Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

jeudi 30 août 2018

Seine-et-Marne : La Croix-en-Brie : c’est le moment de vous exprimer sur le projet d’éoliennes

http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/la-croix-en-brie-c-est-le-moment-de-vous-exprimer-sur-le-projet-d-eoliennes-28-08-2018-7867989.php

L’enquête publique sur le projet de quatre éoliennes à la Croix-en-Brie vient de démarrer. Plusieurs personnes y ont d’ores et déjà exprimé leur opposition ferme.

Quatre éoliennes de 150 m de haut seront implantées par la société Nordex le long de la D 76, perpendiculaire à la D 619, à la Croix-en-Brie, à côté de Vanvillé et Rampillon. Une enquête publique * est en cours jusqu’au 28 septembre afin que chacun s’exprime à ce sujet.


- Pourquoi à cet endroit ? « Il y a du vent, pas de contraintes techniques (aériennes, etc.), les habitations les plus proches sont à environ 700 m, élus et propriétaires des terrains concernés soutiennent le projet », justifie Paul Duvernoy, chef du projet chez Nordex.



- Combien d’électricité sera produite ? De quoi fournir l’électricité à 9 030 habitants (Nangis et La Croix-en-Brie par exemple), chauffage et eau chaude compris. « Trois gouvernements successifs nous enjoignent à produire de l’électricité d’origine renouvelable. A un moment, il faut franchir le pas et le réaliser », défend Yves Bartholet (SE), le maire. « Mais ce modèle économique ne repose que sur des subventions de l’Etat », raille Stéphanie Dubos, présidente de l’association , opposée au projet. A noter : ces éoliennes rapporteront 136 000 € par an de fiscalité aux collectivités locales.


- Quels impacts sur le paysage ? Ils seront « assez forts », prévient l’Autorité environnementale. Près de 45 sites protégés se trouvent à proximité. Des villages et hameaux aux abords auront « une visibilité directe » sur les éoliennes, note l’étude d’impact, avec « une covisibilité très probable depuis le site protégé (inscrit) de Rampillon ». « Je crains que le calme et l’attrait rural de Saint-Just-en-Brie soient parasités par ces éoliennes », explique une retraitée sur le registre d’enquête publique.
Olivier Lavenka (LR), maire de Provins, a déposé un courrier d’opposition ferme au projet dès lundi après-midi. Il rappelle la proximité immédiate avec « des sites patrimoniaux remarquables » (église de Saint-Loup-de-Naud, site gallo-romain de Chateaublau…) et, surtout, avec la cité médiévale de Provins classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Celle-ci bénéficie d’une zone de protection élargie depuis fin 2017. Or, les éoliennes seront visibles depuis la fameuse Tour César. « C’est une folie d’implanter des éoliennes là. Cela défigurera l’entité paysagère de la brie, façonnée du XIIe au XIVe siècle. »

- Et pour les habitants ? « Selon un agent immobilier, nos maisons perdront 30 % de leur valeur », s’alarme cet habitant de La Croix-en-Brie. « Dans un village de l’Indre, la population a doublé depuis la création du parc éolien », répond Paul Duvernoy. Vent de Liberté 77 redoute le bruit de ces engins : « Ce bruit sera très faible, rassure Paul Duvernoy. J’invite tout le monde à se rendre au pied d’une éolienne pour s’en rendre compte. Elles ajouteront au maximum 5 dB le jour et 3 la nuit au bruit ambiant. »

Enquête publique jusqu’au 28 septembre, en mairie de La Croix-en-Brie, Nangis et Rampillon. Réunion publique le 14 septembre à 20 heures, salle polyvalente de La Croix-en-Brie.

Autres articles de presse

28/08/18 : En Seine-et-Marne, ces communes qui luttent contre les éoliennes
https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/seine-et-marne/seine-marne-ces-communes-qui-luttent-contre-eoliennes-1531912.html
Depuis le 27 août, les 570 habitants de la Croix-en-Brie (Seine-et-Marne), sont appelés à donner leur avis sur l'implantation de 4 éoliennes dans leur commune. Situées à environ 1 km des habitations les plus proches, ces structures n'enchantent guère les riverains.
Elles mesurent 90 mètres de haut, et permettent de poursuivre la transition énergétique. Quatre éoliennes pourraient s'ériger le long d'une route près de la Croix-en-Brie, en Seine-et-Marne. Mais le projet ne ravit pas les habitants. "Nous n'avions pas du tout prévu d'avoir des éoliennes devant chez nous. Les gens n'ont pas envie de venir à la campagne et de s'installer dans leur jardin pour voir ces monstres. C'est être déranger, avoir du bruit, peut-être des problèmes pour la santé", s'exaspère Anne Carpentier, association Vent de liberté.
De l'énergie verte au détriment du paysage en somme. La société exploitante promet 30.000 mégawatts chaque année. De quoi fournir 21.000 habitants hors chauffage et eau chaude. Mais l'impact se mesurera jusqu'aux villages alentours.
"A la fin, les communes mettent la main à la poche" "On annonce de gros chiffres sauf qu'après, ce n'est pas forcément ce que l'on nous a annoncé. Ces sociétés qui installent les éoliennes n'ont pas une durée de vie très longue en général. Et à la fin, ce sont souvent les communes qui mettent la main à la poche. Et les quelques milliers d'euros que l'on a gagné pendant quelques années, ce n'est rien à côté des dizaines ou centaines de milliers d'euros qu'il faut pour assainir tout cela", explique Sébastien Coupas, maire (SE) de Rampillon.
Une réunion publique est prévue mi-septembre. Un vent de fronde a déjà commencé à souffler.


30/08/18 : Seine-et-Marne : La Croix-en-Brie : les habitants doivent se prononcer sur l'arrivée d'éoliennes
https://www.evasionfm.com/actualite-37248-la-croix-en-brie-les-habitants-doivent-se-prononcer-sur-l-arrivee-d-eoliennes.html
Depuis le 27 août, les 570 habitants de la commune sont appelés à se prononcer sur l'implantation de quatre éoliennes sur le territoire.
Les habitants de la Croix-en-Brie appelés à donner leur avis. Depuis le 27 août, les 570 habitants de la commune sont appelés à se prononcer sur l'implantation de quatre éoliennes sur le territoire, selon Le Parisien. Situées à environ un kilomètre des habitations les plus proches, ces structures n'enchantent guère les riverains. Selon eux les sociétés qui vendent les éoliennes promettent des économies énormes en facture énergétique, alors que la réalité est différente. Ils craignent notamment les coûts d'entretien très onéreux.


01/09/18 : Seine-et-Marne. La Croix-en-Brie : le projet de parc éolien désormais soumis à enquête publique
L'enquête publique sur le projet de parc éolien à La Croix-en-Brie, près de Pécy, a débuté le lundi 27 août pour se terminer le vendredi 28 septembre.
À La Croix-en-Brie, près de Pécy, le projet de création du parc éolien est toujours d’actualité. Il en est désormais au stade de l’enquête publique.
Les habitants du secteur doivent donc se prononcer sur la demande d’autorisation d’installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE) à partir du lundi 27 août, et ce, jusqu’au 28 septembre à 19 h.
Quatre éoliennes
Ce futur parc comprend l’installation de quatre aérogénérateurs terrestres, destinés à produire de l’électricité, et d’un poste de livraison sur le territoire de La Croix-en-Brie.
S’il voit le jour, il fera partie des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).
Au terme de cette phase de consultation, le préfet statuera par voie d’arrêté sur la demande d’autorisation présentée par l’entreprise Nordex LXII, qui porte le projet et qui devra répondre à des prescriptions très techniques, notamment en termes d’installation.
Une réunion d’information
Compte tenu de la nature et de l’importance du projet, une réunion publique sera organisée à la salle polyvalente de La Croix-en-Brie, rue du Saussoye, le vendredi 14 septembre à partir de 20 h, en présence du maire, Yves Batholet.
Les habitants pourront obtenir toutes les réponses à leurs questions.
Le dossier est téléchargeable sur le site de la préfecture : www.seine-et-marne.gouv.fr, dans la rubrique Enquêtes publiques. Réunion d’information le vendredi 14 septembre à 20 h à la salle polyvalente de La Croix-en-Brie.


------------------------------------------------------
Pour info :  dépôt d'un avis par internet : http://www.seine-et-marne.gouv.fr/Publications/Enquetes-publiques/La-Croix-en-Brie-Creation-parc-eolien-Societe-NORDEX-LXII-SAS/Dossier-d-enquete-publique-Registre-dematerialise-Adresse-courrier-electronique

------------------------------------------------------
Archives
27/07/18 : Seine-et-Marne : La Croix-en-Brie : les éoliennes toujours d’actualité
http://www.leparisien.fr/la-croix-en-brie-77370/la-croix-en-brie-les-eoliennes-toujours-d-actualite-27-07-2018-7835871.php
L’enquête publique sur le projet débutera le 27 août.
Le projet d’installation d’éoliennes à La Croix-en-Brie, entre Provins et Nangis, n’est pas enterré. Il suit toujours son cours. La preuve : l’enquête publique sur le sujet, porté par l’entreprise Nordex LXII, doit avoir lieu du 27 août au 28 septembre.
Il est envisagé la création d’un parc éolien, composé de quatre aérogénérateurs et d’un poste de livraison sur le territoire de La Croix-en-Brie. Les habitants pourront faire valoir leurs remarques sur cette demande d’autorisation d’installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE).



04/04/16 : Seine-et-Marne : La Croix-en-Brie : entre les anti-éoliennes et le maire, c’est la guéguerre
http://www.leparisien.fr/la-croix-en-brie-77370/la-croix-en-brie-entre-les-anti-eoliennes-et-le-maire-c-est-la-gueguerre-04-04-2016-5686651.php
« Le maire de La Croix dépasse les bornes. » Stéphanie Dubos, la présidente de l’association Vent de Liberté 77, qui lutte contre le projet d’éoliennes à La Croix-en-Brie, entre Nangis et Provins, n’en revient pas. Le maire, Yves Bartholet (SE), refuse la location de la salle polyvalente de la commune à sa structure pour y organiser une nouvelle réunion publique.
Comme les deux précédentes, cette réunion visait à informer la population sur les dangers de l’éolien et le projet d’implantation de dix machines de plus de 150 m de haut, réparties sur deux sites dans les parties nord et sud du territoire de la commune. Christian Jacob (LR) devait même y participer. Le député et maire de Provins est défavorable au projet car il craint qu’il menace le classement de la cité médiévale au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco.
« Il y a un risque de trouble à l’ordre public assez important, se défend Yves Bartholet. On ne peut pas dire que ça s’est bien passé la dernière fois. C’était le 5 février, uncn responsable d’une association anti-éoliennes extérieure au village a menacé de venir faire de l’agitation à La Croix… Il y a des habitants qui n’approuvent pas ce genre de démarches. Quant à M. Jacob, il n’est pas censé être un pacificateur de réunion. L’ambiance générale n’est pas du tout bonne. »
Yves Batholet souhaite organiser lui-même une réunion publique cet été pour informer ses administrés sur le projet sud, celui situé au nord étant prévu pour plus tard. « Les études sont en cours », dit-il. Cette implantation rapportera selon lui 80 000 € par an à la commune.
En attendant, un mât de 80 m de haut mesure le vent depuis novembre dernier au sud du village, entre La Croix-en-Brie et Rampillon. Son clignotement nocturne rouge, visible à des dizaines de kilomètres à la ronde, laisse augurer de la visibilité des éoliennes dans le paysage.


07/06/15 : Seine-et-Marne : Le maire de La Croix-en-Brie vent debout contre les anti-éoliens
http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/le-maire-de-la-croix-en-brie-vent-debout-contre-les-anti-eoliens-07-06-2015-4841011.php
Rien n'y aura fait. Yves Bartholet, le maire (SE) de La Croix-en-Brie, reste fermement convaincu que le projet d'éoliennes en cours sur sa commune est d'intérêt général. Et ce, à l'issue d'une réunion publique organisée ce samedi dans son village, par l'association « Vent de liberté 77 », présidée par Stéphanie Dubos. Cette dernière, comme une vingtaine d'autres familles, ne veut pas que les deux parcs de cinq machines prévus, viennent défigurer le paysage et apporter leur lot de nuisances. Durant la réunion qui a attiré une quarantaine de personnes, les anti-éoliens ont abordé toutes ces questions, jusqu'aux problèmes que les éoliennes engendreraient sur la santé. Malgré les interventions de Sébastien Coupas (DVD), maire de Rampillon et de Roger Denormandie (Les Républicains), maire de Montigny-Lencoup et président de la communauté de communes Bassée-Montois, le cartésien Yves Bartholet, ingénieur-informaticien de profession, campe sur ses positions, peu convaincu par le discours des membres de la fédération anti-éolienne. 
Tant qu'il n'aura pas de preuves scientifiques ou d'études sur l'impact de ces machines, notamment sur la santé ou le prix de l'immobilier local (baisse de 30 % d'après les anti-éoliens), il ne changera pas d'avis : « On ne peut pas fonctionner que sur les craintes, dit-il. Ces éoliennes sont une opportunité de financement, de 80 000 € par an maximum. Ici, on est un petit village, nous n'avons pas de zone industrielle. Cet argent pourra servir à avoir une voirie plus sympa ou à refaire les jeux pour enfants. On a beaucoup d'investissements potentiels à faire, également avec la communauté de communes de la Brie nangissienne (NDLR : dont l'arrivée du numérique et le projet de maison de santé). » 
Un argument qui peinera à convaincre à Pécy, commune située juste au Nord et membre d'une autre intercommunalité, les Sources de l'Yerres. Elle sera impactée visuellement, sans avoir les retombées financières. « C'est vrai qu'ils peuvent hurler à Pécy, reconnaît Bartholet. Je peux le comprendre. Mais ils pourront s'exprimer lors de l'enquête publique. »D'autres projets d'éoliennes dans le département Les anti-éoliens réunis ce samedi à La Croix-en-Brie ont évoqué d'autres projets en préparation dans le département. A Châtenay-sur-Seine, dans la Vallée de la Bassée, l'un d'eux prévoirait l'installation de 16 machines. Une réunion publique sur le sujet aura lieu le 26 juin, à 20 heures, à la salle des fêtes de la commune. Seize autres éoliennes sont aussi imaginées, cette fois à Cessoy-en-Montois, un peu plus au Nord. D'après les anti-éoliens, le conseil municipal local y aurait donné un avis favorable et autorisé l'installation d'un mât de mesure du vent. Enfin, les anti-éoliens basés à Chevru, vers La Ferté-Gaucher, dénoncent un projet en préparation à Choisy-en-Brie. Huit machines y seraient prévues.

05/06/15 : Seine-et-Marne : Réunion publique sur le projet d'éoliennes à La Croix-en-Brie
http://www.leparisien.fr/seine-et-marne-77/reunion-publique-sur-le-projet-d-eoliennes-a-la-croix-en-brie-05-06-2015-4835095.php
L'association « Vent de liberté77 » organise une réunion publique d'information sur le projet d'implantation sur la commune de cinq voire dix éoliennes de 150 m de haut et ses conséquences, ce samedi, à La Croix-en-Brie. Un projet pour lequel la municipalité s'est déclarée favorable, le 23 février dernier. D'après l'association, le projet impactera aussi la commune voisine de Pécy et en première ligne ses hameaux, Noas, Givry, Mirvaux, Cornefèvre et Mélenfroy. Une exposition de maquettes d'éoliennes sera présentée dans l'après-midi.Ce samedi, à partir de 16 h 30, à la salle polyvalente. Réunion publique à 18 heures.

25/02/15 : Seine-et-Marne : Mobilisation des habitants contre l'arrivée des éoliennes
http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-et-marne-77/mobilisation-des-habitants-contre-l-arrivee-des-eoliennes-25-02-2015-4557177.php
« Non aux éoliennes, un référendum! » C'est par ce cri repris à l'unisson que plus de 65 personnes opposées au projet de parc éolien à La Croix-en-Brie, ont accueilli leurs élus avant le conseil municipal de lundi soir. Venu manifester son mécontentement avec le soutien des associations de défense Vents de colère en Visandre et Vents de Force 77, le groupe s'est ensuite invité dans la petite salle du conseil municipal pour assister à l'unique délibération à l'ordre du jour : la poursuite ou non du projet d'implantation de cinq voire dix éoliennes hautes de 150 m, sur deux parcelles situées au nord et au sud de la commune.
« Avant d'engager notre village sur un projet qui ne vous appartiendra plus, il serait nécessaire de solliciter les habitants par référendum. Si malgré tous nos appels, vous décidez de vous prononcer en faveur de ce projet nous sommes déterminés à nous faire entendre et nous irons jusqu'au bout », a prévenu en préambule de la séance Stéphanie Dubos, présidente de Vents de liberté 77, une association d'habitants mécontents en cours de création. Malgré cet avertissement et la présence silencieuse de dizaines d'habitants massés dans la petite salle du conseil, le projet a été adopté à neuf voix contre quatre après 45 minutes de délibération, dans une ambiance étouffante.
Après un an d'études environnementales, les sociétés Nordex et WDP, déjà en relation avec la municipalité depuis 2013, pourront donc déposer un dossier de demande de permis de construire à la préfecture. « Elles auraient pu le faire sans notre aval. Je pense qu'il vaut mieux dialoguer avec des entreprises qui ont déjà travaillé sur le secteur qu'avec celles qui nous laissent une carte de visite », précise Yves Bartholet (SE), le maire de La Croix-en-Brie. À la clé selon l'édile : entre 43 000 € et 86 000 € de rentrées fiscales pour le village de 680 habitants.
Mais pour les riverains des futures éoliennes présents, qui craignent la perte de la valeur de leurs habitations ainsi que des nuisances sonores et visuelles, ce vote est d'abord un blanc-seing donné aux deux opérateurs. Un bras de fer qui devrait se poursuivre dans les mois à venir. « Nous sommes prêts à poser des recours devant la justice et même à nous enchaîner aux éoliennes si elles commencent à être construites », prévient Stéphanie Debos.