Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

jeudi 5 juillet 2018

Côtes d'Armor : Conseil municipal. Non aux éoliennes de Plumieux

http://www.laplumauvent.com/images/eoliennes-plumieux-STOP2.jpg
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/coetlogon/conseil-municipal-non-aux-eoliennes-de-plumieux-04-07-2018-12016947.php

Le conseil municipal s’est réuni mardi. À l’ordre du jour, tout d’abord, le projet éolien de Péhart, à Plumieux. La commune a été sollicitée par la société Valorem pour lui accorder le passage pour tout véhicule léger et lourd (véhicules de chantier et grue) sur le chemin rural du Bois Bily. Le conseil, « considérant le nombre important d’éoliennes présentes sur le territoire », a décidé par cinq voix contre et trois abstentions, de refuser l’autorisation de signer tous les documents relatifs à ce projet : les actes constitutifs de servitudes nécessaires à son implantation, sur tous les chemins ruraux, voies et parcelles communales, et tous les avenants à ces actes. 
[...]


Archives : 
03/07/18 : Côtes-d'Armor : Éoliennes. La Plum’au vent va devenir association
https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/plumieux/eoliennes-la-plum-au-vent-va-devenir-association-03-07-2018-12015681.php
Jeudi 28 juin, une réunion du collectif « La Plum’au Vent » s’est tenue à la salle omnisports, en présence du député Marc Le Fur, invité et signataire de la pétition « Éoliennes OK… pas toutes à Plumieux ». Des membres de l’association « Vent Debout à Plémet » étaient également présents à cette réunion où de nombreux sujets ont été abordés. Et tout d’abord la mobilisation locale. « 85.25 % de la population adulte de la commune ont signé la pétition et plus 123 personnes domiciliées hors de la commune », a-t-il été souligné. Le collectif a souligné qu’une forte participation aux enquêtes publiques est essentielle pour avoir plus de poids dans la décision finale.
Immobilier déprécié, pollutions et questions
Le député a rappelé que « le grand nombre d’éoliennes, de plus en plus hautes, avec leurs pollutions auditive et visuelle, constituait un motif de grande inquiétude pour la population ». Pour lui, « cette concentration, sur une seule zone, aura forcément une conséquence sur la santé des gens et des animaux. » Le collectif a aussi évoqué la dépréciation de l’immobilier.
Autre remarque : « Le modèle allemand dispose d’un parc de production intermittente (solaire et photovoltaïque). Quand le soleil se couche et que le vent tombe, c’est le charbon, avec 44 % de la production totale, qui remplace les énergies renouvelables, entraînant un taux record d’émission de CO2 ! Est-ce un modèle ? »
Le démantèlement des éoliennes et leur coût, ont aussi des sujets d’inquiétudes. « Mais nous disposons de peu d’éléments de réponse car il n’y a pas assez de recul pour faire un constat objectif », a reconnu Bernard Le Gall, responsable du collectif. Le collectif n’existant pas juridiquement, Marc Le Fur leur a conseillé de faire évoluer celui-ci en association.


25/10/17 : Les éoliennes à Plumieux (22)  : l’aspect économique entre en jeu
https://www.ouest-france.fr/bretagne/plumieux-22210/les-eoliennes-plumieux-l-aspect-economique-entre-en-jeu-5335317
Lors du vote, pour ou contre les éoliennes, vendredi soir, le maire de Plumieux, Pierrick Le Cam, a expliqué au conseil municipal les différents enjeux économiques.
Le conseil peut-il refuser l’implantation d’entreprises ?
Le maire, Pierrick Le Cam, a, dans un premier temps, aborder le point de vue économique.« Le conseil municipal peut-il refuser des études d’implantation d’entreprises pour s’installer dans la commune, dans un contexte où les communes rurales voient péricliter les projets d’installation au profit de plus grands centres économiques, et par conséquent, voir l’offre d’emploi de proximité et de produits financiers diminués ? »L’éolien n’est pas un grand employeur, même s’il faut du personnel pour l’entretien de ce matériel. Le maire souligne que « Loudéac a vu l’implantation d’une formation et d’un diplôme (BTS) s’implanter dans ce domaine ». D’un point de vue financier, et dans un contexte de baisse des dotations de l’État, de la Région et du Département pour les communes rurales, « a-t-on le droit de refuser de regarder les bénéfices financiers pour la commune et la communauté de communes ? » L’Ifer (imposition forfaitaire pour les entreprises de réseaux) est reversé à la communauté de communes et les taxes foncières à la commune.
Ce que cela pourrait rapporter
Le premier parc éolien de Plumieux (deux éoliennes seulement) ne rapporte rien de plus que ces taxes et impôts. « Nous avons la garantie que, pour les nouveaux parcs, en complément des impôts et taxes, les communes pourront toucher des sommes pouvant aller de 1 500 € à 3 000 €/MW par an et par éolienne, installée au titre de servitudes de passages concédées sur ses chemins du domaine privé, soit pour des éoliennes de 2,5 MW : 7 500 €, par an et par éolienne, sur toute la durée de vie du parc. » Pour le maire, il y a là de quoi réfléchir aux prochains investissements sur le territoire communal.
Le complément de revenus pour les propriétaires terriens concernés par une implantation d’éolienne (jusqu’à 10 000 € par éolienne et par an), n’est, pour Pierrick Le Cam, pas à ignorer. Quel que soit le résultat du vote, il y aura des insatisfaits, « et si les éoliennes ne s’implantent pas à Plumieux, elles s’implanteront dans des communes voisines, qui en tireront également tous les bénéfices financiers ».
Prendre en compte les enquêtes publiques
Pour le maire, l’important, c’est que lors des enquêtes publiques pour chacun des projets, un maximum de personnes fassent part de leurs arguments favorables ou défavorables. « À partir de cette enquête, le commissaire enquêteur donnera un avis sur le projet, puis la commune, au regard des résultats de l’enquête publique et en tenant compte du résultat du vote du 19 octobre, donnera un avis, et enfin ce sera le préfet qui donnera un avis définitif. »

21/10/17 : Plumieux (22). Les projets éoliens vont-ils être annulés ?
https://www.ouest-france.fr/bretagne/plumieux-22210/plumieux-les-projets-eoliens-vont-ils-etre-annules-5327172
Jeudi 19 octobre, le conseil municipal de Plumieux (Côtes-d'Armor) a voté contre l’implantation d’éoliennes sur les sites des Landiers, Ker-Anna, Quillien et Pehart. Pour autant, leur disparation n’est pas actée.
Sur la table du conseil municipal de Plumieux, jeudi 19 octobre, un dossier qui fait réagir dans la commune : celui des quatre projets éoliens sur les sites des Landiers, de Ker-Anna, de Quillien et de Pehart.
La municipalité les avait validés. Mais un vent de contestation souffle dans la commune. Le collectif La Plum’au vent, opposé à ces projets, avait lancé une pétition. Celle-ci avait recueilli 673 signatures sur les 814 adultes que compte la commune, soit 82,67 % de la population.
"Ce vote engage le conseil municipal"
Le 11 septembre, ce collectif a été reçu en mairie. Il a demandé à la municipalité de procéder à un nouveau vote sur ce sujet. Le maire, Pierrick Le Cam, avait ensuite fait part de cette requête aux conseillers municipaux.
Ce jeudi, l’édile a donc demandé au conseil de se prononcer pour ou contre les projets éoliens dans la commune. « Le vote qui aura lieu ce soir engage le conseil municipal », souligne-t-il.
Pierrick Le Cam en a profité pour expliquer les tenants et les aboutissants de ces projets. En précisant que lorsqu’une éolienne est implantée, le propriétaire de la parcelle touche 3 000 € par an. Un revenu non négligeable.
Les opposants satisfaits
Le vote s’est ensuite déroulé, en présence des membres de la Plum’au vent : projet éolien site des Landiers, deux votes pour, sept contre ; projet de Ker-Anna, trois votes pour, six contre ; projet de Quillien, neuf votes contre ; projet de Pehart, neuf votes contre.
Les membres du collectif de défense se disent satisfaits du résultat. De son côté, Élise Kebaili, chef de projets développement chez Engie et à l’initiative du projet précise : « Nous prenons acte de ce vote, dont les résultats sont certes décevants mais nous engagent aussi à poursuivre avec d’autant plus d’attention notre démarche d’information et d’échange autour de ce projet. »
À noter que quatre membres du conseil municipal concernés de près par les projets n’ont pas été autorisés à voter.Le dossier des éoliennes à Plumieux n’est donc peut-être pas définitivement classé.

Sites à consulter :
⇒ Vent de Forêt
https://ventdeforet.jimdo.com/dossiers/plumieux/
⇒ La Plum'au Vent