Stop à l'éolien industriel

Stop à l'éolien industriel
Un fléau d'une ampleur internationale s'abat, depuis quelques années, sur notre pays. Aidés par nos élus, les promoteurs éoliens se sont accaparés nos territoires et nos vies. Devant le massacre de notre patrimoine, un vent de colère s'élève partout sur l'hexagone. Il est grand temps de dire "STOP" à ce carnage.

vendredi 27 janvier 2017

Eure-et-Loir : Eoliennes et cathédrale

20/02/17 : Un projet d'éoliennes gelé à Chartres pour “pollution visuelle”

Un projet de plusieurs éoliennes est gelé à Chartres, en attendant une décision de justice. Ce projet suscite l'opposition de la préfecture et de la fédération environnement durable car il ne serait implanté qu'à 13 km de la cathédrale... Sur place, on parle de pollution visuelle.


Huit nouvelles éoliennes pourraient bientôt voir le jour à moins d'une vingtaine de kilomètres de Chartres. Cependant, la préfecture et la fédération environnement durable sont totalement opposées à la mise en place de ces mâts géants car le projet risque de nuire à la visibilité de la cathédrale.
Arnaud Casalis, administrateur de la fédération environnement durable l'explique :
"Si on met ici des dizaines, mais on va passer à des centaines d'éoliennes tout autour de Chartres, dans la Beauce, et bien on aura une cathédrale et une ville qui seront noyées au milieu d'une zone industrielle immense"

En 2009, le tribunal administratif d'Orléans avait donné raison aux défenseurs de l'environnement et à la préfecture qui avait refusé donner les permis à Eco Delta, constructeur des aérogénérateurs, pour protéger le site classé au patrimoine mondiale de l'Unesco. "les monuments qui sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco sont menacés par un encerclement d'éoliennes et par une destruction du site, de sa beauté, de notre histoire", poursuit Arnaud Casalis.

La cour administrative d'appel de Nantes a pourtant rejeté la décision du tribunal d'Orléans le 17 février. Le projet d'éoliennes est donc maintenu pour le moment, mais la préfecture d'Eure-et-Loir a décidé de se pourvoir en cassation pour éviter sa mise en place.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/eure-et-loir/chartres/projet-eoliennes-gele-chartres-pollution-visuelle-1200451.html


----------------------------------------------------------

https://metamag.fr/2017/02/02/la-cathedrale-de-chartres-patrimoine-mondial-de-lunesco-nouvelle-victime-des-eoliennes/

Communiqué de la Fédération Environnement durable, le 02/02/2017


La Cathédrale de Chartres, patrimoine mondial de l’Unesco, nouvelle victime des éoliennes


Le journal L’Écho Républicain du 27 janvier annonce que le Conseil d’État, par un jugement rendu contre le Préfet d’Eure et Loir, vient de livrer la Cathédrale de Chartres à l’appétit financier des promoteurs.

Selon ce journal « La cour administrative d’appel de Nantes a ordonné au préfet d’Eure-et-Loir de délivrer à Eco Delta, d’ici le lundi 9 février 2017, quatre des huit autorisations d’exploitation qu’il lui refusait depuis 2009, pour installer des éoliennes à 13 km au sud de la cathédrale de Chartres, à La Bourdinière-Saint Loup, Ermenonville-La-Grande et Luplanté ».

Alors que la cathédrale est protégée dans un rayon de 23 km, le projet à 13 km de la cathédrale ne ferait, paraît-il, que « minimiser » la visibilité du monument depuis ces éoliennes. Quand on sait à quels mensonges sont rompus les promoteurs d’aérogénérateurs d’électricité, on imagine sans mal à quel désastre est voué ce monument exceptionnel classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

Ce jugement est hélas un exemple de plus du massacre bientôt irréversible de notre patrimoine national. La Fédération Environnement Durable appelle toutes les associations de protection du patrimoine de la France à se mobiliser pour protester contre ce projet en particulier. Elle rappelle le renoncement du législateur à défendre l’intérêt suprême des citoyens au profit d’un petit nombre d’acteurs financiers de l’éolien industriel et elle demande aux élus d’affirmer irréversiblement leur engagement à soutenir la juste cause de la sauvegarde de notre patrimoine culturel commun .


Fédération Environnement Durable ,  contact@environnementdurable.net



++++++++++++++++++++++++++++

http://www.lechorepublicain.fr/chartres/environnement/justice/2017/01/27/la-justice-autorise-quatre-eoliennes-au-sud-de-la-cathedrale-de-chartres_12258997.html


Publié le 27/01/2017, Guillaume Frouin



Cour administrative d'appel



La justice autorise quatre éoliennes au sud de la cathédrale de Chartres

😡😡😡😡

C’est l’épilogue d’un feuilleton judiciaire. La justice ordonne au préfet de délivrer à Eco Delta les autorisations de construire quatre éoliennes au sud de la cathédrale de Chartres.

La cour administrative d’appel de Nantes a ordonné au préfet d’Eure-et-Loir de délivrer à Eco Delta, d’ici le lundi 9 février 2017, quatre des huit autorisations d’exploitation qu’il lui refusait depuis 2009, pour installer des éoliennes à 13 km au sud de la cathédrale de Chartres, à La Bourdinière-Saint Loup, Ermenonville-La-Grande et Luplanté.
Cette décision vient clore un long feuilleton judiciaire. Il avait commencé par un rejet de la requête de la société, en mars 2012, par le tribunal administratif, à Orléans (Loiret), mais Eco Delta avait obtenu gain de cause en appel, en octobre 2013.
« Un secteur paysager sensible du fait de la perception visuelle de la cathédrale de Chartres »
Un nouveau revirement est survenu en octobre 2015, quand le Conseil d’État a annulé l’arrêt et renvoyé l’affaire aux juges nantais.
Lors de ce second procès devant la cour administrative d’appel de Nantes, l’administration a maintenu : « Le projet […] se situe dans un secteur paysager sensible du fait de la perception visuelle de la cathédrale de Chartres dans le paysage ouvert de la Beauce chartraine. »
La préfecture a rappelé aussi qu’un rayon de 23 km autour de la cathédrale était délimité pour assurer la protection de l’édifice, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, et que l’étude d’impact d’Eco Delta « minimisait » la visibilité du monument depuis ses éoliennes.
« zone de sensibilité majeure »
La société a répliqué : « Seul un des trois bouquets d’éoliennes porte atteinte à la conservation des perspectives monumentales de la cathédrale. » Et a maintenu sa demande d’autorisation d’exploitation pour quatre des huit éoliennes initialement prévues.
La cour administrative d’appel de Nantes, dans son nouvel arrêt, confirme qu’aucun de ces « aérogénérateurs » n’est situé dans la « zone de sensibilité majeure » dessinée autour de la cathédrale.

L’architecte des Bâtiments de France

« Il ne ressort pas des pièces du dossier […] que ces éoliennes […] offriraient elles-mêmes, fût-ce d’un point de vue théorique, des vues sur la cathédrale de Chartres […] et risqueraient ainsi de porter atteinte à une perspective offerte sur cette dernière », abondent les juges nantais.
Ils relèvent, au passage, que l’architecte des Bâtiments de France a rendu, en 2009, un avis favorable à six éoliennes, son avis défavorable ne concernant que celles « les plus au nord ». La cour administrative d’appel de Nantes en déduit : « Les six aérogénérateurs composant les deux bouquets éoliens situés le plus au sud ne peuvent ainsi […] être regardés comme portant une atteinte excessive à la perspective offerte sur la cathédrale de Chartres ».
Frais de justice.? La cour administrative d’appel de Nantes a, par ailleurs, condamné l’État à verser 1.500 € à Eco Delta pour ses frais de justice dans cet ultime épisode judiciaire.

Panorama sur la cathédrale de Chartres. Photo Office du tourisme de Chartres

Lire aussi :

- Eoliennes : rejet d’un projet de parc près de la Cathédrale de Chartres
(24 août 2016)
http://a7avocats.fr/eoliennes-rejet-dun-projet-de-parc-pres-de-la-cathedrale-de-chartres/


- Le site de la cathédrale de Chartres préservé de justesse d’un projet éolien ! 
(25 octobre 2015)

- A Chartres, les éoliennes pas prêtes de faire de l'ombre à la Cathédrale
(16 octobre 2015)
En début de semaine, mardi, le Conseil d'État a cassé la décision de la Cour d'appel de Nantes : cette dernière avait autorisé l'installation de huit éoliennes.
En début de semaine, mardi, le Conseil d’État a cassé la décision de la Cour d'appel de Nantes : cette dernière avait autorisé l'installation de huit éoliennes, chacune de 150 mètres de haut. Elles auraient pu se dresser à la Bourdinière-Saint-Loup, Ermenonville-la-Grande et Luplanté. Mais c'était sans compter avec le Conseil d'Etat, qui a retenu les 13 kilomètres de distance entre le projet avec la cathédrale de Chartres, classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Les procédures ont été engagées depuis plusieurs années par l'entreprise Eco Delta.
https://www.evasionfm.com/actualite-9721-a-chartres-les-oliennes-pas-prtes-de-faire-lombre-la-cathdrale.html

- La vue sur la cathédrale bloque un projet de huit éoliennes au sud-ouest de Chartres
(15 octobre 2015)
http://www.lechorepublicain.fr/chartres/transport/2015/10/15/la-vue-sur-la-cathedrale-bloque-un-projet-de-huit-eoliennes-au-sud-ouest-de-chartres_11624611.html

- Le Conseil d'Etat penche pour les éoliennes au sud-ouest de Chartres

(9 septembre 2015)
Le dernier obstacle empêchant l’extension du parc éolien géré par la société Eco Delta, au sud-ouest de Chartres, pourrait bien être levé dans les prochaines semaines par le Conseil d’État.
La plus haute juridiction administrative, saisie en bout de course d’une procédure judiciaire qui dure depuis 2009, pourrait finalement donner raison à la société Éco Delta (*), qui veut édifier six éoliennes à La Bourdinière-Saint-Loup, Ermenonville-la-Grande et Luplanté. La préfecture refuse le permis de construire parce que ces éoliennes, à 13 km au sud-ouest de Chartres, couperaient la vue sur la cathédrale classée au patrimoine mondial de l’Unesco.Une étude paysagère « charpentée »
Le rapporteur public, qui joue le rôle de conseiller lors à l’audience du Conseil d’État, et qui est souvent écouté, a préconisé, vendredi 4 septembre 2015, l’annulation des arrêtés préfectoraux interdisant l’implantation des éoliennes.
Le refus par le préfet de l’édification de ces machines de 150 mètres de haut (pales comprises) dans la plaine chartraine avait d’abord été conforté par une première décision au tribunal administratif, à Orléans. Mais la cour administrative d’appel de Nantes avait pris le contre-pied de ce jugement en octobre 2013.
La cour d’appel avait écarté le risque d’impact visuel, se référant notamment à l’étude paysagère fournie par l’opérateur. Une étude « très détaillée » qui est venue nourrir une décision elle-même « fortement charpentée », confirme le rapporteur public au Conseil d’État.
Il reprend à son compte les arguments de la cour d’appel en estimant d’abord que les deux groupes d’éoliennes situés au sud de la cathédrale n’entrent pas dans le champ visuel de l’édifice. Quant aux trois éoliennes « en situation de coexistence visuelle » avec la cathédrale, leur atteinte au site et aux perspectives de la cathédrale et de ses flèches sera « minime et limitée ».
Enfin, s’il admet que le projet et situé en zone dite de forte sensibilité, il rappelle que les situations de « covisibilité des éoliennes et de la cathédrale sont exceptionnelles et marginales ».
En conséquence, il a enjoint les juges du Conseil d’État à valider définitivement les permis de construire. Décision dans trois à quatre semaines.
(*) La société Éco Delta, basée dans les Bouches-du-Rhône, détenue à 10 % par la Caisse des dépôts, a obtenu des permis pour produire 220 millions de watts dans le sud et le Centre (éoliennes et fermes solaires). La puissance du parc en production est de 55 millions de watts.