Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

mardi 13 juin 2017

Trizac (15) - Projet éolien : ils demandent la démission du maire

http://www.lavoixducantal.fr/projet-eolien-ils-demandent-la-demission-du-maire_6202/

publié le 12/06/2017

Un collectif ne veut pas de l'installation d'éoliennes sur la commune.


Sous une pluie battante, une soixantaine d’opposants au projet d’implantation d’éoliennes sur la commune a manifesté son mécontentement, banderoles déployées demandant la démission du maire Alice Malga. « Alice Trahison, Alice démission »pouvait-on lire sur les pancartes déployées.

À l’appel lancé par l’association « Vent des Planèzes de Trizac », partis de la place du monument, les manifestants ont convergé jusqu’à la place de la mairie, où une petite délégation a été reçue par le maire à la demande de la préfecture. 

En petit comité, Alice Malga a fait part de ses motivations, notamment la pression des 22 propriétaires fonciers de la commune partie prenante du projet conduit par la société Boralex, justifiant qu’il fallait bien tenir compte de l’avis de tous et qu’il ne s’agissait que d’une simple étude.

Noel Fournet Fayard, membre du bureau s’est expliqué : « Malgré la délibération du Conseil municipal du 7 avril 2017, qui a voté en majorité contre le projet éolien sur nos planèzes, Mme Alice Malga, maire de Trizac, sans en avoir informé son conseil, vient d’envoyer à la Préfecture du Cantal un avis favorable à la demande de permis de construire de la société Boralex (promoteur éolien) pour la pose d’un mât de mesure du vent à l’automne prochain. Pour nous c’est une trahison et avons appelé à cette action coup de poing afin de sensibiliser la population. En raison de ces incohérences, nous lui demandons de démissionner. Il faut savoir que sur les 22 propriétaires signataires des conventions avec Boralex, 19 n’habitent pas la commune et ne seront donc pas impactés par les nuisances et les dangers que représentent les éoliennes ».

L’association Vent des Planèzes de Trizac organise une réunion publique d’information le vendredi 16 juin à 20 h salle des fêtes de Trizac.

Cette réunion a pour but d’informer la population de Trizac et de la région, de ce que représente réellement le projet d’un parc d’éoliennes industrielles, envisagé par la société canadienne Boralex. Après une courte présentation en images, les participants seront invités à échanger avec les membres de l’association, qui se renseignent depuis plusieurs mois sur les conséquences écologiques, économiques, touristiques et environnementales de ce type de projet.

De son côté, Alice Malga, maire, se dit « Très surprise de cette manifestation car non énoncée en Mairie comme il se doit ». Elle tient à rappeler le déroulé des évènements qui ont conduit des opposants au projet d’éoliennes à différentes actions, dont une manifestation et tient à souligner l’état d’avancement. « Le 28 décembre 2016, le conseil municipal a donné majoritairement feu vert à la société Boralex pour un projet éolien (de 5 à 10 ans). Le 7 avril 2017, le conseil municipal a émis un avis défavorable à ce projet souhaitant plus d’informations afin de compléter son jugement, l’implantation du mas de mesure qui sera démonté dans 2 ou 3 ans va dans le sens de cette demande puisque l’étude permettra d’établir la faisabilité du projet les lieux d’implantation et le nombre de générateurs proposés. Un mât de mesure n’est pas un parc éolien ! Dans mon mandat de Maire, je me dois d’étudier toutes les propositions de développement économique avec retombées financières pour ma commune, je n’ai pas à apporter d’entraves aux études préliminaires d’un projet privé sur un terrain privé (terrain de Mr Chabut), je le ferai pour tout autre projet dans le respect de l’intérêt général. J’ai signé le 12 mai une déclaration préalable pour des études préliminaires qui n’engagent en aucun cas le conseil municipal. La commune n’a pas de plan d’urbanisme nous sommes en RNU, la Mairie n’a aucun pouvoir de permis de construire (DDT, Préfecture, Bâtiment de France) seulement un avis consultatif. »
Avant de poursuivre : « ce communiqué s’inscrit dans la demande de Maire que j’ai engagée. Je le réitérerai chaque fois que cela sera nécessaire et que le débat s’appuiera sur des arguments inexacts qu’ils viennent des favorables ou des opposés aux éoliennes. »