Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

mardi 9 janvier 2018

Le préfet de la Corrèze dit "non" à l'implantation d'éoliennes à Saint-Priest-de-Gimel

http://www.lamontagne.fr/saint-priest-de-gimel/environnement/correze/2018/01/06/le-prefet-de-la-correze-dit-non-a-l-implantation-d-eoliennes-a-saint-priest-de-gimel_12691341.html

Arrêté :
Le préfet de la Corrèze Bertrand Gaume a refusé vendredi la demande de la société Eole-Res d'implanter trois éoliennes au lieu-dit Le Puy l'Aiguille, sur la commune de Saint-Priest-de-Gimel (Corrèze).

C'est une information qui n'a pas manqué de donner le sourire aux membres de l'association "Agir pour le plateau des étangs". Dans un arrêté en date de vendredi 5 janvier, le préfet de la Corrèze, Bertrand Gaume, a refusé la demande de l'entreprise avignonaise Eole-Res d'implanter et d'exploiter trois aérogénérateurs, au lieu-dit Puy de L'Aiguille, sur la commune de Saint-Priest-de-Gimel.

S'appuyant sur l'avis défavorable de la commission d'enquête, le représentant de l'Etat a justifié son refus notamment par la "grande proximité" entre le projet éolien et de nombreux sites classés et inscrits ou de monuments historiques, parmi lesquels les cascades de Gimel, l'étang de Ruffaud ou encore le château de Saint-Priest-de-Gimel.


Pas compatible avec l'esprit des lieux et le caractère pittoresque de ce territoire


L'étude d'impact avait notamment mis en évidence "qu'en amont de Gimel, l'échelle des éoliennes est similaire à celle des coteaux et engendre un effet de dominance et un conflit d'échelle avec le coteau, brouillant la lecture des structures paysagères. L'échelle des éoliennes en comparaison du bâti engendre également des effets de dominance vis-à-vis des bourgs de Saint-Priest-de-Gimel et du hameau de Vieillascaux".

Dans son arrêté, le préfet considère que "les caractéristiques du projet éolien ne sont pas compatibles avec l'esprit des lieux et le caractère pittoresque de ce territoire". L'entreprise Eole-Res a désormais deux mois pour saisir le tribunal administratif de Limoges.

09/01/18 : La préfecture de Corrèze refuse le projet éolien de Saint-Priest-de-Gimel
https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/correze/prefecture-correze-refuse-projet-eolien-saint-priest-gimel-1397605.html

Dans un arrêté pris le 3 janvier 2018, le préfet de Corrèze refuse l'autorisation d'exploitation de trois éoliennes à Saint-Priest-de-Gimel à une société avignonnaise, une satisfaction pour les opposants au projet. 
Dans un arrêté datant du 3 janvier 2018 et mis en ligne sur son site internet, la Préfecture de Corrèze a refusé l'autorisation d'exploitation du projet éolien porté par une société avignonnaise sur la commune de Saint-Priest-de-Gimel.
Parmi les arguments avancés par le préfet Bertrand Gaume pour justifier cette décision, on peut citer la proximité de sites classéscomme l'église ou les fameuses cascades de Gimel mais aussi l'impact sur le paysage et les risques de nuisances.
Cette décision est une satisfaction pour les opposants à ce projet regroupés au sein de l'association "Agir pour le plateau des étangs" qui dénonçaient sur leur site "la multiplication silencieuse des projets éoliens industriels".
Dans une enquête publique menée au printemps 2017, on apprend que ce projet de plus de 12 millions d'euros concernait 3 éoliennes d'une hauteur de 180 m, dont la production était estimée à "19 530 MWh, soit l'équivalence de la consommation d'une commune de 10000 habitants (hors chauffage)".
La société EOLE-RES porteuse du projet emploie 180 personnes et son siège se trouve à Avignon. Elle a 2 mois pour déposer un recours si elle le souhaite. 

08/01/18 : Corrèze : Le préfet de la Corrèze dit non aux éoliennes de Saint-Priest-de-Gimel
https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/le-prefet-de-la-correze-dit-non-aux-eoliennes-de-saint-priest-de-gimel-1515430838
Il n'y aura pas d'éoliennes à Saint-Priest-de-Gimel. Le préfet vient de rendre un avis défavorable au projet de l'entreprise avignonnaise Eole-Res qui souhaitait construire trois éoliennes sur la commune. Une victoire des opposants qui étaient nombreux dans le secteur.
L'enquête publique avait montré l'opposition au projet. Près de 170 personnes avaient donné leur avis. "je préfère des panneaux photovoltaïques qui ne se voient pas" souligne Thierry, un habitant de Saint-Priest-de-Gimel, rappelant qu'un très grand champ de panneaux existe dans la commune.
"Ils préfèrent le nucléaire ou le charbon" Bernard Barrot
Les riverains de la commune et des communes voisines se sont fortement mobilisés depuis 2015, année du dépôt du projet par l'entreprise. Une association notamment les réunit, baptisée "Agir pour le plateau des étangs". Sa présidente Cathy Donnedevie rappelle que "tout le monde était opposé à ce projet". Tout le monde sauf la mairie. Bernard Barrot le maire souligne l'effort de la commune pour favoriser l'électricité verte. "Il faut demander aux opposants s'ils préfèrent le nucléaire ou le charbon aux énergies renouvelables".
Trop près des cascades de Gimel
Pour motiver son refus le préfet de la Corrèze mentionne en particulier la proximité du site retenu pour les éoliennes avec des sites classés, comme le château de Saint-Priest-de-Gimel, ou surtout celui des cascades de Gimel. Il est l'un des plus anciens sites classés en France (1912) et il attire des très nombreux visiteurs chaque année. D'où la satisfaction du propriétaire-exploitant, Jean-Dominique Archambault, qui faisait partie des plus farouches opposants. L'entreprise Eole-Res a deux mois pour déposer un recours.