Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

samedi 11 février 2017

Haute-Loire : le projet éolien de Pardines

Haute-Loire : le projet éolien de Pardines devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand

http://www.lamontagne.fr/issoire/economie/btp-industrie/2017/02/09/haute-loire-le-projet-eolien-de-pardines-devant-le-tribunal-administratif-de-clermont-ferrand_12277882.html

Publié le 09/02/2017, Olivier Choruszko


Le dossier des éoliennes de Pardines, qui a obtenu tous les feux vert de l’État l’été dernier, est entré dans une phase judiciaire. L’association Quel horizon pour le pays d’Issoire conteste l’autorisation d’exploiter devant le tribunal.

Le premier coup de pioche avait été envisagé pour cet été. Mais au vu des derniers rebondissements, il est peu probable que le chantier des éoliennes de Pardines, si celles-ci se font, démarre avant 2018.

Le projet d'Engie, après avoir obtenu le feu vert de l'État en juin dernier, est désormais entré dans une phase judiciaire. L'association d'opposants Quel horizon pour le pays d'Issoire, a entamé un recours contre la construction des quatre aérogénérateurs sur le plateau de Pardines. La procédure est en cours auprès du tribunal administratif de Clermont-Ferrand.


Ils restent mobilisés.

Cette requête vise l'autorisation d'exploiter, obtenue par Engie le 10 juin 2016, et non pas le permis de construire, accordé peu de temps après. « Il n'était pas possible d'attaquer juridiquement le permis de construire car notre association a été créée après le dépôt de celui-ci », souligne Joël Peron, président de Quel horizon pour le pays d'Issoire.

Les griefs des opposants envers le projet de Pardines n'ont pas varié. Ces derniers pointent notamment une atteinte au paysage, le coût élevé de cette énergie par rapport à une efficacité jugée douteuse, des dysfonctionnements lors de l'enquête publique ainsi que « des prises illégales d'intérêt ».



« On ne lâche pas », affirme Joël Peron. « Notre objectif est de gagner au tribunal, bien sûr, mais aussi de gagner du temps. Après les élections, en fonction des résultats, il pourrait y avoir des remises en cause de certaines choses. Même si, pour le moment, les candidats ne se préoccupent pas beaucoup de ce sujet. »

En attendant, l'association, qui revendique 95 membres, continue de se réunir toutes les semaines. Cette année encore, elle a tenu un stand lors de la foire de la Sainte-Paule, même si, reconnaît Joël Peron, il est difficile « de mobiliser la population sur le sujet ».
Qu'on fait les élus opposés au projet, qui n'excluaient pas, eux aussi, de poursuivre Engie devant les tribunaux, en juin dernier ? Bertrand Barraud, ex-président d'Issoire Co, affirme avoir entamé un recours gracieux. Celui-ci, comme 27 autres contestations de ce type, émanant de particuliers, a été rejeté par la préfète. « Mon avis sur le dossier est toujours le même », estime le maire d'Issoire. «Les éoliennes de Pardines, c'est une efficience minimum pour un maximum d'impact.»

Manque de soutiens

Les bénévoles de Quel horizon pour le pays d'Issoire, au-delà des discours, aimeraient surtout une aide concrète. Car lancer une action en justice coûte cher : « 6.000 euros pour notre recours, entièrement financés par des dons et cotisations. »

Un budget qu'il faudra peut-être abondé encore. Les opposants l'affirment déjà, s'ils sont déboutés par le tribunal administratif, ils feront appel.

Lire aussi : 

- Eoliennes de Pardines : quatre questions pour comprendre (Publié le 23/09/2015) 
http://www.lamontagne.fr/pardines/environnement/2015/09/23/eoliennes-de-pardines-quatre-questions-pour-comprendre_11596188.html
L'enquête publique sur le projet d'un parc d'éoliennes sur le plateau de Pardines, près d'Issoire, se termine le 1er octobre prochain. Mais au fait, les aérogénérateurs de Pardines, késako ?
Réclamée de longue date par les opposants au projet, promis par Bertrand Barraud, maire d'Issoire et président d'Issoire co, une réunion publique sur les éoliennes est programmée le mardi 6 octobre prochain à la halle aux grains d'Issoire. Ce qu'il faut savoir avant de s'y rendre.
C'est quoi, ce projet ? Le parc, censé alimenter l'équivalent de plus de 12.000 foyers en électricité, comportait cinq machines au départ. « Mais un permis de construire, pour la maison d'habitation d'un agriculteur a été autorisé à l'est du plateau », soulignait dans La Montagne, il y a près de trois semaines, Céline Carment, chef du projet chez Engie. Une réduction inopinée à quatre machines qui ne nuit en rien, selon elle, à la viabilité du projet. « Les données technico-économiques ne sont pas remises en cause car le raccordement au poste électrique est proche, environ trois kilomètres. Avec quatre éoliennes, on est aussi dans la moyenne des parcs français. »
C'est où ? C’est sur le plateau, qui domine Perrier, Issoire et le val d’Allier, qu’Engie (ex-GDF-Suez) envisage de construire quatre éoliennes de 3 MW chacune et de 156 mètres de haut en bout de pale.
C'est combien ? Bernard Roux, le deuxième président d'Issoire co, chiffrait en octobre 2014 les retombées du projet à 100.000 euros par an pour Issoire co. Sans compter les loyers versés aux propriétaires des terrains où seront implantés les machines. Dans le Cézallier, qui héberge 26 éoliennes, certains propriétaires touchent jusqu'à 3.000 euros par an et par turbine.
C'est quand ? Issoire communauté et l'investisseur GDF-Suez Futures énergies avaient tablé sur une mise en oeuvre en 2016. Mais le parc éolien de Pardines, s'il se réalise, ne fonctionnera pas avant 2017. L'enquête publique se termine le 1er octobre prochain. Les heureux sont rares. Pour l'instant, seuls quatre avis positifs figurent sur les documents...

- Eoliennes de Pardines : le commissaire enquêteur émet un avis favorable (Publié le 29/01/2016)
http://www.lamontagne.fr/issoire/economie/environnement/2016/01/29/eoliennes-de-pardines-le-commissaire-enqueteur-emet-un-avis-favorable_11760920.html
Patrick Reynès, qui a mené l’enquête publique au sujet du projet éolien du plateau de Pardines, a émis un avis favorable à sa concrétisation, « sous réserve de réaliser une étude géologique et géotechnique sur la stabilité des versants du plateau ». Le projet, porté par la société Futures-Énergie, filiale d’Engie, consiste à installer quatre éoliennes de 3 MW chacune et de 156 mètres de haut en bout de pale, sur un plateau qui domine les communes de Pardines, Perrier et Issoire. On attend désormais l’avis du préfet, lequel sera décisif. Ce dernier doit, bien sûr, tenir compte de l'avis du commissaire enquêteur, mais il n'est pas obligé de le suivre.

- La préfète dit oui aux éoliennes de Pardines (Publié le 22/06/2016)
La décision de la préfecture au sujet du projet de quatre éoliennes sur le plateau de Pardines vient de tomber. Elle est positive.
Le projet éolien de Pardines vient de franchir une étape décisive. La préfète du Puy-de-Dôme a dit oui à la construction de quatre éoliennes de 3 MW chacune et de 156 mètres de haut en bout de pale sur le plateau de Pardines, qui domine Issoire. Un projet porté depuis de nombreuses années par Future Énergies, filiale d’Engie. La décision de la préfète, rendue publique en début de semaine, était attendue du longue date. Elle va dans le sens des conclusions positives de l’enquête publique, menée sur le sujet en 2015. Ce feu vert de l’État représente, en revanche, un coup dur pour les opposants aux éoliennes de Pardines. Ils ont quatre mois pour la contester.