Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

Auvergne-Rhône-Alpes (III) (du 09/01/2019 au ...)

Auvergne-Rhône-Alpes



Voir les articles précédents sur "Auvergne-Rhône-Alpes" (I) et (II)





17/07/19 : Ardèche :  Saint-Étienne-de-Lugdarès : 
Montagne ardéchoise : investir dans l'éolien 😡
Le renouvellement de 12 des 14 éoliennes de Cham Longe sur la montagne ardéchoise va bénéficier d'un financement participatif. Les habitants d'Ardèche, de Haute-Loire et de Lozère peuvent investir dans ce chantier.
La société Boralex va procéder au remplacement de 12 des 14 éoliennes de Cham Longe sur les communes de Saint-Etienne-de-Lugdarès et Astet. Après quinze ans de service, il est préférable de les changer.
De nouvelles éoliennes plus efficaces
Selon l'entreprise qui organise le financement participatif, il reviendrait plus cher d'organiser la maintenance des anciennes éoliennes plutôt que d'investir dans de nouvelles, plus performantes. Le parc éolien de Cham Longe produit 22,6 mégawatt. Avec le même nombre d'éoliennes renouvelées, il produira 39,95 mégawatt. Par ailleurs le climat rude de la montagne ardéchoise use plus rapidement qu'ailleurs les machines.
Investir de 10 à 10.000 euros
Le projet de renouvellement coûte 40 millions d'euros. L'entreprise Boralex a décidé de faire participer les habitants du département, l'Ardèche et des deux départements voisins, la Haute-Loire et la Lozère. Les habitants de la communauté de communes de la montagne ardéchoise pourront investir jusqu'à 10.000 euros dans le projet. Les autres peuvent investir jusqu'à 5.000 euros. Le seuil minimum est fixé à 10 €. Au total, 450.000 € sont ouverts à l'investissement des particuliers. Selon plusieurs sources, cet investissement peut rapporter jusqu'à 5% sur trois ans.
https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/montagne-ardechoise-investir-dans-l-eolien-1563281211

14/07/19 : Rhône : Vauxrenard : face aux différentes oppositions, le projet éolien tombe à l’eau
Face à la montée en puissance de l’opposition à l’idée d’implantation d’éoliennes sur les crêtes des collines de Vauxrenard, la société privée Renexwabel energy system (RES) abandonne le projet.
https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-villefranche-et-beaujolais/2019/07/14/face-aux-differentes-oppositions-le-projet-eolien-tombe-a-l-eau


12/07/19 : Loire : La justice balaie le projet d’implantation de neuf éoliennes à Cherier et la Tuilière
Le tribunal administratif de Lyon a rejeté le recours de la société Monts de la Madeleine énergie au motif qu’elle avait mal évalué l’impact du projet sur les populations de chauve-souris.
https://www.leprogres.fr/loire-42-edition-roanne-roannais/2019/07/12/la-justice-balaie-le-projet-d-implantation-de-neuf-eoliennes

11/07/19 : Loire : La justice enterre le projet d’implantation de neuf éoliennes à Cherier et La Tuilière
Dans un arrêté pris le 18 octobre 2017, le préfet de la Loire refusait d’accorder l’autorisation d’exploiter à la société Monts de la Madeleine énergie pour l’implantation de neuf éoliennes à Cherier et La Tuilière.
Cette société avait engagé un recours contre cet arrêté et sollicitait l’octroi de cette autorisation, sans laquelle le projet ne pourra pas voir le jour. Mais ce recours a été rejeté dans une décision du tribunal administratif de Lyon qui vient d’être communiquée aux différentes parties.
La société fera-t-elle appel ?
Le projet ne verra donc pas le jour, à moins que la société poursuive le combat judiciaire en faisant appel de cette décision.
Ce projet avait soulevé de vives oppositions sur le territoire, de la part d’habitants réunis au sein de l’association Bien vivre au Pays d’Urfé et d’élus qui craignaient que certaines éoliennes ne déstabilisent la ressource en eau du secteur.
https://www.leprogres.fr/loire-42-edition-roanne-roannais/2019/07/11/la-justice-enterre-le-projet-d-implantation-de-9-eoliennes


30/06/19 : Ain : MONTRÉAL-LA-CLUSE - Près de 150 000 euros pour rénover le Grand pont
Extrait : 
Des travaux d’élagage dans la rue du Grand pont
Durant plusieurs semaines, dans le cadre de la réalisation du parc éolien d’Apremont, il a été procédé sur plusieurs kilomètres de voies communales à la pose de câbles souterrains pour acheminer le courant électrique depuis le site précité au poste source haute tension de la Cluse (rue des Narcisses). Ce chantier vient de se terminer sur la commune.
Pour amener les structures des éoliennes actuellement entreposées à Saint-Martin-du-Fresne, une route a été réalisée dans la forêt de Martignat. Pour permettre cet acheminement, mercredi 26 juin, les services de l’Office national des forêts ont effectué l’élagage de certaines branches des arbres rue du Grand Pont. Pour faire passer de tels volumes, le passage doit en effet être net, des panneaux signalétiques ont été aussi enlevés.
https://www.leprogres.fr/ain-01-edition-oyonnax-et-haut-bugey/2019/06/28/pres-de-150-000-euros-pour-renover-le-grand-pont


07/06/19 : AIN : Eoliennes : Thézillieu dépose un nouveau recours devant le Conseil d’Etat
En juillet 2012, déjà, le Conseil d’Etat avait débouté la commune de Thézillieu qui contestait le projet d’implantation de huit éoliennes, dans la forêt de la Ravière, sur les hauteurs de Virieu-le-Grand, Armix et Prémillieu.
Avec « le mérite de la constance », selon le rapporteur public, la commune présentait ce jeudi un nouveau recours devant le Conseil d’Etat, arguant du fait que les permis de construire avaient été, depuis sa première action, transmis à d’autres opérateurs.
Le projet d'un parc éolien dans la forêt de la Ravière remonte à 2001. Il s’agissait alors d’implanter six à huit machines de 1,5 MW, soit un investissement d’environ 18 millions d’euros. Le projet avait obtenu la validation du préfet en 2006. 
https://www.leprogres.fr/ain-01/2019/06/07/eoliennes-thezillieu-depose-un-nouveau-recours-devant-le-conseil-d-etat


28/05/19Projet éolien des communes de Courçais et Viplaix (Allier) : le Conseil d'Etat demande un complément d'enquête
Le Conseil d’Etat a décidé, ce lundi, qu’un nouvel avis doit être porté à l’information du public, concernant le projet d'implantation de six éoliennes et deux postes de livraison sur le territoire des communes de Courçais et Viplaix dans l'Allier.
Le Conseil d’Etat a annulé, ce lundi 27 mai, l’arrêt de la cour administrative d’appel de Lyon. En mars 2018, elle avait mis fin aux permis de construire six éoliennes et deux postes de livraison sur le territoire des communes de Courçais et Viplaix dans l'Allier.
Cette décision ne rebat pas totalement les cartes mais va donner lieu à un complément d’enquête. En annulant ces autorisations, suite à la requête de l’association S’en naît trop, les magistrats lyonnais avaient noté que « le préfet de région était à la fois l’auteur de l’avis rendu en qualité d’autorité environnementale et l’autorité compétente qui avait délivré les permis », ce qui ne garantissait pas « l’objectivité de la décision ».
Le rappel des faits
En janvier 2012, huit arrêtés avaient été délivrés par le préfet de la région Auvergne accordant à la société MSE La Tombelle des permis de construire pour l'implantation de six éoliennes et deux postes de livraison sur le territoire des communes de Courçais et Viplaix.
Après plusieurs allers-retours devant les tribunaux, la cour administrative d’appel de Lyon avait fini par annuler les permis de construire le 13 mars 2018. Mais c’était compter sans l’alliance entre le ministère de la cohésion des territoires et la société qui porte le projet.
Le 5 mai dernier, ils s'étaient présentés devant le Conseil d’Etat à Paris pour demander la réouverture du dossier, voire l’intervention au fond de la plus haute juridiction pour rétablir ces autorisations.
Cinq choses à retenir sur les projets éoliens dans l'Allier
Ce que dit le conseil d'Etat
Saisi par le ministre de la Cohésion des Territoires et la société MSE La Tombelle, le conseil d’Etat s’appuie, lui, sur l’article L 600-5-1 du code de l’urbanisme, pour annuler l'arrêt de la cour administrative d'appel de Lyon.
Les magistrats parisiens estiment en effet que « le vice ayant entraîné l’illégalité de l’acte est susceptible d’être légalisé » et qu’il est, par conséquent, possible de surseoir à statuer.
Le conseil d’Etat décide donc qu’un nouvel avis doit être porté à l’information du public. « Si cet avis de l’autorité environnementale diffère substantiellement de celui qui a été porté à la connaissance du public à l’occasion de l’enquête concernant la construction des six éoliennes, alors une nouvelle enquête publique devra être organisée ».
Projet d'éoliennes à Biozat (Allier) : le Conseil d'Etat annule l'interdiction de construction
Ces mesures de régularisation devront être transmises au conseil d’Etat dans un délai de 3 mois ou de 6 mois si une nouvelle enquête publique s’avère nécessaire.
https://www.lamontagne.fr/courcais-03370/actualites/projet-eolien-des-communes-de-courcais-et-viplaix-allier-le-conseil-d-etat-demande-un-complement-d-enquete_13571549/

24/05/19AIN : Haut-Bugey : cinq éoliennes en service en fin d’année
Lancé en 2007, le projet de création d’un parc éolien sur la commune d’Apremont est en cours d’achèvement. Les travaux de fondation sont bientôt achevés et les pales devraient être installées à l’automne. Les cinq éoliennes pourraient ainsi entrer en service au mois de décembre.
Une aubaine pour le maire de la commune Jean-Pierre Girard qui espère un gain de 50 000€ annuel.
Invités ce samedi après-midi à découvrir le site d’implantation, actuellement en chantier, les habitants de la commune se sont montrés également enthousiastes. « Je préfère voir cette énergie renouvelable que des mines de charbon » a ainsi lancé un riverain. A Apremont, le vent souffle dans la direction des éoliennes.
https://www.leprogres.fr/ain-01-edition-oyonnax-et-haut-bugey/2019/05/24/maladie-d-alzheimer-un-hopital-de-jour-vient-d-ouvrir-a-oyonnax?fbclid=IwAR3zxc7fgrh-YsyxnSY43m1vlbQtAxvIrGao0dwLFo4iwWPLy4XjoXMQeu4

24/05/19Projet d'éoliennes à Biozat (Allier) : le Conseil d'Etat annule l'interdiction de construction
Le Conseil d'Etat vient d'annuler l'arrêt de la cour d'appel de Lyon qui avait confirmé l'annulation du permis de construire de six éoliennes à Biozat, décidée par le tribunal administratif de Clermont-Ferrand en 2016.
En 2011, l'implantation de six éoliennes par la société Volkswind à Biozat avait soulevé un vent de contestation, soutenu par l'association Biozat environnement et des particuliers qui avaient lancé un recours en justice. En mai 2016, le tribunal administratif de Clermont-Ferrand leur avait donné raison en annulant le permis de construire. Les magistrats auvergnats se sont appuyés sur un article du code de l'environnement qui prend en compte notamment les capacités financières du porteur de projet. Celles de la SAS Ferme de Biozat ont été jugées trop faibles.
Saisie par le ministre de la Transition écologique et solidaire, la cour administrative d'appel de Lyon a confirmé la décision du tribunal de Clermont-Ferrand en juillet 2018.
Les critères financiers
Mais, ce mercredi 22 mai, le même ministère a tenté d'inverser la décision devant le Conseil d'Etat. Le rapporteur public a rappelé que la législation concernant les autorisations d'exploiter des éoliennes avait été reconsidérée et notamment les critères financiers. Le Conseil d'Etat a surtout précisé que ce nouveau texte était entré en vigueur avant l'arrêt de la cour d'appel. C'est pourquoi il a demandé l'annulation de cet arrêt et le renvoi de la requête du ministre devant la même cour.
Un "coup d'épée dans l'eau"
Pierre-Marie Petit, qui fut le président de Biozat environnement (association dissoute depuis) n'est pas trop inquiet.« Le développeur a jeté l'éponge (*), c'est un coup d'épée dans l'eau pour le ministère, car il faudrait tout reprendre à zéro. Quand le ministère perd, il fait systématiquement appel, souligne-t-il. Il n'y a plus aucun intérêt à venir s'implanter à Biozat pour Volkswind qui a été racheté par un groupe Suisse côté en bourse. Biozat est un bien trop petit dossier. Ça ne tient pas debout, c'est beaucoup d'énergie et d'argent perdus. »
(*) Le développeur, la société Volkswind, avait fait appel de la décision du tribunal administratif de Clermont-Ferrand en date du 5 août 2016. Mais a, par la suite, renoncé à cette action en justice, ainsi qu’au projet d’implantation. Le projet était donc abandonné. 
https://www.lamontagne.fr/biozat-03800/actualites/projet-d-eoliennes-a-biozat-allier-le-conseil-d-etat-annule-l-interdiction-de-construction_13569024/

22/05/19Le tribunal administratif de Lyon valide deux parcs d'éoliennes
Saisi sur les permis de construire de deux parcs éoliens dans le département de la Loire, le tribunal administratif de Lyon a rejeté les recours.
Le tribunal administratif de Lyon a été saisi sur les permis de construire de deux parcs éoliens dans le département de la Loire, par l'association Vent du Haut-Forez qui s'oppose "à l'industrialisation des montagnes", ainsi que des communes concernées par les projets.
Le premier, avec cinq éoliennes, un poste de livraison, un local technique et un mât de mesure, est prévu sur la crête du grand Caire, sur les communes de La Chamba, de La Côte-en-Couzan et de Saint-Jean-la-Vêtre. Le second avec dix éoliennes, deux postes de livraison et un mât de mesure doit voir le jour sur les monts de La Madeleine à La Tulière et Chérier. L'ensemble des recours ont été rejetés.
Le tribunal administratif de Lyon indique que le jugement porte uniquement sur les permis de construire "sur la conformité des projections de construction aux seules règles d'urbanisme" et que "la réalisation de ces projets nécessitait plusieurs autorisations différentes". Pour celui du grand Caire, le tribunal explique que : "la visibilité des éoliennes demeure modérée, compte tenu de la couverture arborée importante et du relief mouvementé, qui limitent les zones de visibilité potentielle. Il a donc estimé que l’impact visuel des projets n’était pas tel qu’il puisse être regardé comme portant manifestement atteinte au paysage naturel [...] l’étude d’impact avait suffisamment évalué l’incidence des projets sur la faune, la flore et la ressource en eau".
Pour celui de La Madeleine : "l’essentiel des difficultés concernait l’impact visuel du projet. Le patrimoine bâti et le paysage naturel du site présentent en effet un intérêt certain, notamment compte tenu de la présence du site des Cornes d’Urfé et du Château d’Urfé. Le tribunal a toutefois constaté que, au vu du lieu d’implantation des éoliennes, qui ne sont pas à proximité immédiate, mais utilisent le relief pour limiter leur visibilité et leur émergence, l’impact visuel demeurait maîtrisé, sans porter une atteinte manifeste à ce site". Il conclut également sur l'absence de conséquences notables sur les zones naturelles protégées, la faune, la flore et l'eau.
https://www.lyoncapitale.fr/actualite/le-tribunal-administratif-de-lyon-valide-deux-parcs-d-eoliennes/

22/05/19 : Loire : Lyon : les recours déposés contre deux parcs éoliens de la Loire rejetés par le tribunal administratif
Les demandes des opposants à deux projets de parcs éoliens de la Loire ont été rejetées le 21 mai par le tribunal administratif de Lyon. Les recours dirigés contre les permis de construire du parc de la crête du Grand Caire et celui des monts de la Madeleine ont été rejetés.
La réalisation de ces deux parcs éoliens nécessitent différentes autorisations comme des autorisations de défrichement, des permis de construire ou encore des autorisations relevant de la protection de la nature. Les jugements que vient de rendre le tribunal administratif de Lyon portent uniquement sur les permis de construire, c’est-à-dire sur la conformité des projets de construction aux seules règles d’urbanisme.
Des associations vent debout contre l'éolien
Pour le projet de parc éolien de la crête du grand Caire, dans les communes de La Chamba, de La Côte-en-Couzan et de Saint-Jean-la-Vêtre, trois permis de construire étaient contestés. Par trois arrêtés du 3 mai 2016, le préfet de la Loire a délivré des permis de construire à la SAS Monts du Forez Energie pour la réalisation de ce parc éolien.
Les permis autorisaient la construction de cinq éoliennes, d’un poste de livraison, d’un local technique et d’un mât de mesure. Le premier permis porte sur la construction d’un poste de livraison, d’un local technique et d’un mât de mesure, au lieu-dit Col de la Loge sur le territoire de la commune de La Chamba. Le deuxième porte sur la construction d’une éolienne, au lieu-dit Sagne Crose sur le territoire de la commune de La Côteen-Couzan. Le troisième porte sur la construction de quatre éoliennes, au lieu-dit Le Grand Caire sur le territoire de la commune de Saint-Jean-la-Vêtre.
L'association Vent du Haut-Forez et les communes de Chalmazel-Jeansagnière, de La Chamba, de La Côte-en-Couzan et de Saint-Didier-sur-Rochefort ont demandé l'annulation des permis.
Pour le parc éolien du grand Caire, la justice administrative a estimé que l’impact visuel des projets ne portait pas manifestement atteinte au paysage. Comme l'étude d'impact effectuée précédemment, le tribunal a estimé que "la visibilité des éoliennes demeure modérée, compte tenu de la couverture arborée importante et du relief mouvementé". Le projet se situe sur un site occupé essentiellement par la forêt, situé entre 1 000 et plus de 1 300 m d’altitude.
L'association Vent du Haut-Forez n'est pas la seule à se battre contre l'éolien dans le département de la Loire. Dans le pays d'Urfé, une association est également entrée en action contre un projet de parc éolien.
Eoliennes : un projet à proximité du château d'Urfé
Concernant le parc éolien prévu sur les monts de La Madeleine, dans les communes de La Tuilière et de Chérier, ce sont deux permis de construire qui sont contestés.
Par deux arrêtés du 31 mai 2016, le préfet de la Loire a délivré des permis de construire à la SAS Monts de la Madeleine Energie pour la réalisation de ce parc éolien. Le premier porte sur l’implantation de cinq éoliennes et un poste de livraison sur un terrain de la commune de La Tuilière. Le deuxième porte sur la construction de quatre éoliennes, un poste de livraison et un mât de mesure sur un terrain situé sur le territoire de la commune de Chérier.
Parmi les plaignants, l'association "Bien vivre en pays d’Urfé" demande l’annulation de ces permis de construire délivrés le 31 mai 2016.
En cause dans ce dossier : l’impact visuel du projet de parc éolien. Un projet prévu à proximité du Château d’Urfé et du site des Cornes d'Urfé.
Mais pour le tribunal administratif de Lyon, l’impact visuel demeurait maîtrisé, sans porter une atteinte manifeste à ce site. Le futur parc ne se trouvant pas dans une proximité immédiate; le lieu d’implantation des éoliennes utilisant le relief pour limiter leur visibilité. Pour la justice administrative, "l’implantation des éoliennes en litige n’emportera qu’un impact visuel limité et concordant avec les lignes de fuites soulignant la continuité du relief au-delà des lignes de crêtes."
Le projet ne comportait pas de "conséquences notables sur des zones naturelles protégées, pas davantage que sur la faune et la flore ou que sur l'eau".
Pour ces deux décisions, l'audience s'est déroulée le 7 mai dernier et les décisions rendues publiques le 21 mai. 
https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/loire/lyon-recours-deposes-contre-deux-parcs-eoliens-loire-rejetes-tribunal-administratif-1673699.html

12/05/19 : Rhône : Et si vous investissiez dans des éoliennes à Joux ?😡
A partir du 16 mai, les habitants de la Loire et du Rhône pourront investir dans le parc éolien des Monts d'Eole, situé sur le territoire des communes de Joux, Machézal et Saint-Cyr-de-Valorges. Il est ainsi proposé aux citoyens de contribuer au financement participatif du projet à hauteur de 100 000 €, sur la plateforme Enerfip, avec un taux d’intérêt attractif, et un minimum d'investissement de 10 €. Afin de répondre aux questions des habitants à propos du financement participatif, un apéritif d’information animé par RES et Enerfip sera organisé le 15 mai à partir de 18h à la salle des fêtes de St-Cyr-de-Valorges. Des permanences d’investissement auront également lieu de 15h à 20h, le jeudi 16 mai à St-Cyr-de-Valorges et Machézal, et le vendredi 17 mai à Joux et Violay.
L’OBJECTIF À ATTEINDRE EST DE 100 000 €.
L’opération est mise en place par Enerfip, une plateforme dédiée uniquement au financement de projets de transition énergétique.
Un investissement réservé aux habitants de la région
RES, société spécialisée dans la prospection, le développement, le financement, la construction et l’exploitation de parcs éoliens et de centrales solaires sur tout le territoire français depuis plus de 30 ans, développe ce projet en partenariat avec la société EnR du Forez, acteur local. Ils se sont engagés à ouvrir une part substantielle du projet au bénéfice des citoyens locaux.
Les habitants des communes du projet seront prioritaires, et pourront investir à partir du 16 mai. A partir du 5 juin, les habitants de la communauté d'agglomération de l’Ouest Rhodanien (C-OR) et des deux communautés de communes du Pays entre Loire et Rhône (COPLER) et de Forez Est pourront investir à leur tour. Enfin, la collecte s’ouvrira aux habitants des départements de la Loire et du Rhône le 20 juin.
L’objectif à atteindre est de 100 000 €. Avec un minimum d’investissement fixé à 10 €, chacun pourra s’il le souhaite participer à la transition énergétique de son lieu de vie.
Un parc de 6 à 8 éoliennes
Le parc éolien des Monts d’Eole est un projet actuellement en phase d'étude, situé sur le territoire des communes de Joux (69), Machézal et Saint-Cyr-de-Valorges (42). A cheval sur les départements du Rhône et de la Loire, il l’est aussi sur la communauté d'agglomération de l’Ouest Rhodanien (C-OR) et les deux communautés de communes du Pays entre Loire et Rhône (COPLER) et de Forez Est. Le territoire accompagne le développement de ce projet porté par la société Les Eoliennes entre Loire et Rhône (EELR). Cette société dédiée au projet des Monts d’Eole est détenue par la société EnR du Forez, acteur local, et la société RES.
Suite aux premiers retours des expertises (environnementale, paysagère et acoustique) et aux premières informations transmises par les acteurs du territoire rencontrés par RES, deux zones d’études ont pu être mises en évidence, au Nord-Est et au Sud-Est de Saint-Cyr-de-Valorges. Si l’implantation exacte n’est pas encore connue, il est déjà certain que la zone nord présente un potentiel d’implantation de 5 éoliennes, alors que la zone sud pourrait en accueillir 3.
Les études sont toujours en cours et les demandes d’autorisation seront déposées d’ici l’été 2019. Une fois obtenues, les travaux pourront démarrer en 2021 pour une mise en service du parc à l’horizon 2022.
Pour en savoir plus sur le projet : https://enerfip.fr/placer-son-argent/investissement-eolien/les-monts-d-eole/
https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-tarare/2019/05/12/et-si-vous-investissiez-dans-des-eoliennes-a-joux

10/05/19Loire/Rhône : un projet éolien ouvert au financement participatif
A partir du 16 mai, des habitants pourront investir leur épargne à un taux très attractif dans le futur parc éolien porté par les communes de Joux (69), Machézal, Saint-Cyr-de-Valorges et Violay. Ils pourront ainsi bénéficier des retombées économiques du projet, tout en choisissant où va leur argent et à quoi il va servir.
RES, société spécialisée dans la prospection, le développement, le financement, la construction et l’exploitation de parcs éoliens et de centrales solaires sur tout le territoire français depuis plus de 30 ans, développe ce projet en partenariat avec la société EnR du Forez, acteur local. Ils se sont engagés à ouvrir une part substantielle du projet au bénéfice des citoyens locaux. Les habitants des communes du projet seront prioritaires, et pourront investir à partir du 16 mai. A partir du 5 juin, les habitants de la communauté d'agglomération de l’Ouest Rhodanien (C-OR) et des deux communautés de communes du Pays entre Loire et Rhône (COPLER) et de Forez Est pourront investir à leur tour. Enfin, la collecte s’ouvrira aux habitants des départements de la Loire et du Rhône le 20 juin. L’objectif à atteindre est de 100 000 €. Avec un minimum d’investissement fixé à 10 €, chacun pourra s’il le souhaite participer à la transition énergétique de son lieu de vie.
Un parc de 6 à 8 éoliennes
Le parc éolien des Monts d’Eole est un projet actuellement en phase d'étude, situé sur le territoire des communes de Joux (69), Machézal et Saint-Cyr-de-Valorges. A cheval sur les départements du Rhône et de la Loire, il l’est aussi sur la communauté d'agglomération de l’Ouest Rhodanien (C-OR) et les deux communautés de communes du Pays entre Loire et Rhône (COPLER) et de Forez Est. Le territoire accompagne le développement de ce projet porté par la société Les Eoliennes entre Loire et Rhône (EELR). Cette société dédiée au projet des Monts d’Eole est détenue par la société EnR du Forez, acteur local, et la société RES. Suite aux premiers retours des expertises (environnementale, paysagère et acoustique) et aux premières informations transmises par les acteurs du territoire rencontrés par RES, deux zones d’études ont pu être mises en évidence, au Nord-Est et au Sud-Est de Saint-Cyr-de-Valorges. Si l’implantation exacte n’est pas encore connue, il est déjà certain que la zone nord présente un potentiel d’implantation de 5 éoliennes, alors que la zone sud pourrait en accueillir 3. Les études sont toujours en cours et les demandes d’autorisation seront déposées d’ici l’été 2019. Une fois obtenues, les travaux pourront démarrer en 2021 pour une mise en service du parc à l’horizon 2022.
EN SAVOIR +

07/05/19 : Allier : Les habitants de Quinssaines en colère : les retombées financières du parc éolien bénéficient surtout à Montluçon Communauté
Le parc éolien de Quinssaines, à côté de Montluçon, a vu le jour en 2017 grâce aux élus de la commune. Problème, les retombées financières bénéficient principalement à Montluçon Communauté. Des habitants ont évoqué l'idée de lancer une pétition.
La première réunion de quartier de l'année, organisée par la municipalité de Quinssaines, a réuni, vendredi soir, une quarantaine d'habitants de la commune. La plupart a fait part de son mécontentement à propos des retombées financières des éoliennes du plateau de Savernat, mises en service fin 2016. 
Pourquoi ce mécontentement ?
Parce que ce parc a vu le jour grâce à l'investissement des élus locaux et qu'au final les retombées économiques bénéficient aujourd'hui principalement à Montluçon Communauté. La structure juridique de l'agglo, à laquelle appartiennent Quinssaines et Lamaids, empêche la municipalité de Quinssaines de profiter directement des retombées de l’équipement, opéré par la société Boralex.
« On a touché 15.000 euros pour le passage sur nos chemins, une fois. Je dirais au total 30.000 euros avec les travaux connexes. » Le maire, Francis Nouhant, voudrait faire voter « un pacte financier fiscal ».
100.000 euros en 2019 pour Montluçon Communauté
« Impossible » et « interdit par la loi », répond Pierre Benech, de Montluçon Communauté. Depuis 2001 et sa création, la commuauté d’agglomération doit composer avec une fiscalité professionnelle unique (FPU).
En 2019, Montluçon Commaunuté devrait donc percevoir 100.000 € d’Ifer (Imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux). Somme à redistribuer selon des investissements sur l’ensemble de ses communes. « Le versement de l’Ifer se fait à N + 2. Ce sont les textes qui le disent. Je m’assoie sur 2017 et 2018 », ajoute Pierre Benech.
Une pétition va être lancée
Entre l'idée de mettre en place une délégation « pour taper du poing sur la table de Montluçon Communauté » et la constitution d'une pétition pour réclamer un partage de la redevance des éoliennes, les Quinssainois ont le sentiment d'avoir été « les dindons de la farce ».
C'est encore plus vrai pour ceux qui habitent à proximité du parc éolien. « Moi, le soir au soleil couchant, je vois passer l'ombre des pales sur ma maison », s'inquiète un habitant.
Tout comme son voisin qui parle « du sifflement et la décote de 20 % des maisons. On a les inconvénients sans contrepartie », clament-ils haut et fort, même si Francis Nouhant milite « pour une commune au développement durable ».
Le contrat du site de Coursage « bien ficelé »
Et pour justifier l'implantation des nouvelles éoliennes sur le site de Coursage, le maire précise que « le contrat est bien ficelé ». « La commune bénéficiera d'avantages financiers. Et pour le projet de la centrale photovoltaïque à Savernat, il est sur un terrain communal que nous louons », précise le maire qui, à la question « signerez-vous la pétition ? », a répondu « oui ».
Troisième parc dans l'Allier. 
Le parc éolien du plateau de Savernat est le troisième à avoir vu le jour dans l’Allier. Mis en service fin 2016, il a été inauguré en juin 2017. Aujourd’hui, ça tourne, d’après le maire de Quinssaines, dont la commune accueille quatre des huit éoliennes. Une est située à Lamaids, les trois autres à Saint-Martinien (*). « Les gens s’y sont habitués. Certains mêmes les trouvent gracieuses », rapporte Francis Nouhant. « Les gens se promènent autour, font des photos » de ces géantes de 150 mètres de haut.

03/05/19Cinq choses à retenir sur les projets éoliens dans l'Allier
Le sujet déchaîne les passions, dans l’Allier, comme ailleurs. Le 19 janvier, à Saint-Pourçain-sur-Sioule, 300 personnes, réunies au sein d’un collectif Allier-Citoyen, manifestaient pour dire « non au saccage du bocage bourbonnais » et à l’implantation d’éoliennes de « façon anarchique ». Si des opérateurs prospectent bien, peu de nouveaux projets d’installation de parcs éoliennes se concrétisent.
Premier constat, l’Allier est encore loin de l’objectif défini par le schéma de raccordement au réseau des énergies renouvelables (S3REnR) de 800 MW dans l'ex-Auvergne à l’horizon 2020, soit de 175 à 225 MW pour chaque département.
24 éoliennes, comme en 2017
L’Allier ne compte en effet que 24 éoliennes, installées dans le sud et l’est du département. Ces turbines produisent 47 MW (Megawatts), soit la capacité pour alimenter en électricité environ 18.000 foyers.
15 mâts en stand-by
Quinze éoliennes sont autorisées mais non construites : à Andelaroche, Biozat, Quinssaines (où 5 mâts fonctionnent déjà), Viplaix, Mesples. « Il y a toujours un décalage entre l’autorisation et la construction proprement dite », explique Lionel Labeille, chef de l’unité interdépartementale Cantal-Allier-Puy-de-Dôme par intérim à la Dreal (*) AuRA.
« Certains projets autorisés ne voient jamais le jour. Lorsqu’il y a un contentieux judiciaire, suite aux recours déposés par des associations inquiètes de nuisances potentielles, les procédures peuvent être très longues, jusqu’au conseil d’État ». C’est le cas pour les dossiers de Biozat (actuellement en cour administrative d’appel), Andelaroche (le contentieux, plus récent, date d’avril 2018). « Quant à l’autorisation de Viplaix et Mesples, elle date d’avant 2011, quand un simple permis de construire suffisait. Une procédure judiciaire est en cours ».
Deux nouveaux dossiers déposés en préfecture
Dans l’Allier, deux nouveaux dossiers de demandes d’autorisation ont été déposés fin 2018. À Gipcy, où une association, Noyant’Air, s’oppose au projet de 7 éoliennes, un dossier d’autorisation a été déposé en préfecture le 12 décembre 2018.
À Bransat, un dossier a été déposé en décembre aussi. « Pour ces deux dossiers, des demandes de complément ont été adressés aux porteurs des projets, après un premier examen préalable », annonce le représentant de l’État.
Voilà qui augure de longues démarches : « La procédure d’autorisation dure un an. Elle comprend une enquête publique, les avis de multiples instances, la DDT, l’ARS, le Sdis, la Drac…
Le commissaire enquêteur doit faire la synthèse des avis pour proposer au préfet soit un arrêté de refus, soit un arrêté d’autorisation. Les refus « s’expliquent par plusieurs facteurs, comme le manque de prise en compte de la bio diversité, des enjeux patrimoniaux, paysagers, la proximité trop importante des riverains… On ne peut pas installer de mâts partout ». Refus. Dans l’Allier, deux refus concernent l’implantation de 6 éoliennes à Saint-Ennemond, au nord et de 2 éoliennes, à Saint-Désiré, à l’extrême ouest.
Demandes de renseignements : davantage que dans le Puy-de-Dôme
Y a-t-il davantage de demandes de renseignements de la part de sociétés projetant une étude de faisabilité en vue d'implanter des éoliennes que dans d’autres départements ? D’après les antiéoliens, 200 mâts, au moins, seraient à l’étude.
« On note une activité éolienne plus soutenue que dans le Puy-de-Dôme », répond Lionel Labeille. Le nombre de dossiers est conséquent, mais il n’y a pas une augmentation sensible des dossiers. Il y a sans doute des projets dont l’administration n’a pas connaissance. Des sociétés contactent les élus pour connaître leur position sur l’éolien avant de poursuivre, ou non, leur prospection ».
Des éoliennes plus hautes
La tendance nationale se confirme dans l'Allier : les projets d’éoliennes concernent des turbines de plus en plus hautes et à la puissance plus forte. « Les projets d’aujourd’hui concernent des mâts de 3 à 4 MW, comme à Andelaroche. Il y a des années, c’était plutôt 2 MW, comme l’unique mât élevé à Saulzet, dans le sud du département », relève Anne-Sophie Musy, chargée de planification en énergie à la Dreal.
https://www.lamontagne.fr/moulins-03000/economie/cinq-choses-a-retenir-sur-les-projets-eoliens-dans-l-allier_13550381/


30/04/19 : Ain : Montréal-la-Cluse
Extrait :
Branchement de la ligne haute tension

Un parc éolien est en projet à Apremont. Cette réalisation nécessite d’importants travaux pour l’acheminement du courant produit par les éoliennes. Celui-ci sera envoyé depuis le site de production au Poste source haute tension de Montréal-la-Cluse (rue des Narcisses). L’entreprise de travaux publics Potain procède actuellement à la pose de câbles souterrains en différents axes de la commune, plusieurs kilomètres de voies sont à traiter. Un dépôt de matériaux et de rouleaux de câbles a été installé sur un terrain rue du Clair Midi. Durant les vacances scolaires, les abords du collège, rue du Jura, ont notamment été réalisés afin d’éviter de grosses perturbations de circulation.
https://www.leprogres.fr/ain-01-edition-oyonnax-et-haut-bugey/2019/04/28/le-chantier-de-creation-du-futur-city-stade-a-ete-lance

29/04/19 : Allier : BIENTÔT 8 ÉOLIENNES DE PLUS SUR LES HAUTEURS DE QUINSSAINES ET DE VIERSAT
Il y aura 8 éoliennes de plus sur les hauteurs de Quinssaines et de Viersat dans les mois qui viennent. 11 ans après son lancement et de multiples péripéties administratives, ce projet éolien entre enfin dans une phase concrète.
D’ici l’été 2020, ce sont 8 machines de 150 m de haut et qui permettront de produire l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 18.000 foyers qui vont être installées. Les premiers travaux visibles de raccordement au poste source électrique de Montluçon Saint-Jean ont débuté la semaine dernière.
Alexandre Berre est chef de projet pour l’entreprise Neoen qui porte ce projet
13 kms de raccordement sont à effectuer via Prémilhat ou Lavault Sainte-Anne
Préambule indispensable à l’installation des 8 machines, 5 à Viersat, 3 à Quinssaines, qui devrait intervenir dans un peu plus d’un an
Neoen investit 25 millions d’euros dans ce projet. Mise en service donc dans la 2e moitié de l’année 2020.
http://www.rjfm.net/news/bientot-8-eoliennes-de-plus-sur-les-hauteurs-de-quinssaines-et-de-viersat-4548

29/04/19 : Loire : 34 M€ pour neuf éoliennes dans le Roannais
Roannais agglomération a voté un plan éolien en 2016, prévoyant deux à trois zones d'implantation d'éoliennes. Urbise et Les Noës ont été identifiées comme zones favorables.
La particularité des deux projets éoliens est qu'ils ne sont pas portés par une société privée, mais par Roannais agglomération et son partenaire Oser, à travers la Roannaise des énergies renouvelables, qui seront les propriétaires des futures éoliennes. Cet aspect a tout de suite convaincu les maires d'Urbise et des Noës. Mais ils trouveront un autre avantage à cette solution : au lieu de garder 90 % des retombées fiscales pour elle et d'en laisser 10 % aux deux communes d'implantation, l'agglomération partagera le gâteau à égalité : 50 % à la collectivité de l'agglo et 50 % aux communes d'Urbise et des Noës.
La consommation de 25 600 personnes
Roannais agglomération va investir 22 M€ pour l'installation de six éoliennes aux Noës et 12 M€ pour trois éoliennes à Urbise. Le chiffre d'affaires devrait être, sur 20 ans, de 56 M€ pour Les Noës et de 23 M€ pour Urbise. Le parc éolien donnera l'équivalent de la consommation annuelle en énergie de 25 600 personnes. Ces deux projets éoliens et la prairie photovoltaïque apporteront 30 % d'énergie renouvelable en plus. L'implantation des neuf éoliennes se fera avec concertation et de dialogues : rencontre des conseils municipaux des deux communes et des communes voisines dans un périmètre de 6 km dans l'Allier et la Saône-et-Loire, réunions publiques d'information à la population, ateliers citoyens… Puis viendra l'enquête publique.
https://www.lessor42.fr/-en-2022-des-eoliennes-aux-noes-et-a-urbise-22978.html

29/04/19 : Ardèche : Soyons - Le projet de parc éolien inquiète...
Voilà deux mois que le mât de mesure en vue d'un parc éolien a été installé et qu'un vent de panique commence déjà à souffler chez les riverains.
Le 26, 27 et 28 février dernier, L'Énergie Rhône Vallée (ERV) a procédé à l'installation d'un mat de mesure éolien, qui fait plus de 100 mètres sur le quartier du Brégard. Cette installation constitue une étude de faisabilité technique en vue d'un parc composé de trois ou quatre éoliennes. Selon l'explication de l'ERV dans un communiqué "Cette campagne de mesures devrait durer au minimum une année, mais pourrait être prolongée jusqu'à deux ou trois ans suivant certains paramètres".
Une pétition circule
Depuis deux mois, l'inquiétude commence donc à monter chez la population, particulièrement chez les riverains qui occupent ce site, notamment l'association Amicale Canine. Ainsi, elle a pris les choses en main en faisant circuler une pétition sur papier et une pétition en ligne sur le site MesOpinions.com. L'association stipule dans la pétition que "même si le service de la mairie indique que rien n'est fait, certains riverains aux Brégard ont été approchés par les installateurs et ont des informations complètement contradictoires qui laissent entendre que le projet est déjà en cours de réalisation". "Nous savons qu'il y a des enjeux financiers à la clé", lance Jeanine Crozet, présidente de l'Amicale en indiquant que la pétition n'est pas contre les énergies alternatives de manière générale mais...
https://www.hebdo-ardeche.fr/actualite-7887-le-projet-de-parc-eolien-inquiete

27/04/19 : Ain : Parc éolien contesté à Confrançon : le préfet a les cartes en main
L’enquête publique concernant l’implantation d’un parc éolien dans la commune de Confrançon est terminée. La consultation des dix-huit mairies voisines également.
La décision finale revient désormais au préfet. Cette dernière interviendra avant la fin de l’année.
Lancée en 2017, une pétition auprès des habitants avait récolté plus de 400 signatures.
Les 18 communes ont donné leurs avis
Le verdict final approche. Si les délais de la procédure sont respectés, il sera rendu par le préfet dans les tout prochains mois.
L’enquête publique étant terminée, Arnaud Cochet a désormais toutes les cartes en main pour autoriser ou refuser le projet d’implantation d’un parc éolien à Confrançon.
Pour prendre sa décision, il dispose, entre autres, des avis rendus par les conseils municipaux des dix-huit communes consultées dans le cadre du projet.
Le représentant de l’État devra également prendre en considération la position du commissaire en charge de l’enquête publique, tout juste terminée. Et cette dernière ne va pas forcément dans le sens du vent…
https://www.leprogres.fr/ain-01/2019/04/27/parc-eolien-conteste-a-confrancon-le-prefet-a-les-cartes-en-main

18/04/19À Bellenaves (Allier), le projet éolien en forêt des Colettes fait toujours polémique
Alors que l’association Préservons la forêt des Colettes s’élève contre le projet d’implantation d’éoliennes envisagé dans la forêt domaniale, le maire de Bellenaves, Dominique Bidet (PCF), défend « l’intérêt écologique d’un projet constructif pour demain ».
Lancé par la commune et « toujours au stade d’études », le projet éolien en forêt des Colettes ne fait pourtant pas l’unanimité. Et pour cause, nombre de riverains des alentours et quelques élus de villages voisins estiment que « cette initiative n’a aucune raison d’être et a pour seul objectif de faire du chiffre ». Impact visuel, menace pour la faune et la flore, baisse de l’attractivité touristique du territoire, nuisances sonores…, les arguments avancés ne manquent pas.
Un manque de consultation ?
Pour se faire entendre, les opposants au projet se sont regroupés au sein de l’association Préservons la forêt des Colettes – créée en août dernier et qui compte plus de 260 adhérents – et ont organisé une dizaine de réunions publiques ces derniers mois. « Pas anti-éoliens », ils regrettent surtout que « la population n’ait pas été consultée avant le lancement de l’étude, vue comme une autorisation de faire, sans négociation possible », peste Michel Hauchart, membre du bureau de l’association.
La mobilisation se poursuit contre le projet d’implantation d’éoliennes dans la forêt des Colettes
De son côté, le maire de Bellenaves, Dominique Bidet, a tenu à rappeler que si le projet, porté par l’Office national des forêts, venait à aboutir, il « ne concernerait pas la hêtraie, mais bien l’abattage de résineux et de seulement 1 % de la surface de la forêt ».
Par ce projet éolien, l’homme voit surtout « l’occasion pour la commune d’agir en faveur de la planète et de lutter contre le réchauffement climatique. L’idée à moyen terme est de faire de Bellenaves un territoire à énergie positive, qui n’aurait plus à utiliser d’énergies fossiles. Il pourrait y avoir 3 ou 4 éoliennes, et peut-être aucune, mais on sait pertinemment qu’il n’y en aura pas 8 ou 10 ».
« Si les conditions de vent ne sont pas favorables et si les études environnementales démontrent que l’impact des éoliennes est trop important sur la biodiversité et la forêt, le projet n’aboutira pas »
DOMINIQUE BIDET (Maire de Bellenaves)
La Montagne sillonne l'Auvergne : Bellenaves (Allier) tient à ses commerces et veut « rester vivant »
Les conclusions de ces études seront connues « d’ici la fin de l’année, avec des réponses concrètes qui permettront de savoir si le projet peut aller plus loin ou pas », indique le maire de la commune.
Une demande de moratoire.
Par le biais d'une lettre ouverte envoyée le 16 avril aux élus de la commune, l'association Préservons la forêt des Colettes a demandé l'inscription à l'ordre du jour du prochain conseil municipal de Bellenaves, en mai, d'un moratoire de suspension du projet jusqu'au-delà des prochaines élections municipales, prévues en 2020.
Pour les membres du collectif, la mise en place d'un moratoire permettrait :
- de « prendre le temps d'étudier toute solution alternative aux seules éoliennes industrielles en forêt »,
- de « s'engager dans des programmes de Territoire à économie positive (Tépos) »,
- d'« élaborer au préalable une charte de participation du public comme le prévoit la loi ».
Cette décision « mettrait fin pour les populations, au sentiment de n'être ni écouté, ni entendu », souligne l'association.
https://www.lamontagne.fr/bellenaves-03330/travaux-urbanisme/a-bellenaves-allier-le-projet-eolien-en-foret-des-colettes-fait-toujours-polemique_13541968/

17/04/19 : Drôme : Montclar-sur-Gervanne/Mirabel-et-Blacons : vent de polémique sur un projet de parc éolien
Deux villages de la Gervanne (Montclar-sur-Gervanne et Mirabel-et-Blacons), des prospections pour installer des éoliennes, un collectif créé pour lutter contre l'implantation. Des élus crispés par la situation.
Dans la vallée de Charsac, une nouvelle association « Défendons la vallée de Charsac » vient de voir le jour, pour dire non au futur projet d’implantation d’au moins 5 éoliennes dans la forêt domanial du Barry et dans le Massif des Trois becs. Esthétisme, qualité de vie, valeurs des biens immobiliers, ces habitants dénoncent aussi le manque de concertation dans ce projet qui concerne le promoteur RP Global et des propriétaires privés.
Les maires de ces deux communes concernées ont toutes les deux voté en conseil municipale l’autorisation de l’installation d’un mat qui devrait justement être implanter pour évaluer la faisabilité et le potentiel du futur parc éolien sur les deux communes et les communes voisines. Si le site était retenu par le porteur du projet, les éoliennes pourraient être mises en service d'ici 5 ans.
Les membres du collectif ont lancé une pétition qui rassemble ce mercredi 6453 signatures.
https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/defendons-vallee-charsac/63754
https://www.ledauphine.com/drome/2019/04/17/montclar-sur-gervanne-mirabel-et-blacons-vent-de-polemique-sur-un-projet-de-parc-eolien

17/04/19 : Loire : ROANNAIS : LES PREMIERS PARCS ÉOLIENS DU DÉPARTEMENT SERONT 100% PUBLICS
Roannais Agglomération va implanter sur son territoire les deux premiers parcs éoliens de la Loire : l’intercommunalité a procédé au dépôt des dossiers de demande d’autorisation environnementale et espère désormais une mise en service d’ici fin 2021. Un projet voté dès 2016 qui s’inscrit dans la démarche Territoire à Energie Positive et qui bénéficie d’un portable public, une première en France alors que l’implantation d’éoliennes est d’ordinaire confié à des sociétés privées.
C’est donc la toute nouvelle Roannaise des Energies Renouvelables qui sera chargée de piloter les deux parcs éoliens implantés dans les communes des Noës et d’Urbise : la première accueillera six éoliennes, la seconde trois pour une puissance total de 26 mégawatts, soit de quoi couvrir les besoins d’un quart des habitants de l’agglomération (25600 personnes). Reste désormais à suivre la procédure administrative, à savoir une période d’instruction de dix mois suivie d’une enquête publique afin de consulter les habitants des communes alentour. La décision finale reviendra au préfet de la Loire.
Des élus unanimement convaincus
Le président de Roannais Agglomération Yves Nicolin se félicite d’ores et déjà de l’unanimité sur la question au sein du conseil communautaire et dans les conseils municipaux des communes concernées. Stéphane Raphaël et Aimé Combaret, les maires des Noës et d’Urbise, sont enthousiastes et ont déjà trouvé un accord avec les communes voisines quant au partage de la recette fiscale de ces futures installations.
http://www.activradio.com/roannais-les-premiers-parcs-eoliens-du-departement-seront-100-publics/

16/04/19 : Loire : Roannais : deux projets de parcs éoliens portés par l'Agglomération
Deux dossiers de parcs éoliens dans le Roannais sont soumis à l'examen des services de l'État depuis la fin du mois du mars. La préfecture de la Loire doit rendre sa décision sous dix mois pour ces projets portés par Roannais agglomération.
"C'est inédit en France !", s'enthousiasme le président de Roannais agglomération, Yves Nicolin. Avec les maires concernés, il a fait un point d'étape, mardi, sur les projets de parcs éoliens des Noës et d'Urbise. Six éoliennes sont prévues pour la première commune, trois pour la seconde. Et ces deux projets sont portés par Roannais agglomération, pour un investissement estimé à 35 millions d'euros. Les dossiers de demande d'autorisation environnementale ont été déposés fin mars en sous-préfecture de Roanne. Un avis sera rendu sous dix mois.
Neuf éoliennes aux Noës et à Urbise
"Nous avons créé une société 100% publique (la Roannaise des énergies renouvelables) - 80% sont des capitaux de Roannais agglomération et 20% sont des capitaux partagés entre la Région et la Caisses des dépôts et consignations - qui va nous permettre d'investir, et ensuite d'exploiter pour pouvoir ensuite faire en sorte que l'argent qui va être collecté resserve au territoire", détaille Yves Nicolin. Selon les maires des Noës et d'Urbise, le portage du projet par une collectivité locale a facilité son acceptation par les habitants.
Pas d'opposition majeure
"Les personnes qui sont venues me voir en mairie, c'était pour me dire "oui, y a un très beau projet"", assure Stéphane Raphaël, le maire des Noës. Il précise que la commune de 201 habitants est sensibilisée à l'éolien, en raison du parc situé dans la commune voisine de Saint-Nicolas-des-Biefs, dans l'Allier. À Urbise, pas d'opposition non plus à la connaissance du maire, Aimé Combaret, qui a toutefois entendu des réticences venant des communes situées dans les départements limitrophes (Allier et Saône-et-Loire).
Les neuf éoliennes doivent produire l'équivalent de la consommation annuelle en électricité d'un peu plus de 25.000 habitants. Si les dossiers sont validés par le préfet de la Loire et que le calendrier est respecté, les pales commenceront à tourner en 2022.
https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/roannais-deux-projets-de-parcs-eoliens-portes-par-l-agglomeration-1555437685

13/04/19 : Loire : 
Le Progrès

10/04/19AIN - Projets éoliens : pourquoi le département n'a pas le vent en poupe
Deux projets éoliens ont déjà été approuvés dans l'Ain : l’un est en service dans quatre communes du Bugey, l’autre, dans le haut Bugey, verra le jour fin 2019. L’enquête, menée par la préfecture, doit établir si le projet est viable.
Et parmi les éléments à relever, le vent retient toute l’attention. Il est une condition "sine qua none" pour rendre l’installation utile: le vent fait tourner les pâles, permettant ainsi à un mécanisme de produire un courant électrique alternatif.
Les reliefs qui entourent le département, le Mâconnais à l’ouest et le Jura au nord, ne favorisent pas les vents. Et dans des zones comme la Dombes et la Bresse, où il y a beaucoup de brouillard la vitesse du vent est quasi nulle.
Pour découvrir la carte interactive du schéma éolien du département, cliquez ici

POUR OU CONTRE L'IMPLANTATION DE L'ÉOLIEN PRÈS DE CHEZ VOUS : NOS LECTEURS SONT TRÈS PARTAGÉS
Vous avez été plus de 6500 à répondre à notre question en ligne : "Craignez-vous l'installation d'éoliennes dans votre environnement naturel proche?" Les réponses sont très partagées puisque 51% d'entre vous ont dit craindre de tels projets à proximité de leur lieu de vie tandis que 47% expliquent ne pas craindre de telles installations. Une question qui a donné lieu a de vifs échanges entre internautes, certaines opposant les énergies renouvelables au nucléaire, les nuisances
Une éolienne incendiée au parc des Monts d'Ain
Dans la nuit du 2 au 3 août 2018, un incendie s’est déclaré sur l’éolienne n° 9 du parc des Monts d’Ain, à Vieu-d’Izenave.

30/03/19
Projet éolien dans le Puy-de-Dôme
La chaîne des puys faille de limagne est en route vers la transition énergétique avec un projet innovant d'éolienne
Hier soir, la région Auvergne Rhône Alpes, dans le cadre de son partenariat avec l’UNESCO, a annoncé la mise en place d’une éolienne sur le Puy-de-Dôme. Avec le potentiel de gisement de vent le plus important du département, le site est identifié depuis des années par de nombreuses organisations écologistes comme propice à l’installation d’un parc de production d’énergie renouvelable. Cette unique éolienne d’une hauteur de 110 mètres fera ici figure de geste symbolique, liant transition écologique et protection de l’environnement, déjà amorcée par l’inscription de la Chaîne des Puys - faille de Limagne au Patrimoine mondial de l’UNESCO en juillet 2018.
L’énergie produite par l’éolienne alimentera les structures présentes au sommet du Puy-de-Dôme (dont le nouveau musée) ainsi que le célèbre train électrique qui fait, plusieurs fois par jours, le lien entre la base et le sommet. Quand à l’antenne présente actuellement en haut du Puy-de-Dôme, elle sera intégrée dans la construction de l’éolienne. On peut donc prévoir d’important travaux dans les mois à venir, l’inauguration étant prévue pour début 2020.
https://blogs.mediapart.fr/amael-le-bigot/blog/300319/projet-eolien-dans-le-puy-de-dome

30/03/19 : Loire : Roannais : deux parcs éoliens pourraient ouvrir en 2021 
Six éoliennes aux Noés et trois à Urbise sont en projet.
Le projet d’implantation d’éoliennes par Roannais agglomération suit son cours: le permis environnemental a été déposé vendredi par la société Roannaise des énergies renouvelables.
Si tout va bien, les six éoliennes en projet aux Noés et les trois d’Urbise pourraient être construites en 2021. Roannais agglomération a commencé à développer la communication autour de ce projet.
Deux sites web ont été créés pour détailler ces projets, avec des contenus très détaillés. Ce projet représente un coût estimé entre 20 et 30 millions d’euros.
https://www.leprogres.fr/loire-42/2019/03/30/roannais-deux-parcs-eoliens-pourraient-ouvrir-en-2021


30/03/19Drôme : Marsanne : une éolienne traverse le village
Ce n’est pas tous les jours que l’on voit trois pales d’éolienne traverser le village. Jeudi 28 mars, c’est le spectacle impressionnant auquel ont pu assister les habitants.
À la suite de l’incendie criminel qui avait complètement détruit une éolienne à Marsanne et endommagé une autre, dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2018, la société Eole Res avait commandé une nouvelle machine en Espagne. Les trois pales ont traversé le village sur des camions d’une quarantaine de mètres de long, qui ont dû manœuvrer devant le château et la mairie pour pouvoir emprunter la route du col de la Grande-Limite.
C’est là, sur ces crêtes avoisinantes, que sont installées les six éoliennes du parc existant depuis janvier 2008, produisant une puissance nominale totale de 12 000 kW.
https://www.ledauphine.com/drome/2019/03/30/une-eolienne-traverse-le-village

29/03/19 : Ardèche : la Région s’engage à maîtriser la « prolifération » des éoliennes
Le 16 mars dernier, nous relayions l’opposition d’Hervé Saulignac, député PS de la première circonscription de l’Ardèche, au développement de l’éolien dans le département. Il mettait en cause un schéma d’aménagement du territoire d’Auvergne-Rhône-Alpes, alors que l’Ardèche était déjà le premier département contributeur de la Région.
Dans sa réponse adressée au député, le président LR de la Région, Laurent Wauquiez, « semble reconnaître l’impact paysager des parcs éoliens et indique vouloir maîtriser la prolifération des installations éoliennes », a indiqué le parlementaire, ce vendredi, dans un communiqué.
Laurent Wauquiez prévoit ainsi la « prise en compte des contraintes liées à la protection des paysages et de la biodiversité et l’accord formel de toutes collectivités impactées ». Une garantie nécessaire, pour Hervé Saulignac, pour « empêcher le développement massif et non maîtrisé des installations éoliennes en Ardèche ».
https://www.ledauphine.com/ardeche/2019/03/29/ardeche-la-region-s-engage-a-maitriser-la-proliferation-des-eoliennes

29/03/19 : Ardèche : Laurent Wauquiez veut "sortir du développement anarchique des éoliennes"
Le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes veut fixer des règles plus strictes pour les projets éoliens dans le cadre du SRADDET, le schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires.
C'est une déclaration d'intention qui va réjouir les opposants mobilisés contre des projets éoliens en Drôme et en Ardèche. En préambule de la session plénière qui se tient depuis jeudi au siège du conseil régional à Lyon, Laurent Wauquiez a dit en conférence de presse tout le mal qu'il pensait du développement "anarchique" de l'éolien. "On a des paysages superbes mais parfois, on a des projets d'éoliennes qui sont implantés n'importe où".
"On n'implante pas un projet sans demander l'avis des gens qui habitent autour" - Laurent Wauquiez, président (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes
La région a jusqu'à la fin de l'année pour approuver le SRADDET, le schéma régional d'aménagement qui inclut l'éolien. Et Laurent Wauquiez estime qu'il faut fixer des règles : "Si ça altère les paysages, c'est non. Si ça aboutit à détruire la biodiversité, je ne vois pas l'intérêt. Et surtout on n'implante pas un projet sans demander l'avis des gens qui habitent autour. Pas des éoliennes partout. Ce n'est pas ma conception du développement durable."
Hervé Saulignac inquiet de voir le département de l'Ardèche défiguré
Le président de région avait notamment été interpellé par le député socialiste ardéchois Hervé Saulignac. Ce dernier s'inquiétait du projet d'augmenter de 400% la production électrique éolienne dans le nouveau schéma. L'élu ardéchois estimait dans un courrier en date du 14 mars que ces orientations allaient défigurer le département. Avec 21 parcs et 94 éoliennes, l'Ardèche est déjà le plus important contributeur en la matière dans la région avec une part de 31%.

https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/laurent-wauquiez-veut-sortir-du-developpement-anarchique-des-eoliennes-1553864789
26/03/19 : Ain : Craignez-vous l'installation d'éoliennes dans votre environnement naturel proche?
Plusieurs projets éoliens sont en cours de réflexion ou de réalisation dans l'Ain (Confrançon, Apremont, Charix, Saint-Didier-d'Aussiat, dans la Dombes...). De nombres voix s'élèvent contre ces infrastructures et leurs potentielles nuisances.
https://www.leprogres.fr/ain-01/2019/03/26/craignez-vous-l-installation-d-eoliennes-dans-vos-environnement-naturel-proche

23/03/19 : Ain : ATTIGNAT - CONSEIL MUNICIPAL : 
Extrait :
Parc éolien à Confrançon
L’avis des élus a été demandé, ils devaient se prononcer sur le projet d’un parc éolien de la société Champs Heliconia à Confrançon. Conformément aux dispositions de l’article R 181-38 du code de l’environnement, le conseil municipal des dix-huit communes situées dans un rayon de six kilomètres, dont fait partie Attignat, doit émettre un avis sur le dossier. Après débat, il a été émis un avis défavorable, quinze voix en défaveur de ce projet et six abstentions.
https://www.leprogres.fr/ain-01-edition-bresse-val-de-saone/2019/03/21/des-projets-a-l-etude-sur-le-secteur-du-champs-et-ouverture-d-une-microcreche-en-2020

18/03/19 : Ardèche : Éoliennes : "Nous sommes dans une situation de tension extrême"
Réuni ce week-end à Privas, le collectif Eole 07, qui réunit les associations ardéchoises s’opposant au déploiement des éoliennes industrielles, dénonce les objectifs nationaux et régionaux d’augmenter massivement la production éolienne. Il craint particulièrement que l’Ardèche et son couloir rhodanien, qui sont « un gisement de vent », accueillent de nouveaux appareils. Richard Ladet, membre du bureau du collectif, et président d’Avis de tempête cévenole, parle ainsi une situation de « tension extrême ».
Interview en ligne
https://www.ledauphine.com/ardeche/2019/03/18/eoliennes-nous-sommes-dans-une-situation-de-tension-extreme

16/03/19Ardèche - Le député PS Hervé Saulignac s’oppose au projet de développement de l’éolien
Dans un futur projet d’aménagement de territoire, la Région Auvergne-Rhône-Alpes prévoirait l’augmentation de 400 % de l’électricité éolienne d’ici à 2030 sur son territoire. Le député PS de l’Ardèche Hervé Saulignac a écrit au président LR Laurent Wauquiez pour lui faire part de son opposition à ce projet.
Le parlementaire met en avant dans son courrier le fort potentiel éolien de l’Ardèche. Il craint justement que celui-ci ne conduise à “défigurer” le département. Il s’inquiète des “nuisances” des aérogénérateurs pour les riverains et d’une possible “banalisation” des paysages et sites remarquables ardéchois, qui nuirait également à l’économie.
93 éoliennes sont déjà implantées dans le département
Hervé Saulignac pense que l’Ardèche a atteint “les limites de ce qu’elle peut accepter en termes d’installations éoliennes” et demande à Laurent Wauquiez de penser à d’autres sources d’énergie renouvelable.
https://www.ledauphine.com/politique/2019/03/16/le-depute-ps-herve-saulignac-s-oppose-au-projet-de-developpement-de-l-eolien

12/03/19 : Ardèche - Saint-Georges-les-Bains : « L’éolien ne sert à rien ! »
Daniel Steinbach Président national de Vent de colère et représentant Eole 07...
https://www.ledauphine.com/ardeche/2019/03/12/l-eolien-ne-sert-a-rien

12/03/19 : Allier : DES PROJETS ÉOLIENS INQUIÈTENT DES HABITANTS DE AUDES ET CHAZEMAIS
Y’aura-t-il bientôt une douzaine d’éoliennes dans le paysage de Chazemais ou d’Audes ?. C’est une question qui inquiète des habitants de ces deux communes.
Une association « Sauvegarde bocage Audes-Chazemais » vient de voir le jour. Elle organise samedi après-midi à la salle des fêtes de Chazemais une réunion publique. Le but, c’est d’expliquer les conséquences jugées néfastes qu’auraient ces implantations pour le cadre de vie des habitants.
Deux projets distincts, portés par deux sociétés différentes : pour l’implantation de 4 éoliennes à Audes, de 8 à 12 appareils à Chazemais
Michel Tabutin est le maire de Chazemais
S’il comprend les inquiétudes, il est favorable au projet sur sa commune
Interview en ligne
Dominique est trésorière de cette nouvelle association. Et elle ne veut pas de ces éoliennes devant ses yeux
Interview en ligne
Réunion publique samedi 15h30 à la salle polyvalente de Chazemais en présence de Pierre Dumont, co-auteur d’un livre sur le naufrage annoncé des éoliennes
Une pétition en ligne a également été lancé par le centre équestre de Chazemais A découvrir ici
http://www.rjfm.net/news/des-projets-eoliens-inquietent-des-habitants-de-audes-et-chazemais-4378

12/03/19 : DRÔME ET ARDÈCHE - ALORS QUE DE PLUS EN PLUS D’ÉOLIENNES SONT IMPLANTÉES, DES RIVERAINS DÉNONCENT OU REDOUTENT LEURS NUISANCES SONORES OU VISUELLES
Et l’étude ?
Les éoliennes de Planèze font-elles trop de bruit à Saint-Georges-les-Bains ? Cela ne fait aucun doute, pour les riverains que nous avons rencontrés. ...
https://www.ledauphine.com/ardeche/2019/03/12/et-l-etude

12/03/19Ardèche - Trop bruyantes les éoliennes de Planèze ?
Reportage en ligne
Les éoliennes de Planèze font-elles trop de bruits ? D’un côté la CNR, gestionnaire du parc éolien affirme que tout est en règle et que les effets sonores sont dans les normes. De l’autre, les riverains que nous avons rencontrés sont excédés. A l’image de Michel Gounon qui vit « un véritable calvaire » depuis l’arrivée de ces installations classées à plus de 800 mètres de son habitation. Le dossier est à retrouver dans nos éditions Drôme et Ardèche de ce mardi 12 mars.
https://www.ledauphine.com/ardeche/2019/03/12/trop-bruyantes-les-eoliennes-de-planeze

11/03/19Cantal : les habitants de Glénat ont voté contre l'implantation d'éoliennes
JT 13H - Des parcs éoliens sont construits un peu partout dans le pays. Ces projets font souvent grincer les dents des habitants.
De nombreux projets de construction d'éoliennes sont en cours dans le pays. Selon les prévisions, leur nombre devrait doubler d'ici une dizaine d'années. Et pourtant, celles-ci ne sont pas les bienvenues dans les communes où elles sont implantées. À Glénat, dans le Cantal, l'avis des habitants est partagé. Suite à une consultation citoyenne organisée par la municipalité, la majorité d'entre eux a finalement voté contre l'implantation de deux éoliennes dans le village.
Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13h du 11/03/2019 présenté par Jean-Pierre Pernaut sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13h du 11 mars 2019 des reportages sur l'actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.
https://www.lci.fr/population/cantal-les-habitants-de-glenat-ont-vote-contre-l-implantation-d-eoliennes-2115183.html


11/03/19 : Cantal : Parc éolien de Camp Amarugue : la commune de Glénat a organisé une consultation citoyenne
Dimanche 10 mars 2019, la commune de Glénat a organisé une consultation citoyenne vis-à-vis de l'implantation de deux éoliennes sur la commune. Une première pour la municipalité.
Les projets éoliens fleurissent dans tout le Cantal et ces derniers mois, c’est le projet du parc éolien de Camp Amarugue à cheval sur la commune de Glénat et Siran qui fait débat.
Pour rappel, 7 éoliennes sont prévues d’être implantées sur cette zone. La municipalité de Siran a déjà donné son accord pour l’implantation de cinq éoliennes. Ne manque plus, désormais, que l’accord de la commune de Glénatpour les deux restantes.
99 votants et 56 contre, un refus d’une courte tête
Dimanche 10 mars 2019, la municipalité de Glénat a pour la première fois, organisé une consultation citoyenne. Surles 190 âmes de la commune, 99 sont venues aux urnes pour exprimer leur choix. Après dépouillement, 43 sont pour et 56 contre.
Contacté par la rédaction, Claude Prat, maire de la commune, nous a expliqué la démarche : « Le but était d’avoir l’avis des citoyens sur le projet, qui envisage l’implantation de deux éoliennes sur notre commune. Nous avons déjà réalisé un projet d’étude de faisabilité avec la société Valorem, mais il nous fallait aussi le point de vue de la population ».
La municipalité va désormais analyser les résultats : « Cela donnera une base pour la décision finale » assure le maire.
La commune de Siran déjà dans les starting-blocks
La prochaine étape est attendue début avril, lorsque la société Valorem viendra, début avril, sur la commune de Glénat pour statuer sur le projet.
La municipalité de Glénat est tout de même actuellement sous pression : « La commune voisine de Siran, également concernée, a déjà donné son feu vert depuis plusieurs mois. La décision pour Glénat va devoir tomber courant avril » souligne Claude Prat.
Le maire regrette toutefois, une décision très compliquée : « C’est très difficile pour une commune comme la nôtre de statuer sur ce genre de projet, qui va amener un changement durable sur le territoire de la commune. Les sénateurs et députés devraient avoir une position claire sur l’implantation de l’éolien. On entend qu’ils sont contres, et pourtant, de nombreux projets voient le jour. Il serait intéressant d’établir un moratoire sur ce sujet » tout en nuançant que « le développement des énergies renouvelables est une nécessité, je ne le conteste pas. Mais il serait bon d’avoir un développement résonné et non anarchique ».
Rendez-vous est pris début avril pour le point final du projet. Claude Prat est toutefois lucide : « Malgré notre consultation citoyenne, et même si la municipalité s’oppose au projet, il ne faut pas oublier que ce sera la préfecture du Cantal qui aura le dernier mot dans cette histoire ».
Pour aller plus loin :
Vous pouvez découvrir le projet, porté par la société Valorem, du projet de parc éolien de Camp Amarugue ainsi que le site du collectif anti-éolien « Les vents d’Amarugue ».
https://actu.fr/auvergne-rhone-alpes/glenat_15076/cantal-parc-eolien-camp-amarugue-commune-glenat-organise-consultation-citoyenne_21988754.html

11/03/19 : Cantal : pourquoi les habitants de Glénat ont voté contre l’implantation d’éoliennes
Dimanche 10 mars, les habitants de Glénat, dans le Cantal, étaient appelés aux urnes. Ils devaient donner leur avis sur l’implantation de deux éoliennes sur la commune. Sur 99 votants, 56 ont dit non.
Dimanche 10 mars, les habitants de Glénat, dans le Cantal, étaient appelés aux urnes. Ils devaient donner leur avis sur l’implantation de deux éoliennes sur la commune. Au total, le projet, porté par la société Valorem, prévoit l’installation de 2 éoliennes à Glénat et de 5 sur la commune voisine de Siran. Sur 190 citoyens inscrits sur les listes électorales, 99 habitants ont voté. 56 se sont prononcés contre le projet et 43 pour. Le maire de la commune, Claude Prat, se réjouit de cette participation : « Avec les élus, on voulait 50 % de participants sur le total des inscrits. C’est ce qui s’est produit. Je suis très satisfait de ce pourcentage ».
30 000 euros par an pour la commune
Le résultat de cette consultation citoyenne va aider le conseil municipal de Glénat à prendre sa décision. Une rencontre avec la société Valorem est prévue début avril. La préfecture du Cantal aura le dernier mot quant à la réalisation du projet. S’il voyait le jour, le projet pourrait rapporter 30 000 euros par an à la commune, soit 10% de son budget actuel. Selon le maire de Glénat, l’aspect financier n’a pas vraiment décidé du sort du scrutin. Il explique : « Les habitants ont d’abord pris en compte les conséquences sur le paysage et l’impact sur les habitations, comme le bruit. Près de chez nous, il y a déjà un parc éolien à Saint-Saury et on se rend compte qu’il y a des nuisances ». Il ajoute : « Dans ce projet, on a l’impression que l’on nous cache des choses. Si une entreprise publique portait le projet, on serait peut-être plus réceptif ». Claude Prat conclut : « Il faut que les grands élus prennent des décisions fortes sur le dossier éolien, car il y a de nombreux projets en catimini. Si ça continue, le Cantal va devenir un champ éolien ».
https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/cantal/cantal-pourquoi-habitants-glenat-ont-vote-contre-implantation-eoliennes-1636532.html?fbclid=IwAR23U6CxvbHYBEWNF6FhMAKf_zvrVQ4wm5k_fYgw5Mc_YY8HYnMjmN2QV1s

10/03/19 : Cantal : Les habitants de Glénat votent contre l'implantation de deux éoliennes : ce que ça change
Ce dimanche, les 190 électeurs de Glénat, dans le Cantal, étaient appelés aux urnes, avec une question simple : sont-ils pour ou contre le projet qui prévoit deux éoliennes sur la commune ? Sur les 99 votants, 56 se sont positionnés contre ce projet.
Il y avait du monde, ce dimanche matin, à la salle des fêtes de Glénat derrière le superbe clocher à peigne. Des habitants, l’association Les vents d’Amarugue et le conseil municipal, des caméras de télévision. « On a tellement l’habitude d’être tranquille, sourit Jean-Paul Pomeyrols. C’est exceptionnel. »
Mobilisation autour du projet
C'est que ce projet de sept éoliennes entre Glénat et Siran, deux d'un côté, cinq de l'autre, cristallise les passions. Claude Prat, maire de Glénat, a préféré consulter ses administrés ce dimanche 10 mars, une consultation car « ensuite, c'est le conseil qui décidera. »
De la documentation sur Internet. 

Pour permettre de se faire une idée, Valorem et Les vents d'Amarugue rivalisent sur Internet avec un blog chacun. Le promoteur propose ainsi des photo-montages pour juger de l'impact paysager des éoliennes, ou des fiches faisant la synthèse du projet, tandis que l'association anti-éolienne compile des témoignages.
Voici les deux liens :
Le site du promoteur Valorem
Le site de l'association Les vents d'Amarugue
Outre les habitants qui allaient et venaient au gré des votes, l’association « Les vents d’Amarugue » s’est aussi présentée à la salle polyvalente. Parfois pour voter, comme Sioux Berger, écrivaine, habitante de Glénat, contente de la décision du conseil de demander l’avis aux habitants même si « je me serais engagée, même si le projet n’était pas ici ».
Les votants en majorité contre
Résultat : sur les 190 inscrits, 99 habitants ont voté. 56 se sont prononcés contre, 43 pour. Le maire Claude Prat souligne la participation, pour un scrutin inédit dans ce petit village.
« On voulait l’avis des habitants de Glénat », continue l’édile, qui ne veut pas engager son conseil municipal sans cet élément. Lui, s'il reste « vigilant », note l’aspect financier : le promoteur, Valorem, étudie l’installation de deux éoliennes, ce qui correspond à une manne financière autour de 15.000 € par an, soit 10 % du budget de cette petite commune, « ce n’est pas à négliger ».
D'autant que, à Siran, la population n'a pas été appelée aux urnes. « Nous sommes tributaires de cette décision : on peut les refuser chez nous, on supporterait tout de même les cinq qui sont prévues chez eux », soupire le maire.
Et maintenant ?
« On va analyser le résultat calmement, estime le premier magistrat de la commune. Il faut que l’on en parle avec la commune de Siran ». D’autres échéances sont à venir : une réunion du conseil municipal, en avril, une autre avec le promoteur le même mois.
Pour Les vents d'Amarugue, une réunion d'information est prévue le 27 avril, à Siran. « Depuis décembre, on est passé de l’indifférence à “je me positionne”, note Sioux Berger. Il y a une réflexion de la population, notamment par rapport au parc voisin de Saint-Saury. »
https://www.lamontagne.fr/glenat/travaux-urbanisme/cantal/2019/03/10/les-habitants-de-glenat-votent-contre-l-implantation-de-deux-eoliennes-ce-que-ca-change_13513919.html

03/03/19 : Allier : Gipcy - Noyant : Dans le Bocage bourbonnais, Saint-Hilaire profite de la présence d’un Esat
Extrait : 
La menace éolienne
Le choix de vivre, ici, c’est aussi pour beaucoup un choix de cadre vie préservé. Et aujourd’hui menacé par le projet éolien de Gipcy-Noyant, selon les membres de l’association Noyant’air, dont quatre membres et sympathisants sont venus à Saint-Hilaire pour nous rencontrer.
« Ce seront sept éoliennes dans un périmètre qui compte une zone humide, des chauves-souris, en plein dans un couloir aérien réseau très basse altitude, relève Philippe, agriculteur bio à Meillers. On n’a pas de vent ici. Ce n’est pas adapté, alors qu’on pourrait développer la géothermie, la méthanisation et le photovoltaïque ». 
Agnès a choisi de quitter la Seine-et-Marne pour Noyant, il y a dix ans. Voir arriver les éoliennes, « ces choses qui tournent et qui bousillent la nature », la met dans un état de stress intense : « Ça me bouffe la vie et met par terre mes projets de vie tranquille à la campagne. C’est de la ferraille, des tonnes de béton, on va artificialiser les terres. »
Un mât d’une centaine de mètres de hauteur a été installé sur le site du Brégard, à Soyons, ces mardi 26 et mercredi 27 février. Il permettra de réaliser une campagne de mesures en vue d’étudier la faisabilité d’un parc éolien dans la commune.
Ce projet, développé en partenariat par Énergie Rhône Vallée et Energreen production, pourrait contenir trois ou quatre éoliennes, construites en face de la tour de Soyons.
La campagne de mesures devrait durer au minimum une année. Elle pourrait être prolongée suivant plusieurs paramètres, notamment la prise en compte de la présence des chauves-souris. 
Deux techniciens à plus de 100 mètres de hauteur qui terminent l’installation du mât de mesure éolien. Ce projet de parc éolien a été proposé à Hervé ...
https://www.ledauphine.com/ardeche/2019/02/28/un-mat-eolien-de-100-m-installe

27/02/19 : Ain : Saint-Genis-sur-Menthon : Le projet de déploiement de la fibre optique relancé
Le conseil communautaire s’est tenu lundi soir. Et il a été question de fibre, d’éolienne et de transition écologique.
Extrait
Accord sur le projet d’éolienne à Confrançon
La première phase de l’enquête publique concernant le projet d’implantation de trois éoliennes d’une puissance de 3 MW chacune est en cours. Les collectivités impactées (dans un rayon de 6 km) peuvent émettre un avis consultatif. La CCLV s’est prononcée favorablement.
Travaux d’isolation au gymnase de Vonnas. Construit en 1989, le gymnase bénéficiera l’hiver prochain d’une première tranche de travaux destinés à améliorer sa performance énergétique.
Ces travaux concernent en particulier l’isolation des salles, l’amélioration du système de chauffage et la pose d’un système d’éclairage par LED (économie attendue de deux tiers de la consommation). Coût estimé à 241 200 € HT subventionné à 70 %. Réalisation en octobre 2019.
https://www.leprogres.fr/ain-01-edition-bresse-val-de-saone/2019/02/25/le-projet-de-deploiement-de-la-fibre-optique-relance

10/02/19 : Cantal : Paysages en danger: des associations anti-éoliennes manifestent à Paris
Des militants opposés à la construction d’éoliennes industrielles et qui dénoncent leur pollution visuelle, lumineuse et sonore, ont manifesté samedi à Paris au pied de la Tour Montparnasse, à l’appel notamment de l’association “Vent de colère”.
Ce rassemblement exprimait le “ras-le-bol de l’ensemble des gens qui habitent à proximité d’aérogénérateurs industriels”, a souligné Grégoire Cusin-Berche, de l’association Les vents d’Amarugue, qui se bat contre l’installation de nouvelles éoliennes dans le Cantal.
Les associations accusent les fermes éoliennes de “détruire le patrimoine paysager”, et de provoquer une pollution visuelle, lumineuse et sonore, faisant “fuir les touristes” et favorisant des “promoteurs privés”.
La France est la première destination touristique mondiale, avec près de 90 millions de visiteurs étrangers en 2018, attirés par son patrimoine et ses paysages culturels protégés.
Les associations demandent notamment des évaluations “récurrentes” de la performance du déploiement des énergies renouvelables.
“L’éolien est une énergie non pilotable, elle dépend du vent. Quand l’éolienne ne produit pas, il faut compenser par d’autres sources, comme le fait l’Allemagne avec le charbon”, a souligné Grégoire Cusin-Berche, qui se défend d’être pro-nucléaire.
“Il faut redonner aux territoires la capacité de produire leur énergie en local (petits barrages hydroélectriques, petits méthaniseurs), que ça ne soit pas décidé d’en haut”, dit-il.
Plusieurs associations revendiquant “la protection de la nature et de l’environnement” ont déposé des recours fin janvier devant le Conseil d’Etat, pour demander l’annulation de deux décrets simplifiant les règles d’autorisation de nouveaux parcs éoliens.
En matière d’énergie renouvelables, l’éolien est une priorité du gouvernement, qui prévoit de lancer deux appels d’offres par an dès 2020 sur terre.
En mer, où la France est critiquée pour son retard, le gouvernement a autorisé fin 2018 l’exploitation contestée de deux parcs, l’un situé au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier (Vendée) et l’autre au large du Tréport (Seine-Maritime).
https://www.lemondedelenergie.com/paysages-en-danger-eolien-associations-paris/2019/02/10/

09/02/19 : Cantal : Paysages en danger : des associations anti-éoliennes manifestent à Paris
Les associations accusent les fermes éoliennes de "détruire le patrimoine paysager", et de provoquer une pollution visuelle, lumineuse et sonore.
Des militants opposés à la construction d'éoliennes industrielles et qui dénoncent leur pollution visuelle, lumineuse et sonore, ont manifesté samedi à Paris au pied de la Tour Montparnasse, à l'appel notamment de l'association "Vent de colère". Ce rassemblement exprimait le "ras-le-bol de l'ensemble des gens qui habitent à proximité d'aérogénérateurs industriels", a souligné Grégoire Cusin-Berche, de l'association Les vents d'Amarugue, qui se bat contre l'installation de nouvelles éoliennes dans le Cantal.
La France est la première destination touristique mondiale. Les associations accusent les fermes éoliennes de "détruire le patrimoine paysager", et de provoquer une pollution visuelle, lumineuse et sonore, faisant "fuir les touristes" et favorisant des "promoteurs privés". La France est la première destination touristique mondiale, avec près de 90 millions de visiteurs étrangers en 2018, attirés par son patrimoine et ses paysages culturels protégés. Les associations demandent notamment des évaluations "récurrentes" de la performance du déploiement des énergies renouvelables.
Des recours devant le Conseil d'Etat. "L'éolien est une énergie non pilotable, elle dépend du vent. Quand l'éolienne ne produit pas, il faut compenser par d'autres sources, comme le fait l'Allemagne avec le charbon", a souligné Grégoire Cusin-Berche, qui se défend d'être pro-nucléaire. "Il faut redonner aux territoires la capacité de produire leur énergie en local (petits barrages hydroélectriques, petits méthaniseurs), que ça ne soit pas décidé d'en haut", dit-il.
Plusieurs associations revendiquant "la protection de la nature et de l'environnement" ont déposé des recours fin janvier devant le Conseil d'Etat, pour demander l'annulation de deux décrets simplifiant les règles d'autorisation de nouveaux parcs éoliens.
https://www.europe1.fr/societe/paysages-en-danger-des-associations-anti-eoliennes-manifestent-a-paris-3854849?fbclid=IwAR2bpyEb-fcn4YkWTAXLpXLsUjOyUVPoh7yJfu33uOAuapfr9SmdKtqBHVs

09/02/19 : Cantal : Environnement. Des manifestants accusent les éoliennes de pollution visuelle et sonore
Des militants opposés aux éoliennes industrielles ont manifesté samedi 9 janvier à Paris, pour protester contre la prolifération des éoliennes industrielles. Ils les accusent notamment de détruire les paysages.
Des militants opposés à la construction d’éoliennes industrielles et qui dénoncent leur pollution visuelle, lumineuse et sonore, ont manifesté samedi à Paris au pied de la Tour Montparnasse, à l’appel notamment de l’association « Vent de colère ».
Ce rassemblement exprimait le « ras-le-bol de l’ensemble des gens qui habitent à proximité d’aérogénérateurs industriels », a souligné Grégoire Cusin-Berche, de l’association Les vents d’Amarugue, qui se bat contre l’installation de nouvelles éoliennes dans le Cantal.
Destruction des paysages
Les associations accusent les fermes éoliennes de « détruire le patrimoine paysager », et de provoquer une pollution visuelle, lumineuse et sonore, faisant « fuir les touristes » et favorisant des « promoteurs privés ».
La France est la première destination touristique mondiale, avec près de 90 millions de visiteurs étrangers en 2018, attirés par son patrimoine et ses paysages culturels protégés.
Les associations demandent notamment des évaluations « récurrentes » de la performance du déploiement des énergies renouvelables.
Recours devant le Conseil d’État
« L’éolien est une énergie non pilotable, elle dépend du vent. Quand l’éolienne ne produit pas, il faut compenser par d’autres sources, comme le fait l’Allemagne avec le charbon », a souligné Grégoire Cusin-Berche, qui se défend d’être pro-nucléaire.
« Il faut redonner aux territoires la capacité de produire leur énergie en local (petits barrages hydroélectriques, petits méthaniseurs), que ça ne soit pas décidé d’en haut », dit-il.
Plusieurs associations revendiquant « la protection de la nature et de l’environnement » ont déposé des recours fin janvier devant le Conseil d’État, pour demander l’annulation de deux décrets simplifiant les règles d’autorisation de nouveaux parcs éoliens.
En matière d’énergie renouvelable, l’éolien est une priorité du gouvernement, qui prévoit de lancer deux appels d’offres par an dès 2020 sur terre.
En mer, où la France est critiquée pour son retard, le gouvernement a autorisé fin 2018 l’exploitation contestée de deux parcs, l’un situé au large des îles d’Yeu et de Noirmoutier (Vendée) et l’autre au large du Tréport (Seine-Maritime).
https://www.ouest-france.fr/economie/energie/energie-eolienne/environnement-des-manifestants-accusent-les-eoliennes-de-pollution-visuelle-et-sonore-6217682

09/02/19 : Cantal : Des associations anti-éoliennes du Cantal manifestent à Paris
Des membres d’associations anti-éoliennes ont fait le déplacement du Cantal jusqu’à Paris pour manifester au pied de la Tour Montparnasse le samedi 9 février. Ils dénoncent la pollution visuelle, lumineuse et sonore de ces engins.
210 mètres, c’est la hauteur de la Tour Montparnasse. C’est aussi celle des éoliennes qui pourraient bientôt être implantées dans la Châtaigneraie cantalienne.
Pour s’opposer à ce projet, des membres de l’association « Les Vents d’Amarugue » sont allés à Paris le samedi 9 février pour participer à la manifestation qui regroupait des anti-éoliens venus de toutes la France.
Les associations accusent les fermes éoliennes de "détruire le patrimoine paysager", et de provoquer une pollution visuelle, lumineuse et sonore, faisant "fuir les touristes" et favorisant des "promoteurs privés".
« Nous souhaitons fédérer toutes les associations de France qui luttent contre les éoliennes. Nous sommes aussi allés à Paris car c’est là que les décisions sont prises. De plus, nous voulions montrer aux Parisiens la taille d’une éolienne : c’est comme la Tour Montparnasse ! Ils ne se rendent pas compte des nuisances que cela représente pour les riverains : des migraines, des insomnies, des vaches qui meurt… » se désole Grégoire Cusin-Berche de l'association "Les Vents d'Amarugue".
Ce Cantalien réside à 720 mètres de l’endroit où les éoliennes pourraient être implantées, à Glenat.
D’autres associations anti-éoliennes cantaliennes étaient représentées à Paris : « les vents de Trizac », « les vents de Salers » et le collectif anti-éolien pour la sauvegarde du Cantal « casq ».
https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/cantal/associations-anti-eoliennes-du-cantal-manifestent-paris-1621853.html

09/02/19 : Allier - Montcombroux
Extrait : La commune travaille actuellement sur son PLU (plan local d’urbanisme), pour se mettre en conformité avec la loi : ce document prévoira à la fois une zone touristique et une zone de développement de l’éolien. « Notre Plan d’occupation des sols (POS) avait 30 ans et était devenu caduque », précise le maire. Ce PLU devrait voir le jour en septembre 2019. 
https://www.lamontagne.fr/moulins/economie/emploi/2019/02/09/le-projet-de-golf-et-de-villas-relance-a-montcombroux-les-mines-allier_13130703.html

06/02/19 : Allier : Les associations vent debout contre les éoliennes
Depuis plusieurs années déjà, l'implantation d'éoliennes dans l'Allier suscite des protestations. De nombreuses associations ont choisi de lutter contre ce qu'elles appellent l’industrialisation de l'éolien et contre, selon leurs mots, le saccage des paysage.
MERCREDI 6 FÉVRIER À 19H30, DURÉE ÉMISSION : 30 MIN
https://rcf.fr/actualite/societe/les-associations-vent-debout-contre-les-eoliennes

30/01/19 : Ain : Projet d’éoliennes à Saint-Didier-d’Aussiat : Colère vent de Bresse veut se faire entendre
Après l’annonce du démarrage de l’enquête publique concernant l’installation de trois éoliennes à Confrançon, les adhérents de l’association Colère vent de Bresse ont décidé de se réunir vendredi soir, à la salle polyvalente de la commune.
Cette association de 95 adhérents regroupe des habitants de Saint-Didier-d’Aussiat, de Confrançon et de Curtafond, qui ont lancé une pétition en ligne contre les nuisances sonores des éoliennes. Elle a déjà recueilli 370 signataires.
Lors de cette réunion, les responsables de l’association ont insisté sur la nécessité de participer à l’enquête publique et sur l’importance de bien analyser l’étude d’impacts engendrés par ces installations, d’une hauteur de 180 mètres, qui vont se retrouver proches de certaines habitations.
Si les responsables de l’association se félicitent de la bonne écoute des élus parlementaires et départementaux, ils regrettent l’absence de réponse des élus de la commune de Confrançon et le refus de leur intégration au comité de pilotage.
L’enquête publique se déroule du 28 janvier au 1er mars.
https://www.leprogres.fr/ain-01-edition-bresse-val-de-saone/2019/01/28/projet-d-eoliennes-colere-vent-de-bresse-veut-se-faire-entendre

28/01/19 : Ain : Confrançon : L’implantation du parc éolien est à l’étude au nord de la commune
Lors du dernier conseil municipal, le Plan local d’urbanisme a été présenté. Une zone autorisant l’installation d’éolienne va être créée.
Extrait : 
Une zone autorisant spécifiquement l’installation d’éolienne sur les trois parcelles concernées va également être créée dans le cadre du PLU. « L’enquête publique pour le projet d’implantation du parc sera ouverte à compter du lundi 28 et jusqu’au 1er mars, annonce la maire, Christiane Colas. Les démarches de cette enquête publique et d’autorisation d’urbanisme sont du ressort de l’État et non de la commune. Le préfet autorisera ou non le projet. » Un commissaire enquêteur tiendra cinq permanences à la mairie. La préfecture se chargera de faire parvenir les documents d’affichage public obligatoire qui seront relayés par la commune et disposés sur le territoire. L’enquête portera sur les dix-huit communes situées dans un périmètre de 6 km autour du projet.
https://www.leprogres.fr/ain-01-edition-bresse-val-de-saone/2019/01/26/l-implantation-du-parc-eolien-est-a-l-etude-au-nord-de-la-commune



27/01/19 : Isère : Longechenal : Parc éolien dans la plaine du Liers : « Des incertitudes sur le projet »
https://www.ledauphine.com/isere-nord/2019/01/27/parc-eolien-dans-la-plaine-du-liers-des-incertitudes-sur-le-projet

24/01/19 : Ain : Domsure : Les habitants diront-ils oui à l’implantation d’éoliennes ?
De nombreux Domsurois ont participé à la cérémonie des vœux du maire, Yvan Pauget et de son conseil municipal, samedi, à la salle des fêtes.

Extrait :
Des éoliennes dans la forêt de Fougemagne ?
Enfin, Yvan Pauget a expliqué qu’il a été sollicité par la Compagnie nationale du Rhône (CNR) pour étudier une proposition de partenariat autour d’un projet éolien dans la commune et celle des Trois-Châteaux (Jura). Une zone dans la forêt de Fougemagne, qui appartient à la commune, est potentiellement favorable. Le conseil municipal a émis un avis favorable pour le lancement d’une étude de faisabilité technique et environnementale. Les habitants pourront rencontrer des représentants de la CNR, le 7 février, de 14 à 19 heures, dans la salle du conseil, pour poser librement leurs questions. « Si les habitants ne sont pas d’accord, ce projet ne verra pas le jour », a précisé le maire.
https://www.leprogres.fr/ain-01-edition-bresse-val-de-saone/2019/01/22/les-habitants-diront-ils-oui-a-l-implantation-d-eoliennes

23/01/19 : Drôme : ROUSSAS - LES DEUX MACHINES ONT ÉTÉ LA CIBLE D’UN INCENDIE VOLONTAIRE - Éoliennes : les dégâts restent limités
https://www.ledauphine.com/drome/2019/01/23/eoliennes-les-degats-restent-limites

22/01/19 :  (Drôme). Deux nouvelles éoliennes prises pour cible
https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/roussas-drome-deux-nouvelles-eoliennes-prises-cible-1611185.html

22/01/19 : Drôme : Roussas : Deux éoliennes ont été incendiées
https://www.ledauphine.com/drome/2019/01/22/deux-eoliennes-ont-ete-incendiees

22/01/19 : Allier : 
Manifestation contre la nuisance éolienne dans le Bourbonnais

21/01/19 : Haute-Loire : 
Éoliennes : le point sur les deux projets du Brivadois, à Mercoeur et à Chassignolles
Lire aussi : En juin 2017, La communauté de communes actait le refus des autorités aériennes


18/01/19 : Allier : Ludovic Granjon, contre les éoliennes
Interview en ligne
Une manifestation départementale anti-éoliennes aura lieu samedi 19 janvier à 10h, à Saint-Pourçain-sur-Sioule, près de l’ancienne gare, 2 place Charles-de-Gaulle.

17/01/19 : Haute-Loire : Le projet éolien n’est pas enterré
https://www.leveil.fr/vastres/ruralite/2019/01/17/le-projet-eolien-nest-pas-enterre_13110883.html

15/01/19 : Drôme : Léoncel : Mât éolien dégradé : une plainte déposée
https://www.ledauphine.com/drome/2019/01/14/leoncel-mat-eolien-degrade-une-plainte-deposee

14/01/19
Laurent Wauquiez incite les maires à renoncer aux éoliennes
« Vous renoncez à un projet d’éoliennes et en échange, la Région finance vos projets. »
"Je suis préoccupé de voir se multiplier de façon chaotique des projets éoliens partout dans la région. ”
En décembre, vous avez annoncé vouloir organiser un grand débat sur les éoliennes. Pourquoi ? Et quelle forme va-t-il prendre ?
« Planter une éolienne dans une zone remarquable, ce n’est pas faire progresser le développement durable. Je vois les tensions dans le Cantal, dans l’Allier. À l’intérieur du schéma régional d’aménagement du territoire qui sera débattu en séance plénière, nous allons mettre des éléments pour éviter que des éoliennes saccagent des paysages, même si les décisions finales reviennent à l’État. »
Mais dans le même temps, vous avez augmenté le fonds d’investissements Oser qui peut financer des éoliennes. N’est-ce pas contradictoire ?
« Les éoliennes le long des autoroutes, dans des zones d’activités, cela ne me gêne pas. Il s’agit de protéger des sites qui n’ont pas été altérés par la main de l’homme. Puisque beaucoup de communes sont démarchées par des entreprises pour l’installation d’éoliennes et qu’elles y voient une ressource pour compenser la baisse des dotations de l’État, nous sommes par exemple en train de travailler avec le Département de l’Allier pour s’engager aux côtés des petites communes et leur éviter de céder à des spéculateurs. D’autant que les recettes des éoliennes sont très aléatoires. »
Ces aides seront fléchées pour des projets de transition énergétique ?
« Non, elles pourront permettre de financer tout autre projet, comme la rénovation d’une école. »
http://fr.friends-against-wind.org/oppositions/wauquiez-incite-les-maires-a-renoncer-aux-eoliennes

14/01/19 : Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, est d'accord pour participer au grand débat
Extrait : En décembre, vous avez annoncé vouloir organiser un grand débat sur les éoliennes. Pourquoi ? Et quelle forme va-t-il prendre ?
« Planter une éolienne dans une zone remarquable, ce n’est pas faire progresser le développement durable. Je vois les tensions dans le Cantal, dans l’Allier. A l’intérieur du schéma régional d’aménagement du territoire qui sera débattu en séance plénière, nous allons mettre des éléments pour éviter que des éoliennes saccagent des paysages, même si les décisions finales reviennent à l’Etat. »

09/01/19 : Drôme : Léoncel : un mât éolien de 80 mètres dégradé