Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

mardi 15 mai 2018

Ille-et-Vilaine : Parc éolien : Bazouges dit non !

https://www.ouest-france.fr/bretagne/bazouges-la-perouse-35560/parc-eolien-bazouges-dit-non-5756955

Le conseil municipal de Bazouges-la-Pérouse (Ille-et-Vilaine) a émis un avis défavorable au projet de parc éolien de la société Boralex projeté dans les communes de Bazouges-la-Pérouse et Noyal-sous-Bazouges.


À Bazouges-la-Pérouse (nord-est de Fougères), les éoliennes c'est niet ! Après avoir éludé la question une première fois, il y a quinze jours, mercredi 9 mai 2018, les élus ont finalement tranché par 11 voix contre cinq, en défaveur du parc éolien projeté dans la commune, soit quatre éoliennes d'une hauteur maximale de 180 m (mât et pales compris).

Le maire de Bazouges-la-Pérouse, Pascal Hervé, a jugé préférable de ne pas prendre part au vote « pour éviter tout conflit d'intérêts ».

Une atteinte au patrimoine

Les implantations sont jugées incompatibles avec la richesse patrimoniale d'une Petite Cité de Caractère, et de nature à porter « atteinte aux monuments historiques et au patrimoine majeur énoncé précédemment », selon l'avis rendu par l'architecte des Bâtiments de France, dans son rapport du 7 décembre 2016.

Ce point de vue a été rapporté et défendu par Franck Melin, venu prendre la parole au conseil municipal, au nom de l'Association de protection et de sauvegarde de l'environnement (APSE) en sa qualité de président : « Il s'agit pour nous de vous encourager à voter contre ce projet de grand parc éolien et de vous alerter contre l'arrivée progressive de ces très nombreux parcs autour de Bazouges et de Marcillé-Raoul. […] Il s'agit de parcs qui se développent de plus en plus. Il y a maintenant celui de KDE (Romazy, Rimou et Bazouges), celui de Trémeheuc, Tinténiac, Dingé et de Quibriac. Ce qui ferait potentiellement, en tout, avec celui de Tremblay qui peut redémarrer à tout moment, dans votre zone, huit parcs de grandes éoliennes, au risque de provoquer un effet de mitage majeur dans le paysage. »

C'est aussi la mise en garde émise par le commissaire enquêteur relevé dans le rapport qu'il a établi, le 27 mai 2015, sur l'opportunité ou non d'un projet de parc éolien à Marcillé-Raoul : « Le développement de ce parc éolien à Marcillé-Raoul et l'existence de celui de Tréméheuc rendront très difficile le développement d'autres projets dans ce secteur en raison de l'important effet de mitage qu'ils pourraient générer. Les inquiétudes exprimées au cours de l'enquête publique sont, à mon sens, justifiées. »

Le vote massif des élus intervient quelques jours seulement après la clôture de l'enquête publique, le 28 avril.

Le commissaire enquêteur a un mois pour rendre ses conclusions. La décision finale reviendra au préfet. Ce projet avait été validé en son temps par l'ancienne municipalité en place il y a six ans.

Reste à savoir dans quelle mesure le refus de Bazouges-la-Pérouse, aux antipodes du « oui » massif exprimé par Noyal-sous-Bazouges aura des conséquences sur le projet ?
Mise à jour :
20/05/18 : Ille-et-Vilaine : Le conseil municipal de Bazouges-la-Pérouse majoritairement contre les éoliennes
Une majorité des conseillers municipaux de Bazouges-la-Pérouse est contre le projet éolien porté par la société Boralex. Conclusions du commissaire enquêteur avant fin mai.
Le conseil municipal de Bazouges-la-Pérouse était invité à donner son sentiment, à titre consultatif, sur le projet de parc éolien porté par la société Boralex. Celui-ci porte sur la construction de quatre éoliennes sur les communes de Bazouges et de Noyal-sous-Bazouges. Les élus ont finalement voté par 11 voix contre 5 en défaveur du parc éolien projeté sur la commune. Le maire Pascal Hervé n’a pas pris part au vote, « pour éviter tout conflit d’intérêt ».
Franck Melin, président de l’association de protection et de sauvegarde de l’environnement (APSE), a plaidé la cause de son association devant les élus. Il a notament évoqué l’avis rendu par l’architecte des Bâtiments de France en 2016. Selon lui l’arrivée d’éoliennes n’est pas compatible avec le patrimoine local (Bazouges est classée petite cité de caractère).
Plusieurs projets dans les environs
L’association veut aussi alerter contre la multiplication des projets éoliens dans le secteur du Bazougeais. Celui porté par Energie Nouvelles à Marcillé-Raoulfait toujours l’objet de deux recours, le premier contre le permis de construire et le second contre les ICPE. Un autre projet est préparé par KDE sur Romazy, Rimou et Bazouges. Selon Franck Melin les communes de Trémeheuc, Tinténiac, Dingé et de Quibriac sont concernés. « Ce qui ferait potentiellement en tout, avec celui de Tremblay qui peut redémarrer à tout moment, huit parcs de grand éolien de plus de 150 mètres au risque de provoquer un effet de mitage majeur sur le paysage ».
Lire aussi : un projet éolien à Marcillé-Raoul
L’enquête publique pour le projet Boralex s’est achevée le 28 avril dernier. Le commissaire enquêteur doit rendre ses conclusions avant la fin mai. La décision finale sera prise par le préfet d’Ille-et-Vilaine. Les élus de Noyal-sous-Bazouges, de leur côté, soutiennent le projet.

Archives :
30/04/18 : Ille-et-Vilaine : Bazouges-la-Pérousse. Le projet de parc éolien pose question
https://www.ouest-france.fr/bretagne/bazouges-la-perouse-35560/bazouges-la-perousse-le-projet-de-parc-eolien-pose-question-5731340
Bazouges-la-Pérousse (Ille-et-Vilaine) accueillera-t-elle des mâts de 180 mètres de haut ? Le sujet a été évoqué, mercredi 25 avril, lors du conseil municipal.
Comme l'avaient fait avant eux, leurs homologues de Noyal-sous-Bazouges, les conseillers municipaux de Bazouges-la-Pérouse avaient, mercredi 25 avril, à donner un ultime avis concernant l'implantation du parc éolien. Un projet de la société Boralex, dont l'enquête publique s'est terminée ce samedi, à midi.
Un avis de principe à en croire les élus en charge du dossier, puisqu'au final c'est le préfet qui devra trancher sur l'autorisation de construire. Pour autant, le sujet a suscité de vifs débats.
Si la pertinence du projet a été trés discutée, la question était aussi de juger de l'opportunité pour les membres du conseil de se prononcer sur cette question alors même que l'enquête publique suivait son cours. Et cela, sans risquer d'influencer le jugement des habitants appelés à se prononcer sur la question.
Sans le maire
Au moment d'aborder le sujet, le maire, Pascal Hervé et Nathalie Bondiguel ont jugé préférable de ne pas prendre part au débat « pour éviter tout conflit d'intérêts ». Les deux élus se sont retirés de la salle.
Après ce départ, Bruno Giffard, membre du conseil, n'a pas hésité à afficher son scepticisme pour ne pas dire son opposition à ce projet. Selon lui, « ce n'est pas tant les éoliennes qui freinent mais le fait que ce projet soit porté par un grand groupe industriel canadien »qu'il n'hésite pas à qualifier de « peu scrupuleux de l'intérêt collectif ».
Il en veut pour preuve, le dernier rapport établit par la Cour des comptes, qui « descend en flèche les projets éoliens » tout comme l'Unesco qui aurait menacé de déclasser le Mont Saint-Michel. « Si des éoliennes industrielles étaient implantées à moins de 20 km, ce qui serait le cas pour Bazouges-la-Pérouse ».
L'exemple allemand est également venu étayer son raisonnement : « Ce n'est pas vrai que l'énergie industrielle est une énergie de substitution […]. Je vous renvoie à l'exemple allemand qui s'est lancé dans l'éolien pour remplacer le nucléaire et qui vient de repasser au charbon ! » Sans parler du fait, qu'en l'état actuel des choses, le projet est encore flou. « La société Boralex était toujours dans l'hésitation quant au modèle qui devrait être retenu sur quatre hypothèses envisagées. »
« Pour toutes ces raisons, je demande à minima que notre vote soit reporté après la fin du registre ne serait-ce que pour témoigner qu'on respecte l'intérêt général », a conclu l'élu, un avis suivi au final par six conseillers sur 17 (6 abstentions et 5 voix contre).
Les élus se réuniront mercredi 9 mai. Ils devront cette fois-ci se prononcer, en faveur ou non du projet éolien.

23/03/18 : Ille-et-Vilaine : Bazouges-la-Pérouse. Éoliennes : l’enquête publique débute lundi
https://www.ouest-france.fr/bretagne/bazouges-la-perouse-35560/bazouges-la-perouse-eoliennes-l-enquete-publique-debute-lundi-5640716
L'enquête publique, qui va démarrer lundi 26 mars et durer jusqu'au 28 avril 2018, portera sur un projet éolien à Bazouges-la-Pérouse. Pendant toute la durée de l’enquête, le public pourra prendre connaissance du dossier en mairie.
Une enquête publique va se dérouler du 26 mars au 28 avril 2018, sur un projet éolien dans la commune de Bazouges-la-Pérouse, par la société Boralex. Pendant toute la durée de l’enquête, le public peut prendre connaissance du dossier comprenant notamment l’étude d’impact, des dangers, leurs résumés non techniques et l’avis d’autorité environnementale.
Le tout est visible en mairie les lundi, mardi, jeudi, vendredi, de 9 h à 12 h et de 15 h 30 à 17 h 30 ; mercredi et samedi, de 9 h à 12 h. Ils pourront formuler leurs observations sur un registre ouvert à cet effet.
Marie-France Granville, secrétaire administrative à la retraite, est nommée commissaire enquêteur. Elle sera présente pour recevoir le public pendant un mois, les lundi 26 mars, vendredi 13 avril ou samedi 28 avril, de 9 h à 12 h.

Les observations peuvent être adressées par écrit à l’attention du commissaire enquêteur par courriel : projeteolien@orange.fr
Des informations complémentaires concernant le projet pourront être obtenues auprès de Boralex SAS, opération et développement, parc Edonia, 1 rue de la Terre-Adelie, à Saint-Grégoire.


20/02/18 : Ille-et-Vilaine - Quatre éoliennes bientôt soumises à enquête, à Bazouges-la-Pérouse et Noyal-sous-Bazouges
https://actu.fr/bretagne/bazouges-la-perouse_35019/quatre-eoliennes-bientot-soumises-enquete-bazouges-perouse-noyal-sous-bazouges_15380914.html
Après Marcillé, Boralex prévoit la construction de quatre éoliennes à Bazouges et Noyal. Retardée, l'enquête publique ne devrait cependant pas tarder.
L’enquête publique sur l’installation de quatre éoliennes sur les communes de Bazouges-la-Pérouse et Noyal-sous-Bazougesdevait se dérouler du 15 janvier au 16 février. Elle a finalement été reportée à la demande de Boralex, la société qui porte le projet.
Prudence administrative
Jusqu’ici en effet les préfets coiffaient les autorités environnementales (habilitées à s’exprimer sur des projets) et avaient le pouvoir d’autoriser, ou non, les projets. Une double casquette qu’en décembre dernier le Conseil d’État a remise en cause.
« Étant donné que l’enquête publique répondait à cette jurisprudence, nous avons préféré demander un report de l’enquête pour éviter un vice de procédure. Le projet est bien naturellement maintenu. Le report devrait être de quelques semaines en attendant la correction du vice de procédure » explique Boralex.
Le projet prévoit l’édification de quatre éoliennes, d’une hauteur maximale de 180 mètres, pales comprises. Leur implantation est prévue pour deux d’entre elles en Bazouges (à 3, 5 km du centre-bourg), et pour les deux autres en Noyal, tout près de la limite communale de Cuguen. Les plus proches habitations se situent à 530 mètres des éoliennes.
L’autorité environnementale ne voit pas d’obstacle au projet, en évoquant des « nuisances limitées ». « Les vues depuis les lieux sensibles comme les remparts du château de Combourg, le sommet du Mont-Dol ou la terrasse ouest de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, au regard de leur éloignement important (10, 17 et 21 km) montrent un impact limité d’après les photomontages » explique-t-elle dans son avis intégré au dossier d’enquête publique.
De même, les nuisances concernant les zones humides devraient être nulles (aucune zone humide n’accueillera d’éolienne). En revanche l’autorité demande à Boralex de bien étudier « l’éventuelle gêne ressentie par les riverains par les ombres projetées » afin « d’adapter le fonctionnement du parc » si nécessaire.
Six autres à Marcillé-Raoul
Boralex porte aussi un autre projet éolien, à Marcillé-Raoul. Celui-ci prévoit d’installer six mâts au lieu-dit Les Landes, au sud de la commune (en lisière de Dingé et Saint-Léger-des-Prés). Ce dossier a progressé cet automne, lorsque le tribunal administratif a débouté des associations qui s’opposent au projet (celles-ci ont fait appel). Le tribunal administratif doit rendre un autre avis concernant le classement du projet au titre des Installations classée pour la protection de l’environnement (ICPE).