Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

Belgique (IV) (du 01/07/2019 au ... )

BELGIQUE


Voir les articles précédents sur "Belgique" (I) et (II)

15/11/19Ferrières : Éoliennes à Werbomont : on informe
Extrait : Le bourgmestre a organisé une réunion informelle sur le projet éolien de Werbomont, avec les développeurs du projet.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191114_01406798/eoliennes-a-werbomont-on-informe

15/11/19Sombreffe : projet de remplacement du parc éolien

Extrait : Le parc éolien de Sombreffe / Gembloux est opérationnel depuis 2003, avec ces 6 éoliennes.
La société Eneco Wind introduit un projet de repowering (= de remplacement de ces éoliennes) dont la durée de vie est limitée à 20 ans.
Le but étant donc d’installer de nouveaux mats et de recycler les anciens.

https://www.telesambre.be/sombreffe-projet-de-remplacement-du-parc-eolien

14/11/19Permis refusé pour les éoliennes en forêt, le long de l’E420 à Couvin
Extrait : L’administration a refusé le permis pour le parc éolien dans le bois de Couvin, le long de l’E420. Le promoteur introduit un recours.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191113_01406020/permis-refuse-pour-les-eoliennes-en-foret-le-long-de-l-e420-a-couvin

13/11/19Frasnes : le collège ne veut pas d’éoliennes
Extrait : Lors du conseil communal de ce mardi soir, un point supplémentaire a été ajouté par Michel Delitte. Le conseiller communal d’Horizon citoyen souhaitait connaître la position du collège des bourgmestres et échevins à l’égard du projet d’Eoly.
https://www.notele.be/it18-media70550-frasnes-le-college-ne-veut-pas-d-eoliennes.html

13/11/19OREYE/CRISNÉE : Elicio ne lâche pas le morceau
Extrait : Annulé par le Conseil d’État, le projet de 6 éoliennes d’Elicio revient pour complément d’enquête publique.


12/11/19Un projet éolien entre Halanzy et Rachecourt
Extrait : La société Vortex Energy projette de construire un parc de six éoliennes entre Halanzy et Rachecourt. Ce parc éolien sera donc à cheval sur les communes de Musson et Aubange.
Le promoteur présentera son projet au public le jeudi 28 novembre, à 19 h 30, à l’ancienne maison communale, à Halanzy. Les citoyens présents pourront émettre des observations, des suggestions et poser leurs questions.

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191111_01405464/un-projet-eolien-entre-halanzy-et-rachecourt

12/11/19Projets éoliens: la Ville de Mons s'offre un cadre pour mettre de l'ordre
Extrait : C'est inédit pour une ville wallonne. L'objectif est de mieux encadrer les demandes de permis.
L'éolien a le vent en poupe à Mons où plusieurs projets montrent le bout de leurs mâts. À Spiennes, dans le zoning de Ghlin-Baudour où encore à Harmignies, des réunions d'information préalable ont ainsi été organisées récemment, annonçant de probables demandes de permis. La Ville est par ailleurs engagée dans une bataille juridique avec H&M qui souhaite implanter une éolienne sur son centre logistique à Ghlin.
Pour éviter que les projets n'essaiment de façon anarchique, le collège communal a décidé de se doter d'un cadre éolien.

https://www.dhnet.be/regions/mons/projets-eoliens-la-ville-de-mons-s-offre-un-cadre-pour-mettre-de-l-ordre-5dcad23c9978e272f9c50ff5

12/11/19Genappe : Permis accordé pour cinq éoliennes
Extrait : La Région a accordé le permis à New Wind pour la construction de cinq éoliennes à Genappe. La Ville avait remis un avis négatif.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191111_01405239/permis-accorde-pour-cinq-eoliennes

12/11/19Assesse - Yvoir : Trois éoliennes de plus, ça devient lourd
Extrait : Une cinquantaine de personnes ont assisté à la réunion d’information sur le projet de Luminus de construire trois éoliennes sur Assesse et Yvoir.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191111_01405113/trois-eoliennes-de-plus-ca-devient-lourd

09/11/19NIVELLES - Un projet d’éoliennes au zoning
Extrait : Un projet de trois éoliennes à Nivelles-sud. Deux d’entre elles seraient implantées sur des terrains industriels.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191108_01404664/un-projet-d-eoliennes-au-zoning

08/11/196 éoliennes entre Halanzy et Rachecourt ?
Extrait : Dans la commune d'Aubange, des panneaux disposés près de la rue de Nickbas (Halanzy) informent d'un projet éolien porté par Vortex Energy. Plus précisément 6 éoliennes d'une puissance totale supérieur à 3MW entre Halanzy et Rachecourt.https://www.tvlux.be/article/info/6-eoliennes-entre-halanzy-et-rachecourt-_33112.html

08/11/19 : FAUVILLERS : Panneaux lacérés: le projet éolien de Warnach dérange
Extrait : Des panneaux invitant les usagers de la N4 à s’intéresser au projet éolien à Warnach ont été lacérés à peine posés.

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191107_01403951/le-projet-eolien-de-warnach-derange

08/11/19Éolien : un projet similaire déjà refusé à Habay
Extrait : Aspiravi envisage d’implanter 6 éoliennes entre Houdemont et Hachy. Là même où Lucéole avait reçu un avis défavorable.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191107_01403962/eolien-un-projet-similaire-deja-refuse

07/11/19La Belgique à l’abordage des futures éoliennes françaises au large de Dunkerque
Extrait : Le champ d’éoliennes offshore pourrait entraver deux routes maritimes partant d’Ostende. Le gouvernement prépare une éventuelle action devant un tribunal civil français. Mais privilégie encore la voie diplomatique à cette heure.
https://plus.lesoir.be/259064/article/2019-11-07/la-belgique-labordage-des-futures-eoliennes-francaises-au-large-de-dunkerque

07/11/19Les deux lignes camouflées dans les 300 pages de l'accord du gouvernement flamand qui mettent les bourgmestres en émoi
Extrait : Deux lignes camouflées dans les 300 pages de l'accord gouvernemental flamand ont mis les bourgmestres en émoi. En effet, elles transfèrent aux communes le pouvoir de décision en matière d'éoliennes.
https://trends.levif.be/economie/politique-economique/les-deux-lignes-camouflees-dans-les-300-pages-de-l-accord-du-gouvernement-flamand-qui-mettent-les-bourgmestres-en-emoi/article-normal-1212649.html

07/11/19
Feu vert du ministre Borsus pour les cinq éoliennes le long de la N25 à Genappe
Extrait : Le permis est octroyé pour le parc New Wind.
Le collège communal de Genappe, ce mercredi, a pris connaissance d’un arrêté du gouvernement wallon concernant un des projets de parc éolien que veulent développer les promoteurs le long de la RN25. Sur recours, alors que la Ville avait émis un avis défavorable et que le fonctionnaire délégué avait refusé le permis, le ministre régional compétent, Willy Borsus, a donné son feu vert à New Wind.
https://www.dhnet.be/regions/brabant/un-permis-octroye-pour-le-parc-new-wind-5dc32a789978e272f9a6bf32

06/11/19Eneco veut acheter tout le courant de la centrale de Vilvorde
Extrait : Le producteur cherche à couvrir l’intermittence du solaire et de l’éolien. L’autorisation pour la construction d’une centrale au gaz à Manage est attendue pour 2022.
C’est une vérité que nous avons déjà eu l’occasion de répéter à plusieurs reprises dans ces colonnes : le soleil ne brille pas la nuit et le vent ne souffle pas tout le temps. En conséquence, et c’est là leur principal défaut, les énergies renouvelables (solaire et éolien) sont intermittentes.
https://plus.lesoir.be/258789/article/2019-11-06/eneco-veut-acheter-tout-le-courant-de-la-centrale-de-vilvorde

05/11/19Des collaborations entre intercommunales pour assurer la transition énergétique
Extrait : Les collaborations entre intercommunales wallonnes se multiplient. La dernière en date porte sur une expertise en matière d’énergie éolienne dans les parcs d’activités économiques, entre Ideta et Idélux.
https://plus.lesoir.be/258473/article/2019-11-05/des-collaborations-entre-intercommunales-pour-assurer-la-transition-energetique

05/11/19
Trois éoliennes en projet à Manage
Extrait : Elles seront implantées le long de la N59.
Le zoning de Manage pourrait bientôt être garni de plusieurs éoliennes. C'est en tout cas le projet de la société Engie Electrabel. Elle va prochainement introduire une demande de permis unique relative àl’implantation de trois éoliennes accompagnées de leurs auxiliaires, de chemins d’accès, d’aires de montage et la pose de câbles électriques.

https://www.dhnet.be/regions/centre/trois-eoliennes-en-projet-a-manage-5dc15b6ad8ad58388747e741

04/11/19Un autre schéma pour l’éolien
Exit le Sol, schéma d’orientation local, bienvenue au SDC, schéma de développement communal. Des termes hyper administratifs, mais qui ont leur importance....
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191103_01402022/un-autre-schema-pour-l-eolien

31/10/19
Yvoir et Dinant : éviter l'encerclement éolien
Extrait : Un projet de six éoliennes sur Dinant et Yvoir a été présenté. Un de plus.
Les projets éoliens se multiplient sur les communes d'Hamois et de Ciney. Mais elles ne sont pas les seules concernées. Dinant et Yvoir n'échappent pas aux intérêts des promoteurs. Comme Luminus qui veut installer six éoliennes dans ces deux communes. « D’une capacité maximale de 4,5 MW, la production estimée de ces six nouvelles machines est de 30.000.000 kWh par an, ce qui couvrira les besoins en électricité d’environ 7.500 familles. Elles permettront d’économiser chaque année 22.000 tonnes de CO2 par rapport aux émissions d’une centrale thermique au gaz. Cette économie est comparable aux émissions d’environ 6.000 voitures (en fonction d’un kilométrage de 15.000 km/an et d’émissions moyennes du parc automobile belge de 152,5 g CO2/km) », explique Luminus.

https://www.dhnet.be/regions/namur/dinant-ciney/yvoir-et-dinant-eviter-l-encerclement-eolien-5dbad2b4d8ad5838872fc2aa

29/10/19Un troisième projet éolien à la frontière de Stavelot et Malmedy
La frontière entre Stavelot et Malmedy est fort boisée. Actuellement les projets éoliens y poussent comme des champignons. Le 20 novembre se tiendra une réunion d’information concernant la possibilité d’installer six éoliennes en bord d’autoroute. Le troisième projet de ce type dans un rayon de 4 kilomètres.
> Ces trois projets sont séparés par un rayon d'à peine quatre kilomètres
> Ce nouveau projet consiste à installer 6 éoliennes de 150m de haut maximum

https://www.sudinfo.be/id148932/article/2019-10-29/un-troisieme-projet-eolien-la-frontiere-de-stavelot-et-malmedy

28/10/19 : Au large de la côte belge, des éoliennes gagnent en puissance
https://www.geo.fr/environnement/au-large-de-la-cote-belge-des-eoliennes-gagnent-en-puissance-198342

28/10/19
Belgique : au large de la côte, les éoliennes gagnent du terrain (et de la puissance)
L'éolien offshore se déploie rapidement le long de la côte belge. Plus de 200 éoliennes sont implantées à ce jour au large des ports d'Ostende et Zeebruges, une technologie qui veut se développer pour gagner des parts dans la distribution mondiale d'énergie.....
https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/belgique-au-large-cote-eoliennes-gagnent-du-terrain-puissance-1742175.html

26/10/19FERRIÈRES : Des éoliennes au Bois des Arsins
Un projet d’éoliennes est à l’étude en milieu forestier, au Bois des Arsins, entre Burnontige et Werbomont.https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191025_01398942/des-eoliennes-au-bois-des-arsins

25/10/19Six éoliennes «piquetées» à Mariembourg
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191024_01398402/six-eoliennes-piquetees-a-mariembourg

24/10/19Les Bons-Villers / Pont-à-Celles: réunion d’information pour l’implantation d’éoliennes
https://www.telesambre.be/les-bons-villers-pont-celles-reunion-dinformation-pour-limplantation-deoliennes

24/10/19Muno : Patrimoines en péril contre le grand éolien
Suite au projet éolien de Pérensart, l’ASBL «Patrimoines en péril» dénonce les lacunes de la RW et les méthodes des multinationales.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191023_01398022/patrimoines-en-peril-contre-le-grand-eolien

23/10/19 : Avec Luminus, l'IDEA veut dresser 7 éoliennes pour alimenter le zoning de Ghlin-Baudour

22/10/19Perwez : la commune va rembourser 400 000 euros de taxations contestées par des promoteurs éoliens
Extrait : Au menu notamment, la 2ème modification budgétaire de l’année. Dans celle-ci, il est prévu de prélever 400 000 euros du fonds de réserve ordinaire. Ils serviront à rembourser des promoteurs éoliens qui contestent plusieurs taxes communales sur les mâts d’éoliennes prélevées entre 2013 et 2018.

21/10/19Doische – 4 éoliennes sur la plaine de Niverlée, les citoyens sont contre le projet
Lors du dernier conseil communal, les habitants de Nirverlée ont pris la parole pour exprimer leurs inquiétudes face au projet d’implantation de 4 éoliennes, par l’entreprise Elawan Energy Wallonie. La réponse du bourgmestre les inquiète davantage.....
http://www.canalc.be/doische-4-eoliennes-sur-la-plaine-de-niverlee-les-citoyens-sont-contre-le-projet/

19/10/19
Bientôt plus de 70 éoliennes autour de Ciney ?
Un théâtre communal quasi complet pour écouter un expert et les positions diverses énoncées sur les projets éoliens.https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191018_01395666/bientot-plus-de-70-eoliennes-autour-de-ciney

18/10/19 : Doische : Parc éolien de Niverlée : les remarques des opposants reçues froidement par le collège communal

Le collège communal de Doische a soufflé le froid face aux opposants au parc éolien de Niverlée. Il les renvoie aux conclusions de l’étude d’incidences.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191018_01395394/parc-eolien-de-niverlee-le-college-plutot-froid-avec-les-opposants


17/10/19
Y a-t-il trop d'éoliennes à Ciney ?
Actuellement, on en dénombre une quinzaine sur le territoire de la commune. Mais ce chiffre pourrait doubler dans quelques années. Si tous les projets en cours aboutissent du moins.
S'il y a tant d'éoliennes dans la région, ce n'est pas un hasard : Ciney est situé en quelque sorte dans un triangle d'or pour ce type d'installation. Triangle formé par l'autoroute E411, la nationale 4 et la route Charlemagne. Un territoire de quelques km², propice aux éoliennes, explique Fawaz Al Bitar, directeur général d'Edora, la Fédération des industries des énergies renouvelables.
"Le gouvernement wallon a décidé de promouvoir l’installation éolienne près des axes autoroutiers, se disant qu’il y avait déjà une nuisance créée par l’autoroute… Et donc, le bruit engendré par les éoliennes pourrait être couvert par celui des voitures."
Ce n'est évidemment pas la seule explication. Ciney est aussi une zone agricole bien exposée aux vents.
La nouvelle majorité communale est un peu mal prise. "La commune est bien sûr ouverte aux principes des énergies renouvelables. Nous pensons que c’est une obligation, au moins au niveau moral pour le futur, commente Laurence Daffe échevine de l'Energie. Mais en ce qui concerne l’éolien, on ne peut pas laisser faire tout et n’importe quoi, n’importe comment ! Nous regrettons d’ailleurs qu’il n’y ait pas une cartographie claire et bien organisée au niveau de la Région wallonne."
La commune dénombre six nouveaux projets sur son territoire. Les producteurs d'électricité se pressent au portillon : Luminus, Engie, Eneco mais aussi le groupe Colruyt qui veut construire quatre éoliennes à Sovet, au bord de l'E411.
La commune a décidé d'organiser une réunion d'information sur tous ces nouveaux projets ce mercredi soir à 20h00 au théâtre communal de Ciney.

https://www.rtbf.be/info/regions/detail_y-a-t-il-trop-d-eoliennes-a-ciney?id=10343677
17/10/19Nivelles : Trois éoliennes envisagées au zoning sud
Après les quatre moulins plantés au Bois d’Arpes voici déjà deux ans, le parc éolien de Nivelles-Sud pourrait bientôt s’étendre.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191016_01394716/trois-eoliennes-envisagees-au-zoning-sud

12/10/19
Yvoir : Taxe éolienne: Yvoir gagne contre EDF Luminus
L’arrêt, particulièrement argumenté, confirme la Commune dans son droit de percevoir les 25 000 euros annuels de la SA EDF Luminus.https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191011_01392544/taxe-eolienne-yvoir-gagne-contre-edf-luminus

11/10/19COUVIN - Six éoliennes autour du zoning de Mariembourg ?
La société Aspiravi envisage d’implanter six mâts autour du zoning de Mariembourg. Réunion d’information le 23 octobre.https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191010_01391814/couvin-six-eoliennes-autour-du-zoning

10/10/19ÉGHEZÉE : Neuf éoliennes sur la plaine de Boneffe : le chantier reprend
Eneco reprend le chantier des neuf éoliennes dans la plaine de Boneffe. Sans attendre l'arrêt du conseil d'Etat.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191009_01391460/neuf-eoliennes-le-chantier-reprend

09/10/19Les 7 éoliennes d’Aische-Perwez vont déjà être renouvelées
Eneco, l’opérateur éolien très présent dans le Namurois, renouvelle son premier parc, entre Aische et Perwez. Voilà ce qui est attendu.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191008_01391042/eoliennes-d-aische-perwez-phase-2

08/10/19 : La Mer du Nord, eldorado de l'éolien offshore
Cela faisait onze ans que le Rainbow Warrior n’était pas passé par la Belgique. Et si ce genre d’événement est rare, c’est avant tout parce que le navire est abondamment sollicité à travers le monde.
« Avec la trentaine de bureaux que compte Greenpeace à travers le monde, on doit se mettre d’accord sur qui peut utiliser les bateaux, à quel moment et pour quelle campagne », explique Mathieu Soete, chef de campagne Énergie & Climat pour Greenpeace Belgium, par ailleurs initiateur du projet. « Cela fait plus d’un an qu’on s’est mis ensemble avec les bureaux européens pour développer une campagne conjointe sur le climat, intitulée « United for Climate ». »
Depuis quatre mois, le voilier a donc parcouru des milliers de kilomètres sur les mers depuis la Roumanie jusqu’en Belgique, où le focus a été mis sur l’éolien offshore.
« Les énergies renouvelables sont véritablement l’alternative aux énergies fossiles et à l’énergie nucléaire », insiste Juliette Boulet, porte-parole de Greenpeace Belgium. « Les rapports scientifiques nous montrent qu’on doit aujourd’hui changer de système. Et notamment en termes de production d’électricité. Il convient dès lors de se tourner vers une technologie qui est fiable, qui est mature et qui est rentable économiquement aussi. »

Situé au large des plages belges, à la limite des eaux territoriales néerlandaises, un gigantesque parc éolien offshore se dresse fièrement au milieu des froides eaux de la mer du Nord.
Comptant aujourd’hui plus de 300 éoliennes offshores, dont les premières sont entrées en service en mai 2009, le parc n’a cessé de grandir et de se développer, site après site, phase après phase, pour faire aujourd’hui de la Belgique l’un des États à la pointe de cette technologie.
D’ici la fin de l’année 2020, la capacité de production de ces centaines de turbines devrait atteindre 2262 MW, soit l’équivalent de 12 à 13% de la consommation en électricité de la Belgique.
Jan Vande Putte travaille depuis plus de 20 ans dans le secteur de l’énergie. Spécialiste de l’éolien offshore chez Greenpeace Belgium, il rayonne au moment d’évoquer la situation en mer du Nord : « C’est sans doute la zone la plus idéale au monde pour développer cette technologie. Il y a là une combinaison unique entre la profondeur des fonds marins, la proximité des terres, la force moyenne du vent, … »
Le caractère exceptionnel de la zone n’a d’ailleurs pas échappé aux acteurs du secteur, qu’ils soient politiques ou économiques. « Notre volonté n’est pas de vanter les mérites de l’éolien et de supprimer le reste. Mais si on veut conserver un pôle chimique important comme celui d’Anvers, la seule solution est d’être compétitif au niveau de l’éolien offshore, un domaine où la Belgique est à la pointe actuellement. Les gens l’ont bien compris : plusieurs entreprises, dont Elia (NDLR : le gestionnaire du réseau de transport d’électricité à haute tension en Belgique), mènent la danse. Et la politique du ministre De Backer a permis à notre pays de prendre le leadership d’une coopération internationale chargée de développer cette technologie en mer du Nord. »
Pourtant, au départ, le pari semblait loin d’être gagné. « Les débuts ont été difficile, c’est vrai, car il y avait beaucoup de protestations. Il y avait les villes balnéaires qui voyaient d’un mauvais œil l’arrivée de ces moulins à vent au large de leurs plages, mais aussi les pêcheurs qui montraient beaucoup de réticences à l’égard du projet. La solution a finalement été de développer une autre zone, avec la collaboration de tous les acteurs. Aujourd’hui, la Belgique est la 5e puissance mondiale dans le domaine de l’éolien offshore. »
Et la position dominante de la Belgique dans ce type de production d’énergie verte devrait encore s’amplifier dans les prochaines années : « La création d’une deuxième zone a été approuvée dans le plan maritime de notre gouvernement fédéral, bien que ce-dernier soit en affaires courantes », sourit Jan Vande Putte. « Sa réalisation devrait s’étaler de 2020 à 2026. Le gestionnaire du réseau électrique a déjà donné son accord. Avec l’apport de ce nouveau parc, la capacité de production devrait doubler et atteindre les 4.000 MW. Et on pense même qu’il est possible d’aller encore plus loin. Ce n’est tout de même pas mal pour un pays comme le nôtre qui ne compte que 60km de côte… »


07/10/19"Des projets éoliens dans tous les sens" à Hamois et Ciney
Luminus a présenté un projet jeudi soir. Un parmi tant d’autres
Jeudi soir, Luminus a présenté aux communes d’Hamois et de Ciney ainsi qu’à leurs habitants l’un de ses projets éoliens. Celui-ci prévoit l’implantation de six éoliennes, entre le hameau d’Emptinal et le village de Natoye, à proximité de la N4. A elles six, ces machines doivent produire chaque année environ 36.000 kWh d’énergie verte, soit la consommation électrique de 9.000 ménages. Cela permettra d’économiser 16.000 tonnes de CO2/an par rapport aux émissions d’une centrale thermique au gaz. "Cette économie est comparable aux émissions d’environ 7.000 voitures (d’un kilométrage de 15.000 km/an et d’émissions moyennes du parc automobile belge de 152,5g de CO2/km) En période non venteuse, les centrales de pointe permettent de répondre à la demande d’électricité", précise-t-on chez Luminus.
A ce stade, le projet n’a été que présenté aux responsables politiques et citoyens qui ont jusqu’au 18 octobre pour émettre, par écrit, leurs observations et suggestions destinées à la réalisation de l’étude d’incidences. "Nous ne sommes en tout cas pas favorables à la dispersion d’éoliennes sur notre territoire", précise la bourgmestre d’Hamois Valérie Warzée.
Car ce projet de Luminus n’en est qu’un parmi tant d’autres. "Depuis la fin 2018, nous avons été consultés à sept reprises pour des projets éoliens qui concernent des communes limitrophes. Ca vient dans tous les sens, de sociétés totalement différentes qui ne se concertent pas. Il n’y a pas ailleurs aucune ligne de conduite de la part de la Région wallonne. On dirait que c’est la course aux permis, peu importe les nuisances sonores et paysagères."
La commune voisine de Ciney serait en effet concernée par 18 éoliennes dont deux qui font partie du projet présenté jeudi. "On ne compte pas les zones qui sont à l’étude car elles intéressent les promoteurs" explique l’échevine de l’énergie Laurence Daffe. S’ajoutent à ces 18, les 4 de Hamois et 20 autres sur les communes voisines que sont Dinant, Houyet et Yvoir. "A Ciney, une réunion d’information est prévue à cet égard le 17 octobre à 20h00 au théâtre communal pour prendre le pouls de la population. On est conscient que le besoin d’énergie est important et qu’il est important de se tourner vers le renouvelable mais on veut savoir vers quoi le citoyen veut aller."

https://www.dhnet.be/regions/namur/dinant-ciney/des-projets-eoliens-dans-tous-les-sens-a-hamois-et-ciney-5d9b54b2d8ad5841fc573dea

07/10/19Huit autres éoliennes dans les cartons
La Commune de Fernelmont a investi 90 000€ dans cette éolienne coopérative. Pour la bourgmestre, Christelle Plomteux, la contribution citoyenne donne une autre dimension à ce projet porté, à la base, par Luminus.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191006_01389711/huit-autres-eoliennes-dans-les-cartons

07/10/19
Eghezée: le parc éolien le long de l'E411 va changer de visage
La société Eneco Wind, gestionnaire du parc, veut démonter 8 éoliennes de 122 mètres de haut pour les remplacer par 7 machines de 170 mètres.
Plus grandes donc, mais aussi deux fois et demi plus puissantes...

Où en est-on dans ce projet ?
L'enquête publique vient de se clôturer. Sur base de ses résultats et de l'avis des communes concernées, l'administration wallonne délivra un permis unique. Ce devrait être pour fin décembre.
Ce n'est qu'après cette étape décisive que le porteur de projet pourra lancer des appels d'offres auprès de fournisseurs. Le chantier de démontage et de construction ne devrait donc pas commencer avant 2022, voire fin 2022. Si toutefois aucun recours n'est introduit contre le projet.
Le chantier sera un peu différent des chantiers de parcs éoliens classiques car les nouvelles éoliennes vont être placées sur le même site que le parc existant, en bordure de l'autoroute E411 (entre Perwez et Aische-en-Refail). Il faudra donc démonter les anciennes machines avant de monter les nouvelles.
Comment ?
Soit on procède une par une, soit on démonte tout avant d'installer le nouveau parc. Tout dépendra là-aussi des exigences du constructeur qui obtiendra le marché. Mais en tout cas, les anciennes et les nouvelles éoliennes ne vont pas cohabiter.
Sur le même socle que les anciennes éoliennes ?
Techniquement, ce n'est pas possible, notamment parce que les nouveaux mâts, plus hauts, devront forcément être placés à une distance plus importante des zones d'habitation.
Cela ne veut pas dire que les socles en béton resteront au milieu des champs pour autant : la couche de 4 mètres de béton sera enlevée et des terres y seront remises.
Quant aux éoliennes proprement dites, la firme étudie la possibilité de les revendre, pour leur donner une deuxième vie.
https://www.rtbf.be/info/regions/detail_eghezee-le-parc-eolien-le-long-de-l-e411-va-changer-de-visage?id=10335018

07/10/19Un tout nouveau parc éolien inauguré à Fernelmont
Quatre nouvelles éoliennes sont désormais opérationnelles : trois financées par Luminus et la quatrième, par un regroupement de coopératives et la commune. Ensemble, elles peuvent fournir de l'électricité pour alimenter 10.000 ménages.
Ces nouveaux mâts s'ajoutent aux quatre déjà existants à cet endroit depuis 2009. Les huit éoliennes permettront aussi d'éviter le rejet de 40.000 tonnes de CO² par an, selon Luminus.
https://www.rtbf.be/info/regions/detail_un-tout-nouveau-parc-eolien-inaugure-a-fernelmont?id=10334987 


06/10/19
Près de 10.000 ménages alimentés en électricité grâce au parc éolien de Fernelmont
L'installation comprend quatre éoliennes
Un nouveau parc éolien a été inauguré samedi à Fernelmont, dans la province de Namur, en présence du ministre wallon de l'Energie Philippe Henry (Ecolo).
L'installation comprend quatre éoliennes. Trois ont été financées par la société Luminus, la quatrième par un regroupement de coopératives et la commune. Celles-ci s'ajoutent aux quatre autres déjà existantes depuis 2009. De quoi alimenter 10.000 ménages en électricité. La mise en place des nouvelles éoliennes a été envisagée en 2012 et a abouti en octobre 2018. De dernière génération, elles permettront de produire 26 gigawatts-heure par an afin d'alimenter à elles seules quelque 6.500 familles en énergie verte, précise Luminus. Ensemble, les huit éoliennes permettront aussi d'éviter le rejet de 40.000 tonnes de CO2 par an, affirme le fournisseur en énergie.
Une des quatre nouvelles éoliennes appartient à la société Marchôvent, qui regroupe trois coopératives : Champs d'énergie, Nosse Moulin et HesbEnergie. Elle a aussi reçu l'appui de la commune de Fernelmont.
"C'est ça l'avenir", a commenté le nouveau ministre wallon de l'Energie, dont c'était la première sortie officielle en la matière. "On doit évidemment de plus en plus nous diriger vers les énergies renouvelables et l'implication citoyenne est importante en ce sens. On a besoin de tous pour réussir à donner des réponses satisfaisantes aux problèmes climatiques."
"Le gouvernement wallon s'est donné l'objectif de réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. Aujourd'hui, nous sommes à environ 36%", a ajouté Philippe Henry. "Les avancées à réaliser sont donc énormes mais elles sont la traduction de l'accord de Paris. Cela veut dire que l'on doit changer beaucoup de choses et en particulier produire de l'énergie renouvelable, tout en réduisant notre consommation."
"Nous allons aussi devoir prendre des mesures importantes dans tous les secteurs, que ce soit la mobilité, l'industrie, l'agriculture ou encore la construction", a-t-il conclu.
Après l'inauguration officielle des nouvelles éoliennes, les festivités se sont poursuivies à Fernelmont. De nombreuses animations étaient proposées, ainsi que des conférences sur les énergies renouvelables, la consommation énergétique et l'économie sociale. Une manière de mettre la population locale au centre de ce projet et de susciter des vocations. Parmi la centaine de personnes présentes, beaucoup se sont d'ailleurs montrées intéressées par la démarche des coopératives et pourraient bien les rejoindre prochainement.

https://www.dhnet.be/regions/namur/pres-de-10-000-menages-alimentes-en-electricite-grace-au-parc-eolien-de-fernelmont-5d99added8ad5841fc4f8912

04/10/19 : Habay : Carte - Hachy : un projet de 7 éoliennes inquiète

L’implantation de 7 à 8 éoliennes à Hachy (Habay) fait réagir la population, présente en nombre mercredi à la réunion d’information.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191003_01388635/hachy-un-projet-de-7-eoliennes-inquiete

03/10/19 : Sainte-Ode - Éoliennes remplacées, malgré le recours
Renewable Power Company a décidé de remplacer les éoliennes de Sainte-Ode, installées il y a vingt ans. Le dossier est pourtant au conseil d’État.
«Si on arrête tous les projets parce que l’une ou l’autre personne n’est pas d’accord, alors on n’avance pas». Le responsable de la société Renewable Power Compagny Claude Boever a décidé de ne pas attendre la décision du conseil d’État face à un recours introduit. La société procédera donc à un travail de «repowering», c’est-à-dire de remplacement des six éoliennes de Sainte-Ode, par quatre de nouvelle génération d’une hauteur de 150 mètres (contre 100 mètres pour les mâts existants).
Le parc éolien de Sainte-Ode a été érigé en 2002 avec six mâts dans un premier temps, puis huit autres sont venus s’y adjoindre en 2008. Après plus de quinze ans de production d’électricité verte, les turbines arrivent déjà à bout de souffle et le promoteur a donc décidé de les remplacer par quatre éoliennes de nouvelle génération. «Avec 50% de moins, on pourra produire deux à trois fois plus», précise M. Boever.
«Que des avis positifs»
Les travaux des fondations ont donc été lancés il y a peu malgré les réticences de certains. «Le recours n’est pas suspensif, poursuit M. Boever. J’ai étudié les différentes possibilités et j’ai finalement décidé de me lancer. On a donc confiance. Le permis a déjà connu des recours, mais les instances, puis le ministre ont confirmé l’avis positif qui nous avait été délivré. Si tous les avis demandés avaient été négatifs, on n’aurait pas lancé le projet, mais notre dossier respecte totalement ce que la loi impose.
Avec les nouvelles technologies, le bruit est réduit et les pales s’arrêtent quand cela peut provoquer un effet stroboscopique. Par ailleurs, je ne pouvais plus attendre car, si les recours se multiplient ou si la décision tarde, le permis sera périmé. Il faut aussi avouer que c’est le moment de changer car de telles éoliennes ne seront pas sur le marché dans les années à venir. En effet, la tendance va vers des éoliennes encore plus hautes. Il faut aussi pointer le fait qu’il faut réfléchir à la possibilité de ne plus compter sur des certificats verts. J’espère qu’on n’est pas dans un pays où deux, trois personnes peuvent faire capoter un projet.»
Du côté de la commune de Sainte-Ode, on ne peut que regarder ces projets s’établir sans pouvoir réagir. «Comme l’introduction du recours au conseil d’État n’est pas suspensive, nous ne pouvons pas empêcher les travaux, constate le bourgmestre Pierre Pirard. C’est sans doute qu’il imagine qu’il se sent fort. Et, si le conseil d’État donne raison aux plaignants, il faudra encore ester en justice. Cela peut donc prendre pas mal de temps.»
Démanteler à partir du 18 novembre
Les six éoliennes de Sainte-Ode devraient quitter les abords de la Nationale 4 dans la semaine du 18 au 24 novembre, un timing qui est tributaire des conditions climatiques. Et les nouveaux mâts pourraient être érigés en janvier 2020. «J’ai bien pesé ma décision et je fonce», conclut Claude Boever."
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191002_01388277/eoliennes-remplacees-malgre-le-recours


03/10/19Nassogne - «On est loin de dire oui ou non à l’éolien»
Au début de l’année, plusieurs opérateurs ont présenté des projets éoliens sur l’entité de Nassogne, dont l’un sur des terrains 100% communaux, et un autre sur des terrains communaux et privés.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20191002_01388186/on-est-loin-de-dire-oui-ou-non-a-l-eolien

02/10/19
Ghlin: l’IDEA veut implanter sept éoliennes sur le zoning
Un nouveau projet éolien a été lancé sur le zoning de Ghlin-Baudour. Il est porté par l’intercommunale IDEA, en partenariat avec la société Luminus. Les responsables de l’IDEA prévoient en effet d’introduire une demande de permis unique relative à la construction et l’exploitation d’un parc de sept éoliennes.
« Depuis l’entrée en vigueur du nouveau code de développement territorial (CoDT), l’IDEA, en tant que gestionnaire de zones d’activités, était confronté à de nombreuses demandes d’implantation d’éoliennes », explique Émilie Zimbili, responsable de la communication de l’intercommunale.
https://www.laprovince.be/448698/article/2019-10-02/ghlin-lidea-veut-implanter-sept-eoliennes-sur-le-zoning

02/10/19 : Permis octroyé pour deux nouvelles éoliennes au zoning de Feluy

Elles seront construites sur le site de l'entreprise Xtratherm.
Lancé à l'automne 2018, le projet d'installation de deux éoliennes Engie-Electrabel sur le site d'Xtratherm est sur le point d'aboutir. Le permis unique vient en effet d'être octroyé pour la construction et l'exploitation des deux mâts de 115 m de hauteur ainsi que de tous leurs auxiliaires sur le site de cette entreprise située le long de l'autoroute E19 dans le zoning industriel de Feluy. "Si tout va bien, nous espérons pouvoir débuter la construction à l'été 2020", confie Olivier Desclée, le porte-parole d'Engie-Electrabel.
Les deux turbines auront chacune une puissance maximale de 3,6 MW, ce qui produira environ 16 GWh chaque année. "C'est la production électrique d'environ 4 500 familles (NdlR : soit environ 7000 tonnes de CO2 évitées annuellement). L'électricité produite sera réinjectée sur le réseau à hauteur de 13,5 GWh. Le reste, soit 2,5 GWh, alimentera directement la cabine existante d'Xtratherm."
L’entreprise Xtratherm, installée à la rue Zénobe Gramme depuis 2015, produit des panneaux d’isolation pour construction. Elle a été choisie par Engie-Electrabel pour sa situation favorable dans un espace venteux situé loin des habitations. "Hormis la commune du Roeulx qui était réticente, les communes de Seneffe, d'Ecaussinnes et de Manage ont d'ailleurs été favorables à ce projet", insiste le porte-parole du plus grand producteur et fournisseur d'électricité en Belgique.
https://www.dhnet.be/regions/centre/permis-octroye-pour-deux-nouvelles-eoliennes-au-zoning-de-feluy-5d944d9ef20d5a278145f593

01/10/19Une éolienne sur l'aire d'autoroute de Maisières
L’enquête publique débute ce 2 octobre et se terminera le 17 octobre.
L'aire autoroutière de Bois du Gard, à Maisières dans le sens Mons vers Bruxelles, devrait bientôt changer de visage. Dans quelques mois, une éolienne risque bien d'y être installée, à côté du parking et de ses aménagements. Une demande de permis de unique vient en tout cas d'être déposée par l'entreprise CLEF (Coopérative pour les Energies du Futur). "Le projet du Bois du Gard vise l’implantation d’une seule éolienne d’une puissance maximale de 2,7MW. La puissance doit être strictement inférieure à 3MW, afin de bénéficier d'une procédure simplifiée pour le permis unique de l’éolienne", explique l'entreprise basée à Pipaix.
Cette société de Wallonie picarde a profité d'un appel d'offres lancé par la Sofico, qui gère le réseau routier structurant en Région Wallonne, dans le but de valoriser énergétiquement les aires d’autoroute. Le marché a été remporté par un consortium de coopératives énergétiques citoyennes, dont fait partie l'entreprise CLEF qui a été désignée comme développeur et porte-parole pour le consortium, auprès de la population et de possibles partenaires locaux.
Du point de vue urbanistique, une étude de risque a déjà été réalisée. Celle-ci met en évidence un risque concernant quelques places de parking pour des camions qui seront donc interdites d’accès. "Nous avons pris la décision de proposer de nouvelles places de parking en compensation. Cette initiative a été reçue très positivement par la DG01", assure l'entreprise.
Le projet aura aussi plusieurs impacts du point de vue environnemental. D'abord sur le milieu biologique également avec des impacts possibles sur les oiseaux d’eau et les chauves-souris. "Des mesures d’atténuation seront mises en place pour brider l’éolienne de début septembre à fin février. Il n’y aura pas d’impact sur les oiseaux nicheurs, hivernants ou en migration."
Pour atténuer l'impact visuel, l’éolienne sera masquée aux environs proches ou associée aux autres éléments verticaux du paysage. Il est aussi possible que trois habitations isolées soient impactées par l’effet stroboscopique. "Un shadow module sera mis en place au cas où les ombres porteraient effectivement sur les habitations. En situation normale, il n’y aura aucun impact de l’éolienne sur les humains. Y compris concernant le bruit de l’éolienne, qui sera noyé par le bruit environnant."
L’enquête publique débutera ce mercredi 2 octobre et se terminera le 17 octobre.

https://www.dhnet.be/regions/mons/une-eolienne-sur-l-aire-d-autoroute-de-maisieres-5d9332baf20d5a27814162e0

01/10/19 : Climat: le gouvernement flamand veut augmenter les capacités de l’énergie solaire et éolienne
Les partenaires de majorité assurent que la Flandre se veut « ambitieuse, mais réaliste » en matière climatique.
L’accord de gouvernement flamand publié mardi prévoit une réduction de 80 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Dans une résolution approuvée l’an dernier par le parlement flamand, l’ambition affichée était pourtant encore d’atteindre une baisse de 95 %, par rapport à 1990, au niveau européen. Les partenaires de majorité assurent que la Flandre se veut « ambitieuse, mais réaliste » en matière climatique.
Si la résolution approuvée en 2018 mentionnait que la Région se montrerait « volontariste » en proposant un objectif rehaussé de réduction de ses émissions d’ici 2030, l’accord conclu entre le CD&V, la N-VA et l’Open Vld est plus prudent. Il stipule notamment que la Flandre veillera à faire respecter les engagements qu’elle a déjà pris, tout en évaluant les efforts supplémentaires qui peuvent être soutenus pour 2030. Cette évaluation prendra en compte les engagements pris par les « autres grands blocs commerciaux ».
D’ici 2030, les capacités de l’énergie solaire et éolienne seront, elles, augmentées afin d’être portées respectivement à 2,5 GW et 6,7 GW, annonce l’accord. Cette hausse ne devrait toutefois pas être suffisante pour atteindre les objectifs européens en matière de renouvelable, selon Bram Clayes de l’ODE, l’organisation sectorielle du renouvelable.

https://www.lesoir.be/250798/article/2019-10-01/climat-le-gouvernement-flamand-veut-augmenter-les-capacites-de-lenergie-solaire

30/09/19Fin du vote obligatoire aux communales, suppression du bonus logement... : les principales annonces du gouvernement flamand
Extrait : - La Flandre veut réduire ses émissions de CO2 de 80% d'ici 2050. D'ici 2030, l'énergie éolienne et solaire doit doubler.
https://www.dhnet.be/actu/belgique/fin-du-vote-obligatoire-aux-communales-suppression-du-bonus-logement-les-principales-annonces-du-gouvernement-flamand-5d91d9a1f20d5a53cc190126

29/09/19Nouvelles éoliennes à Quévy: après quatre ans de procédure, le conseil d'état a enfin tranché !
BORINAGE : Il faudra cependant encore attendre avant de voir ces 8 nouveaux mâts prendre place...
La société Ventis touche au but… Mais devra malgré tout encore prendre patience avant d’implanter huit éoliennes supplémentaires à Quévy, à l’est de la N6. Si la décision du conseil d’État a été favorable aux porteurs de projet, ceux-ci doivent attendre le retour d’étude du gestionnaire de réseau de distribution Ores pour envisager les raccordements. Ils espèrent mener leur projet à bien à l’horizon 2021-2022 mais n’ont pour l’instant aucune garantie.
Le dossier ne date pourtant pas d’hier. C’est en 2012 que la société Ventis introduisait auprès de la commune de Quévy une demande de permis unique en vue de construire et d’exploiter huit éoliennes, en extension du parc de 11 éoliennes déjà existant sur le territoire. En première instance, en mai 2015, les fonctionnaires technique et délégué de la Région wallonne accordaient un permis unique pour sept éoliennes, moyennant le respect de certaines conditions.
Trois recours administratifs étaient alors introduits contre ce permis. L’un par la société elle-même, qui réclamait le permis pour huit éoliennes et non sept, et deux par des particuliers. En septembre 2015, les fonctionnaires accordaient le permis sous condition pour sept éoliennes. Et un mois plus tard, sur recours, le ministre de l’environnement (Carlo Di Antonio à l’époque) attribuait le permis pour huit mâts. C’est cette décision qui a été attaquée devant le conseil d’État.
C’est finalement en juillet dernier que le verdict du conseil d’État est tombé. La société Ventis obtient gain de cause, la décision du ministre n’étant pas cassée. "C’est un soulagement mais nous devrons encore patienter deux ou trois ans avant d’étendre le parc éolien, puisqu’il n’y a pas de disponibilité sur les postes de transformation ORES", explique Pierre Mat.
Malgré cette victoire, ce dernier garde un goût d’amertume. "Une seule personne, dans son coin, est parvenue à bloquer nos projets pendant plus de quatre ans. Sur le fond, nous obtenons gain de cause. Mais nous avons perdu quatre ans et personne ne nous dédommage pour cela." En effet, les parties requérantes ne supporteront que les dépens, à savoir le droit de rôle de 600 euros et l’indemnité de procédure de 700 euros, accordée à la partie adverse.
"La société civile et le monde politique désirent enfin avancer en matière d’écologie, d’énergie durable, et une personne parvient à suspendre un projet mené dans l’intérêt collectif. Pire, cette personne n’obtient pas gain de cause et n’est nullement sanctionnée. Il est temps que cela change : soit le conseil d’État tranche plus vite, soit des sanctions sont prises à l’égard des parties déboutées. Il n’y a que de cette façon que l’on évitera les procédures dilatoires."
Rappelons que le projet est développé en zone agricole et qu’une partie se trouve au sein du parc naturel des Hauts-Pays. Les éoliennes ne sont cependant pas à proximité directe des habitations.

https://www.dhnet.be/regions/mons/borinage/nouvelles-eoliennes-a-quevy-apres-quatre-ans-de-procedure-le-conseil-d-etat-a-enfin-tranche-5d8e083ed8ad5878fd6abf94

27/09/19Les projets éoliens à Fauvillers, Habay et Muno font débat:«on ne se sent pas soutenu»
Cela fait des années que les projets éoliens font débat en sens les plus divers, à tel point qu’il est compliqué de suivre où en est chaque dossier. Mais ces dernières semaines, trois dossiers illustrent toute la problématique de cette production verte, entre antis et pros de l’énergie éolienne, qu’elle soit ou non citoyenne.
Début septembre, la coopérative citoyenne Lucéole a organisé un événement familial et festif à Fauvillers pour lancer la campagne d’information et de souscription de parts dans sa future éolienne. 800.000 euros de parts sont attendus d’ici fin décembre pour permettre à la coopérative d’investir dans une des cinq éoliennes du parc de Fauvillers en cours de construction.
►Cette initiative citoyenne est soutenue par les autorités communales.
► A Habay, le débat fait rage depuis des années entre « pros » et « antis ».
►A Muno, une ASBL de défense va se constituer pour se défendre plus facilement contre le projet
https://www.sudinfo.be/id143220/article/2019-09-27/les-projets-eoliens-fauvillers-habay-et-muno-font-debaton-ne-se-sent-pas-soutenu

27/09/19Éghezée : taxer le vent, ça fait rentrer de l’argent
Éghezée adapte ses taxes sur l’éolien. Mais pour la Commune, le vent ne fait pas (encore) rentrer de l’or dans les caisses.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190927_01386011/eghezee-taxer-le-vent-ca-fait-rentrer-de-l-argent

26/09/19Les éoliennes vont-elles se multiplier dans l'est du Brabant wallon ?
La Défense va libérer de l’espace autour des bases aériennes. Les éoliennes vont-elles se multiplier dans l’est du BW ?
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190925_01385272/de-nouvelles-eoliennes-dans-l-est

26/09/19
Habay : Dix-sept élus quittent la séance
Le ciel s’assombrit au-dessus des futures éoliennes à Habay. Un vent de discorde souffle.Eric Lecocq
17 élus sur 20 ont quitté la séance du conseil communal mardi soir, pour ne pas voter un point concernant un projet éolien.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190925_01385108/dix-sept-elus-quittent-la-seance

26/09/19Fauvillers-Habay-Muno : les éoliennes font débat
Cela fait des années que les projets éoliens font débat en sens les plus divers, à tel point qu’il est compliqué de suivre où en est chaque dossier. Mais ces dernières semaines, trois dossiers illustrent toute la problématique de cette production verte, entre antis et pros de l’énergie éolienne, qu’elle soit ou non citoyenne.





































Début septembre, la coopérative citoyenne Lucéole a organisé un événement familial et festif à Fauvillers pour lancer la campagne d’information et de souscription de parts dans sa future éolienne. 800.000 euros de parts sont attendus d’ici fin décembre pour permettre à la coopérative d’investir dans une des cinq éoliennes du parc de Fauvillers en cours de construction.

25/09/19 : "Un nouveau projet de 3 éoliennes sur Andenne et Héron a fait l'objet d'une réunion à Andenne. Le projet de trop?
Avec deux éoliennes sur son territoire et une seule sur Héron, Andenne est à la manœuvre pour informer. Néanmoins, pour cette réunion d'information préalable, c'est en majorité absolue que des habitants de Héron et Couthuin ont tenu à venir exprimer leurs inquiétudes. En ligne de mire: le nombre de projets qui fleurissent dans cette zone visiblement très courtisée par les fournisseurs d'énergie et autres sociétés porteuses de projets. Ils ont tenu à le faire savoir.
Le projet de parc porte sur trois éoliennes, d'une puissance max de 4MW, d'une hauteur de 150 m, implantées le long de l'E42. La production annuelle estimative correspond à la consommation annuelle de 6 000 ménages, soit une économie estimée de 9 500 tonnes de CO2 par an. Le choix de terrains près de l'E42 est notamment guidé par le CoDT (Code du développement territorial) qui facilite les implantations aux abords des zonings, des autoroutes, des chemins de fer et des voies navigables.
L'étude d'incidences, obligatoire, a été confiée au bureau d'études CSD Ingénieurs. Annexée à la demande de permis, cette étude (qui doit prendre en compte la situation existante et estimer les impacts d'un tel projet tant sur l'environnement, la qualité de vie et le patrimoine) donne des recommandations à l'auteur de projet mais s'avère être aussi un outil pour les autorités.
Du côté du public, une habitante du quartier de Forseilles (Héron) estime que "trop is te veel". À Héron, on sort juste d'une enquête publique portant sur l'extension d'un parc existant avec trois éoliennes supplémentaires porté par Luminus, le long de l'E42 à Héron. Par ailleurs, alors que des citoyens avaient obtenu gain de cause devant le Conseil d'État en juillet dernier pour annuler le permis octroyé à Aspiravi pour 6 éoliennes, ce même permis a (à nouveau) reçu le feu vert du ministre sortant Di Antonio.
Encerclement
Du côté des riverains, tant à Couthuin qu’à Héron, on craint les incidences de cette multiplication d'éoliennes au même endroit, source d'un risque d'encerclement, nocif pour ceux qui le subissent. On émet aussi des doutes sur la pertinence de l’étude d'incidence. Les données prises en compte n'incluraient pas l'évolution de la situation "in situ". À commencer par le nombre d'éoliennes qui s'installent entretemps.
Sur ce point, le bureau d'études se veut rassurant: "à chaque nouveau projet, on propose de refaire le protocole intégral." Enfin, deux collectifs citoyens (l'un sur Héron, l'autre sur Andenne) voudraient connaitre les conditions d'une éventuelle participation telle qu'appuyée par Engie. Pour sa part, le bourgmestre Eerdekens ne peut se prononcer à la place de son homologue d'Héron. Contrairement au dossier Aspiravi qui ne devrait pas en rester là, Andenne "n'exclut pas de s'investir" dans le projet d'Engie mais aussi dans la création d'un champ photovoltaïque, en collaboration avec AIEG."
Source : lavenir.net

25/09/19Inquiétudes autour du projet éolien de Vortex à Clavier: les citoyens veulent sauvegarder le patrimoine condrusien
La société Vortex Energy souhaite implanter 8 éoliennes le long de la N63 à Clavier, entre Les Avins et Bois-Borsu. Une réunion pour présenter le projet s’est tenue jeudi dernier. Elle n’a pas levé les doutes de certains citoyens et du collectif « Sauvegarde du patrimoine condrusien ».
Le projet éolien de la société allemande Vortex pourrait ne pas voir le jour dans la commune de Clavier. Il s’agit du quatrième projet proposé sur la commune.
Environ 200 citoyens sont venus faire part de leurs craintes, jeudi passé, à l’occasion d’une réunion destinée à présenter le projet éolien. Entre autres, les motivations des citoyens concernent la sauvegarde du patrimoine.
►►Les détails du projet éolien
►►Les craintes des citoyens

https://www.sudinfo.be/id142939/article/2019-09-25/inquietudes-autour-du-projet-eolien-de-vortex-clavier-les-citoyens-veulent

25/09/19HABAY - Éoliennes: les élus toujours divisés
17 élus sur 20 ont quitté la séance du conseil communal, mardi soir, pour ne pas voter un point concernant l’implantation de quatre éoliennes à Houdemont.
Réunis en séance du conseil communal mardi soir à Habay, les élus se sont divisés au moment d’évoquer un point mis à l’ordre du jour par le conseiller indépendant Jean-Marc Devillet. Un point qui refusait de mettre en location des terrains communaux pour le projet de quatre éoliennes à Houdemont. Une position qui n’a pas été comprise par le bourgmestre. Ce dernier rappelle qu’il s’est engagé à réaliser une consultation populaire pour connaître l’avis de la population à ce sujet, avant de décider de louer ou non les terrains communaux. Jean-Marc Devillet rétorque que trois nouveaux projets éoliens d’un total de 16 éoliennes se sont ajoutés sur le territoire habaysien. «Des projets sur des terrains privés, pour lesquels le Collège n’aura rien à dire. Cette consultation populaire est donc inutile», a dit en substance le conseiller indépendant. Pour le groupe Vouloir «il n’y aura aucune gloire à sortir ce soir encore divisés!»
Pourtant, au moment de voter le point, les élus de la majorité Pour Habay, Écolo, et Vouloir ont quitté la séance pour ne pas voter le point. Seuls Jojo Moris (Vouloir), Jean-Marc Devillet et Christophe Marquis (indépendant) sont restés dans la salle du conseil. Le point n’a dès lors pas été voté, faute de combattants.

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190925_01384956/eoliennes-les-elus-toujours-divises

25/09/19ANDENNE - Éoliennes : Engie aux abords de l'E42
Un nouveau projet de 3 éoliennes sur Andenne et Héron a fait l'objet d'une réunion à Andenne. Le projet de trop ?
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190924_01384651/eoliennes-engie-aux-abords-de-l-e42

25/09/19Courcelles: travaux pour le parc éolien programmés pour février 2020
Le projet du parc éolien porté par Ventis à la croisée de l'autoroute E42 et du ring R3 est désormais libre de tout recours.
Le chantier devrait débuter en début de l'année prochaine.
La Commune de Courcelles finalise la convention qui la liera à l'opérateur Ventis.
La coopérative qui en résultera permettra aux citoyens courcellois de prendre des participations dans le parc éolien à hauteur de 20 %
.
https://www.telesambre.be/courcelles-travaux-pour-le-parc-eolien-programmes-pour-fevrier-2020

24/09/19Courcelles : début des travaux en février 2020 pour le parc éolien
Porté par l’opérateur tournaisien Ventis, le projet de parc éolien à la croisée de l’autoroute E42 et du ring R3 est désormais libre de tout recours. Le chantier devrait débuter au tout début de l’année prochaine.
Pour l’heure, la Commune de Courcelles finalise la convention qui la liera à l’opérateur Ventis. « Nous sommes en train de régler les derniers détails juridiques de manière à bien rester dans les clous de la bonne gouvernance », précise Hedwige Dehon, l’échevine Ecolo en charge de la Transition écologique et de la Participation citoyenne.

https://www.lanouvellegazette.be/443692/article/2019-09-24/courcelles-debut-des-travaux-en-fevrier-2020-pour-le-parc-eolien

24/09/19Une 7e demande pour le parc éolien sur la plaine de Florenchamp
THUDINIE – GERPINNES
EDF Luminus tente pour la 7e fois d'implanter neuf éoliennes sur la plaine de Florenchamp.
C'est la 7ème fois que la société EDF Luminus fait une demande de permis d'urbanisme pour installer un parc éolien sur la plaine de Florenchamp situé entre Thuillies et Cours-sur-Heure.
Ca fait à présent des années que les citoyens ainsi que les deux communes s'opposent fermement à ce projet éolien sur ce territoire. Et pourtant, EDF Luminus essaye encore et encore. Sans succès jusqu'à présent.
Une nouvelle demande de permis a été lancée récemment pour l'installation de neuf éoliennes. L'enquête publique est ouverte à partir de ce 26 sestembre jusqu'au 28 octobre.

https://www.dhnet.be/regions/charleroi/thudinie-gerpinnes/une-7e-demande-pour-le-parc-eolien-sur-la-plaine-de-florenchamp-5d89ef91d8ad5878fd61e467

24/09/19Thuin-HSH/Nalinnes : un permis «éolien» déposé pour la 7e fois !
EDF Luminus insiste, doux euphémisme. Pour la 7e fois, le producteur d’électricité a déposé un permis pour la construction et l’exploitation d’un parc de 9 éoliennes sur la plaine de Florenchamp. De quoi sévèrement agacer les bourgmestres de Thuin et de Ham-sur-Heure/Nalinnes.
Une histoire sans fin ? On pourrait le penser. Pour la 6e ou 7e fois – les acteurs concernés ont eux-mêmes perdu le fil –, EDF Luminus a déposé un permis pour la construction de 9 éoliennes dans la vaste plaine de Florenchamp, située entre Thuillies (6) et Cour-sur-Heure (3).

https://www.lanouvellegazette.be/441889/article/2019-09-24/thuin-hshnalinnes-un-permis-eolien-depose-pour-la-7e-fois

20/09/19Une réunion d'information sur le projet de construction de 3 éoliennes à Gibecq
La société E-NosVents, partenariat entre Luminus et IDETA, envisage de construire 3 nouvelles éoliennes sur le territoire de Gibecq. Ce mercredi soir, une réunion d'information publique, préalable à l'étude d'incidences était organisée au centre du village. La population est venue en masse pour découvrir ce projet.
https://www.notele.be/it61-media67490-une-reunion-d-information-sur-le-projet-de-construction-de-3-eoliennes-a-gibecq.html

20/09/19Eoliennes à Houffalize: "Nous proposons une alternative"
Luxembourg : L’échevin de l’Énergie Philippe Cara a expliqué pourquoi le collège s’oppose aux projets de parcs éoliens de Storm et Aspiravi.
Dans le cadre de l’étude d’incidences sur l’environnement des projets Mabompré et Mabompré Nord, présentés récemment par les sociétés Storm et Aspiravi et qui portent sur l’implantation de dix éoliennes dont deux à Wicourt (Bastogne), le collège a envoyé une série de remarques et de réflexions.
"Nous avons émis plusieurs réserves" , a souligné l’échevin Philippe Cara. "En effet, deux parcs éoliens situés à une distance de 1,4 km l’un de l’autre ne permettent pas d’éviter un effet de mitage. L’implantation de plusieurs éoliennes sur la limite de distance préconisée par le cadre de référence, inférieure à celle que nous souhaitons, donne à penser qu’il y a un risque accru de proximité de ces parcs pour les riverains les plus proches, qui subiront des nuisances visuelles et acoustiques."
L’échevin ajoute que pour "éviter des effets de saturation visuelle un angle horizontal sans éoliennes doit être préservé pour chaque village, soit au moins 130 degrés sur une distance de 11 km".
Selon le collège échevinal, il est, dès lors, essentiel d’étudier les projets au cas par cas et, pour les porteurs de projets, de fournir des photomontages nécessaires pour évaluer l’impact visuel.
Enfin, le collège demande aux deux sociétés de réaliser une étude comparative entre les projets déjà présentés et une implantation sur des terrains communaux situés au lieu-dit Les Combles, suggérés comme une alternative par la commune de Houffalize.
Par ailleurs, l’autre commune concernée par le projet a déjà manifesté un refus : on a appris lors de la réunion que le collège de Bastogne a remis un avis négatif sur les mâts à implanter près de Wicourt.

https://www.dhnet.be/regions/luxembourg/eoliennes-a-houffalize-nous-proposons-une-alternative-5d83c1879978e25f64345967

20/09/19
"La vente d'Elicio est un énorme hold-up"
A l'instar de celle de Win, la vente annoncée d'Elicio à Ardentia n'aurait pas fait l'objet d'un appel au marché. Très endettée, la filiale de Nethys aurait été fortement sous-évaluée dans le cadre de son acquisition par la société de François Fornieri.
Incrédulité dans le monde de l'énergie. Le Liégeois Elicio, qui compte une trentaine de parcs éoliens en Belgique, en Serbie et en France, l’un des plus grands promoteurs du pays, s'apprête à être vendu en silence par Nethys à une partie liée, la société Ardentia, créée par François Fornieri. Le prix de vente pour cette ancienne division éolienne d'Electrawinds est annoncé pour un euro symbolique, en plus de la prise en charge des dettes de l'entreprise. Complètement incroyable pour bon nombre d'observateurs! "Comment peut-on payer un prix correct sans un processus de vente avec plusieurs candidats?", nous confie une source.
Les sceptiques pourraient penser qu'Elicio pourrait ne rien valoir puisque née sur les cendres d'Electrawinds, alors en liquidation judiciaire. Seulement, une douzaine d’experts de l’industrie contredisent fermement cette hypothèse. Au cours des cinq années qui ont suivi la prise de contrôle de la division éolienne par Nethys, la société semble avoir été délibérément cachée. Elle a cependant connu une forte croissance en France, s'est étendue à la Serbie et est devenue l'un des principaux acteurs du secteur éolien offshore belge, aux côtés de Colruyt et de DEME. Ces concessions offshore lucratives constituent désormais les joyaux de la société.
D'aucuns jugent, par conséquent, étrange que Nethys décide de vendre Elicio à Ardentia, une entreprise créée par l'homme d'affaires liégeois François Fornieri, et prête à être dirigée par Stéphane Moreau. Fornieri, qui siège au conseil de Nethys depuis deux ans, dit vouloir céder 26% de sa participation à John Cockerill (ex-CMI), dont l'ancien copropriétaire n'est autre que Pierre Meyers, l'actuel président du conseil d'administration de Nethys.
Lire aussi | "Nous n'avons jamais été invités à la table Win" (NRB)
Contacté par L'Echo, Jean-Luc Maurange, CEO de John Cockerill, confirme avoir fait "acte de candidature" pour la reprise d'Elicio. Le patron a néanmoins tenu à préciser que son entreprise interviendrait en tant "qu'acteur industriel, minoritaire venant apporter son savoir-faire à la structure." Il semble ainsi laisser le soin du montage à François Fornieri et consorts, tout en soulignant "l'intérêt stratégique" d'une telle opération pour John Cockerill.
Pas de mise en concurrence
Deuxième constat: bien que Nethys soit chapeautée par Enodia, la mise en vente d'Elicio n'aurait fait l'objet d'aucun appel d'offres. "Nous n'avons rien vu passer", explique un cabinet d'avocats spécialisé dans les dossiers énergétiques. La même réponse peut être entendue auprès d’autres promoteurs de parcs éoliens.
De même, les autres acteurs du secteur, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, ne semblent pas avoir eu vent de la mise en vente d'Elicio. C'est ce que révèlent plusieurs sources anonymes.
Un euro symbolique
Pourquoi le dossier n'a-t-il pas été présenté au marché? Selon Nethys, Elicio n'est pas rentable, détient 965 millions (et non 700) d’euros de dettes, a besoin de beaucoup de capital et les perspectives de bénéfices sont soumises à de fortes pressions en raison de la baisse des subventions. Ceci expliquerait le prix d'acquisition, annoncé à un euro symbolique. Nethys détiendrait, par ailleurs, une créance à hauteur de 265 millions d'euros vis-à-vis de sa filiale, qu'elle souhaiterait récupérer en priorité. 
265 millions D'EUROS
Elicio est endetté à hauteur de 265 millions d'euros vis-à-vis de Nethys.
Pierre Meyers expliquait à L'Echo l'enjeu que représentait la dette d'Elicio et son poids dans la décision de vendre la société: "Vis-à-vis de Nethys, la dette avoisine 265 millions d’euros, à récupérer, et l’activité n’est pas rentable. Et il faut pouvoir réinvestir environ 300 millions d’euros dans les cinq ans tout en remboursant quelque 30 millions de crédits bancaires".
Une valorisation douteuse
Si le fait qu'Elicio soit, de la sorte, bradé surprend, c'est aussi parce que, d'après plusieurs observateurs, la rentabilité est proche. Le CEO d'un acteur du secteur explique d'ailleurs: "Il est logique qu’il y ait beaucoup de dettes. La majorité de la dette provient de filiales opérationnelles qui fonctionnent bien". "Et qu’il y ait eu des pertes au cours des dernières années n’est pas rare. La société est l'un des plus gros investisseurs dans l'éolien offshore. Le parc de Rentel fonctionne depuis seulement six mois et la construction de Norther et de Seamade bat son plein." En d'autres termes: la plus grande valorisation de la société serait encore à venir.
"Quand vous obtenez une concession, il y a encore beaucoup d'incertitude. Mais une fois que tous les contrats pour un parc éolien ont été conclus, cela crée déjà beaucoup de valeur. Lorsque le parc est opérationnel, vous obtenez une importante plus-value", explique encore un investisseur dans les énergies renouvelables.
La méthode de valorisation d'Elicio semble faire aussi débat. D'après plusieurs sources, la méthode utilisée n'aurait pas pris en compte les flux de trésorerie futurs, liés au rendement des parcs éoliens. Un expert en fusions et acquisitions explique qu'il n'est pas normal de valoriser la société en soustrayant les dettes de la valeur de ses actifs, ce qui semble avoir été effectué ici. "Comparez-le à l'immobilier: un investisseur qui possède un immeuble neuf avec des contrats de location fixes pour 20 ans ne le vendra pas au prix des briques moins les dettes", illustre-t-il.
Un intérêt certain
Quelle devrait être la valeur du deal? "Difficile à estimer car vous devriez évaluer tous les parcs éoliens", nous confie une source. "Confrontez l'entreprise au marché et la bonne valeur apparaît", dit une autre. "Un géant de l'énergie peut facilement payer un demi-milliard pour cela", déclare un expert. "Devons-nous payer plus que les dettes? Absolument!", assure un investisseur.
Des fonds de pension, des fonds d'infrastructures, des fournisseurs d'électricité, des développeurs d'énergie verte et des géants pétroliers sont coutumiers des acquisitions de parcs éoliens. Il n'y a donc aucune raison pour que les parcs éoliens d'Elicio ne suscitent aucun intérêt.
Braquage
Si cet accord est conclu, ce sera un hold-up géant
Partager surTwitter
"Si cet accord est conclu, ce sera un hold-up géant", déclare une source proche du dossier. 
"Au moment où la société deviendra rentable et que la valeur ajoutée sera réalisée, elle sera privatisée par un groupe d'amis", poursuit-elle. L'opération peut-elle encore être arrêtée? "Reste à voir si Di Rupo interviendra", déclare un expert du secteur. Dans tous les cas, l’accord doit encore être ratifié par le conseil d’administration d’Enodia. Il se réunira la semaine prochaine.
"L'accord n'est pas encore finalisé, des propositions sont sur la table et le prix doit encore être discuté", a déclaré un porte-parole de Nethys. Mais l'opération n'est-elle pas déjà largement communiquée? "Oui, il y a une offre ferme, mais toute l'affaire peut encore sauter. C'est Enodia qui vend", a-t-il poursuivi.
Il apparaît en effet très surprenant que l’annonce de la vente d’Elicio ait pu surgir sans l’aval préalable d’Enodia. En bradant de la sorte les actifs de la filiale énergétique, et en considérant que sa valeur aurait grimpé une fois confrontée au marché, Nethys ne permettrait pas à ses actionnaires de retirer le bénéfice potentiel d’une telle opération. Reste l’argument de l’ancrage régional, garanti par la paire Moreau-Fornieri, dont le poids semble, lui aussi, réduit, au vu de la localisation des activités d’Elicio et de sa faible contribution à l’emploi. Du côté de Nethys, on nous rétorquera sans doute que l'ancrage belge et la préservation des quelque 40 emplois que compte Elicio justifiaient la conduite de l'opération et l'absence de mise en concurrence.
Luxembourg : La commune a tenu une réunion d’information à laquelle le public est venu exprimer ses craintes et opposition en nombre.
L’appel d’offres lancé récemment aux promoteurs de parcs éoliens a suscité de vives réactions dans la commune de Houffalize. Afin de couper court aux rumeurs et d’informer le public sur ses intentions dans ce domaine, le collège l’a convié à une réunion à la salle des Quatre Vents à Bonnerue.
"Le cahier des charges a été établi en réaction au cadre de référence trop permissif de la Région wallonne, a expliqué Philippe Cara, échevin de l’Énergie. Depuis 2015, en effet, de nombreux promoteurs nous contactent de manière spontanée. Une série de critères ont été fixés pour canaliser les projets et limiter leur impact."
Ces critères ont été définis en collaboration avec la commune de Gouvy et le CPAS de Bruges, propriétaires de nombreuses parcelles sur le territoire communal houffalois. En ce qui concerne la localisation, seules les zones de Mabompré et de Les Tailles-Bois de Cedrogne sont proposées avec un certain nombre de contraintes.
Parmi ces contraintes : le respect d’une distance minimale de 1 000 mètres par rapport à toute zone d’habitat ou à toute habitation isolée ; un nombre réaliste d’éoliennes, soit de 4 à 8 à Mabompré et un maximum de 10 à Les Tailles, l’implantation sur des parcelles publiques ou encore l’ouverture à une coopérative citoyenne. Plusieurs habitants ont exprimé des craintes par rapport aux projets déjà présentés, à savoir les trois mâts à construire en bordure de l’autoroute E 25, près de Dinez, et, à Mabompré, les deux parcs de trois et sept éoliennes, portés par Storm et Aspiravi.
"Nous avons remis un avis négatif sur ces deux projets, a souligné l’échevin en charge du dossier. Le cahier des charges a été envoyé à Storm et Aspiravi afin qu’ils revoient, éventuellement, leur copie sur base des critères que nous avons déterminés."
Certains participants à la réunion d’information ont relevé que le document adressé aux promoteurs n’a aucune valeur légale et qu’in fine, c’est la Région wallonne qui tranchera. La date de rentrée des offres a été fixée au 18 novembre.

https://www.dhnet.be/regions/luxembourg/10-eoliennes-a-houffalize-c-est-non-5d83c1699978e25f64345964


20/09/19Le débat sur l’éolien tourne en rond dans la commune d'Houffalize
La Commune de Houffalize a organisé une soirée d’information sur les projets éoliens pressentis sur la commune. Le débat n’a pas été très constructif.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190919_01382455/le-debat-sur-l-eolien-tourne-en-rond

19/09/19La société E-NosVents envisage de construire 3 éoliennes sur le territoire de Gibecq
Une réunion d’information publique s’est tenue en prélude à l’étude d’incidences.
La société E-NosVents (partenariat Luminus/Ideta) a présenté ce mercredi soir son projet éolien à la population de Gibecq. Le projet se compose de 3 éoliennes d’une hauteur maximale de 150 mètres. Il produira environ 19 000 MWh/an soit la consommation moyenne annuelle d’environ 4 750 ménages. Deux éoliennes seront implantées le long de la ligne TGV sur le territoire de Gibecq, la troisième le long de la N57 entre Gibecq et Ghislenghien.
Ce mercredi soir, de nombreux villageois se sont pressés au foyer d’animation situé sur la place de Gibecq afin d’assister à la présentation du projet et poser toutes leurs questions. S’ils étaient nombreux, le projet n’a pas suscité de trop vives oppositions. Certaines inquiétudes et interrogations ont été soulevées telles que la localisation proche du village, les effets sur la santé ou encore la compatibilité de ces éoliennes avec d'autres projets actuellement sur la table comme la ligne haute tension ou encore la route N56B (route Pairi Daiza).
Tous ces questionnements seront pris en compte lors de l’étude d’incidences qui sera réalisée dans les mois à venir. Les observations et suggestions peuvent aussi être envoyées par courrier écrit au collège communal d’Ath et ce, jusqu’au 4 octobre.

https://www.notele.be/it18-media67381-la-societe-e-nosvents-envisage-de-construire-3-eoliennes-sur-le-territoire-de-gibecq.html

19/09/19L’installation de la fondation commence dans le plus grand parc éolien offshore de Belgique
Le navire d’installation «Innovation» de DEME va prochainement s’embarquer pour la mer du Nord belge avec le premier chargement de 58 fondations d’éoliennes et pièces de transition à installer sur le parc éolien offshore SeaMade.
SeaMade est le plus grand parc éolien offshore de Belgique, avec une capacité de 487 MW. Il consiste en une combinaison de deux projets éoliens en mer, anciennement Mermaid (235 MW) et Seastar (252 MW). DEME installera les 58 fondations et tous les câbles inter-réseaux, deux sous-stations offshore et le câble haute tension sous-marin de 220 kV. Les turbines de 8,4 MW seront installées sur les fondations au printemps 2020 et le parc éolien offshore devrait fournir de l’énergie renouvelable à 500 000 ménages en Belgique au cours de la même année.
«Après des mois de planification et d’ingénierie minutieuses, il est bon de lancer les travaux en mer dans le plus grand parc éolien offshore de Belgique», a déclaré Luc Vandenbulcke, PDG de DEME. «Pour l’instant, il s’agit du dernier parc éolien développé en mer du Nord belge. Grâce à notre pays à la pointe des énergies renouvelables offshore, nous avons pu développer un groupe d’entreprises belges de premier plan impliquées dans la construction de parcs éoliens offshore dans le monde. Nous sommes impatients de travailler avec nos partenaires et toutes les parties prenantes sur le projet SeaMade, et sommes confiants quant à l’avenir, notre expertise combinée peut jouer un rôle majeur dans l’ambition de la Belgique de doubler la capacité éolienne en mer à 4 GW d’ici 2025.»

https://les-smartgrids.fr/linstallation-de-la-fondation-commence-dans-le-plus-grand-parc-eolien-offshore-de-belgique/

18/09/19Un collectif contre la «destruction du paysage condrusien»
La société Vortex Energy souhaite implanter 8 éoliennes le long de la N63 à Clavier, entre Les Avins et Bois-Borsu. Le collectif «Sauvegarde du patrimoine condrusien» s’oppose à un tel projet et convie les citoyens à s’exprimer.
Ce jeudi à 19h, la société allemande Vortex Energy présentera son projet éolien pour la commune de Clavier, à la salle « Le repair », rue de Pair 22. La société souhaite implanter 8 éoliennes le long de la N63 entre Les Avins et Bois-Borsu.

https://www.lanouvellegazette.be/439225/article/2019-09-18/un-collectif-contre-la-destruction-du-paysage-condrusien

18/09/19
Comme annoncé, Eneco revient à Boneffe…
La société entamera le début des travaux pour ses 9 éoliennes, malgré le recours.
Eneco l’avait annoncé au printemps, le chantier de la plaine de Boneffe où les 9 éoliennes sont programmées serait repris à la fin des vacances.
Et au diable le fait que des recours existent et que des associations ainsi que des riverains sont opposés au projet, et que jusqu’ici, depuis 10 ans tout de même, le Conseil d’État leur donne à chaque fois raison…
Eneco voit en la décision de l’armée annonçant libérer ce terrain où des largages avaient lieu, un obstacle de moins pour construire les éoliennes même si, faut-il quand même le rappeler, le permis de bâtir est lui toujours contesté !
Cela ne fait jamais que 10 ans, d’ailleurs, que l’on tourne en rond dans ce dossier qui a déjà coûté beaucoup d’argent aux investisseurs…
Ce lundi, les riverains ont constaté que du matériel était ramené sur le site. Du côté des autorités communales, dont la nouvelle majorité est favorable aux éoliennes, on reconnaît que, voici une quinzaine de jours, Eneco a rencontré les élus pour leur faire savoir qu’ils allaient commencer les travaux et préparer par la même occasion les mesures compensatoires…
Selon les informations communiquées, il est prévu que ces 9 éoliennes, dont une sera pour une exploitation citoyenne, devraient être sur pied début 2021.
Inutile de dire que du côté des défenseurs de la nature qui sont opposés à l’arrivée d’Eneco, la frustration voire la colère, est de mise. Comment comprendre que, malgré des recours, un promoteur puisse commencer des travaux d’une telle envergure avec de tels impacts paysagers…
https://www.dhnet.be/regions/brabant/comme-annonce-eneco-revient-a-boneffe-5d81492dd8ad5878fd4d867f

18/09/19Plaine de Boneffe : le retour d’Eneco
Alors que le projet de neuf éoliennes est toujours en recours, Eneco débute les travaux de mesures compensatoires.
https://m.lavenir.net/cnt/dmf20190917_01381629/plaine-de-boneffe-le-retour-d-eneco?goto=%2fcnt%2fdmf20190917_01381629%2fplaine-de-boneffe-le-retour-d-eneco

18/09/19Stavelot : les éoliennes en terrain communal recalées au profit de celles de la Sofico, contrôlée par la Région wallonne ?
La semaine dernière, on apprenait que le permis sollicité par Green-Tech Wind relatif à l’implantation de 11 éoliennes à Stavelot avait été refusé. Thierry de Bournonville a étudié les motifs du refus à tête reposée et n’en démord pas : pour lui, tout a été fait pour favoriser un projet concurrent mis en place par la Sofico.
Cinq jours après l’annonce du refus du permis de 11 éoliennes sur le site du Cronchamps, la déception est encore grande à Stavelot. Plus particulièrement chez le bourgmestre, qui a pris le temps d’analyser à froid les motifs de ce refus. Pour lui, « Tout est fait pour favoriser le projet éolien de la Sofico. Ça ne fait pas l’ombre d’un doute », enrage le bourgmestre, qui s’étonne ouvertement que la Région wallonne puisse interdire un permis qui étaitd’une manière ou d’un autre concurrent de celui de la Sofico, elle-même gérée par la Région wallonne.https://www.sudinfo.be/id141681/article/2019-09-18/stavelot-les-eoliennes-en-terrain-communal-recalees-au-profit-de-celles-de-la

16/09/19
Le public boude le projet North Sea Wind
North Sea Wind, la société coopérative de Parkwind permettant de lever des participations publiques aidant à financer l'éolien offshore, n'a récolté à ce jour que 19% du montant maximum visé. Dès lors, la période de souscription a été prolongée et le montant minimum de participation augmenté.
En juillet 2019, Parkwind, le spécialiste des parcs éoliens offshore détenu, en grande partie, par le groupe Colruyt, annonçait la création d'une société coopérative permettant aux particuliers d'y investir. Fonctionnant sur le principe d'une campagne de financement participatif, North Sea Wind (NSW) visait la levée d'un montant minimum de 10 millions d'euros, pour un maximum fixé à 20 millions d'euros pour financer les activités de Parkwind.
3.500 COOPÉRATEURS
3.500 candidats-associés ont souscrit des parts dans NSW pour un montant estimé à 3,8 millions d'euros depuis juillet.
Lire aussi | Parkwind propose aux particuliers d'investir dans l'éolien en mer

Trois mois plus tard et une semaine avant la date butoir de la fenêtre d'investissement, le projet n'a récolté que 19% du montant maximum visé, le contraignant, en principe, à rembourser les coopérateurs existants....
https://www.lecho.be/entreprises/energie/le-public-boude-le-projet-north-sea-wind/10162779.html
13/09/19Chimay: un 2e projet éolien et la même opposition des riverains
Comme lundi pour le projet New-Wind, les riverains étaient présents en nombre pour argumenter contre celui d’Elicio ce jeudi.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190913_01379692/chimay-un-2e-projet-eolien-et-la-meme-opposition-des-riverains

13
/09/19
Séance d'information le 3 octobre sur un projet éolien sur Ciney et Hamois
Je ne pensais pas le poster, mais, comme on est venu mettre un beau panneau à deux pas de chez moi, sans doute à l'attention de ceux qui n'ont pas Internet ou ne sont pas connectés aux réseaux sociaux. Donc, je diffuse !
Projet éolien à Hamois et Ciney - Réunion d'information préalable le jeudi 03 octobre 2019 à 20h à la salle Saint-Martin à Emptinne (rue du Relais 26)

https://ciney.blogs.sudinfo.be/archive/2019/09/13/seance-d-information-le-3-octobre-sur-un-projet-eolien-sur-c-287026.html

12/09/19 : Sept éoliennes supplémentaires à Gembloux: stop!
Le projet d’extension du parc éolien d’Ernage irrite les élus gembloutois. L’opérateur n’a pas respecté ses engagements.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190912_01379221/sept-eoliennes-supplementaires-stop

12/09/19 : Stavelot : Pas de permis pour les éoliennes, le bourgmestre déçu
On attentait la décision de la Région wallonne concernant le projet vivement contesté de l’implantation de 11 éoliennes à Stavelot, avec grande impatience. Les fonctionnaires techniques de la Région ont finalement refusé le permis concernant ce projet, mais le promoteur n’a pas dit son dernier mot. Le bourgmestre Thierry de Bournonville est extrêmement déçu.
La Région wallonne ne veut pas des 11 éoliennes au lieu-dit du Cronchamps, à Stavelot. Alors que l’on attendait la décision des fonctionnaires techniques pour la mi-août, ceux-ci se sont laissés un petit mois supplémentaire pour réfléchir à la question. Leur avis est finalement négatif, a appris Vedia ce jeudi matin.
https://www.lanouvellegazette.be/436594/article/2019-09-12/pas-de-permis-pour-les-eoliennes-le-bourgmestre-decu
12/09/19Stavelot: Permis refusé pour les éoliennes de Cronchamps
Les fonctionnaires technique et délégué de la Région wallonne ont remis un avis défavorable pour le projet de 11 éoliennes sur le site de Cronchamps, sur la commune de Stavelot, en bordure de l'autoroute A24/E42, en zone forestière.
L'info nous a été confirmée en primeur par Elisabeth Guillaume, échevine en charge de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire à Stavelot : « Je n'ai pas les détails ou les motivations de l'avis rendu, mais oui, c'est défavorable », nous a-t-elle expliqué. Ce projet de 11 éoliennes avait suscité un grande mobilisation des riverains, qui n'en voulait pas, à cet endroit. Cela avait d'ailleurs valu un conseil communal extraordinaire de plus de 4 heures mi-juin.
« De notre côté, nous sommes favorables à un projet éolien, parce qu'il y a urgence de prendre des mesures en faveur du développement durable. Mais je rappelle que nous étions contre le projet de 11 éoliennes, nous avions demandé au promoteur de réduire la voilure, pour un parc de 7 éoliennes, en enlevant les 4 éoliennes les plus problématiques en matière d'impacts paysager et environnemental », nous rappelle encore Elisabeth Guillaume.
Ce projet de 11 éoliennes - de 200 mètres de haut - largement au-dessus de la canopée, est porté par GreenTech Wind, société derrière laquelle on retrouve notamment Ventis. Il s'agissait d'un premier projet envisageable en zone forestière. Mais on se rappellera aussi que début juin, le Conseil de l'environnement s'était positionné contre : « L'implantation est jugée inopportune, précisément en fonction du positionnement sommital du site. Ce qui pourrait poser des problèmes pour la navigation aérienne, mais qui, surtout, accentuerait l'impact visuel sur le paysage. Si l'autorisation devait être accordée, il n'y aurait plus de raison d'interdire ce type d'infrastructure là où c'est actuellement exclu, comme sur le plateau des Hautes Fagnes, par exemple », notait le rapport du Conseil de l'environnement.
Reste à voir ce que les promoteurs, rompus aux démarches administratives, vont faire de cette décision, même si au niveau administratif cela ne clôt pas définitivement le dossier. Le (futur) ministre de l'aménagement du territoire et de l'énergie devra lui aussi se positionner, il pourrait reprendre le dossier, et même passer outre les avis des fonctionnaires délégué et technique, ou alors demander des adaptations, comme la Ville de Stavelot le demande d'ailleurs. Il y a aussi les possibilités de recours au Conseil d'Etat. Ce n'est donc pas encore un enterrement pur et simple de ce projet, loin de là. D'autant plus que la Sofico prévoit, elle aussi, d'installer deux éoliennes, sur l'aire de repos de Cronchamps. Apparemment, une zone venteuse très convoitée pour des éoliennes.
http://www.vivreici.be/article/detail_stavelot-permis-refuse-pour-les-eoliennes-de-cronchamps?id=324267


11/09/19
Ath : Un projet pour quatre éoliennes est sur la table
La société Luminus signale qu’elle prévoit d’introduire une demande de permis unique relative à l’implantation d’un parc de quatre éoliennes, d’une cabine de tête, de chemins d’accès, d’aires de montage et à la pose de câbles électriques, à proximité du village de Gibecq et du chemin de fer et le long de la N57. À cet effet, une réunion d’information préalable sera organisée le mercredi 18 septembre à 18 h30 à la salle communale Le Foyer d’animation située à la place de Gibecq.
Chacun sera ensuite invité à adresser ses observations et suggestions destinées à la réalisation de l’étude d’incidences par écrit au collège communal d’Ath, avec une copie à Luminus, rue du Pont du Val 1 à 4100 Seraing, dans un délai de 15 jours à dater du jour de la tenue de la réunion d’information.

https://www.dhnet.be/regions/tournai-ath-mouscron/pays-vert/ath-un-projet-pour-quatre-eoliennes-est-sur-la-table-5d77f682f20d5a229e4c2011

11/09/19Eoliennes à Houdemont : une consultation contestée
A Habay, un projet éolien soutenu par Lucéole depuis près de 10 ans suscite une vive opposition. C’est celui de Houdemont, un projet revu à plusieurs reprises et qui vise la construction de quatre éoliennes le long de l’autoroute. Le Ministre Di Antonio a remis un avis favorable au projet et la commune d’Habay souhaite à présent organiser une consultation populaire. Pour les collectifs citoyens Vent d’Habay et Houdemont, qui s’opposent au projet depuis le début, la population s’est déjà prononcée largement contre. Le collectif exprime son mécontentement dans une lettre adressée aux membres du conseil communal.
https://www.tvlux.be/video/info/eoliennes-a-houdemont-une-consultation-contestee_32598.html

11/09/19Chimay: les riverains hostiles au projet de huit éoliennes à Salles
Lundi soir, la séance d’information sur l’avant-projet d’un parc éolien au sud de Salles s’est déroulée devant un public défavorable.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190910_01378393/salles-les-riverains-hostiles-au-projet-de-huit-eoliennes

10/09/19Chimay: un groupe Facebook contre les projets éoliens
Les projets éoliens sont nombreux du côté de Chimay. En l’espace d’une semaine, deux réunions d’information sont prévues en vue de l’implantation de parcs éoliens non loin des villages de Salles, Villers-la-Tour et Saint-Remy. Des nouvelles implantations qui ne font pas plaisir à certains riverains de la région puisqu’un groupe Facebook s’est créé contre ces deux projets.
Après le projet éolien de Baileux (Chimay), deux autres parcs éoliens pourraient voir le jour au sein de la Cité princière. Deux projets d’implantations de plusieurs éoliennes sont en effet à l’étude du côté des villages...

https://www.lanouvellegazette.be/435233/article/2019-09-10/chimay-un-groupe-facebook-contre-les-projets-eoliens

09/09/19Jemeppe : un projet réduit à 4 éoliennes le long de la E42
D’ici le courant de l’année 2022, les habitants des villages de Balâtre (Jemeppe-sur-Sambre) et de Velaine (Sambreville) pourraient voir arriver l’implantation de 4 éoliennes le long de la E42. Une idée déjà évoquée en 2018 où le projet était de 9 éoliennes. La société Elicio a revu son cahier des charges à la baisse en raison notamment de problèmes liés au fonctionnement de l’aéroport de Charleroi.
Le jeudi 26 septembre, le projet éolien entre les villages de Balâtre et Velaine va revenir sur la table lors d’une réunion d’information à destination de la population. Une réunion indispensable pour la société Elicio qui souhaite introduire une demande de permis unique nécessaire à l’installation de 4 éoliennes le long de la E42.

https://www.lanouvellegazette.be/435216/article/2019-09-09/jemeppe-un-projet-reduit-4-eoliennes-le-long-de-la-e42

09/09/19Projet de trois éoliennes à Ecaussinnes: EDF Luminus contre-attaque
Le permis a été refusé mais un recours vient d'être introduit.
Le mois dernier, les fonctionnaires technique et délégué de la Région wallonne ont annoncé leur décision de refuser le permis unique demandé par la société EDF Luminus. Il concernait l'installation de trois éoliennes dans le zoning industriel zone C : une sur le site de l'usine Katoen prévue pour desservir le réseau et deux autres sur le site de Total Petrochimicals Feluy prévues pour alimenter uniquement le zoning. Mais EDF Luminus n'a pas dit son dernier mot.
L'entreprise a en effet décidé d'introduire un recours auprès du Gouvernement wallon contre la décision du fonctionnaire délégué et du fonctionnaire technique. Ce recours n’est toutefois pas suspensif de la décision attaquée. La décision du Gouvernement wallon ou l’absence de décision sera notifiée dans les 75 jours de la date de réception du recours puis portée à la connaissance de la population par voie d’affichage. Si le recours est refusé, EDF Luminus émettra probablement une nouvelle demande de permis unique en tenant compte des remarques des fonctionnaires technique et délégué.
Le permis a été refusé au début du mois d'août principalement à cause de l'absence de certaines informations sur la faune et la flore demandées par la division nature et forêt. Deux des trois éoliennes sont en réalité prévues sur une zone boisée qui abrite des populations de chauves-souris. Des analyses et inventaires détaillés ont été demandés mais n'ont pas été réalisés par EDF Luminus. La Région wallonne a donc jugé qu'aucune garantie n'a été donnée concernant l'impact des éoliennes sur ces animaux mais aussi sur la flore et la faune dans son ensemble.

https://www.dhnet.be/regions/centre/projet-de-trois-eoliennes-a-ecaussinnes-edf-luminus-contre-attaque-5d76164f9978e22ea7d44c0b
09/09/19Fauvillers : Ils épargnent pour leur éolienne citoyenne
Lucéole a lancé sa campagne de souscription pour la future éolienne en construction à Strainchamps.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190908_01377020/ils-epargnent-pour-leur-eolienne-citoyenne

09/09/19Éoliennes au bois de Groumont : un vent de révolte
BASTOGNE - VIELSALM
Le comité de défense de la Baraque de Fraiture vient de se constituer en ASBL.
Les opposants au projet de parc éolien à implanter dans le bois de Groûmont, à l’Est de l’autoroute E25 entre Baneux (Lierneux) et Fraiture (Vielsalm), restent mobilisés. Le comité de défense de la Baraque de Fraiture, dont la pétition a été signée par près de 800 personnes, vient de se constituer en ASBL. Il va poursuivre ses actions sous la dénomination A.D.R.B. (Association Défense Région Baraque de Fraiture). Ses objectifs ? " La défense de la nature en général et du biotope en particulier ", précise le porte-parole des opposants. " Nous nous battons pour le respect du patrimoine paysager, de l’agriculture, de la faune, du bien-être et de la santé des habitants et des touristes de cette région. " La nouvelle association s’oppose à l’éolien industriel, dont les mâts de plus de 180 m de haut détruisent, de par leur masse de béton, le patrimoine paysager ardennais. " Ces éoliennes industrielles menacent de s’étendre à toute la Haute Ardenne ", poursuit le porte-parole. " Il est question d’en implanter cinq dans le bois de Groumont mais aussi trois près de Xhoût-si-Ploût et trois à Bra-sur-Lienne, sans compter les implantations prévues à Trois-Ponts et à Francorchamps.
L’Europe réclame à la Wallonie une augmentation de sa production d’énergies renouvelables, mais certainement pas en détruisant les forêts et paysages remarquables. " Selon les opposants, la région risque un véritable enfermement de son espace au nom de prétextes écologiques. Ils réclament l’établissement d’un cadastre paysager préalable qui tienne compte de la préservation et de la valorisation des sites et attribue aux éoliennes industrielles des implantations plus appropriées. Le bourgmestre de Lierneux, André Samray, indique, pour sa part, que l’enquête publique relative à l’installation d’un mât de mesure du vent et de l’activité de l’avifaune est à présent clôturée. " Le mât devrait être installé d’ici la fin de l’année ", précise-t-il. " Les mesures dureront dix mois. Ensuite, Luminus introduira un permis de bâtir et le collège se positionnera sur le projet." 
https://www.dhnet.be/regions/luxembourg/bastogne-vielsalm/eoliennes-au-bois-de-groumont-un-vent-de-revolte-5d751ec9f20d5a229e402826

07/09/19Habay : Éoliennes: «Il y aura bien un référendum»
C’était un engagement préélectoral et la majorité entend bien le respecter en demandant leur avis aux citoyens d’Habay.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190906_01376379/eoliennes-il-y-aura-bien-un-referendum

06/09/19Thuin : enquête publique pour l’exploitation d’un parc éolien
Une enquête publique est ouverte en vue d’obtenir un permis unique relatif à la construction et l’exploitation d’un parc de 9 éoliennes de puissance maximale totale de 32.4 MW, d’une cabine de tête, de chemins d’accès et aires de montage et de la pose de câbles électriques sur les territoires communaux de Thuin et Ham-sur-Heure/Nalinnes aux lieux dits
«Florenchamp et vingt bonniers ».
Le dossier peut être consulté aux administrations communales à partir du 26 septembre 2019 jusqu’au 28 octobre 2019.
Les détails: ici

https://www.telesambre.be/thuin-enquete-publique-pour-lexploitation-dun-parc-eolien

06/09/19Habay : Non à un référendum sur les éoliennes
Dans un courrier, Vent d’Habay et de Houdemont s’opposent à l’organisation d’un référendum sur les éoliennes.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190905_01376070/non-a-un-referendum-sur-les-eoliennes

05/09/19Fauvillers : Appel à l’épargne pour une éolienne citoyenne
Le samedi 7 septembre, la coopérative citoyenne Lucéole organise un événement familial et festif à Fauvillers pour lancer la campagne d’information et de souscription de parts dans sa future éolienne. 800.000 euros de parts sont attendus d’ici fin décembre pour permettre à la coopérative d’investir dans une des cinq éoliennes du parc de Fauvillers en cours de construction.
https://www.lanouvellegazette.be/433254/article/2019-09-05/fauvillers-appel-lepargne-pour-une-eolienne-citoyenne

04/09/19Walhain : Parc éolien: la Commune recale l’extension
65 courriers ont été envoyés lors de l’enquête publique suite à la demande d’extension du parc installé sur Walhain et Gembloux.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190903_01375257/parc-eolien-la-commune-recale-l-extension

03/09/19Collège et conseil communaux de Walhain opposés à l’extension du parc éolien de Baudecet
Le collège communal de Walhain s’était déjà dit défavorable au projet d’extension du parc éolien de Baudecet au début de l’été lors du lancement de l’enquête publique. A la clôture de celle-ci, son avis n’a pas changé. Il s’est engagé devant les membres du conseil lundi soir à rendre un avis défavorable au projet d’Alternative Green d’implanter 7 éoliennes supplémentaires dans ce parc à cheval sur Walhain et Gembloux et qui en compte actuellement 6.
A Walhain, l’enquête publique a donné lieu à 65 lettres d’observations et/ou de réclamations. « Tous les courriers étaient défavorables au projet sauf un… envoyé par le promoteur lui-même! » a détaillé le bourgmestre Xavier Dubois (Avenir communal). Un groupe de riverains se serait par ailleurs formé pour s’opposer au projet. « Outre les nuisances visuelles et sonores évoquées par les riverains, nous notons aussi que ce projet nuirait à l’attractivité touristique de Walhain que nous voulons justement développer » ajoute Xavier Dubois. La majorité Ecolo-AC veut toutefois nuancer son propos : « nous opposer à ce projet ne signifie pas que nous fermons la porte à tout projet visant à développer l’énergie renouvelable, quelle qu’elle soit, sur notre commune » a affirmé Vincent Eylenbosch, échevin de l’Energie (Ecolo). Du côté de la minorité, les conseillers WAL1 se sont dit eux aussi fermement opposés au projet.
Reste à connaitre la position du collège communal de Gembloux qui doit rendre son avis dans les prochains jours.
La décision concernant l’octroi du permis sera ensuite prise au nom de la Région wallonne par le fonctionnaire délégué et le fonctionnaire technique de la Province de Namur.

http://www.canalzoom.be/college-et-conseil-communaux-de-walhain-opposes-a-lextension-du-parc-eolien-de-baudecet/?fbclid=IwAR1W5PE2E1sAUktrxj42R6mg2Q7OXPP0uGPK8YWbbVJY7XqPEnGJhWymEd8

03/09/19 : Thuin : réunion d’information pour l'implantation d'un parc éolien
Le mardi 17 septembre à 19h, une réunion d'information préalable à l'introduction d'une demande de permis unique pour implanter un parc éolien sera organisée à la salle F. Nicodème à Fontaine-Valmont (rue de l'Église, 7).
Le projet consiste en l'implantation d'un parc éolien de 7 éoliennes d'une puissance totale de 21 à 39,2 MW par la société Elicio S.A. sur le territoire des communes de Merbes-le-Château (4 éoliennes) et Erquelinnes (3 éoliennes) entre les villages de Hantes-Wihéries et Leers-et-Fosteau.
La demande de permis fera l'objet d'une étude d'incidences sur l'environnement, dans un contexte transfrontalier ainsi que d'une réunion d'information ouverte au grand public.
Cette réunion a pour objectifs :
• De permettre au demandeur de présenter son projet
• De permettre au public de s'informer et d'émettre ses observations et suggestions concernant le projet
• De mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés dans l'étude d'incidences
• De présenter des alternatives techniques pouvant raisonnablement être envisagées par le demandeur et afin qu'il en soit tenu compte lors de la réalisation de l'étude d'incidences
Toute personne peut émettre son avis sur les 4 points mentionnés ci-dessus dans un délai de 15 jours à dater du jour de la tenue de la réunion d'information, soit le 2 octobre 2019. Comment? En adressant ses remarques écrites au collège communal de Merbes-le-Château (rue Saint-Martin, 71) en mentionnant ses nom et adresse. Une copie des remarques doit également être adressée à la société Elicio (Heidi Thoms, John Cordierlaan 9 à 8400 Ostende).
Toute information sur ce projet peut être obtenue au 04/220.10.27 ou par mail

https://www.telesambre.be/thuin-reunion-dinformation-pour-limplantation-dun-parc-eolien

02/09/19 : Perwez : 
Sept nouvelles éoliennes plus puissantes
Elles remplaceront huit des quinze machines installées actuellement près de l’E411 mais seront plus grandes et plus puissantes.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190901_01374075/sept-nouvelles-eoliennes-plus-puissantes

02/09/19Clavier - Un quatrième projet éolien qui agace
Vortex Energy veut implanter 8 éoliennes à Clavier. Au total, ça fera 4 projets sur la Commune. Le mayeur se dit agacé.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190901_01374047/un-quatrieme-projet-eolien-qui-agace

30/08/19TINLOT : Projet éolien: des accords ont été trouvés
Les négociations entre la Commune de Tinlot et les promoteurs du futur parc éolien le long de la N63 ont porté leurs fruits.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190829_01372990/projet-eolien-des-accords-ont-ete-trouves

30/08/19VAL DE DENDRE : De plus en plus d’éoliennes
Longtemps repoussés, les projets éoliens se multiplient dans le Val de Dendre, non loin de l’A8 notamment.
https://m.lavenir.net/cnt/dmf20190829_01372944/de-plus-en-plus-d-eoliennes?goto=%2fcnt%2fdmf20190829_01372944%2fde-plus-en-plus-d-eoliennes

29/08/19 : Mons : sept éoliennes en projet à Harmignies
Un nouveau parc d’éoliennes va-t-il voir le jour dans la région ? Un nouveau projet a en tout cas été lancé. Il est mené par l’entreprise WindVision, qui exploite notamment le parc d’Estinnes, composé de 11 éoliennes. Cette société prévoit d’introduire une demande de permis unique relative à l’implantation d’un nouveau parc de sept éoliennes d’une puissance totale maximale de 42 MW.

Les éoliennes, les aires de montages, les chemins d’accès, les câbles électriques et la cabine de tête seraient situés sur les communes de Mons et d’Estinnes. Les villages concernés sont Harmignies, Villers-Saint-Ghislain et Vellereille-le-Sec.
Deux projets
Une réunion d’information sera organisée le jeudi 19 septembre à 19h à la salle Calva, rue Vieille Eglise, 3 à Harmignies. L’entreprise Windvision y présentera son projet. Les personnes présentes pourront émettre leurs observations ainsi que leurs suggestions concernant le projet et mettre en évidence des points particuliers qui pourraient être abordés lors de l’étude d’incidences. Après la réunion, tout citoyen aura un délai de 15 jours pour émettre ses observations et suggestions par courrier. Il faudra les adresser au collège communal de Mons tout en envoyant une copie à la société WindVision Belgium à l’attention de Mme Bérengère Pagnanini, Interleuvenlaan 15D, 3001 Heverlee.
► « Aucun dossier n’a encore été rentré », commente Maxime Pourtois, échevin de l’Urbanisme de la Ville de Mons.
► Ce projet de parc d’éoliennes n’est pas le seul sur Harmignies. La société EDF Luminus espère également y installer quatre éoliennes.
https://www.sudinfo.be/id138315/article/2019-08-29/mons-sept-eoliennes-en-projet-harmignies

29/08/19Le parc éolien d'Estinnes pourrait s'étendre sur Mons
Une demande de permis a été introduite. Une réunion d'information est prévue.
On la surnomme parfois la Cité aux éoliennes. Et pour cause, Estinnes abritait celles qui sont longtemps restées les plus grandes d’Europe, soit 11 éoliennes hautes de 198 mètres. L’extension de ce parc était dans l’air depuis très longtemps puis laissée en suspens alors que le promoteur Windvision était racheté par une entreprise chinoise. Mais voilà qu’elle revient au-devant de la scène, plus concrète que jamais, avec l’introduction d’une demande de permis.
Le projet ne concerne pas uniquement la commune d’Estinnes. En effet, le parc existant est situé sur ce qu’on appelle le Levant de Mons, un plateau à cheval sur les communes montoise et estinnoise et traversé par des vents qui font saliver les promoteurs éoliens. Windvision souhaite donc agrandir le parc existant en plantant 7 nouvelles éoliennes d’une puissance totale maximale de 42 MW. Ces nouveaux mâts seraient plantés en partie sur Estinnes, dans le village de Vellereille-le-Sec, mais aussi du côté montois, à Harmignies et Villers-Saint-Ghislain.
Le jeudi 19 septembre à 19h, une réunion d’information se tiendra à la salle Calva d’Harmignies. Le promoteur y présentera son projet et le public pourra poser des questions et émettre des observations ou des suggestions.
Alors que les demandes affluent de toutes parts à Estinnes, la bourgmestre Aurore Tourneur avait déjà confié préférer une extension du parc existant plutôt que de voir pousser des éoliennes tous azimuts. De son côté, le bourgmestre de Mons, Nicolas Martin, nous confiait vouloir rationaliser les demandes de projets éoliens sur base d’une cartographie qui serait dressée en partenariat avec l’IDEA.
Reste à voir quel accueil sera réservé au projet d’extension de Windvision. Les riverains auront leur mot à dire évidemment. Les communes devront remettre leur avis et il reviendra ensuite à la Région wallonne d’accorder ou non le permis.

https://www.dhnet.be/regions/mons/le-parc-eolien-d-estinnes-pourrait-s-etendre-sur-mons-5d67ebfc9978e27153ea9d56

29/08/19Habay : permis accordé pour 4 éoliennes à Houdemont
Le ministre wallon Carlo Di Antonio a délivré le permis d’exploitation pour le parc de quatre éoliennes de 190 mètres de haut implantées au nord de Houdemont.
Le ministre wallon Carlo Di Antonio a délivré le permis d’exploitation pour le parc de quatre éoliennes de 190 mètres de haut implantées au nord de Houdemont. Un projet initié par la coopérative habaysienne Lucéole. Trois des quatre éoliennes sont situées sur des terrains communaux. Des terrains pour lesquelles aucune convention n’a encore été signée entre la Commune et Lucéole. Sur interpellation du conseiller indépendant Jean-Marc Devillet lors du conseil communal de ce mercredi soir à Habay, le bourgmestre a émis l’idée d’organiser une consultation populaire afin de connaître l’avis des citoyens. Les citoyens ou la Commune ont également la possibilité d’introduire un recours contre ce projet auprès du Conseil d’État dans un délai de 60 jours.

https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190829_01372849/habay-permis-accorde-pour-4-eoliennes-a-houdemont

29/08/19Habay : de bonnes nouvelles pour la coopérative Lucéole
Le permis pour quatre éoliennes vient d'être accordé par le Ministre wallon de l'Environnement, Carlo Di Antonio. Lucéole et ses trois autres partenaires avaient introduit un recours en mars dernier, après le refus de permis des fonctionnaires wallons.

Une nouvelle étape importante pour la coopérative créée il y a neuf ans déjà, et pour ce projet qui a connu de nombreux rebondissements et refus.
Si aucun nouveau recours n’est introduit devant le conseil d'Etat, le parc de quatre éoliennes verra le jour dans les deux ans. De quoi réjouir les quelque 600 coopérateurs de Lucéole.

https://www.rtbf.be/info/regions/luxembourg/detail_habay-de-bonnes-nouvelles-pour-la-cooperative-luceole?id=10301929

28/08/19Nouveau projet d’éoliennes à Clavier «Cela en devient ridicule, les lieux où l’on peut en installer sont de moins en moins nombreux»
La société Vortex Energy souhaite implanter 8 éoliennes le long de la N63 entre Les Avins et Bois-Borsu, sur le territoire de la commune de Clavier.
Jusqu’à présent, aucune éolienne n’a encore poussé sur le territoire de la commune de Clavier. Cela devrait changer. En quelques semaines, pas moins de quatre projets ont été déposés.
Une avalanche de projets qui irrite le bourgmestre, Philippe Dubois (MR) « Cela en devient presque ridicule, les lieux où l’on peut installer des éoliennes sont de moins en moins nombreux ».
►► « La Région Wallonne devrait prendre ses responsabilités »
►► Voici serait implanté ce parc à éoliennes

https://www.sudinfo.be/id138062/article/2019-08-28/nouveau-projet-deoliennes-clavier-cela-en-devient-ridicule-les-lieux-ou-lon-peut


28/08/19Mons-Centre : Nos éoliennes et le Conseil d'État, un feuilleton à répétitions !
Dans notre région, de nombreux permis ont été cassés sur recours au Conseil d'État.
"Quand la loi ne peut plus rien pour vous, il vous reste un recours, un seul, l'Agence Tous risques!" annonçait le générique de la célèbre série télévisée. Juste avant l'agence Tous Risques, il y a donc le Conseil d'État, dernier recours possible dans le cadre légal. Si la Ville de Mons compte y retourner pour l'éolienne d'H&M dans le zoning de Ghlin, bon nombre de communes ou de riverains y ont déjà fait appel ces dernières années pour contester d'autres projets éoliens.
On se rappelle notamment la précédente mandature wallonne et son ministre Philippe Henry qui voulait mettre les bouchées doubles pour développer l'énergie renouvelable, accordant des permis tous azimuts au point d'irriter certains pouvoirs locaux.
C'était le cas notamment du projet éolien sur le plateau du Scaubecq, à cheval entre Soignies et Braine-le-Comte. Six éoliennes devaient y être plantées, il n'y en a eu finalement eu que deux sur le zoning de Soignies après une longue sage ponctuée par plusieurs recours au Conseil d'État.
À Gottignies également, le bourgmestre Benoît Friart était monté au front pour s'opposer à un projet éolien qui allait selon lui et l'avis de nombreux riverains défigurer la petite Suisse rhodienne. La Ville avait ainsi pu faire annuler par le Conseil d'État un permis accordé sur recours par l'ancien ministre de l'Environnement. Des recours au Conseil d'État qui ne permettent pas toujours de mettre fin à la polémique, car l'institution ne se prononce uniquement que sur la forme. Ainsi, pour Gottignies, le Conseil d'État avait cassé un premier permis en septembre 2013. Le ministre Henry en avait alors introduit un nouveau en tenant compte des remarques du Conseil d'État. Mais il était cassé à son tour un an plus tard.
Quand ce ne sont pas les pouvoirs locaux qui montent au front, ce sont les riverains qui font le boulot. Pour Marches-lez-Ecaussinnes, le collège communal n'avait pas tenté le coup en 2013, ne nourrissant pas de grands espoirs de pouvoir casser le permis accordé une fois de plus sur recours par le ministre Henry. Des riverains s'étaient donc chargés des démarches et avaient finalement obtenu gain de cause.
Depuis, les projets polémiques sont devenus plus rares. Le gouvernement wallon a changé tant son fusil d'épaule que le cadre légal afin de pouvoir implanter des éoliennes plus près des zonings et des autoroutes. De nouvelles éoliennes ont ainsi été dressées dans la région ces derniers temps. D'autres pointent le bout de leur mât. Et le vent ne devrait pas tourner alors que les autorités ambitionnent de réduire drastiquement les émissions de CO2. Reste à voir si les prochains projets auront l'aval des pouvoirs locaux et des riverains, ou bien s'ils prendront, une nouvelle fois, la direction du Conseil d'État.

https://www.dhnet.be/regions/centre/mons-centre-nos-eoliennes-et-le-conseil-d-etat-un-feuilleton-a-repetitions-5d663bb39978e2070c8a0ba7


22/08/19La plate-forme citoyenne Respect distribue des affiches contre l'arrivée des moulins à vent: "Ils représentent littéralement une menace pour notre santé"
Civic Platform Respect poursuit sa lutte contre l’arrivée de quatre moulins à vent à Silly. Les membres distribuent maintenant de nombreuses affiches dans les municipalités de Herne, Bever et Silly. Dans ce document, ils veulent préciser que les éoliennes représentent une menace pour leur santé. "Les éoliennes font du bruit infrasonore, ce qui constitue un problème majeur", a déclaré la porte-parole, Sandra Verweij.
Eoly, une filiale verte de Colruyt, a annoncé son intention d'installer, fin février, quatre éoliennes le long de la E429 à Silly. Les moulins à vent seront situés à la frontière de la Flandre et de la Wallonie. La plate-forme citoyenne Respect estime qu'il est impossible que les rues de Bever et de Sint-Pieters-Kapelle se trouvent dans un rayon de 400 mètres. Selon l'organisation citoyenne, cela cause beaucoup de problèmes.
Professeur portugais
Le projet d'éolienne est resté silencieux ces derniers mois. Respect attend un nouveau déménagement d'Eoly. En attendant, la plateforme citoyenne ne reste pas immobile. "Nous avons fait fabriquer des tracts contre l'arrivée des éoliennes", a déclaré Verweij. «Nous voulons faire connaître notre point de vue. De plus, nous avons organisé une soirée d’information sur les effets néfastes des éoliennes. Nous avons invité la professeure portugaise Mariana Alves-Pereira, qui, avec son équipe, a mené pendant très longtemps des recherches sur l'influence du son infrasoon et du son basse fréquence sur le corps humain. ”
Problèmes de santé
Le message que le professeur Pereira a apporté n’est pas mineur: une exposition prolongée à des sons infrasoniques peut causer de graves problèmes de santé. "Et comme par hasard, les éoliennes produisent ces sons infrasonores", explique Verweij. «Vous ne pouvez pas les entendre, mais le corps peut les sentir. En fait, le corps résiste aux sons infrasoniques, ce qui a un effet sur le muscle cardiaque. Il y a des résultats qui peuvent provoquer une crise cardiaque. En outre, cela affecte simplement le corps entier. Beaucoup de gens vont commencer à se sentir malade et à dormir moins bien. Une énergie durable est certes nécessaire, mais pas au détriment de notre santé. "

Miles loin
Selon Verweij, il existe un problème: le gouvernement ne veut pas ouvrir une enquête sur les effets du bruit infrasonore. Elle espère faire connaître le problème par le biais de la plateforme citoyenne. «Les rayons infrarouges vont sur des kilomètres. Ce n'est pas seulement un problème pour les résidents à proximité, mais aussi pour les habitants de Bever, Silly, Herne et Galmaarden. Tu ne peux sûrement pas le permettre?
Flamands et Wallons
La municipalité de Bever a déjà annoncé son opposition à l’arrivée des éoliennes. Striking: la plateforme citoyenne est une collaboration entre Flamands et Wallons. "Français ou néerlandais: ça n'a pas d'importance", dit Verweij. «La langue n'est certainement pas un obstacle ici. Les habitants de Silly sont également opposés à l’arrivée des éoliennes et font donc partie de la plate-forme civile. Espérons que le gouvernement se mettra en branle et mènera d'abord une enquête approfondie avant de l'approuver. Les agriculteurs vivent à proximité, mais il existe également des crèches avec des enfants en bas âge. Ils seront les victimes de cela. "
https://www.hln.be/in-de-buurt/bever/burgerplatform-respect-verspreidt-affiches-tegen-komst-van-windmolens-ze-vormen-letterlijk-een-bedreiging-voor-onze-gezondheid~aff6e40a/?fbclid=IwAR2-n5sxCmG-sHlUbnO7jSK16dZU0viG-50tY8VGiQ6HzOc3-X8w8aY7UWE&referer=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2F

22/08/19Remplacement d'anciennes éoliennes par de plus performantes le long de l'E19 à Hoogstraten
Engie a débuté lundi le démontage de six éoliennes situées le long de l'E19 à Hoogstraten et datant de 2004.
Elles seront remplacées par de nouvelles turbines plus performantes. La presse a pu assister jeudi au démontage du rotor et de trois pales d'une de ces éoliennes. "Les éoliennes sont là depuis 2004 et entretemps la technologie n'est pas restée immobile", explique une porte-parole du producteur d'énergie. "Le potentiel éolien ici n'était pas pleinement exploité, c'est pourquoi il a été décidé de remplacer les modèles existants par des modèles plus performants, plus hauts et plus grands, afin de tripler la production d'énergie."
La phase de démontage se prolongera jusqu'à la fin du mois d'octobre. Les éoliennes démontées ne sont pas encore bonnes pour la casse car un nouvel exploitant les réinstallera en Pologne et en Suède. Quant aux six nouvelles turbines, elles seront placées le long de l'E19 au cours du second semestre 2020.
Engie ambitionne de disposer de 550 MW d'éolien terrestre d'ici 2020. Actuellement, 367 MW sont pleinement opérationnels et 159 MW supplémentaires sont en cours de développement.

https://www.dhnet.be/actu/belgique/remplacement-d-anciennes-eoliennes-par-de-plus-performantes-le-long-de-l-e19-a-hoogstraten-5d5e8402f20d5a6e436b6358

22/08/19 : Chimay / Monceau-Imbrechies : deux projets éolien
Projets éolien entre Chimay et Monceau-Imbrechies... Deux projets, deux enquêtes publiques !
- 9 septembre à 19h à Forge - salle communale
- 12 septembre à 19h à Forge - salle communale
Le 1er projet est situé Route Buisson Marot, Les Bonniers et le Périsseau et concerne l’implantation d’un parc éolien de 5 éoliennes d’une puissance totale maximale de 28MW.
Le second projet est entre Salles, Villers-la-Tour et Saint-Remy, sans plus de précisions
Ces réunions permettent de présenter le projet, mais également au public de s’informer et d’émettre ses observations et suggestions concernant le projet.
Les détails: ici

22/08/19
Chimay - Un second projet éolien vise Salles
Un autre projet éolien sera présenté trois jours après celui de New Wind-Elawan (notre édition du 22 août). Comme celui-ci, il vise à installer des éoliennes entre Salles et Villers-la-Tour, manifestement un secteur prisé des promoteurs d’énergie verte.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190822_01370019/un-second-projet-eolien-vise-salles

22/08/19Un nouveau projet éolien à Chimay
Voici tout juste 10 ans, un projet de parc éolien mettait en émoi les habitants du petit village de Salles. Son implantation, non loin de la chapelle remarquable de l’Arbrisseau, et sa puissance, 12 mâts pour 35 MW, avaient suscité pas mal de réactions lors de la réunion de présentation, et une pétition avait rassemblé de très nombreuses signatures.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190821_01369603/un-nouveau-projet-eolien-a-chimay

20/08/19 : ÉGHEZÉE : Éoliennes entre Aische-en-Refail, Grand-Leez et Perwez: on démonte, on remonte

Démonter huit éoliennes pour en élever sept nouvelles, plus hautes et plus performantes, c’est le projet Eneco, entre Aische et Perwez.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190819_01368891/eoliennes-on-demonte-on-remonte


18/08/19Un nouveau parc éolien va voir le jour du côté de Chimay
Après le parc éolien implanté à Baileux, un deuxième projet du genre va s'installer entre Villers-la-Tour et Salles. D'une puissance totale de 27,2 MW, c'est la société New Wind qui vient de renter le projet. A ce propos, une réunion d'information est prévue avec la population le 9 septembre prochain à 19h00, à la salle Communale de Forges.
https://www.telesambre.be/un-nouveau-parc-eolien-va-voir-le-jour-du-cote-de-chimay

16/08/19Extension du parc éolien: début de l’enquête pour Gerpinnes et Ham-sur-Heure
Le parc éolien de Tarcienne (Walcourt) compte déjà 6 éoliennes. Et pourtant, EDF Luminus avait émis le projet d’en ériger 8 supplémentaires. Un projet qui n’avait pas abouti.
Mais en avril dernier, un nouveau dossier avait été présenté. L’extension passait de 8 à 4 éoliennes.
Le projet de ces 4 mâts supplémentaires fait actuellement l’objet d’une enquête publique à partir de ce vendredi. Ils se situeront au coeur du triangle Walcourt-Florennes-Gerpinnes, non loin de la N978 et de la N975, sur un terrain situé sur la commune d’Hanzinne.
Cinq communes devront rendre un avis sur ce projet d’extension du parc éolien.
Voici pour ce qui concerne notre région:
- Pour Gerpinnes: les remarques sont à adresser par fax au numéro 071/50 90 69 ou en main propre à M. Lucca ou M Delfosse - Avenue reine Astrid, 11 (bureau 9)
- Pour Ham-sur-Heure: chaque jour ouvrable pendant les heures du service Urbanisme et le 10 septembre lors de la permanence jusqu’a 19h. Il est possible de prendre rendez-vous auprès de Madame Van Rijmenant au 071/22 93 76
Toutes les personnes intéressées peuvent obtenir des explications techniques sur le projet auprès de Luminus: rue du Marquis, 1 à 1000 Bruxelles ou contacter le 04/330 46 04.
L’enquête publique se termine le 16 septembre à 12h pour Gerpinnes et à 15h30 pour Ham-sur-Heure.
https://www.telesambre.be/extension-du-parc-eolien-debut-de-lenquete-pour-gerpinnes-et-ham-sur-heure

13/08/19Extension parc éolien de Tarcienne : l’enquête débute jeudi !
Le projet de 4 éoliennes supplémentaires sur les communes de Walcourt, Gerpinnes et Florennes a été présenté en avril dernier. L’enquête publique commence ce jeudi jusqu’au 16 septembre.
Le parc éolien de Tarcienne (Walcourt) compte déjà six éoliennes d’une hauteur de 123,5m en bout de palle et d’une puissance de 1,5 mégawatt. Placées en 2005-2006, elles tournent à plein régime quand le vent est de la partie. Il y a quelques années déjà, EDF Luminus avait émis le projet d’en ériger 8 supplémentaires mais ce dernier n’a pas abouti.

https://www.lanouvellegazette.be/423587/article/2019-08-13/extension-parc-eolien-de-tarcienne-lenquete-debute-jeudi

13/08/19Héron - Trois éoliennes en projet au sud de l’E42
EDF-Luminus veut doubler son parc éolien avec 3 éoliennes supplémentaires dans les campagnes de Marsinne.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190812_01366735/trois-eoliennes-en-projet-au-sud-de-l-e42

10/08/19Projet de construction de trois nouvelles éoliennes à Héron
L’enquête publique débute le 16 août prochain.
Au début des années 2000, EDF Luminus déposait un premier projet de construction de six éoliennes sur le territoire de la commune de Héron. Il s’agissait au départ de deux bandes de quatre éoliennes au nord de l’autoroute E42. Un projet qui n’aboutira pas.
"On a eu à l’époque une discussion avec Luminus pour modifier le projet. Les éoliennes se trouvaient trop près des habitations", rappelle le bourgmestre de Héron, Éric Hautphenne. Sur base de cet échange, EDF Luminus conservera finalement une seule bande de trois éoliennes le long de l’autoroute E42. Trois premières éoliennes de 2,5 MW inaugurées en septembre 2017 par le producteur d’électricité. "Ce parc éolien produit 18 000 000 kWh d’énergie verte par an, ce qui correspond à la consommation moyenne annuelle de 4 500 ménages wallons, sur base d’une consommation de 4 000 kWh par an", explique Martine Moreau, responsable communication chez Luminus.
Toujours en bonne concertation avec la commune, EDF Luminus vient d’introduire une demande de permis pour la construction et l’exploitation de trois nouvelles éoliennes qui viendraient étendre le parc existant. Contrairement au premier projet, "l’idée est de les rapprocher davantage de l’autoroute, cette fois au Sud. Les six éoliennes formeraient ainsi une ligne de chaque côté de l’autoroute E42".
La réunion d’information préalable relative à ce nouveau projet de trois éoliennes, nécessitant une étude d’incidences sur l’environnement, a eu lieu le 8 novembre 2018 à la salle communale de Lavoir. La demande de permis a été introduite le 7 juin tandis que l’enquête publique va bientôt commencer. Celle-ci débutera le 16 août prochain pour se terminer le 16 septembre.
"Nous avons pris acte du dépôt de ce dossier", précise le bourgmestre de Héron, qui entend participer au développement de l’éolien, "mais pas n’importe où". " Nous rendrons un avis sur base des commentaires émis par les riverains". Au tour ensuite du fonctionnaire technique et de la fonctionnaire déléguée de la Région wallonne d’accorder ou non le permis.

https://www.dhnet.be/regions/liege/projet-de-construction-de-trois-nouvelles-eoliennes-a-heron-5d4d928ff20d5a58a8e40480

08/08/19Ecaussinnes: le permis de 3 éoliennes est refusé... à cause des chauves-souris
Toutes les exigences demandées par la Région wallonne n'ont pas été respectées.
Le nouveau projet de parc éolien à Marche-lez-Ecaussinnes ne verra pas le jour. Du moins pas dans les conditions initialement présentées. Les fonctionnaires technique et délégué de la Région wallonne viennent en effet d'annoncer leur décision de refuser le permis unique demandé par la société EDF Luminus. Il concernait l'installation de trois éoliennes dans le zoning industriel zone C : une sur le site de l'usine Katoen prévue pour desservir le réseau et deux autres sur le site de Total Petrochimicals Feluy prévues pour alimenter uniquement le zoning.
Ce refus de permis se base principalement sur l'absence de certaines informations sur la faune et la flore demandées par la division nature et forêt. Deux des trois éoliennes sont en réalité prévues sur une zone boisée qui abrite des populations de chauves-souris. Des analyses et inventaires détaillés ont été demandés mais n'ont pas été réalisés par EDF Luminus. La Région wallonne juge donc qu'aucune garantie n'a été donnée concernant l'impact des éoliennes sur ces animaux mais aussi sur la flore et la faune dans son ensemble.
En parallèle, un avis défavorable avait été émis dans un premier temps par la commune d'Ecaussinnes en avril dernier. La cause ? La société EDF Luminus n'avait pas souhaité répondre à toutes les exigences du collège qui voulait y inclure un mécanisme fort de participation citoyenne. Leur raisonnement inclut que les activités et le développement du zoning industriel ont des impacts importants en termes d’environnement, de cadre de vie, de mobilité pour les habitants et la collectivité locale.
Finalement, après discussions entre EDF Luminus et le collège communal, un accord avait été trouvé. "Ils s'étaient engagés à ouvrir la participation citoyenne à hauteur de 500 000 euros", explique Arnaud Guérard, échevin de l'aménagement du territoire. "De manière complémentaire, la commune avait aussi l'intention de leur demander une taxe sur les mâts pour obtenir une compensation pour les citoyens."
Toujours est-il que ce projet est désormais compromis. EDF Luminus devra probablement émettre une nouvelle demande de permis unique en tenant compte des remarques des fonctionnaires technique et délégué.

https://www.dhnet.be/regions/centre/ecaussinnes-le-permis-de-3-eoliennes-est-refuse-a-cause-des-chauves-souris-5d4be49af20d5a58a8dda500

07/08/19"Du greenwashing sur nos enfants" à Léglise
LUXEMBOURG : Les promoteurs éoliens peuvent-ils organiser des conférences dans nos écoles ? La question divise.
C’est l’été et les élèves du primaire en profitent pour se détendre, tandis que les professeurs commenceront bientôt à préparer la rentrée. Dans leur programme, une question divise actuellement quelques citoyens de Léglise : faut-il laisser les promoteurs éoliens organiser des séances d’information dans les écoles communales ?
On se souvient qu’en 2017 à Neufchâteau, la société Eneco était venue expliquer le fonctionnement de l’éolien à une classe de primaire, en présence du bourgmestre Dimitri Fourny. Cette initiative est aussi prévue (la date est encore à déterminer) à Léglise. La question revient aujourd’hui sur la table, posée par le Léglisien André Henrotte. "Pour moi, c’est non. Cette idée ne me plaît pas. Je vois que les élèves de Léglise suivront aussi ce que je qualifie de journée d’endoctrinements. Avec l’aval de nos politiques, sans aucun doute… De la part du bourgmestre d’une commune, accepter qu’une société vienne faire la promotion dans les classes est inadmissible. Mais cela montre bien que l’objectivité n’est pas de mise", dit-il.
Le 8 novembre 2017 , le conseil communal de Léglise avait mis son accord pour organiser une telle journée. "Le projet pédagogique reste du ressort des enseignants qui pourront y développer le pour et le contre. L’objectif de cette démarche n’étant pas la défense de l’éolien parmi les autres énergies renouvelables. Sachant qu’il n’est possible de bien défendre ou critiquer que ce qu’on connaît vraiment", dit de son côté l’échevin Stéphane Gustin.
Sur les réseaux sociaux, le débat est assez animé et les avis plutôt critiques envers une telle démarche. "Un peu limite de faire venir Eneco (entreprise privée) dans une école publique. Et sans doute sans l’autorisation des parents… A quand le passage des grandes marques comme Coca-Cola, Nike, Monsanto, etc. dans nos écoles pour expliquer ô combien leurs produits sont bénéfiques ? Un bon exemple de greenwashing sur nos enfants", conclut de son côté Jeremy Tumson, un autre riverain.
Et vous, cette démarche pédagogique vous choquerait-elle ?

https://www.dhnet.be/regions/luxembourg/du-greenwashing-sur-nos-enfants-a-leglise-5d499219f20d5a58a8cdf0f3

05/08/19Soignies : une solution en vue pour redémarrer les éoliennes
Les deux éoliennes de Soignies (au lieu-dit du Scaubecq) sont à l’arrêt depuis le début de l’été alors qu’elles ont été inaugurées en mai… De quoi susciter quelques questions. Non, il ne manque pas de vent. Non, elles ne sont pas en panne… Elles attendent tout simplement un entretien qui se fait attendre. "Elles ont atteint leurs premières 500 heures de fonctionnement" explique Olivier Desclée, le porte-parole d’Engie-Electrabel. "A l’issue de cette période de fonctionnement, les nouvelles éoliennes doivent subir un entretien, littéralement, on doit resserrer les boulons. Cet entretien n’a pas eu lieu parce que le fournisseur est en cessation de paiements". Ce fournisseur, chargé de l’entretien est la société allemande Senvion. Sa situation financière est difficile, il y a risque de faillite. Le porte-parole d’Engie se veut cependant rassurant : "la bonne nouvelle c’est qu’on a discuté avec Senvion et l’entretien des éoliennes va pouvoir avoir lieu avant fin août". En attendant, pas d’autres choix que de garder les moulins à l’arrêt, pour raison de sécurité.
Les riverains sont attentifs à l’activité des éoliennes, en particulier ceux qui ont investi dans le projet. Engie-Electrabel a en effet proposé aux habitants de Soignies d’acquérir des parts dans les installations via la coopérative GoGreen.
Cela dit, les difficultés de la société Senvion concernent également une cinquantaine d’autres parcs éoliens appartenant à Engie. Les plus grands sont ceux de Modave et de Leuze. Pas d’arrêts pour l’instant mais à long terme une solution alternative doit être trouvée. "D’ores et déjà nous envisageons des pistes, explique Olivier Desclée, mais elles vont dépendre de l’avenir des activités de maintenance de la société Senvion".
https://www.rtbf.be/info/regions/hainaut/detail_soignies-une-solution-en-vue-pour-redemarrer-les-eoliennes?id=10286279

03/08/19Les éoliennes de Soignies ne tournent plus : ce n’est pas du vent !
Faute d’entretien prévu au terme de la période de rodage, le mini-parc éolien du Scaubecq est totalement à l’arrêt depuis deux mois. En cause: la société Senvion, au bord de la faillite.
Quelques semaines, et c’est tout. Inaugurées en grande pompe au mois de mai dernier, les deux éoliennes du Parc situé au lieu-dit Le Scaubecq sont totalement à l’arrêt depuis le mois de juin. La raison : le défaut d’entretien après les 500 premières heures d’utilisation.

https://www.lanouvellegazette.be/419578/article/2019-08-03/les-eoliennes-de-soignies-ne-tournent-plus-ce-nest-pas-du-vent

01/08/19Soignies: les deux nouvelles éoliennes... à l'arrêt depuis deux mois
La société en charge de la maintenance a été déclarée en insolvabilité.
Inauguré en mai 2019, le nouveau parc éolien de Soignies pose déjà questions. Plus aucune machine ne tourne depuis le début du mois de juin, les deux éoliennes sont complètement à l'arrêt. De quoi surprendre et interloquer les riverains mais aussi les coopérateurs qui ont souscrit à ce projet co-développé par un partenariat public privé entre Engie Electrabel et l’intercommunale IDEA.
La suspension des activités de ce parc situé au lieu-dit le Scaubecq est en réalité dû à la très proche faillite de l'entreprise Senvion, en charge de la maintenance des éoliennes. "Après les 500 premières heures de production, une première maintenance était prévue par Senvion, avec qui nous collaborons depuis de plusieurs années", explique la porte-parole d'Engie. "Mais cette société allemande a déclaré son insolvabilité depuis le mois d'avril. Pour des raisons de sécurité, nous avons dû mettre les turbines à l'arrêt."
Cette mise à l'arrêt devrait être effective encore quelques semaines, à moins que la société Senvion n'effectue la maintenance malgré sa probable mise en faillite. "Nous cherchons des solutions avec Senvion. Nous discutons avec eux afin qu'ils agissent rapidement. Surtout que nous collaborons avec eux pour de nombreuses autres éoliennes en Belgique qui risquent aussi un arrêt temporaire. Sinon, nous devrons trouver une autre société pour réaliser ce travail très spécifique."
De son côté, la bourgmestre Fabienne Winckel (PS) a interpellé Engie pour s'assurer que les coopérateurs sonégiens ne soient pas lésés. "Certaines personnes ont rejoint la coopérative Electrabel CoGreen. Je m'interrogeais donc à propos du calcul des dividendes. Initialement, il devait débuter le 1er juillet. Mais ils m'ont répondu que le calcul ne commencerait que lors de la reprise des turbines. Personne ne sera donc perdant dans l'histoire. J'espère en tout cas qu'une solution sera trouvée d'ici le mois de septembre."

https://www.dhnet.be/regions/centre/soignies-les-deux-nouvelles-eoliennes-a-l-arret-depuis-deux-mois-5d42ec139978e254e24e5ef8

01/08/19Le projet de 7 éoliennes sur la zone de Tournai-Ouest refusé par le fonctionnaire délégué
IDETA, qui avait introduit par l’intermédiaire d’E-nos-vents, une demande pour 3 éoliennes sur cette même zone de Tournai-Ouest, a demandé de “stater la procédure”.
La société tournaisienne Ventis, spécialisée dans l’éolien, a essuyé un refus de permis concernant l’implantation de 7 éoliennes sur la zone industrielle de Tournai-Ouest. Toutefois, Ventis nous a confirmé son intention d’introduire un recours contre cette décision et se dit sereine par rapport à la suite du dossier.
On a aussi appris que de son côté, l’intercommunale IDETA, qui avait introduit par l’intermédiaire d’E-nos-vents, une demande pour 3 éoliennes sur cette même zone de Tournai-Ouest, a demandé de “stater la procédure”. Cela lui permettra d’introduire une demande “plan modificatif”. Des modifications seront donc apportées concernant notamment l’implantation de certaines machines. L’étude d’incidence sera revue.
Rappelons que les riverains du site restent très mobilisés contre ce projet global de 10 éoliennes. Il devait voir le jour en 2020 aux côtés des 8 machines déjà existantes sur le site du zoning Tournai-Ouest. Ce qui ferait de ce lieu l'un des plus grand parcs éoliens de Wallonie.

https://www.notele.be/it18-media66412-le-projet-de-7-eoliennes-sur-la-zone-de-tournai-ouest-refuse-par-le-fonctionnaire-delegue.html
29/07/19Nouveau permis pour les éoliennes prévues à Bassenge et Juprelle
EDF Luminus vient de recevoir un nouveau permis pour pouvoir ériger cinq éoliennes, dans les campagnes de Glons et Paifve. Et ce n’est pas la première fois que la société reçoit cette autorisation pour ce projet.https://www.lacapitale.be/417449/article/2019-07-29/nouveau-permis-pour-les-eoliennes-prevues-bassenge-et-juprelle

29/07/19Demande de permis relancée pour les deux éoliennes à Ophain
Brabant Wallon : Aspiravi a déposé auprès de la Région wallonne une analyse complémentaire.
À la fin du mois de juin, les opposants aux deux éoliennes qu’Aspiravi comptait faire sortir de terre à Ophain se réjouissaient : après un refus du permis par les fonctionnaires technique et délégué, puis un feu vert (surprise) du gouvernement wallon en août 2016, le Conseil d’État avait douché les espoirs du promoteur.
La plus haute juridiction administrative avait cassé l’arrêté régional octroyant le permis à Aspiravi pour construire ces deux machines de 150 mètres de haut à proximité immédiate de l’échangeur entre l’autoroute E19 et le ring 0.
Pour faire simple, suivant un des arguments des riverains, le Conseil d’État estimait que l’étude d’incidences réalisée à l’appui de la demande de permis n’avait pas suffisamment évalué l’impact du projet sur trois habitations situées à moins de 600 mètres d’une des machines.
Le promoteur n’a pas tardé à réagir. Alors que l’arrêt qui annule le permis a été rendu le 25 juin, Aspiravi a déposé auprès de la Région wallonne une analyse complémentaire, dès le 12 juillet. On y évalue cette fois l’impact paysager des deux éoliennes sur les trois maisons en question, et d’autres points sont actualisés comme les effets cumulés du projet d’autres parcs éoliens dans l’environnement immédiat.
Et dans la foulée, la demande de permis est relancée avec une nouvelle enquête publique qui débute officiellement ce lundi. En pleines vacances, les règles prévoient une suspension jusqu’au 15 août.
L’enquête se clôturera donc le 17 septembre et le dossier peut être consulté dans les services communaux de l’urbanisme de Braine-l’Alleud, Braine-le-Château, Ittre, Nivelles et Waterloo.

https://www.dhnet.be/regions/brabant/demande-de-permis-relancee-pour-les-deux-eoliennes-a-ophain-5d3dfc6df20d5a58a88134b7

29/07/19Braine-l'Alleud : Aspiravi veut ses deux éoliennes
Le permis octroyé pour construire 2 éoliennes à Ophain avait été annulé par le Conseil d’État, mais le promoteur persiste.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190728_01361866/aspiravi-veut-ses-deux-eoliennes

28/07/19Braine-l'Alleud : Aspiravi relance la demande de permis
Brabant wallon - Le Conseil d’Etat avait annulé le permis des deux éoliennes d’Ophain : le promoteur a réagi.
A la fin du mois de juin, les opposants aux deux éoliennes qu’Aspiravi comptait faire sortir de terre à Ophain se réjouissaient: après un refus du permis par les fonctionnaires technique et délégué, puis un feu vert (surprise) du gouvernement wallon en août 2016, le Conseil d’Etat avait douché les espoirs du promoteur.
La plus haute juridiction administrative avait cassé l’arrêté régional octroyant le permis à Aspiravi pour construire ces deux machines de 150 mètres de haut à proximité immédiate de l’échangeur entre l’autoroute E19 et le ring 0.
Pour faire simple, suivant un des arguments des riverains, le Conseil d’Etat estimait que l’étude d’incidences réalisée à l’appui de la demande de permis n’avait pas suffisamment évalué l’impact du projet sur trois habitations située à moins de 600 mètres d’une des machines.
Le promoteur n’a pas tardé à réagir. Alors que l’arrêt qui annule le permis a été rendu le 25 juin, Aspiravi a déposé auprès de la Région wallonne une analyse complémentaire, dès le 12 jiullet. On y évalue cette fois l’impact paysager des deux éoliennes sur les trois maisons en questions, et d’autres points sont actualisés comme les effets cumulés du projet d’autres parcs éoliens dans l’environnement immédiat.
Et dans la foulée, la demande de permis est relancée avec une nouvelle enquête publique qui débute officiellement ce lundi. En pleines vacances mais les règles prévoient une suspension jusqu’au 15 août.
L’enquête se clôturera donc le 17 septembre et le dossier peut être consulté dans les services communaux de l’urbanisme de Braine-l’Alleud, Braine-le-Château, Ittre, Nivelles et Waterloo.

https://www.dhnet.be/regions/brabant/braine-l-alleud-aspiravi-relance-la-demande-de-permis-5d3dc9619978e254e24e5b26

23/07/19GENAPPE : New Wind en recours pour son permis éolien
La société New Winda en projet d’installer six éoliennes le long dela N25 entre le lieu-dit Bruyère Madame et le village de Promelles.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190722_01360253/new-wind-en-recours-pour-son-permis-eolien

22/07/19 : Encore un nouveau projet éolien en Basse-Meuse: une nouvelle demande de permis vient d’être déposée pour implanter quatre éoliennes
Si tous les projets voient le jour, quarante éoliennes, au moins, pourraient être érigées sur la rive gauche de la Basse-Meuse. Une nouvelle demande de permis vient d’être déposée pour implanter quatre éoliennes au Haut de Froidmont, à Wonck.
Certains diront « ça n’en finit plus ». Une nouvelle demande de permis vient d’être déposée pour implanter quatre éoliennes à Wonck, au lieu-dit « Haut de Froidmont ». Un projet porté par EDF Luminus et qui est peut-être familier à certains. En 2016, EDF Luminus lançait en effet une étude d’incidence pour installer, à cet endroit, sept mâts. On savait que le projet n’avait pas vraiment suscité de grand enthousiasme.
On pensait même qu’il avait été complètement abandonné. La présence de réserves naturelles et d’une faune et flore particulières et préservées avait ainsi mis pas mal de freins. Mais loin d’être abandonné, le projet a finalement été revu à la baisse.
►►L’enquête publique a démarré ce 19 juillet
https://www.sudinfo.be/id131753/article/2019-07-22/encore-un-nouveau-projet-eolien-en-basse-meuse-une-nouvelle-demande-de-permis

20/07/19 : 
New Wind va en recours après le refus du permis pour ses six éoliennes à Genappe
L’absence de cohérence d’implantation et paysagère du projet avaient été pointés.
On le sait, le territoire de Genappe aiguise l’appétit de plusieurs promoteurs éoliens. En vain pour l’instant mais ça continue à bouger en coulisse. Et des affiches jaunes ont à nouveau fleuri en ce mois de juillet du côté de Promelles. Il ne s’agit en réalité pas d’un nouveau projet, mais de l’annonce d’un recours auprès de la Région wallonne introduit par le promoteur namurois New Wind, après qu’il ait essuyé un refus de permis le 23 mai dernier.
Le dossier, visant à construire six éoliennes le long de la RN25 entre le lieu-dit Bruyère-Madame et Promelles, a déjà connu quelques péripéties. Une première demande de permis unique avait été introduite en octobre 2018, mais elle avait été considérée comme incomplète. Finalement, une enquête publique a été réalisée du 20 décembre 2018 au 28 janvier 2019. Mais elle a dû être relancée en mars 2019.
Les collèges de Lasne et de Genappe ont remis un avis défavorable et les fonctionnaires techniques et délégués ont refusé le permis au promoteur le 23 mai. En pointant notamment l’absence de cohérence d’implantation et paysagère du projet par rapport au parc éolien de WindVision, envisagé à 1,5 km de là.
Le refus évoquait aussi l’étude sur le potentiel éolien que veut réaliser la ville de Genappe, suggérant qu’il serait plus adéquat d’attendre les résultats avant de délivrer un permis.
Pas de quoi convaincre le promoteur, qui estime que ces deux motifs ne sont pas justifiés et demandera à la Région de lui accorder le permis.

https://www.dhnet.be/regions/brabant/new-wind-va-en-recours-apres-le-refus-du-permis-pour-ses-six-eoliennes-a-genappe-5d321f8ff20d5a58a839fb8c

19/07/19 : La construction du parc éolien offshore Northwester 2 a débuté en mer du Nord
La construction du parc éolien offshore Nortwester 2 a débuté au large du littoral belge. Le fond marin a en effet été préparé pour l'installation des turbines, indiquent vendredi le développeur de projet Parkwind et le groupe de dragage et d'ingénierie hydraulique Jan De Nul.
Northwester 2 aura une capacité de 219 mégawatts (MW), alimentée par 23 éoliennes. Le parc sera connecté au réseau via la "prise électrique en mer" d'Elia, le gestionnaire du réseau à haute tension. D'ici 2020, la nouvelle installation devrait fournir de l'électricité à environ 220.000 ménages.
Jan De Nul vient de terminer le nivellement du fond marin, en plaçant une couche de roche aux endroits où se trouveront les turbines afin de stabiliser le fond marin. Les fondations seront ensuite placées sur cette couche rocheuse. Les éoliennes seront équipées d'un nouveau concept économique de plateforme-caisson en métal, pour l'accès externe.
Le parc appartient à 70% à Parkwind, une filiale de Colruyt et de la société d'investissement PMV. Les 30% restants sont aux mains du groupe industriel japonais Sumitomo Corporation.
Représentant un investissement de près de 700 millions d'euros, Northwester 2 sera le septième parc éolien belge en mer du Nord et la quatrième de Parkwind. Il sera situé à une cinquantaine de kilomètres au large d'Ostende.
https://trends.levif.be/economie/entreprises/la-construction-du-parc-eolien-offshore-northwester-2-a-debute-en-mer-du-nord/article-normal-1167547.html?cookie_check=1563615951

19/07/19 : Les enjeux environnementaux, économiques et géopolitiques des batteries du futur
C'est une nouvelle découverte de l'UCLouvain dans le domaine énergétique. Des chercheurs ont développé une batterie qui réduit considérablement les risques d'incendie et qui pourrait un jour stocker beaucoup plus d'électricité qu'aujourd'hui en toute sécurité. Une belle avancée technique et scientifique, mais avec de vrais enjeux économiques également.
Les batteries sont aujourd'hui le nerf de la guerre dans plusieurs domaines stratégiques. Mobilité, énergie, objets connectés... mais la question reste la même : comment parvenir à stocker de l'énergie renouvelable ? C'est un enjeu capital pour l'avenir. Des chercheurs de Louvain-la-Neuve viennent de donner un début de réponse.
Quand tout le monde arrive le soir chez soi et allume en même temps la lumière, les centrales électriques, qu'elles soient au gaz ou au nucléaire, produisent plus. L'offre et la demande s'ajustent en temps réel. Mais demain, quand nous dépendrons beaucoup plus des énergies vertes pour avoir de l'électricité, il faudra qu'il y ait du vent dans les éoliennes, du soleil dans les panneaux photovoltaïques, et de l'eau dans les barrages. Cette énergie devra donc être stockée pour l'utiliser au bon moment.
Nouvel or noir
Tout l'enjeu est donc de produire de l'électricité quand la nature le permet, et de parvenir à la stocker. Une opération encore problématique aujourd'hui. C'est la raison pour laquelle tous les géants énergétiques dépensent des budgets parfois colossaux en innovation dans le domaine des batteries. Ils anticipent la diminution (voire la disparition) à long terme du pétrole et la sortie du nucléaire. Pour Geoffroy Hautier, l'un des chercheurs qui a développé ce nouveau matériau dont on parle aujourd'hui, c'est à ce moment-là que nous aurons besoin de batteries. "Si l'on veut passer à l'énergie renouvelable, il va falloir stocker l'énergie. On va devoir passer par là. Aussi, si on veut ne plus avoir d'essence, ne plus utiliser de pétrole, comment va-t-on faire avancer nos voitures sans essence ? Une des options est d'utiliser des batteries, donc d'utiliser l'électricité, transformer les transports", prévoit-il.
En d'autres termes, ces batteries seraient le nouveau pétrole, le nouvel or noir dans le domaine de l'énergie. Cette recherche de l'UCLouvain a d'ailleurs été partiellement financée par Toyota, preuve de l'intérêt des entreprises dans cette innovation.
Bien sûr, les batteries sont déjà essentielles aujourd'hui dans nos smartphones, dans les vélos ou trottinettes électriques, et il y a encore un énorme potentiel à court terme, principalement dans la voiture électrique. C'est ce qui intéresse particulièrement Toyota, ainsi que la plupart des constructeurs automobiles.
Le marché est à la fois énorme et sur le point de s'ouvrir. Les entreprises y voient naturellement une opportunité d'investir et de réaliser un bénéfice à terme sur ces ventes de ces batteries.
La Chine domine
Enfin, ces batteries présentent aussi des enjeux géopolitiques. Actuellement, un rapport de force existe entre ceux qui produisent du pétrole et du gaz, et ceux qui en dépendent. Les batteries sont probablement l'enjeu énergétique de demain, et il se trouve qu'aujourd'hui, presque 90% des batteries sont produites par la Chine.
https://www.rtbf.be/info/economie/detail_les-enjeux-environnementaux-economiques-et-geopolitiques-des-batteries-du-futur?id=10274433

18/07/19 : 2 nouvelles éoliennes dans les parcs d'activité économique de Ghislenghien (reportage)
Ne vous étonnez pas si vous voyez passer des convois exceptionnels du côté de Ghislenghien durant cet été. Ces convois apporteront les éléments permettant la construction de deux nouvelles éoliennes. Elle seront situées sur les parcs d'activité économique Orientis 1 et Orientis 3. Les explications dans cette séquence.
https://www.notele.be/it61-media66198-2-nouvelles-eoliennes-dans-les-parcs-d-activite-economique.html

18/07/19 : Hainaut : Eoliennes à Ghislengien: un financement à trois intercommunales
Quand le Brabant wallon investit 5 % du projet en Hainaut ! Mais l’objectif est de faire en sorte que l’électricité produite à Ghislenghien soit consommée à Ghislenghien.
Les premiers camions arrivent sur le site. Les fondations de l’éolienne ont déjà été réalisées. On ne voit plus que la partie bétonnée censée accueillir les appareils électriques nécessaires au fonctionnement de la machine. On attend désormais les éléments de béton précontraint qui seront superposés avant la pose, vers la mi-septembre, du moyeu et des pales, à 98 mètres de haut !
https://plus.lesoir.be/237321/article/2019-07-18/eoliennes-ghislengien-un-financement-trois-intercommunales

18/07/19 : Bientôt des panneaux solaires flottants au large de nos côtes
Un consortium emmené par Tractebel, Jan De Nul, Deme, Soltech et l'université de Gand veut installer un parc de panneaux flottants en mer du Nord. Le budget du projet se chiffre à quelque 2 millions d'euros.https://www.lecho.be/entreprises/energie/bientot-des-panneaux-solaires-flottants-au-large-de-nos-cotes/10146210.html

17/07/19 : 
Parkwind installe les plus puissantes éoliennes du monde au large de Zeebruges
La société a débuté les travaux de son quatrième parc en mer du Nord. Depuis une semaine, le grand public peut investir dans l’éolien offshore via une coopérative.
Nous avons commencé à préparer l’installation des fondations. » Pieter Marinus, directeur juridique et des relations investisseurs de Parkwind le confirme : les premiers travaux sous-marins pour l’érection du parc éolien Northwester 2 ont bel et bien débuté cette semaine. Regroupant les activités éoliennes offshore du groupe Colruyt, du holding Korys (le véhicule d’investissement privé de la famille Colruyt) et de la société publique flamande d’investissement (PMV), Parkwind est un acteur majeur du secteur : avec ses trois parcs déjà en activité (Belwind, Northwind et Nobelwind), ...
https://plus.lesoir.be/237077/article/2019-07-17/parkwind-installe-les-plus-puissantes-eoliennes-du-monde-au-large-de-zeebruges

16/07/19 : 
Eoliennes : Engie teste un système de protection des chauves-souris
Engie vient d’installer un système de protection des chauves-souris sur une de ses éoliennes. Il s’agit d’un test qui a lieu dans le parc éolien de la commune de Modave, à Liège. Le principe: dissuader les chauves-souris d'aller à la rencontre des éoliennes grâce à des ultra-sons.
Dans le parc éolien de Modave, une des cinq éoliennes se démarque des autres. À son sommet, on aperçoit cinq haut-parleurs à ultra-sons très puissants, un micro et des caméras infrarouges. Le but de ces toutes nouvelles installations: repousser les chauves-souris. Il s'agit d’un système déjà utilisé aux États-Unis, mais du tout premier test de ce genre en Europe.
Dégageant de la chaleur, les éoliennes attirent des insectes, mets de choix des chiroptères. Les parcs éoliens deviennent donc de véritables territoires de chasse pour ces derniers. Le risque d’incident est alors élevé: les chauves-souris peuvent se faire percuter par les pales des éoliennes ou se faire prendre dans des turbulences produites par les vents puissants. En plus d’être des espèces protégées, les chauves-souris se révèlent d'un grand intérêt biologique. Selon Loïc Biot, chef de projet du parc éolien de Modave, il convient donc de les préserver.
Le système de protection actuel, installé sur l’ensemble des parcs, n’est pas adapté. Il prévoit un arrêt des éoliennes à titre préventif durant certaines périodes où les chauves-souris sont particulièrement actives. Cette solution n’est pas efficace: “Parfois nous arrêtons les éoliennes quand il n’y a pas de chauves-souris. Et parfois il y a des chauves-souris et le parc n’est pas arrêté”, explique Loïc Biot. Ce n’est pas idéal, tant au niveau de la protection des chauves-souris que de la production d’énergie verte. “L’objectif du nouveau système mis en place est donc de gérer l’arrêt des éoliennes d’une manière plus dynamique, et qui se base sur la présence réelle des chauves-souris” poursuit le chef de projet.
La nouvelle installation repose sur deux systèmes: la détection des chiroptères par des caméras infrarouges et des micros, et leur effarouchement par des infra-sons. Ces infra-sons forment un bouclier sonore qui les repoussent. Le système se révèle ainsi à la fois positif pour la protection des chauves-souris, mais aussi pour la production d'énergie verte. Les éoliennes ne seront en effet mises à l'arrêt que si c'est réellement nécessaire, ce qui devraient augmenter la production.
Toujours en phase de test, le nouveau système de protection n’a pas encore fait ses preuves. En octobre, en fonction des résultats, Engie prendra la décision d'étendre, ou non, son système d'ultra-sons sur l’ensemble de ses éoliennes.
https://www.rtbf.be/info/regions/liege/detail_eoliennes-engie-teste-un-systeme-de-protection-des-chauves-souris?id=10271823

12/07/19 : 
Modave : mieux protéger les chauves-souris des éoliennes
Engie teste un nouveau système de protection par ultrasons jusque fin octobre, sur une éolienne à Modave. Première en Europe.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190711_01357086/modave-mieux-proteger-les-chauves-souris-des-eoliennes

11/07/19 : Le plan d’Engie-Electrabel pour sauver les chauves-souris
Le groupe énergétique teste sur une éolienne un système de protection par ultrasons.
Concilier développement de l’énergie verte et préservation des espèces, telle est l’ambition d’Engie qui vient de placer ce jeudi un système de protection des chauves-souris par ultrasons sur une éolienne de son parc de Modave. Un test, le premier du genre en Europe - réalisé jusqu’en octobre, qui va permettre à l’entreprise de quantifier l’efficacité du dispositif.
Groupe d’espèces protégées, les chauves-souris sont attirées par les éoliennes, en raison de la chaleur qu’elles dégagent ou des insectes qu’elles attirent. Pour éviter que celles-ci ne soient percutées par les pales des éoliennes, Engie a installé cinq haut-parleurs à ultrasons "pour les repousser par la création d’un bouclier sonore", doublés de caméras infrarouges et d’un micro "pour détecter leur présence", et déclencher une mise à l’arrêt le cas échéant, comme l’explique Stéphane Bronckers, responsable recherche chez Engie Laborelec. Un système précis donc.
Pour l’heure , un système de mise à l’arrêt automatique des éoliennes existe à titre préventif, pendant certaines périodes de l’année, à certaines heures et dans certaines conditions de vent et de température. Un procédé non optimal " puisque l’on constate la présence de chauves-souris en dehors de ces périodes d’arrêt, et la protection n’est pas entière, ou bien l’on remarque l’absence de celles-ci, et la production d’énergie n’est pas idéale. On estime à 1 à 3 % de perte d’énergie".
Avec ce nouveau dispositif, "l’objectif est avant tout de protéger les chauves-souris, mais aussi de maximiser la production d’énergie verte", souligne-t-il. Déjà testé aux États-Unis, il apparaît que les volatiles seraient "70 % mieux protégés". Si le test s’avère positif, "on prévoit de le développer plus largement à d’autres éoliennes" .
https://www.dhnet.be/regions/liege/le-plan-d-engie-electrabel-pour-sauver-les-chauves-souris-5d276dc4f20d5a58a82210f0

09/07/19 : Couvin : «non» unanime pour le Parc Naturel concernant le projet des six éoliennes prévues dans le massif forestier

Lancée il y a tout juste un mois, l’enquête publique concernant le projet d’implantation de six éoliennes au Ry de Rome (Couvin) s’est terminée ce lundi. Une enquête pour laquelle les avis sont divisés aussi bien du côté des citoyens que des groupes politiques. Le Parc Naturel Viroin-Hermeton a, de son côté, rendu un avis défavorable qui pourrait peser lourd dans la décision future des fonctionnaires délégués de la Région.
Ce lundi se terminait officiellement l’enquête publique concernant la future installation de six éoliennes le long de l’E420 au Ry de Rome (Couvin).
Un projet qui a longtemps fait débat au sein de la commune et lors des conseils communaux, puisque plusieurs groupes politiques y sont totalement opposés. C’est le cas du groupe Pep’s et de la majorité CVN/MR-IC qui ne voit pas d’un bon œil l’installation d’éoliennes en plein massif forestier. « Nous sommes pour les projets éoliens mais pas n’importe où. Ici, nous n’y sommes pas favorables, au vu de l’implantation près du Ry de Rome », nous avait d’ailleurs précisé Francis Saulmont (MR-IC), premier échevin.
► Le CA du Parc Naturel a voté unanimement pour un « non »concernant l’implantation des éoliennes
► Même la commune pense voter pour un non, seul écolo est pour le projet
https://www.sudinfo.be/id129522/article/2019-07-09/couvin-non-unanime-pour-le-parc-naturel-concernant-le-projet-des-six-eoliennes

09/07/19 : Projet éolien à Gaurain/Fontenoy : Vous pouvez vous exprimer
La société E-NosVents (Ideta) a introduit une demande de permis unique de classe1 pour installer et exploiter quatre éoliennes à la limite de Gaurain et Fontenoy (à proximité de la sucrerie).
Cette demande concerne aussi l’implantation d’une cabine de tête, l’aménagement de chemins d’accès et la pose de câbles électriques.
Dans ce cadre, une enquête publique a été ouverte et les citoyens ont l’occasion de donner leur avis sur le projet.

https://www.nordeclair.be/410621/article/2019-07-09/projet-eolien-gaurainfontenoyvous-pouvez-vous-exprimer

08/07/19 : Le port d'Ostende fustige un projet de parc éolien français qui pourrait couper des lignes maritimes
Le parc éolien que la France prévoit d’ériger au large de Dunkerque, à la limite des eaux territoriales de la Belgique, se trouve sur les routes maritimes reliant Ostende au Royaume-Uni. C’est en tout cas le constat dressé par le port d’Ostende. Le port risque de ne plus être accessible pour les ferrys à destination ou en provenance de Grande-Bretagne. Les responsables du port ostendais tirent donc la sonnette d’alarme et vont adresser ce lundi un avis juridique aux autorités françaises. "Ce parc éolien risque de mettre à mal les services de ferry que le Royaume-Uni entend relancer à la suite du Brexit", ajoute Dirk Declerck, l’administrateur délégué du Port d’Ostende au journal De Tijd. "Douvres et Ramsgate seront inaccessibles. Si le projet se poursuit, la route maritime classique, utilisée également par les autres navires, sera complètement bloquée."
Un parc de 45 éoliennes à 10 kilomètres des côtes
Les autorités françaises ont accordé le mois dernier au groupe EDF le développement d’un nouveau parc éolien à 10 kilomètres au large de Dunkerque. Ce parc, d’une superficie de 70 kilomètres carrés, se situera à la limite des eaux territoriales belges. Quarante-cinq turbines doivent s’y dresser d’ici 2026. C’est le groupement EDF renouvelables, Innogy et Enbridge qui a été retenu pour la construction et l’exploitation de ce parc qui fournit en électricité 500.000 foyers.
D’autres démarches juridiques pourraient être envisagées
L’administration du port d’Ostende a à plusieurs reprises depuis le début de cette année mis en garde le ministre en charge de la Mer du Nord, Philippe De Backer, et le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. Les autorités belges ont pris contact avec la France mais sans réaction officielle jusqu’ici. "Le fait qu’actuellement aucun service de ferry ne soit opérationnel n’est pas important dans cette affaire", selon le professeur gantois en Droit maritime, Eric Van Hooydonk, qui épaule le port d’Ostende dans ce dossier. "Les Etats côtiers ne peuvent pas exécuter, dans leur zone de 12 milles, de constructions susceptibles d’entraver l’accès des ports de pays voisins. C’est inscrit dans la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, signée par la Belgique et la France notamment." Sans réaction de la part de la France, d’autres démarches juridiques pourraient être envisagées a ajouté l’administrateur délégué du port d’Ostende dans De Tijd.
https://www.rtbf.be/info/monde/detail_le-port-d-ostende-fustige-un-projet-de-parc-eolien-francais-qui-pourrait-couper-des-lignes-maritimes?id=10265901

06/07/19 : Couvin : 
«Visibles de la totalité des randos»
Benjamin Calice et Naturavox dénoncent l’impact paysager du projet, notamment à l’approche de lieux historiques ou touristiques comme le barrage du Ry de Rome, les Roches à Couvin, le Moulin des Bois et l’Ermitage.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190705_01355157/visibles-de-la-totalite-des-randos

06/07/19 : COUVIN : «Le projet éolien ne respecte pas le CoDT»
Ancien échevin couvinois de l’Aménagement du territoire, Benjamin Calice et Naturavox sortent du bois au sujet du projet éolien soumis à enquête.
https://www.lavenir.net/cnt/dmf20190705_01355156/le-projet-eolien-ne-respecte-pas-le-codt

06/07/19 : 
La ville d’Ostende inquiète à propos d’un projet éolien en France
Le parc éolien que la France prévoit d’ériger au large de Dunkerque se trouve sur les routes maritimes reliant Ostende au Royaume-Uni.
La Reine des plages risque de ne plus être accessible pour les ferrys à destination ou en provenance de Grande-Bretagne. Les responsables du port ostendais tirent la sonnette d’alarme et adresseront lundi un avis juridique aux autorités françaises. Sans réaction de la part de la France, d’autres démarches juridiques seront envisagées, a commenté Dirk Declerck, CEO du port d’Ostende dans De Tijd.
«Ce parc éolien risque de mettre à mal les services de ferry que le Royaume-Uni entend relancer à la suite du Brexit», ajoute M. Declerck. «Douvres et Ramsgate seront inaccessibles. Si le projet se poursuit, la route maritime classique, utilisée également par les autres navires, sera complètement bloquée.»
Les autorités françaises ont accordé le mois dernier au groupe EDF le développement d’un nouveau parc éolien à 10 kilomètres au large de Dunkerque. Ce parc, d’une superficie de 70 kilomètres carrés, se situe à la limite des eaux territoriales belges. Quarante-cinq turbines doivent s’y dresser d’ici 2026.
L’administration du port d’Ostende a à plusieurs reprises depuis le début de cette année mis en garde le ministre en charge de la Mer du nord, Philippe De Backer, et le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. Les autorités belges ont pris contact avec la France mais sans réaction officielle jusqu’ici.
Le fait qu’actuellement aucun service de ferry ne soit opérationnel n’est pas important dans cette affaire, selon le professeur gantois en Droit maritime, Eric Van Hooydonk, qui épaule le port d’Ostende dans ce dossier. «Les Etats côtiers ne peuvent pas exécuter, dans leur zone de 12 milles, de constructions susceptibles d’entraver l’accès des ports de pays voisins. C’est inscrit dans la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, signée par la Belgique et la France notamment.»
https://www.sudinfo.be/id128948/article/2019-07-06/la-ville-dostende-inquiete-propos-dun-projet-eolien-en-france

06/07/19 : 
Ostende s’inquiète d’un projet éolien en France
L’administration du port d’Ostende a à plusieurs reprises depuis le début de cette année mis en garde le ministre en charge de la Mer du nord, Philippe De Backer, et le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders.
Le parc éolien que la France prévoit d’ériger au large de Dunkerque se trouve sur les routes maritimes reliant Ostende au Royaume-Uni. La Reine des plages risque de ne plus être accessible pour les ferrys à destination ou en provenance de Grande-Bretagne. Les responsables du port ostendais tirent la sonnette d’alarme et adresseront lundi un avis juridique aux autorités françaises. Sans réaction de la part de la France, d’autres démarches juridiques seront envisagées, a commenté Dirk Declerck, CEO du port d’Ostende dans De Tijd.
«Ce parc éolien risque de mettre à mal les services de ferry que le Royaume-Uni entend relancer à la suite du Brexit», ajoute M. Declerck. «Douvres et Ramsgate seront inaccessibles. Si le projet se poursuit, la route maritime classique, utilisée également par les autres navires, sera complètement bloquée.»
Pas de réaction française
Les autorités françaises ont accordé le mois dernier au groupe EDF le développement d’un nouveau parc éolien à 10 kilomètres au large de Dunkerque. Ce parc, d’une superficie de 70 kilomètres carrés, se situe à la limite des eaux territoriales belges. Quarante-cinq turbines doivent s’y dresser d’ici 2026.
L’administration du port d’Ostende a à plusieurs reprises depuis le début de cette année mis en garde le ministre en charge de la Mer du nord, Philippe De Backer, et le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. Les autorités belges ont pris contact avec la France mais sans réaction officielle jusqu’ici.
Le fait qu’actuellement aucun service de ferry ne soit opérationnel n’est pas important dans cette affaire, selon le professeur gantois en Droit maritime, Eric Van Hooydonk, qui épaule le port d’Ostende dans ce dossier. «Les Etats côtiers ne peuvent pas exécuter, dans leur zone de 12 milles, de constructions susceptibles d’entraver l’accès des ports de pays voisins. C’est inscrit dans la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, signée par la Belgique et la France notamment.»
https://www.lesoir.be/235040/article/2019-07-06/ostende-sinquiete-dun-projet-eolien-en-france

03/07/19 : 
Hacquegnies : Eoly revoit sa copie !
La filiale verte du groupe Colruyt sollicite un nouveau permis pour exploiter trois et non plus quatre éoliennes le long de l’A8.
En 2015, Eoly, la filiale verte du groupe Colruyt, avait introduit une première demande de permis pour implanter quatre éoliennes le long de l’autoroute A8, à Hacquegnies, dans l’entité de Frasnes-lez-Anvaing.
Suite à l’octroi d’un permis unique en 2017, ce projet éolien avait provoqué un vent de protestation parmi de nombreux riverains regroupés au sein du collectif Non merci.
À l’époque, des recours furent introduits devant le Conseil d’État, ce qui a contraint Eoly à revoir sa copie en tenant compte des griefs formulés par la population.
Le producteur d’énergie durable dépendant de Colruyt vient de solliciter l’obtention d’un nouveau permis pour la création d’un parc éolien qui, cette fois, ne comporterait plus que trois mâts d’une hauteur de 150 m, toujours en bordure du réseau autoroutier, dans une zone réputée fort venteuse.
L’éolienne supprimée est celle qui était pressentie à proximité du château d’Anvaing. Deux autres éoliennes demeureraient à leur emplacement initial tandis que la 3e se rapprocherait un peu plus de l’A8 Tournai - Bruxelles.
Avec ce projet revu et corrigé, les responsables du groupe Colruy estiment répondre au cadre légal en termes de distance avec les zones d’habitat (600 m) mais aussi de hauteur des pylônes. Seule une maison entourée de grands arbres fait exception mais pour son propriétaire, c’est largement suffisant pour s’en indigner et s’y opposer.
Toujours est-il que les protestataires n’ont pas changé d’avis et qu’ils sont toujours contre le projet d’Eoly dans sa nouvelle mouture. Ces derniers pressent désormais le collège communal de prendre position.
Signalons encore que si ce projet sort de terre, l’exploitation d’une des trois éoliennes sera du ressort de la coopérative Eoly. Celle-ci proposera en priorité aux Frasnois de devenir actionnaires et d’acquérir des parts d’une valeur approximative de 260 €.

Le collège communal de Malmedy a remis un avis, certes consultatif, défavorable sur le vaste projet de 11 éoliennes en bordure d’autoroute, à Cronchamps. Si le site se trouve entièrement sur la commune voisine de Stavelot, il y aura un impact bien au-delà.
Le collège communal de Malmedy a remis son avis, consultatif, sur le vaste projet de 11 éoliennes en bordure d’autoroute, à Cronchamps, entièrement sur le territoire de la commune voisine de Stavelot, mais ...
https://verviers.lameuse.be/408087/article/2019-07-02/malmedy-dit-non-aux-eoliennes-de-cronchamps

01/07/19 : Sivry : extension du parc éolien
Récemment, la société EDP Renewables a présenté aux riverains concernés son avant-projet d’implantation d’une éolienne supplémentaire dans le parc de Sivry 1, actuellement en cours de construction. Cette extension s’inscrit dans la politique de production d’énergie renouvelable de la commune de Sivry-Rance.
Le but de cette présentation était de recueillir les remarques et/ou suggestions qui alimenteront l’Etude d’Incidences sur l’Environnement.
Les riverains ont jusqu’au 9 juillet 2019 pour envoyer leurs remarques et/ou suggestions par courrier à l’administration communale de Sivry-Rance, avec copie à EDPR. Ces dernières seront intégrées à l’Etude des Incidences sur l’Environnement, réalisée par le bureau d’étude agréé et indépendant CSD.

https://www.telesambre.be/sivry-extension-du-parc-eolien

01/07/19 : 
Non aux éoliennes à Rebecq ? Pas pour tout le monde !
BRABANT WALLON - Luc Schoukens, conseiller communal d’Ittre, pense que l’installation d’éoliennes serait une bonne chose.
Il y a quelques mois, la firme Engie Electrabel lançait une procédure en vue d’installer trois éoliennes sur le territoire de Rebecq, le long de l’autoroute E429. Rapidement, quelques voix se sont élevées contre ce projet, pointant des problèmes au niveau de sa localisation mais également les nuisances que les éoliennes pourraient causer aux riverains.
Et si beaucoup de personnes semblent opposées au projet, Luc Schoukens, conseiller communal… d’Ittre, pense que c’est une bonne chose. "À Ittre, nous avons créé une coopérative citoyenne Energ’ittre qui s’y attelle et la commune a approuvé un plan climat-énergie, explique-t-il. Il se fait que dans l’étude du plan énergie-climat d’Ittre il est apparu que nous n’allions pas arriver à 40 % de réduction de CO2 sans l’éolien."
Bien évidemment, le conseiller ittrois comprend les réticences de certains Rebecquois. "De manière générale, les gens sont très méfiants avant l’installation des éoliennes et le vivent assez facilement une fois celles-ci installées. J’ai eu le témoignage de l’écoconseillère de la commune de Marbais. Un parc éolien de six machines était installé, il y a eu une demande d’extension de ce parc avec trois machines. Résultat de l’enquête publique : une réclamation !"
Pour Luc Schoukens, il ne faut pas se battre contre un projet mais pour en faire un projet participatif et intéressant pour tout le monde. "Se battre pour un projet a tellement plus de sens qu’aller à contre-courant des urgences climatiques. Négocier un parc éolien à dimension correcte, 2,5 MW par éolienne, avec une implication de la commune et des citoyens, et un retour financier pour tous les intervenants, me semble très adéquat ", conclut-il.
Reste qu’en tant qu’Ittrois il n’est pas directement impacté par l’arrivée de ces futures éoliennes, même si "les infos réunies m’ont permis de dire que je voulais bien une éolienne dans mon jardin".