Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

mardi 13 février 2018

Morbihan : SAINT-DOLAY - Le projet éolien retoqué au tribunal administratif

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-dolay-56130/le-projet-eolien-retoque-au-tribunal-administratif-5542233

Le tribunal administratif de Rennes a annulé le permis de construire de quatre éoliennes à la Coudraie et rejeté la demande du promoteur, qui contestait le refus d'exploitation.

C'est une nouvelle victoire pour l'Association de défense de l'environnement vert et de la santé de Saint-Dolay (Adevsas), qui avait déjà obtenu, il y a quelques années, l'annulation d'un projet éolien à Nivillac.


Le 26 janvier, le tribunal administratif de Rennes a mis un coup d'arrêt à l'implantation de quatre éoliennes sur le territoire communal. Il a annulé le permis de construire - qui avait été accordé le 9 mars 2015 - et rejeté la demande de la société d'exploitation de Saint-Dolay (1), promoteur du projet, de faire annuler le refus d'exploitation de l'installation, décidé par le préfet le 15 février 2017.

« Nous sommes très satisfaits de cette décision, a commenté Henri-Bruno Lévesque, président d'Adevsas. Cela fait cinq ans que l'on se bat contre ces projets, qui ne sont pas adaptés à notre territoire. » C'est d'ailleurs ce qu'a confirmé le tribunal administratif, la semaine dernière, en évoquant une installation « au coeur d'un secteur sensible, du point de vue des paysages et de l'environnement ».

«Intérêt écologique, faunistique et floristique»


La zone est, en effet, située à 350 mètres du parc naturel régional de Brière, à 8 kilomètres du site inscrit de la Grande-Brière.


Le tribunal a également relevé que les engins, culminant à 150 mètres, seraient visibles depuis le marais de la Brière, la vallée de la Vilaine et certains hameaux et constructions pittoresques ou monuments protégés. C'est ce qu'avait pointé le commissaire enquêteur, en délivrant un avis défavorable, à l'issue de l'enquête publique qui s'était déroulée du 21 décembre 2015 au 22 janvier 2016.


« La décision du tribunal est motivée par la préservation du site naturel d'intérêt écologique, faunistique et floristique. C'est rarement lié à la population », déplore le président de l'association, qui réunit une quarantaine d'adhérents, soucieux de « conserver une qualité de vie dans ces territoires ».


À Saint-Dolay, « il y avait 25 maisons dans un rayon d'un kilomètre, certaines à moins de 500 mètres », rappelle Henri-Bruno Lévesque. L'impact sur les riverains avait d'ailleurs été relevé lors de l'enquête publique, notamment en ce qui concerne les nuisances sonores.


Pour le tribunal administratif de Rennes, le secteur de Saint-Dolay est «potentiellement très peu favorable ou interdit à l'implantation d'éoliennes». Un jugement et des conclusions qui devraient préserver les Dolaysiens de tout projet futur d'implantation sur ce territoire.


(1) Il s'agit d'une filiale de la société allemande Sab Windteam, spécialement créée pour ce projet.