles alimentent un bassin de population d’environ 12 000 habitants. »
Le chef de projet ne s’arrête pas à ces seules vertus : « Elles démarrent et atteignent leur puissance maximale à une vitesse de vent plus faible. » Les extrémités des pales ont été légèrement incurvées de sorte à diminuer leur puissance acoustique. Il s’agit là d’une prouesse technique qui s’est faite non sans contraintes.
Même gabarit
« Le parc a la double particularité de se situer sur une zone soumise à la loi Littorale [législation visant à protéger les côtes de l’urbanisation à outrance, ndlr] et à 300 mètres des premières habitations, explique le jeune cadre. Alors que les nouvelles normes imposent désormais une distance réglementaire de 500 mètres. »
Grâce à un droit d’intériorité, la société a pu conserver leurs emplacements initiaux, sans toutefois avoir la possibilité de gagner en hauteur, contrairement à la plupart des parcs renouvelés. « Ce qui explique que nous avons dû rester sur le même gabarit que les précédentes machines. »
Un site « de qualité »
De quoi pousser Laurent Albuisson, directeur régional chez Quadran, à se féliciter d’un « site de qualité qui fait partie du paysage de Goulien ». Un parc « qui témoigne d’une volonté citoyenne de s’inscrire dans le mouvement de la transition énergétique », ajoute le préfet du Finistère, Pascal Lelarge.
Il faut croire que cette inauguration a définitivement soufflé les inquiétudes de 2014 concernant le devenir du parc : « Nous sommes encore là pour de nombreuses années », affirme Xavier Caïtucoli, le PDG de Direct Energie.
https://toulon.maville.com/actu/actudet_-en-images.-le-parc-eolien-de-goulien-resurgit-de-terre_54135-3551803_actu.Htm

12/10/18Côtes-d'Armor : Plouguernével : Conseil. Avis favorable au parc éolien
Extrait :
Le conseil municipal s’est réuni mercredi soir, sous la présidence d’Alain Guéguen, maire.
Parc éolien du Petit Doré. Actuellement, la société Énergie des Noyers développe un projet de parc éolien sur le territoire de la commune. Ayant pris connaissance de la note de synthèse de présentation, le conseil s’est prononcé favorablement. Il encourage cette société à poursuivre les démarches nécessaires à la réalisation de ce projet (observations de terrain, études des règles d’urbanisme, réservation foncière, rédaction de l’étude d’impact sur l’environnement, consultation des services de l’État, analyse des possibilités de raccordement…). Des démarches nécessaires à l’élaboration et du dépôt pour l’instruction d’un dossier de demande d’autorisation environnementale ainsi que toute autorisation nécessaire à la construction et l’exploitation du parc éolien projeté.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plouguernevel/conseil-avis-favorable-au-parc-eolien-12-10-2018-12104448.php?vptoken=3d2226576530084e4690cf029d15a2e5c9fd7a5c

11/10/18 : Morbihan : Erdeven : Parc éolien en mer : des réserves mineures
Extrait : 
Quatre éoliennes flottantes seront-elles installées au large d’Erdeven d’ici à 2020 ? C’est du moins l’avis - favorable - délivré par le conseil municipal, ce mercredi.
Réuni mercredi 10, le conseil d’Erdeven a délivré un avis favorable à la ferme expérimentale de quatre éoliennes flottantes de 24 MW, à réaliser d’ici 2020. Dans le débat, le maire, Dominique Riguidel a rappelé ses points de vigilances, à commencer par le souhait d’un suivi précis de l’érosion, plage de Kerhillio, où est prévu le point d’atterrissage du raccordement électrique. Eric Le Carour, lui, a exprimé ses craintes quant à l’impact visuel. Il a voté contre, de même que Simon Carour. 

10/10/18 : Côtes d'Armor : La Chèze : Le conseil municipal s’est réuni vendredi 5 octobre, sous la présidence de Catherine Journel, maire.
Extrait :
Création d’un parc éolien sur les communes de Plumieux et de Saint-Étienne-du-Gué-de-l’Isle. Le conseil a donné un avis défavorable au projet, par neuf voix contre et une abstention.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/la-cheze/conseil-771-370-eur-pour-la-zone-des-colombieres-10-10-2018-12102686.php?vptoken=7334828060ef05fe84bbcfefc625fc08725eefa9


09/10/18 : Côtes d'Armor : Plémet : Parc éolien. Le promoteur fait appel, Vent debout se mobilise
Le bureau de l’Association Vent Debout s’est réuni pour réfléchir à la suite de son action. En effet, à la suite du refus du préfet de donner le feu vert à projet d’un parc éolien à Carguier-Rénéac-Le Pryas-Branro, la société EDPR a décidé de faire appel de cette décision devant le tribunal administratif de Rennes.
L’association, pour avoir accès au dossier et en informer la population, a décidé de prendre un avocat et se retrouvera, aux côtés du préfet, devant le tribunal administratif de Rennes, face au promoteur éolien.

https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plemet/parc-eolien-le-promoteur-fait-appel-vent-debout-se-mobilise-09-10-2018-12101852.php?vptoken=5c4827ff062e0010d63c519534708f702f2dd98e

07/10/18 : Finistère : Ploutin-Ploudalmézeau : Conseil municipal. Le parc éolien sera renouvelé
Le conseil municipal s’est réuni vendredi soir sous la présidence d’Antoine Corolleur, maire.
Extrait : Hélène Dersoir et Frédéric Pezet d’Engie green ont présenté devant le conseil un projet de restructuration du site éolien de Kerinizan. Actuellement ce site compte quatre éoliennes de 80 m de haut, pales comprises, le mât mesurant 55 m de haut. Actuellement, l’une des éoliennes est en panne. Le remplacement de la nacelle sera effectué le 22 octobre.
La commune envisage de pérenniser ce parc éolien. Hélène Dersoir et Frédéric Pezet ont expliqué les avancées de cette technologie ainsi que les différentes contraintes et obligations liées à l’installation de parcs éoliens. « Pour développer un parc éolien, il faut aux alentours de 6 ans », devait-il être dit.
L’idée, en ce qui concerne le parc de Kérinizan est de diminuer le nombre d’éoliennes qui passeraient de quatre à deux ou trois tout en augmentant la puissance de production de 1,5 MW à 2,3 MW.
À souligner que le parc actuel sera tout d’abord démantelé et recyclé avant la réimplantation de nouveau parc. Autre nouveauté la possibilité d’associer la commune, voire les concitoyens au projet de financement.
À l’issue de la présentation, le conseil décide le renouvellement du parc éolien avec participation possible des citoyens et de la collectivité.

https://www.letelegramme.fr/finistere/plourin-ploudalmezeau/conseil-municipal-le-parc-eolien-sera-renouvele-07-10-2018-12099384.php

05/10/18 : Morbihan : Guéhenno. Six nouvelles éoliennes à La lande de la Forêt en mai😡
La société VSB-Énergies Nouvelles a organisé une réunion pour présenter le démarrage d’un chantier éolien. La mise en service est prévue pour mai 2019.
À la réunion de mardi, la société VSB avait invité les maires et les élus des communes de Bignan, Buléon, Guéhenno, et les exploitants agricoles des parcelles concernées par l’implantation d’éoliennes, pour leur présenter le chantier et répondre aux questions.
Six éoliennes vont être construites dans le parc éolien au lieu-dit La lande de la Forêt : deux se situeront dans la commune de Bignan, deux à Buléon, et deux autres à Guéhenno.
Elles seront d’une hauteur de 150 m en bout de pâle, et pourront produire chacune 2 MW. Sur ce site de La lande de Forêt, en Guéhenno, il existe déjà trois éoliennes de 98 m de haut et d’une puissance de 1, 2 MW.
Terrassement imminent
Les études géotechniques du sous-sol ont été effectuées au printemps. Elles ont servi à déterminer le dimensionnement des fondations. Le terrassement est prévu en octobre et novembre.
Les fondations devront être finies pour fin décembre, elles seront confiées à une entreprise de Reims. Le coulage des six massifs de fondation nécessitera 2 366 m3 de béton et 28 jours de séchage. La livraison des éoliennes et leur montage est programmée entre janvier et avril 2019, avec une mise en service début mai.
Il y a aussi eu l’étude des trajets des convois vers les différents sites et leur stockage avant l’assemblage final.
Depuis Rennes
Pour ce projet, la société VSB assure la maîtrise d’œuvre. Elle a négocié avec les propriétaires, déposé les permis de construire afin d’obtenir les autorisations administratives, et elle suivra la construction jusqu’à la mise en service.

Elle gérera l’exploitation à partir de son site rennais. Créée en 2001, elle emploie 75 collaborateurs en France dans les filières des énergies renouvelables : éolien, photovoltaïque et hydroélectrique.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/vannes-56000/guehenno-six-nouvelles-eoliennes-la-lande-de-la-foret-en-mai-6003484


05/10/18 : Côtes d'Armor : Coëtlogon : Conseil municipal. C’est non pour les éoliennes
Mardi, le conseil municipal a été sollicité pour l’implantation d’un parc éolien. Une enquête publique a eu lieu du lundi 27 août au vendredi 28 septembre, dans les communes de Plumieux et Saint-Etienne-du-Gué-de-l’Isle, sur la demande présentée par la SARL Keranna Énergies en vue de la création d’un parc de cinq éoliennes et d’un poste de livraison. La commune de Coëtlogon étant située dans le périmètre de ce projet, il est demandé au conseil municipal d’émettre un avis sur l’implantation de ce parc éolien. Le conseil émet un avis défavorable sur le projet, par trois votes contre et trois abstentions.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/coetlogon/conseil-municipal-c-est-non-pour-les-eoliennes-05-10-2018-12097882.php

05/10/18 : Morbihan : Séglien. Un mât de 100 m avant un futur parc éolien 😡😡
Un mât de 100 mètres de haut vient d'être installé au nord de Séglien. Il doit mesurer le vent pendant un an et demi en vue de l’installation d’un futur parc de six à huit éoliennes.
L’entreprise montpelliéraine Valeco a installé, jeudi, un mât de 100 m de haut dans un champ situé au nord de Séglien, entre les lieux dits Trémer et Kerstrat. Une zone légèrement vallonnée, à une altitude d’environ 200 m. Ce mât va servir à prendre des mesures de vent.
« Ce sont des terrains privés, sur lesquels nous avons eu les autorisations de la commune et des propriétaires de démarrer nos études de faisabilité du projet », précise Mathieu Birba, chef de projet éolien chez Valeco. Si les études sont concluantes, c’est sur ce site que pourrait s’implanter un futur parc éolien, « de six à huit éoliennes », prévoit Mathieu Birba.
Quand les éoliennes tourneront-elles ?
En avril 2018, le projet était présenté par l’entreprise Valeco devant le conseil municipal. Deux mois plus tard, 10 des 15 élus de Séglien ont émis un avis favorable. Entre temps, les propriétaires donnaient également leur accord. Les études ne font donc que démarrer. Elles doivent durer au moins un an et demi. Pour mesurer le vent donc, mais aussi les impacts sur la faune, la flore, le paysage ou les nuisances sonores.Une enquête publique devra ensuite être menée avant que la préfecture ne donne sont autorisation. Viendra ensuite le temps de la construction. Si le projet aboutit, les éoliennes ne devraient donc pas tourner avant 2021.
Où ira l’électricité produite ?
L’électricité produite par d’éventuelles futures éoliennes n’alimentera pas directement les foyers de Séglien. Valeco, qui est aussi exploitant, gagne de l’argent en revendant l’électricité produite à Enedis. La production du parc éolien de Trescoët, ouvert en 2006 au sud-est de Séglien, part actuellement sur un transformateur à Locmalo, puis est dispatchée dans le réseau. Il en serait sûrement de même pour un futur parc éolien sur la commune.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/seglien-56160/seglien-un-mat-de-100-metres-avant-un-futur-parc-eolien-6001421

02/10/18Ille-et-Vilaine : Pleugueneuc. Le projet éolien inquiète les riverains
Samedi 29 septembre, un commissaire enquêteur chargé du dossier d'implantation d'éoliennes à Pleugueneuc, entre Rennes et Saint-Malo, a rencontré, à leur demande, des riverains au Breil-Caulnette.
À la demande d'habitants, Jean-Charles Bougerie, commissaire enquêteur en charge du dossier d'implantation d'éoliennes, a rencontré des riverains au Breil-Caulnette, samedi 29 septembre.
« Près de 55 riverains se sont déplacés pour s'informer, mais aussi pour exprimer leurs inquiétudes de voir arriver dans leur paysage des machines de 145 m de hauteur »,explique Fabien Clerc, président de l'association de riverains contre le projet d'éolienne.
Mal informés
Les habitants indiquent avoir mal été informés, être inquiets des nuisances, mais aussi de l'impact sur la valeur immobilière. Certains évoquent le sentiment d'être abandonnés par les élus locaux. « Ces hameaux ont accueilli des jeunes couples qui se sont endettés pour l'acquisition de leurs biens, sans connaissance du projet éolien. S'ils en avaient été informés, ils n'auraient jamais acheté à ces endroits. »
Le commissaire enquêteur recevra les observations et propositions du public, vendredi. Les observations peuvent également être apportées à la mairie, sur le registre de l'enquête ouvert à cet effet, ou par courrier à l'attention du commissaire enquêteur.
Une enquête publique
Après l'enquête publique, Jean-Charles Bougerie donnera un avis consultatif, suivi ou non par le préfet.
Le dossier comprenant l'étude d'impact, de dangers, le résumé non technique et de l'avis de l'autorité environnementale est consultable gratuitement à la mairie et sur le site de la préfecture : www.ille-et-vilaine.gouv.fr/ Politiques-publiques/Environnement- Risques-naturels-et-technologiques/ Installations-classées-par-Communes
Vendredi 5 octobre, de 14 h à 17 h, à la mairie de Pleugueneuc, présence du commissaire enquêteur.
https://www.ouest-france.fr/bretagne/pleugueneuc-35720/pleugueneuc-le-projet-eolien-inquiete-les-riverains-5996438

01/10/18 : Loire-atlantique : Conquereuil : Les éoliennes perturbent la vie de la ferme
Sylvie et Christophe Bignon, un couple d’exploitants agricoles, rencontreraient des problèmes de santé ainsi que de gros soucis sur la qualité du lait produit sur la ferme. Ce serait, selon eux, depuis l’installation des éoliennes à Conquereuil.
Récemment, une rencontre organisée à la salle des associations par un collectif de citoyens de Conquereuil, a rassemblé environ soixante-dix personnes de la commune et des communes environnantes pour informer la population et venir en aide à ce couple.

Sylvie et Christophe Bignon ont présenté un rapide historique des problèmes qu’ils rencontrent. « C’est d’abord l’augmentation anormale et constante du taux de cellules dans le lait qui nous a alertés, expliquent les victimes. Puis, des problèmes de santé, fatigue, maux de tête, malaises, ont suivi. »
Luc Leroy, géobiologue, a expliqué les nuisances et troubles que peut provoquer la présence d’une éolienne, par le biais des failles telluriques présentes dans le sous-sol. Un débat s’en est suivi, ponctué de nombreuses questions des uns et des autres, notamment à propos du parc éolien de Puceul, à l’origine de problèmes similaires depuis des années.
Après discussions, quelques pistes de solutions sont apparues concernant le problème de Conquereuil. Des contacts ont été pris avec la société Quadran, gestionnaire du parc éolien et la préfecture de Loire-Atlantique afin d’élucider les causes de ces phénomènes. Un groupe s’est constitué à l’issue de la réunion. Celui-ci se propose de continuer la réflexion avec la mairie, « qui a déjà œuvré pour tenter de solutionner les problèmes, afin d’aider et de soutenir ce couple d’agriculteurs ».

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/conquereuil-44290/les-eoliennes-perturbent-la-vie-de-la-ferme-5995469
http://vigilanceenvironnement.unblog.fr/2018/10/02/les-eoliennes-perturbent-la-vie-de-la-ferme/

01/10/18 : Côtes d'Armor : Lamballe : qui veut investir dans l’éolien ?
Actuellement au nombre de quatre, les éoliennes du parc des Noës vont être rejointes par deux nouvelles venues.😡
L’idée avait germé lors de la pose des quatre premières éoliennes en 2011 au parc d’activités des Noës : faire appel au financement participatif.
Cette fois, le projet est sur pied et, dès aujourd’hui, les habitants de Lamballe Terre & Mer peuvent investir entre 1 000 et 3 000 € dans le parc éolien.
Taux brut de 7 %
Cette épargne sera placée pour 5 ans à un taux brut de 7 % par an. Les travaux sont en cours et les deux nouvelles éoliennes, installées par l’entreprise briochine IEL énergie, seront mises en activité début 2019.
Plus grandes que leurs quatre prédécesseurs, elles produiront 30 % d’électricité en plus soit 10,3 kWh par an, l’équivalent de la consommation annuelle en électricité, chauffage compris, de 2 900 personnes.

https://actu.fr/bretagne/lamballe_22093/lamballe-veut-investir-dans-leolien_18759807.html

01/10/18La transition énergétique et la Bretagne s’apprivoisent😏
Blâmer une région, en encenser une autre, les combats sur la transition énergétique sont légion et ne permettent pas d’avancer sur le projet… La volonté n’est pas ici de pointer du doigt une partie de l’Hexagone qui manquerait de se mettre à la page de la transition énergétique mais de mieux connaître les avancées de chacun.
Pour mieux avancer et proposer de mettre la main à la pâte pour les bons projets ou de mettre la main au portefeuille pour financer les projets les plus utiles, il s’agit de les connaître et de comprendre à quel moment un grain de sable s’est logé dans la roue de la transition énergétique.
La Bretagne fait partie des régions les plus volontaires, les plus à-même de profiter des atouts environnementaux de sa région pour pouvoir avancer dans la transition énergétique.
Problème majeur : seulement 1,23% du budget régional est aujourd’hui dédié à l’environnement et donc par conséquent à la transition énergétique. Avec une part si faible dédiée à un sujet aussi important, comment la Bretagne essaie de faire de son mieux pour porter la transition énergétique ?
La Bretagne est une région idéalement située pour capitaliser sur une énergie issue du vent, des courants marins, de la méthanisation (liée aux choix agricoles de la région) et de bien d’autres bienfaits liés.
Quelles forces, la région peut-elle tirer avec un choix budgétaire qui limite les grands projets et/ou une vision long-termiste pour un avenir vert ? Les élus de la région clament souvent leur volonté de créer une Bretagne verte dans laquelle le développement durable est une priorité.
Volontaire et enthousiaste, la Bretagne fourmille d’idées novatrices, mais également toutes plus complexes et longues à mettre en place, surtout quand l’investissement budgétaire ne suit pas.
1,23% du budget pour l’environnement
Entre vents et marées au sens géographique et physique, c’est au sens littéraire que le budget est bousculé et malmené. Si la Bretagne se fait exemplaire, c’est pour cette année à petits prix. Les mots ne s’accordent que très peu avec le montant de 19 millions d’€ dédié à l’environnement.
L’un des grands chantiers de la Bretagne est la réussite des transitions. De grands plans sont développés : économie en énergie et en eau, nouveau souffle pour améliorer la qualité de l’eau, encourager le développement des énergies renouvelables, aide aux communes pour emprunter le chemin de la transition énergétique.
Pour compléter ce budget et voir croître l’importance de certaines actions, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) Bretagne a sollicité un budget de près de 40 millions d’€ dédiés pour sa plus grande part au Fonds Déchets (50%) et au Fonds Chaleur (30%). Les choix sont faits en complément des projets prioritaires présentés par la région.
Les grands chantiers de la Bretagne
Si sur les 1538 millions d’€ du budget annuel de la Bretagne, seuls 19 sont accordés à la transition environnementale et énergétique, la Bretagne ne baisse pas les bras et lance les plus grands chantiers que son budget peut supporter.
Les défenseurs espèrent que la réussite des nouveaux projets et le perfectionnement de précédents projets sera une véritable incitation à un budget plus conséquent l’année prochaine.
Eau, biodiversité et économie d’énergie sont les trois axes d’actions prioritaires comme détaillés ci-dessous.
En 2018, la Bretagne a avancé ses pions sur le terrain de l’éolien terrestre. La feuille de route a été finalisée et validée en juin 2018, lors de la conférence bretonne de la transition énergétique. Un peu tard, direz-vous, mieux vaut tard que jamais pour avancer au plus vite vers les objectifs fixés pour 2030. La feuille de route met l’accent sur 3 angles pour le plan « Avel Breizh 2030 » :
1 / l’éolien par et pour les citoyens
2 / un éolien breton durable (planification, réglementation, exemplarité)
3 / une Bretagne innovante et industrielle (promotion de la filière régionale, innovation technique. Si le budget alloué est faible, les initiatives sont excellentes et de vrais exemples à suivre.
La Bretagne est la première région à lancer une COP régionale, preuve de sa volonté et de son engagement pour prendre à bras le corps le sujet de l’environnement et de la transition énergétique.
La COP21 avait donné naissance à l’accord de Paris. L’application et les effets n’en sont encore que peu ressentis par la population. La Bretagne veut donner un nouveau souffle à son territoire dès 2017 et lance sa COP.
Le but n’est pas de prendre le pas sur la COP au niveau mondial mais de travailler spécifiquement sur les sujets de transition écologique et énergétique en s’inspirant de la méthode de la « Conference Of the Parties ».
Tous les acteurs de la région sont invités à participer. L’objectif est d’accélérer le mouvement, de faire bouger les choses concrètement pour tous les Bretons et Bretonnes.
Les raisons
favoriser le dialogue et l’engagement via une instance locale
avoir une ambition commune aux objectifs chiffrés
créer des dispositifs de solidarité pour soutenir les plus défavorisés et vulnérables dans la transition
baser l’avancée sur des engagements volontaires et des objectifs révisables à la hausse
Le projet est lancé en 2017 mais 2018 est l’année charnière qui permet de déterminer les objectifs simples et fédérateurs. Concertations, échanges et outils sont les mots clés pour mener ce projet.
Les citoyens sont mis à contribution à travers des ateliers, se sentent investis grâce à des kits de concertation et peuvent s’impliquer sous forme de jeu pour être toujours plus nombreux à rejoindre le mouvement. La phase finale du projet est prévue pour 2020.
Les initiatives bretonnes : on ne les compte plus !
La Bretagne a des forces démultipliées du nombre de paysages qui la compose. Avec un budget si faible et une variété d’actions si grande, il peut être craint de voir la mobilisation se diluer et se perdre dans les initiatives liées à l’eau, à l’énergie, à la lutte pour dé-plastifier les océans, à l’isolation des bâtiments… Mais mieux vaut-il un peu d’actions partout qu’un grand rien sur toute la région.
Récapitulatif d’actions bretonnes en action en 2018
Le pacte électrique breton
Développement important de la production d’énergies renouvelables avant 2020 (développé pour pallier à la fragilité électrique de la région – faible production et forte dépendance énergétique)
Le projet SMILE
« Smart Ideas to Link Energies » est le développement d’un réseauénergétique intelligent, économique et cybersécurisé.
Les énergies marines
La région est en pleine identification des zones propices aux éoliennes offshore avant le lancement des appels d’offre en 2019. Le port de Brest est une illustration des efforts consacrés au développement des énergies marines avec l’avancée des travaux du terminal EMR (Energies Marines Renouvelables).
Les algues vertes
Il s’agit d’actions sur le terrain mais surtout d’information du grand public avec la mise en place d’un site internet pour expliquer le phénomène des marées vertes et comment sont mises en place les politiques publiques pour oeuvrer dans les huit baies bretonnes les plus touchées.
On ne peut nier que la région fourmille d’idées ! Il ne manque plus que le portefeuille adéquat pour les voir tous décoller, un problème breton mais également national et même mondial !
https://www.lemondedelenergie.com/transition-energetique-bretagne/2018/10/01/

30/09/18 : Morbihan : A Moréac, l’éolien sème la zizanie
À Moréac, alors que l'on pensait le projet enterré, la société Enercon revient sur le terrain pour proposer l'implantation de deux éoliennes de 180 mètres de haut.
C’est à n’y rien comprendre. On croyait le projet éolien de la société Enercon à Moréac, enterré à jamais, suite à un vote du conseil municipal, s’opposant à l’installation de nouvelles éoliennes sur son territoire. C’était en avril dernier. Mais c’était sans compter sur un promoteur qui persiste et signe en présentant aujourd’hui à la population, un nouveau projet constitué, cette fois-ci, deux éoliennes toujours sur le secteur de Kervellin, au nord ouest de la commune.
« Notre projet tient la route »
Pour Guillaume Le Toullec et Nicolas Boué de la société Enercom qui a déjà installé plus de 200 éoliennes en Bretagne :
"Nous n’avons jamais abandonné notre projet. La commune de Moréac n’a pas le pouvoir d’interdire. C’est un avis de principe que les élus avaient donné sur l’éolien en général. Pas sur notre projet. Et c’est le préfet qui décidera ou non à la fin de nous accorder le permis."
« Nous voulons convaincre les élus et la population que notre projet répond aux normes en vigueur et à la législation toujours plus drastique. Et qu’il apportera des retombées économiques localement ».
Et de minimiser le poids de l’opposition.
La majorité des habitants ici ne sont pas contre notre projet ; certains même l’attendent avec impatience.
« On n’en veut pas ! »
Mardi, les deux techniciens ont, à travers une exposition, invité le public à venir s’informer sur ce projet. Mais ce sont surtout des Moréacois énervés et en colère qu’ils ont trouvés devant la salle des Bleuets, au centre-bourg.

Ces mêmes personnes issues de l’association Vent de Panique 56 qui s’étaient déjà vertement opposées au projet, sorti des cartons sous l’ancienne mandature. « On ne comprend pas. Enercon s’était refusée de continuer le projet devant le conseil municipal et aujourd’hui, ils reviennent !, lâche leur porte-parole Noël Le Breton.
On n’en veut pas. On a déjà huit éoliennes sur le territoire. Et maintenant, ils nous parlent de machines qui seront encore plus impressionnants puisqu’elles feront 180 mètres de haut.
Deux camps se font donc face. « Il y a beaucoup d’informations erronées qui sont véhiculées sur la commune concernant notre projet, commentent les représentants d’Enercon. Il faut savoir que la réglementation est encore plus dure aujourd’hui en matière de bruits et de nuisances et nous avons affaire à des machines qui bénéficient des dernières technologies. Nous respectons tout cela ».
Mais chez les opposants, le consensus sera impossible. « Leur projet sème même la zizanie localement, dans les familles. Les propriétaires des terrains qui sont la cible des promoteurs, n’habitent même pas ici, indique l’un d’entre eux dont le frère a accepté de louer une terre reçue en héritage, alors qu’il ne réside pas ici. Moi, si ! ».
Nouvelle présentation vendredi
Représentante de la Société Protection Paysages et Esthétique de France (SPPEF), Anne-Marie Robic, bien connue pour s’opposer à tout projet éolien et présente mardi à Moréac, met, elle, en avant le critère « d’acceptabilité sociale. Comment peut-on passer outre l’avis de la population et des élus de la commune concernée ? ».
Que va-t-il se passer maintenant ? « Nous devrions déposer notre dossier dans les prochains mois », indiquent les promoteurs. Après ce sera aux services de l’État d’instruire le dossier et de le soumettre à l’enquête publique. On n’a pas fini de parler de l’éolien à Moréac.
https://actu.fr/bretagne/moreac_56140/a-moreac-leolien-seme-zizanie_18798286.html


28/09/18 : Morbihan : Moréac : rassemblement du 28 septembre 2018 contre l’exposition du promoteur des MEGAS EOLIENNES à MOREAC
Rassemblement du 28 septembre 2018 contre l’exposition du promoteur des MEGAS EOLIENNES à MOREAC
Nous refusons les mega EOLIENNE dans nos maisons!!
distance minimun Habitations /Eoliennes 10 fois hauteur bout de pale (voir propostion de loi LE FUR ,etc)
Ce vendredi après midi plus de 50 riverains en colère se sont déplacés Devant la salle des Bleuets à MOREAC contre le nouveau projet de très grandes EOLIENNES INDUSTRIELLES de 180 m de hauteur.
Aucun riverains et élus ne s’intéresse aux permanences du porteur de projet. Nos intérêts étant différents ! Un FLOP MONUMENTAL pour le porteur de projet!!
Et c’est normal, VDP56 et les Riverains d’un rayon de 2000 mètres n’en veulent pas.
MOREAC en souffre déjà avec ses 8 éoliennes.
Nous connaissons les nuisances existantes sur MOREAC, PLEUGRIFFET, LANOUE, BULEON, RADENAC, St ALLOUESTRE, etc et l’avons assez répété.
Nous sommes révoltés, écoeurés contre les agriculteurs qui n’habitent pas à côté et qui ont accepté de signer la promesse de Bail Emphytéotique au porteur de projet au profit de l’argent.
La promesse de bail emphytéotique est un Bail dans lequel le locataire devient quasi propriétaire (servitudes, cession, hypothèque etc..) de façon à ne jamais contrarié ce dernier.
Pourquoi le promoteur n’achète t il le terrain ?, la location annuelle est plus cher que la valeur du terrain. La raison cachée est le démantèlement en fin de vie qui sera naturellement transmis aux héritiers des propriétaires de terrain suite à une disparition de la société exploitante.
Nous maintenons notre opposition sur ce projet et refusons d’être encerclé par ces IMMENSES machines en mouvement permanent à proximité de nos habitations.
Le porteur de projet propose un financement participatif: ATTENTION!
" Les riverains et les associations sont déterminés à engager des recours si les autorisations sont délivrées. De ce fait, les personnes intéressées par le financement participatif proposé par la Société devront réfléchir à deux fois avant d'engager des fonds."
Nous conseillons au porteur de projet de cesser ces investigations contre une population qui n’en veut pas !
Les éoliennes de 180 m, une injure à nos paysages et aux riverains?
VDP 56 soutient les ENR, mais est contre les EOLIENNES (énergie intermittente, nuisances sonores, dévaluation des biens, de notre patrimoine, atteinte aux paysages etc….
http://ventdepanique56.e-monsite.com/pages/nos-actions-communales/page-15.html#QkZzL2IdsVAfPA6L.01

28/09/18 Côtes-d'Armor : Rostrenen : Parcs éoliens. Le conseil vote pour la poursuite de l’extension
À l’occasion du dernier conseil municipal, le principal sujet sur la table concernait l’extension des parcs éoliens. Trois d’entre eux sont concernés, avec une éolienne supplémentaire par parc.
Le dernier conseil municipal de Rostrenen s’est tenu mercredi 26 septembre, à la cité administrative. Suite à la mise place des parcs éoliens de Rostrenen, Kergrist-Moëlou, Plounévez-Quintin et Plouguernével, un projet d’extension sur les parcs de Rostrenen, Kergrist-Moëlou et Plouguernével est en cours.

Cette extension passera par l’implantation d’une éolienne supplémentaire par parc, soit trois éoliennes en plus au total. Le conseil municipal a approuvé la poursuite des démarches menées dans le cadre de cette extension et va faciliter l’accès aux parcelles concernées.
600 000 euros pour la salle des fêtes
Parmi les affaires générales à traiter, suite au départ de la responsable des services techniques et de l’adjointe au directeur des services, le conseil a approuvé le recrutement de deux nouveaux salariés. À noter que, concernant le responsable des services techniques, il sera à temps complet sur Rostrenen. Son travail ne sera donc plus mutualisé avec la commune de Glomel.
Sur le plan financier, les élus ont décidé d’approuver un contrat de prêt d’un montant de 600 000 €, dans le cadre du financement des travaux de la salle des fêtes.
Le conseil a également voté les tarifs de l’eau et de l’assainissement pour l’année 2019. Le prix des abonnements et des parts variables de la part communale ne seront pas modifiés par rapport à ceux établis en 2018.
Les travaux sur le projet de foyer de jeunes travailleurs vont pouvoir débuter dans quelques semaines. C’est l’association Ailes, (Association d’Iroise pour le logement, l’emploi et les solidarités) qui se voit confier une mission d’accompagnement du projet et de gestion de l’établissement.
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/rostrenen/parcs-eoliens-le-conseil-vote-pour-la-poursuite-de-l-extension-28-09-2018-12091591.php

27/09/18 : Finistère : Bannalec : Éolienne. Un stage les 6 et 7 octobre, pour sa révision
Depuis novembre 2014, à la ferme de Quimerc’h, une éolienne tourne et produit bien des kilowattheures. Mais une grande révision s’impose. Le chantier d’entretien sera lancé les 6 et 7 octobre, avec un stage découverte d’une éolienne.
Formateur à l’auto-construction d’éolienne et pilote de celle-ci, Vincent Bratzlawsky proposera aux participants de décortiquer une éolienne, le travail du mécanisme, et de prendre part à la réalisation d’un stator, la partie rotative de l’engin. La ferme de Quimerc’h n’étant pas du tout reliée au réseau électrique, ce sera également l’occasion de découvrir une installation parfaitement autonome dans son fonctionnement. « L’hébergement peut être possible sur place pour les stagiaires », a précisé Vincent Bratzlawsky.
Pratique
Inscriptions au 06 51 45 13 77 ou vbratzlawsky@gmx.fr

https://www.letelegramme.fr/finistere/bannalec/eolienne-un-stage-les-6-et-7-octobre-pour-sa-revision-27-09-2018-12090708.php?vptoken=507027430e5376d3399fc6991fe79305b2b9d9c0

27/09/18 : Morbihan : Moréac : Éoliennes. Les opposants se font entendre
Mardi, de 13 h 30 à 17 h, l’association Vent de Panique 56 a fait entendre son opposition au projet d’installation de deux éoliennes sur le site de Kervellin, lors de la permanence des deux collaborateurs de la société allemande, présents à la salle des Bleuets dans le cadre d’une exposition

L’enfer des riverains
« Nous l’avons assez dit », souligne le président de l’association, Noël Le Breton, évoquant « l’enfer vécu par les riverains de ces éoliennes, notamment à Bergero ». En avril dernier, les élus de la commune ont voté contre le nouveau projet d’Enercon. Or, « cette délibération devait clore l’affaire puisque la société s’était engagée à renoncer si les élus n’y étaient pas favorables. Enercon n’a pas tenu parole : la société maintient son projet éolien puisqu’elle croit à un potentiel venteux », regrette le président.
180 m de hauteur
À Moréac, les deux éoliennes mesureront 180 m de hauteur, « soit plus de cinq fois la hauteur de notre église. L’affront a laissé les riverains stupéfaits ». Autre motif de rejet, « ces machines sont laides, inutiles et malfaisantes. Les nuisances pour les riverains ont une très importante perte de valeur de nos maisons et de notre patrimoine. Les éoliennes font du bruit sans interruption, ce qui est dommageable à notre santé et à celle de nos enfants. De plus, elles ont des effets stroboscopiques causés par la rotation des pales », avertit le président. Et de conclure : « Les éoliennes sont une transition énergétique ratée ! ».
https://www.letelegramme.fr/morbihan/moreac/eoliennes-les-opposants-se-font-entendre-27-09-2018-12090934.php?vptoken=d6ca4a634f36388ab5d05bcd0f45f8543b726183

27/09/18Côtes-d'Armor : Lamballe. Un financement participatif pour deux éoliennes 😡😡
Le projet éolien Lamballe II (Côtes-d'Armor) verra l’installation de deux éoliennes supplémentaires aux Noës, à Saint-Aaron. Les citoyens sont sollicités pour une collecte, du 1er octobre à début janvier.
La société IEL (Initiatives et énergies locales) de Saint-Brieuc démarre l’installation de deux éoliennes. Elles seront implantées non loin du parc d’activités des Noës, à Saint-Aaron, Lamballe.
Les élus lamballais soulignent la philosophie de la Ville « de travailler avec les entreprises locales », tout comme la société IEL, qui a choisi de faire travailler sur ce chantier des entreprises costarmoricaines. « Cela reste dans nos valeurs. »
Quatre éoliennes sont déjà installées sur le site depuis 2011. Les deux nouvelles mesureront 160 m de haut. « Elles sont un peu plus grandes que les autres, de 120 m. Elles seront situées à plus de 700 m de toute habitation », explique Ronan Moalic, directeur d’IEL. Leur puissance : 4,7 mégawatts.
Un projet local et durable
Pour ce projet de 7 millions d’euros, financé par la Banque publique d’investissement (BPI), l’idée d’un financement participatif est lancée.
« Depuis la loi de transition énergétique, l’investissement local est plus simple, note le directeur. L’objectif est de permettre au citoyen d’investir dans un projet local en plaçant de l’épargne sur cinq ans, à un taux de 7 % l’an. Le projet est suffisamment bordé pour que les risques soient faibles. »
IEL fiance 700 000 € d’apport en fonds propres. Le financement participatif vise 100 000 € de collecte citoyenne. « S’il fonctionne bien, nous l’ouvrirons à plus. On sait que cela marche bien ».
La collecte débutera le 1er octobre et durera jusqu’à début janvier. Les habitants de Lamballe Terre et Mer, sur justificatif de domicile, pourront se rendre sur la plateforme Web Lendopolis (1) jusqu’au 15 novembre et investir entre 100 et 3 000 €. « Ensuite, ce sera ouvert à toute la Bretagne, explique Denis Michelet, adjoint à l’urbanisme. Les retombées économiques sont partagées. »
Jean-Luc Barbo, vice-président de Lamballe Terre et Mer, conclut : « Ce lancement intervient seulement quelques semaines après avoir délibéré sur le Plan climat. C’est une belle cohérence. »
Le chantier débute et la mise en service sera effective en mars. Ce projet local et durable de Lamballe II prévoit aussi la plantation de haies bocagères sur le site. Une dizaine d’hectares de landes sera pérennisée et des sessions de sensibilisation à l’écologie seront régulièrement proposées.
La société IEL projette aussi l’installation de trois autres éoliennes à Plestan.
(1) lendopolis.com/projets-energies-renouvelables
https://www.ouest-france.fr/bretagne/lamballe-22400/lamballe-un-financement-participatif-pour-deux-eoliennes-5989000

26/09/18 : Morbihan : Larmor-Plage : Éoliennes en mer. Le conseil est favorable
Le conseil municipal s’est réuni mercredi soir sous la présidence du maire Victor Tonnerre et dans la sérénité, tous les bordereaux ayant été votés à l’unanimité. Extrait :
Éoliennes. Larmor-Plage se prononce pour le projet de ferme pilote d’éoliennes flottantes de Groix et Belle-Ile. Les sociétés « Ferme éolienne flottante de Groix et Belle-Ile » (FEFGBI), et « Réseau de transport d’électricité » (RTE), ont chacune déposé une demande d’autorisation environnementale pour la construction et l’exploitation de la ferme pilote au large de Groix et Belle-Ile-en-Mer et RTE pour son raccordement au poste électrique situé à Kerhellegant à Plouharnel.
Une enquête publique unique ouverte à différents titres, dont celui de l’autorisation environnementale se tient depuis le 17 août 2018 et jusqu’au 28 septembre 2018.
Dès le début de l’enquête publique, le préfet demande l’avis du conseil municipal des communes intéressées par le projet de ferme pilote et son raccordement, en l’espèce Groix, Sauzon, Bangor, Locmaria, Le Palais, Ploemeur, Larmor-Plage, Lorient, Port-Louis, Gâvres, Etel, Plouhinec, Erdeven, Plouharnel, Saint-Pierre-Quiberon, Quiberon et Carnac, et l’avis des autres collectivités territoriales, ainsi que de leurs groupements.
Le conseil municipal s’est dit à l’unanimité, favorable à ce projet.
Le dossier d’enquête publique est consultable sous forme électronique sur le site internet www.morbihan.gouv.fr rubrique publications - enquêtes publiques - Lorient.

https://www.letelegramme.fr/morbihan/larmor-plage/conseil-municipal-un-debat-serein-26-09-2018-12090305.php?vptoken=3e42932523304cf84a23e10789d18b7176eaf1ef

26/09/18 : Morbihan : Plouharnel. Le projet d’éoliennes marines validé par la municipalité
Lundi 24 septembre, le conseil municipal qui s’est déroulé à Plouharnel a permis aux élus de prendre plusieurs décisions dont la validation du projet d'éoliennes flottantes. Certains dossiers avaient déjà fait l'objet de longs débat lors des conseils précédents.
C’était le thème central du conseil municipal qui s’est déroulé lundi dernier à Plouharnel. Une large part des débats ont tourné autour de la ferme d’éolienne flottantes de Groix et Belle-Île, ainsi que de son raccordement au poste électrique de Kerhellegant. Conformément au droit de l’environnement, le préfet a sollicité l’avis des communes impactées par ce projet, parmi lesquelles figure Plouharnel.
C’est dans ce cadre que le conseil municipal a émis un avis favorable aux deux demandes d’autorisation environnementales qui lui ont été formulées. La première concernait la ferme-pilote en elle-même tandis que la seconde était liée à son raccordement électrique.
« Le projet consistant à créer notre propre électricité en Bretagne va dans le bon sens, a déclaré Gérard Pierre, le maire de Plouharnel. À cette distance, les éoliennes devraient s’intégrer dans l’horizon sans provoquer de dépréciation majeure du paysage. Le raccordement, quant à lui, se fera par Kerhilio avec un câble enfoui à l’ouverture de la plage. Le plan de liaison prévu par le réseau de transport d’électricité est rassurant : on ne traverse pas le grand site dunaire et on protège la mer. »
 ..............

26/09/18 : Côtes-d'Armor : Bourbriac : Parc éolien. Un nouveau projet en 2020
À cheval sur les communes de Pont-Melvez et Bourbriac, le parc éolien de Ty Névez Mouric va s’agrandir. La société EDPR France, cinquième opérateur éolien français, prévoit une mise en service d’un quatrième projet dès 2020. Les trois premiers parcs, dont deux sont en fonctionnement depuis 2007 et le troisième en 2009, sont composés de vingt éoliennes au total, pour une production de 58 Gwh/an, ce qui représente l’équivalent de la consommation annuelle en électricité de 23 280 habitants.
Cinq éoliennes supplémentaires
EDPR France a entamé une nouvelle réflexion avec les deux communes concernées, sur l’intérêt de développer ce nouveau projet éolien sur leur territoire. Un projet de cinq éoliennes, pour une puissance totale maximale installée de 17,5 MW. Ce nouveau parc devrait produire 36 GWh par an, ce qui correspond à la consommation électrique annuelle moyenne de 14 400 habitants. Après vingt ans d’exploitation, ces cinq éoliennes devraient éviter l’émission d’environ deux millions de tonnes de CO2.
Le dossier est actuellement en cours d’instruction par les autorités administratives compétentes.
Dans ce cadre, et avec la volonté d’impliquer les riverains et de faire de ce parc éolien un véritable projet de territoire, EDPR France a fait le choix d’ouvrir le projet à la participation financière locale. Dès le 5 octobre, les riverains et les habitants de la communauté d’agglomération (GP3A), pourront profiter de conditions préférentielles pour investir dans le financement des études complémentaires.
Deux permanences vendredi
L’objectif de cette levée de fonds est fixé à 40 000 €, à atteindre en 60 jours. La durée du prêt est de trois ans. Les prêteurs seront remboursés tous les trimestres, intérêt et capital, et seront tenus informés des avancées du projet. Il s’agit de la deuxième opération de ce type lancée par EDPR France en Bretagne, après le succès du projet de parc éolien de Boquého et Plouagat.
Deux permanences d’information, ouvertes à tous, se tiendront ce vendredi, de 9 h à 12 h en mairie de Pont-Melvez, puis, de 13 h 30 à 17 h 30, en mairie de Bourbriac. Les équipes d’EDPR France et de Lendosphère, la plate-forme de financement participatif, répondront à cette occasion à toutes les questions sur le projet et le financement participatif.